IMPOTS - Intéressement et participation - BOFiP - Impots.gouv.fr IMPOTS sur FNAC.COM  - Revenir à l'accueil

 

 

 

 

Voir également :

[TXT]

 IS-TVA-IF-Indexation..> 06-May-2015 17:00  3.3M  

[TXT]

 IR-RPPM-PAT-Regime-d..> 06-May-2015 17:00  1.0M  

[TXT]

 IF-Taxe-annuelle-sur..> 06-May-2015 17:00  1.0M  

[TXT]

 Calcul-de-l-impot-de..> 06-May-2015 16:52  2.2M  

[TXT]

 IMPOTS-IR-Credit-d-i..> 06-May-2015 16:51  2.2M  

[TXT]

 Declaration-initiale..> 06-May-2015 16:51  2.2M  

[TXT]

 2079-rta-sd-2015-dir..> 06-May-2015 16:51  2.2M  

[TXT]

 BAREME-RSA-BA-BIC-BN..> 06-May-2015 16:50  2.2M  

[TXT]

 ENR-Octroi-aux-depar..> 06-May-2015 16:50  2.2M  

[TXT]

 Mini-guichet-de-TVA.htm 06-May-2015 16:49  2.2M  

[TXT]

 DGFiP-N-2050-2015.htm   06-May-2015 16:49  2.2M  

[TXT]

 IR-Credit-Impot.htm     06-May-2015 16:49  2.3M  

[TXT]

 IFER-Mise-a-jour-des..> 06-May-2015 16:49  2.3M  

[TXT]

 RPPM-Plus-values-sur..> 06-May-2015 16:48  2.3M  

[TXT]

 Calcul-de-l-impot-20..> 06-May-2015 15:02  2.2M  

[TXT]

 Detail-du-bareme-d-i..> 06-May-2015 15:01  2.2M  

[TXT]

 TVA-dependance-des-p..> 06-May-2015 14:55  1.7M  

[TXT]

 Franchise-de-taxe-BO..> 06-May-2015 14:52  1.7M  

[TXT]

 Taux-du-credit-d-imp..> 06-May-2015 14:51  1.8M  

[TXT]

 ANNEXE-CF-Defaut-ou-..> 06-May-2015 14:51  1.8M  

[TXT]

 ANNEXE-DJC-Liste-des..> 06-May-2015 14:51  1.9M  

[TXT]

 04-05-2015-PAT-ISF-D..> 06-May-2015 14:51  1.9M  

[TXT]

 BOI-PAT-ISF-50-10-20..> 06-May-2015 14:50  2.0M  

[TXT]

 Rechercher-un-formul..> 06-May-2015 14:50  1.9M  

[TXT]

 Navigation-dans-le-p..> 06-May-2015 14:49  2.1M  

[TXT]

 FORMULAIRE-BIC-Droit..> 06-May-2015 14:49  2.0M  

[TXT]

 BOI-ANNX-000414-BOFi..> 06-May-2015 14:49  2.1M  

[TXT]

 ANNEXE-IR-Plafonneme..> 06-May-2015 14:49  2.1M  

[TXT]

 RFPI-Revenus-foncier..> 06-May-2015 14:48  2.2M  

[TXT]

 6505-SD-demande-de-r..> 06-May-2015 14:48  2.2M  

[TXT]

 REUNION-DE-PARCELLES..> 06-May-2015 14:47  2.2M  

[TXT]

 Impots.gouv.fr-Prime..> 06-May-2015 14:47  2.2M  

[TXT]

 IR-Credit-d-impot-po..> 06-May-2015 08:17  7.2M  

[TXT]

 CF-Infractions-et-pe..> 06-May-2015 08:17  7.8M  

[TXT]

 Notice-pour-declarer..> 06-May-2015 08:15  1.2M  

[TXT]

 Impots.gouv.fr-Calcu..> 06-May-2015 07:53  1.2M  

[TXT]

 Les-formulaires-ISF.htm 06-May-2015 07:53  1.2M  

[TXT]

 IR-Reductions-et-cre..> 06-May-2015 07:53  1.2M  

[TXT]

 Achat-de-timbres-fis..> 06-May-2015 07:53  1.2M  

[TXT]

 IF-Collectivites-ter..> 06-May-2015 07:53  1.2M  

[TXT]

 Exonérations-specif..> 06-May-2015 07:53  1.2M  

[TXT]

 Duree-d-amortissemen..> 06-May-2015 07:52  1.3M  

[TXT]

 ENR-Mutations-a-titr..> 06-May-2015 07:52  1.4M  

[TXT]

 RSA-Actionnariat-sal..> 06-May-2015 07:52  1.5M  

[TXT]

 Sectorisation-ou-fil..> 06-May-2015 07:52  1.4M  

[TXT]

 BAREME-RSA-BNC-BOFiP..> 06-May-2015 07:51  1.6M  

[TXT]

 IR-Liquidation-Deter..> 06-May-2015 07:51  1.6M  

[TXT]

 IS-Base-d-imposition..> 06-May-2015 07:51  1.7M  

[TXT]

 BIC-Champ-d-applicat..> 05-May-2015 18:28  7.7M  

[TXT]

 BOI-CF-INF-10-30-BOF..> 05-May-2015 18:28  7.7M  

[TXT]

 Ventes-a-consommer-s..> 05-May-2015 18:25  7.8M  

[TXT]

 BOI-BIC-PTP-20-30-BO..> 05-May-2015 18:02  7.5M  

[TXT]

 Evaluation-des-avant..> 05-May-2015 18:00  7.6M  

[TXT]

 2460-not-remplissage..> 05-May-2015 18:00  7.6M  

[TXT]

 BOI-BIC-RICI-10-10-2..> 05-May-2015 17:58  7.6M  

[TXT]

 TVA-Liquidation-Taux..> 05-May-2015 17:58  7.6M  

[TXT]

 fichedescriptiveform..> 05-May-2015 17:49  6.0M  

[TXT]

 Cotisations-a-un-reg..> 05-May-2015 17:43  7.5M  

[TXT]

 BOI-RSA-CHAMP-20-50-..> 05-May-2015 17:41  7.5M  

[TXT]

 17-02-2015-IR-IS-Act..> 05-May-2015 17:39  7.4M  

[TXT]

 Credit-d-impot-famil..> 05-May-2015 17:38  7.4M  

[TXT]

 RSA-Champ-d-applicat..> 05-May-2015 17:38  7.4M  

[TXT]

 Brochure-Pratique-20..> 05-May-2015 17:29  7.3M  

[TXT]

 BIC-Charges-d-exploi..> 05-May-2015 17:28  7.4M  

[TXT]

 BOI-TPS-TS-20-20-BOF..> 05-May-2015 17:28  7.4M  

[TXT]

 BOI-IR-RICI-280-30-1..> 05-May-2015 17:24  7.3M  

[TXT]

 BOI-IR-RICI-280-10-3..> 05-May-2015 17:23  7.3M  

[TXT]

 22-04-2015-IR-Credit..> 05-May-2015 17:22  7.2M  

[TXT]

 IR-Credit-d-impot-po..> 05-May-2015 17:19  7.1M  

[TXT]

 RPPM-Revenus-de-capi..> 05-May-2015 17:19  7.1M  

[TXT]

 Credit-d-impot-pour-..> 05-May-2015 17:17  7.2M  

[TXT]

 RSA-Pensions-et-rent..> 05-May-2015 17:16  7.1M  

[TXT]

 IR-pompes-a-chaleur-..> 05-May-2015 17:14  7.1M  

[TXT]

 Plus-values-immobili..> 05-May-2015 17:14  7.2M  

[TXT]

 Pompes-a-chaleur-geo..> 05-May-2015 17:12  7.2M  

[TXT]

 Production-d-eau-cha..> 05-May-2015 17:12  7.2M  

[TXT]

 Glycolee-eau-a-capte..> 05-May-2015 17:10  7.2M  

[TXT]

 IR-PAT-PME.htm          05-May-2015 17:08  7.2M  

[TXT]

 RFPI-Modalites-de-de..> 05-May-2015 17:07  7.2M  

[TXT]

 ANNEXE-IR-pompes-a-c..> 05-May-2015 17:06  7.2M  

[TXT]

 Credit-d-impot-pour-..> 05-May-2015 17:05  7.2M  

[TXT]

 Pensions-et-rentes-v..> 05-May-2015 17:04  7.2M  

[TXT]

 IR-Credit-d-impot-po..> 05-May-2015 17:02  7.2M  

[TXT]

 IR-Credit-d-impot-po..> 05-May-2015 17:02  7.2M  

[TXT]

 ANNEXE-IR-Depenses-a..> 05-May-2015 16:33  6.9M  

[TXT]

 IR-Credit-d-impot-po..> 05-May-2015 16:33  7.0M  

[TXT]

 IR-Reductions-et-cre..> 05-May-2015 16:11  6.9M  

[TXT]

 RFPI-PVINR-Assiette-..> 05-May-2015 13:57  6.9M  

[TXT]

 2035-F-Impots.gouv.f..> 05-May-2015 13:56  6.7M  

[TXT]

 IR-Reductions-d-impo..> 05-May-2015 13:56  6.7M  

[TXT]

 ANNEXE-TVA-Taux-appl..> 05-May-2015 13:54  6.7M  

[TXT]

 TVA-Operations-conco..> 05-May-2015 13:54  6.8M  

[TXT]

 DOCUMENT-POUR-REMPLI..> 05-May-2015 13:52  6.8M  

[TXT]

 TCA-Suppression-de-l..> 05-May-2015 13:52  6.8M  

[TXT]

 Fiche-AIU-4-Impots.g..> 05-May-2015 13:49  6.8M  

[TXT]

 Creer-un-espace-prof..> 05-May-2015 13:49  6.8M  

[TXT]

 PAT-Impot-de-solidar..> 05-May-2015 13:47  6.8M  

[TXT]

 BIC-Base-d-impositio..> 05-May-2015 13:47  6.8M  

[TXT]

 Transfert-d-informat..> 05-May-2015 08:02  6.7M  

[TXT]

 Mutations-de-proprie..> 05-May-2015 08:02  6.7M  

[TXT]

 IR-Liquidation-Corre..> 05-May-2015 07:58  6.6M  

[TXT]

 ANNEXE-RFPI-Taxes-su..> 05-May-2015 07:55  6.6M  

[TXT]

 Declaration-n-1330-C..> 05-May-2015 07:55  6.6M  

[TXT]

 Champ-d-application-..> 05-May-2015 07:53  6.6M  

[TXT]

 IF-Recentrage-de-la-..> 05-May-2015 07:53  6.6M  

[TXT]

 CF-Prescription-du-d..> 05-May-2015 07:51  6.7M  

[TXT]

 2048-IMM-Impots.gouv..> 05-May-2015 07:51  6.6M  

[TXT]

 Redevance-sanitaire-..> 05-May-2015 07:46  6.5M  

[TXT]

 2041-GJ-Impots.gouv...> 05-May-2015 07:45  6.5M  

[TXT]

 2035-G-Impots.gouv.f..> 05-May-2015 07:45  6.5M  

[TXT]

 IF-Cotisation-foncie..> 05-May-2015 07:43  6.6M  

[TXT]

 2012-658-impots.gouv..> 05-May-2015 07:43  6.6M  

[TXT]

 RFPI-Taxe-sur-les-lo..> 05-May-2015 07:41  6.6M  

[TXT]

 2139-BENEFICES-AGRIC..> 05-May-2015 07:26  6.4M  

[TXT]

 TVA-Obligations-et-f..> 05-May-2015 07:24  6.4M  

[TXT]

 2072-E-SD-Impots.gou..> 05-May-2015 07:24  6.4M  

[TXT]

 2079-RTA-SD-CREDIT-D..> 05-May-2015 07:22  6.4M  

[TXT]

 IR-IS-Actualisation-..> 05-May-2015 07:22  6.4M  

[TXT]

 2084-SD-LOCATION-DE-..> 05-May-2015 07:20  6.4M  

[TXT]

 2058-B-DEFICITS-INDE..> 05-May-2015 07:20  6.4M  

[TXT]

 TVA-Liquidation-Taux..> 05-May-2015 07:18  6.5M  

[TXT]

 BNC-BIC-Actualisatio..> 05-May-2015 07:18  6.4M  

[TXT]

 TVA-Regimes-sectorie..> 05-May-2015 07:16  6.5M  

[TXT]

 2079-MR-SD-CREDIT-D-..> 05-May-2015 07:16  6.5M  

[TXT]

 2047-Annexe-SUISSE.htm  05-May-2015 07:14  6.5M  

[TXT]

 Dossier-de-mise-en-c..> 05-May-2015 07:14  6.5M  

[TXT]

 Impots-2015-TVA-a-5...> 05-May-2015 06:55  6.1M  

[TXT]

 Impots-2015-Agents-d..> 05-May-2015 06:51  6.2M  

[TXT]

 Impots-2015-Deces.htm   05-May-2015 06:50  6.3M  

[TXT]

 Impots-2015-Assistan..> 05-May-2015 06:50  6.3M  

[TXT]

 LIQUIDATION-ET-REGUL..> 05-May-2015 06:48  6.3M  

[TXT]

 IR-Etablissement-de-..> 05-May-2015 06:48  6.3M  

[TXT]

 BAP-2-Notice-2778-DI..> 05-May-2015 06:46  6.3M  

[TXT]

 Plus-values-sur-bien..> 05-May-2015 06:46  6.3M  

[TXT]

 BIC-Precisions-relat..> 05-May-2015 06:44  6.3M  

[TXT]

 BAREME-KILOMETRIQUE-..> 05-May-2015 06:44  6.3M  

[TXT]

 n-2071-SD-Impots.gou..> 05-May-2015 06:42  6.3M  

[TXT]

 Impots-2015-Vous-dec..> 05-May-2015 06:21  6.1M  

[TXT]

 Impots-2015-Vous-dec..> 05-May-2015 06:14  6.1M  

[TXT]

 Impots-2015-Enfants-..> 05-May-2015 06:14  6.1M  

[TXT]

 Impots-2015-Rupture-..> 05-May-2015 06:06  6.1M  

[TXT]

 Impots-2015-Changeme..> 05-May-2015 06:04  6.1M  

[TXT]

 2042-QE-Impots.gouv...> 04-May-2015 19:43  5.8M  

[TXT]

 CONTRIBUTION-A-L-AUD..> 04-May-2015 19:41  5.8M  

[TXT]

 2069-M-Impots.gouv.f..> 04-May-2015 19:41  5.8M  

[TXT]

 Obligations-de-paiem..> 04-May-2015 19:39  5.8M  

[TXT]

 TVA-Liquidation-Taux..> 04-May-2015 19:39  5.8M  

[TXT]

 Impots-2015-Revenus-..> 04-May-2015 19:37  6.1M  

[TXT]

 TVA-Tableau-recapitu..> 04-May-2015 19:37  5.8M  

[TXT]

 RFPI-Suppression-a-c..> 04-May-2015 19:35  5.8M  

[TXT]

 IR-Credit-d-impot-af..> 04-May-2015 19:35  5.8M  

[TXT]

 Impots-2015-Frais-pr..> 04-May-2015 19:33  5.9M  

[TXT]

 n-2069-RCI-SD-LexisN..> 04-May-2015 19:33  5.9M  

[TXT]

 Impots-2015-Divorce-..> 04-May-2015 19:31  6.0M  

[TXT]

 BAREME-BOFiP-Impots...> 04-May-2015 19:31  5.9M  

[TXT]

 Impots-2015-Salaries..> 04-May-2015 19:29  6.0M  

[TXT]

 Impots-2015-La-prime..> 04-May-2015 19:29  5.9M  

[TXT]

 Achats-au-detail-de-..> 04-May-2015 19:27  6.0M  

[TXT]

 ETAT-DES-HONORAIRES-..> 04-May-2015 19:27  6.0M  

[TXT]

 Impots-2015-Revenus-..> 04-May-2015 19:25  6.0M  

[TXT]

 article-3-de-la-loi-..> 04-May-2015 14:17  5.7M  

[TXT]

 Taxe-sur-les-plus-va..> 03-May-2015 14:28  5.7M  

[TXT]

 BIC-BA-IS-Deduction-..> 03-May-2015 13:34  5.7M  

[TXT]

 RFPI-Plus-values-de-..> 03-May-2015 13:33  5.7M  

[TXT]

 BIC-Base-d-impositio..> 03-May-2015 13:32  5.7M  

[   ]

 cookiechoices.js        03-May-2015 13:31  6.0K  

[TXT]

 Mini-guichet-TVA-Enr..> 03-May-2015 13:31  7.2M  

[TXT]

 Fiche-FOCUS-Les-tele..> 03-May-2015 13:30  7.2M  

[TXT]

 Fiche AIU-16-Consult..> 03-May-2015 13:29  7.2M  

[TXT]

 Fiche-Declarer-et-pa..> 03-May-2015 13:27  7.2M  

[TXT]

 Fiche-EA-3-Impots.go..> 03-May-2015 13:27  7.2M  

[TXT]

 Fiche-AIU-3-Impots.g..> 03-May-2015 13:25  7.2M  

[TXT]

 Payer-un-avis-de-CFE..> 03-May-2015 13:24  7.3M  

[TXT]

 2015-TAXES-EMPLOYEES..> 03-May-2015 13:22  4.6M  

[TXT]

 Creer-un-espace-prof..> 03-May-2015 13:22  4.6M  

[TXT]

 Consulter-un-avis-de..> 03-May-2015 13:21  4.6M  

[TXT]

 Designer-des-delegat..> 03-May-2015 13:21  4.6M  

[TXT]

 Fiche-AIU-9-Payer-le..> 03-May-2015 13:19  4.6M  

[TXT]

 Fiche-EA-8-Mot-de-pa..> 03-May-2015 13:19  4.6M  

[TXT]

 Fiche-FOCUS-Les-tele..> 03-May-2015 13:18  4.7M  

[TXT]

 Annuaire-des-service..> 03-May-2015 13:17  5.2M  

[TXT]

 Opter-pour-l-acces-s..> 03-May-2015 13:16  5.2M  

[TXT]

 2029-B-bis-SD-Impots..> 03-May-2015 13:16  5.2M  

[TXT]

 DECLARATION-POUR-CAU..> 03-May-2015 13:15  5.2M  

[TXT]

 Bareme-de-la-retenue..> 03-May-2015 13:14  5.2M  

[TXT]

 redevances-departeme..> 03-May-2015 13:13  5.2M  

[TXT]

 RPPM-Eligibilite-de-..> 03-May-2015 13:13  5.2M  

[TXT]

 article-150-0-D-du-c..> 03-May-2015 13:11  5.2M  

[TXT]

 INT-Liste-des-commun..> 03-May-2015 13:11  5.3M  

[TXT]

 BAREME-RSA-Taux-et-p..> 03-May-2015 13:09  5.3M  

[TXT]

 RSA-BNC-Liste-des-Et..> 03-May-2015 13:09  5.3M  

[TXT]

 Impot-sur-les-societ..> 03-May-2015 13:08  5.3M  

[TXT]

 IR-BOFiP-Impots.gouv..> 03-May-2015 13:08  5.3M  

[TXT]

 MeL_Liste TFTC_05 03..> 03-May-2015 13:06  5.6M  

[TXT]

 IR-Credit-d-impot-af..> 03-May-2015 13:06  5.3M  

[TXT]

 Acces-aux-documents-..> 03-May-2015 13:04  5.6M  

[TXT]

 TAXE-COMMUNALE-FORFA..> 03-May-2015 13:04  5.6M  

[TXT]

 Factures-electroniqu..> 03-May-2015 13:02  5.6M  

[TXT]

 Organismes-agrees-St..> 03-May-2015 13:02  5.6M  

[TXT]

 BIC_-_Précisions_re..> 30-Apr-2015 20:09  7.1M  

[TXT]

 BOI-BIC-DECLA-30-60-..> 30-Apr-2015 20:08  7.2M  

[TXT]

 IMPOTS-obligations_t..> 30-Apr-2015 20:08  5.8M  

[TXT]

 IMPOTS-charte.pdf.htm   30-Apr-2015 20:06  5.9M  

[TXT]

 IMPOTS-fichedescript..> 30-Apr-2015 20:04  5.9M  

[TXT]

 fichedescriptiveform..> 30-Apr-2015 20:04  5.9M  

[   ]

 2035-fichedescriptiv..> 30-Apr-2015 20:02  6.0M  

[TXT]

 2035-B-fichedescript..> 30-Apr-2015 20:02  6.0M  

[TXT]

 2571-sd-impot-sur-le..> 30-Apr-2015 20:00  6.0M  

[TXT]

 n-2072-S-Impots.gouv..> 30-Apr-2015 20:00  6.0M  

[TXT]

 n-2483-Impots.gouv.f..> 30-Apr-2015 19:58  6.0M  

[TXT]

 2035-E-Impots.gouv.f..> 30-Apr-2015 19:58  6.0M  

[TXT]

 DATE-DE-MISE-EN-LIGN..> 30-Apr-2015 19:56  6.0M  

[TXT]

 VERSEMENT-PROVISIONN..> 30-Apr-2015 19:56  6.0M  

[TXT]

 Cahier-des-charges-R..> 30-Apr-2015 19:54  6.3M  

[TXT]

 TRANSFERT-DES-DECLAR..> 30-Apr-2015 19:54  6.3M  

[TXT]

 Seance-du-29-janvier..> 30-Apr-2015 19:52  6.3M  

[TXT]

 fichedescriptive_731..> 30-Apr-2015 19:52  6.3M  

[TXT]

 CDC-Salaires-2015-Im..> 30-Apr-2015 19:50  6.5M  

[TXT]

 Plus-values-sur-bien..> 30-Apr-2015 19:50  6.6M  

[TXT]

 Convention-avec-Sing..> 30-Apr-2015 19:48  6.6M  

[TXT]

 Fiche-AIU-2-Regime-S..> 30-Apr-2015 19:48  6.6M  

[TXT]

 Questions-Reponses-s..> 30-Apr-2015 19:46  6.6M  

[TXT]

 DECLARATION-DE-DON-M..> 30-Apr-2015 19:46  6.7M  

[TXT]

 Quel-loyer-devez-vou..> 30-Apr-2015 19:44  6.7M  

[TXT]

 Consulter-les-taux-a..> 30-Apr-2015 19:44  6.7M  

[TXT]

 Volume-IV-TDFC-2015-..> 30-Apr-2015 19:42  7.1M  

[TXT]

 Volume IV TDFC 2015 ..> 30-Apr-2015 19:42  6.7M  

[TXT]

 IMPOTS-N-2033-NOT-SD..> 24-Apr-2015 10:45  5.2M  

[TXT]

 IMPOTS-Formulaire-cr..> 24-Apr-2015 10:45  5.2M  

[TXT]

 IMPOTS-CREDIT-D-IMPO..> 24-Apr-2015 10:43  5.2M  

[TXT]

 IMPOTS-Credit-d-impo..> 24-Apr-2015 10:43  5.2M  

[TXT]

 IMPOTS-Volume-III-Fo..> 24-Apr-2015 10:41  5.7M  

[TXT]

 IMPOTS-Revenus-2014-..> 24-Apr-2015 10:41  5.3M  

[TXT]

 IMPOTS-Declaration-n..> 24-Apr-2015 10:40  5.8M  

[TXT]

 IMPOTS-Declaration-n..> 24-Apr-2015 10:40  5.8M  

[TXT]

 IMPOTS-Guide-utilisa..> 24-Apr-2015 10:38  5.8M  

[TXT]

 IMPOTS-2069-ci-1-sd_..> 24-Apr-2015 10:38  5.8M  

[TXT]

 IMPOTS-FAQ-GENERALIS..> 24-Apr-2015 10:35  4.6M  

[   ]

 fichedescriptive_514..> 24-Apr-2015 10:34   64K  

[   ]

 fichedescriptive_514..> 24-Apr-2015 10:34   74K  

[   ]

 fichedescriptive_514..> 24-Apr-2015 10:34  117K  

[TXT]

 IMPOTS-CFE-2016-IMPO..> 24-Apr-2015 10:34  4.6M  

[TXT]

 IMPOTS-IS-N-12486-07..> 24-Apr-2015 10:34  4.6M  

[TXT]

 IMPOTS-CREDIT-D-IMPO..> 24-Apr-2015 10:33  4.6M  

[TXT]

 IMPOTS-Imprime-2035.htm 24-Apr-2015 10:33  4.6M  

[TXT]

 IMPOTS-2015-impot-su..> 24-Apr-2015 10:31  4.7M  

[TXT]

 IMPOTS-CREDIT-IMPOT-..> 24-Apr-2015 10:31  4.7M  

[TXT]

 IMPOTS-NOTICE-D-AIDE..> 24-Apr-2015 10:30  4.7M  

[TXT]

 IMPOTS-REPORT(EN(ARR..> 24-Apr-2015 10:30  4.8M  

[TXT]

 IMPOTS-DOSSIER-STAND..> 24-Apr-2015 10:28  4.8M  

[TXT]

 IMPOTS-SIMPLIFIE-TVA..> 24-Apr-2015 10:28  4.8M  

[TXT]

 IMPOTS-1330-CVAE-NOT..> 24-Apr-2015 10:27  4.8M  

[TXT]

 IMPOTS-CREDIT-D-IMPO..> 24-Apr-2015 10:27  4.8M  

[TXT]

 IMPOTS-2572-sd-impot..> 24-Apr-2015 10:25  4.8M  

[TXT]

 IMPOTS-CREDIT-IMPOT-..> 24-Apr-2015 10:25  4.8M  

[TXT]

 IMPOTS-LA-REVISION-D..> 24-Apr-2015 10:23  4.9M  

[TXT]

 IMPOTS-IR-BIC-2031.htm  24-Apr-2015 10:23  4.9M  

[TXT]

 IMPOTS-ATTESTATION-D..> 24-Apr-2015 10:22  5.1M  

[TXT]

 IMPOTS-REMPLIR-LA-DE..> 24-Apr-2015 10:22  5.1M  

[TXT]

 IMPOTS-Livret-fiscal..> 24-Apr-2015 10:00  4.4M  

[TXT]

 IMPOTS-Livret-fiscal..> 24-Apr-2015 10:00  4.4M  

[TXT]

 IMPOTS-Livret-fiscal..> 24-Apr-2015 09:58  4.4M  

[TXT]

 IMPOTS-COTISATION-FO..> 24-Apr-2015 09:58  4.4M  

[TXT]

 IMPOTS-Livret-fiscal..> 24-Apr-2015 09:57  4.4M  

[TXT]

 IMPOTS-Fiche-techniq..> 24-Apr-2015 09:57  4.5M  

[TXT]

 IMPOTS-COTISATION-FO..> 24-Apr-2015 09:55  4.5M  

[TXT]

 IMPOTS-EXONERATION-T..> 24-Apr-2015 09:55  4.5M  

[TXT]

 IMPOTS-CFE-2015-IMPO..> 24-Apr-2015 09:54  4.6M  

[TXT]

 IMPOTS-CFE-2015-IMPO..> 24-Apr-2015 09:54  4.5M  

[TXT]

 IMPOTS-CREDIT-D-IMPO..> 24-Apr-2015 09:53  4.6M 
Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Page 1/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2365-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Date de publication : 12/09/2012 DGFIP BIC - Intéressement et participation - Participation des salariés aux résultats de l'entreprise - Modalités de calcul de la réserve spéciale de participation - Appréciation du montant des éléments de calcul à retenir - Contestations relatives à ces montants Positionnement du document dans le plan : BIC - Bénéfices industriels et commerciaux Intéressement - participation Titre 1 : Participation des salariés aux résultats de l'entreprise Chapitre 1 : Les modalités de calcul de la participation globale des salariés aux résultats des entreprises occupant au moins cinquante salariés Section 3 : Appréciation du montant des éléments de calcul à retenir, contestations relatives à ces montants Sommaire : I. Appréciation du bénéfice net ou du résultat courant avant impôts et des capitaux propres A. Conditions de délivrance de l'attestation 1. Attestation délivrée à l'entreprise 2. Attestation délivrée à l'inspecteur du travail B. Contenu des attestations C. Modifications intervenues dans l'assiette de l'impôt D. Opposabilité des énonciations contenues dans les attestations II. Appréciation des autres éléments de calcul de la participation A. Éléments de calcul devant être appréciés directement B. Contestations portant sur l'évaluation des salaires et de la valeur ajoutée 1 L'appréciation des chiffres à retenir au titre des éléments de calcul diffère selon qu'il s'agit du bénéfice net ou du résultat courant avant impôts et des capitaux propres, d'une part, des salaires et de la valeur ajoutée, d'autre part (article L 3326-1 du code du travail). Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 2/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2365-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Dans le premier cas, le montant du bénéfice net après toutes les corrections prévues et celui des capitaux propres de l'entreprise sont établis par une attestation de l'inspecteur des finances publiques ou du commissaire aux comptes. Les conditions dans lesquelles cette attestation est délivrée sont régies par les articles D 3325-1 à D 3325-4 du code du travail. Dans le second cas, au contraire, ce sont les parties en cause qui arrêtent, de concert, la quotité des éléments de calcul et le montant global proprement dit de la participation. Par voie de conséquence, la remise en cause des éléments de calcul diffère sensiblement suivant la nature des éléments considérés. I. Appréciation du bénéfice net ou du résultat courant avant impôts et des capitaux propres 10 Aux termes de l'article L 3326-1 du code du travail, le montant du bénéfice net après toutes les corrections et celui des capitaux propres de l'entreprise sont établis par une attestation de l'inspecteur des finances publiques ou du commissaire aux comptes. Ces montants ne peuvent être remis en cause à l'occasion des litiges nés de l'application des dispositions relatives à la participation. Les conditions dans lesquelles cette attestation est délivrée sont régies par l'article D 3325-1 à D 3325-4 du code du travail. Toute modification intervenue dans l'assiette du bénéfice net entraîne par ailleurs l'établissement d'une attestation rectificative, établie dans les mêmes conditions que l'attestation initiale. Dans les deux cas, les chiffres mentionnés sur ces attestations ne peuvent pas être contestés par les parties intéressées. A. Conditions de délivrance de l'attestation 1. Attestation délivrée à l'entreprise 20 L'attestation du montant du bénéfice net ou du résultat courant avant impôts et des capitaux propres est établie soit par le commissaire aux comptes, soit par l'inspecteur des finances publiques sur demande de l'entreprise. Dans ce dernier cas, la demande doit être accompagnée d'un état annexe rempli par l'entreprise, conformément à un modèle arrêté par le ministre chargé de l'économie (imprimé modèle n° 989). Le contenu de cet état comporte l'indication du montant : - du bénéfice imposable au titre de l'exercice considéré ; - des capitaux propres figurant au bilan de clôture avec l'indication distincte de ceux investis dans les établissements étrangers au sens de l'article D 3324-4 du code du travail ; - des avances en compte courant faites par l'exploitant individuel ou par les associés au nom desquels les bénéfices ont été imposés. Au vu de cet état et des énonciations portées sur la déclaration des résultats produite par l'entreprise, l'inspecteur des finances publiques du lieu du principal établissement ou de la direction de l'entreprise établit l'attestation demandée. Celle-ci doit être délivrée dans les trois mois de la demande ou, si le dépôt de la déclaration fiscale intervient postérieurement à cette demande, dans les trois mois du dépôt de la déclaration (Code du travail, art. D 3325-2). 30 Cette attestation constitue pour les salariés ou leurs représentants, ainsi que pour les directions régionales du travail, le seul moyen de vérifier que les chiffres retenus par les entreprises pour le calcul de la participation sont conformes aux règles légales. En outre, il permet aux administrations intervenant dans la procédure d'homologation des accords dérogatoires de s'assurer que le montant Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 3/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2365-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 de la réserve spéciale prévue par ces accords est au moins équivalent à celui qui découlerait de l'application du régime légal. Cette procédure d'homologation est prévue pour les entreprises publiques. 2. Attestation délivrée à l'inspecteur du travail 40 Si aucune demande d'attestation des résultats et des capitaux propres n'a été présentée à l'inspecteur des finances publiques dans un délai de six mois décompté à partir de la date de clôture de l'exercice, l'inspecteur du travail peut se substituer à l'entreprise pour obtenir cette attestation. Dans ce cas, l'attestation est délivrée à l'inspecteur du travail. Dans tous les autres cas, une copie de l'attestation destinée à l'entreprise peut être adressée à l'inspecteur du travail à la demande de ce dernier. B. Contenu des attestations 50 Dans ces attestations, l'inspecteur des finances publiques mentionne exclusivement le montant du bénéfice net ou du résultat courant avant impôts et celui des capitaux propres de chaque entreprise intéressée ainsi que la période couverte par l'exercice concerné. Elles ne contiennent en revanche aucune indication relative à la quotité du bénéfice imposable, du montant des impôts ou de la rémunération imputée. À plus forte raison, ces attestations ne fournissent aucune précision à propos des rectifications d'assiette éventuellement opérées par l'Administration par rapport aux déclarations fiscales souscrites par l'entreprise (voir toutefois ci-après les conditions dans lesquelles doivent être délivrées des attestations rectificatives). C. Modifications intervenues dans l'assiette de l'impôt 60 L'article D 3325-4 du code du travail prévoit que toute modification d'assiette du bénéfice net intervenue après la délivrance d'une attestation donne lieu à l'établissement d'une attestation rectificative établie dans les mêmes conditions que l'attestation initiale. En cas de rectification des résultats de l'entreprise à la suite d'un contrôle fiscal, le montant de la réserve spéciale de participation est modifié conformément à l'article D 3324-40 du code du travail : - soit au titre de l'exercice au cours duquel les rectifications ont été formellement acceptées par l'entreprise ; - soit au titre de l'exercice au cours duquel les rectifications sont devenues définitives après épuisement des voies de droit, pour celles que l'entreprise a contestées. Il en est ainsi lorsque les délais de réclamation, de recours ou d'appel ont expiré ou lorsque la juridiction d'appel s'est prononcée sur le bien-fondé des impositions supplémentaires. Les dispositions de l'article D 3324-40 du code du travail s'appliquent par exemple lorsque les provisions pour charge de retraite ou de préretraite dont la déduction fiscale est interdite sont réintégrées à l'initiative de l'administration. Les compléments de participation assortis de l'intérêt de retard sont portés à la réserve spéciale de participation de l'exercice au cours duquel les redressements deviennent définitifs. Dans ce cas, le point de départ du délai d'indisponibilité est le premier jour du cinquième mois de l'exercice suivant celui au cours duquel le redressement est devenu définitif. 70 Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 4/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2365-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Les rectifications ainsi opérées doivent être portées à la connaissance des parties intéressées. L'établissement de l'attestation rectificative est assuré spontanément par l'inspecteur des finances publiques chaque fois qu'une première attestation a été délivrée sur demande de l'entreprise ou de l'inspecteur du travail. Elle est toujours adressée au destinataire de la première attestation délivrée. L'attestation rectificative donne lieu à une nouvelle liquidation de la participation au titre de chacun des exercices qu'elle affecte. Conformément aux dispositions de l'article D 3324-40 du code du travail, les rectifications qui en découlent ne doivent toutefois être prises en considération qu'au titre de l'exercice pendant lequel les redressements opérés par l'Administration sont devenus définitifs et non au titre de ceux qui ont fait l'objet d'une rectification de l'assiette fiscale. 80 Mais le montant de la réserve spéciale de participation correspondant à la rectification opérée à ce dernier titre doit, en vertu des mêmes dispositions, être majoré de l'intérêt dont le taux est égal au taux moyen de rendement des obligations des sociétés privées publié par le ministère chargé de l'économie et qui court à partir du premier jour du cinquième mois de l'exercice qui suit celui au titre duquel les rectifications ont été opérées. Le calcul de l'intérêt est arrêté au jour de l'inscription du complément au compte de la réserve spéciale de participation. Exemple : Soit une entreprise, dont le montant de la réserve spéciale de participation au titre de l'exercice clos le 31 décembre N, est égale à 1 500 000 €. En N+1, suite à un redressement du bénéfice de l'exercice clos en N, le montant de la réserve spéciale de participation au titre de N doit être augmenté de 500 000 €. Deux hypothèses sont envisageables : - les rectifications dues aux redressements sont formellement acceptées par l'entreprise en N+1 : le complément de participation doit être porté à la réserve spéciale de participation au titre de l'exercice où les redressements sont acceptés, soit N+1. Un intérêt de retard est calculé sur le montant du complément, à compter du 1er mai N+1. La période d'indisponibilité court à compter du 1er avril N+2. - les redressements n'ont pas été acceptés, et les voies de recours sont épuisées en N+9 : le complément doit être porté à la réserve au titre de l'année où les rectifications sont devenues définitives, soit N+9. Un intérêt de retard est calculé sur le montant du complément, à compter du 1er mai N+1. La période d'indisponibilité court à compter du 1er mai N+10., D. Opposabilité des énonciations contenues dans les attestations 90 Les énonciations de l'attestation de l'inspecteur des finances publiques sont opposables à l'entreprise comme à son personnel. Elles ne peuvent en principe être remises en cause à l'occasion de litiges nés de l'application des dispositions relatives à la participation. Dès lors, s'il apparait que de telles erreurs ont été commises, rien ne fait obstacle à ce que les parties intéressées demandent à l'inspecteur des finances publiques d'établir une nouvelle attestation. II. Appréciation des autres éléments de calcul de la participation 100 Les autres éléments de calcul de la dotation de l'exercice au compte de la réserve spéciale de participation sont appréciés directement par les parties intéressées. Les contestations portant sur Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 5/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2365-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 cette appréciation par l'une ou l'autre des parties intéressées sont réglées dans les conditions définies à l'article L.3326-1 du code du travail. A. Éléments de calcul devant être appréciés directement 110 Ces éléments sont le montant des salaires et celui de la valeur ajoutée. L'appréciation de ces montants respectifs s'opère conformément aux définitions figurant aux articles D.3324-1 à D 3324-6 du code du travail. Pour les salaires notamment, cette appréciation est facilitée par la consultation des informations mises à la disposition des salariés en exécution d'accords conclus dans le cadre de l'article L.3324-5 du code du travail ou par l'examen du rapport que chaque employeur est tenu d'établir et de présenter -dans les conditions prévues à l'article D.3323-13 à D 3323-15 du code du travail dans un délai de six mois après la clôture de l'exercice, soit au comité d'entreprise, soit à la commission spécialisée créée par ce comité dans des conditions analogues à celles prévues par les articles L.2325-22 du code du travail, L.2325-26 du code du travail et L.2325-34 du code du travail, soit à défaut aux délégués du personnel. Toutefois, l'appréciation de ces éléments n'a un intérêt pratique que pour autant que les données de l'attestation délivrée par l'inspecteur des finances publiques fassent apparaître l'existence d'un bénéfice à répartir aux salariés. En fait, il ne peut en être ainsi que lorsque le bénéfice net excède 5 % des capitaux propres mentionnés sur cette attestation. Ce n'est donc que lorsque cette condition préalable est remplie qu'il y a lieu de procéder à cette double appréciation et, le cas échéant, d'examiner les contestations que cette appréciation pourrait soulever. B. Contestations portant sur l'évaluation des salaires et de la valeur ajoutée 120 Les contestations de cette nature sont réglées selon les procédures stipulées par les accords mentionnés à l'article L 3322-6 du code du travail. À défaut d'accords de ce type ou en l'absence de toute disposition particulière de ces accords sur le règlement des litiges de cette nature, les contestations portant sur le montant des salaires ou de la valeur ajoutée relèvent des juridictions compétentes en matière d'impôt directs. Remarque : Tous les autres litiges relatifs à l'application des dispositions concernant la participation des salariés aux résultats de l'entreprise sont de la compétence des tribunaux judiciaires. Ces juridictions sont : - le tribunal administratif en premier accord ; - la cour administrative d'appel ; Contrairement à la procédure suivie en matière d'impôts directs où le tribunal administratif ne peut être saisi qu'après décision préalable du directeur des finances publiques territorialement compétent, les litiges portant sur l'évaluation des salaires et de la valeur ajoutée à retenir en matière de participation des salariés aux résultats de l'entreprise doivent être soumis directement à l'appréciation de ce tribunal. Le tribunal administratif territorialement compétent est celui dans le ressort duquel l'entreprise a son siège ou le lieu de son principal établissement. Les jugements du tribunal administratif peuvent être portés en appel devant la Cour administrative d'appel dans un délai de deux mois à dater de leur notification. Les arrêts rendus par la Cour administrative d'appel peuvent être déférés au Conseil d’État par voie de pourvoi en Cassation. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 6/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2365-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-10-10-30-20120912 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20140204 Page 1/2 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2217-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20140204 Date de publication : 04/02/2014 DGFIP RSA - Charges déductibles - Cotisations à un régime de retraite ou de prévoyance Positionnement du document dans le plan : RSA - Revenus salariaux et assimiles Base d'imposition des traitements,salaires et revenus assimiles Titre 3 : Charges déductibles du revenu brut Chapitre 1 : Cotisations à un régime de prévoyance retraite Sommaire : I. Cotisations déductibles sans limite (article 83, 1° et 1°-0 bis du CGI) II. Cotisations déductibles dans certaines limites 1 Les salariés sont autorisés à déduire du montant brut de leur rémunération, dans les conditions fixées par l'article 83 du code général des impôts (CGI), les cotisations qu'ils supportent en vue de se prémunir contre les différents risques sociaux ; I. Cotisations déductibles sans limite (article 83, 1° et 1°-0 bis du CGI) Pour un exposé détaillé, se reporter au BOI-RSA-BASE-30-10-10. 10 Sont déductibles sans limite de la rémunération brute : - les cotisations de sécurité sociale (régime général et régimes spéciaux, y compris les cotisations versées aux régimes étrangers de sécurité sociale par les salariés restent affiliés dans leur pays d'origine ou, dans certaines conditions, par les travailleurs frontaliers conformément aux dispositions du règlement CEE n° 883/2004 du parlement européen et du conseil du 29 avril 2004 ou aux stipulations d'une convention ou d'un accord international relatif à l'application des régimes de sécurité sociale) ; Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 2/2 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2217-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20140204 - les cotisations d'assurance vieillesse versées en exercice des facultés de rachat prévues aux articles L. 351-14-1 du code de la sécurité sociale et L.9 bis du code des pensions civiles et militaires de retraite (rachat des années d'études ou insuffisamment cotisées) ainsi que celles prévues par les dispositions réglementaires ayant le même objet prises sur le fondement de l'article L. 711-1 du code de la sécurité sociale ; - les cotisations versées aux régimes de retraite complémentaire mentionnés au chapitre Ier du titre II du livre IX du code de la sécurité sociale (régimes complémentaires légalement obligatoires tels que l'ARRCO, l'AGIRC, l'IRCANTEC ou la CRPNAC) ; - les cotisations au régime public de retraite additionnel obligatoire (RAFP) institué par l'article 76 de la loi n° 2003-775 du 21 août 2003 portant réforme des retraites ; Remarque : En revanche, les cotisations versées par les salariés ou prélevées par l'employeur, à titre obligatoire ou facultatif et destinées au comité d'entreprise, n'ont pas le caractère de cotisations sociales. Elles ne peuvent, dès lors, être admises en déduction des salaires imposables en cette qualité. Néanmoins, les cotisations salariales aux comités d'entreprise doivent être considérées comme des dépenses professionnelles. Comme telles, elles sont couvertes par la déduction forfaitaire de 10 % pour frais professionnels ou prises en compte pour leur montant réel en cas d'option pour la déduction des frais réels. II. Cotisations déductibles dans certaines limites Pour un exposé détaillé, se reporter au BOI-RSA-BASE-30-10-20. 20 Les cotisations suivantes sont déductibles de la rémunération brute dans certaines limites (CGI, art. 83, 1° quater, 2° et 2°-0 ter ; ordonnance n° 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires, article 2) et conditions détaillées au BOI-RSA-BASE-30-10-20 : - les cotisations ou primes versées aux organismes de prévoyance complémentaire auxquels le salarié est affilié à titre obligatoire à condition, lorsque ces cotisations ou primes financent des garanties portant sur le remboursement ou l'indemnisation de frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident, que ces garanties respectent les conditions mentionnées à l'article L. 871-1 du code de la sécurité sociale. - les cotisations ou primes versées aux organismes de retraite supplémentaire y compris ceux gérés par une institution mentionnée à l'article L. 370-1 du code des assurances pour les contrats mentionnés à l'article L. 143-1 du code des assurances lorsqu'ils ont pour objet l'acquisition et la jouissance de droits viagers, auxquels le salarié est affilié à titre obligatoire ; - les cotisations versées à titre obligatoire au régime de prévoyance des joueurs professionnels de football institué par la charte du football professionnel ; - les cotisations versées aux régimes de prévoyance complémentaire et aux régimes de retraite complémentaire qui répondent aux conditions fixées à l'article 3 de la directive 98/49/CE du Conseil du 29 juin 1998 ou à celles prévues par les conventions ou accords internationaux de sécurité sociale, auxquels les personnes désignées au I de l'article 81 B du CGI ou, pour les personnes dont la prise de fonctions en France est intervenue depuis le 1er janvier 2008, au 1 du I de l'article 155 B du CGI étaient affiliées ès qualités dans un autre État avant leur prise de fonctions en France. Les cotisations sont déductibles jusqu'au 31 décembre de la cinquième année suivant celle de leur prise de fonctions en France, dans certaines limites qui tiennent compte des versements de l'employeur. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 Page 1/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/327-PGP.html?identifiant=BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 DGFIP IF - TH – Champ d'application - Locaux imposables - Locaux meublés et à usage privatif des sociétés, associations ou organismes privés non soumis à la CFE Positionnement du document dans le plan : IF - Impôts fonciers Taxe d'habitation Titre 1 : Champ d'application et territorialité Chapitre 1 : Locaux imposables Section 2 : Locaux meublés et à usage privatif des sociétés, associations ou organismes privés non soumis à la CFE Sommaire : I. Locaux meublés conformément à leur destination A. Habitations proprement dites et leurs annexes B. Locaux servant à l'administration des collectivités privées 1. Locaux imposables a. Salles de réunion b. Bureaux c. Locaux assimilés 2. Locaux non imposables II. Locaux à usage privatif A. Locaux imposables B. Locaux non imposables III. Locaux non soumis à la cotisation foncière des entreprises 1 L'article 1407 I 2° du CGI rend passibles de la taxe d'habitation les locaux meublés occupés par les sociétés, associations ou organismes privés (œuvres, fondations) lorsqu'ils remplissent simultanément les trois conditions suivantes : - être meublés conformément à leur destination ; Identifiant juridique : BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 2/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/327-PGP.html?identifiant=BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 - faire l'objet d'une occupation privative ; - ne pas être retenus dans les bases de la cotisation foncière des entreprises (CFE) de la personne qui en a la disposition. Ces trois conditions seront successivement examinées. L'attention est toutefois appelée sur le fait que ce texte ne vise pas les personnes physiques. I. Locaux meublés conformément à leur destination 10 Pour être imposables, les locaux occupés par les collectivités privées doivent être meublés conformément à leur destination. Il résulte de la jurisprudence du Conseil d'État que seuls sont à retenir à ce titre : - les locaux meublés à usage d'habitation ; - les locaux servant à l'administration générale des collectivités visées à l'article 1407 I 2° du CGI. 20 Ne peuvent être soumis à la taxe d'habitation les locaux spécialement aménagés pour l'exercice d'une profession industrielle ou commerciale (usines, ateliers, dépôts, boutiques, magasins de vente etc). A. Habitations proprement dites et leurs annexes 30 Il s'agit des locaux destinés à la vie personnelle ou commune des membres de la collectivité et dont l'accès est réservé aux membres de cette collectivité ou à leurs invités. Sont ainsi imposables au nom de la collectivité : - les logements occupés personnellement dans un collège par les membres d'une société religieuse qui le possède et le dirige (CE, 22 janvier 1868) ; - les locaux d'une congrégation religieuse servant au logement des novices et des sœurs qui viennent accidentellement habiter la maison, à l'exclusion des bâtiments affectés à la tenue d'une école communale (CE, 6 avril 1865, Supérieure de la congrégation des sœurs de l'Instruction chrétienne) ; - l'appartement garni de meubles dont une société est locataire, dans lequel elle n'exerce aucune activité commerciale, bien que sa location fasse l'objet d'un bail commercial (CE, 10 juin 1959, SA Carbogel) ; - les locaux ou logements loués par des associations pour héberger, à titre temporaire, des personnes qu'elles prennent en charge ou des personnes bénéficiant du revenu minimum d'insertion (RM Gambier, JO AN 14 décembre 1992, p. 5641, n° 60969 ; RM Philibert, JO AN 25 octobre 1993, p. 3675, n° 4539). Remarque : Depuis le 1er juin 2009, le revenu minimum d'insertion (RMI) a été remplacé par le revenu de solidarité active (RSA). B. Locaux servant à l'administration des collectivités privées 1. Locaux imposables 40 Identifiant juridique : BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 3/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/327-PGP.html?identifiant=BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 D'une manière générale, et dès lors que les autres conditions sont remplies (cf. II et III), tous les locaux meublés affectés à l'administration des collectivités privées sont imposables à la taxe d'habitation. Le titre ou les modalités de l'occupation, le fait notamment que les locaux soient mis gratuitement à la disposition des collectivités concernées sont sans incidence sur le principe de l'imposition (RM Malvy, JO AN 9 février 1981, n° 38104). a. Salles de réunion 50 Sont imposables : - les locaux servant aux réunions du conseil d'administration des sociétés exonérées de CFE ; - les locaux servant de siège social et de bureau permanent aux associations (RM n° 2993, M. Guy Ebrard, Député, JO AN du 30 janvier 1960, p. 76 1re col.), aux syndicats, aux organismes politiques ; - un local affecté par une loge maçonnique aux réunions de ses membres et meublé selon cette affectation (CE, 13 juillet 1883 ; CE, 12 novembre 1965, Société civile de la Franc Maçonnerie Bordelaise) ; - les locaux meublés servant aux réunions d'un cercle ( CE, 10 décembre 1875 ), d'une caisse agricole (CE, 25 novembre 1907 caisse agricole de Reims), et plus généralement les salles de réunion de sociétés ou associations poursuivant un but artistique, littéraire, confessionnel, politique ou syndical ; - une chapelle privée. b. Bureaux 60 Sont notamment imposables les locaux affectés : - aux services administratifs des collectivités privées ; - aux services de contrôle et de comptabilité (CE, 15 janvier 1898, Société coopérative d'alimentation, la Ruche Berruyère, Cher) ; - à la direction, à l'administration, au service d'études et au secrétariat d'une société (CE, 21 avril 1948) ; - au service des abonnements et des ventes aux particuliers, au service de rédaction d'une entreprise de presse (CE, 20 janvier 1937, Société des illustrés français, Seine) c. Locaux assimilés 70 Il s'agit des locaux meublés des collectivités privées autres que les salles de réunion et les bureaux mais qui doivent néanmoins être considérés comme meublés conformément à leur destination. Tel est notamment le cas des locaux : - utilisés pour un patronage (CE, 7 avril 1922, Patronage de l'œuvre du quartier Notre-Dame à Nice) ; - servant de salle de lecture aux membres d'une association (CE, 5 décembre 1930, Hérault) ; Identifiant juridique : BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 4/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/327-PGP.html?identifiant=BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 - dans lesquels un syndicat ou une chambre syndicale a installé un bureau de placement pour le service exclusif de ses adhérents (CE, 19 février 1912, Epicerie Française) ; - des locaux professionnels occupés par une agence de presse dès lors que : • elle est, en tant qu'agence de presse, exonérée de taxe professionnelle ; • ses locaux sont meublés ; à cet égard, reste sans incidence la circonstance que les locaux aient été loués nus par le propriétaire à l'agence qui les a meublés elle-même pour exercer son activité professionnelle ; • ces locaux loués pour les besoins de l'activité de l'agence de presse ne sont pas librement accessibles au public ; (CE, 7 juillet 2006 n° 280270, 8e et 3e s.-s., min. c/ Sté NF2). - des cantines d'entreprises et autres installations de caractère social : infirmerie, douches, vestiaires, etc. dès lors qu'elles sont mises à la disposition privative d’une autre personne au sens du 2° du I de l’article 1407 du CGI tel que comité d'entreprise, association, mutuelle, etc., et qu’elles ne sont pas retenues pour l’établissement de la CFE ; - à usage commun d'un foyer d'hébergement collectif (salle à manger, cuisine, installations sanitaires, etc.) ; - des associations sportives où se déroulent les compétitions ainsi que leurs vestiaires et locaux d'hygiène (RM Haby, JO AN du 27 juin 1983, n° 29477, p. 2873) (voir également II A). CE 26 juin 2002 Association Bauffard Vecelli 2. Locaux non imposables 80 En revanche, les locaux des collectivités privées non utilisés pour l'administration de ces dernières ne sont pas imposables. Tel est le cas notamment des locaux servant exclusivement à la fabrication, au dépôt et à la vente d'objets de consommation (CE, 15 janvier 1898, Société coopérative d'alimentation, la Ruche Berruyère, Cher). II. Locaux à usage privatif 90 Les locaux meublés conformément à leur destination (cf. I) doivent, en outre, être affectés à l'usage des personnes qui en ont la disposition. Par suite, les locaux meublés auxquels le public a accès ne sont pas imposables à la taxe d'habitation. A. Locaux imposables 100 Sont imposables : - un local exceptionnellement ouvert au public qui n'en reste pas moins à la disposition des membres d'une association pour leurs réunions privées (CE, 12 novembre 1965, Société civile de la Franc-Maçonnerie Bordelaise) ; Identifiant juridique : BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 5/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/327-PGP.html?identifiant=BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 - les locaux des ordres professionnels tels que ceux affectés à l'ordre des Avocats dans les Palais de justice (CE, 7 février 1975, n° 88611) dès lors qu'ils ne sont pas ouverts aux visiteurs (CE, 17 mars 1976, n° 97334; voir également BOI-IFTH-10-40-10) ; - des locaux appartenant à une communauté religieuse, réservés à l'usage de ses membres, qui ne sont pas affectés à l'exercice du culte et qui ne sont pas accessibles au public (CE, 14 mai 1986, n° 69968). - des locaux professionnels occupés par une agence de presse dès lors que : • elle est, en tant qu'agence de presse, exonérée de taxe professionnelle ; • ses locaux sont meublés ; à cet égard, reste sans incidence la circonstance que les locaux aient été loués nus par le propriétaire à l'agence qui les a meublés elle-même pour exercer son activité professionnelle ; • ces locaux loués pour les besoins de l'activité de l'agence de presse ne sont pas librement accessibles au public ; - les locaux d'un centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle dévolus à l'accueil, à la circulation, au traitement et à l'hébergement des patients dès lors que, l'accès à ces locaux par des tiers, tels que les visiteurs des patients, étant réglementé, ils ne peuvent être regardés comme des locaux publics. La circonstance que les locaux du centre sont mis à disposition du personnel médical et des patients et qu'ils sont soumis à la réglementation sanitaire n'a pas pour effet de leur donner le caractère de locaux publics et, partant, de leur ôter leur caractère de locaux occupés à titre privatif (CE, 26 juin 2002, n° 223362, Association du Centre Médical Docteur Bouffard-Vercelli). B. Locaux non imposables 110 Ont été considérés comme non imposables : - une salle où sont reçus les abonnements ou les petites annonces dans une entreprise de presse ; - un édifice public du culte et ses dépendances telle qu'une salle, ouverte au public, servant exclusivement aux offices religieux (CE, 17 mars 1911) ; - les locaux affectés exclusivement à l'exercice public d'un culte (CE, 17 mars 1911, RO 4444) et gérés selon l'une des modalités prévues à l'article 25 de la loi du 9 décembre 1905 et à l'article 4 de la loi du 2 janvier 1907 dès lors que des enseignements et des débats sur des thèmes bibliques ainsi que des cérémonies à caractère religieux se déroulaient dans les locaux dont l'association disposait et l'accès à ces locaux n'était pas réservé aux membres de l'association CE, 13 janvier 1993, n° 112392, Association Agape et, n° 115474, Congrégation Chrétienne des Témoins de Jéhovah du Puy. - la salle d'exposition d'une association ou d'un musée ; - les salles de compétition, vestiaires et locaux d'hygiène des groupements sportifs. En revanche, l'ensemble des locaux réservés aux adhérents pour la pratique du sport sont imposables (RM n° 17122, M. Haesebroeck, Député, JO AN n° 21 du 16 avril 1975, p. 1706, 2e col.) III. Locaux non soumis à la cotisation foncière des entreprises 120 Identifiant juridique : BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 6/6 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/327-PGP.html?identifiant=BOI-IF-TH-10-10-20-20120912 Pour être imposables à la taxe d'habitation, les locaux meublés à usage privatif des personnes morales ou organismes privés ne doivent pas être soumis à la cotisation foncière des entreprises. Ces collectivités sont donc susceptibles d'être imposées à la taxe d'habitation lorsque l'activité exercée dans les locaux : - n'entre pas dans le champ d'application de la cotisation foncière des entreprises ; - ou est expressément exonérée de cette cotisation. Pour savoir si tel est bien le cas, il conviendra de se reporter à la division CFE. Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Page 1/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 DGFIP TPS - FPC - Participation des employeurs au financement de la formation professionnelle continue - Obligations déclaratives – Versement au Trésor – Recouvrement, contrôle et contentieux Positionnement du document dans le plan : TPS - Taxes et participations sur les salaires Participation des employeurs au développement de la formation professionnelle continue (FPC) Titre 4 : Recouvrement, contrôle et contentieux Sommaire : I. Obligations déclaratives A. Souscription d'une déclaration annuelle 1. Employeurs soumis à l'obligation de souscrire la déclaration annuelle 2. Délai de déclaration 3. Lieu de dépôt de la déclaration 4. Contenu de la déclaration B. Renseignements ou documents à produire sur demande de l'administration II. Versement au Trésor public A. Versement par les employeurs 1. Éléments constitutifs du versement au Trésor a. Insuffisance du montant des dépenses consenties en faveur de la formation professionnelle b. Possibilité de report des excédents de dépenses sur les trois années suivantes c. Versement spécial à la charge des employeurs de plus de 50 salariés n'ayant pas consulté le comité d'entreprise d. Régularisation en cas de reversement par un organisme formateur 2. Modalités de paiement B. Versement par les organismes dispensateurs de formation 1. Versement des fonds non employés par les centres de formation conventionnés 2. Reversement des fonds non utilisés par un organisme agréé au titre du plan de formation 3. Reversement des emplois de fonds non conformes III. Recouvrement, contrôle et contentieux A. Recouvrement Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 2/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 B. Contrôle C. Contentieux I. Obligations déclaratives Les employeurs soumis à la participation à la formation professionnelle continue doivent souscrire une déclaration chaque année. Ils doivent en outre fournir certains renseignements ou documents sur demande des services du ministère chargé de la formation professionnelle. A. Souscription d'une déclaration annuelle 1. Employeurs soumis à l'obligation de souscrire la déclaration annuelle 10 Seuls les employeurs soumis à la participation à la formation professionnelle continue occupant au moins dix salariés sont tenus de remettre, chaque année, aux services des impôts la déclaration spécifique à la participation professionnelle continue n° 2483, indiquant notamment le montant de la participation à laquelle ils étaient tenus à raison des rémunérations versées durant l'année précédente et les dépenses effectivement consenties en vertu des articles L6331-9 et L6331-14 à L6331-19 du code du travail ainsi que le montant de la participation due en application de l'article L6322-37 du code du travail (articles L6331-32 du code du travail). Cette déclaration est disponible sur www.impots.gouv.fr, rubrique recherche de formulaires. 20 Les employeurs occupant moins de dix salariés sont dispensés de souscrire la déclaration spéciale n° 2483. Les indications nécessaires à l'assiette de la participation sont mentionnées dans la déclaration annuelle des salaires (DADS) ou dans la déclaration des salaires 2460 (pour les employeurs ne relevant pas du régime général de la sécurité sociale). 30 Les employeurs franchissant pour la première fois le seuil de 10 salariés demeurent dispensés de souscrire la déclaration spéciale au titre de l'année du franchissement du seuil et les deux années suivantes(article L6331-15 du code du travail). Les employeurs sont toutefois tenus de déposer la déclaration 2483 en cas de franchissement du seuil de 10 salariés dès la première année d'activité ou lorsque l'accroissement de l'effectif résulte de la reprise ou de l'absorption d'une entreprise ayant employé 10 salariés ou plus au cours de l'une des trois années précédentes (article L6331-17 du code du travail). 40 Tous les employeurs employant au moins 10 salariés, assujettis à la participation, sont tenus de souscrire la déclaration spéciale (n° 2483) retraçant leur action en matière de formation professionnelle, qu'ils aient ou non à acquitter un versement au Trésor public. 50 En principe, une déclaration unique doit être faite pour l'ensemble des établissements exploités par l'entreprise. Lorsqu'il s'agit d'un exploitant individuel qui exerce à la fois une activité industrielle ou commerciale et une autre activité (non commerciale ou agricole) il y a lieu à souscription d'une seule déclaration pour l'ensemble de ces activités si l'activité non commerciale ou agricole peut être considérée comme une extension de l'activité industrielle ou commerciale. En revanche, si l'activité agricole ou non Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 3/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 commerciale constitue une activité séparée, I'employeur doit souscrire une déclaration distincte pour chaque branche d'activité. 2. Délai de déclaration 60 En vertu de l'article R6331-29 du code du travail, la déclaration doit être produite au plus tard le 2ème jour ouvré suivant le 1er mai de l'année suivant celle au cours de laquelle les dépenses au titre de la contribution prévue à l'article L6331-9 du code du travail ont été réalisées. En cas de cession ou de cessation d'entreprise, la déclaration relative à l'année en cours et, le cas échéant, celle relative à l'année précédente, sont déposées dans les soixante jours de la cession ou de la cessation. En cas de décès de l'employeur, ces déclarations sont déposées dans les six mois qui suivent la date du décès. En cas de procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire, elles sont produites dans les soixante jours de la date du jugement (code du travail, art. R6331-33). 3. Lieu de dépôt de la déclaration 70 Aux termes de l'article R6331-29 du code du travail, la déclaration doit être souscrite auprès du service des impôts du lieu : 1° de souscription de la déclaration des résultats pour les sociétés, les entreprises industrielles, commerciales ou artisanales ainsi que pour les employeurs exerçant une activité non commerciale ; 2° de l'exploitation ou du siège de la direction, en cas de pluralité d'exploitations, pour les exploitants agricoles ; 3° du domicile ou du siège social pour les autres employeurs. 4. Contenu de la déclaration 80 En application de l'article R6331-30 du code du travail, la déclaration doit être établie sur un imprimé fourni par l'administration (n° 2483) et indiquer, outre la désignation et l'adresse du déclarant, les éléments suivants : 1° le nombre mensuel moyen de salariés au cours de l'année ou de la période de référence, calculé selon les modalités prévues à l'article R6331-1 du code du travail ; 2° Le montant des rémunérations versées aux salariés pendant l'année en cours, telles qu'elles sont définies à l'article L6331-9 ; 3° Le taux et le montant de l'obligation incombant à l'employeur ; 4° Le montant des dépenses exposées en application des articles L6331-9 à L6331-11 et L6331-14 à L6331-24 ; 5° La répartition de ces dépenses selon les catégories suivantes : a) Le montant total des dépenses de fonctionnement des actions de formation mises en œuvre par l'entreprise. Ce montant inclut les frais de personnel enseignant, les frais de personnel non enseignant et les autres frais de fonctionnement ; b) Le montant total des dépenses de prestations réalisées au bénéfice des salariés de l'entreprise en application de conventions, ventilé en : total des achats d'actions de formation au sens des dispositions de l'article D6321-1, total des dépenses de bilans de compétences réalisées en application des dispositions de l'article R6322-32, total des dépenses de validation des acquis de l'expérience réalisées en application des articles R6422-9 et R6422-10 ; Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 4/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 c) Le montant total des rémunérations versées par l'entreprise aux salariés pendant leur présence ou leur participation effective aux actions de formation mentionnées à l'article L6313-1 ; d) Le montant total des allocations de formation définies à l'article L6321-10 et versées par l'employeur au cours de l'année ; e) Le montant total des versements réalisés à des organismes collecteurs paritaires agréés par l'Etat, au titre des contrats et périodes de professionnalisation, du droit individuel à la formation, du congé individuel de formation ; f) Les versements réalisés à des organismes collecteurs paritaires agréés par l'Etat au titre de la formation des travailleurs privés d'emploi, en application du 2° de l'article L6331-19 ; g) Le montant total des autres dépenses autorisées par les textes ; h) Le montant total des concours publics perçus au titre de la formation professionnelle ; 6° Selon le cas, l'insuffisance de contribution au titre de la période considérée ou l'excédent reportable au titre des trois années suivantes, ou l'insuffisance des contributions dues aux organismes paritaires agréés par l'Etat ; 7° Eventuellement, le montant restant à reporter au titre des dépenses réalisées au cours des trois années précédentes ; 8° Le taux et le montant de la contribution due au titre de la professionnalisation ainsi que du droit individuel à la formation, d'une part, et au titre du congé individuel de formation, d'autre part, ainsi que le montant de l'utilisation de chacune de ces contributions ; 9° Les données relatives à l'assiette des rémunérations payées aux salariés titulaires d'un contrat de travail à durée déterminée, le montant de l'obligation de financement de leur formation prévue à l'article L6322-37 et le montant des sommes utilisées à ce titre ; 10° Le cas échéant, la majoration prévue à l'article L6322-40 ; 11° Le montant total du versement à opérer au Trésor public ; 12° Le nombre de salariés de l'entreprise répartis par catégorie d'emploi et par sexe au 31 décembre de l'année considérée ; 13° Par sexe et par catégorie d'emploi, le nombre de salariés ayant bénéficié d'une formation, le nombre d'heures de formation suivies, le nombre de salariés ayant bénéficié d'une formation au titre du droit individuel à la formation, le nombre d'heures de formation consommées à ce titre au cours de l'année ou de la période de référence et le nombre d'heures ouvertes au titre de ce même droit au 31 décembre ; 14° Au cours de l'année ou de la période de référence, le nombre de bilans de compétences ou d'actions de validation des acquis de l'expérience pris en charge en totalité par l'employeur, le nombre de salariés ayant bénéficié d'une période de professionnalisation, le nombre de salariés ayant bénéficié d'une allocation de formation, le nombre d'heures correspondant aux actions financées dans le cadre des périodes de professionnalisation et le nombre d'heures rémunérées au titre d'une allocation de formation. B. Renseignements ou documents à produire sur demande de l'administration 90 Aux termes de l'article R6331-34 du code du travail, sont fournis sur demande des services du ministre chargé de la formation professionnelle, les renseignements et documents suivants : 1° La liste des actions de formation réalisées par des organismes de formation pour le compte de l'employeur ainsi que les effectifs concernés et le montant des dépenses réalisées en application de conventions ou, en l'absence de conventions, de bons de commande ou de factures, et retenues au titre de la participation ; Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 5/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 2° La liste des conventions mentionnées aux articles R6321-2 et R6322-32 du code du travail conclues par l'employeur et les organismes réalisant des bilans de compétences au bénéfice des salariés de l'entreprise ainsi que les effectifs concernés et le montant des dépenses imputées sur l'obligation de participer ; 3° La liste des conventions mentionnées à l'article R6422-11 du même code conclues par l'employeur et les organismes intervenant à la validation des acquis de l'expérience au bénéfice des salariés de l'entreprise ainsi que les effectifs concernés et le montant des dépenses imputées sur l'obligation de participer ; 4° La liste et le montant des concours publics perçus par l'employeur au titre de la formation professionnelle ; 5° L'indication des organismes collecteurs paritaires agréés ayant reçu des versements de l'employeur en application de l'article R6331-9 et du 4° de l'article L6331-19 du code du travail. II. Versement au Trésor public A. Versement par les employeurs 100 Les employeurs tenus de participer au financement de la formation professionnelle continue qui n'ont pas respecté leurs obligations dans les délais requis doivent procéder à un versement auprès du Trésor public. 1. Éléments constitutifs du versement au Trésor 110 Plusieurs éléments peuvent intervenir dans la détermination du montant du versement à effectuer au Trésor : - I'insuffisance du montant des dépenses consenties en faveur de la formation professionnelle ; - la possibilité de report des excédents de dépenses sur les trois années suivantes ; - I'absence de consultation par l'employeur d'au moins 50 salariés du comité d'entreprise sur les problèmes propres à l'entreprise relatifs à la formation professionnelle continue ; - la régularisation en cas de reversement par un organisme formateur. a. Insuffisance du montant des dépenses consenties en faveur de la formation professionnelle 120 Lorsque l'employeur n'a pas opéré les versements obligatoires à un organisme collecteur ou procédé aux dépenses libératoires à hauteur de la participation lui incombant (y compris celui au bénéfice du fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels), il doit verser la différence au Trésor public (code du travail, articles L6331-6, L6631-28 et L6322-40). Il doit en outre verser au Trésor une somme égale à cette différence (code du travail, articles L6331-6, et L6331-30). Ainsi, en pratique, la somme à verser au Trésor public est égale au double de la différence entre la somme que l'employeur aurait dû consacrer à la formation professionnelle (y compris celui au bénéfice du fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels) et celle qu'il a effectivement consacrée. Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 6/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 b. Possibilité de report des excédents de dépenses sur les trois années suivantes 130 L'employeur occupant au moins dix salariés peut avoir effectué au cours d'une année des dépenses de formation pour un montant supérieur à celui auquel il était légalement tenu. Dans cette situation, I'excédent de dépenses peut être reporté sur les trois années suivantes (article L6331-29 du code du travail). Cet excédent ne peut s'imputer que sur la participation proprement dite et non sur la majoration due en application de l'article L6331-30 du code du travail à raison d'une insuffisance de versements. c. Versement spécial à la charge des employeurs de plus de 50 salariés n'ayant pas consulté le comité d'entreprise 140 Aux termes de l'article L6331-12 du code du travail, les employeurs de cinquante salariés et plus ne peuvent être regardés comme s'étant conformés aux obligations qui leur incombent au titre de la participation à la formation professionnelle continue que si, ayant satisfait à l'obligation de participation financière, ils justifient que le comité d'entreprise a délibéré sur les problèmes propres à l'entreprise, relatifs à la formation professionnelle continue dans les conditions prévues aux articles L2323-33 à L2323-39 du code du travail ou produisent le procès-verbal de carence prévu à l'article L2324-8 du code du travail. 150 À cet effet, les employeurs doivent, dans la déclaration n° 2483, attester sur l'honneur avoir satisfait à l'obligation de consultation du comité d'entreprise. Sur demande de l'administration, l'employeur doit produire les procès-verbaux justifiant de cette obligation ou, lorsque le comité d'entreprise n'a pas été régulièrement constitué ou renouvelé, le procès-verbal constatant cette carence, tel qu'il est prévu aux articles L2324-3 à L2324-5 et L2324-8 du code du travail. 160 A défaut de pouvoir justifier la consultation du comité d'entreprise ou la carence, l'employeur doit effectuer au Trésor public un versement d'un montant égal à 50 % de la participation due en application de l'article L6331-19 du code du travail par l'entreprise pour l'année considérée (article L6331-31 du code du travail). d. Régularisation en cas de reversement par un organisme formateur 170 Parmi les différentes dépenses libératoires, l'employeur peut notamment imputer sur la participation les sommes qu'il a versées à un organisme de formation avec lequel il a conclu une convention. Toutefois, aux termes de l'article L6331-13 du code du travail, les sommes ainsi engagées ne sont libératoires que dans la mesure où cet organisme effectue les dépenses correspondantes avant la date de la régularisation de la convention. En effet, l'employeur et l'organisme formateur doivent régulariser périodiquement leur situation et ajuster les versements en fonction du nombre de stagiaires formés ou en formation. La régularisation doit intervenir à l'expiration de la période de validité de la convention et au plus tard à la fin de chaque période triennale en cas de convention pluriannuelle (article R6331-27 du code du travail). Lorsque lors de la régularisation le montant des dépenses de formation libératoires dues en vertu de la convention s'avère inférieur aux versements effectués et imputés sur sa participation par l'employeur, l'organisme formateur doit reverser la différence à l'employeur. Ce dernier est alors considéré comme n'ayant pas satisfait à ses obligations en matière de participation et doit donc à son tour effectuer un versement du même montant au Trésor public. Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 7/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 2. Modalités de paiement 180 Le versement à effectuer au Trésor doit être déterminé par l'employeur et versé spontanément. Les employeurs occupant au moins 10 salariés doivent opérer le versement en même temps que la déclaration n° 2483 et dans le même délai. Les employeurs de moins de 10 salariés doivent adresser leur paiement au service des impôts accompagné d'un bordereau de versement n° 2485, avant le 30 avril. B. Versement par les organismes dispensateurs de formation 1. Versement des fonds non employés par les centres de formation conventionnés 190 Les centres de formation conventionnés, dans lesquels sont organisées des actions de formation prévues par l'article L6331-19 du code du travail au bénéfice de travailleurs privés d'emploi, sont tenus de verser au Trésor public les fonds non employés à l'issue des actions de formation (CGI, art. 235 ter HA). Les versements doivent être effectués dans le mois qui suit la date d'échéance de la convention (CGI, ann. III, art. 381 U). lls doivent être accompagnés d'un bordereau de versement établi en double exemplaire qui doit indiquer, outre la désignation et l'adresse du déclarant : 1° La nature juridique et le montant des versements reçus des employeurs ; 2° Le montant des dépenses de formation exposées en contrepartie des fonds ainsi reçus ; 3° Le montant du versement à effectuer (CGI, ann. III, art. 381 V). Le bordereau de versement doit être remis au service des impôts compétent. Ce service est celui du lieu : - de souscription de la déclaration des résultats pour les organismes de formation à but lucratif, ainsi que pour les dispensateurs de formation dont l'activité revêt un caractère non commercial ; - du domicile ou du siège social pour les organismes de formation à but non lucratif et les fonds d'assurance-formation (CGI, ann. III, art. 381 W). 2. Reversement des fonds non utilisés par un organisme agréé au titre du plan de formation 200 L'article R6332-52 du code du travail prévoit que les disponibilités dont un organisme collecteur paritaire agréé au titre du plan de formation peut disposer au 31 décembre d'un exercice déterminé ne peuvent excéder le montant des charges comptabilisées au cours du même exercice. Lorsqu'existe un excédent, celui-ci est affecté, avant le 30 juin de l'année suivante, au financement d'actions de formation au bénéfice de demandeurs d'emploi sans contrat de travail. Ces actions sont organisées dans des centres de formation conventionnés dans les conditions prévues par le 3° de l'article L6331-19. L'article R6332-53 du code du travail précise que les excédents non utilisés dans les conditions prévues à l'article R6332-52 sont reversés au Trésor public avant la date prévue à ce même article. Lors du reversement, les excédents sont accompagnés d'un bordereau indiquant, outre la désignation et l'adresse du déclarant, le montant de l'excédent à reverser. Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 8/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 Ce bordereau est remis au service des impôts du siège de l'organisme collecteur paritaire agréé au titre du plan de formation. Les articles R6332-52 et R6332-53 ne s'appliquent qu'à partir de la troisième année suivant celle au cours de laquelle l'organisme collecteur paritaire agréé au titre du plan de formation a, selon le cas, été créé ou a reçu l'agrément mentionné à l'article L6332-7 du code du travail (article R6332-54 du code du travail). 3. Reversement des emplois de fonds non conformes 210 Aux termes de l'article R6332-56 du code du travail, donnent lieu à un reversement de même montant par l'organisme collecteur paritaire agréé au titre du plan de formation au Trésor public les emplois de fonds qui ne sont pas conformes aux articles suivants : 1° R6332-23, relatif à la liste des priorités, des critères et des conditions de prise en charge des demandes présentées par les employeurs ; 2° R6332-42, relatif aux modalités de conservation et de dépôt des ressources des organismes collecteurs paritaires agréés ; 3° R6332-50, R6332-37-2 et R6332-37-4, relatifs aux dépenses de ces organismes. III. Recouvrement, contrôle et contentieux A. Recouvrement 220 La contribution due au titre de la participation à la formation professionnelle qui doit être versée au Trésor public est établie et recouvrée selon les modalités ainsi que sous les suretés, garanties et sanctions applicables en matière de taxe sur le chiffre d'affaires (articles L6331-6 et L6331-31 du code du travail). B. Contrôle 230 Le contrôle du respect par les employeurs de leurs obligations en matière de formation professionnelle est assuré par les services de la direction générale des finances publiques et par les services chargés de la formation professionnelle. 240 Relèvent exclusivement du service des impôts : - la détermination de la base de la participation ; - la surveillance du dépôt dans les délais impartis des déclarations qui doivent être souscrites par les employeurs ; - la perception du versement éventuellement dû au Trésor ; - l'instruction du contentieux correspondant à ces diverses opérations (en ce qui concerne le contentieux de l'assiette, le service des impôts n'a plus à connaître que des seules réclamations relatives à la base sur laquelle est liquidé le montant de la participation) ; - l'exécution au plan comptable des décisions de dégrèvement, quelle que soit l'autorité dont elles émanent. 250 Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 9/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 Relèvent exclusivement de la compétence des services chargés de la formation professionnelle : - le contrôle des dépenses consenties en faveur de la formation professionnelle par l'employeur et dont celui-ci demande l'imputation sur le montant de la participation qui lui incombe ; - l'instruction du contentieux relatif à la réalité ou à la validité des dépenses de formation. Quant à l'appréciation de l'obligation de participer aux dépenses de formation, elle incombe concurremment aux services des impôts et à l'autorité administrative chargée de la formation professionnelle. 260 Conformément aux dispositions de l'article L6331-33 du code du travail, le contrôle de la participation des employeurs est réalisé selon les règles applicables en matière de taxe sur le chiffre d'affaires. Il s'ensuit que les contrôles réalisés par les services fiscaux sont effectuées selon les règles de procédures définies par le livre des procédures fiscales (cf série contrôle fiscal). Le contrôle de la réalité et de la validité des dépenses effectuées par les employeurs en faveur de la formation professionnelle continue, effectué par les agents des services compétents en matière de formation professionnelle est effectué selon les règles définies par le code du travail (articles L6361-1 à L6361-6, L6362-1 à L6362-13, L6363-1 et L6363-2 et R6362-1 et suivant)s. Ainsi, Ies articles R. 6362-3 et R. 6362-4 du code du travail prévoient une procédure spéciale de redressement en matière de dépenses. En effet, dans le cas où il est envisagé par les services spécialisés de rejeter tout ou partie des dépenses invoquées par un employeur, ce dernier doit recevoir notification des conclusions du contrôle effectué et être avisé en même temps qu'il dispose d'un délai de trente jours, à compter de cette notification, pour présenter les observations écrites et demander, le cas échéant, à être entendu. La décision du ministre chargé de la formation professionnelle ou du préfet de la région ne peut être prise qu'au vu de ces observations et après audition, le cas échéant, de l'employeur à moins qu'aucune demande écrite ou demande d'audition n'ait été présentée avant l'expiration du délai ci-dessus prévu. Cette décision, qui doit être motivée, est notifiée à l'intéressé selon le cas par le ministre chargé de la formation professionnelle ou par le préfet de région. La notification interrompt la prescription courant à l'encontre de l'administration fiscale au regard des versements éventuellement dus et des pénalités correspondantes. Les résultats du contrôle sont transmis à l'administration fiscale qui assure le recouvrement des versements exigibles et des pénalités correspondantes. 270 La même procédure est applicable aux dispensateurs de formation. C. Contentieux 280 Selon leur objet, les contentieux relatifs à la participation à la formation professionnelle relèvent de la compétence soit des services chargés de la formation professionnelle soit des services fiscaux. 290 Les contentieux consécutifs aux contrôles de la réalité et de la validité des dépenses de formation relèvent de la compétence de l'autorité administrative chargée de la formation professionnelle. L'intéressé qui entend contester la décision administrative qui lui a été notifiée en application de l'article R6362-4, saisit d'une réclamation, préalablement à tout recours pour excès de pouvoir, l'autorité qui a pris la décision. Le rejet total ou partiel de la réclamation fait l'objet d'une décision motivée notifiée à l'intéressé (article R6362-6 du code du travail). Identifiant juridique : BOI-TPS-FPC-40-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 06/05/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 10/10 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5799-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-FPC-40-20120912 Le ministre chargé de la formation professionnelle et le préfet de région peuvent déférer ou défendre devant le juge administratif tout contentieux consécutif aux contrôles mentionnés aux articles L6361-1 à L6361-3, à l'exception du contentieux relatif à l'établissement et au recouvrement des versements mentionnés aux articles L6331-31 et L6362-8 à L. 6362-12 (article R6362-7 du code du travail). 300 Les réclamations relatives au champ d'application et à la base de la participation sont de la compétence des agents de la direction générale des finances publiques. Les réclamations sont présentées, instruites et jugées dans les mêmes conditions que celles concernant les taxes sur le chiffre d'affaires (code du travail, articles L6331-8 et L6331-33) (cf. série procédures contentieuses). Quelle que soit l'autorité dont elles émanent, les décisions de dégrèvement sont exécutées, au plan comptable, par le service des impôts. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Page 1/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 DGFIP TVA - Taux réduits - Prestations de services - Ventes à consommer sur place, restauration collective Positionnement du document dans le plan : TVA - Taxe sur la valeur ajoutée Liquidation - Taux Titre 3 : Les taux réduits Chapitre 2 : Prestations de services imposables aux taux réduits Section 1 : Fournitures de logement, pension ou repas Sous-section 2 : Ventes à consommer sur place, fournitures de repas dans les cantines et à certains établissements à vocation sociale Sommaire : I. Ventes à consommer sur place A. Taux B. Ventilation C. Précisions diverses 1. Service et pourboires 2. Services de traiteur 3. Cours de cuisine suivis d'une consommation sur place II. Cantines d'entreprises A. Établissements concernés 1. Principes applicables 2. Incidences des procédures de paiement des repas et de contrôle de l'accès aux cantines d'entreprises au moyen de cartes magnétiques personnalisées B. Opérations passibles du taux réduit dans les cantines d'entreprises C. Conditions d'application du taux réduit dans les cantines d'entreprises 1. Objet de la cantine 2. Modalités de gestion de la cantine 3. Locaux de la cantine 4. Prix des repas 5. Comptabilisation des opérations 6. Contrat en cas d'appel à un prestataire extérieur Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 2/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 III. Cantines scolaires A. Fournitures de repas par des prestataires extérieurs B. Concession ou affermage d'une cantine scolaire 1. Situation des entreprises concessionnaires ou fermières a. Principes généraux b. Cas particuliers 1° Concessionnaire ou fermier utilisant les installations de la cantine scolaire pour confectionner des repas non destinés aux élèves ou au personnel des établissements scolaires 2° Cuisines centrales 2. Situation de la collectivité ayant concédé ou affermé son service de restauration scolaire IV. Autres établissements de restauration collective A. Établissements concernés 1. Établissements d'enseignement supérieur 2. Établissements hospitaliers, sociaux ou médico-sociaux 3. Restaurants pour personnes âgées gérés par des municipalités ou des centres communaux d'action sociale (CCAS) et cantines de l'Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) B. Opérations passibles du taux réduit dans les autres établissements de restauration collective C. Conditions d'application du taux réduit dans les autres établissements de restauration collective 1. Existence d'un contrat écrit porté à la connaissance de l'administration 2. Service des repas réservé à un public limité 3. Lieu de service des repas 4. Prix des repas 5. Comptabilisation des opérations 1 L'ensemble des commentaires ci-après, qui vise « le taux réduit » doit s'entendre comme visant « le taux réduit de 7 % ». 10 Les ventes à consommer sur place à l'exclusion de celles relatives aux boissons alcooliques bénéficient du taux réduit de la TVA en application du m de l'article 279 du code général des impôts (CGI). 20 Les ventes à consommer sur place effectuées par les cantines d'entreprises, publiques ou privées, et par les fournisseurs extérieurs de ces cantines (sociétés de restauration collective ou traiteurs collectifs) bénéficient d'un dispositif qui leur est propre. Elles sont soumises au taux réduit en application du a bis de l'article 279 du CGI lorsqu'elles sont réalisées dans les conditions fixées par l'article 85 bis de l'annexe III à ce code. Bénéficient également du taux réduit prévu par le a bis de l'article 279 du CGI : - les ventes à consommer sur place effectuées par les fournisseurs extérieurs des cantines universitaires ; - la fourniture de repas à certains établissements hospitaliers, sociaux ou médico-sociaux non soumis à la TVA et à l'ensemble des établissements de soins titulaires de l'autorisation mentionnée à l'article L. 6122-1 du code de la santé publique ; - la fourniture de repas dans les restaurants pour personnes âgées ou nécessiteuses gérés par des municipalités ou des bureaux d'aide sociale ; - la fourniture de repas dans les cantines de l'Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). 30 Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 3/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 La fourniture de repas par des prestataires extérieurs dans les cantines scolaires des établissements publics ou privés d'enseignement du premier et du second degré sont imposables au taux réduit de 5,5% (CGI, art. 278-0 bis E). I. Ventes à consommer sur place 40 Sur la notion de ventes à consommer sur place, il convient de se référer au BOI-TVACHAMP-10-10-50-70-VI. A. Taux 50 Sans préjudice des dispositions du 1° du A de l'article 278-0 bis du CGI, le taux réduit est applicable aux ventes à consommer sur place, à l’exclusion de celles relatives aux boissons alcooliques. 60 Le taux normal est applicable aux ventes à consommer sur place de boissons alcooliques. B. Ventilation 70 Conformément aux dispositions de l'article 268 bis du CGI, lorsque des opérations passibles de taux différents font l’objet d’une facturation globale et forfaitaire, il appartient au redevable de ventiler les recettes correspondant à chaque taux, de manière simple et économiquement réaliste, sous sa propre responsabilité et sous réserve du droit de contrôle de l’administration. A défaut d’une telle ventilation, le prix doit être soumis dans sa totalité au taux normal. 80 Ainsi, dans l’hypothèse de ventes à consommer sur place présentées sous forme de menu comprenant des produits relevant de taux différents de TVA (exemple : formule vin compris), le redevable peut ventiler le prix du menu en proportion du prix de revient (calculé à partir du prix d’achat) des intrants respectifs. Lorsque les produits présentés dans le menu sont également présentés séparément à la carte, la méthode suivante est présentée à titre d’exemple : - détermination du rapport entre le prix hors taxe (HT) à la carte des produits relevant du taux réduit par rapport au prix total (HT) qui aurait été facturé à la carte ; - application de ce rapport au prix HT du menu afin de déterminer la fraction du prix HT du menu relevant du taux réduit. Exemple : carte proposant une entrée du jour à 5 € TTC (soit 4,74 € HT), un plat du jour à 10 € TTC (soit 9,48 € HT), un verre de vin à 5 € TTC (soit 4,18 € HT) et une formule entrée / plat du jour / verre de vin à 18 € TTC. - détermination du rapport : (4,74 + 9,48) / (4,74 + 9,48 + 4,18) = 0,78 ; - application de ce rapport pour déterminer la fraction du prix HT de la formule complète soumise au taux réduit : 0,78 x 16,54 = 12,90 €. Remarque : 16,57 € est le prix HT reconstitué [ 18 (prix TTC) = ( prix HT x 0,78 x 1,055) + ( prix HT x 0,22 x 1,196)]. Le redevable peut également utiliser une répartition forfaitaire, tirée des caractéristiques de l’établissement et appliquée de manière cohérente, lorsque la gamme des produits est homogène. Tel est le cas notamment des établissements dans lesquels les proportions entre les boissons alcoolisées et le reste des produits du menu sont semblables. Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 4/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 En tout état de cause, la méthode de ventilation retenue demeure au libre choix du redevable et peut donc être différente des exemples proposés supra sous réserve des principes exposés au § 80. C. Précisions diverses 1. Service et pourboires 90 Les majorations de prix réclamées à la clientèle par les entreprises au titre du « service » également qualifiées de « pourboires obligatoires » constituent un élément du prix à soumettre à la TVA dans les conditions de droit commun (cf. BOI-TVA-BASE-10-20-40-20 § 90 à 130). Soumises aux mêmes règles de TVA que les prestations de services auxquelles elles se rattachent, elles obéissent notamment le cas échéant aux règles de ventilation exposées au I-B lorsqu'elles se rapportent à une opération soumise à différents taux de TVA. 2. Services de traiteur 100 Lorsqu’il réalise des ventes à consommer sur place, le traiteur peut facturer sa prestation pour un prix global comprenant, outre la fourniture de nourriture préparée ou non, un ensemble de services tels que le service à table (comprenant le service de préparation des mets), la fourniture de matériels nécessaires à la consommation du repas (vaisselles, tables, chaises, équipements mobiles de réchauffage des mets, de cuisine et d'hygiène etc.), la mise en place et la décoration des espaces dédiés à la consommation (tables, buffets, etc.) ainsi que la fourniture d'espaces fixes ou mobiles (salles, tentes, etc.) permettant la consommation sur place. Le taux réduit s’applique sur l’ensemble de la prestation, que celle-ci soit facturée globalement (prix global par personne) ou que les différentes composantes de la prestation soient facturées distinctement. 110 En revanche, le taux réduit ne s’applique pas aux prestations de mises à disposition d'hôtesses, de vestiaire, de voiturier et de chauffeur. En cas de facturation globale de prestations relevant de taux différents, elles obéissent aux règles exposées au I-B relatives à la ventilation. 120 Par ailleurs, il est précisé que les prestations d’animation qui pourraient être facturées, relèvent du taux qui leur est propre. 3. Cours de cuisine suivis d'une consommation sur place 130 RES N° 2012/22 (TCA) Taux applicable aux cours de cuisine. Question : Les cours de cuisine suivis d'une consommation sur place peuvent-ils bénéficier du taux réduit de la TVA prévu au m de l'article 279 du code général des impôts (CGI) ? Réponse : Le m de l'article 279 du CGI soumet au taux réduit la TVA les ventes à consommer sur place, à l'exclusion de celles relatives aux boissons alcooliques. Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 5/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 En revanche, les prestations d'enseignement de la cuisine relèvent du taux normal de la TVA. Conformément à l'article 268 bis du code général des impôts (CGI), lorsque des opérations sont passibles de taux différents, chacune d'elles doit être imposée à raison de son prix et au taux qui lui est propre. Dans l'hypothèse d'une facturation forfaitaire, il appartient au redevable de ventiler les recettes correspondant à chaque taux, de manière simple et économiquement réaliste, sous sa propre responsabilité et sous réserve du droit de contrôle de l'administration. A défaut d'une telle ventilation, le prix est soumis dans sa totalité au taux normal. S'agissant des cours de cuisine suivis d'une consommation sur place, une méthode de ventilation de la prestation globale en fonction du temps passé à chaque étape de la prestation rendue constitue une méthode simple et économiquement réaliste. En conséquence, le taux réduit de la TVA prévu au m de l'article 279 du CGI s'applique aux recettes à hauteur du rapport entre le temps consacré à la dégustation sur la durée totale de la prestation, le reste des recettes se voyant appliquer le taux normal de la TVA. En revanche, si le repas dégusté sur place est accompagné d'une boisson alcoolique, le prix de cette dernière ne doit pas faire l'objet de la ventilation mais doit être soumis dans sa totalité au taux normal de la TVA dès lors que les ventes à consommer sur place de boissons alcooliques sont toujours soumises au taux normal. Par ailleurs, lorsque le cours de cuisine n'est pas suivi d'une dégustation sur place mais de l'emport des plats préparés par le client, le taux normal de la TVA s'applique à l'intégralité du prix de la prestation. II. Cantines d'entreprises A. Établissements concernés 1. Principes applicables 140 Les recettes provenant de la fourniture des repas dans les cantines d'entreprises et administratives sont soumises de plein droit à la TVA. Ces recettes peuvent bénéficier du taux réduit en application du a bis de l'article 279 du CGI dans les conditions fixées par l'article 85 bis de l'annexe III à ce code. 150 Le taux réduit est applicable, dans les conditions visées à l’article 85 bis de l’annexe III au CGI, aux recettes provenant de la fourniture des repas dans les cantines d’entreprises et administratives. 160 Cette mesure vise les cantines d'entreprises (cantines d'entreprises, inter-entreprises, administratives, inter-administratives) qui préparent et servent elles-mêmes les repas ou font appel à un prestataire extérieur. 170 Le non-respect des conditions mentionnées par l'article 85 bis de l'annexe III du CGI ne remet toutefois pas en cause le bénéfice du taux réduit de TVA qui s’applique selon les règles prévues pour les ventes à consommer sur place (cf. I). Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 6/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 2. Incidences des procédures de paiement des repas et de contrôle de l'accès aux cantines d'entreprises au moyen de cartes magnétiques personnalisées 180 La mise en place, par le gestionnaire ou par le fournisseur extérieur, d'un système de cartes magnétiques personnalisées d'accès et de paiement se traduit par la perception directe par ce fournisseur du prix des repas, en totalité ou en partie (lorsque l'employeur prend en charge une partie du prix), lors du passage des usagers à la caisse. Cet encaissement est réalisé soit à l'occasion du chargement de la carte (pré-paiement) soit par l'inscription d'un débit sur une carte de paiement (postpaiement). Ce procédé d'encaissement direct du prix des repas auprès des usagers peut, dans certains cas, conduire à remettre en cause l'application du taux réduit de la TVA prévu par le a bis de l'article 279 du CGI. Dans ces cas là, le taux réduit peut demeurer applicable sur la base du m de l'article 279 du CGI relatif aux ventes à consommer sur place (cf. I). Cela étant, le procédé d'encaissement direct du prix n'exclut pas l'application du dispositif de l'article 279 a bis du CGI lorsque le fournisseur extérieur perçoit ces sommes en qualité de mandataire de l'organisme gestionnaire de la cantine. Les contrats conclus entre les parties (un exemplaire du contrat doit être déposé auprès des services des impôts des entreprises dont dépend chacune d'elles ; CGI, annexe III, art. 85 bis) et les modalités de facturation et de paiement des repas doivent alors permettre d'établir que : - le fournisseur extérieur perçoit directement auprès des usagers tout ou partie du prix des repas, au nom et pour le compte du gestionnaire de la cantine, sous la responsabilité de ce dernier et sous son contrôle ; - la facture adressée au gestionnaire de la cantine à l'issue de chaque période de référence est établie sur la base du nombre et du prix total des repas servis ; - les sommes encaissées directement auprès des usagers au cours ou à l'issue de chaque période de référence ont le caractère d'un simple acompte à valoir sur la facture adressée au gestionnaire de la cantine. Ce régime n'a aucune incidence sur l'exigibilité de la TVA qui suit les règles de droit commun. B. Opérations passibles du taux réduit dans les cantines d'entreprises 190 Aux termes du a bis de l'article 279 du CGI, le taux réduit s'applique aux recettes provenant de la fourniture des repas dans les cantines d'entreprises perçues tant par les organismes gestionnaires des cantines que par les prestataires extérieurs (sociétés de restauration collective, traiteurs collectifs). Par repas, il convient d'entendre les mets et denrées ainsi que les boissons servies à l'occasion des déjeuners et des dîners, dès lors que les boissons sont classées dans l'un des deux premiers groupes visés à l'article L. 3321-1 du code de la santé publique. Il s'agit : - des boissons sans alcool : eaux minérales ou gazéifiées, jus de fruits ou de légumes non fermentés ou ne comportant pas, à la suite d'un début de fermentation, de traces d'alcool supérieures à 1,2 degré, limonades, sirops, infusions, lait, café, thé, chocolat ; - des boissons fermentées non distillées : vin, bière, cidre, poiré, hydromel, vins doux naturels bénéficiant du régime fiscal des vins, crèmes de cassis, jus de fruits ou de légumes fermentés comportant de 1,2 à 3 degrés d'alcool. Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 7/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Sous réserve que la prestation soit justifiée par les conditions de travail (horaires décalés, travail posté, astreintes particulières), la vente à consommer sur place de petits déjeuners et de collations, accompagnés ou non de boissons des deux premiers groupes visés ci-dessus, peut être soumise au taux réduit. C. Conditions d'application du taux réduit dans les cantines d'entreprises 200 L'application du taux réduit aux recettes provenant de la fourniture des repas dans les cantines d'entreprises est subordonnée par l'article 85 bis de l'annexe III au CGI à la réunion des conditions suivantes relatives à la fourniture des repas et au fonctionnement de la cantine. Le non-respect des conditions mentionnées ci dessous ne remet toutefois pas en cause le bénéfice du taux réduit de TVA qui s’applique selon les règles prévues pour les ventes à consommer sur place (cf. I). 1. Objet de la cantine 210 L'objet de la cantine doit consister à fournir de façon habituelle des repas au personnel qui doit être en mesure de justifier de son appartenance à l'entreprise ou à l'administration. Cette justification peut résulter de la présentation d'une carte d'admission à la cantine ou de tout autre document permettant de s'assurer commodément de la qualité des personnes accédant à la cantine. Le fait que des repas soient servis à des tiers ne fait cependant pas obstacle à l'application du taux réduit aux recettes du gestionnaire de la cantine et du fournisseur extérieur si le nombre de ces tiers reste marginal. Cette condition s'apprécie annuellement. Sont considérés comme des tiers, les usagers qui ne sont liés à aucune des entreprises associées au fonctionnement de la cantine. Les recettes se rapportant aux repas servis à ces tiers demeurent toutefois passibles du taux réduit de la TVA selon les règles applicables aux ventes à consommer sur place (cf. I). Il en va de même des réceptions (privées ou professionnelles) qui pourraient être organisées par le gestionnaire de la cantine ou son prestataire extérieur. 2. Modalités de gestion de la cantine 220 La cantine doit être gérée par le comité d'entreprise ou par l'employeur ou par une association ou par un groupement de comités d'entreprises ou d'employeurs. Conformément aux dispositions de l'article R. 2323-21 du code du travail, le fonctionnement de la cantine est en tout état de cause soumis au contrôle de représentants du personnel et de l'entreprise. 3. Locaux de la cantine 230 Les repas doivent être fournis dans des locaux dont le gestionnaire de la cantine a la libre disposition. Cette condition est remplie lorsque le gestionnaire de la cantine est propriétaire ou a la disposition, à titre gratuit ou onéreux, des locaux dans lesquels est aménagée la salle à usage de cantine. 240 Les repas doivent être servis par le personnel du gestionnaire de la cantine ou du fournisseur extérieur. Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 8/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Cette condition est remplie et ne soulève pas de difficulté lorsque le fournisseur extérieur est une société de restauration collective (entreprise qui fournit à la fois des produits alimentaires et des prestations de services). Par ailleurs, ces sociétés assument habituellement les risques et périls de la restauration d'entreprise. En revanche, lorsque le fournisseur extérieur est un traiteur, deux situations peuvent se présenter : - le fournisseur extérieur se comporte en véritable traiteur collectif : il ne prépare pas ses repas dans les locaux de la cantine mais assume les risques et périls de la restauration d'entreprise et sert les repas aux usagers de la cantine. Dans ce cas, et lorsque les autres conditions fixées par l'article 85 bis de l'annexe III au CGI sont réunies, le traiteur collectif peut facturer les repas à consommer sur place au taux réduit ; - le fournisseur extérieur se comporte comme un traiteur ordinaire : il approvisionne la cantine en plats cuisinés, boissons (etc.) et ne fournit aucune prestation de services (service à table, prestations d'entretien ou de nettoyage). Dans ce cas, le traiteur ne peut revendiquer l'application du régime fiscal particulier des fournisseurs extérieurs de cantines mais doit facturer les produits livrés au taux propre à chacun d'eux. Pour la plupart des produits alimentaires solides et les boissons non alcooliques, il s'agira du taux réduit. En revanche, les boissons alcooliques seront soumises au taux normal. 4. Prix des repas 250 Le prix des repas doit être sensiblement inférieur à celui pratiqué, pour des prestations similaires, par les restaurants ouverts au public. Pour l'appréciation de cette condition, il convient de se référer aux prix pratiqués dans les restaurants exploités commercialement dans la localité où est située la cantine ou, à défaut, dans les communes environnantes. Cette condition peut être remplie lorsque les tarifs pratiqués sont modulés en fonction de la situation des usagers. 260 Le non-respect par le gestionnaire de l'une de ces quatre conditions remet en cause l'application du taux réduit fondée sur l'article 279 a bis du CGI et entraîne, le cas échéant, la remise en cause du taux réduit au niveau du prestataire extérieur. Remarque : cette situation ne remet toutefois pas en cause le bénéfice du taux réduit de TVA qui s’applique selon les règles prévues pour les ventes à consommer sur place (cf. I). 5. Comptabilisation des opérations 270 La comptabilité du gestionnaire de la cantine doit faire apparaître distinctement les données comptables propres relatives à la fourniture des repas. 6. Contrat en cas d'appel à un prestataire extérieur 280 Dans le cas où il fait appel à un prestataire extérieur, le gestionnaire de la cantine doit conclure avec ce dernier un contrat prévoyant les conditions de la fourniture des repas. Le prestataire doit, dans le mois de la signature par les parties, déposer un exemplaire de ce contrat auprès du service des impôts des entreprises dont il dépend et de celui dont relève le gestionnaire de la cantine. Les opérations effectuées dans le cadre de chacun des contrats doivent être comptabilisées distinctement par le prestataire extérieur. Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 9/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 III. Cantines scolaires A. Fournitures de repas par des prestataires extérieurs 290 Le E de l'article 278-0 bis du CGI soumet au taux réduit de 5,5 % la fourniture de repas par des prestataires extérieurs dans les établissements publics ou privés d'enseignement du premier et du second degré. Les établissements d'enseignement du premier degré sont les écoles maternelles (ou préélémentaires) et les écoles élémentaires (ou primaires). Les établissements d'enseignement du second degré sont les collèges et les lycées, que ceux-ci dispensent un enseignement général, technologique, professionnel ou agricole. 300 La fourniture de repas aux élèves scolarisés dans l'un des établissements précités, y compris s'ils relèvent de l'enseignement supérieur (exemple : élèves de classes préparatoires situées dans un lycée) bénéficie alors du taux réduit de 5,5 %. Les repas fournis aux personnels de ces établissements sont également soumis au taux réduit de 5,5 %. 310 Par ailleurs, lorsque l'établissement d'enseignement est le gestionnaire de la cantine, la fourniture de repas par un fournisseur extérieur qui constitue une livraison de denrées alimentaires demeure soumise au taux réduit de 5,5 % sur le fondement du 1° du A de l'article 278-0 bis du CGI. Dans cette configuration, les repas sont exonérés de TVA sur le fondement du 4° du 4 de l'article 261 du CGI dès lors qu'ils sont étroitement liés à l'enseignement. B. Concession ou affermage d'une cantine scolaire 320 Dans un avis du 7 octobre 1986, le Conseil d'État a estimé que les collectivités locales peuvent concéder ou affermer leur service de restauration scolaire. Le contrat de concession se distingue du contrat d'affermage par le fait que le concessionnaire réalise à ses frais et risques tout ou partie des ouvrages et installations nécessaires au fonctionnement du service. Par contre, dans un contrat d'affermage, c'est la collectivité qui réalise à ses frais et risques l'ensemble des ouvrages et installations nécessaires au fonctionnement du service. Le fermier doit en contrepartie verser une redevance à la collectivité. La collectivité doit toutefois conserver la responsabilité de la garde et de la surveillance des enfants pendant les repas. L'entreprise titulaire du contrat de concession ou d'affermage exploite le service de restauration à ses risques et périls en se rémunérant directement auprès des usagers. Le contrat ne doit donc pas comporter une clause par laquelle la collectivité s'engage à verser des subventions destinées à combler en tout ou partie le déficit de l'exploitant (subventions d'équilibre). 330 Mais le contrat peut prévoir : - le versement de subventions destinées à compenser des sujétions tarifaires ou des modifications dans l'exploitation, imposées par la collectivité à l'exploitant ; - le paiement par la collectivité du prix des repas aux lieu et place de certains usagers. Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 10/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Enfin, le cocontractant doit être désigné comme attributaire des recettes du service. Il lui incombe de les percevoir directement auprès des usagers. Si le contrat n'est pas exécuté aux risques et périls et avec rémunération directe auprès des usagers, la collectivité sera considérée comme l'exploitant. Le cocontractant en sa qualité de gestionnaire sera soumis au taux réduit de 5,5 % sur les fournitures de repas si les conditions d'application de ce taux sont remplies (cf. IV-A). 340 Une décision ministérielle du 17 septembre 1987 autorise les entreprises titulaires d'un contrat de concession ou d'affermage de cantine scolaire à appliquer, sous certaines conditions, le taux réduit à leurs recettes. Cette décision appelle les commentaires qui suivent. 1. Situation des entreprises concessionnaires ou fermières a. Principes généraux 350 L'entreprise concessionnaire ou fermière comprend dans sa base d'imposition toutes les sommes reçues en contrepartie de l'exploitation des cantines (CGI, art. 256 et 266-1-a) et notamment : - les recettes perçues auprès des usagers ; - les compensations financières versées par la collectivité (cf. ci-dessus § 460) ; - le montant des aides en nature qui peuvent lui être consenties par la collectivité concédante. Il en est ainsi, par exemple, lorsque la collectivité met gratuitement à la disposition de l'entreprise, des employés municipaux affectés à des tâches autres que la surveillance des élèves (cuisiniers, personnel de service, etc.). Le montant de l'aide consentie chaque mois est alors déterminé comme suit : nombre de personnes x rémunérations fixées par la convention collective nationale des entreprises de restauration collective + charges sociales correspondantes TOTAL (ce montant est réputé TTC) Remarque : Pour plus de précisions sur les aides à inclure dans la base imposable à la TVA cf. BOI-TVA-BASE-10-10-10. 360 Les recettes réalisées par le concessionnaire ou le fermier sont taxées au taux réduit lorsque toutes les conditions suivantes sont remplies : - l'entreprise de restauration est titulaire d'un contrat de concession ou d'affermage qui lui confie l'exploitation de la cantine scolaire à ses risques et périls et avec le soin de se rémunérer directement auprès de l'usager ; - l'entreprise dépose un exemplaire du contrat auprès du service des impôts des entreprises dont elle dépend et de celui dont relève la collectivité locale avec laquelle elle a contracté, dans le mois qui suit la signature de cette convention ; - les repas ne sont servis au taux réduit qu'aux élèves et au personnel de l'établissement. L'entreprise doit être en mesure de justifier de l'appartenance des usagers de la cantine à l'établissement (présentation d'une « carte de cantine » ou de tout autre document analogue délivré par la collectivité locale) ; - le prix des repas est sensiblement inférieur à celui qui est pratiqué par les restaurants similaires ouverts au public ; Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 11/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 - l'entreprise comptabilise distinctement les recettes perçues au titre de chaque contrat de concession ou d'affermage. Lorsque les conditions qui viennent d'être énumérées sont remplies, le taux réduit s'applique à l'ensemble des recettes perçues à raison de la fourniture des repas aux ayants droit (recettes perçues auprès des usagers pour la fourniture de repas, compensations financières de la collectivité, aides en nature). b. Cas particuliers 1° Concessionnaire ou fermier utilisant les installations de la cantine scolaire pour confectionner des repas non destinés aux élèves ou au personnel des établissements scolaires a° Fourniture de repas à une cantine d'entreprise ou d'administration 370 Le taux réduit est applicable si les repas confectionnés dans les locaux scolaires sont facturés au gérant d'une cantine d'entreprise ou d'administration (ex. repas du personnel communal facturés à la collectivité) et si les conditions fixées par l'article 85 bis de l'annexe III au CGI sont remplies. b° Fourniture de repas à des tiers 380 La fourniture de repas à des tiers doit conserver un caractère marginal. Les recettes perçues des repas fournis à des tiers demeurent taxables au taux réduit mais selon les règles du m de l'article 279 du CGI prévues pour les ventes à consommer sur place (cf. I). 2° Cuisines centrales 390 Les cuisines centrales permettent à l'entreprise de restauration de préparer des repas qui sont ensuite livrés à l'extérieur. Le fait que les repas ne soient pas préparés dans l'enceinte d'un établissement scolaire ne fait pas obstacle à l'application du taux réduit si les conditions décrites ci-dessus au § 490 sont remplies. 2. Situation de la collectivité ayant concédé ou affermé son service de restauration scolaire 400 La collectivité locale qui a concédé ou affermé son service de restauration scolaire perçoit en règle générale une redevance de concession ou d'affermage. Cette redevance n'est pas imposable à la TVA, à moins que son montant ne soit proportionnel aux résultats de l'exploitation du service de restauration scolaire. Lorsque la redevance n'est pas soumise à la TVA, la collectivité ne peut pas déduire la taxe qu'elle a supportée sur les dépenses effectuées pour les besoins de ce service (travaux concernant les locaux, achats d'équipements, frais divers, etc.). IV. Autres établissements de restauration collective 410 Les cantines des établissements d'enseignement supérieur sont exonérées de TVA sur le fondement de l'article 261-4-4° au CGI qui vise les prestations de services et les livraisons de biens qui leur sont étroitement liées, effectuées dans le cadre de l'enseignement. Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 12/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 De même, les repas servis aux patients dans les établissements de santé ne sont pas soumis à la taxe dès lors qu'il s'agit d'opérations étroitement liées aux opérations de soins (art. 256 B et 261-4-1° bis du CGI). Par ailleurs, les prestataires extérieurs peuvent, sous certaines conditions, appliquer le taux réduit à la fourniture de repas à ces établissements ainsi qu'aux autres établissements mentionnés ci-dessous. A. Établissements concernés 1. Établissements d'enseignement supérieur 420 Le taux réduit s'applique sous les conditions rappelées ci-dessous à la fourniture de repas par un prestataire extérieur aux cantines des établissements de l'enseignement supérieur. 2. Établissements hospitaliers, sociaux ou médico-sociaux 430 Le taux réduit s'applique sous les conditions rappelées ci-dessous aux fournitures de repas : - à des établissements médico-sociaux qui ne sont pas soumis à la TVA ; - aux hôpitaux publics dont l'activité est placée hors du champ d'application de la taxe par l'article 256 B du CGI ; - aux établissements de soins privés qui entrent dans l'une des catégories suivantes : • établissements sanitaires comportant des moyens d'hospitalisation, qu'il s'agisse d'établissements polyvalents ou spécialisés ; • établissements contribuant aux soins médicaux mais ne comportant pas de moyens d'hospitalisation, lorsqu'ils sont munis d'équipements lourds (dialyse) ; • établissements de rééducation fonctionnelle ; • centres ou services d'hospitalisation de jour ou de nuit ; • centres ou services d'hospitalisation à domicile. 440 Le bénéfice du taux réduit est réservé aux repas servis à consommer sur place dans les établissements sociaux ou médico-sociaux (généralement les maisons de retraite, les instituts médico-pédagogiques) visés à l'article L. 312-1 du code de l'action sociale et des familles et qui ne sont pas soumis à la taxe sur la valeur ajoutée en application des dispositions des articles 256 B et 261-7-1° b du CGI. La condition de prise en charge des prestations d'hébergement et de restauration par les organismes de sécurité sociale n'est pas exigée dès lors que les établissements en cause sont habilités à recevoir des personnes bénéficiaires de l'aide sociale. 450 RES N° 2007/6 (TCA) : Taux de TVA applicable à des prestations de restauration rendues par un Etablissement ou Service d’Aide par le Travail (ESAT). Application du régime prévu pour la fourniture de repas dans les cantines. Question : Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 13/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Une association gère plusieurs établissements médico-sociaux accueillant des personnes handicapées, ces établissements n’ayant pas de personnalité juridique distincte. Parmi ces établissements, figure un Etablissement ou Service d’Aide par le Travail (ESAT, ex-CAT) qui assure une prestation de restauration au profit des autres établissements gérés par l’association, ainsi qu’en direction d’organismes tiers. Dans ce cadre, un ESAT peut-il appliquer le régime de la fourniture de repas dans les cantines ? Réponse : Les ESAT sont des établissements médico-sociaux relevant des dispositions du a du 5° du I de l’article L. 312-1 du Code de l’action sociale et des familles (CASF). Ces établissements ont pour vocation d’offrir aux personnes handicapées des activités diverses à caractère professionnel et un soutien médico-social et éducatif en vue de favoriser leur épanouissement personnel et social. A ce titre, les activités qu’ils réalisent peuvent être exonérées de TVA en application du b du 1° du 7 de l’article 261 du code général des impôts (CGI) prévu pour les organismes à but non lucratif. Cela étant, les ESAT peuvent renoncer à cette exonération et choisir de soumettre volontairement à la taxe les recettes qui proviennent des activités de production et de commercialisation effectuées par les personnes handicapées. Dans ce cas, les établissements réalisent à la fois des opérations soumises à la TVA (ventes d'objets fabriqués ou services rendus par les personnes handicapées) et des opérations exonérées de taxe (opérations à caractère socio-éducatif), regroupées au sein de deux secteurs distincts d'activité. Au cas particulier, l’ESAT assurant la prestation de restauration a renoncé au bénéfice de l’exonération susmentionnée. La fourniture de repas réalisée par l’ESAT est par conséquent soumise à la TVA dans les conditions de droit commun. Plusieurs types d’opérations sont à distinguer. D’une part, la fourniture de repas au personnel d’encadrement et aux personnes handicapées peut, en application de l’article 279 a bis du CGI, bénéficier du taux réduit de TVA prévu en faveur des cantines d’entreprises dans les conditions fixées par l’article 85 bis de l’annexe III au même code. D’autre part, les repas fournis au profit d’organismes tiers (entreprises, collectivités locales, établissements médico sociaux gérés par d’autres associations) appellent les précisions suivantes. Si l’ESAT procède à une simple livraison de produits alimentaires sans dépêcher de personnel pour apprêter les repas, les servir ou effectuer des prestations d’entretien ou de nettoyage, ces ventes de plats cuisinés sont soumises à la TVA au taux propre à chacun des produits. S’il se comporte en revanche en véritable traiteur collectif, il peut soumettre ses prestations au taux réduit de la TVA si les conditions prévues à l’article 85 bis de l’annexe III au CGI sont satisfaites. Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 14/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 3. Restaurants pour personnes âgées gérés par des municipalités ou des centres communaux d'action sociale (CCAS) et cantines de l'Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) 460 Est passible du taux réduit la fourniture de repas par des prestataires extérieurs : - aux restaurants pour personnes âgées ou nécessiteuses gérés par des municipalités ou des CCAS placés en dehors du champ d'application de la TVA en vertu de l'article 256 B du CGI ; - aux cantines de l'AFPA et des organismes de formation fonctionnant dans les mêmes conditions que l'AFPA, exonérés de TVA sur le fondement de l'article 261-4-4° a du CGI. B. Opérations passibles du taux réduit dans les autres établissements de restauration collective 470 Le taux réduit est applicable au prix des repas à consommer sur place perçu par les fournisseurs extérieurs. Par repas, il convient d'entendre les mets en denrées servis dans le cadre des déjeuners, dîners, petits déjeuners, collations, ainsi que les boissons servies à l'occasion de ces prises alimentaires dès lors que ces boissons sont classées dans l'un des deux premiers groupes visés à l'article L. 3321-1 du code de la santé publique. Les prestations réalisées par les fournisseurs extérieurs destinées à des réceptions privées ou professionnelles sont, dans tous les cas, exclues du dispositif issu du a bis de l'article 279 du code général des impôts. Elles peuvent cependant être soumises au taux réduit lorsqu'elles constituent des ventes à consommer sur place (cf. I). C. Conditions d'application du taux réduit dans les autres établissements de restauration collective 480 L'application du taux réduit aux fournisseurs extérieurs qui livrent des repas à consommer sur place est subordonnée à la réunion des conditions qui suivent. 1. Existence d'un contrat écrit porté à la connaissance de l'administration 490 Ce contrat écrit entre le fournisseur extérieur et l'établissement doit fixer les conditions de la fourniture des repas. Le fournisseur extérieur (sociétés de restauration collective, traiteurs collectifs, etc.) doit en déposer un exemplaire auprès du service des impôts des entreprises dont il dépend et de celui dont relève l'établissement. Ce dépôt doit être effectué dans le mois de la signature du contrat par les parties. 2. Service des repas réservé à un public limité 500 Le service des repas doit être réservé : - aux étudiants (cantines universitaires) ; Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Page 15/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 - aux seuls usagers des établissements hospitaliers, sociaux ou médico-sociaux ; - aux usagers des restaurants pour personnes âgées ou nécessiteuses gérés par des municipalités ou des CCAS ; - aux seuls usagers des cantines de l'AFPA et des organismes de formation fonctionnant dans les mêmes conditions que l'AFPA. Ceux-ci doivent être en mesure de justifier leur appartenance à l'établissement partie au contrat. Cette justification peut résulter de la présentation d'une carte d'admission à la cantine ou au restaurant, ou de tout autre document permettant de s'assurer commodément de la qualité des personnes accédant à la cantine ou au restaurant. Cette condition pourra être présumée remplie pour les usagers des établissements hospitaliers ou médicaux sociaux. 510 Le fait que des repas soient servis à des tiers ne fait cependant pas obstacle à l'application du taux réduit au fournisseur extérieur si : - d'une part, il s'agit de familles rendant visite aux malades dans les hôpitaux ou résidents des établissements et que, - d'autre part, le nombre de ces tiers reste marginal. Cela étant, les recettes du fournisseur extérieur se rapportant aux repas servis à ces tiers demeurent passibles du taux réduit mais selon les règles du m de l'article 279 du CGI prévues pour les ventes à consommer sur place (cf. I). Il est précisé que lorsque les repas sont servis à des usagers appartenant à différents établissements qui ont constitué une cantine inter établissements ou une association gestionnaire de la cantine, le fournisseur extérieur peut facturer l'ensemble de ces repas au taux réduit. 3. Lieu de service des repas 520 Les repas sont servis dans les locaux de l'établissement partie au contrat. Le service est assuré par le personnel du fournisseur extérieur. 4. Prix des repas 530 Le prix des repas est sensiblement inférieur à celui pratiqué, pour des prestations similaires, par les restaurants ouverts au public. Pour l'appréciation de cette condition, il convient de se référer aux prix pratiqués dans les restaurants exploités commercialement dans la localité où est située la cantine ou, à défaut, dans les communes environnantes. 5. Comptabilisation des opérations 540 Le fournisseur extérieur qui livre des repas à consommer sur place dans plusieurs cantines doit comptabiliser distinctement les ventes à consommer sur place qu'il réalise dans le cadre de chaque contrat. Identifiant juridique : BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 24/09/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 16/16 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/256-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-LIQ-30-20-10-20-20120912 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 Page 1/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4775-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 Date de publication : 04/01/2013 DGFIP BIC - Intéressement et participation - Régimes facultatifs - Plan d'épargne interentreprises Positionnement du document dans le plan : BIC - Bénéfices industriels et commerciaux Intéressement - participation Titre 2 : Régimes facultatifs Chapitre 4 : Plans d'épargne interentreprises Sommaire : I. Economie générale des plans d'épargne interentreprises A. Champ d'application B. Modalités d'établissement C. Caractéristiques des plans d'épargne interentreprises 1. Contenu des accords 2. Les plans d'épargne interentreprises et la participation a. Affectation des sommes issues de la participation dans un plan d'épargne interentreprises b. Plan d'épargne interentreprises faisant office d'accord de participation 3. Modes de gestion II. Régime fiscal des plans d'épargne interentreprises 1 Le plan d'épargne interentreprises est un plan d'épargne mis en place à une niveau supérieur à l'entreprise, soit entre plusieurs entreprises, soit au niveau professionnel soit au niveau local. Les dispositions contenues dans le présent chapitre ne concernent que les dispositions spécifiques au plan d'épargne interentreprises (PEI). Pour le reste, les dispositions relatives au plan d'épargne d'entreprise (BOI-BIC-PTP-20-30) sont applicables au plan d'épargne interentreprises. Si un plan d'épargne pour la retraite collectif (PERCO, BOI-BIC-PTP-20-50) est mis en place sous la forme d'un plan d'épargne interentreprises (plan d'épargne pour la retraite collectif interentreprise), les dispositions exposées dans le présent chapitre seront applicables. Pour le reste, il convient de se reporter aux dispositions relatives au PERCO. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 2/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4775-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 On examinera successivement dans deux sections : - l'économie générale des plan d'épargne interentreprises ; - le régime fiscal des plans d'épargne interentreprises. I. Economie générale des plans d'épargne interentreprises A. Champ d'application 10 Le plan d'épargne interentreprises, dont le régime est codifié aux articles L 3333-1 et suivants du code du travail, est un plan d'épargne mis en place à un niveau supérieur à l'entreprise, soit entre plusieurs entreprises précisément dénommées, soit au niveau professionnel, soit au niveau local, soit en combinant ces deux derniers critères. Ainsi, un plan d'épargne interentreprises peut, par exemple, concerner plusieurs entreprises prises individuellement, toute une branche d'activité au niveau national, un bassin d'emploi ou encore une profession au niveau local. Conformément aux dispositions des articles L 3333-1 à L 3333-8 du code du travail, les dispositions relatives au plan d'épargne d'entreprise sont applicables aux plans d'épargne interentreprises. B. Modalités d'établissement 20 Conformément aux dispositions de l'article L3333-3 du code du travail, des modalités différentes de mise en place s'appliquent selon que le PEI est mis en place au niveau d'une branche ou entre plusieurs entreprises prises individuellement (c'est-à-dire selon les conditions du titre III du livre II de la deuxième partie du code du travail) : - un PEI créé au niveau d'une branche ne peut être mis en place que par voie d'accord collectif (accord de branche), c'est-à-dire entre une ou plusieurs organisations syndicales de salariés représentatives au niveau de la branche et une ou plusieurs organisations syndicales d'employeurs ; - un PEI mis en place entre plusieurs entreprises prises individuellement peut être conclu soit dans les conditions du droit commun de la négociation collective (accords d'entreprises), soit au sein du comité d'entreprise, soit à la suite de la ratification aux deux tiers du personnel de chaque entreprise. Un PEI créé au niveau d'une zone géographique peut être mis en place selon l'une ou l'autre des modalités ci-dessus. C. Caractéristiques des plans d'épargne interentreprises 1. Contenu des accords 30 L'article L 3333-3 du code du travail énumère les clauses qui devront obligatoirement figurer dans l'accord instituant le plan d'épargne interentreprises en sus de celles qui sont prévues pour tout plan d'épargne d'entreprise (BOI-BIC-PTP-20-30). 40 L'accord devra, comme tout accord collectif, définir son champ d'application professionnel (activités couvertes) et territorial (national, régional, départemental ou local). Si l'accord est conclu entre des entreprises prises individuellement, il doit énumérer ces entreprises, ou déterminer également un champ d'application territorial et, éventuellement, professionnel. 50 Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 3/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4775-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 L'accord doit indiquer la nature des sommes qui alimentent le plan. Dans tous les cas, le plan d'épargne interentreprises doit pouvoir recevoir les versements des salariés, y compris les sommes issues de l'intéressement mis en place au niveau de l'entreprise ou de la branche. Les versements complémentaires des employeurs sont facultatifs mais le plan d'épargne interentreprises ne peut les exclure. L'accord peut décider de recevoir ou non les sommes issues de la participation aux résultats de l'entreprise. 60 Le règlement du plan d'épargne interentreprises doit énumérer les possibilités de placement offertes et faire figurer en annexe les notices des fonds communs de placement et des SICAV (article R 3332-1 du code du travail). En aucun cas des actions ne peuvent être détenues en direct par les salariés. 70 Les employeurs concernés par l'accord prennent en charge au minimum les frais de tenue de compte. La liste des frais éventuellement à la charge des bénéficiaires leur est communiquée dans les mêmes conditions que pour le PEE. L'accord devra indiquer selon quelles modalités ces frais sont pris en charge par les employeurs. 80 L'abondement des employeurs est facultatif. Par conséquent, en aucun cas l'accord instituant le fonds ne pourra imposer aux entreprises une participation supérieure à la prise en charge des frais de tenue de compte. L'article L 3333-3 du code du travail fait obligation aux négociateurs de prévoir explicitement dans l'accord, les modalités selon lesquelles les entreprises qui le souhaitent peuvent abonder les versements de leurs salariés. Il est possible de fixer des taux différents suivant le type de placement ou le montant des versements effectués. Un accord qui laisserait les entreprises libres de déterminer les conditions de leur abondement ne pourrait être considéré comme conforme à la réglementation. La liste des des plafonds d'abondement peut être exprimée soit en valeur absolue, soit en fonction du plafond annuel de la sécurité sociale. 90 Les conditions dans lesquelles sont désignés les membres des conseils de surveillance des fonds communs de placement ainsi que les modalités de fonctionnement de ces conseils devront être précisées par l'accord instituant le plan d'épargne interentreprises. Les fonds communs éligibles étant exclusivement ceux régis par l'article L 214-39 du code monétaire et financier, les dispositions du règlement du plan doivent respecter les conditions de nomination des membres des conseils de surveillance prévus dans ce texte. En application de l'article R 3333-3 du code du travail, l'accord doit également indiquer l'organisme chargé de tenir le registre des sommes affectées au plan. 2. Les plans d'épargne interentreprises et la participation 100 Le plan d'épargne interentreprises peut : - se borner à recueillir les sommes issues de la participation, comme un plan d'épargne d'entreprise, si son règlement le prévoit ; - également tenir lieu d'accord de participation pour les entreprises qui ne sont pas assujetties obligatoirement à la participation et qui entrent dans son champ d'application. a. Affectation des sommes issues de la participation dans un plan d'épargne interentreprises 110 Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 4/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4775-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 Les dispositions de l'article L 3332-11 du code du travail s'appliquent pleinement au cas du plan d'épargne interentreprises. En conséquence, les salariés peuvent verser les sommes qui leur sont dues au titre de la participation financière dans le plan d'épargne interentreprises si ce plan le prévoit. Ce versement peut avoir lieu au moment où les sommes sont attribuées aux salariés. Dans ce cas, le versement doit avoir lieu dans les 15 jours à compter de la date où les sommes sont dues (art. R 3332-10 du code du travail). Dans les conditions prévues par le plan d'épargne interentreprises et l'accord de participation, les avoirs détenus par les salariés peuvent être transférés vers le plan d'épargne durant la période de blocage de 5 ans. Dans ce cas, la durée de blocage déjà courue pour les sommes en question s'impute sur la durée de blocage prévue par le plan d'épargne (code du travail ; art. D 3324-9). 120 S'il s'agit d'un plan d'épargne pour la retraite collectif (PERCO) mis en place sous la forme d'un plan d'épargne interentreprises, les avoirs des salariés au titre de la participation peuvent être transférés dans le plan dans les conditions prévues pour le PERCO à l'article L3332-6 du code du travail (BOIBIC-PTP-20-30). b. Plan d'épargne interentreprises faisant office d'accord de participation 130 L'article L 3333-5 du code du travail prévoit que le plan d'épargne interentreprises peut, si son règlement prévoit de recueillir les sommes issues de la participation, faire office d'accord de participation pour les entreprises de moins de cinquante salariés qui ne sont pas assujetties directement à la participation. Dans ce cas, les entreprises concernées par l'accord instituant le plan et qui ont un effectif inférieur à cinquante salariés peuvent décider unilatéralement d'appliquer la participation financière dans leur entreprise. Une réserve spéciale de participation sera calculée conformément aux dispositions des articles L 3324-1 et suivants du code du travail. L'accord instituant le PEI doit indiquer la formule de calcul de la participation. En cas de formule dérogatoire, il doit comporter la clause d'équivalence des avantages et l'un des quatre plafonds figurant à l'article L 3324-2 du code du travail. A défaut d'indication de formule de calcul, c'est la formule de droit commun prévue à l'article L 3324-1 du code du travail et à l'article L 3324-3 du code du travail qui s'applique. Il appartient au chef d'entreprise d’informer par tous moyens appropriés le personnel de l'existence d'un droit à participation. 140 L'accord instituant le plan d'épargne interentreprises doit comprendre les clauses obligatoires pour les accords de participation mentionnées aux articles L 3323-1 à L 3323-3 du code du travail et aux articles L 3324-5 à L 3324-9 du code du travail et en particulier : - les modes de répartition de la réserve spéciale de participation ; - la nature et les modalités de gestion de la réserve spéciale de participation ; - les conséquences d'une absence de choix individuel lorsque celui-ci est prévu. 150 A l'instar de ce qui est prévu à l'article L 3323-2 du code du travail, les plans d'épargne interentreprises peuvent prévoir que les sommes issues de la participation peuvent être affectées à un fonds d'investissement créé dans l'entreprise. Dans ce cas, les fonds ne quittent pas l'entreprise qui verse la participation et sont affectés à ce fonds créé dans ses comptes. (160) 3. Modes de gestion 170 Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 5/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4775-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-40-20130104 Les plans d'épargne interentreprises (PEI) ne sont pas prévus pour accueillir des dispositifs d'actionnariat salarié. Ainsi, les modes de gestion du PEI sont identiques à ceux du PEE sous réserve de l'interdiction posée par le législateur à l'article L 3333-6 du code du travail : Le PEI ne peut pas prévoir l'acquisition de parts de fonds communs de placement d'actionnariat salarié régis par l'article L 214-40 du code monétaire et financier et lorsque le plan prévoit l'acquisition de parts de fonds communs de placement régis par l'article L 214-39 du code monétaire et financier, ceux-ci ne peuvent détenir plus de 10 % de titres non admis aux négociations sur un marché réglementé. Cette limitation ne s'applique pas aux parts et actions d'organismes de placement collectif en valeurs mobilières éventuellement détenus par le fonds : en effet, les FCPE éligibles au PEI peuvent détenir des parts ou actions d'OPCVM qui ne sont pas, en règle générale, cotées. 180 En ce qui concerne les transferts entre plans, il convient de se reporter au chapitre relatif au PEE et au BOI-BIC-PTP-20-30. Pour plus de précisions sur les plans d’épargne interentreprise, il convient de se reporter à la circulaire interministérielle du 14 septembre 2005 relative à l’épargne salariale et, plus particulièrement, au dossier consacré à ce thème. II. Régime fiscal des plans d'épargne interentreprises 190 Afin d'ouvrir droit aux exonérations fiscales et sociales, les règlements de PEI doivent être déposés auprès de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation,du travail et de l'emploi. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 Page 1/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4637-PGP.html?identifiant=BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 Date de publication : 08/10/2012 DGFIP BNC - Base d'imposition - Dépenses - Frais généraux - Frais de personnel Positionnement du document dans le plan : BNC - Bénéfices non commerciaux Base d'imposition Titre 4 : Dépenses Chapitre 6 : Frais généraux Section 1 : Frais de personnel Sommaire : I. Rémunérations versées au personnel II. Rémunérations attribuées à certaines catégories particulières de personnel A. Rémunération de l'exploitant, des associés de sociétés et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI B. Rémunération du conjoint de l'exploitant individuel et des associés de sociétés et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI. C. Frais de formation professionnelle de l'exploitant ou du conjoint collaborant à l'activité du contribuable D. Rétribution des enfants, gendres et belles-filles de l'exploitant III. Charges sociales et dépenses supportées dans l'intérêt du personnel A. Charges sociales afférentes aux rémunérations versées aux salariés B. Pensions de retraite C. Dépenses à caractère social supportées dans l'intérêt du personnel 1 La rémunération du personnel (employés, aides ou collaborateurs) constitue une dépense professionnelle, déductible des recettes pour la détermination du bénéfice imposable, dans la mesure où la collaboration de ce personnel correspond à une utilisation à des fins exclusivement professionnelles. Remarque : En ce qui concerne les rémunérations versées à des tiers non salariés, (BOI-BNC-BASE-40-60-30 au VII). 10 Identifiant juridique : BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 Date de publication : 08/10/2012 Page 2/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4637-PGP.html?identifiant=BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 Les dépenses déductibles à ce titre comprennent, d'une part, les salaires, appointements, indemnités diverses, frais d'emploi et avantages en nature et, d'autre part, les charges sociales ainsi que, le cas échéant, les dépenses diverses exposées dans l'intérêt du personnel. 20 Conformément aux principes généraux, les rémunérations allouées doivent, en tout état de cause, correspondre à une charge effective et justifiée. I. Rémunérations versées au personnel 30 Sont déductibles à ce titre : - Les salaires et appointements, ainsi que, quelle que soit leur dénomination, toutes les sommes allouées aux employés, aides ou collaborateurs, liés à l'exploitant par un contrat de travail, en contrepartie de la fourniture d'un travail et qui constituent la rémunération principale ou des suppléments de rémunération (à l'exclusion des émoluments versés à la domesticité privée. En cas d'exploitation mixte, cf. I § 90) ; 40 Le chirurgien dentiste qui emploie une assistante percevant une rémunération égale au tiers des honoraires encaissés sur les travaux effectués et semblant être une salariée peut déduire l'intégralité des sommes versées à l'intéressée. (RM Poudevigne, AN 15 décembre 1967 p 5925 n° 3551). 50 En revanche, n'ont pas le caractère de dépenses professionnelles les salaires versés par un chirurgien, qui exerce son activité à l'extérieur, à une employée de maison travaillant à son domicile personnel même si celle-ci prend note et retransmet quelques communications téléphoniques à caractère professionnel (CE, arrêt du 14 mars 1983 n° 30460). 60 Sont visés : - les indemnités diverses, quelle que soit leur dénomination, allouées au personnel ; - les indemnités versées à l'expiration du contrat de travail d'un membre du personnel employé par l'exploitant (indemnités de départ à la retraite, indemnités de licenciement, etc.) ; - les remboursements forfaitaires pour frais alloués au personnel, ainsi que les remboursements de frais sur état, c'est-à-dire pour leur montant réel ( notamment, frais de déplacements ou de transports, frais de mission, etc. ; Remarque : Les indemnités forfaitaires pour frais professionnels sont déductibles, dans la mesure où elles correspondent effectivement à des dépenses d'ordre professionnel et sont justifiées par la nature de l'activité ; - les indemnités de congés payés ; 70 - Les avantages en nature, tels que nourriture, logement, habillement, mise à la disposition d'un véhicule automobile, etc. ; 80 - Les avantages en espèces (à l'exception, toutefois, des avantages de cette nature revêtant le caractère de libéralités) : gratifications, titres restaurant, etc. Remarque : Les avances ou acomptes consentis au personnel constituent des prêts et ne sont pas déductibles pour la détermination du bénéfice imposable. Identifiant juridique : BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 Date de publication : 08/10/2012 Page 3/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4637-PGP.html?identifiant=BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 90 Cas particulier : Rémunération de personnel de maison employé partiellement pour la profession : Conformément au principe exposé au BOI-BNC-BASE-40-10 au I-E-1, le contribuable, qui utilise le concours d'un employé de maison à la fois pour son service personnel et à des fins professionnelles, est fondé à comprendre parmi les dépenses déductibles la quote-part de la rémunération versée à cet employé de maison correspondant à l'utilisation professionnelle de ce dernier. Ce principe est applicable sous réserve de la précision mentionnée au BOI-BNC-BASE-40-10 au IA § 50. II. Rémunérations attribuées à certaines catégories particulières de personnel A. Rémunération de l'exploitant, des associés de sociétés et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI 100 L'exploitant et les associés de sociétés et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI sont normalement rémunérés par le bénéfice net qu'ils retirent de leur activité. En conséquence, les appointements qu'ils s'allouent à raison de leur activité professionnelle doivent être exclus des frais déductibles. Pour plus de précisions, il convient de se référer aux développements figurant au BOI-BICCHG-40-50-10 au III-B. B. Rémunération du conjoint de l'exploitant individuel et des associés de sociétés et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI. 110 Le salaire du conjoint participant effectivement à l'exercice de la profession peut être admis en déduction du revenu professionnel dans les conditions et limites fixées par l'article 154 du CGI. 120 Dans les mêmes conditions et limites, le salaire des conjoints des associés de sociétés de personnes et assimilées énumérées aux articles 8 du CGI et 8 ter du CGI est déductible du revenu professionnel. 130 La déduction du salaire du conjoint de l'exploitant est subordonnée à l’exercice d’un travail effectif et au paiement des cotisations prévues pour la sécurité sociale, des allocations familiales et des autres prélèvements sociaux en vigueur. Les modalités de la déduction diffèrent selon que le professionnel libéral adhère ou non à une association agréée. Remarque : Il convient de préciser que les modalités de déduction du salaire du conjoint de l'exploitant ne sont plus liées à une quelconque référence au montant mensuel minimum de croissance et à sa revalorisation périodique. Le montant de la déduction de la rémunération du conjoint diffère selon que l'exploitant est ou n'est pas adhérent à une association de gestion agréé. Pour plus de précisions sur le montant de la rémunération du conjoint admis en déduction, il convient de se référer aux précisions développées au BOI-BIC-CHG-40-50-10 au III-B. Identifiant juridique : BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 Date de publication : 08/10/2012 Page 4/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4637-PGP.html?identifiant=BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 C. Frais de formation professionnelle de l'exploitant ou du conjoint collaborant à l'activité du contribuable 140 Les frais de formation professionnelle exposés par le conjoint qui collabore à l'activité du contribuable peuvent être admis en déduction sous les conditions suivantes : - le conjoint doit collaborer effectivement et exclusivement à l'exercice de l'activité libérale ; - les frais de formation professionnelle du conjoint collaborateur doivent avoir un rapport direct avec l'activité de collaboration et être exposés dans l'intérêt direct de la profession libérale. Ainsi, un médecin dont l'épouse assure la réception des patients et la tenue de la comptabilité peut déduire les frais d'un stage de secrétariat médical suivi par celleci. En revanche, les frais de participation de son épouse à des congrès médicaux ne sont pas admis en déduction dès lors que ces congrès n'ont pas un rapport direct avec l'activité exercée au sein du cabinet médical (RM Sergheraert, n° 30114, JO. déb. AN du 21 novembre 1983, p. 5009). D. Rétribution des enfants, gendres et belles-filles de l'exploitant 150 Les traitements qui sont alloués aux enfants, aux gendres ou aux belles-filles du contribuable exerçant une profession non commerciale peuvent figurer parmi les charges déductibles, s'ils correspondent à un travail effectif et s'ils ont été réellement versés aux intéressés. 160 En outre, ils ne doivent pas présenter d'exagération par rapport aux recettes brutes de celui qui les verse et aux salaires généralement alloués dans la région pour des emplois similaires. S'ils sont exagérés, le surplus constitue une libéralité qui doit être réintégrée dans les bénéfices imposables. 170 Les dépenses de nourriture et d'entretien assumées par un contribuable à l'égard de ses enfants suivent un régime différent selon qu'il s'agit d'enfants majeurs ou mineurs. 180 En ce qui concerne les enfants majeurs, les sommes correspondant aux frais d'entretien et de nourriture sont déductibles, dans la mesure où le contribuable utilise le concours des intéressés dans l'exercice de son activité et ne leur a pas versé de salaire, ou leur a alloué un salaire insuffisant. 190 La valeur réelle des frais supportés à ce titre étant difficile à établir, il est admis, dans ce cas, la déduction d'une somme correspondant à l'évaluation des frais de l'espèce telle qu'elle est fixée en matière de législation sur la sécurité sociale. 200 En revanche, les frais exposés par le contribuable pour la nourriture et l'entretien des enfants mineurs, dont il utilise le concours, ne sont pas admis en déduction car ils résultent de l'obligation naturelle d'assistance à laquelle celui-ci est tenu à leur égard. 210 Les gratifications et participations aux bénéfices allouées aux enfants, aux gendres et aux bellesfilles ainsi d'ailleurs qu'aux autres membres de la famille du contribuable, sont admises en déduction, lorsque le total des sommes versées à chacun – traitement augmenté des gratifications ou participations –- n'est pas exagéré par rapport à la rémunération des autres membres de l'entreprise, ou si elles ne dépassent pas le montant des sommes généralement allouées à ce titre dans la région. Identifiant juridique : BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 Date de publication : 08/10/2012 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 5/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4637-PGP.html?identifiant=BOI-BNC-BASE-40-60-10-20121008 III. Charges sociales et dépenses supportées dans l'intérêt du personnel A. Charges sociales afférentes aux rémunérations versées aux salariés 220 Les cotisations sociales dues au titre des rémunérations versées au personnel sont déductibles. Pour plus de précisions, il convient de se reporter au BOI-BIC-CHG-40-40-40 au I. Les cotisations sociales attachées aux rémunérations versées au conjoint de l'exploitant sont déductibles dans les conditions mentionnées cf. BOI-BIC-CHG-40-50-30. Sont également déductibles pour l'assiette de l'impôt les sommes acquittées, à titre de contributions patronales au régime d'assurance chômage (BOI-BIC-CHG-40-40-40 au II). B. Pensions de retraite 230 Sont déductibles les cotisations patronales afférentes aux régimes complémentaires de retraite et de prévoyance, à savoir : - les cotisations du régime cadres (AGIRC) ; - les cotisations du régime des salariés non cadres (UNIRS). C. Dépenses à caractère social supportées dans l'intérêt du personnel 240 Un comité d'entreprise doit être constitué dans les offices publics et ministériels et les professions libérales employant au moins cinquante salariés (article L2322-1 du code du travail). Aussi, la contribution patronale destinée au financement de ce comité est déductible alors même que son montant excéderait la fraction obligatoire. Pour plus de précisions, BOI-BIC-CHG-40-40-60. 250 Sont admis en déduction les versements effectués en faveur des œuvres sociales réservées au personnel. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-10-20140122 Page 1/4 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6690-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-10-20140122 Date de publication : 22/01/2014 DGFIP Taxes et participations sur les salaires – Taxe sur les salaires – Base d'imposition – Principes généraux Positionnement du document dans le plan : TPS - Taxes et participations sur les salaires Taxe sur les salaires (TS) Titre 2 : Base d’imposition Chapitre 1 : Principes généraux Sommaire : I. Fait générateur de la taxe II. L'assiette de la taxe sur les salaires est en principe identique à celle de la contribution sociale généralisée (CSG) I. Fait générateur de la taxe 1 Le fait générateur de la taxe est constitué par la mise à la disposition du salarié de sommes imposables à la taxe sur les salaires. Cette opération peut revêtir la forme : - d'un paiement effectif ; - de l'inscription au crédit d'un compte sur lequel le salarié a fait ou aurait pu faire un prélèvement durant la période donnant lieu au versement de la taxe. La simple inscription dans les écritures de l'entreprise d'une créance au profit du salarié, dans un compte de « frais à payer », n'entraîne pas l'exigibilité de la taxe, si elle n'est pas suivie de l'une des deux opérations décrites ci-dessus. Nonobstant les dispositions de I'article 163 quinquies du CGI applicables à l'impôt sur le revenu, l'indemnité compensatrice de délai-congé doit, dans tous les cas, être retenue pour son intégralité I'année même de son paiement. Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-10-20140122 Date de publication : 22/01/2014 Page 2/4 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6690-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-10-20140122 Le versement d'acomptes sur salaires rend exigible la taxe sur les salaires. Par suite, le délai de remise au comptable de la direction générale des finances publiques de la taxe sur les salaires afférente à ces acomptes court à compter de la date de leur paiement et non pas à compter de la date de versement du solde de la rémunération. II. L'assiette de la taxe sur les salaires est en principe identique à celle de la contribution sociale généralisée (CSG) 10 L'assiette de la taxe sur les salaires est constituée par le montant brut des rémunérations, indemnités, allocations, primes, y compris les avantages en nature ou en espèce versés au salarié en contrepartie ou à l'occasion du travail et effectivement alloués durant l'année civile à l'ensemble du personnel. Il y a unicité, sauf stipulations contraires prévues par le législateur (BOI-TPS TS-20-20), entre l'assiette de la CSG d'activité et celle de la taxe sur les salaires. Conformément aux dispositions de l'article 231 du code général des impôts, les rémunérations imposables à la taxe sur les salaires sont retenues pour leur montant évalué selon les règles prévues à l'article L. 136-2 du code de la sécurité sociale, sans qu'il soit toutefois fait application du deuxième alinéa du I et du 6° du II du même article. 20 La référence à l'assiette de la CSG conduit à inclure dans l'assiette de la taxe sur les salaires toutes les sommes considérées comme des rémunérations au sens de la réglementation sociale, sauf exonérations prévues par la loi fiscale. 30 Ainsi, l'assiette de la CSG est constituée, en application de l'article L. 136-2 du code de la sécurité sociale, du montant brut des traitements, indemnités, émoluments, salaires, allocations, pensions y compris les majorations et bonifications pour enfants, les rentes viagères autres que celles visées au 6 de l'article 158 du code général des impôts et les revenus tirés des activités exercées par les personnes mentionnées aux article L. 311-2 du code de la sécurité sociale et L. 311-3 du code de la sécurité sociale. L'alinéa 2 du I ainsi que le 6° du II de l'article L.136-2 du code de la sécurité sociale ne sont cependant pas applicables en matière de taxe sur les salaires. Pour l'application de l'article L.136-2 du code de la sécurité sociale, les traitements, salaires et toutes sommes versées en contrepartie ou à l'occasion du travail sont évalués selon les règles fixées à l'article L. 242-1 du code de la sécurité sociale, à savoir notamment les salaires ou gains, les indemnités de congés payés, le montant des cotisations salariales, les indemnités, primes, gratifications et tous les autres avantages en argent ou en nature, ainsi que les sommes perçues directement ou par l'entremise d'un tiers à titre de pourboire. Toutefois, les déductions visées au 3° de l'article 83 du code général des impôts ne sont pas applicables. 40 Entrent également dans l'assiette de la CSG et donc de la taxe sur les salaires : - les contributions patronales de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire à l'exception de celles destinées à financer les régimes de retraite à affiliation légalement obligatoire et les régimes de retraite à prestations définies et à l'obligation par l'employeur de maintenir le salaire en application de la loi de mensualisation ou d'un accord collectif, - les indemnités de licenciement ou de mise à la retraite et toute autre somme versées à l'occasion de la rupture ou de la modification du contrat de travail visées au 5° du II de l'article L. 136-2 du code de la sécurité sociale, Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-10-20140122 Date de publication : 22/01/2014 Page 3/4 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6690-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-10-20140122 - les sommes versées à l'occasion de la modification du contrat de travail, - les sommes versées dans le cadre d'un accord d'intéressement et les sommes affectées au titre de la réserve spéciale de participation, - les abondements versés par l'entreprise au titre du plan d'épargne entreprise ou pour la souscription d'actions de sociétés, - les indemnités visées au 5°bis du II de l'article L.136-2 du code de la sécurité sociale, versées à l'occasion de la cessation de leurs fonctions aux dirigeants et mandataires sociaux, - les rémunérations versées aux dirigeants de sociétés désignés à l'article 80 ter du CGI, - les indemnités versées aux élus des chambres d'agriculture, de métiers ou de commerce et d'industrie, à l'exception des indemnités de défraiement ou de frais professionnels. 50 Par ailleurs, conformément aux dispositions des articles L. 241-2 du code de la sécurité sociale, L. 241-3 du code de la sécurité sociale et L. 741-13 du code rural et de la pêche, les rémunérations de certaines catégories de salariés, fixées par arrêtés ministériels, peuvent être assujetties à la CSG non pas sur l'assiette réelle définie à l'article L. 136-2 du code de la sécurité sociale, mais sur une base forfaitaire. Cette assiette forfaitaire a vocation à s'appliquer pour la taxe sur les salaires excepté dans le cas où l'employeur a opté pour le régime de l'assiette réelle en matière sociale. Dans cette situation, en effet, les rémunérations assujetties à la taxe sur les salaires doivent être prises en compte pour leur montant réel. 60 Les solutions doctrinales retenues en matière sociale sont applicables pour la taxe sur les salaires. Ainsi, à titre d'exemple, en cas de réduction tarifaire consentie par l'entreprise à ses salariés pour les biens et services qu'elle produit, l'administration compétente en matière sociale admet que les remises qui n'excèdent pas 30 % du prix de vente normal peuvent être négligées et ne constituent donc pas un complément de rémunération assujetti à la CSG (lettres ministérielles du 29 mars 1991 et, pour les salariés des établissements bancaires, du 9 mai 1995, modifiée par lettre du 4 octobre 2007). Il en est donc de même pour la taxe sur les salaires. De même, les prestations en espèces servies par le comité d'entreprise constituent des compléments de rémunération assujettis à la CSG et à la taxe sur les salaires, à l'exception des sommes versées à titre de secours ou exclues par nature de l'assiette de la CSG telles que celles présentant le caractère de dommages-intérêts (jurisprudences de la chambre sociale de la Cour de cassation et du Conseil d'Etat). Cela étant, l'administration compétente en matière sociale admet que soient exclus de l'assiette sociale les avantages se rapportant aux activités sociales et culturelles du comité, sous réserve toutefois que les prestations correspondantes ne soient pas assujetties aux cotisations par une disposition expresse ou qu'elles n'aient pas en fait le caractère d'un complément de salaire, c'est-à-dire qu'il ne s'agisse pas d'avantages distribués de manière automatique et non personnalisés (circulaire ACOSS n°2004-144 du 27/10/2004). À titre de règle pratique, les bons d'achats ou cadeaux bénéficient d'une présomption de nonassujettissement à la CSG dans la limite globale par salarié et par année civile de 5 % du plafond mensuel de la sécurité sociale. Lorsque cette limite est dépassée, les bons d'achat ou cadeaux demeurent exonérés s'ils sont distribués en relation avec un événement particulier (mariage, naissance, Noël, ...), si leur objet est en relation avec cet événement et si leur valeur est « conforme aux usages », c'est-à-dire qu'elle n'excède pas, par événement et par année, civile 5 % du plafond mensuel de la sécurité sociale (circulaire ACOSS 2009-003 du 13/01/2009). Ces tolérances s'appliquent également dans les mêmes conditions pour la détermination de l'assiette de la taxe sur salaires. 70 À l'inverse, sont exclues de l'assiette de la taxe sur les salaires toutes les sommes qui sont expressément exclues de l'assiette de la CSG au III de l'article L. 136-2 du code de la sécurité sociale Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-10-20140122 Date de publication : 22/01/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 4/4 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6690-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-10-20140122 (ex. : les salaires versés au titre d'un contrat d'apprentissage au sens de l'article L. 6221-1 du code du travail, les sommes attribuées à l'héritier d'un exploitant agricole au titre du contrat de travail à salaire différé prévu par l'article L. 321-13 du code rural et de la pêche maritime). Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Page 1/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 DGFIP RSA - Base d'imposition des traitements, salaires et revenus assimilés - Charges déductibles - Cotisations dont la déduction est plafonnée Positionnement du document dans le plan : RSA - Revenus salariaux et assimiles Base d'imposition des traitements,salaires et revenus assimiles Titre 3 : Charges déductibles du revenu brut Chapitre 1 : Cotisations à un régime de prévoyance retraite Section 2 : Cotisations dont la déduction est plafonnée Sommaire : I. Régime de déduction des cotisations versées aux régimes de retraite supplémentaire A. Conditions de déduction 1. les salariés doivent être affiliés au régime à titre obligatoire 2. La pension doit être stipulée payable, au plus tôt, à l'âge normal de départ à la retraite 3. Les cotisations doivent comporter une participation effective de l'employeur 4. Les contrats passés avec un organisme d’assurances doivent revêtir la forme d'une assurance de groupe qui s'impose à l'ensemble du personnel ou à une catégorie objective donnée 5. Les cotisations doivent être fixées à un taux uniforme à l'égard de toutes les personnes appartenant à une même catégorie objective de personnel 6. Les cotisations doivent être afférentes à un régime exclusif de tout versement d'un capital B. Limite de déduction des cotisations versées aux régimes de retraite supplémentaire C. Précisions 1. Cotisations versées à titre facultatif aux régimes de retraite supplémentaire d'entreprise 2. Cotisations ou primes versées aux régimes de retraite supplémentaire gérés par des entités établies dans un Etat membre de l’Espace économique européen (EEE) 3. Situation des salariés « impatriés » (article 81 B du CGI) 4. Situation des autres salariés qui viennent travailler en France D. Situation des joueurs professionnels de football II. Régime de déduction des cotisations versées aux régimes de prévoyance complémentaire A. Rappel des conditions de déduction Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 2/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 1. Les régimes doivent répondre aux conditions exigées des régimes de retraite supplémentaire énumérées aux 1, 3, 4 et 5 du A du I 2. Les risques assurés doivent être les mêmes que dans les régimes de sécurité sociale de base (maladie, maternité, invalidité, incapacité de travail, décès) ainsi que la dépendance qui est assimilée à la prévoyance 3. Le régime doit être exclusif de tout versement d'un capital 4. Le régime doit respecter les conditions prévues à l'article L. 871-1 du code de la sécurité sociale B. Limite de déduction des cotisations versées aux régimes de prévoyance complémentaire C. Situation des salariés « impatriés » (article 83, 2°- 0 ter du CGI) III. Sort des cotisations excédentaires 1 Les dispositions des 1° quater à 2° ter de l'article 83 du CGI permettent : - la déduction sous un plafond spécifique des cotisations versées aux régimes obligatoires et collectifs d’entreprise de retraite supplémentaire dits régimes « article 83 », y compris l’abondement éventuel de l’entreprise au plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ; - la déduction sous un autre plafond des cotisations versées à des régimes obligatoires et collectifs d’entreprise de prévoyance complémentaire, qui participent d’une logique différente de celle des régimes de retraite. I. Régime de déduction des cotisations versées aux régimes de retraite supplémentaire 10 Ces cotisations sont déductibles d’une part sous réserve de remplir certaines conditions de fond, et, d’autre part, dans une limite spécifique prévue au 2° de l'article 83 du CGI. A. Conditions de déduction 20 Pour entrer dans le champ d'application de ces dispositions, les cotisations aux régimes de retraite supplémentaire doivent notamment tendre à la constitution d'une véritable pension de retraite, c'est- à-dire d'un revenu conservant un lien avec les services passés. 30 Par ailleurs, l’ensemble des conditions suivantes doivent être satisfaites : 1. les salariés doivent être affiliés au régime à titre obligatoire 40 Le 2° de l'article 83 du CGI autorise la déduction des cotisations ou primes versées aux régimes de retraite supplémentaire mis en place dans l’entreprise dans les conditions prévues à l’article L. 911-1 du code de la sécurité sociale auxquels le salarié est affilié à titre obligatoire. 50 Le caractère obligatoire du régime n'est toutefois pas remis en cause lorsque (code de la sécurité sociale, art. R. 242-1-6) : - les garanties ont été mises en place par une décision unilatérale de l'employeur et que le dispositif prévoit que les salariés embauchés avant la mise en place des garanties peuvent en être dispensés ; - le dispositif prévoit, quelle que soit leur date d'embauche, des cas de dispense au profit : Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 3/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 - des salariés et apprentis bénéficiaires d'un contrat d'un durée au moins égale à douze mois à condition de justifier par écrit en produisant tous documents d'une couverture individuelle souscrite par ailleurs pour le même type de garanties ; - des salariés et apprentis titulaires d'un contrat d'une durée inférieure à douze mois, même s'ils ne bénéficient pas d'une couverture individuelle par ailleurs ; - des salariés à temps partiel et apprentis dont l'adhésion au système de garantie les conduirait à s'acquitter d'une cotisation au moins égale à 10 % de leur rémunération brute. Remarque : Pour plus de précisions sur les exceptions au caractère obligatoire des régimes de retraite supplémentaire (et de prévoyance complémentaire), il est possible de se référer à la fiche n° 6 de la circulaire DSS 5B/2009/32 du 30 janvier 2009 relative aux modalités d'assujettissements aux cotisations et contributions de sécurité sociale des contributions des employeurs destinées au financement de prestations de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire dans sa rédaction issue de la circulaire DSS/SD5B/2013/344 du 25 septembre 2013. 2. La pension doit être stipulée payable, au plus tôt, à l'âge normal de départ à la retraite 60 C'est-à-dire à l'âge à partir duquel le salarié intéressé peut bénéficier de la pension vieillesse d’un régime obligatoire d’assurance vieillesse, de base ou complémentaire, ou à l’âge prévu au premier alinéa de l’article L. 351-1 du code de la sécurité sociale. A cet égard, il est précisé que les régimes de retraite adossés à un contrat d’assurance comportant une clause d’anticipation permettant au bénéficiaire de percevoir avant l’âge normal de départ à la retraite une partie de l’épargne acquise n’ouvrent pas droit à la déduction des cotisations. Il est admis que la pension soit stipulée réversible sur la tête du conjoint survivant ou des enfants à charge ou, le cas échéant, d’un bénéficiaire désigné (il est rappelé que les pensions servies sont toujours imposables selon les règles des pensions et retraites, quelle que soit la qualité du bénéficiaire). Cas particulier des annuités de pension garanties : 65 Certains contrats offrent à la souscription des adhérents une garantie optionnelle dite d’« annuités garanties » par laquelle l’assureur garantit aux intéressés une durée minimale de service de la rente (cinq, dix ou quinze ans le plus souvent). Ainsi, en cas de décès de l’adhérent et, le cas échéant, du réservataire à l’intérieur de cette période garantie, le solde des annuités est versé à un bénéficiaire désigné par l’adhérent au jour de la liquidation de ses droits viagers. L’insertion d’une telle garantie, non expressément prévue par la loi, est toutefois autorisée sous réserve : - d’une part, que le nombre d’annuités garanties n’excède pas l’espérance de vie de l’adhérent à l’âge auquel il liquide ses droits viagers, déterminée selon les tables de génération prévues à l’article A. 335-1 du code des assurances et diminuée de cinq ans ; - d’autre part, que les bénéficiaires des annuités garanties soient définitivement et irrévocablement désignés par l’adhérent au jour de la liquidation de ses droits viagers. 3. Les cotisations doivent comporter une participation effective de l'employeur 70 Cette participation peut en représenter au minimum une part significative, au maximum la totalité. A cet égard, la seule prise en charge par l’employeur des frais de mise en place et de gestion du régime ne constitue pas de sa part une participation significative à son financement. Remarque : le niveau requis de la participation de l'employeur peut notamment être apprécié par rapport aux règles de financement du régime d'assurance-maladie de la sécurité sociale. Une participation d'un niveau inférieur peut toutefois Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 4/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 être envisagée, si le taux est conforme aux usages et accords collectifs en vigueur dans la profession et la branche d'activité concernée. 4. Les contrats passés avec un organisme d’assurances doivent revêtir la forme d'une assurance de groupe qui s'impose à l'ensemble du personnel ou à une catégorie objective donnée 80 Pour l'application du 2° de l'article 83 du CGI, comme du 1° quater du même article, les contrats d'assurance de groupe s'entendent de ceux que les entreprises ellesmêmes ont souscrit et dont le bénéfice est accordé à l'ensemble du personnel salarié ou à certaines catégories objectives de salariés, peu important que les bénéficiaires soient des cadres dirigeants ou de direction (CE, arrêt du 8 juillet 2005 n° 259251). Il est admis que les catégories objectives de personnels puissent être définies par référence aux critères mentionnés à l'article R. 242-1-1 du code de la sécurité sociale et à l'article R. 242-1-2 du code de la sécurité sociale. Si tous les salariés d'une même catégorie ne sont pas adhérents du contrat, la déduction des cotisations n'est admise que si les personnels couverts correspondent à une ou plusieurs catégories objectives au sens des dispositions de ces mêmes articles. Il convient par ailleurs de noter que bien que les mandataires sociaux ne constituent pas en tant que tels une catégorie de personnel, ils sont cependant susceptibles de bénéficier des dispositions du 2° de l'article 83 du CGI, comme de celles du 1° quater du même article (cf. ci-après), dès lors qu’ils peuvent être inclus dans une catégorie plus large, comme celle des cadres dirigeants. Remarque : Pour des exemples de catégories de personnel pouvant être retenues, il est possible de se référer à la fiche n° 5 de la circulaire DSS 5B/2009/32 du 30 janvier 2009 relative aux modalités d'assujettissements aux cotisations et contribution de sécurité sociale des contributions des employeurs destinées au financement des prestations de retraite supplémentaire et complémentaire dans sa rédaction issue de la circulaire DSS/SD5B/2013/344 du 25 septembre 2013. L'entreprise notifie à l'assureur, au fur et à mesure des mouvements de personnel, les renseignements concernant les salariés qui ont été embauchés ou qui ont cessé leurs fonctions. Les salariés sont pour leur part adhérents ou membres participants. Une entreprise ne comportant qu'un nombre très limité de salariés ou même un seul, appartenant à une catégorie donnée, définie de manière générale et impersonnelle selon des critères non restrictifs, a la possibilité d'adhérer à un contrat d'assurance de groupe. En pareil cas, le contrat peut se présenter sous la forme d'un contrat collectif obligatoire ouvert à plusieurs entreprises. Le groupe ainsi constitué doit répondre aux exigences de la réglementation particulière à ce type d'assurance. 5. Les cotisations doivent être fixées à un taux uniforme à l'égard de toutes les personnes appartenant à une même catégorie objective de personnel 90 Ces dispositions n’interdisent pas une modulation du taux de cotisation par tranche de rémunération, c’est- à-dire par fraction de rémunération égale au plafond de la sécurité sociale prévu à l’article L. 241-3 du code de la sécurité sociale. Bien entendu, les sommes issues d’un compte épargne-temps, qui correspondent à un abondement en temps ou en argent de l’employeur, versées par les bénéficiaires en application d’une convention ou d’un accord collectif à un régime de retraite supplémentaire collectif et obligatoire en application de l’article L. 3152-1 du code du travail sont sans incidence sur l’application de la règle du taux uniforme. Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 5/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 6. Les cotisations doivent être afférentes à un régime exclusif de tout versement d'un capital 100 La condition précitée doit être satisfaite, même s'il s'agit d'une option entre cette formule et le versement d'arrérages, au moment du départ à la retraite. Ces contrats ne sont pas rachetables, hors les trois cas prévus aux troisième à cinquième alinéas de l’article L. 132-23 du code des assurances et de l’article L. 223-22 du code de la mutualité : - expiration des droits de l'assuré aux allocations d'assurance chômage prévues par le code du travail en cas de licenciement ; - cessation d'activité non salariée de l'assuré à la suite d'un jugement de liquidation judiciaire en application des dispositions de la loi n° 85-98 du 25 janvier 1985 relative au redressement et à la liquidation judiciaires des entreprises; - invalidité de l'assuré correspondant à son classement dans les deuxième ou troisième catégories prévues à l'article L. 341 -4 du code de la sécurité sociale. Hormis ces cas, ainsi que celui du rachat des rentes lorsque les quittances d’arrérages ne dépassent pas 72 euros (code des assurances, art. A. 160-2), les contrats ne peuvent pas prévoir de faculté de rachat, même partiel. 110 Aussi, le fait que des contrats prévoient le versement de rentes dites « variables » ou « par paliers » ayant pour effet soit de liquider une fraction significative des droits viagers sur une très courte période, soit au contraire d’en différer la liquidation à une date très tardive, en sorte qu’il pourrait s’analyser en une sortie partielle en capital, serait susceptible de remettre en cause la déductibilité des cotisations. Les contrats peuvent prévoir des garanties complémentaires en cas de décès de l’adhérent avant (contre-assurance décès, qui le cas échéant peut valablement consister en la contrepartie de la provision mathématique) ou après la date de mise en service de la rente viagère (réversion notamment), ainsi qu’en cas d’invalidité ou d’incapacité. B. Limite de déduction des cotisations versées aux régimes de retraite supplémentaire 120 Conformément aux dispositions du deuxième alinéa du 2° de l'article 83 du CGI, la limite de déduction des cotisations et primes versées, y compris les versements de l’employeur, aux régimes obligatoires de retraite supplémentaire s’établit à 8 % de la rémunération annuelle brute retenue à concurrence de huit fois le montant du plafond annuel de la sécurité sociale en vigueur l’année du versement des cotisations. 125 La rémunération annuelle brute s'entend de la rémunération annuelle déclarée par l'employeur qui procède au versement des cotisations pour être soumise à l'impôt sur le revenu établi au nom de l'intéressé avant déduction de la part salariale des cotisations sociales, notamment celles mentionnées aux 1°, 1° quater, 2° et 2° bis de l'article 83 du CGI, et de la part de contribution sociale généralisée qui est déductible en application du I de l'article 154 quinquies du CGI. Elle comprend donc notamment les cotisations versées aux régimes de prévoyance complémentaire à la charge de l'employeur qui ne sont pas déductibles sur le fondement du 1° quater de l'article 83 du CGI. 130 Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 6/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Conformément aux dispositions du troisième alinéa du 2° de l’article 83 du CGI, la limite de déduction définie ci-dessus est réduite, le cas échéant : - des versements de l’employeur au plan d'épargne pour la retraite collectif (PERCO) défini aux articles L. 3334-1 du code du travail à L. 3334-16 du code du travail. Il est rappelé que ces versements sont exonérés d’impôt sur le revenu en application du a du 18° de l'article 81 du CGI. Ainsi, dans le cas où l’abondement de l’employeur au PERCO (dont le montant est plafonné à 8% du montant annuel du plafond prévu à l'article L. 241-3 du code de la sécurité sociale en application de l’article L. 3332-11 du code du travail) est supérieur au plafond de déduction dont bénéficie le salarié compte tenu du montant de sa rémunération, la possibilité de déduction au titre des cotisations « article 83 » est utilisée en totalité mais, pour autant, la fraction excédentaire correspondante de l’abondement de l’employeur ne constitue pas un complément de rémunération imposable. - à compter de l'imposition des revenus de 2010, des versements du salarié au PERCO effectués dans les conditions prévues à l'article L. 3153-3 du code du travail et à l'article L. 3334-8 du code du travail et exonérés d'impôt sur le revenu en application du b du 18° de l'article 81 du CGI. En pratique, il s'agit des sommes correspondant, en l'absence de compte-épargne temps dans l'entreprise et dans la limite de 5 jours par an, à des jours de repos non pris ou, dans la limite de 10 jours par an, à des droits inscrits sur un compte-épargne temps. Comme pour les abondements de l'employeur au PERCO, dans le cas où le montant de ces versements est supérieur au plafond de déduction dont bénéficie le salarié compte tenu de sa rémunération, la possibilité de déduction au titre des cotisations « article 83 » est utilisée en totalité mais, pour autant, la fraction excédentaire correspondante aux versements du salarié au PERCO ne constitue pas un complément de rémunération imposable. C. Précisions 1. Cotisations versées à titre facultatif aux régimes de retraite supplémentaire d'entreprise 140 Les régimes de retraite supplémentaire d'entreprise peuvent prévoir la possibilité pour les salariés de verser des cotisations supplémentaires à titre facultatif. Ces cotisations sont déductibles du revenu global au titre de l'article 163 quatervicies du CGI. Pour plus de précisions, BOI-IR-BASE-20-50. 150 Toutefois, certaines sommes versées à titre facultatif sur un tel régime sont déductibles des revenus professionnels dans la limite du plafond prévu au 2° de l'article 83 du CGI, Il s'agit : - des sommes correspondant à un abondement en temps ou en argent de l'employeur au compte- épargne temps (code du travail, art. L. 3153-3, 1er alinéa) - dans la limite de dix jours par an, des sommes correspondant à des droits inscrits sur un compte épargne-temps ne correspondant pas à un abondement de l'employeur audit compte épargne (code du travail, art. L. 3153-3, 3ème alinéa) - dans la limite de cinq jours par an, des sommes correspondant, en l'absence de compte-épargne temps, à des jours de repos non pris (code du travail, art. L. 3334-8). Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 7/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 2. Cotisations ou primes versées aux régimes de retraite supplémentaire gérés par des entités établies dans un Etat membre de l’Espace économique européen (EEE) 160 Les cotisations ou primes versées à des régimes de retraite supplémentaire gérés par des entités répondant aux conditions fixées par la directive 2003/41/CE du 3 juin 2003 concernant les activités et la surveillance des institutions de retraite professionnelle (IRP), qui sont établies dans un Etat membre de l'Union européenne ou dans un Etat non-membre de cette Union partie à l’accord sur l’Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention fiscale contenant une clause d’assistance administrative en vue de lutter contre la fraude ou l’évasion fiscale, sont déductibles dans les mêmes conditions et limites que celles versées à des régimes de retraite supplémentaire gérés par de telles entités établies en France, exposées au I-A § 20 à I-C-1 § 150. 3. Situation des salariés « impatriés » (article 81 B du CGI) 170 Le régime spécial d’imposition des salariés et mandataires sociaux appelés par une entreprise établie à l’étranger à exercer temporairement leur activité auprès d’une entreprise établie en France et les conditions de déduction des cotisations aux régimes de retraite supplémentaire auxquels les intéressés étaient affiliés ès qualités avant leur arrivée en France sont précisées au BOI-RSAGEO-40. 4. Situation des autres salariés qui viennent travailler en France 180 Les autres salariés venant exercer leur activité professionnelle en France peuvent déduire de leur rémunération imposable, dans les conditions et limites définies aux I-A § 20 à I-C-1 § 150, et sans préjudice, le cas échéant, des stipulations des conventions internationales, les cotisations qu’ils continuent de verser aux régimes de retraite supplémentaire répondant aux conditions définies par la directive 98/49/CE du 29 juin 1998 relative à la sauvegarde des droits à pension complémentaire des travailleurs qui se déplacent à l’intérieur de l'Union, auxquels ils étaient affiliés, avant leur arrivée en France, dans un État membre de l'Union européenne ou dans un État non-membre de cette Union partie à l’accord sur l’Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention fiscale contenant une clause d’assistance administrative en vue de lutter contre la fraude ou l’évasion fiscale. D. Situation des joueurs professionnels de football 190 Les cotisations versées, depuis le 1er janvier 1993, à titre obligatoire au régime de prévoyance des joueurs professionnels de football institué par la charte du football professionnel, sont déductibles dans la limite visée ci-dessus. II. Régime de déduction des cotisations versées aux régimes de prévoyance complémentaire A. Rappel des conditions de déduction 200 Le 1° quater de l'article 83 du CGI autorise la déduction, sous plafond: Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 8/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 - des cotisations ou primes à la charge des salariés, - de la part des cotisations à la charge des employeurs et, le cas échéant, du comité d'entreprise, correspondant à des garanties autres que celles portant sur le remboursement et l'indemnisation de frais de santé. Il s'agit, en pratique, des cotisations versées au titre des garanties incapacité, invalidité, décès et dépendance, versées aux régimes de prévoyance complémentaire mis en place dans l’entreprise dans les conditions prévues à l’article L. 911-1 du code de la sécurité sociale auxquels le salarié est affilié à titre obligatoire. Remarque: Les cotisations à la charge de l'employeur et, le cas échéant, du comité d'entreprise qui correspondent à des garanties portant sur le remboursement ou l'indemnisation de frais de santé (maladie, maternité ou accident) constituent des compléments de rémunération qui sont compris dans la rémunération imposable du salarié (BOI-RSA-CHAMP-20-30-50). La déduction est admise si les conditions suivantes sont remplies : 1. Les régimes doivent répondre aux conditions exigées des régimes de retraite supplémentaire énumérées aux 1, 3, 4 et 5 du A du I 210 A cet égard, il est précisé que le caractère obligatoire du régime n'est pas remis en cause, outre dans les cas mentionnés au I-A-1 § 40, lorsque l'acte instituant le régime prévoit des cas de dispense au profit (3° de l'article R. 242-1-6 du code de la sécurité sociale) : - des salariés bénéficiaires d'une couverture complémentaire en application de l'article L. 861-3 du code de la sécurité sociale ou d'une aide à l'acquisition d'une complémentaire santé en application de l'article L. 863-1 du code de la sécurité sociale et des salariés couverts par une assurance individuelle frais de santé au moment de la mise en place des garanties ou de l'embauche si elle est postérieure. La dispense ne pouvant jouer que jusqu'à l'expiration du contrat individuel - à condition de le justifier chaque année, des salariés qui bénéficient par ailleurs, y compris en tant qu'ayant droit, d'une couverture collective relevant d'un dispositif de prévoyance complémentaire conforme à un de ceux fixés par arrêté du ministre chargé de la sécurité sociale. 220 Par ailleurs, il est admis que le caractère obligatoire du régime n'est pas remis en cause lorsque celuici prévoit, pendant douze mois au maximum, le maintien temporaire du bénéfice des garanties au profit des salariés dont le contrat de travail est rompu conformément aux dispositions de l'article L. 911-8 du code de la sécurité sociale. Ainsi, dès lors que le maintien de la couverture complémentaire correspond à la poursuite du contrat obligatoire et collectif dont bénéficiaient les salariés avant la rupture de leur contrat de travail, il est admis que les cotisations versées dans le cadre du maintien des droits à couverture complémentaire santé et prévoyance des anciens salariés au chômage prévu par l'article L. 911-8 du code de la sécurité sociale précité restent déductibles du revenu imposable sur la base et dans les conditions du 1° quater de l'article 83 du CGI. Les plafonds s'apprécient selon les modalités de droit commun, c'est à dire en prenant en compte la rémunération annuelle brute du salarié l'année de paiement des cotisations par le salarié ou par l'employeur à l'organisme de prévoyance. Les cotisations versées aux régimes de prévoyance complémentaire qui excèdent les plafonds de déduction, ainsi que celles qui correspondent au maintien de la couverture pendant une durée supérieure à 12 mois, ne peuvent pas être admises en déduction sur le fondement du 1° quater de l'article 83 du CGI. La part patronale doit être réintégrée dans la rémunération imposable et la part salariale n'est pas déductible des revenus soumis à l'impôt sur le revenu. 230 Enfin, le respect de l’uniformité du taux de cotisation pour toutes les personnes appartenant à une même catégorie objective de personnel n’interdit pas aux salariés de choisir, à l’intérieur de la Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 9/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 cotisation de prévoyance obligatoire, de moduler le taux de couverture et, par suite, les garanties relatives aux différents risques autorisés. 2. Les risques assurés doivent être les mêmes que dans les régimes de sécurité sociale de base (maladie, maternité, invalidité, incapacité de travail, décès) ainsi que la dépendance qui est assimilée à la prévoyance 240 Toutefois, les prestations accordées peuvent revêtir des formes différentes (par exemple, pension d'orphelin, rente éducation, etc.). 3. Le régime doit être exclusif de tout versement d'un capital 250 Sauf pour ce qui concerne la couverture du risque décès ou en cas d’invalidité absolue et définitive ou perte totale et irréversible d’autonomie correspondant au 3° de l'article L. 341-4 du code de la sécurité sociale. 4. Le régime doit respecter les conditions prévues à l'article L. 871-1 du code de la sécurité sociale 260 L'article L. 871-1 du code de la sécurité sociale prévoit que les régimes de prévoyance complémentaire mis en place dans les entreprises : - ne doivent pas prévoir la prise en charge (même partielle) de la participation forfaitaire et de la franchise, respectivement prévus au II et au III de l'article L. 322-2 du code de la sécurité sociale ; - ne peuvent prévoir la prise en charge (totale ou partielle) de certaines majorations de participation ou dépassements d'honoraires (code de la sécurité sociale, art. R. 871-1) ; - peuvent prévoir la prise en charge totale ou partielle de certaines prestations ou dépassements d'honoraires définies à l'article R. 871-2 du code de la sécurité sociale. B. Limite de déduction des cotisations versées aux régimes de prévoyance complémentaire 270 Les cotisations ou primes versées, y compris la participation de l’employeur et, le cas échéant, du comité d'entreprise, ne correspondant pas à la garantie des frais de santé, aux régimes obligatoires et collectifs de prévoyance complémentaire sont déductibles dans une limite spécifique annuelle mentionnée au quatrième alinéa du 1° quater de l'article 83 du CGI, égale à la somme des deux éléments suivants : - 5 % du plafond annuel retenu pour le calcul des cotisations de sécurité sociale (PASS), - et 2 % de la rémunération annuelle brute telle que définie au I-B § 125, sans que le total ainsi obtenu puisse excéder 2 % de huit fois le montant annuel du plafond précité. Remarque: Ce plafond s'applique aux cotisations versées à compter du 1er janvier 2013. C. Situation des salariés « impatriés » (article 83, 2°- 0 ter du CGI) 280 Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 10/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 En application du 2°-0 ter de l’article 83 du CGI, les cotisations que les salarié « impatriés » continuent de verser aux régimes de prévoyance complémentaire auxquels ils étaient affiliés ès qualités dans un autre Etat avant leur prise de fonctions en France sont déductibles du montant imposable de leurs traitements et salaires, dans la limite prévue au 1° quater de l’article 83 du CGI. Ce principe de déduction concerne les salariés « impatriés », c’est- à-dire ceux visés au I de l'article 81 B du CGI. Pour plus de précisions sur ces dispositions, il convient de se reporter BOI-RSA-GEO-40. III. Sort des cotisations excédentaires 290 Lorsque les cotisations versées aux régimes de retraite supplémentaire ou de prévoyance complémentaire excèdent les plafonds de déduction, définis respectivement aux 2° et 1° quater de l'article 83 du CGI, l’excédent de cotisations afférent au régime concerné est ajouté à la rémunération. 300 En pratique : - la part patronale des cotisations excédentaires constitue un complément de rémunération imposable qui doit être ajouté à la rémunération brute du salarié ; - la part salariale des cotisations excédentaires n’est pas déductible de la rémunération brute de l’intéressé. La ventilation de l’excédent s’effectue au prorata du montant des cotisations supportées respectivement par l’employeur et par le salarié. Exemple 1 : Soit un salarié qui perçoit une rémunération annuelle brute de 40 000 € et qui cotise à un régime de retraite dit « article 83 » au taux de 4 %. Son employeur complète ce versement par une cotisation au taux de 6 %. Le plafond de déduction s’élève à 3 200 € (40 000 € x 8 %). Les cotisations salariales et patronales versées au régime de retraite supplémentaire s'élèvent respectivement à 1 600 € et 2 400 €, soit au total : 4 000 € et un excédent de 800 €. La part salariale de cet excédent est égale à : 800 € x 0,40 = 320 €, et la part patronale à : 800 € x 0,60 = 480 €. La somme de 320 € n’est pas déductible de la rémunération brute et celle de 480 € doit être ajoutée à la rémunération brute du salarié. Le plafond de déduction des cotisations n’est pas modifié du fait de cette augmentation de la rémunération imposable. Exemple 2 : Soit un salarié qui cotise à un régime de prévoyance complémentaire d'entreprise obligatoire et collectif. Il perçoit une rémunération annuelle brute (cf. I-B § 125) de 100 000 € dont 1 500 € sous forme de cotisations de son employeur à sa complémentaire d'entreprise qui sont comprises, en l'espèce, dans sa rémunération brute dès lors qu'elles couvrent des garanties relatives au remboursement ou à l'indemnisation de frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident. Ce salarié cotise à sa complémentaire d'entreprise à hauteur de 3 000 € par an. Son employeur complète ce versement par une cotisation de 3 000 € qui comprend, outre les 1 500 € précités pris en compte dans sa rémunération brute, 1 500 € versés au titre de garanties autres que celles portant sur le remboursement ou l'indemnisation de frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident. Le plafond de déduction de ce salarié s’élève, pour 2014 (le PASS étant de 37 548 €), au plus faible des deux montants suivants : - (37 548 x 5 %) + (100 000 x 2 %) = 3 877 € ; Identifiant juridique : BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 11/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5956-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-BASE-30-10-20-20140204 - (37 548 € x 8 x 2 %) = 6 008 €. La limitation du plafond à hauteur de 2% de 8 fois le PASS ne trouve donc pas à s'appliquer ici. Les cotisations salariales et patronales déductibles, sous condition de plafond, en application du 1° quater de l'article 83 du CGI s'élèvent respectivement à 3 000 € et 1 500 €, soit au total : 4 500 €, d'où un excédent de 623 € (4 500 - 3 877 = 623). La part salariale de cet excédent est égale à : 623 € x (3 000 / 4 500) = 415 € et la part patronale à : 623 € x (1 500 / 4 500) = 208 €. La somme de 415 € n’est pas déductible de la rémunération brute et celle de 208 € doit être ajoutée à la rémunération brute du salarié. Le plafond de déduction des cotisations n’est pas modifié du fait de cette augmentation de la rémunération imposable. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Page 1/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 DGFIP BIC - Intéressement et participation - Régimes facultatifs - Plans d'épargne d'entreprise Positionnement du document dans le plan : BIC - Bénéfices industriels et commerciaux Intéressement - participation Titre 2 : Régimes facultatifs Chapitre 3 : Plans d'épargne d'entreprise Sommaire : I. Économie générale des plans d'épargne d'entreprise A. Champ d'application B. Modalités d'établissement C. Caractéristiques des plans d'épargne d'entreprise 1. Conditions de participation a. Les salariés b. Non salariés 2. Nature et montant des versements a. Versements des salariés 1° Montant maximum des versements 2° Montant minimum des versements b. Versements complémentaires de l'entreprise (abondement) 1° Nature des versements complémentaires 2° Montant maximum de la contribution 3. Indisponibilité des valeurs acquises pour le compte des salariés a. Principe b. Exceptions 4. Modalités de gestion des plans d'épargne d'entreprise a. Gestion des versements des salariés b. Composition du portefeuille collectif 1° Affectation des sommes versées à un plan d'épargne d'entreprise 2° Augmentation de capital 3° Transferts entre plans II. Régime fiscal des plans d'épargne d'entreprise Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 2/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 A. Situation au regard de l'entreprise 1. Impôt sur les sociétés et impôt sur le revenu a. Déduction des sommes versées par l'entreprise b. Régime fiscal des cessions de titres aux adhérents d'un plan d'épargne d'entreprise c. Déduction fiscale en cas d'émission d'actions au profit des salariés en application d'une augmentation de capital réservée aux adhérents d'un plan d'épargne d'entreprise 2. Autres impôts et taxes B. Situation au regard des salariés 1 Un plan d'épargne d'entreprise (PEE) est un système d'épargne collectif facultatif ouvrant aux salariés d'une entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci, à la constitution d'un portefeuille de valeurs mobilières. Le régime des plans d'épargne d'entreprise est régi par les dispositions figurant de l'article L. 3332-1 du code du travail (C. trav.) à l'article L. 3332-28 du code du travail et aux articles R. 3332-1 et suivants du code du travail. 10 Les plans d'épargne d'entreprise constituent l'une des modalités de gestion des droits reconnus aux salariés au titre de la participation aux résultats de l'entreprise. Mais l'établissement dans une entreprise d'un plan d'épargne n'est pas lié à l'existence, dans cette entreprise, d'un tel régime de participation. Un plan d'épargne peut, en effet, être créé, soit à l'initiative de l'entreprise, soit en vertu d'un accord conclu avec le personnel selon une des modalités prévues à l'article L. 3322-6 du code du travail. En revanche, conformément aux dispositions de l'article L. 3323-2 du code du travail, les accords de participation conclus à compter du 1er janvier 2007 ne peuvent prévoir l'affectation des sommes constituant la réserve spéciale de participation qu'à des comptes ouverts au nom des intéressés en application d'un plan d'épargne salariale ou/et à un compte que l'entreprise doit consacrer à des investissements. 20 Les plans d'épargne doivent, en principe, remplir un certain nombre de conditions tenant notamment à l'emploi des sommes qui, conformément à l'article L. 3332-15 du code du travail, peuvent être affectées à l’acquisition de : - titres d'une société d'investissement à capital variable ; - parts d'un fonds commun de placement ou des titres émis par des sociétés d'investissement à capital variable régis par les dispositions de l'article L. 214-39 du code monétaire et financier (CoMoFi) et de l'article L. 214-40 du CoMoFi ; - actions émises par l'entreprise mentionnées au II de l'article 83 bis du code général des impôts (CGI) et à l'article 220 quater A du CGI ; - actions émises par des sociétés créées dans les conditions prévues à l'article 220 nonies du CGI. 30 On examinera successivement, dans deux parties : - l'économie générale des plans d'épargne d'entreprise ; - le régime fiscal des plans d'épargne d'entreprise. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 3/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 I. Économie générale des plans d'épargne d'entreprise A. Champ d'application 40 Aux termes de l'article L. 3332-1 du code du travail, les plans d'épargne d'entreprise peuvent être établis, à titre facultatif, dans toute entreprise à l'initiative de celle-ci ou en vertu d'un accord avec le personnel. Le plan d'épargne d'entreprise est donc un système d'épargne original puisqu'il combine un cadre collectif défini au niveau de l'entreprise et une initiative individuelle du salarié qui ne peut jamais être contraint de verser des sommes dans le PEE. Il effectue lui-même le choix des modes de placement de son épargne. Les avoirs détenus par les salariés dans le cadre du plan d'épargne d'entreprise doivent être constitués de valeurs mobilières. L'article L. 228-1 du code de commerce définit les valeurs mobilières, comme étant les titres financiers au sens de l'article L. 211-1 du CoMoFi émis par des personnes morales, publiques ou privées, transmissibles par inscription en compte ou tradition, qui donnent accès, directement ou indirectement, au capital de la personne morale émettrice ou à un droit de créance général sur son patrimoine. Sont également des valeurs mobilières les parts de fonds communs de placement, les parts de fonds de placement immobilier et de fonds commun de titrisation. 50 Les comptes ouverts au nom des salariés en application d'un plan d'épargne d'entreprise peuvent être alimentés par : - les versements volontaires des salariés (dont font partie les primes d'intéressement) ; - l'abondement de l'entreprise ; - les droits à participation des salariés aux résultats de l'entreprise ; - les sommes venant d'un compte épargne-temps ; - les actions gratuites attribuées aux salariés dans les conditions prévues à l'article L. 225-197-1 du code de commerce, à l'article L. 225-197-2 du code de commerce et à l'article L. 225-197-3 du code de commerce, dans la limite d'un montant égal à 7,5 % du plafond annuel de la sécurité sociale par adhérent, sous réserve d'une attribution à l'ensemble des salariés de l'entreprise (C. trav., art. L. 3332-14). De tels plans peuvent également être institués au sein d'un groupe constitué d'entreprises juridiquement indépendantes, mais ayant établi entre elles des liens financiers et économiques. B. Modalités d'établissement 60 Les plans d'épargne peuvent être établis : - soit à l'initiative de l'entreprise ; - soit en vertu d'un accord avec le personnel, notamment en vue de recevoir les versements effectués en application des titres Ier et II du livre III de la troisième partie du code du travail (C. trav., art. L. 3311-1 et suivants) relatifs à l'intéressement et à la participation des salariés aux résultats de l'entreprise. Dans ce dernier cas, l'accord avec le personnel est conclu suivant l'une des procédures prévues à l'article L. 3322-6 du code du travail, c'est-à-dire : - soit dans le cadre d'une convention ou d'un accord collectif de travail ; - soit entre l'employeur et les représentants d'organisations syndicales représentatives dans l'entreprise au sens de l'article L. 2122-1 du code de travail ; Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 4/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 - soit au sein du comité d'entreprise ; - soit à la suite de la ratification à la majorité des deux tiers du personnel d'un projet de contrat proposé par l'employeur. S'il existe dans l'entreprise une ou plusieurs organisations syndicales représentatives au sens de l'article L. 2122-1 du code de travail ou un comité d'entreprise, la ratification doit être demandée conjointement par l'employeur et une ou plusieurs de ces organisations ou ce comité. C. Caractéristiques des plans d'épargne d'entreprise 70 Pour ouvrir droit au bénéfice des divers avantages fiscaux prévus par les dispositions figurant de l'article L. 3332-1 du code du travail à l'article L. 3332-27 du code du travail, les plans d'épargne d'entreprise doivent remplir certaines conditions. 1. Conditions de participation a. Les salariés 80 Les plans d'épargne d'entreprise sont essentiellement destinés à encourager les salariés à employer leur épargne liquide dans des placements en valeurs mobilières et à permettre aux employeurs de contribuer, en franchise d'impôt, à la formation de cette épargne à long terme. Les plans d'épargne d'entreprise doivent donc ouvrir à tous les salariés la faculté de participer à la constitution d'un portefeuille de valeurs mobilières. Toutefois, une durée minimum d'ancienneté au cours de l'exercice peut être exigée ; elle ne peut excéder trois mois (C. trav., art. L. 3342-1). 90 En outre, aucune discrimination ne doit être faite entre les salariés. Si le plan d'épargne d'entreprise prévoit plusieurs formules de placement, chaque salarié doit pouvoir exercer son choix entre toutes les formules de placement offertes. 100 Les anciens salariés de l'entreprise peuvent, à leur demande, rester adhérents du plan d'épargne d'entreprise. À cet égard, deux cas de figure doivent être distingués. En application de l'article L. 3332-2 du code du travail, les anciens salariés ayant quitté l'entreprise à la suite d'un départ à la retraite ou en préretraite peuvent continuer à effectuer des versements volontaires. Il ne peuvent bénéficier des versements complémentaires effectués par les entreprises. L'intéressement peut être versé dans ces conditions sur le plan d'épargne d'entreprise sous réserve, bien entendu, que le retraité ait adhéré et effectué au moins un versement avant son départ de l'entreprise et qu'il n'ait pas demandé le déblocage de la totalité de ses avoirs lors de la cessation de son contrat de travail. En revanche, les salariés dont le contrat de travail est rompu ou arrive à son terme pour une raison autre que le départ en retraite ou une préretraite peuvent rester adhérents du plan d'épargne. Ils ne peuvent, par contre, plus effectuer de nouveaux versements. Toutefois, lorsque le versement de l'intéressement, ou de la participation, au titre de la dernière période d'activité du salarié intervient après son départ de l'entreprise, il peut affecter cet intéressement ou cette participation au plan d'épargne de l'entreprise qu'il vient de quitter. Le règlement du plan peut prévoir que ce versement fait l'objet d'un versement complémentaire de l'entreprise suivant les conditions prévues pour l'ensemble des salariés (C. trav., art. R. 3332-13). 110 Enfin, la constitution de plans communs à plusieurs entreprises est autorisée. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 5/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 b. Non salariés 120 Conformément aux dispositions de l'article L. 3332-2 du code du travail, dans les entreprises dont l'effectif habituel est compris entre un et deux cent cinquante salariés, peuvent également participer aux plans d'épargne d'entreprise : - les chefs de ces entreprises ; - les présidents, directeurs généraux, gérants ou membres du directoire, s'il s'agit de personnes morales ; - le conjoint du chef d'entreprise s'il a le statut de conjoint collaborateur ou de conjoint associé mentionné à l'article L. 121-4 du code de commerce. Le salarié d'un groupement d'employeurs peut bénéficier du plan d'épargne salariale mis en place dans chacune des entreprises adhérentes du groupement auprès de laquelle il est mis à disposition dans des conditions fixées par décret. Les travailleurs non salariés visés à l'article L. 134-1 du code de commerce ou au titre IV du livre V du code des assurances (C. assur., art. L. 540-1 à C. assur., art. L. 540-2) ayant un contrat individuel avec une entreprise dont ils commercialisent des produits peuvent bénéficier du plan d'épargne salariale mis en place dans l'entreprise, si le règlement le prévoit, dans des conditions fixées par décret. 2. Nature et montant des versements 130 Les comptes ouverts au nom des salariés en application d'un plan d'épargne d'entreprise peuvent être alimentés : - soit uniquement par le versement des sommes attribuées aux salariés au titre de la participation aux résultats de l'entreprise ou distribuées au titre de l'intéressement, l'aide de l'entreprise se limitant à la prise en charge des frais de gestion du plan d'épargne ; - soit uniquement par des versements volontaires des salariés, l'aide de l'entreprise se limitant à la prise en charge des frais de gestion du plan d'épargne ; - soit à la fois par le versement de tout ou partie des sommes attribuées aux salariés au titre de la participation ou de l'intéressement et par des versements complémentaires de l'entreprise ; - soit à la fois par des versements volontaires des salariés et par des versements complémentaires de l'entreprise ; - soit à la fois par le versement de tout ou partie des sommes attribuées aux salariés au titre de la participation aux résultats de l'entreprise ou au titre de l'intéressement, par des versements volontaires des salariés et par des versements complémentaires de l'entreprise. Ils peuvent être également alimentés par des actions gratuites attribuées dans les conditions prévues à l'article L. 3332-14 du code du travail ainsi que par des droits inscrits sur un compte épargne-temps. 140 Enfin, la participation des salariés à la réalisation d'un plan d'épargne d'entreprise peut comprendre, en dehors des sommes provenant de la réserve spéciale de participation ou de l'intéressement et des versements volontaires que le personnel peut accepter de faire, le remploi des revenus des placements effectués. Des avantages fiscaux prévus au II de l'article 163 bis B du CGI ont d'ailleurs pour but d'encourager les salariés à effectuer ce remploi (BOI-RSA-ES-10-30-10 du V-B au VI § 189 à 200). Les versements effectués d'une part, par les salariés, soit à titre volontaire, soit au titre de la participation aux résultats de l'entreprise ou de l'intéressement d'autre part, par l'entreprise sont subordonnés à certaines conditions liées à leur montant. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 6/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 a. Versements des salariés 1° Montant maximum des versements 150 L'article L. 3332-10 du code du travail limite le montant des versements faits par un même salarié ou une personne mentionnée à l'article L. 3332-2 du code du travail à un plan d'épargne d'entreprise au quart de sa rémunération annuelle ou de son revenu professionnel imposé à l'impôt sur le revenu au titre de l'année précédente. Pour le conjoint du chef d'entreprise mentionné au 3° du même article et pour le salarié dont le contrat de travail est suspendu, qui n'ont perçu aucune rémunération au titre de l'année de versement, les versements ne peuvent excéder le quart du montant annuel du plafond prévu à l'article L. 241-3 du code de la sécurité sociale (CSS). La rémunération du salarié doit s'entendre de la rémunération brute qui est déclarée par l'employeur pour être soumise à l'impôt sur le revenu établi au nom du salarié, avant déduction de la cotisation de sécurité sociale, des retenues pour retraites et de toute déduction forfaitaire pour frais professionnels. Remarque : Le montant des droits inscrits à un compte-épargne temps et qui sont utilisés pour alimenter un plan d'épargne d'entreprise n'est pas pris en compte pour l'appréciation du plafond mentionné à l'article L. 3332-10 du code du travail, à condition qu'ils servent à l'acquisition de titres de l'entreprise ou d'une entreprise qui lui est liée au sens de l'article L. 3344-1 du code du travail et de l'article L. 3344-2 du code du travail ou de parts ou d'actions d'OPCVM mentionnés à l'article L. 214-40 du CoMoFi. 160 Les sommes dues au titre de la participation pour lesquelles le salarié n'a pas demandé le versement immédiat en application de l'article L. 3324-10 du code du travail et affectées à un plan d'épargne d'entreprise dans les conditions prévues à l'article L. 3324-12 du code du travail ne sont pas prises en compte dans le plafond de 25 %. Il en est de même des sommes transférées sans délai à l’issue de la période de blocage de la participation vers le plan d'épargne d'entreprise. 2° Montant minimum des versements 170 Le règlement du plan d'épargne d'entreprise peut prévoir pour chaque versement volontaire des participants un montant minimum par support de placement. Celui-ci ne peut toutefois pas excéder une somme fixée par arrêté conjoint des ministres chargés de l'économie et du travail (C. trav., art. R. 3332-9). Lorsque l'accord concernant la participation des salariés aux résultats de l'entreprise a prévu que les sommes revenant à ce titre aux salariés seront versées à des comptes ouverts en application d'un plan d'épargne d'entreprise, ces sommes doivent obligatoirement être portées à ces comptes, quel que soit leur montant et aucun minimum ne pourrait être prévu pour les sommes provenant de la réserve de participation. Cette obligation ne s'applique toutefois pas aux sommes attribuées aux salariés et n'excédant pas 80 € par personne. Elles échappent en effet à la règle de l'indisponibilité et sont payées immédiatement à leurs bénéficiaires. b. Versements complémentaires de l'entreprise (abondement) 1° Nature des versements complémentaires 180 En application de l'article L. 3332-1 du code du travail, les plans d'épargne d'entreprise doivent comporter une aide apportée aux bénéficiaires par leur employeur en vue de faciliter la constitution à leur profit d'un portefeuille collectif de valeurs mobilières. Le règlement du plan d'épargne doit donc préciser les modalités de cette aide. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 7/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 La loi ne précise pas l'aide minimale obligatoire ; il a été envisagé que cette aide puisse consister en l'abondement. Mais cet abondement est par nature facultatif. Cependant, les entreprises qui ne versent pas d'abondement pendant une année et qui n'ont pas prévu de prise en charge des frais dans le règlement du plan d'épargne se retrouvent dans l'illégalité : leur PEE est dépourvu d'aide aux salariés alors que celle-ci est une condition impérative pour bénéficier des exonérations sociales et fiscales. Dans ces conditions, afin de sécuriser les plans d'épargne d'entreprise, et compte tenu des dispositions de l'article L. 542-1 du CoMoFi, l'aide minimale consiste dans la prise en charge obligatoire par l'entreprise des prestations de tenue de compte-conservation suivantes : - l'ouverture du compte du bénéficiaire ; - les frais afférents à un versement annuel du salarié en plus du versement de la participation et de l'intéressement sur le plan ; - l'établissement et l'envoi des relevés d'opérations prises en charge par l'entreprise ; - une modification annuelle de choix de placement ; - l'établissement et l'envoi du relevé annuel de situation ; - l'ensemble des rachats à l'échéance et ceux qui sont effectués dans le cadre des cas prévus à l'article R. 3324-22 du code du travail et à l'article R. 3334-4 du code du travail à condition qu'ils soient effectués par virement sur le compte du salarié, y compris dans le cadre du traitement des cas de déblocage anticipé ; - l'accès des bénéficiaires aux outils télématiques les informant sur leurs comptes. Les prestations de tenue de compte-conservation prises en charge par l'entreprise sont précisées dans une annexe au règlement du plan. 190 L'aide de l'entreprise peut également consister facultativement dans des versements complémentaires. L'article L. 3332-12 du code du travail rappelle le caractère général des règles relatives à l'abondement, ce qui exclut notamment toute individualisation de l'aide de l'entreprise. En application des dispositions de l'article L. 3332-11 du code du travail, un abondement peut être versé par l'entreprise au titre des versements effectifs des salariés et des sommes attribuées au titre de l'intéressement et de la participation et affectées au plan d'épargne d'entreprise. Le versement des sommes que l'entreprise doit attribuer aux salariés au titre de la participation ne peut pas être considéré comme une aide fournie par l'entreprise. Ces sommes appartiennent en effet aux salariés et constituent une dette de l'entreprise en vertu de la loi. 200 De même, l'abondement ne peut pas être accordé au titre des versements faits par les retraités ou préretraités qui ne sont plus des salariés de l'entreprise. Le plan d'épargne doit donc obligatoirement comporter d'autres engagements pris par l'entreprise. 2° Montant maximum de la contribution 210 Le versement complémentaire de l'entreprise est encadré par l'article L. 3332-11 du code du travail. Les sommes versées annuellement par l'entreprise pour chaque salarié ou personne mentionnée à l'article L. 3332-2 du code du travail ne peuvent excéder un plafond fixé à 8 % du montant annuel du plafond prévu à l'article L. 241-3 du CSS (C. trav., art. R. 3332-8) sans pouvoir excéder le triple de la contribution du bénéficiaire. Cette contribution peut être constituée des sommes provenant de l'intéressement, de la participation aux résultats de l'entreprise et des versements volontaires des bénéficiaires. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 8/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 En outre, l'entreprise peut majorer son versement à concurrence du montant consacré par le salarié ou la personne mentionnée à l'article L. 3332-2 du code du travail à l'acquisition d'actions ou de certificats d'investissement émis par l'entreprise ou par une entreprise liée à celle-ci au sens de l'article L. 225-180 du code de commerce, sans que cette majoration puisse excéder 80 %. 220 Exemple 1 : - versement du salarié : 800 € ; aucune somme n'est affectée à l'acquisition d'actions ou de certificats d'investissement de l'entreprise ; - abondement maximum de l'entreprise : 800 € x 3 = 2 400 €. Exemple 2 : - versement du salarié : 2 000 €, dont 500 € sont affectés l'achat d'actions ou de certificats d'investissement émis par l'entreprise ; - abondement maximum de l'entreprise : il est calculé, d'une part, sur les sommes affectées à l'achat d'actions, d'autre part, sur le solde : 500 € x 3 = 1 500 €, 1 500 € x 3 = 4 500 € limité à 8 % du montant annuel du plafond de sécurité sociale soit pour 2012 : 2 909,76 € ; - soit au total 4 409,76 €. Exemple 3 : - versement du salarié : 1 600 €, dont 900 € consacrés à l'achat d'actions ou de certificats d'investissement de l'entreprise ; - l'investissement en actions de l'entreprise ouvre droit à une majoration de l'abondement égale au maximum à 80 % de 8 % du montant annuel du plafond de la sécurité sociale, soit pour 2012, 2 327,80 € ; dès lors qu'elle représente le triple de l'investissement, la majoration de 80 % correspond à la prise en compte d'un investissement en actions de 775,93 € ; l'investissement en actions de l'entreprise étant supérieur à ce chiffre, la majoration de 80 % peut être accordée ; - le complément de l'investissement en actions de l'entreprise (soit 900 € - 775,93 €) est pris en compte au titre de l'abondement « normal ». Il s'élève à 2 472,21 € : [700 € + (900 € - 775,93 €)] x 3 = 2 472,21 € ; - au total, l'abondement maximum est de 4 800,01 €. 3. Indisponibilité des valeurs acquises pour le compte des salariés a. Principe 230 En application de l'article L. 3332-25 du code du travail, les actions ou parts acquises pour le compte des salariés et des anciens salariés ne pourront leur être délivrées ni leur être remboursées à l'expiration d'un délai minimum de cinq ans courant à compter de la date de l'acquisition. Les adhérents qui détiennent des titres en direct ne peuvent les céder qu'à l'expiration du même délai minimum de cinq ans. Il est possible au règlement du plan d'épargne d'entreprise de fixer une durée de blocage plus longue. Pour leur part, les salariés peuvent conserver leurs avoirs dans le plan d'épargne d'entreprise au-delà de la période de blocage des sommes. Par mesure de simplification, il est admis, si le plan d'épargne le prévoit, que le délai de blocage des sommes parte pour toutes les acquisitions effectuées au cours d'une période d'un an au plus d'une date moyenne fixée au milieu de la période. Par exemple, toutes les actions ou parts acquises au cours d'une année civile pourront être rendues disponibles le 30 juin de la cinquième année suivant celle de l'acquisition. Si le plan d'épargne d'entreprise est partiellement alimenté par des sommes Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 9/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 provenant de la réserve spéciale de participation, toutes les actions ou parts acquises au cours d'un exercice pourront être rendues disponibles le premier jour du cinquième mois du cinquième exercice annuel suivant celui de l'acquisition. Dans le cas où la durée d'indisponibilité prévue par le plan d'épargne d'entreprise est supérieure à cinq ans et où il est prévu d'affecter la participation au plan d'épargne d'entreprise, l'accord de participation doit alors instituer un autre mode de placement dont la durée d'indisponibilité est conforme au régime de la participation (fixée à cinq ans, le régime dérogatoire de trois ans étant maintenu pour les accords conclus avant le 20 février 2001). b. Exceptions 240 Aux termes des dispositions de l'article R. 3332-28 du code du travail, les cas dans lesquels les actions ou parts acquises pour le compte des adhérents leur sont délivrées avant l'expiration du délai d'indisponibilité minimum de cinq ans sont énumérés à l'article R. 3324-22 du code du travail. Il est précisé que le déblocage anticipé des droits constitués au profit des salariés est une faculté. Ces droits sont donc liquidés ou transférés sur demande expresse des salariés concernés. 250 Conformément aux dispositions de l'article L. 3332-25 du travail, le délai d'indisponibilité de cinq ans ne s'applique pas si la liquidation des avoirs acquis dans le cadre du plan d'épargne d'entreprise sert à lever des options consenties dans les conditions prévues à l'article L. 225-177 du code de commerce ou à l'article L. 225-179 du code de commerce. Les actions ainsi souscrites ou achetées ne sont disponibles qu’à l’expiration d’un délai minimum de cinq ans. 260 Dans ce cas, aucun cas de déblocage anticipé ne trouve à s'appliquer. Toutefois, en cas de décès du bénéficiaire des options, il sera admis que ses héritiers aient la disposition des titres dès lors que la déclaration de succession aura été déposée auprès du service des impôts compétent. 4. Modalités de gestion des plans d'épargne d'entreprise a. Gestion des versements des salariés 270 Les versements volontaires des salariés, les versements complémentaires de l'entreprise, les sommes attribuées au titre de l'intéressement et affectées volontairement par des salariés au plan d'épargne d'entreprise ainsi que les sommes attribuées aux salariés au titre de la participation aux résultats et affectées à la réalisation de ce plan d'entreprise doivent, dans un délai de quinze jours à compter du versement de ces sommes par les salariés ou de la date à laquelle elles sont dues par l'entreprise, être employées à l'acquisition d'actions de sociétés d'investissement à capital variable ou de parts de fonds communs de placement d'entreprise ou de titres émis par l'entreprise (C. trav., art. R. 3332-10). 280 Les sommes versées au plan d'épargne sont immédiatement inscrites au crédit des comptes individuels ouverts au nom des salariés, soit dans les écritures de l'entreprise elle-même, soit dans celles de l'établissement chargé des opérations comptables relatives au plan d'épargne. Ces comptes sont débités du montant des sommes employées en titres émis par l'entreprise ou en actions de sociétés d'investissement à capital variable ou versées au dépositaire des avoirs d'un fonds commun de placement. L'entreprise ou l'établissement mentionné ci-dessus établit un relevé des actions ou parts appartenant à chaque salarié. Une copie de ce relevé est adressée au moins une fois par an aux intéressés avec l'indication, s'il y a lieu, du solde de leur compte (C. trav., art. R. 3332-16). Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 10/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Les salariés doivent également recevoir chaque année un compte rendu des opérations faites par l'entreprise en application du plan d'épargne ou, s'il a été constitué un fonds commun de placement, un compte rendu des opérations faites par le gérant de ce fonds. b. Composition du portefeuille collectif 1° Affectation des sommes versées à un plan d'épargne d'entreprise 290 Les sommes versées à un plan d'épargne d'entreprise peuvent être affectées, en application des dispositions de l'article L. 3332-15 du code du travail, l'article L. 3332-16 du code du travail, l'article L. 3332-17 du code du travail et l'article L. 3332-17-1 du code du travail à l'acquisition de : - titres émis par des sociétés d'investissement à capital variable (SICAV) régies par les dispositions de l'article L. 214-7 du CoMoFi à l'article L. 214-7-4 du CoMoFi ; - parts de fonds communs de placement (FCP) [ou des titres émis par des sociétés d'investissement à capital variable (SICAV)] régis par l'article L. 214-39 du CoMoFi et par l'article L. 214-40 du CoMoFi ; - actions émises par des sociétés mentionnées au II de l'article 83 bis du CGI et à l'article 220 quater A du CGI ; - actions émises par des sociétés créées dans les conditions prévues à l'article 220 nonies du CGI (sociétés constituées exclusivement pour le rachat de tout ou partie d'une société) ; - parts de fonds investis, dans les limites prévues à l'article L. 214-39 du CoMoFi, dans les entreprises solidaires au sens de l'article L. 3332-17-1 du code du travail. 2° Augmentation de capital 300 Conformément aux dispositions de l'article L. 3332-18 du code du travail à l'article L. 3332-24 du code du travail, les sociétés peuvent procéder à des augmentations de capital réservées aux salariés adhérents au plan d'épargne d'entreprise. Ces dispositions s'appliquent aux cessions par une société de ses titres, dans la limite de 10 % du total des titres qu'elle a émis, aux adhérents d'un plan d'épargne d'entreprises. Les sociétés peuvent procéder à ces augmentations de capital par l'intermédiaire d'un fonds commun de placement. Dans ce cas, le bulletin de souscription est signé par le gestionnaire du fonds (C. trav., art. R. 3332-24). La société émettrice notifie au gérant du fonds le nombre d'actions souscrites. Le gérant informe chaque salarié du nombre de parts souscrit et lui adresse un relevé nominatif mentionnant la date de cessibilité de ces parts. L'article L. 3332-18 du code du travail est le cadre unique des augmentations de capital réservées aux salariés bénéficiant d'un régime spécifique. Toutefois, il demeure possible d'effectuer des augmentations de capital réservées à un ou plusieurs investisseurs (notamment les salariés) dans les conditions de droit commun prévues à l'article L. 225-138 du code de commerce. Toutes les sociétés anonymes cotées et non cotées peuvent procéder à des augmentations de capital réservées aux adhérents au PEE. Les modalités de réalisation des augmentations de capital réservées aux adhérents des plans d'épargne d'entreprise sont prévues par l'article L. 225-138-1 du code de commerce. 310 En application des dispositions de l'article L. 3332-19 du code du travail, si l'augmentation de capital coïncide avec une première introduction sur un marché réglementé, le prix de souscription est déterminé par référence au prix d'admission sur le marché, à condition que la décision du conseil d'administration ou du directoire (ou le cas échéant de leur délégué) fixant la date de souscription Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 11/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 intervienne au plus tard dix séances de bourse après la date de la première cotation. Le prix de souscription ne peut être supérieur à ce prix d'admission sur le marché. Si l'augmentation de capital est réalisée par une société déjà cotée, le prix de souscription ne peut être supérieur à la moyenne des cours cotés aux vingt séances de bourse précédant le jour de la décision fixant la date d'ouverture de la souscription. En outre, dans les deux cas, le prix de souscription ne peut être inférieur de plus de 20 % à ce prix d'admission ou à cette moyenne, selon le cas. Les sociétés disposent donc de la possibilité d'accorder une décote sur le prix allant de 0 à 20 % : cette décote peut être fixée par l'Assemblée Générale (AG) ou bien par le conseil d'administration ou le directoire dans les limites prévues par l'assemblée générale. La décote peut toutefois atteindre 30 % si le plan, ou l'un de ses compartiments dans lequel sont inscrites les actions, a une durée d'indisponibilité supérieure ou égale à dix ans. A cet égard, il convient de préciser qu'un PEE peut être composé de plusieurs compartiments de durées d'indisponibilité différentes. 320 Lorsque la société n'est pas cotée, le prix de cession est déterminé conformément aux méthodes objectives retenues en matière d'évaluation d'actions en tenant compte, selon une pondération appropriée à chaque cas, de la situation nette comptable, de la rentabilité et des perspectives d'activité de l'entreprise. Ces critères sont appréciés le cas échéant sur une base consolidée ou, à défaut, en tenant compte des éléments financiers issus de filiales significatives. A défaut, le prix de cession est déterminé en divisant par le nombre de titres existants le montant de l'actif net réévalué d'après le bilan le plus récent. Le prix de souscription étant fixé par rapport au jour de la décision fixant la date d'ouverture de la souscription lorsque les titres de capital de la société sont cotés, par parallélisme, il est souhaitable de retenir la valorisation des titres non cotés d'une entreprise à cette même date (et non au jour de la souscription effective). Celui-ci doit être ainsi déterminé à chaque exercice sous le contrôle du commissaire aux comptes. Le prix de souscription ne peut être ni supérieur au prix de cession ainsi déterminé ni inférieur de 20 % à celui-ci ou de 30 % lorsque la durée d'indisponibilité prévue par le plan est supérieure ou égale à dix ans. Les sociétés non cotées disposent donc de la faculté d'accorder un rabais sur leurs actions, sur le modèle de la décote possible pour les actions de sociétés cotées (C. trav., art. L. 3332-20). Conformément aux dispositions de l'article L. 3332-15 du code du travail, l'entreprise dont les titres ne sont pas admis aux négociations sur un marché réglementé et qui a proposé ses titres aux adhérents de son plan d'épargne d'entreprise sans déterminer le prix de cession conformément aux dispositions légales relatives à l'évaluation de ses titres ne bénéficie pas, au titre de cette opération, des exonérations fiscales et sociales prévues à l'article L. 3332-22 du code du travail et à l'article L. 3332-27 du code du travail. 330 En application des dispositions de l'article L. 3332-21 du code du travail, l'assemblée générale qui décide l'augmentation de capital peut prévoir l'attribution gratuite d'actions ou d'autres titres donnant accès au capital. Des actions gratuites, ou d'autres titres donnant accès au capital, peuvent être accordées en substitution partielle ou totale à la décote ou au rabais maximal de 20 % ou 30 % selon le cas. Ainsi, par exemple, une société peut accorder soit 20 % de décote ou attribuer 1 action gratuite pour 4 actions souscrites ou encore accorder une décote de 10 % et 1 action gratuite pour 9 actions souscrites. Les actions gratuites peuvent être attribuées dès la souscription des actions. Leur attribution peut également être conditionnée par une certaine durée de détention. Par ailleurs, l'assemblée générale peut également prévoir une attribution gratuite d'actions ou d'autres titres donnant accès au capital sous réserve que la prise en compte de leur contre-valeur pécuniaire, évaluée au prix de souscription n'ait pas pour effet de dépasser le plafond d'abondement prévu à l'article L. 3332-11 du code du travail. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 12/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Les adhérents retraités et préretraités peuvent bénéficier d'attribution d'actions gratuites en substitution totale ou partielle de la décote, mais pas des actions gratuites dont la contrevaleur s'impute sur l'abondement dès lors qu'ils ne peuvent bénéficier d'aucun abondement. Remarque : Une entreprise peut attribuer des options sur titres aux salariés qui souscrivent des actions à l'occasion d'une augmentation de capital réalisée dans le cadre des articles L. 3332-18 et suivants du code du travail ; les options ainsi attribuées ne peuvent être logées dans le plan d'épargne (les sommes recueillies ne pouvant être affectées qu'à l'acquisition de titres). 3° Transferts entre plans 340 Le transfert consiste à transférer des avoirs (disponibles ou non) d'un plan d'épargne (ou de la participation) à un autre plan sans demander la délivrance de ces avoirs. L'opération de transfert doit être distinguée de celle résultant d'un nouveau placement de sommes devenues disponibles. Elle est régie par les dispositions de l'article L. 3335-1 du code du travail et de l'article L. 3335-2 du code du travail. Pour plus de précisions sur les plans d’épargne d’entreprise, il convient de se reporter à la circulaire interministérielle du 14 septembre 2005 relative à l’épargne salariale et, plus particulièrement, au dossier consacré à ce thème. II. Régime fiscal des plans d'épargne d'entreprise 350 Les plans d'épargne d'entreprise qui remplissent les conditions fixées par les articles L. 3332-1 et suivants du code du travail bénéficient des avantages fiscaux. Ces avantages fiscaux ne trouvent évidemment à s'appliquer que dans la mesure où l'entreprise effectue des versements complémentaires s'ajoutant, soit au montant de la participation, soit à des versements des salariés. Pour ouvrir droit aux exonérations fiscales et sociales, les règlements des plans d'épargne d'entreprise doivent être déposés dans les conditions prévues à l'article L. 3332-9 du code du travail (C. trav., art. L. 3332-27). A. Situation au regard de l'entreprise 1. Impôt sur les sociétés et impôt sur le revenu a. Déduction des sommes versées par l'entreprise 360 Aux termes de l'article 237 ter du CGI, les sommes versées par l'entreprise au plan d'épargne (abondements) sont admises en déduction du bénéfice pour l'assiette de l'impôt sur les sociétés ou de l'impôt sur le revenu selon le cas. (370) b. Régime fiscal des cessions de titres aux adhérents d'un plan d'épargne d'entreprise 380 Conformément aux dispositions de l'article L. 3332-24 du code du travail, une société peut procéder à une cession de ses titres, dans la limite de 10 % du total des titres qu'elle a émis, aux adhérents d'un plan d'épargne d'entreprise. Ce dispositif s’applique dans les mêmes conditions, notamment de prix, que les augmentations de capital réservées aux adhérents d’un plan d’épargne d’entreprise prévues à l’article L. 3332-18 du code du travail. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Page 13/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 390 Il est rappelé notamment que la société peut pratiquer une décote sur le prix de cession de ses titres aux adhérents du plan d’épargne d’entreprise, égale au plus à 20 % ou 30 % lorsque la durée d’indisponibilité prévue par le plan est supérieure ou égale à dix ans. 400 Lorsque la société pratique une décote sur le prix de cession de ses titres, telle qu’autorisée par les dispositions du code du travail, elle subit alors une moins-value résultant de la différence entre le prix effectif de cession des titres aux adhérents du plan d’épargne d’entreprise tenant compte de la décote accordée et la valeur d’origine de ces titres qui correspond à leur valeur de rachat. Cette moins-value suit le régime de droit commun des moins-values prévu à l’article 39 duodecies du CGI. En particulier, les dispositions du 6 de cet article s’appliquent normalement. 410 En revanche, les éventuelles moins-values supplémentaires correspondant à la différence entre la valeur réelle des titres lors de leur acquisition par les adhérents du plan d’épargne d’entreprise et leur prix d’acquisition ne sauraient en aucun cas être prises en compte. Il est par ailleurs rappelé que, comme pour les options de souscription ou les attributions gratuites d’actions à émettre, aucune moins-value n’est susceptible d’être dégagée par une société qui procède à une augmentation de capital réservée aux adhérents d’un plan d’épargne d’entreprise en application des articles L. 3332-18 et suivants du code du travail dès lors qu’une telle opération est sans incidence sur les résultats de la société. 420 S’agissant des charges pouvant être exposées par une société qui cède ses titres aux adhérents d’un plan d’épargne d’entreprise dans les conditions prévues aux articles L. 3332-18 et suivants du code du travail, celles-ci sont admises en déduction du résultat imposable de la société, sous réserve du respect des conditions générales de déduction des charges prévues au 1° du 1 de l’article 39 du CGI. Il en est notamment ainsi des frais de rachat des titres destinés à être cédés aux adhérents du plan ou des frais de gestion des titres rachetés sous réserve que l’entreprise n’ait pas opté en application de l’article 38 quinquies de l’annexe III au CGI pour l’incorporation des frais d’acquisition au prix de revient des titres immobilisés et des titres de placement (pour plus de précisions, il convient de se reporter au I-D § 140 à 170 du BOI-BIC-CHG-20-20-10). 430 En cas d’augmentation de capital réservée aux adhérents d’un plan d’épargne d’entreprise réalisée dans les conditions prévues à l’article L. 3332-18 du code du travail, les frais d’augmentation de capital exposés à cette occasion par une société ainsi que les éventuels frais de gestion des titres destinés à être remis aux adhérents du plan peuvent être déduits du résultat imposable de la société, sous réserve du respect des conditions générales de déduction des charges prévues au 1° du 1 de l’article 39 du CGI. 440 En cas de cession de titres réservée aux adhérents d’un plan d’épargne d’entreprise mis en place au sein d’un groupe d’entreprises liées au sens de l'article L. 3344-1 du code du travail et de l'article L. 3344-2 du code du travail, la société qui cède ses titres peut déduire les charges exposées et les moins-values subies à l’occasion de cette cession, sous réserve de leur refacturation à la société liée en cause dont les salariés adhérents au plan d’épargne d’entreprise acquièrent lesdits titres. Cette refacturation doit préciser la date et la valeur d’acquisition des titres. Pour plus de précisions sur les modalités pratiques de cette refacturation, il convient de se reporter au III-A § 50 à 110 du BOI-BIC-PTP-20-70-10. 450 Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Date de publication : 15/09/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 14/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4884-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-30-20140915 Ne peuvent en revanche être refacturées les charges générales de l’entreprise cédante, ou toute quote-part de ces charges générales, telles que les frais financiers liés au portage des titres, ni les frais d’augmentation de capital en cas de réalisation d’une augmentation de capital réservée aux adhérents d’un plan d’épargne d’entreprise de groupe dans les conditions prévues aux articles L. 3332-18 et suivants du code du travail. c. Déduction fiscale en cas d'émission d'actions au profit des salariés en application d'une augmentation de capital réservée aux adhérents d'un plan d'épargne d'entreprise 460 En application des dispositions du II de l’article 217 quinquies du CGI, les entreprises peuvent pratiquer, sous certaines conditions, une déduction égale au montant de la décote dont les salariés ont bénéficié, au titre de l’exercice au cours duquel elles ont émis des actions au profit de leurs salariés dans le cadre d’une augmentation de capital réservée aux adhérents d’un plan d’épargne d’entreprise. 2. Autres impôts et taxes 470 L'abondement étant exonéré de cotisations sociales, les entreprises sont exonérées de la taxe sur les salaires ainsi que de la taxe d'apprentissage, de la participation à la formation continue et de la participation construction. En outre, l'avantage constitué par l'écart entre le prix de souscription et la moyenne des cours mentionnés à l'article L. 3332-19 du code du travail, par l'écart entre le prix de souscription et le prix de cession déterminé en application de l'article L. 3332-20 du code du travail et, le cas échéant, par l'attribution gratuite d'actions ou de titres donnant accès au capital est également exonéré des taxes assises sur les salaires précitées (C. trav., art. L. 3332-22). 480 En ce qui concerne les opérations de gestion des OPCVM et des FCP au regard des règles relatives à la TVA, il convient de se reporter au VI § 330 à 340 du BOI-TVA-SECT-50-10-10. B. Situation au regard des salariés 490 Il convient sur ce point de se reporter au BOI-RSA-ES-10-30. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Page 1/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 DGFIP RSA - Champ d'application - Éléments du revenu imposable - Revenus exonérés - Exonérations à caractère social Positionnement du document dans le plan : RSA - Revenus salariaux et assimiles Champ d'application des traitements, salaires et revenus assimilés Titre 2 : Éléments du revenu imposable Chapitre 5 : Revenus exonérés Section 3 : Exonérations de caractère social Sommaire : I. Prestations familiales légales et allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes (CGI, art. 81, 2° et 9° ter) A. Prestations et allocations familiales (CGI, art. 81, 2°) B. Allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes 1. Garantie de ressources pour les personnes handicapées et majoration pour la vie autonome (CGI, art. 81, 2°) 2. Prestation de compensation du handicap (CGI, art. 81, 9° ter) 3. Allocation personnalisée d'autonomie (CGI, art. 81, 2°) II. Aides au logement (CGI, art. 81, 2° bis) III. Allocations, indemnités et prestations servies, sous quelque forme que ce soit, par l'État, les collectivités et les établissements publics, en application des lois et décrets d'assistance et d'assurance (CGI, art. 81, 9°) IV. Prime forfaitaire versée aux bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique (CGI, art. 81, 9° quater) V. Aide à la réinsertion familiale et sociale des anciens migrants dans leur pays d'origine (CGI, art. 81, 9° septies) VI. Titres-restaurant (CGI, art. 81, 19°) A. Dispositions générales 1. Définition des titres-restaurant 2. Personnes habilitées à émettre des titres-restaurant 3. Mentions à faire figurer sur les titres B. Dispositions fiscales 1. Conditions à remplir pour bénéficier de l'exonération a. Conditions de forme Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 2/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 b. Conditions tenant au montant de la participation patronale c. Conditions d'utilisation 2. Portée de l'exonération C. Sanctions D. Dispositions diverses 1. Notification au directeur départemental des finances publiques de l'ouverture des comptes de titresrestaurant 2. Utilisation de sommes afférentes au remboursement de titres perdus ou périmés 3. Contrôle des émissions des titres VII. Chèques-vacances (CGI, art. 81, 19 bis) A. Dispositions générales 1. Personnes en mesure de bénéficier des chèques-vacances 2. Contribution de l'employeur B. Dispositions fiscales 1. Exonération a. Contributions exonérées b. Détermination de la limite d'exonération et arrondissements c. Salariés embauchés ou débauchés en cours d'année, salariés ayant plusieurs employeurs d. Montant de la contribution de l'employeur supérieur à la limite d'exonération e. Régime fiscal des versements des salariés 2. Sanctions fiscales 3. Régime des aides aux vacances versées sous forme de chèques-vacances 4. Déclaration des sommes versées par l'employeur pour l'acquisition des chèques-vacances 5. Incidence au regard de la taxe sur les salaires pour les entreprises de moins de cinquante salariés dépourvu de comité d'entreprise VIII. Aide accordée dans le cadre du dispositif « EDEN » (CGI, art. 81, 35°) IX. Revenu supplémentaire temporaire d'activité dans les DOM et certaines COM (CGI, art. 81, 38°) 1 Seront successivement examinés : - les prestations familiales légales et allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes (code général des impôts (code général des impôts (CGI), art. 81, 2° et 9° ter) ; - les aides au logement (CGI, art. 81, 2° bis) ; - les allocations, indemnités et prestations servies, sous quelque forme que ce soit, par l'État, les collectivités et les établissements publics, en application des lois et décrets d'assistance et d'assurance (CGI, art. 81, 9°) ; - la prime forfaitaire versée aux bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique (CGI, art. 81, 9° quater) ; - l'aide à la réinsertion familiale et sociale des anciens migrants dans leur pays d'origine (CGI, art. 81, 9° septies) ; - les titres-restaurant (CGI, art. 81, 19°) ; - les chèques-vacances (CGI, art. 81, 19 bis) ; - l'aide accordée dans le cadre du dispositif « EDEN » (CGI, art. 81, 35°) ; - le revenu supplémentaire temporaire d'activité dans les DOM et les COM (CGI, art. 81, 38°). Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 3/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 I. Prestations familiales légales et allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes (CGI, art. 81, 2° et 9° ter) 10 Les 2° et 9° ter de l'article 81 du CGI exonèrent les prestations et allocations suivantes : A. Prestations et allocations familiales (CGI, art. 81, 2°) 20 Sont exonérées les prestations familiales énumérées par l'article L. 511-1 du code de la sécurité sociale (CSS) : - la prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE) ; - les allocations familiales ; - le complément familial ; - l'allocation de logement ; - l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé ; - l'allocation de soutien familial ; - l'allocation de rentrée scolaire ; - l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). 30 Ces allocations sont versées par les caisses d'allocations familiales ou par les entreprises autorisées à organiser elles-mêmes des régimes spéciaux d'allocations familiales pour leur personnel. L'exonération est applicable dans les deux cas ; elle est toutefois réservée aux prestations servies dans les conditions fixées par la loi et qui figurent pour la plupart dans le livre V du CSS. 40 Cependant, compte tenu des garanties que présente leur mode d'attribution, l'exemption s'étend aux allocations familiales et aux allocations prénatales bénévoles versées en dépassement ou en sus des prestations légales par les caisses d'allocations familiales ou des caisses autorisées lorsqu'elles fonctionnent en conformité avec les dispositions légales qui les régissent. B. Allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes 1. Garantie de ressources pour les personnes handicapées et majoration pour la vie autonome (CGI, art. 81, 2°) 50 L'allocation aux adultes handicapés (AAH), ainsi que le complément de ressources versé dans le cadre de la garantie de ressources pour les personnes handicapées (GRPH) mentionnée à l'article L. 821-1-1 du CSS sont exonérées. Ce complément de ressources est versé, sous certaines conditions, aux bénéficiaires de l’AAH au titre de l’article L. 821-1 du CSS, qui perçoivent l’AAH à taux plein ou en complément d’un avantage de vieillesse ou d’invalidité ou d’une rente d’accident du travail, et est destiné à compenser l’absence de revenus d’activité des personnes handicapées reconnues dans l’incapacité de travailler. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 4/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 60 Est également exonérée d'impôt sur le revenu, compte tenu de ses conditions d'attribution, la majoration pour la vie autonome (MVA) instituée par l'article L. 821-1-2 du CSS qui remplace le complément d'AAH, sous réserve de dispositions transitoires (loi n° 2005-102 du 11 février 2005, art. 95, IV) et permet aux personnes qui ont fait le choix de vivre dans un logement indépendant, de faire face aux charges supplémentaires que cela implique. 2. Prestation de compensation du handicap (CGI, art. 81, 9° ter) 70 Le I de l'article L. 245-1 du code de l'action sociale et des familles (CASF) institue une prestation de compensation en faveur de toute personne handicapée, sous certaines conditions mentionnées au chapitre 5 du titre IV du livre II de la partie réglementaire du CASF, destinée à prendre en charge les surcoûts liés au handicap dans la vie quotidienne. Elle sert à financer notamment des aides humaines, techniques ou encore l'aménagement du logement et peut être versée, selon le choix du bénéficiaire, en nature ou en espèces. En application du 9° ter de l'article 81 du CGI, la prestation de compensation du handicap (PCH) servie conformément à l'article L. 245-1 du CASF, qui remplace l'allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP) sous réserve de dispositions transitoires (loi n° 2005-102 du 11 février 2005, art. 95, IV), est expressément exonérée d'impôt sur le revenu, quelles que soient ses modalités de versement. Remarque : L'ACTP, compte tenu des conditions de ressources exigées, est exonérée d'impôt sur le revenu en application du 9° de l'article 81 du CGI. 3. Allocation personnalisée d'autonomie (CGI, art. 81, 2°) 80 L'allocation personnalisée d'autonomie (APA) est prévue par le chapitre II du titre III du livre II du CASF. Cette allocation est destinée aux personnes âgées dépendantes hébergées à domicile ou dans un établissement. L'APA est accordée aux personnes âgées de plus de soixante ans dont la situation rend nécessaire une aide pour l'accomplissement des actes essentiels de la vie ou dont l'état nécessite une surveillance régulière. Cette allocation, qui peut être accordée à une personne résidant à domicile ou hébergée dans un établissement social ou médico-social accueillant de façon permanente des personnes âgées, est obligatoirement affectée au financement des dépenses liées à la prise en charge de la perte d'autonomie du bénéficiaire. Le droit à l'APA n'est pas soumis à conditions de ressources. Toutefois, son montant est déterminé en fonction du niveau des ressources et du degré de perte d'autonomie du bénéficiaire. II. Aides au logement (CGI, art. 81, 2° bis) 90 Les articles L. 831-1 du CSS à L. 831-7 du CSS prévoient une allocation de logement en faveur des personnes âgées, des infirmes et handicapés et des jeunes salariés qui répondent à certaines conditions, notamment de ressources. Cette allocation est exonérée d'impôt sur le revenu en application des dispositions du 2° bis de l'article 81 du CGI. 100 Il en est de même, en vertu de ce même article, du montant de l'aide personnalisée au logement prévue par les articles L. 351-1 du code de la construction et de l'habitation (CCH) à L. 351-14 du CCH. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 5/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 III. Allocations, indemnités et prestations servies, sous quelque forme que ce soit, par l'État, les collectivités et les établissements publics, en application des lois et décrets d'assistance et d'assurance (CGI, art. 81, 9°) 110 En vertu du 9° de l'article 81 du CGI, est affranchi d'impôt sur le revenu décret n° 2009-404 du 15 avril 2009 le revenu de solidarité active (RSA) qui constitue une allocation d'incitation au retour à l'emploi. Depuis le 1er juin 2009, il remplace, en métropole, le revenu minimum d'insertion (RMI), l'allocation de parent isolé (API) et d'autres systèmes d'intéressement à la reprise d'activité comme la prime de retour à l'emploi. Il se compose : - d'une part, d'un RSA « socle » : les personnes qui n'exercent pas d'activité professionnelle perçoivent un montant forfaitaire ; - et, d'autre part, d'un RSA « complément d'activité » : lorsque les ressources du foyer sont inférieures à un revenu garanti, les personnes qui exercent une activité professionnelle peuvent percevoir un complément de revenu qui les porte au niveau de ce revenu garanti. Le RSA « complément d'activité » est déduit du montant de la prime pour l'emploi (PPE) calculée sur les revenus de l'année de perception du RSA (BOI-IR). 120 L'exonération prévue au 9° de l'article 81 du CGI s'applique aussi aux bourses d'études accordées en fonction de critères sociaux par l'État, les collectivités, les établissements publics en vue de permettre aux bénéficiaires de poursuivre leurs études, en suppléant à l'insuffisance de leurs ressources ainsi qu'à la bourse nationale de collège prévue par les articles L. 531-1 du code de l'éducation, L. 531-2 du code de l'éducation, L. 531-3 du code de l'éducation, L. 531-4 du code de l'éducation et L. 531-5 du code de l'éducation. En ce qui concerne les bourses accordées en contrepartie d'une obligation d'accomplir des travaux de recherches, (BOI-RSA-CHAMP-20-10). 130 S'agissant des allocations servies aux infirmes civils sous conditions de ressources, à savoir : l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASA), l'allocation supplémentaire (ASI), la majoration spéciale pour l'aide d'une tierce personne, l'allocation de compensation (BOI-RSA-CHAMP-20-30-20). IV. Prime forfaitaire versée aux bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique (CGI, art. 81, 9° quater) 140 L'article L. 5425-3 du code du travail prévoit que le bénéficiaire de l'allocation de solidarité spécifique qui reprend une activité professionnelle a droit à une prime forfaitaire. Cette prime forfaitaire est exonérée en application du 9° quater de l'article 81 du CGI. V. Aide à la réinsertion familiale et sociale des anciens migrants dans leur pays d'origine (CGI, art. 81, 9° septies) 150 L'aide à la réinsertion familiale et sociale des anciens migrants dans leur pays d'origine instituée par l'article L. 117-3 du CASF n'est pas assujettie à l'impôt sur le revenu (CGI, art. 81, 9° septies). Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 6/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Soumise au respect de certaines conditions, cette aide à la charge de l’État, est versée annuellement par l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFFI) aux étrangers non ressortissants d'un État membre de l'Union européenne ou partie à l'accord sur l'Espace économique européen, en situation régulière, vivant seuls. VI. Titres-restaurant (CGI, art. 81, 19°) 160 De nombreuses entreprises qui ne disposent pas de cantine offrent à leurs salariés un avantage analogue en prenant en charge sous forme de « titres-restaurant » tout ou partie du prix des repas consommés dans les restaurants par ces salariés. Le chapitre II du titre VI du livre II de la troisième partie du code du travail (C. trav.) réglemente l'émission et l'utilisation des titres-restaurant. En outre, le complément de rémunération qui résulte de la contribution des employeurs à l’acquisition par les salariés de titres-restaurant émis conformément aux dispositions du chapitre précité (C. trav. art. L. 3262-1 à C. trav. art. L. 3262-7) est, sous certaines conditions et dans une certaine limite, exonéré d’impôt sur le revenu en application du 19° de l’article 81 du CGI et de l’article L. 3262-6 du C. trav.. Remarque : Il est précisé que la valeur libératoire des « titres-repas » qui peuvent être délivrés en franchise d’impôt sur le revenu aux personnes effectuant un contrat de service civique (engagement ou volontariat de service civique) en France est elle-même égale à la limite d’exonération des titres-restaurant fixée en application du 19° de l’article 81 du CGI (Code du service national (CSN), art. L. 120-22 ). De même, l'avantage résultant pour le bénévole du chèque-repas entièrement financé par l'association est exonéré d'impôt sur le revenu, sous certaines conditions (BOI-RSA-CHAMP-20-50-60). A. Dispositions générales 1. Définition des titres-restaurant 170 Sous l'expression « titres-restaurant », le premier alinéa de l'article L. 3262-1 du C. trav. englobe tous les titres spéciaux de paiement remis par les employeurs aux salariés pour leur permettre d'acquitter en tout ou en partie le prix du repas consommé au restaurant ou acheté auprès d'une personne ou d'un organisme mentionné au deuxième alinéa de l'article L. 3262-3 du C. trav.. Ce repas peut être composé de fruits et légumes, qu'ils soient ou non directement consommables. Ces titres sont connus sous le nom de tickets-repas, tickets-restaurant, chèques-restaurant, chèquesdéjeuner. Aucun de ces titres n'est négociable. 2. Personnes habilitées à émettre des titres-restaurant 180 Le deuxième alinéa de l'article L. 3262-1 du C. trav. dispose que ces titres sont émis : - par l'employeur lui-même au profit de son propre personnel, soit directement, soit par l'intermédiaire du comité d'entreprise ; - ou par des entreprises spécialisées qui les cèdent à des employeurs contre paiement de leur valeur libératoire et, le cas échéant, d'une commission. 3. Mentions à faire figurer sur les titres 190 Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 7/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 D'après l'article R. 3262-1 du code du travail, les titres-restaurant doivent, dans tous les cas, comporter en caractères très apparents les sept mentions suivantes : - mentions à apposer par l'émetteur : - nom et adresse de l'émetteur, - nom et adresse de la personne de l'établissement bancaire à qui les titres doivent être présentés en remboursement par les restaurateurs, - valeur libératoire du titre, - année civile d'émission, - numéro dans une série continue de nombres caractérisant l'émission ; - mention à apposer par l'employeur : si la période d'utilisation par les salariés bénéficiaires, telle que celle-ci est définie au deuxième alinéa de l'article R. 3262-5 du code du travail, n'a pas été indiquée par l'émetteur, cette mention doit être portée par l'employeur sur les titres avant leur remise aux salariés ; - mention à apposer par le restaurateur ou du détaillant en fruits et légumes : le restaurateur ou du détaillant en fruits et légumes chez qui le repas a été consommé doit porter sur le titre, au moment de la réception de ce dernier, son nom et son adresse. B. Dispositions fiscales 200 Le 19° de l'article 81 du CGI exonère en partie la contribution patronale à l'achat des titres-restaurant. Cette exonération est toutefois subordonnée à la condition que le salarié se conforme aux obligations qui sont mises à sa charge par le chapitre II du titre VI du livre II de la troisième partie du code du travail (C. trav., art. L. 3262-1 à C. trav., art. L. 3262-7). En outre, l'exonération est admise dans une certaine limite fixée par titre. Cette limite d’exonération d’impôt sur le revenu (et des taxes et participations assises sur les salaires ; BOI-TPS) de la contribution patronale à l’achat par les salariés de titres-restaurant est indexée chaque année dans la même proportion que la limite supérieure de la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu de l’année précédant celle de l’acquisition des titres-restaurant et arrondie, s’il y a lieu, au centime d’euro le plus proche. Pour l'année 2013, la limite d'exonération s'établit à 5,29 €. 210 Précisions concernant les cantines d'entreprises : il est admis également que les subventions aux cantines d'entreprises n'ont pas à être prises en compte pour apprécier les rémunérations des salariés dès lors que le prix du repas demeure fixé dans des limites raisonnables. 1. Conditions à remplir pour bénéficier de l'exonération 220 Ces conditions sont de trois ordres : - conditions de forme ; - conditions tenant au montant de la contribution patronale ; - conditions d'utilisation des titres. a. Conditions de forme 230 Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 8/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 L'article 39 de l'annexe II au CGI dispose que pour bénéficier de l'exonération prévue au 19° de l'article 81 du CGI, le salarié doit inscrire son nom sur les titres-restaurant si cette mention n'a pas été apposée par l'employeur ou par le comité d'entreprise. Remarque 1 : Lorsque l'employeur est lui-même émetteur, soit directement, soit par l'intermédiaire du comité d'entreprise (C. trav., art. L. 3262-1), il est également tenu de se conformer aux obligations qui incombent à l'émetteur. Remarque 2 : Il est rappelé, en outre, que si cette mention n'a pas été portée sur le titre par l'émetteur, l'employeur doit y faire figurer l'indication de la période d'utilisation par les salariés. Remarque 3 : Le salarié doit inscrire ses nom et prénom sur le titre-restaurant lorsque cette mention n'a pas déjà été apposée par l'employeur ou le comité d'entreprise. b. Conditions tenant au montant de la participation patronale 240 L'article 6 A de l'annexe IV au CGI prévoit que la contribution de l'employeur ne peut, pour chaque titre, excéder 60 % de sa valeur libératoire ni être inférieure à 50 % de cette valeur. Exemple : Pour un titre d'une valeur libératoire de 8 €, la contribution patronale doit être comprise entre 4 € et 4,80 €. c. Conditions d'utilisation 250 Les dispositions des articles R. 3262-4 du C. trav. à R. 3262-11 du C. trav. prévoient à cet égard un certain nombre de règles essentiellement destinées à prévenir les abus auxquels pourrait donner lieu la mise en œuvre du régime. Ces règles sont notamment les suivantes : - les titres émis ou acquis par un employeur ne peuvent être remis qu'à des salariés employés dans son entreprise, à raison d'un titre par repas compris dans l'horaire journalier de travail ; - chaque titre ne peut être utilisé que par le salarié auquel il a été remis. Si ce dernier vient à quitter l'entreprise, il doit remettre à l'employeur les titres non utilisés et, en contrepartie, il est aussitôt remboursé du montant de sa participation à l'achat du titre. Sauf mention contraire apposée par l'employeur, sous sa responsabilité, les titres ne sont utilisables -durant leur période de validité- que pendant les jours ouvrables et dans le département du lieu de travail du bénéficiaire et dans les départements limitrophes. Le salarié est tenu de n'utiliser qu'un seul titre par repas. 2. Portée de l'exonération 260 Lorsque les titres sont émis et utilisés dans les conditions indiquées au VI-B-1 § 220 et suivants, le complément de rémunération que constitue la contribution patronale à l'achat du titre par le salarié est exonéré de l'impôt sur le revenu dû par le salarié bénéficiaire. Le montant de cette exonération est, en toute hypothèse, limité à un seuil par titre effectivement et régulièrement utilisé par le salarié. Pour le surplus, la contribution patronale constitue un avantage en argent qui doit être ajouté à la rémunération allouée au salarié et imposé à l'impôt sur le revenu dans les mêmes conditions que cette dernière. Exemple : Pour 2013, la limite d'exonération est de 5,29 € par titre. Ainsi, si la contribution de l'employeur à l'acquisition par le salarié de titres-restaurant s'élève à 6 €. L'exonération ne porte que sur 5,29 € par titre et le surplus constitue un avantage en argent imposable. D'autre part, lorsque la contribution patronale est supérieure à 60 % ou inférieure à 50 % de la valeur libératoire du titre, l'exonération ne s'applique pas. Cette contribution constitue alors pour sa totalité un avantage en argent imposable. Il en est également ainsi, a fortiori, quand l'employeur prend à sa charge la totalité de l'achat du titre. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 9/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 C. Sanctions 270 Sans préjudice de l'application des sanctions pénales édictées par l'article R. 3262-46 du C. trav., le 19° de l'article 81 du CGI dispose que l'exonération est subordonnée à la condition que le salarié se conforme aux obligations qui sont mises à sa charge par le chapitre II du titre VI du livre II de la troisième partie du code du travail (C. trav., art. L. 3262-1 à C. trav., art. L. 3262-7). Il en découle les conséquences suivantes : - à raison de la contribution patronale, le salarié est redevable de l'impôt sur le revenu s'il contrevient à ses obligations relatives à la mention à porter sur ces titres (cf. VI-B-1-a § 230) ou à l'utilisation de ces derniers (cf. VI-B-1-c § 250) ; - lorsque la contribution patronale est supérieure ou inférieure aux pourcentages prévus (cf. VI-B-1-b § 240) ou lorsque le salarié reçoit plus d'un titre par repas compris dans l'horaire journalier de travail (cf. VI-B-1-c § 250), la contribution en cause est retenue dans les bases de l'impôt sur le revenu dû par le salarié. Les droits exigibles sont assortis, le cas échéant, des pénalités de droit commun. D. Dispositions diverses 1. Notification au directeur départemental des finances publiques de l'ouverture des comptes de titres-restaurant 280 Tout émetteur de titres-restaurant est tenu de se faire ouvrir, dans un établissement bancaire, un compte spécial auquel sont obligatoirement versés les fonds reçus en contrepartie de la cession des titres (C. trav., art. R. 3262-16 ). Une attestation d'ouverture de compte lui est délivrée en triple exemplaire dont l'un est remis au directeur départemental des finances publiques du lieu du siège de l'entreprise ; il est donné récépissé de cette remise. 2. Utilisation de sommes afférentes au remboursement de titres perdus ou périmés 290 La contre-valeur des titres perdus ou périmés est versée à l'émetteur par l'établissement bancaire qui tient le compte de titres-restaurant (C. trav., art. R. 3262-13). Après prélèvement par l'émetteur d'une somme destinée à le couvrir des frais supportés, le solde est soit : - versé au comité d'entreprise ou affecté aux œuvres sociales de l'entreprise dans un délai de six mois, s'il s'agit de titres émis par l'employeur lui-même ; - s'il s'agit d'un émetteur spécialisé, réparti entre les divers comités d'entreprise qui ont acheté les titres ou entre les entreprises elles-mêmes au prorata de leurs achats. L'employeur est alors tenu d'affecter les sommes reçues aux œuvres sociales de son entreprise (C. trav., art. R. 3262-14). 3. Contrôle des émissions des titres 300 Tout émetteur de titres-restaurant est tenu de faire appel à un expert-comptable chargé de constater, au moins une fois l'an, les opérations accomplies. Le rapport rédigé par cet expert est tenu à la disposition de tout agent de contrôle (C. trav., art. R. 3262-33). Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 10/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Cet expert est également chargé de constater périodiquement -et au plus tard au cours du quatrième mois qui suit la période d'émission- la régularité de l'annulation des titres, après remboursement par l'établissement financier. Il consigne ses observations dans un rapport remis en triple exemplaire à l'émetteur, ce dernier étant tenu d'en transmettre un, sans délai, au directeur départemental des finances publiques du lieu de son principal établissement (arrêté du 22 décembre 1967 relatif à l'application du décret n° 67-1165 relatif aux titres-restaurant, art. 6). Remarque : Cette disposition n'est pas applicable lorsque l'émission des titres est assurée par l'employeur et qu'il existe un comité d'entreprise. Le contrôle de la gestion des fonds est, en effet, dans cette hypothèse, assuré par le comité (C. trav., art. R. 3262-34). VII. Chèques-vacances (CGI, art. 81, 19 bis) 310 Le dispositif des chèques-vacances, créé en vue d'aider les salariés à partir en vacances, est codifié aux articles L. 411-1 du code du tourisme à L. 411-21 du code du tourisme. Il s'agit de titres nominatifs, émis par l'Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV), acquis par les salariés avec la contribution de leur employeur et permettant aux bénéficiaires d'acquitter tout ou partie de certaines dépenses de vacances. Le 19°bis de l'article 81 du CGI exonère, sous certaines conditions et certaines limites, l'avantage en nature correspondant à la contribution de l'employeur à l'acquisition des chèques-vacances. A. Dispositions générales 320 Les chèques-vacances ne revêtent pas un caractère obligatoire. En application de l'article L. 411-8 du code du tourisme, l'employeur, après consultation du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel ou de toute autre instance de concertation ayant compétence en matière d'œuvres sociales, définit, sous réserve des dispositions du 2° de l'article L. 411-10 du code du tourisme, les modalités de l'attribution éventuelle de chèques-vacances. L'acquisition de chèques-vacances implique un versement des salariés et une contribution de l'employeur. 1. Personnes en mesure de bénéficier des chèques-vacances 330 Outre les salariés, peuvent bénéficier des chèques-vacances les chefs d'entreprise de moins de cinquante salariés, leurs conjoints, leurs concubins ou leurs partenaires liés par un pacte civil de solidarité ainsi que les personnes à leur charge telles qu'elles sont définies par les articles 6 du CGI, 196 du CGI et 196 bis du CGI. Par ailleurs, si plusieurs membres d'un même foyer fiscal ont la qualité de salarié, chacun d'eux peut acquérir personnellement des chèques-vacances. 2. Contribution de l'employeur 340 À chaque versement du salarié doit correspondre une contribution de l'employeur augmentée, le cas échéant, d'une contribution du comité d'entreprise. L'article D. 411-6-1 du code du tourisme prévoit que la contribution de l'employeur à l'acquisition de chèques-vacances ne peut dépasser un pourcentage de leur valeur libératoire. Cette contribution est au maximum de : Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 11/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 - 80 % de la valeur libératoire des chèques-vacances si la rémunération moyenne des bénéficiaires au cours des trois derniers mois précédant l'attribution est inférieure au plafond de la sécurité sociale apprécié sur une base mensuelle ; - 50 % de la valeur libératoire des chèques-vacances si la rémunération moyenne des bénéficiaires au cours des trois derniers mois précédant l'attribution est supérieure au plafond de la sécurité sociale apprécié sur une base mensuelle. Ces pourcentages sont majorés de 5 % par enfant à charge et de 10 % par enfant handicapé, titulaire de la carte d'invalidité ou de la carte "priorité pour personne handicapée", dans la limite de 15 %. En outre, cette contribution annuelle globale ne peut être supérieure à la moitié du produit, évalué au 1er janvier de l'année en cours, du nombre total de ses salariés par le salaire minimum de croissance apprécié sur une base mensuelle, charges sociales comprises (code du tourisme, art. L. 411-11). B. Dispositions fiscales 1. Exonération 350 Les dispositions du 19° bis de l'article 81 du CGI renvoient notamment à l'article L. 411-5 du code du tourisme qui définit le régime fiscal applicable à l'avantage en nature correspondant à la contribution de l'employeur à l'acquisition de chèques-vacances par les salariés. Sous réserve du respect des conditions d'émission, d'acquisition, de financement et d'utilisation des chèques-vacances telles qu'elles sont définies par la section 1 du chapitre 1er du titre Ier du livre IV du code du tourisme (code du tourisme, art. L. 411-1 à code du tourisme, art. L. 411-12), ce complément de rémunération est exonéré d'impôt sur le revenu dans la limite du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) apprécié sur une base mensuelle. Cette exonération appelle, quant à sa portée, les remarques suivantes. a. Contributions exonérées 360 L'exonération concerne non seulement la contribution proprement dite de l'employeur, mais également la participation financière du comité d'entreprise. b. Détermination de la limite d'exonération et arrondissements 370 Pour déterminer la limite d'exonération, il convient de retenir le taux horaire du SMIC au 1er décembre de l'année d'acquisition des chèques-vacances et de multiplier ce taux par l'horaire mensuel correspondant à la durée hebdomadaire de travail du salarié considéré, compte tenu, le cas échéant, des majorations pour heures supplémentaires. Le taux horaire du SMIC est révisé périodiquement sur le fondement de l'article L. 3231-12 du code du travail. Au 1er décembre 2012, le SMIC horaire était de 9,40 € (décret n°2012-828 du 28 juin 2012 portant relèvement du salaire minimum de croissance). Le montant ainsi obtenu est arrondi à l'euro supérieur. Exemple : Pour une durée du travail de 35 heures hebdomadaires et un taux horaire du SMIC à 9,40 € au 1er décembre 2012, la limite d'exonération s'établit pour l'imposition des revenus de l'année 2012 à 1 425,67 € [ (9,40 € x 35 x 52) /12 ], arrondis à 1 426 €. La limite d'exonération s'applique par personne susceptible d'acquérir des chèques-vacances (cf. VII-B-1-b § 380). 380 Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 12/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 La circonstance que le conjoint (ainsi que le concubin ou le partenaire lié par un pacs) et les enfants d'un salarié puissent bénéficier, comme l'intéressé lui-même, des chèques-vacances qu'il acquiert avec la participation de son employeur n'est pas de nature à augmenter la limite d'exonération. Toutefois, plusieurs membres du foyer fiscal peuvent bénéficier de cette exonération lorsque, étant salariés, ils ont acquis personnellement et avec l'aide de leur propre employeur des chèquesvacances. c. Salariés embauchés ou débauchés en cours d'année, salariés ayant plusieurs employeurs 390 Le montant de l'exonération ne donne lieu à aucune réduction prorata temporis. En revanche, ce montant ne peut dépasser, pour une année donnée et pour un même salarié, la limite déterminée ainsi qu'il est précisé au VII-B-1-b § 370. d. Montant de la contribution de l'employeur supérieur à la limite d'exonération 400 Lorsque le total formé par la contribution de l'employeur et la participation financière du comité d'entreprise excède la limite d'exonération, le surplus doit être soumis à l'impôt sur le revenu, entre les mains du bénéficiaire, dans les conditions de droit commun. Exemple : Un employeur, au cours de l'année N, a contribué à l'achat par son salarié de chèquesvacances à raison de 50 % de leur valeur libératoire. Versement du salarié : 1 475 € Contribution de l'employeur : 1 475 € SMIC mensuel au 1er décembre N pour une durée de travail hebdomadaire de 35 heures : 1 400 €. La contribution de l'employeur est exonérée d'impôt sur le revenu à concurrence de 1 400 €. Le surplus, soit 1 475 - 1 400 € = 75 €, est imposable entre les mains du bénéficiaire, dans les mêmes conditions que la rémunération principale. e. Régime fiscal des versements des salariés 410 Les versements effectués par les salariés n'ouvrent droit à aucun avantage fiscal : les sommes correspondantes ne bénéficient donc d'aucune exonération d'impôt sur le revenu et ne peuvent venir en déduction du revenu imposable. 2. Sanctions fiscales 420 L'exonération est subordonnée au respect des conditions et obligations imposées aux employeurs et aux salariés par les articles L. 411-1 du code du tourisme à L. 411-12 du code du tourisme. Sans préjudice des sanctions pénales édictées par l'article R. 411-7 du code du tourisme, le nonrespect de ces conditions et obligations a pour conséquence de rendre le salarié passible de l'impôt sur le revenu sur la partie de la contribution patronale initialement exonérée (cf. VII-B-1 § 350). Les sommes pour lesquelles les exonérations auront été reconnues injustifiées seront ajoutées aux revenus imposables de l'année au cours de laquelle a été effectuée l'acquisition des chèquesvacances. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Page 13/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 3. Régime des aides aux vacances versées sous forme de chèquesvacances 430 Aux termes de l'article L. 411-18 du code du tourisme, les aides aux vacances attribuées par les organismes à caractère social, notamment les caisses d'allocations familiales, les caisses de mutualité sociale agricole, les centres communaux d'action sociale, les caisses de retraite, les comités d'entreprise, les mutuelles ou les services sociaux de l'État, des collectivités publiques ou de leurs établissements publics, peuvent être versées sous forme de chèques-vacances. Le fait que ces aides puissent prendre la forme de chèques-vacances ne suffit pas à les faire bénéficier des exonérations prévues par l'ordonnance dès lors que ces exonérations sont réservées aux chèques-vacances acquis avec une contribution de l'employeur. Il convient toutefois de remarquer : - que les comités d'entreprise peuvent contribuer à l'acquisition des chèques-vacances et qu'ainsi les sommes versées au titre d'aides aux vacances, sous forme de chèques-vacances, peuvent bénéficier de l'exonération prévue par les dispositions du 19° bis de l'article 81 du CGI si, par ailleurs, les conditions posées par ces dernières sont remplies ; - que les aides aux vacances peuvent être affranchies de l'impôt lorsqu'elles répondent aux conditions posées par le 9° de l'article 81 du CGI (cf. § III § 110). 4. Déclaration des sommes versées par l'employeur pour l'acquisition des chèques-vacances 440 Ces sommes doivent être déclarées par l'employeur dans les conditions prévues par l'article 87 du CGI (BOI-BIC-DECLA-30-70-10 au II-C-6 § 310). 5. Incidence au regard de la taxe sur les salaires pour les entreprises de moins de cinquante salariés dépourvu de comité d'entreprise 450 Voir le BOI-TPS. VIII. Aide accordée dans le cadre du dispositif « EDEN » (CGI, art. 81, 35°) 460 Le 35° de l'article 81 du CGI exonère l'aide financière de l’État accordée dans le cadre du dispositif de l’Encouragement au développement d’entreprises nouvelles (« EDEN ») mentionnée à l'article L. 5141-2 du code du travail. Cette aide est versée à des personnes en difficulté d'accès à l'emploi, créant ou reprenant une entreprise : bénéficiaires de certains minima sociaux, salariés repreneurs de leur entreprise en difficulté, demandeurs d'emploi de plus de 50 ans et personnes ayant créé ou repris une entreprise dans le cadre d'un contrat d'appui au projet d'entreprise. Elle est réalisée sous forme d'avance remboursable (loi n° 2003-721 du 1er août 2003, art. 37). En cas d'échec du projet d'entreprise, elle est exonérée d'impôt sur le revenu. Toutefois, cette exonération ne peut pas se cumuler avec la réduction d'impôt au titre des souscriptions au capital des PME. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 Date de publication : 07/05/2013 Date de fin de publication : 10/02/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 14/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20130507 IX. Revenu supplémentaire temporaire d'activité dans les DOM et certaines COM (CGI, art. 81, 38°) 470 Instauré afin de favoriser le pouvoir d'achat, le revenu supplémentaire temporaire d'activité (RSTA) est versé, en application du décret n° 2009-602 du 27 mai 2009 relatif au revenu supplémentaire temporaire d'activité, dans les départements de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique et de la Réunion, ainsi que dans les collectivités d'outre-mer (COM) de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon. Le RSTA a été remplacé par le RSA depuis le 1er janvier 2011. Toutefois, les bénéficiaires du RSTA peuvent continuer, sous conditions, à percevoir le RSTA en lieu et place du RSA. Le RSTA est exonéré d'impôt sur le revenu (CGI, art. 81, 38°). Contrairement au RSA, il n'est pas déduit du montant de la PPE calculée sur les revenus de l'année de sa perception (cf. III § 110). Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Page 1/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6691-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Date de publication : 07/11/2014 DGFIP Taxes et participations sur les salaires – Taxe sur les salaires – Base d'imposition - Exonérations spécifiques à la taxe sur les salaires Positionnement du document dans le plan : TPS - Taxes et participations sur les salaires Taxe sur les salaires (TS) Titre 2 : Base d’imposition Chapitre 2 : Exonérations spécifiques à la TS Sommaire : I. Salaires versés à l'occasion de manifestations de bienfaisance et de soutien A. Organismes concernés par la mesure 1. Les organismes légalement constitués agissant sans but lucratif et dont la gestion est désintéressée 2. Les œuvres sans but lucratif qui présentent un caractère social ou philanthropique et dont la gestion est désintéressée 3. Les organismes permanents à caractère social des collectivités locales 4. Les organismes permanents à caractère social des entreprises B. Portée de l'exonération C. Limite de l'exonération II. Contrats d'accompagnement, contrats d'insertion par l'activité, contrats emploi-jeune III. Rémunérations versées pour l'emploi de salarié(s) à domicile ou d'assistant maternel IV. Salaires du conjoint de l'exploitant ou de l'associé d'une société de personnes V. Enseignants des centres de formation des apprentis A. Organismes concernés B. Personnel et rémunérations concernés VI. Augmentation de capital réservée aux adhérents d'un plan d'épargne entreprise VII. Contributions versées aux fonds d'assurance-formation VIII. Rémunérations versées par les centres techniques industriels IX. Personnel des cantines A. Définition B. Rémunérations susceptibles de bénéficier de l'exonération C. Portée de la mesure Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Date de publication : 07/11/2014 Page 2/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6691-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-20-20141107 X. Armateurs et sociétés d'armement à la pêche en mer XI. lndemnité de garantie des ouvriers dockers XII. Indemnités servies par les caisses de congés payés XIII. Sommes allouées aux personnels communaux par des associations constituées à cet effet par les communes XIV. Indemnités hospitalières allouées aux étudiants en médecine XV. Indemnités temporaires et prestations servies aux victimes d'accidents du travail XVI. Indemnités journalières versées aux salariés en cas de maladie 1 Si elle est en principe identique à l'assiette de la CSG, la base d'imposition de la taxe sur les salaires connaît toutefois certaines particularités exposées dans le présent chapitre. Ainsi, le législateur a maintenu certaines exonérations spécifiques à la taxe sur les salaires en raison de la nature des rémunérations concernées. (10 à 70) I. Salaires versés à l'occasion de manifestations de bienfaisance et de soutien 80 Les salaires versés par les organismes et œuvres mentionnés aux a et b du 1° du 7 de l'article 261 du code général des impôts (CGI) ainsi que par les organismes permanents à caractère social des collectivités locales et des entreprises, aux personnes recrutées à l'occasion et pour la durée des manifestations de bienfaisance ou de soutien exonérées de taxe sur la valeur ajoutée en vertu du c du 1° du 7 de l'article 261 du CGI, sont exonérés de taxe sur les salaires (CGI, art. 231 bis L). A. Organismes concernés par la mesure 90 Les a, b et c du 1° du 7 de l'article 261 du CGI exonèrent de la TVA certaines opérations réalisées par les organismes et œuvres en cause. Pour plus de précisions sur ce point, BOI-TVA-CHAMP-30-10-30. Il est toutefois rappelé que sont concernés : 1. Les organismes légalement constitués agissant sans but lucratif et dont la gestion est désintéressée 100 Conformément au a du 1° du 7 de l'article 261 du CGI, il s'agit : - des associations régies par la loi du 1er juillet 1901 (associations simplement déclarées ou associations reconnues d'utilité publique) ou par la loi locale maintenue en vigueur dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Peuvent notamment revêtir cette forme des organisations politiques, syndicales, professionnelles, philosophiques ou confessionnelles ; - des autres organismes légalement constitués agissant sans but lucratif, parmi lesquels on peut citer les congrégations, les fondations, les groupements mutualistes, les comités d'entreprise ou d'établissement. 2. Les œuvres sans but lucratif qui présentent un caractère social ou philanthropique et dont la gestion est désintéressée 110 Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Date de publication : 07/11/2014 Page 3/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6691-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Les œuvres peuvent se présenter sous la forme d'associations régies par la loi du 1er juillet 1901 ou par la loi locale applicable dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, ou de simples groupements de fait (CGI, art 261, 7-1° b). L'activité de ces œuvres peut s'exercer dans des domaines très variés : activités relatives à l'enfance, activités de tourisme social, d'accueil, parahospitalières, socio-éducatives. 3. Les organismes permanents à caractère social des collectivités locales 120 L'exonération de taxe sur les salaires est, en fait, sans portée à l'égard de tels organismes dès lors que les collectivités locales bénéficient, en application de l'article 231 du CGl, d'une exonération totale de taxe sur les salaires, quels que soient les bénéficiaires des rémunérations qu'elles versent (CGI, art. 261, 7-1° c). 4. Les organismes permanents à caractère social des entreprises 130 ll s'agit des comités d'entreprises créés par I' ordonnance n° 45-280 du 22 février 1945 et chargés de gérer certaines œuvres sociales d'entreprises : secours mutuels, cantines, coopératives de consommation, loisirs, sports, bibliothèques, services sociaux et médicaux, etc. (CGI, art. 261, 7-1°c) B. Portée de l'exonération 140 L'exonération s'applique aux salaires versés par les organismes et œuvres visés au I-A § 90 et suivants aux personnes recrutées à l'occasion et pour la durée des manifestations de bienfaisance et de soutien exonérées de TVA en vertu du c du 1° du 7 de l'article 261 du CGI. 150 Les manifestations ouvrant droit à l'exonération sont celles qui, faisant appel à la générosité du public, procurent à l'organisateur des moyens financiers exceptionnels qui permettent de faciliter la réalisation des buts poursuivis. Toutes précisions sur ces manifestations sont fournies par les commentaires de la série TVA (BOITVA-CHAMP-30-10-30) auxquels il convient de se reporter dès lors que l'exonération de taxe sur les salaires prévue par l'article 231 bis L du CGI est subordonnée à celle prévue en matière de TVA par le c du 1° du 7 de l'article 261 du CGI. C. Limite de l'exonération 160 Le nombre annuel des manifestations ouvrant droit à exonération de TVA est limité à six. L'exonération de taxe sur les salaires porte donc elle aussi sur six manifestations. Elle s'applique, ainsi que le prévoit expressément la loi, aux salaires versés aux personnes recrutées à l'occasion et pour Ia durée de ces manifestations (musiciens, artistes, personnel affecté à une buvette, à un vestiaire, etc.). La précision du texte à cet égard interdit toute interprétation plus large. Il s'ensuit que les rémunérations payées au personnel administratif ou autre dont les organismes et œuvres concernés utilisent habituellement les services, à temps complet ou partiel pour la réalisation de leur objet, demeurent passibles de la taxe sur les salaires dans les conditions de droit commun. Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Date de publication : 07/11/2014 Page 4/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6691-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Ces rémunérations doivent figurer sur la déclaration des salaires que les organismes et œuvres concernés sont tenus de produire en application de l'article 87 du CGI (BOI-BICDECLA-30-70-10). Toutefois, comme elles sont exclues de la base de la taxe sur les salaires, tous éléments utiles à la liquidation de cette taxe devront être fournis dans une note annexe indiquant, pour chaque manifestation, le détail par bénéficiaire des salaires exonérés. 170 Cette exonération peut se cumuler, Ie cas échéant, avec I' abattement prévu par l'article 1679 A du CGI en faveur des associations régies par la loi du 1er juillet 1901, des syndicats professionnels et de leurs unions et des mutuelles (BOI-TPS-TS-30 au II-D § 400). II. Contrats d'accompagnement, contrats d'insertion par l'activité, contrats emploi-jeune 180 Conformément aux dispositions de l'article 231 bis N du CGI, la rémunération versée aux salariés bénéficiaires d'un contrat d'accompagnement dans l'emploi ou d'un contrat d'avenir définis respectivement aux articles L. 5134-20 du code du travail et L. 5134-35 du code du travail dans sa rédaction en vigueur avant le 1er janvier 2010 ainsi que celle versée aux titulaires, dans les départements d'outre-mer, de contrats d'insertion par l'activité prévus à l'article L. 522-8 du code de l'action sociale et des familles, sont exonérées de taxe sur les salaires. Remarque : Depuis le 1er janvier 2010, date d'entrée en vigueur du nouveau « contrat d'insertion unique », il n'est plus possible de souscrire des contrats d'avenir, ce dispositif étant désormais abrogé. Toutefois, les conventions de contrats d’avenir en cours se poursuivent sans changement au-delà du 1er janvier 2010 (1er janvier 2011 dans les départements d'outre-mer) et ce, jusqu’à la date d’échéance prévue de la convention (circulaire DGEFP n° 2009-42 du 5 novembre 2009). 190 Il en est de même des rémunérations versées aux salariés embauchés en application des conventions mentionnées à l'article L. 5134-3 du code du travail (contrat emploi-jeune). III. Rémunérations versées pour l'emploi de salarié(s) à domicile ou d'assistant maternel 200 En application de l'article 231 bis P du CGI, les rémunérations versées par un particulier pour l'emploi d'un seul salarié à domicile dans les conditions prévues à l'article 199 sexdecies du CGI ou d'un seul assistant maternel régi par les articles L. 421-1 et suivants du code de l'action sociale et des familles et L. 423-1 et suivants du code de l'action sociale et des familles sont exonérées de la taxe sur les salaires. La même exonération s'applique pour l'emploi de plusieurs salariés dont la présence au domicile de l'employeur est nécessitée par l'obligation pour ce dernier ou toute autre personne présente à son foyer de recourir à l'assistance d'une tierce personne pour accomplir les actes ordinaires de la vie. Les conditions d'application de cet article sont exposées au BOI-TPS-TS-10-10 au II-E-1-a § 470. IV. Salaires du conjoint de l'exploitant ou de l'associé d'une société de personnes 205 Le salaire du conjoint de l'exploitant ou de l'associé d'une société de personnes mentionnée aux articles 8 du CGI et 8 ter du CGI est retenu dans les limites et conditions prévues à l'article 154 du CGI (BOI-BIC-CHG-40-50-10 au III § 190 à 310). Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Date de publication : 07/11/2014 Page 5/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6691-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-20-20141107 V. Enseignants des centres de formation des apprentis 210 Conformément aux dispositions de l'article 231 bis R du CGI, les rémunérations versées aux enseignants des centres de formation des apprentis (CFA) sont exonérées de la taxe sur les salaires. A. Organismes concernés 220 Il s’agit des centres de formation d'apprentis (CFA) créés en application des articles L. 6231-1 du code du travail à L. 6232-5 du code du travail. L’exonération s’applique quel que soit l’organisme gestionnaire du CFA : collectivités locales, chambres de métiers et de l’artisanat, chambres de commerce et d’industrie, chambres d’agriculture,associations, etc. Remarque : Lorsqu’ils sont constitués sous forme d’association régie par la loi du 1er juillet 1901, les CFA bénéficient par ailleurs de l’abattement de taxe sur les salaires prévu à l’article 1679 A du CGI. 230 Les rémunérations versées aux enseignants des sections d’apprentissage ou des unités de formation par apprentissage visées de l'article L. 6232-6 du code du travail à l'article L. 6232-9 du code du travail sont susceptibles de bénéficier de l’exonération, prévue au dernier alinéa du 1 de l’article 231 du CGI, des rémunérations payées par l'État sur le budget général. B. Personnel et rémunérations concernés 240 L’exonération de taxe sur les salaires prévue à l’article 231 bis R du CGI s’applique aux rémunérations versées au personnel enseignant visé de l'article R. 6233-13 du code du travail à l'article R. 6233-16 du code du travail. En revanche, elle ne s’applique pas aux rémunérations versées au personnel des CFA n’ayant pas une activité d’enseignement : agents de surveillance, personnel de direction, personnel administratif, médiateurs d’apprentissage, animateurs, assistantes sociales, etc. L’exonération porte sur la rémunération des enseignants des CFA versée au titre de leur activité d’enseignement stricto sensu, ainsi qu’au titre de leurs activités qui se situent dans le prolongement direct de l’activité d’enseignement : coordination de la formation dispensée par le CFA et de la formation dispensée en entreprise, suivi des apprentis en entreprise,etc. En revanche, lorsque les enseignants des CFA assurent concurremment une autre activité, par exemple une activité administrative ou de direction, ou une autre activité d’enseignement pour le même organisme gestionnaire, par exemple en formation continue, seule est exonérée la rémunération correspondant à l’activité d’enseignement dans le CFA entendue au sens défini à l'alinéa précédent ou, si la rémunération est globale, la fraction des salaires qui, déterminée sous la responsabilité du CFA ou de l’organisme gestionnaire, se rapporte à l’activité d’enseignement. VI. Augmentation de capital réservée aux adhérents d'un plan d'épargne entreprise 250 Conformément aux dispositions de l'article L. 3332-22 du code du travail repris à l'article 231 bis S du CGI, lorsqu'une société procède à une augmentation de capital réservée aux adhérents d'un plan d'épargne d'entreprise, l'avantage constitué par l'écart entre le prix de souscription et la moyenne des cours, entre le prix de souscription et le prix de cession ou par l'attribution gratuite d'actions est exonérée de taxe sur les salaires. Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Date de publication : 07/11/2014 Page 6/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6691-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-20-20141107 VII. Contributions versées aux fonds d'assurance-formation 260 Conformément aux dispositions du premier alinéa de l'article L. 6332-8 du code du travail repris à l'article 231 bis T du CGI, les contributions versées par l'employeur aux fonds d'assurance formation ne sont pas soumises à la taxe sur les salaires. VIII. Rémunérations versées par les centres techniques industriels 270 En application de l'article 231 bis U du CGI, les rémunérations versées par les centres techniques industriels mentionnés à l'article L. 342-1 du code de la recherche sont exonérées de la taxe sur les salaires. IX. Personnel des cantines 280 Les cantines peuvent être gérées directement par l'entreprise ou l'être par des personnes morales qui ne sont pas passibles de la TVA (comité d'entreprise, associations, etc.). Pour éviter l'anomalie qui résulterait de l'application de régimes fiscaux différents selon la qualité du gestionnaire, il a été décidé de ne pas réclamer la taxe sur les salaires afférente au personnel des cantines. A. Définition 290 D'une manière générale, il convient d'assimiler à des cantines tous les établissements qui permettent aux membres d'une collectivité de prendre leur repas sur place. Ont été notamment dispensés d'acquitter la taxe sur les salaires pour les rémunérations versées à leur personnel : - les cantines d'entreprises, qu'elles soient gérées directement par des entreprises à caractère industriel ou commercial ou par des comités d'entreprise ; - les cantines destinées aux agents de l'État, des collectivités locales et des établissements publics, quel que soit I' organisme qui les gère ; - les cantines scolaires dont la gestion est assurée par un établissement public ou une association de la loi de 1901 ; - les restaurants et cantines des foyers de jeunes travailleurs ; - les restaurants et cantines gérés par les centres régionaux des œuvres universitaires. B. Rémunérations susceptibles de bénéficier de l'exonération 300 L'exonération de taxe sur les salaires ne s'applique, en principe, qu'aux rémunérations versées au personnel affecté exclusivement à la fourniture des repas. Toutefois, lorsque le personnel assure concurremment d'autres services, la partie du salaire correspondant au service de la cantine peut bénéficier de l'exonération. Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Date de publication : 07/11/2014 Page 7/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6691-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Cette exonération bénéficie également aux salaires versés aux économes qui sont affectés uniquement au service de la restauration (RM Vidal n° 11220, JO Sénat du 14 février 1991, p.305). C. Portée de la mesure 310 Le régime particulier qui vient d'être exposé est réservé aux établissements chargés de fournir les repas aux personnes tenues, en raison de leur travail, de se restaurer sur place. Sans doute a-t-il fallu s'écarter de ce critère pour admettre au bénéfice de ce régime certains autres établissements (cf. VIII § 270). Mais ces décisions ne sauraient être systématiquement étendues à tous les organismes qui gèrent une cantine dont les bénéficiaires sont des enfants ou des personnes appartenant aux catégories précitées. En dehors de ceux désignés ci-dessus, les établissements qui exercent une activité comportant la fourniture d'un ensemble de prestations dans lequel s'intègre la nourriture de leurs pensionnaires ou de leurs adhérents, ne sont pas exonérés de la taxe sur les salaires correspondant aux rémunérations versées au personnel chargé de la confection et de la distribution des repas. Toutefois, s'il est établi que les employés auxquels ils font appel pour la réalisation de leur mission se trouvent dans I' obligation de prendre leur repas sur place, ces établissements sont en partie exonérés de la taxe portant sur les salaires versés au personnel affecté à la restauration. La fraction de rémunération affranchie de taxe est alors à déterminer selon la formule : Total des salaires payés au personnel affecté au service de la restauration x (Nombre de repas servis aux employés de l'établissement / Nombre total de repas servis par l'établissement) Cette solution est applicable aux organismes ayant une activité hospitalière ou parahospitalière, notamment les maisons de retraite ou de repos. Cette règle admet une exception. Elle concerne les personnes morales qui gèrent des crèches, colonies ou centres de vacances pour enfants comportant une cantine destinée au personnel d'encadrement et aussi aux enfants qui leur sont confiés. Il est admis, à titre exceptionnel, que le simple hébergement des enfants ne fait pas obstacle à l'exonération. Celle-ci porte alors sur la totalité des rémunérations versées au personnel de la cantine. Mais lorsque ce personnel assure concurremment d'autres services, seule la partie du salaire correspondant au service de la cantine peut bénéficier de l'exonération. X. Armateurs et sociétés d'armement à la pêche en mer 315 Les armateurs et les sociétés d'armement exerçant une activité de pêche maritime sont exonérés de la taxe sur les salaires. Il est admis que les artisans-pêcheurs et les sociétés de pêche artisanales visées à l'article L. 931-2 du code rural et de la pêche maritime bénéficient également de cette exonération. Remarque: Les sociétés exerçant une activité locative de bateaux de pêche professionnelle maritime exonérée de TVA en application du 2° du II de l'article 262 du CGI et ouvrant droit à déduction sont hors du champ de la taxe sur les salaires. XI. lndemnité de garantie des ouvriers dockers 320 Les ouvriers dockers professionnels qui n'ont pas été embauchés après s'être présentés régulièrement à l'embauche reçoivent, pour chaque vacation donnée, une indemnité de garantie dont Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Date de publication : 07/11/2014 Page 8/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6691-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-20-20141107 le montant, fixé par arrêté du ministre chargé des Affaires sociales est versé par la Caisse nationale de garantie des ouvriers dockers. Cette indemnité n'est pas retenue dans les bases de la taxe sur les salaires. XII. Indemnités servies par les caisses de congés payés 330 Les caisses de congés payés sont redevables de la taxe sur les salaires à raison des traitements des membres de leur personnel. Il est admis de ne pas rechercher les caisses en paiement de la taxe qui se rapporte aux indemnités de congés payés versées au personnel d'entreprises redevables de la TVA. ll en est ainsi par exemple de la caisse de congés payés du bâtiment. XIII. Sommes allouées aux personnels communaux par des associations constituées à cet effet par les communes 340 Pour assurer le paiement d'indemnités à leurs personnels, certaines communes ont créé des associations régies par la loi du 1er juillet 1901 auxquelles elles allouent des subventions. Les sommes ainsi versées aux personnels doivent être déclarées par l'association versante, en application des dispositions de l'article 87 du CGI. Cependant, compte tenu des circonstances particulières qui président à la constitution de ces associations et au paiement des indemnités en cause, la taxe sur les salaires n'est pas exigible. (350 à 360) XIV. Indemnités hospitalières allouées aux étudiants en médecine 370 Les rémunérations servies sous la forme « d'indemnités hospitalières » aux étudiants en médecine exerçant des fonctions d'externes des hôpitaux universitaires entrent dans le champ d'application de la taxe sur les salaires. Toutefois, il est admis que ces mêmes indemnités ne soient pas comprises dans la base de la taxe, lorsqu'elles sont allouées aux étudiants hospitaliers titulaires d'une bourse d'enseignement supérieur. (380) XV. Indemnités temporaires et prestations servies aux victimes d'accidents du travail 390 Dans l'état actuel des textes, ces indemnités et prestations s'entendent exclusivement de celles versées en exécution de la législation sur les accidents du travail et les maladies professionnelles des salariés (CGI, art. 81, 8°). XVI. Indemnités journalières versées aux salariés en cas de maladie 400 Identifiant juridique : BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Date de publication : 07/11/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 9/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6691-PGP.html?identifiant=BOI-TPS-TS-20-20-20141107 Les indemnités journalières versées par les caisses du régime général de la sécurité sociale, des régimes spéciaux et de la mutualité agricole ou directement par l'employeur en subrogation de ces dernières ne sont pas soumises aux taxes et participations assises sur les salaires. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Page 1/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5603-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Date de publication : 04/02/2014 DGFIP RSA - Champ d'application - Éléments du revenu imposable - Revenus accessoires - Avantages en argent ou en nature Positionnement du document dans le plan : RSA - Revenus salariaux et assimiles Champ d'application des traitements, salaires et revenus assimilés Titre 2 : Éléments du revenu imposable Chapitre 3 : Revenus accessoires Section 5 : Avantages en argent ou en nature Sommaire : I. Avantages en argent A. Indemnités ou gratifications allouées au salarié pour couvrir ses dépenses personnelles B. Avantages divers 1. Cotisations de sécurité sociale 2. Cotisations à des régimes de retraite ou de prévoyance complémentaire obligatoires et collectifs 3. Primes versées par l'employeur en vertu d'un contrat d'assurances souscrit au profit de ses salariés II. Avantages en nature A. Définition 1. Principes 2. Précisions sur les avantages en nature alloués à l'enfant mineur ou majeur travaillant dans l'entreprise des parents B. Évaluation C. Dons de matériels informatiques entièrement amortis 1. Champ d'application a. Salariés concernés b. Opérations visées 1° Conditions tenant aux modalités d'attribution 2° Conditions tenant à la nature des biens 3° Conditions tenant à l'amortissement des biens 2. Régime fiscal a. Limite d’exonération b. Détermination de la fraction de l'avantage en nature imposable 1° Impôt sur le revenu Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 2/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5603-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 2° Cotisations et contributions sociales III. Obligations déclaratives 1 Pour la détermination des bases d'imposition, il est tenu compte de tous les avantages en argent ou en nature accordés en sus des traitements, indemnités, émoluments, salaires, pensions et rentes viagères proprement dits (code général des impôts (CGI), art. 82). Ce principe admet une exception à l'égard du personnel de la gendarmerie logé gratuitement par nécessité absolue de service ; le premier alinéa de l'article 82 du CGI exonère, en effet, l'avantage en nature correspondant. I. Avantages en argent A. Indemnités ou gratifications allouées au salarié pour couvrir ses dépenses personnelles 10 Les indemnités ou gratifications allouées au salarié pour couvrir ses dépenses personnelles (indemnités de logement, de chauffage, de vêtements, de chaussures) sont imposables, qu'elles revêtent un caractère forfaitaire ou qu'il s'agisse de remboursements (remboursement du loyer du logement personnel, par exemple). Il en est de même lorsque l'entreprise prend les dépenses à sa charge, en se substituant au débiteur normal (paiement direct du loyer, des impôts personnels). Ainsi, il ressort de la jurisprudence que constituent un élément du revenu brut : - une gratification versée à un salarié par son employeur pour frais de cure dans une ville d'eaux (CE, arrêt du 10 juillet 1937, n° 57341) ; - l'indemnité compensant la suppression de l'avantage en nature qui résultait pour les membres du personnel d'une entreprise nationalisée de la fourniture de coke à un prix avantageux (CE, arrêt du 12 juillet 1969, n° 73388). Lorsque l'indemnité ou les sommes remboursées couvrent à la fois des dépenses personnelles et des dépenses professionnelles, il convient d'effectuer une ventilation : - la fraction correspondant à la prise en charge d'une dépense personnelle est passible de l'impôt ; - la fraction couvrant une dépense professionnelle est, le cas échéant, susceptible d'être exonérée d'impôt dans les conditions fixées par le 1° de l'article 81 du CGI (BOI-RSA-CHAMP-20-50-10). B. Avantages divers 20 En dehors du versement d'allocations, gratifications ou indemnités, l'employeur peut consentir au salarié divers avantages qui se traduisent par un gain pour celui-ci. Ces avantages entrent dans le champ d'application de l'impôt (CGI, art. 82). Il en est ainsi notamment des avantages suivants. 1. Cotisations de sécurité sociale 30 Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 3/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5603-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Un salarié est imposable à raison des cotisations de sécurité sociale prises en charge par son employeur. En revanche, les cotisations patronales de sécurité sociale légalement à la charge de l'employeur n'ont pas le caractère d'un avantage à prendre en compte pour l'assiette de l'impôt. 2. Cotisations à des régimes de retraite ou de prévoyance complémentaire obligatoires et collectifs 40 L'article 83 du CGI prévoit que les cotisations patronales versées à des régimes de retraite ou de prévoyance complémentaire obligatoires et collectifs, tels que mentionnés aux 1° quater et 2° de l'article 83 du CGI, peuvent constituer un avantage consenti au profit du salarié imposable au même titre que tout complément de salaire. Leur montant doit alors être compris dans la rémunération imposable du salarié. 50 Il en va ainsi pour : - les cotisations à la charge de l'employeur ainsi que, le cas échéant, celles prises en charge par le comité d'entreprise, versées à des régimes de prévoyance complémentaire qui correspondent à la garantie portant sur le remboursement ou l'indemnisation des frais de santé (maladie, maternité, accident), conformément aux dispositions du 1° quater de l'article 83 du CGI (BOI-RSABASE-30-10-20), Remarque: La part des éventuels frais de gestion à la charge de l'employeur qui correspond à la garantie portant sur les frais de santé suit le même régime que les cotisations auxquelles elle est afférente et est donc également comprise dans la rémunération imposable du salarié. - les cotisations à la charge de l'employeur ainsi que, le cas échéant, celle du comité d'entreprise, aux régimes de prévoyance ou de retraite complémentaire qui excèdent les plafonds de déduction respectivement fixés au 1° quater et au 2° de l'article 83 du CGI (BOI-RSA-BASE-30-10-20). 60 Les autres cotisations aux régimes obligatoires et collectifs de retraite et de prévoyance versées par l'employeur ainsi que, le cas échéant, celles versées par le comité d'entreprise, sont en revanche admises en déduction du revenu imposable sous les conditions et limites énoncées aux 1° quater et 2° de l'article 83 du CGI. 3. Primes versées par l'employeur en vertu d'un contrat d'assurances souscrit au profit de ses salariés 70 Les primes versées par une entreprise en exécution d'un contrat d'assurances souscrit au profit d'un ou plusieurs de ses salariés ont le caractère d'un avantage passible de l'impôt. Toutefois, si le contrat souscrit couvre uniquement des risques inhérents à l'activité professionnelle, cette prise en charge s'analyse comme le versement d'une indemnité représentative de frais, susceptible d'être exonérée d'impôt dans les conditions fixées par le 1° de l'article 81 du CGI. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 4/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5603-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 II. Avantages en nature A. Définition 1. Principes 80 Le salaire doit, en principe, être payé en argent (code du travail (C. trav.), art. L. 3241-1). Mais il est admis que le salarié puisse également être rémunéré en nature. Cette rémunération peut couvrir l'intégralité de l'activité du salarié (rémunération au pair). Plus généralement, elle a le caractère d'un accessoire du salaire (avantage en nature). La rémunération en nature consiste dans la mise à la disposition du salarié d'un bien dont l'employeur est propriétaire ou locataire. Elle trouve aussi sa source dans la fourniture de prestations de services, incombant normalement au salarié, mais prises en charge par l'entreprise. Parmi les avantages constitutifs d'une rémunération en nature, on rencontre notamment : - l'octroi de nourriture ou de produits de consommation courante ; - le logement avec ou sans accessoires (eau, gaz, électricité, travaux d'installation ou d'aménagement, fourniture de mobilier ou d'équipements, etc.) ; - la mise à la disposition personnelle du salarié d'une voiture automobile appartenant à l'employeur ; - la réparation, l'équipement ou l'entretien d'un véhicule automobile appartenant au salarié ; - l'usage du téléphone ; - l'octroi de vêtements, de linge, de chaussures. 90 Pour constituer une rémunération, l'avantage en nature doit : - être concédé gratuitement. Si une retenue est pratiquée sur le salaire de l'intéressé ou si le versement d'une redevance d'usage lui est imposé, il n'y a d'« avantage » que dans la mesure où le montant de la retenue ou du versement est inférieur à la valeur de l'élément fourni ; - concerner un objet ou une prestation à l'usage personnel du salarié. La dépense prise en charge par l'employeur doit incomber normalement au salarié. Elle peut être d'ordre privé (logement, nourriture, etc.) ou d'ordre professionnel (voiture, etc.). Il n'y a pas lieu de distinguer selon que l'avantage constitue ou non la contrepartie d'obligations professionnelles. 100 Le Conseil d'État a eu souvent l'occasion de confirmer ce principe : - un salarié qui, sur le lieu de son travail, est logé, chauffé et éclairé par son employeur doit, bien qu'il ait conservé son domicile personnel dans une autre commune, être regardé comme bénéficiant d'un avantage en nature à retenir pour la détermination de son traitement imposable, même si ce logement de fonction lui est imposé et lui occasionne des frais (CE, arrêt du 14 octobre 1957, n° 33987) ; - lorsqu'une société met à la disposition d'un de ses salariés un appartement moyennant le paiement par celui-ci d'une partie du loyer, la fraction de loyer prise en charge par la société constitue, pour l'intéressé, un avantage en nature s'ajoutant à ses appointements dans les conditions visées à l'article 82 du CGI. Rejet de l'objection tirée de ce que les loyers seraient particulièrement élevés dans la commune où réside l'intéressé (CE, arrêt du 22 avril 1963, n°s 57151 et 57841) ; Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 5/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5603-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 - le logement de fonction mis à la disposition d'un receveur des postes et télécommunications dans le même immeuble que la recette postale doit être regardé comme constituant un avantage en nature dès lors qu'il présente les caractères d'un logement normalement affecté à l'habitation, à la seule exception de la présence obligatoire d'un poste téléphonique relié aux bureaux de la recette et nonobstant la circonstance que l'intéressé était, en contrepartie, astreint, dans la jouissance de ce logement, à certaines sujétions professionnelles dont, notamment, celle de mettre cet appartement à la disposition de son remplaçant pendant les périodes de congé. Par suite, l'évaluation de cet avantage en nature, égale à la valeur locative du logement en cause déterminée en tenant compte des sujétions mentionnées cidessus et après déduction de la retenue opérée, en raison de la disposition de cet appartement, sur l'indemnité de gérance et de responsabilité allouée au receveur, doit être retenue pour la détermination du revenu imposable de ce dernier (CE, arrêt du 5 janvier 1972, n° 81015) ; - le logement de fonction qui, par nécessité absolue de service, est, moyennant une retenue opérée sur l'indemnité pour charges militaires, mis à la disposition d'un officier dans un immeuble affecté aux bureaux de l'état-major ainsi qu'au logement d'un certain nombre d'officiers et de sous-officiers de la même unité doit, en tant que sa valeur d'utilisation excède ladite retenue, être regardé comme constituant un avantage en nature dès lors qu'il présente les caractères d'un appartement normalement consacré à l'habitation. Si l'intéressé est, en contrepartie, soumis à des sujétions particulières dans l'accomplissement de son service et privé, ainsi qu'il ressort de l'arrêté de concession, de toute indemnité pour travaux supplémentaires, ces circonstances ne sauraient ôter à l'avantage ainsi concédé le caractère d'un élément de la rémunération dès lors qu'il a précisément pour objet de dédommager l'intéressé de ces sujétions et de rémunérer lesdits travaux (CE, arrêt du 19 avril 1972, n° 83878) ; - l'utilisation par un contribuable, et pour ses besoins personnels, d'une voiture automobile inscrite à l'actif du bilan de l'entreprise qui l'emploie constitue un avantage en nature imposable (CE, arrêt du 28 avril 1971, n° 80340). 110 Lorsque l'avantage en nature couvre des dépenses professionnelles, il convient de tenir compte des dispositions du 1° de l'article 81 du CGI qui exonère, sous certaines conditions, les allocations pour frais d'emploi perçues par les salariés (BOI-RSA-CHAMP-20-50-10). Par suite, lorsqu'une entreprise confie gratuitement à ses représentants pour leurs déplacements professionnels des voitures automobiles lui appartenant, la prise en charge totale de ces dépenses par l'employeur -qui a réduit en conséquence le taux des commissions dont bénéficient ses représentants- constitue pour les intéressés un avantage en nature assimilable à des indemnités de frais de route et allocations similaires (CE, arrêt du 9 mars 1966, n° 61960 ; BOI-RSA-BASE-20-20 au II-C § 220 et suivants). 120 Enfin, si la rémunération en nature couvre, à la fois, des dépenses privées et des dépenses professionnelles, il y a lieu d'opérer une ventilation entre la partie de cette rémunération qui constitue un avantage en nature passible de l'impôt et celle qui représente une allocation pour frais professionnels susceptible, le cas échéant, d'être exonérée. Il a été ainsi jugé que le paiement, par un chef d'entreprise, de l'intégralité des dépenses de nourriture exposées par ses ouvriers au cours de leurs déplacements constitue, pour les intéressés, à concurrence de la valeur des repas qu'ils auraient Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 6/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5603-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 normalement pris chez eux, un avantage en nature à comprendre dans les bases de l'impôt (CE, arrêt du 12 novembre 1965, n° 64388). 2. Précisions sur les avantages en nature alloués à l'enfant mineur ou majeur travaillant dans l'entreprise des parents 130 La fourniture gratuite d'un logement à un enfant majeur travaillant dans l'entreprise familiale constitue un avantage en nature imposable dans les conditions de droit commun dès lors que cette pratique n'apparaît pas étrangère au contrat de travail, notamment lorsqu'elle résulte de conventions collectives ou d'accords de salaires, qu'elle correspond à un usage de la profession ou qu'elle complète une rémunération anormalement insuffisante. En tout état de cause, les dépenses correspondant à un tel avantage représentent un avantage en nature imposable lorsqu'elles sont comprises dans les charges déductibles de l'entreprise. L'avantage représenté par la gratuité de la nourriture obéit aux mêmes règles. 140 Ces règles s'appliquent de la même manière aux enfants mineurs travaillant dans l'entreprise de leurs parents dès lors qu'ils peuvent être considérés comme des salariés à part entière. B. Évaluation 150 Les règles d'évaluation des avantages en nature sont exposées au BOI-RSA-BASE-20-20. (150 à 260) C. Dons de matériels informatiques entièrement amortis 270 Afin d'encourager l'équipement des ménages en matériel informatique et de faciliter leur accès à internet, le 31° bis de l'article 81 du CGI institue un régime fiscal et social dérogatoire pour les dons, par les employeurs à leurs salariés, de matériels informatiques et de logiciels nécessaires à leur utilisation, entièrement amortis et pouvant permettre l'accès à des services de communications électroniques et de communication au public en ligne. Conformément à cet article, ces dons sont exonérés d'impôt sur le revenu et exclus de l'assiette des cotisations et contributions sociales dans la limite d'un prix de revient global des matériels et logiciels de 2 000 € par salarié et par an. 1. Champ d'application a. Salariés concernés 280 Peuvent bénéficier de l'exonération d'impôt sur le revenu prévue au 31° bis de l'article 81 du CGI les titulaires d'un contrat de travail à durée indéterminée ou déterminée, à temps plein ou à temps partiel, ainsi que les titulaires de contrats de formation en alternance ou d'insertion professionnelle (contrats d'apprentissage et contrats de professionnalisation notamment). En revanche, les personnes qui ne sont pas liées au donateur par un contrat de travail sont exclues du bénéfice de la mesure. Un comité d'entreprise ou une association ne peut donc faire bénéficier du dispositif que ses propres salariés. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 7/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5603-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 En outre, sous réserve de justifier de la régularité du cumul du contrat de travail et du mandat social, les dirigeants et les mandataires sociaux titulaires d'un contrat de travail avec le donateur peuvent bénéficier de ce régime fiscal. A cet égard, il est rappelé que la jurisprudence de la Cour de cassation soumet la validité du cumul d'un mandat social et d'un contrat de travail à des conditions très strictes. En particulier, le cumul n'est autorisé que si le contrat de travail correspond à un emploi effectif, caractérisé par l'exercice, dans un lien de subordination à l'égard de la société, de fonctions techniques distinctes de celles exercées dans le cadre du mandat social et donnant lieu à rémunération séparée. b. Opérations visées 1° Conditions tenant aux modalités d'attribution 290 L'attribution doit prendre la forme d'une remise gratuite de matériels informatiques accompagnés des logiciels nécessaires à leur utilisation entièrement amortis et pouvant permettre l'accès à des services de communications électroniques (messagerie électronique) et de communication au public en ligne (internet). La remise gratuite s'entend de toutes les opérations par lesquelles l'employeur remet ces équipements à ses salariés sans aucune contrepartie. Sont ainsi exclues les cessions avec participation salariale, y compris lorsque cette dernière est modique. 2° Conditions tenant à la nature des biens 300 Le don doit porter sur des ordinateurs et des logiciels. Sont concernés les ordinateurs, fixes ou portables, ainsi que : - les équipements informatiques périphériques, tels qu'imprimante, scanner ou disque dur externe ; - les matériels de communication permettant l'accès à des services de communications électroniques et de communication au public en ligne tels que modem, assistant électronique de poche (« personal digital assistant - PDA ») ou un téléphone assistant (« smartphone ») ; Pour les logiciels, il s'agit de ceux nécessaires à l'utilisation des matériels informatiques, les logiciels usuels de bureautique et ceux permettant l'accès aux services de communication électronique et de communication au public en ligne (logiciels d'accès à internet). 3° Conditions tenant à l'amortissement des biens 310 Pour les entreprises soumises aux obligations de l'article 53 A du CGI, le don ne peut porter que sur des biens entièrement amortis et pour lesquels toutes les dotations aux amortissements ont été déduites du bénéfice imposable. Toutefois, les dons peuvent porter sur des matériels informatiques, des matériels de communication et des logiciels d'une valeur inférieure à 500 € qui n'ont pas été inscrits à un compte d'immobilisation. Dans ce cas, les biens doivent avoir été admis en charge au titre de l'exercice d'acquisition et avoir été utilisés à des fins professionnelles pendant au moins 12 mois à compter de leur date d'acquisition. Lorsque l'employeur est une personne physique ou morale non soumise aux obligations de l'article 53 A du CGI, les biens doivent avoir été utilisés à des fins professionnelles pendant au moins trois ans (matériels d'une valeur de 500 € ou plus) ou un an (matériels d'une valeur inférieure à 500 €). En revanche, les matériels informatiques neufs, les biens partiellement amortis ou les biens d'une valeur inférieure à 500 € acquis depuis moins de douze mois ou non utilisés à des fins professionnelles sont exclus du dispositif. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Page 8/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5603-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 2. Régime fiscal 320 L'avantage en nature résultant de la remise gratuite de matériels informatiques et des logiciels nécessaires à leur utilisation est exonéré d'impôt sur le revenu dans la limite d'un prix de revient global de 2 000 € par an et par salarié. a. Limite d’exonération 330 L'exonération est limitée, pour chaque salarié et pour l'ensemble des matériels et logiciels qui lui sont donnés dans l'année, à un prix de revient global de 2 000 €. Le prix de revient global s'entend de la somme des prix de revient des biens donnés. Le prix de revient d'un bien s'entend : - de la valeur d'inscription à l'actif ; - pour les biens d'une valeur inférieure à 500 €, du prix comptabilisé en charge l'année de leur acquisition ; - pour les personnes morales non soumises aux obligations de l'article 53 A du CGI, du prix d'acquisition ; - pour les biens qui sont produits par l'employeur, du prix public hors taxe l'année au cours de laquelle l'employeur a prélevé le bien pour sa propre utilisation. Le prix public s'entend : - lorsque l'employeur vend uniquement à des détaillants, du prix le plus bas pratiqué pour la vente du même produit à ses clients détaillants, - si le produit est habituellement commercialisé dans une boutique, du prix public le plus bas pratiqué par l'employeur pour la vente du même produit à la clientèle de la boutique. b. Détermination de la fraction de l'avantage en nature imposable 1° Impôt sur le revenu 340 Lorsque le prix de revient global des matériels informatiques et logiciels donnés au salarié dans l'année est inférieur ou égal à 2 000 €, l'avantage en nature est entièrement exonéré. 350 En revanche, si le prix de revient global des matériels informatiques et logiciels donnés au salarié dans l'année est supérieur à 2 000 €, la fraction excédentaire de ce plafond constitue un avantage en nature imposable à l'impôt sur le revenu selon les règles de droit commun des traitements et salaires. L'avantage en nature imposable est alors évalué sur option de l'employeur : - soit sur la base de la valeur réelle des biens donnés selon la formule suivante : ([(Prix de revient global - 2 000 €) / Prix de revient global] x Valeur réelle des biens) ; - soit sur la base d'un forfait égal à 10 % de la différence entre le prix de revient global des biens donnés et la limite de 2 000 € selon la formule suivante : 0,1 x (Prix de revient global - 2 000 €). Remarque : La valeur réelle s'entend de la valeur d'usage à savoir leur valeur au moment où les biens sont donnés par l'employeur. 2° Cotisations et contributions sociales 360 Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Date de publication : 04/02/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 9/9 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5603-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-50-20140204 Les avantages en nature résultant de ces opérations sont, sous les mêmes conditions et dans les mêmes limites que celles prévues pour l'exonération d'impôt sur le revenu, exclus de l'assiette des cotisations de sécurité sociale. Ils sont également exonérés de la CSG et de la CRDS. III. Obligations déclaratives 370 L'employeur doit porter le montant de l'avantage en nature correspondant à la fraction du prix de revient global supérieur à la limite d'exonération dans la déclaration annuelle des données sociales (DADS) ou, si le salarié ne relève pas du régime général de sécurité sociale, sur la déclaration fiscale n° 2460 (CERFA n° 10143) ; BOI-BIC-DECLA-30-70-10. Cet avantage en nature imposable est compris dans le montant préimprimé sur les cases AJ à DJ de la déclaration d'ensemble des revenus n° 2042 (CERFA n° 10330) du contribuable. Celui-ci vérifie l'exactitude de ce montant et, en cas d'erreur, le modifie. Les imprimés n° 2460 et 2042 sont disponibles en ligne sur le site www.impots.gouv.fr à la rubrique "Recherche de formulaires". Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-40-60-20120912 Page 1/3 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/508-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-40-60-20120912 Date de publication : 12/09/2012 DGFIP BIC – Charges d'exploitation - Rémunérations des salariés autres que le conjoint de l'exploitant individuel ou de l'associé d'une société – Dépenses à caractère social engagées dans l'intérêt du personnel Positionnement du document dans le plan : BIC - Bénéfices industriels et commerciaux Frais et charges Titre 4 : Les frais et charges d'exploitation Chapitre 4 : Rémunérations des salariés autres que le conjoint de l'exploitant individuel ou de l'associé d'une société et charges sociales correspondantes Section 6: Dépenses à caractère social engagées dans l'intérêt du personnel Sommaire : I. Versements à des œuvres réservées au personnel de l'entreprise II. Versements à des œuvres collectives III. Versements aux comités d'entreprises IV. Plan d'épargne d'entreprise : abondement versé par l'entreprise Concernant plus précisément les règles générales de déductions relatives aux dons et subventions consentis dans l'intérêt du personnel, il conviendra se rapporter au BOI-BIC-CHG-40-20-40. I. Versements à des œuvres réservées au personnel de l'entreprise 1 Les dépenses effectuées en faveur des œuvres sociales réservées au personnel de l'entreprise et constituant pour ce dernier un avantage attaché à ses fonctions ont le caractère de charges déductibles à condition que les sommes versées cessent complètement d'être à la disposition de l'entreprise. Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-40-60-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 2/3 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/508-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-40-60-20120912 Cette dernière condition est impérative. Ainsi, dans le cas d'une société qui avait comptabilisé dans ses charges les sommes dues par elle à la caisse de prévoyance et de secours du personnel de l'établissement et destinées à alimenter les comptes personnels des salariés de l'entreprise mais qui n'avait versé effectivement les fonds à la caisse que dans la mesure où cette dernière était elle-même tenue à des versements au personnel par suite de la survenance des événements prévus par le régime de prévoyance, il a été jugé (bien que la caisse fût dotée d'une personnalité juridique distincte et dirigée par un conseil d'administration élu par ses membres) que les sommes restées à la disposition de l'entreprise et utilisées par elle pour les besoins de son exploitation ne pouvaient être regardées comme des charges déductibles pour l'assiette de l'impôt (CE, arrêt du 11 décembre 1968, req. N° 74786, RJCD, 1ère partie, p. 372). II. Versements à des œuvres collectives 10 Les subventions à des œuvres collectives instituées en faveur du personnel de plusieurs entreprises ou de toute une branche professionnelle sont également admises en déduction lorsqu'elles ont pour contrepartie l'octroi d'un avantage déterminé au personnel de l'entreprise versante. C'est ainsi que constituent des charges déductibles les sommes versées à une société de jardins ouvriers ou à des œuvres telles que dispensaires, colonies de vacances, maisons de retraite, sociétés sportives, etc. lorsqu'elles ont directement pour objet de procurer au personnel de l'entreprise versante le droit de participer aux avantages procurés par ces œuvres. 20 En revanche, sauf application des dispositions de l'article 238 bis du code général des impôts (CGI), les sommes versées à des œuvres d'intérêt professionnel ou général sans qu'il en résulte aucun avantage direct pour le personnel employé par l'entreprise ne présentent pas le caractère de charges déductibles. III. Versements aux comités d'entreprises 30 Les sommes versées par un employeur à son comité d'entreprise sont destinées à financer des œuvres sociales instituées dans l'intérêt direct du personnel de l'entreprise ; elles cessent, en outre, normalement d'être à la disposition de l'employeur dès lors que les comités d'entreprise sont dotés de la personnalité civile. Elles doivent, par suite, être considérées dans leur intégralité comme des charges déductibles même lorsqu'elles excèdent le montant de la cotisation minimum obligatoire. IV. Plan d'épargne d'entreprise : abondement versé par l'entreprise 40 Le plan d'épargne d'entreprise est un système d'épargne collectif facultatif qui permet aux salariés, avec l'aide de leur entreprise, de participer à la constitution d'un portefeuille de valeurs mobilières. Il est institué à l'initiative de l'entreprise ou en application d'un accord avec le personnel. L'entreprise doit compléter les versements des salariés. Le montant maximal de l'aide apportée par l'entreprise, par an et par salarié, sous forme d'un abondement, ne doit pas dépasser le triple de la contribution du bénéficiaire, ni être supérieure à 8 % du montant annuel du plafond prévu à l'article L 241-3 du code de la sécurité sociale, Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-40-60-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 3/3 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/508-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-40-60-20120912 Le plafond peut être majoré dans la limite de 80 %, à concurrence de l'abondement afférent aux acquisitions par le salarié d'actions ou de certificats d'investissement de l'entreprise ou d'entreprises appartenant au même groupe au sens de l'article L 225-180 du code du commerce. L'article 237 ter du CGI prévoit la déduction des sommes versées au titre de l'abondement par les entreprises relevant de l'impôt sur le revenu ou de l'impôt sur les sociétés. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Page 1/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 DGFIP BIC – Charges d'exploitation - Charges de personnel et rémunération des dirigeants - Rémunérations de l'exploitant individuel, des associés de sociétés et des membres de leurs familles Positionnement du document dans le plan : BIC - Bénéfices industriels et commerciaux Frais et charges Titre 4 : Les frais et charges d'exploitation Chapitre 5 : Rémunérations de l'exploitant individuel, des associés de sociétés et des membres de leurs familles et charges sociales correspondantes Section 1 : Rémunérations de l'exploitant individuel, des associés de sociétés et des membres de leurs familles Sommaire : I. Rémunération de l'exploitant individuel A. Principes généraux B. Disposition particulière : exonération de l’aide financière au titre des services à la personne allouée au chef d’entreprise – chèque emploi service universel (CESU) 1. Régime juridique de l’aide financière a. Bénéficiaires b. Services aidés c. Modalités de versement et montant de l’aide 2. Régime fiscal de l’aide financière a. Traitement fiscal de l’aide financière consentie par une personne morale b. Traitement fiscal de l’aide financière consentie par une entreprise individuelle II. Rémunérations allouées aux membres des sociétés de personnes et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI III. Rémunérations allouées au conjoint de l'exploitant individuel ou aux conjoints des membres des sociétés de personnes et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI A. Conditions de déduction 1. Incidence du régime matrimonial des époux Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 2/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 2. Participation effective à la profession exercée par le conjoint 3. Le salaire du conjoint doit avoir donné lieu au versement de cotisations sociales. B. Montant de la rémunération admise en déduction 1. Les époux sont mariés sous un régime exclusif de communauté 2. Les époux ne sont pas mariés sous un régime exclusif de communauté : application de la limitation édictée par l'article 154 du CGI a. Entreprise non adhérente d'un centre de gestion agréé b. Entreprise adhérente d'un centre de gestion agréé 1° Modalités de déduction 2° Conséquences de l'application de l'article 154 du CGI sur la détermination et la répartition du résultat fiscal des sociétés de personnes et organismes assimilés mentionnés aux articles 8 du CGI et 8 ter du CGI c. Modalités d'imposition de la rémunération allouée au conjoint IV. Rémunération des enfants de l'exploitant individuel et des conjoints de ceux-ci A. Rémunérations B. Gratifications et participations aux bénéfices C. Dépenses de nourriture et d'entretien 1. Dépenses déductibles 2. Dépenses non déductibles V. Rémunération des autres membres de la famille de l'exploitant individuel ou de l'associé de sociétés de personnes et assimilées dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI S'agissant des conditions générales de déduction applicables aux rémunérations du personnel dirigeant, il conviendra de se référer à BOI-BIC-CHG-40-40-10. I. Rémunération de l'exploitant individuel A. Principes généraux 1 Pour l'application de l'impôt sur le revenu, les bénéfices industriels, commerciaux et artisanaux s'entendent de l'ensemble des profits que l'exploitant, directement intéressé à la prospérité de son entreprise, retire de l'exercice de son activité et de la mise en valeur de ses capitaux. Remarque : Concernant les biens appartenant à l'exploitant individuel affectés à l'exploitation mais non inscrits à l'actif du bilan de l'entreprise voir BOI-BIC-CHG-40-20-10 § 180 et BOI-BIC-PDSTK-10-20 Par suite, le travail effectué étant normalement rémunéré par le bénéfice net, les appointements que s'alloue l'exploitant à raison de son activité professionnelle correspondent en réalité à un emploi et non à une charge du bénéfice. Ils doivent donc être exclus des frais généraux déductibles, conformément à une doctrine administrative et à une jurisprudence du Conseil d'État constantes (cf. en ce sens, CE, arrêt du 26 janvier 1923, req. n° 73330, RO, 4848). B. Disposition particulière : exonération de l’aide financière au titre des services à la personne allouée au chef d’entreprise – chèque emploi service universel (CESU) 10 Entre autres mesures destinées à favoriser le développement des services à la personne, l’article 1er de la loi n° 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale crée un nouvel instrument de paiement simplifié des services à la personne : le chèque emploi service universel (CESU), dont le régime est défini aux Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 3/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Le bénéfice de ce nouvel instrument de paiement, initialement réservé aux salariés, a été étendu, à compter du 1er janvier 2007, par l’article 146 de la loi de finances pour 2007 n° 2006-1666 du 21 décembre 2006 aux chefs d’entreprises, ainsi que, pour les personnes morales, à leur(s) gérant, président, directeur général, directeurs généraux délégués, membres de leur directoire. Toutefois, l’attribution du CESU aux chefs d’entreprise ou aux mandataires sociaux est subordonnée à la condition qu’il bénéficie à l’ensemble des salariés selon les mêmes règles d’attribution. Il est rappelé, par ailleurs, que le 1° de l’article 8 de la loi du 26 juillet 2005 précitée, codifié au 37° de l’article 81 du CGI, prévoit que l’aide financière au titre des services à la personne consentie par le comité d’entreprise ou l’entreprise aux salariés, notamment sous la forme d’un CESU, est exonérée d’impôt sur le revenu, reprenant ainsi l’exonération d’impôt sur le revenu prévue de manière générale à l’article L7233-7 du code de travail (C. trav.) Cette partie commente ce dispositif s’agissant du traitement du CESU et, plus généralement, de l’aide financière au titre des services à la personne et aux familles, au niveau de l’entreprise qui consent cette aide, ainsi que pour le chef d’entreprise bénéficiaire. 1. Régime juridique de l’aide financière a. Bénéficiaires 20 Les articles L7233-4, L7233-5 et D7233-7 du C. trav. étendent le bénéfice de l'aide financière au titre des services à la personne, antérieurement réservée aux seuls salariés, au chef d'entreprise ou, si l'entreprise est une personne morale, à son ou ses mandataires sociaux : président, directeur général, directeurs généraux délégués, gérants ou membres de son directoire. Cette extension est toutefois subordonnée à la condition que l’aide financière bénéficie à l'ensemble des salariés de l'entreprise selon les mêmes règles d'attribution. De la même manière, outre les salariés, le chef d’entreprise et les mandataires sociaux peuvent être attributaires, en application des articles L1271-12, L1271-13 et L1271-14 du C. trav., de « CESU préfinancé » (cf. § 10), à compter du 1er janvier 2007, sous réserve du respect de la condition visée au § 10. Par conséquent, le respect de cette condition suppose que l’entreprise individuelle ou la personne morale concernée ait la qualité d’employeur pour que le chef d’entreprise ou le ou les mandataires sociaux puissent eux mêmes être attributaires de « CESU préfinancé ». En d’autres termes, les chefs d’entreprises ou les mandataires sociaux de sociétés ne peuvent pas bénéficier de l’aide financière et, notamment du « CESU préfinancé », s’ils exercent leur activité au sein d’une entreprise individuelle ou d’une personne morale qui n’emploie pas de salarié. b. Services aidés 30 L'aide financière est destinée soit à financer l'accès des bénéficiaires à des services aux personnes et aux familles développés au sein de l'entreprise, soit à financer, directement ou par l'intermédiaire d'une structure prestataire, des activités entrant dans le champ des services mentionnés aux articles L7231-1 et L7232-1 à L7232-4 du C. trav. et définis à l'article D7231-1 du C. trav. 40 Il s'agit notamment des services aux personnes à leur domicile relatifs aux tâches ménagères et familiales : entretien de la maison et travaux ménagers, petits travaux de jardinage, garde d’enfants à domicile, soutien scolaire à domicile (cf. article D7231-1 du C. trav.). Sont également susceptibles de bénéficier d'une aide financière les activités de services assurés par les organismes ou personnes mentionnés aux deux premiers alinéas de l'article L2324-1 du code de la santé publique (garde d'un enfant de moins de six ans hors du domicile familial) , ou par des assistants maternels agréés en application de l’article L421-1 du code de l'action sociale et des familles. Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 4/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 c. Modalités de versement et montant de l’aide 50 Les articles L7233-4 du C. trav et L7233-5 du C. trav. permettent au comité d'entreprise ou à l'entreprise de verser des aides financières, dans les conditions précitées : - soit directement ; - soit au moyen du CESU régi par les articles L1271 et suivants du C. trav. Le CESU remplace, en les fusionnant, les chèques emploi-service (CES) et les titres emploi-service (TES), et peut prendre la forme soit d'un chèque (« CESU bancaire »), soit d'un titre spécial de paiement (« CESU préfinancé »). Dans ce dernier cas, le CESU peut être préfinancé en tout ou partie par l'entreprise ou le comité d'entreprise conformément aux articles L1271-12 à L1271-14 du C. trav. 60 Le montant maximum de l'aide financière prévue aux articles L7233-4 du C. trav. et L7233-5 du C. trav. , y compris donc « les CESU préfinancés », s'élève, conformément aux articles D7233-6 du C. trav. et D7233-8 du C. trav., à 1 830 € par année civile et par bénéficiaire ayant eu recours à un ou plusieurs services financés par cette aide. Ce montant est révisé annuellement par arrêté, en fonction de l'évolution de l'indice des prix à la consommation des ménages. 70 En tout état de cause, le montant de l'aide financière ne peut excéder le coût des services supporté par le bénéficiaire. 2. Régime fiscal de l’aide financière a. Traitement fiscal de l’aide financière consentie par une personne morale 80 Les aides financières, y compris le « CESU préfinancé », attribuées par une personne morale à ses salariés comme à ses mandataires sociaux ont le caractère de charges déductibles dans la limite du plafond fixé par les articles D7233-6 du C. trav. et D7233-8 du C. trav., qui s'élève à 1 830 € par année civile et par bénéficiaire. 90 Lorsque l’aide allouée à un salarié excède le plafond rappelé ci-dessus, les sommes ainsi attribuées sont considérées comme des compléments de rémunération et ne peuvent être admises en déduction que sous réserve du respect des conditions générales de déduction des rémunérations. Ainsi, il est rappelé que conformément aux dispositions du 1° du 1 de l'article 39 du CGI et du 5 de l'article 39 du CGI, les rémunérations ne sont admises en déduction des résultats imposables que dans la mesure où elles correspondent à un travail effectif et ne sont pas excessives eu égard à l'importance du service rendu. Pour plus de précisions, il convient de se référer à la documentation administrative BOI-BIC-CHG-40-40-10. 100 S’agissant du traitement fiscal de cette aide par le salarié bénéficiaire, il convient de se reporter au 37° de l'article 81 du CGI. 110 Exemple : Soit la SNC Y qui emploie 5 salariés, et dont le gérant, M. Z, est associé. La SNC verse à M. Z 50 000 € par an de rémunération. Par ailleurs, elle attribue aux 5 salariés ainsi qu’à M. Z des CESU préfinancés pour un montant de 1 830 € par bénéficiaire. Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 5/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Le total de l’aide financière qui s’élève à 10 980 € (1 830 x 6), ainsi que la rémunération de 50 000 € allouée à M. Z, sont déductibles pour la détermination du résultat fiscal. Pour les salariés comme pour M. Z, l’aide financière est non imposable. Ce dernier sera donc imposé selon les modalités de l’article 62 du CGI à hauteur de 50 000 €. b. Traitement fiscal de l’aide financière consentie par une entreprise individuelle 120 L’aide financière mentionnée aux articles L7233-4 du C. trav. et L7233-5 du C. trav. attribuée aux salariés de l’entreprise individuelle constitue une charge déductible du résultat imposable de l’entreprise individuelle dans les conditions précisées aux § 80 et 90. 130 En revanche, l’aide financière au titre des services à la personne, y compris le « CESU préfinancé », que s’alloue un entrepreneur individuel n’est pas déductible, de la même manière que les rémunérations ou appointements qu’il s’attribue (cf. § 1), pour la détermination du résultat imposable de l’entreprise individuelle. Toutefois, l’article L7233-7 du C. trav. prévoyant que l’aide financière mentionnée aux articles L7233-4 du C. trav. et L7233-5 du C. trav. est exonérée d’impôt sur le revenu, il convient de considérer que le bénéfice imposable de l’entreprise individuelle est exonéré à hauteur du montant de l’aide financière attribuée au chef d’entreprise, c’est-à-dire au maximum à hauteur de 1 830 € par année civile (cf. § 60). En pratique, le bénéfice imposable à reporter sur la déclaration d’impôt sur le revenu complémentaire n° 2042 C (n° CERFA : 11222) par l’entrepreneur individuel sera minoré du montant de l’aide financière qu’il s’est attribuée. Toutefois, cette minoration du bénéfice imposable ne saurait conduire à faire naître un déficit au titre de l’exercice d’attribution ni à augmenter le déficit de cet exercice. 140 Il est précisé que le traitement fiscal de l’aide financière décrit ci-dessus s’agissant des entreprises individuelles s’applique aussi bien aux entreprises relevant des bénéfices industriels et commerciaux qu’à celles relevant des bénéfices agricoles ou des bénéfices non commerciaux. 150 Exemple : Soit une entreprise individuelle relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux qui emploie 4 salariés auxquels elle attribue des « CESU préfinancés » à hauteur de 1 830 € chacun. L’entrepreneur individuel se verse également un « CESU préfinancé » pour un montant identique. Il est supposé par simplification que le résultat fiscal est égal au résultat comptable avant retraitement du CESU attribué au chef d’entreprise et que l’entreprise individuelle relève du régime réel normal. Cas n° 1 : Son résultat comptable s’établit à 30 000 € après déduction faite des « CESU préfinancés » de 9 150 € (5 x 1 830 €). Le résultat fiscal s’établira donc après réintégration sur le tableau n° 2058-A du montant correspondant au CESU attribué à l’entrepreneur individuel (1 830 €) à 31 830 € (30 000 € + 1 830 €). Toutefois, sur sa déclaration d’impôt sur le revenu, l’entrepreneur individuel reportera 30 000 €, son bénéfice imposable de 31 830 € étant exonéré à hauteur du « CESU préfinancé » qu’il s’est attribué (1 830 €). Cas n° 2 : Son résultat comptable s’établit à - 330 € après déduction faite des « CESU préfinancés » de 9 150 € (5 x 1 830 €). Le résultat fiscal s’établira donc après réintégration sur le tableau n° 2058-A du montant correspondant au CESU attribué à l’entrepreneur individuel (1 830 €) à 1 500 € (- 330 € + 1 830 €). Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 6/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Le bénéfice est exonéré à hauteur du CESU, sans que cela ne dégage de déficit reportable. L’entrepreneur individuel reportera donc un résultat de 0 sur sa déclaration d’impôt sur le revenu. II. Rémunérations allouées aux membres des sociétés de personnes et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI 160 Les appointements prélevés par les associés de ces sociétés doivent demeurer compris dans les bénéfices de l'entreprise. En effet, les intéressés doivent être considérés comme des chefs d'entreprise indéfiniment responsables des dettes sociales en leur qualité de copropriétaires de l'affaire ; par suite, la rémunération de leur travail personnel ou de leur collaboration à la gestion de l'entreprise s'opère normalement par la répartition, à leur profit, des bénéfices sociaux. 170 Il en a été jugé ainsi, de façon constante, pour toutes les rémunérations allouées à leurs membres par les personnes morales de cette catégorie dès lors qu'elles n'ont pas utilisé la possibilité d'option pour le régime des sociétés de capitaux (lorsqu'elle leur est offerte) prévue par l'article 239 du CGI. Tel est le cas, par exemple, des appointements versés : - aux associés en nom de sociétés en nom collectif (CE, arrêt du 8 décembre 1922, req. n° 75602, RO, 4849) ; - aux associés commandités de sociétés en commandite simple (CE, arrêt du 17 décembre 1932, req. n° 28371, RO, 5937) ; - aux membres connus et indéfiniment responsables des sociétés en participation ; - aux armateurs-gérants de sociétés de copropriétaires de navires (CE, arrêt du 18 décembre 1925, req. n° 88692, RO, 5050) ; - aux membres de sociétés de fait (CE, arrêts des 18 juillet 1945, req. n° 76621, RO, p. 295 et 12 janvier 1948, req. n° 81702). Il en est de même pour les rémunérations des membres des : - sociétés à responsabilité limitée pouvant opter pour le régime des sociétés de personnes (CGI, art. 239 bis AA) ; - groupements d'intérêt économique, dans la limite de leur collaboration directe inhérente à l'objet réel du groupement, à l'exclusion donc, de celles versées en contrepartie de l'exercice d'une profession autonome qui est détachable de cet objet ; - entreprises unipersonnelles à responsabilité limitée (EURL) instituées par l'article 2 de la loi n° 85-697 du 11 juillet 1985, lorsque l'associé est une personne physique et que la société n'a pas opté pour son assujettissement à l'impôt sur les sociétés ; ; - exploitations agricoles à responsabilité limitée (EARL), à associé unique ou pluripersonnelles lorsque ces sociétés n'ont pas opté pour leur assujettissement à l'impôt sur les sociétés . 180 Toutefois, les rémunérations versées par la société en nom collectif au nu-propriétaire de parts peuvent être déduites des bénéfices sociaux à la double condition : - que le nu-propriétaire ne soit pas associé en fait à l'exploitation du fonds social ; Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 7/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 - que les rémunérations versées correspondent à un travail effectif et ne présentent par un caractère exagéré. III. Rémunérations allouées au conjoint de l'exploitant individuel ou aux conjoints des membres des sociétés de personnes et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI A. Conditions de déduction 190 À la condition de correspondre à un travail effectif et de ne pas être excessives eu égard à l'importance du service rendu, la déduction du salaire du conjoint de l'exploitant individuel ou de l'associé d'une société de personnes mentionnée à l'article 8 du CGI est autorisée dans les conditions prévues à l'article 154 du CGI. L'article 154 du CGI dispose que pour la détermination des bénéfices industriels et commerciaux le salaire du conjoint participant effectivement à l'exercice de la profession peut, à la demande du contribuable, être déduit du bénéfice imposable dans certaines limites à la condition que ce salaire ait donné lieu au versement des cotisations prévues pour la sécurité sociale, des allocations familiales et autres prélèvements sociaux en vigueur. Ce salaire est rattaché, à ce titre, à la catégorie des traitements et salaires. Cette disposition est également applicable en matière de bénéfices non commerciaux et de bénéfices agricoles. 200 En vertu du II de l'article 154 du CGI, cette disposition concerne également la détermination du bénéfice des sociétés de personnes et assimilées soumises à l'impôt sur le revenu conformément aux articles 8 du CGI et 8 ter du CGI. Les sociétés de personnes concernées sont, lorsqu'elles n'ont pas opté pour l'impôt sur les sociétés : - les sociétés en nom collectif (cf. BOI-BIC-CHAMP-70-20-20 § 20 et 40) ; - les sociétés en commandite simple pour la part des bénéfices revenant aux commandités (cf. BOIBIC-CHAMP-70-20-20 § 30 et suiv.) ; - les sociétés en participation y compris les syndicats financiers à raison des droits des associés indéfiniment responsables et dont les noms et adresses ont été communiqués à l'Administration (cf. BOI-BIC-CHAMP-70-20-20 § 80 et suiv.) ; - les sociétés créées de fait dont le régime fiscal est aligné sur celui des sociétés en participation (cf. BOI-BIC-CHAMP-70-20-60) ; - les sociétés à responsabilité limitée à associé unique (EURL) instituées par la loi n° 85-697 du 11 juillet 1985 lorsque l'associé est une personne physique (cf. BOI-BIC-CHAMP-70-20-20 § 150) ; - les sociétés à responsabilité limitée et les sociétés en commandite simple de caractère familial ayant opté pour le régime fiscal des sociétés de personnes (cf. BOI-BIC-CHAMP-70-20-30) ; - les sociétés civiles ayant pour objet la construction d'immeubles en vue de la vente (cf. BOI-BICCHAMP-70-20-50). 1. Incidence du régime matrimonial des époux 210 L'article 154 du CGI ne trouve à s'appliquer que lorsque les époux sont mariés : Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 8/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 - soit sous un régime de communauté, qu'il s'agisse de la communauté légale prévue aux articles 1400 et suivants du code civil ou de la communauté conventionnelle régie par les articles 1497 et suivants du code civil ; - soit sous le régime de participation aux acquêts résultant des articles 1569 et suivants du code civil (à la dissolution du régime, chacun des époux a le droit de participer pour moitié en valeur aux acquêts nets constatés dans le patrimoine de l'autre). 220 Le Conseil d'État s'en tient, pour sa part, à une position plus rigoureuse que celle adoptée par l'Administration. La Haute Assemblée a en effet jugé que les dispositions de l'article 154 du CGI dont l'objet est de limiter à une somme forfaitaire la rémunération allouée au conjoint de l'exploitant et susceptible d'être déduite des bénéfices de l'entreprise, n'établissent aucune distinction selon le régime sous lequel les époux sont mariés (CE, arrêt du 18 décembre 1970, req. n° 77720). Cette jurisprudence a été confirmée par un nouvel arrêt (CE, arrêt du 6 décembre 1972, req. n° 82792) dans lequel la Haute Assemblée a estimé que les dispositions de l'article 154 du CGI étaient applicables à l'encontre d'époux mariés sous un régime de séparation de biens. Mais l'Administration, soucieuse de ne pas remettre en cause des situations souvent acquises de longue date, a décidé de ne pas se prévaloir des arrêts précités pour modifier sa doctrine. Par suite, les contribuables mariés sous un régime exclusif de communauté peuvent déduire de leur bénéfice imposable la totalité du salaire qu'ils versent à leur conjoint sans qu'il y ait lieu de rechercher si une telle déduction était ou non déjà pratiquée antérieurement à l'intervention de l'arrêt du 18 décembre 1970. Cette déduction ne demeure possible que dans la mesure où le salaire versé correspond à un travail effectif et n'est pas excessif eu égard à l'importance du service rendu. 2. Participation effective à la profession exercée par le conjoint 230 La rémunération admise en déduction doit être versée en contrepartie d'une participation effective du bénéficiaire à l'exercice de la profession de son conjoint. L'appréciation du caractère effectif de la participation de l'époux à l'exploitation dépend essentiellement des circonstances de fait propres à chaque affaire. On se référera à cet égard aux commentaires relatifs à l'application du 1° du 1 de l'article 39 du CGI ; cf. BOI-BIC-CHG-40-40-10 § 30 et suiv (« Notion de travail effectif »). 3. Le salaire du conjoint doit avoir donné lieu au versement de cotisations sociales. 240 Le salaire réel du conjoint, dont le montant ne peut être inférieur au salaire minimum interprofessionnel de croissance, doit avoir donné lieu au versement des cotisations prévues pour la sécurité sociale, des cotisations d'allocations familiales et des autres prélèvements sociaux en vigueur. Le Conseil d'État a jugé que ne peut se prévaloir des dispositions de l'article 154 du CGI un contribuable qui ne justifie pas le paiement des cotisations prévues pour la sécurité sociale et les allocations familiales afférentes au salaire de son conjoint, alors que, par ailleurs, la décision de la caisse primaire centrale de sécurité sociale refusant l'immatriculation du conjoint a été confirmée par la commission régionale Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 9/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 et que le pourvoi en cassation formé par le redevable intéressé a été rejeté par la Cour de cassation (CE, arrêt du 9 novembre 1959, req. n° 20681). Les règles d'assiette de l'impôt sur le revenu étant complètement indépendantes de celles qui fixent le mode de calcul des cotisations de sécurité sociale, les dispositions de l'article 154 du CGI ne peuvent pas être regardées comme étant en contradiction avec celles qui prévoient que le montant des cotisations de sécurité sociale dues par le conjoint participant à l'entreprise ou à l'activité d'un travailleur non salarié est déterminé en fonction de la rémunération dont il bénéficie. En tout état de cause, les cotisations dont il s'agit, dans la mesure où elles correspondent à la part patronale, sont admises en totalité parmi les charges que l'employeur peut déduire pour la détermination des bénéfices passibles de l'impôt sur le revenu. B. Montant de la rémunération admise en déduction 1. Les époux sont mariés sous un régime exclusif de communauté 250 Le salaire du conjoint est intégralement déductible pour la détermination du résultat fiscal de l'entreprise dans la mesure où il correspond à la rémunération normale du travail effectivement fourni. 2. Les époux ne sont pas mariés sous un régime exclusif de communauté : application de la limitation édictée par l'article 154 du CGI 260 Les limites de déduction de la rémunération du conjoint diffèrent selon que l'entreprise est ou n'est pas adhérente d'un centre de gestion agréé. L’article 12 de la loi de finances pour 2005 modifie profondément les règles de déductibilité du salaire du conjoint de l’exploitant individuel ou de l’associé d’une société de personnes mentionnée à l’article 8 du CGI. a. Entreprise non adhérente d'un centre de gestion agréé 270 La limite de déduction du salaire du conjoint est fixé à 13 800€. Il est rappelé que lorsque le conjoint effectue dans l’entreprise un horaire inférieur à la durée légale annuelle de travail, soit 1 600 heures, cette limite doit être minorée en fonction de la durée effective du travail. Sont ainsi visés les conjoints travaillant à temps partiel ou qui ont commencé leur activité en cours d’exercice. Lorsque la durée de l’exercice social est inférieure ou supérieure à douze mois, la limite de déduction doit également être ajustée, au prorata du nombre de jours de l’exercice. b. Entreprise adhérente d'un centre de gestion agréé 1° Modalités de déduction 280 Le salaire du conjoint de l’exploitant est intégralement déductible. Pour bénéficier d’une telle disposition, l’entreprise doit avoir été adhérente d’un centre de gestion agréé pendant toute la durée de l’exercice au titre duquel la déduction est pratiquée. Toutefois, cette condition n’est pas opposée si l’adhésion à un centre (ou l’agrément d’un centre postérieur à l’adhésion) intervient dans les trois premiers mois de l’exercice considéré ou en cas de retrait de l’agrément pour l’imposition de l’exercice en cours à la date de ce retrait. Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 10/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 2° Conséquences de l'application de l'article 154 du CGI sur la détermination et la répartition du résultat fiscal des sociétés de personnes et organismes assimilés mentionnés aux articles 8 du CGI et 8 ter du CGI 290 La limitation de la déduction du salaire du conjoint de l'associé d'une société visée ci-dessus s'effectue dans les mêmes conditions que pour l'entreprise individuelle. Pour une même société la limite de déduction est appliquée isolément à la rémunération allouée au conjoint de chaque associé. En vertu de l'alinéa 1 de l'article 60 du CGI, le bénéfice des sociétés de personnes est déterminé dans les conditions prévues pour les exploitants individuels, c'est-à-dire globalement au niveau de la société. Les appointements prélevés par les associés des sociétés et organismes dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI doivent être compris dans les bénéfices de l'entreprise (cf. BOI-BIC-CHAMP-70-20-10-20). Lorsqu'il est fait application de l'article 154 du CGI, le même principe est appliqué à la partie de la rémunération du conjoint de l'associé excédant la limite définie à l'article précité et réintégrée aux résultats de la société. Pour une même société la limite de déduction est appliquée isolément à la rémunération allouée au conjoint de chaque associé. Pour déterminer le montant de la part des bénéfices de chaque associé, il et tenu compte de leurs droits non seulement sur les bénéfices dégagés, mais aussi des intérêts et rémunérations passés en frais généraux et réintégrés pour la détermination des bénéfices imposables, qu'il s'agisse de la rémunération de l'associé ou de la fraction réintégrée du salaire de son conjoint. La quote-part du bénéfice attribuée à chaque associé est alors soumise à son nom à l'impôt sur le revenu. La rémunération du conjoint est soumise à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires pour la partie admise en déduction des résultats de la société. Il est rappelé que le salaire réel du conjoint doit avoir donné lieu au versement des cotisations sociales. 300 Exemples de détermination des quotes-parts de bénéfice. Une société en nom collectif qui n'adhère pas à un centre de gestion agréé est composée de deux membres A et B. L'épouse de A, salariée de cette société a perçu un salaire d'un montant de 23 400 €. L'associé A à reçu une rémunération de 30 000 € et 9 000 € d'intérêts pour sa part de capital social. L'associé B a reçu une rémunération de 45 000 € et 6 000 € d'intérêts. A est marié sous un régime de communauté. Les bénéfices et pertes sont répartis à concurrence de 60 % pour A et de 40 % pour B. Première situation. La SNC présente un solde bénéficiaire de 76 000 €. Après réintégration des rémunérations et intérêts perçus par les associés et de la fraction du salaire non déductible en application de l'article 154 du CGI (soit 23 400 € - 13 800 € = 9 600 €), le bénéfice imposable est de : 76 000 € + 30 000 € + 45 000 € + 9 000 € + 6 000 € + 9 600 € = 175 600 € Ce bénéfice doit être réparti comme suit : Au nom de A : a. 30 000 € + 9 000 € + (76 000 € x 60/100) 84 600 € b. Fraction du salaire de son conjoint 9 600 € Soit 94 200 € Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 11/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Au nom de B : 45 000 € + 6 000 € + (76 000 € x 40/100) 81 400 € Dans ces conditions, le foyer fiscal A sera soumis à l'impôt sur : - 94 200 € dans la catégorie des BIC ; - 13 800 € dans la catégorie des traitements et salaires. Deuxième situation. La SNC fait apparaître un déficit de 45 000 €. Après réintégration des rémunérations, intérêts et fraction du salaire du conjoint, le bénéfice s'élève à : 99 600 € - 45 000 € = 54 600 € Ce bénéfice doit être réparti comme suit : Au nom de A : a. 30 000 € + 9 000 € - (45 000 € x 60/100) 12 000 € b. Fraction du salaire de son conjoint 9 600 € Soit 21 600 € Au nom de B : 45 000 € + 6 000 € - (45 000 € x 40/100) 33 000 € Dans ces conditions, le foyer fiscal A sera soumis à l'impôt sur : - 21 600 € dans la catégorie des BIC ; - 13 800 € dans la catégorie des traitements et salaires. c. Modalités d'imposition de la rémunération allouée au conjoint 310 Sur ce point il convient de se reporter au BOI-IR BASE. IV. Rémunération des enfants de l'exploitant individuel et des conjoints de ceux-ci A. Rémunérations 320 Les rémunérations allouées par l'exploitant à ses enfants et aux conjoints de ceux-ci peuvent, d'une manière générale, être admises en déduction dans la mesure où elles correspondent au travail effectivement fourni et à condition qu'elles leur soient réellement versées. Ainsi le Conseil d'État a-t-il jugé que les appointements alloués aux enfants ou à leurs conjoints ne sont susceptibles d'être admis en déduction que si et dans la mesure où ils ne présentent pas d'exagération, celle-ci pouvant ressortir notamment de la comparaison avec les salaires généralement alloués dans la région pour des emplois analogues et avec la rentabilité de l'entreprise (CE, arrêt du 14 février 1944, req. n° 73045, RO, p. 37). B. Gratifications et participations aux bénéfices 330 Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Page 12/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Les gratifications et participations aux bénéfices allouées par un commerçant ou un industriel à ses enfants ainsi que, le cas échéant, aux autres membres de sa famille, peuvent, en principe, être admises en déduction au même titre que les salaires et appointements proprement dits à condition toutefois qu'elles soient justifiées par la nature des services rendus et qu'en tout état de cause le total des sommes versées aux intéressés -salaire fixe et gratification ou participation- ne soit pas exagéré par comparaison avec la rémunération normalement attribuée dans la région aux salariés occupant des emplois analogues. Le Conseil d'État a jugé que devaient être regardées comme exagérées et présentant en partie le caractère de libéralité des gratifications allouées lors de l'établissement du bilan par un exploitant individuel à ses deux fils employés dans son entreprise. Ces gratifications qui étaient accordées, non en exécution d'un contrat de travail mais en fonction des résultats de l'exercice, représentaient trois fois environ le montant des salaires régulièrement perçus par les intéressés au cours de l'année et n'avaient d'ailleurs été remises aux bénéficiaires que deux ans après leur inscription au passif du bilan de l'entreprise (CE, arrêt du 8 décembre 1965, req. n° 62686, RO, p. 453). C. Dépenses de nourriture et d'entretien 1. Dépenses déductibles 340 Les dépenses supportées par un contribuable pour la nourriture de ses enfants majeurs travaillant dans son exploitation représentent un salaire en nature et peuvent être comprises à ce titre parmi les charges d'exploitation (CE, arrêt du 20 mars 1939, req. n° 62387, RO, p. 152). Les sommes à déduire à ce titre doivent, en principe, correspondre à la valeur réelle de la nourriture. Toutefois, il y a lieu d'admettre l'évaluation forfaitaire de l'avantage en nature telle qu'elle est fixée pour l'application de la législation sur la Sécurité sociale. 2. Dépenses non déductibles 350 Lorsque les enfants travaillant avec le père sont mineurs, les dépenses de nourriture et d'entretien correspondent à l'exécution d'une obligation naturelle et ne sauraient dès lors être regardées comme un salaire en nature déductible. L'exploitant est, dans ce cas, seulement en droit de compter ses enfants à charge pour l'assiette de l'impôt sur le revenu (CE, arrêt du 20 mars 1939, req. n° 62387, RO, p. 152 ). V. Rémunération des autres membres de la famille de l'exploitant individuel ou de l'associé de sociétés de personnes et assimilées dont les bénéfices sont imposés dans les conditions fixées par l'article 8 du CGI 360 Les appointements servis aux parents ou alliés sont admis en déduction pour la détermination du résultat fiscal au même titre que ceux servis aux autres employés sous réserve qu'ils correspondent à un travail effectivement fourni et ne soient pas excessifs par rapport à l'importance du service rendu (cf. BOI-BIC-CHG-40-40-10). Identifiant juridique : BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Date de fin de publication : 27/05/2013 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 13/13 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1022-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHG-40-50-10-20120912 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Page 1/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 DGFIP BIC – Réductions et crédits d'impôt – Crédits d'impôt – Crédit d'impôt recherche – Dépenses de recherche éligibles – Dépenses de personnel et de fonctionnement Positionnement du document dans le plan : BIC - Bénéfices industriels et commerciaux Réductions et crédits d'impôt Titre 1 : Crédits d'impôt Chapitre 1 : Crédit d'impôt recherche Section 2 : Dépenses de recherche éligibles Sous-section 2 : Dépenses de personnel et dépenses de fonctionnement Sommaire : I. Dépenses de personnel afférentes aux chercheurs et techniciens de recherche A. Principes applicables B. Application aux dépenses de conception de logiciels C. Personnes titulaires d'un doctorat II. Autres dépenses de fonctionnement A. Dépenses engagées avant le 1er janvier 2011 B. Dépenses engagées à compter du 1er janvier 2011 I. Dépenses de personnel afférentes aux chercheurs et techniciens de recherche A. Principes applicables 1 Le b de l'article 49 septies I de l'annexe III au CGI précise que les dépenses de personnel, afférentes aux chercheurs et techniciens de recherche (BOI-BIC-RICI-10-10-10-30), retenues pour déterminer Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 2/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 le crédit d'impôt comprennent les rémunérations et leurs accessoires, ainsi que les charges sociales dans la mesure où celles-ci correspondent à des cotisations obligatoires. 10 Sont donc pris en compte : - les salaires proprement dits ; - les avantages en nature ; - les primes ; - les rémunérations supplémentaires et justes prix mentionnés aux 1 et 2 de l'article L. 611-7 du code de la propriété intellectuelle, au profit des salariés auteurs d'une invention résultant d'une opération de recherche ; - et les cotisations sociales obligatoires. AVERTISSEMENT Les commentaires figurant au paragraphe 15 du présent document font l'objet d'une consultation publique du 01 avril 2015 au 12 avril 2015 inclus pour permettre aux personnes intéressées d'adresser leurs remarques éventuelles à l'administration. Ces remarques doivent être formulées par courriel adressé à l'adresse suivante : bureau.b2-dlf@dgfip.finances.gouv.fr. Seules les contributions signées seront examinées. Dès la présente publication vous pouvez vous prévaloir de ces commentaires jusqu'à leur éventuelle révision à l'issue de la consultation. 15 Par cotisations sociales obligatoires, il faut entendre les cotisations patronales légales ou conventionnelles à caractère obligatoire versées par l'entreprise, assises sur des éléments de rémunération éligibles au CIR et ouvrant directement droit, au profit des personnels concernés ou leurs ayant-droits, à des prestations et avantages. Il s'agit: 1/ des cotisations sociales de base dues au titre des assurances sociales : - les cotisations dues au titre des assurances maladie, maternité, invalidité et décès (Code de la sécurité sociale (CSS), art. L. 241-2), - les cotisations dues au titre de l'assurance vieillesse et de l'assurance veuvage (CSS, art. L. 241-3), - les cotisations dues au titre des accidents de travail et des maladies professionnelles (CSS, art. L. 241-5) - les cotisations dues au titre des allocations familiales (CSS, art. L. 241-6). 2/ des cotisations dues au titre du régime d'assurance chômage : - les cotisations dues au titre de l'assurance chômage (Code du travail (C.trav), art. L. 5422-13) ; - les cotisations dues au titre de l'association pour la gestion du régime d'assurance des créances des salariés (AGS) (C.trav, art L.3253-6) ; 3/ des cotisations dues au titre de la retraite complémentaire légale obligatoire prévue par les dispositions légales et réglementaires ou par les accords nationaux interprofessionnels régissant ces régimes : - les cotisations dues au titre de l'assurance vieillesse complémentaire en faveur des salariés non cadres (régime Arrco institué par l'accord collectif du 8 décembre 1961 en faveur des salariés non cadres), parmi lesquelles sont incluses les cotisations dues au titre au titre de la garantie minimale de points (GMP) ; Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 3/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 - les cotisations dues au titre de l'assurance vieillesse complémentaire pour les cadres (régime Agirc institué par la convention collective du 14 mars 1947 en faveur des cadres), parmi lesquelles sont incluses les cotisations dues au titre au titre de la garantie minimale de points (GMP) ; - les cotisations dues à l’association pour la gestion du fonds de financement (AGFF). 4/ des contributions versées par l'employeur au titre des régimes de prévoyance complémentaire : Sont ainsi visés les versements au titre des garanties collectives dont bénéficient les salariés en complément de celles qui résultent de l'organisation de la sécurité sociale, telles que visées aux articles L.911-1 et suivants du CSS (en matière de santé, de retraite supplémentaire, de risques invalidité, décès,...) et qui sont rendus obligatoires en vertu : - soit d'une disposition légale (par exemple, les versements au titre d'une couverture complémentaire en matière de santé en application de l'article 1er de la loi n° 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi) ; - soit des dispositions conventionnelles prévues par le code du travail: convention collective et accords de groupe, d'entreprise et d'établissement, convention de branche, accord professionnel ou interprofessionnel. AVERTISSEMENT Les commentaires figurant au paragraphe 20 du présent document font l'objet d'une consultation publique du 01 avril 2015 au 12 avril 2015 inclus pour permettre aux personnes intéressées d'adresser leurs remarques éventuelles à l'administration. Ces remarques doivent être formulées par courriel adressé à l'adresse suivante : bureau.b2-dlf@dgfip.finances.gouv.fr. Seules les contributions signées seront examinées. Dès la présente publication vous pouvez vous prévaloir de ces commentaires jusqu'à leur éventuelle révision à l'issue de la consultation. 20 Sont au contraire exclus les versements suivants dus par l’employeur qui ne sont pas assis sur des éléments de rémunération éligibles au CIR ou sont sans contrepartie directe pour les personnels de recherche concernés, soit: - les cotisations et contributions correspondant à des impositions de toute nature telles que la contribution générale de solidarité (CSG), la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), la contribution solidarité autonomie et la contribution exceptionnelle associée visées à l’article L.14-10-4 du code de l’action sociale et des familles, les taxes assises sur les salaires (taxe d'apprentissage, participation des employeurs au développement de la formation professionnelle continue et à l'effort de construction, la contribution au développement de l'apprentissage et la contribution supplémentaire à l'apprentissage), la contribution patronale visée à l’article L. 137-13 du CSS, le forfait social prévu à l'article L. 137-15 du CSS, la cotisation au fonds national d'aide au logement en application de l'article L.834-1 du CSS, le versement transport prévu à l'article L. 2531-2 du code général des collectivités locales ; - les versements suivants : les subventions versées pour le fonctionnement du comité d'entreprise, les contributions au financement des organisations professionnelles et des organisations syndicales, la contribution versée à l'association pour l'emploi des cadres (APEC) prévue par la convention APEC du 18 novembre 1966, les contributions versées à la médecine du travail (C.trav, art. L. 4622-6), la contribution exceptionnelle temporaire (CET) versée à l'AGIRC et visée à l’article 2 de l'annexe III à la convention collective nationale de retraite et de prévoyance des cadres du 14 mars 1947, la contribution AGEFIPH (C.trav, art. L. 5212-9), la contribution sur les avantages de préretraite prévue à l'article L. 137-10 du CSS. Les autres dépenses de personnel qui sont prises en compte pour le calcul du crédit d'impôt dans le cadre des dépenses de fonctionnement sont également exclues (cf. II-B § 120). 30 Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 4/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 RES n° 2014/02 du 04 avril 2014 (modification partielle du RES n°2009/53 du 15 septembre 2009) : Prise en compte dans l'assiette de calcul du crédit d'impôt pour dépenses de recherche des rémunérations allouées aux dirigeants non salariés qui participent personnellement aux travaux de recherche de l'entreprise qu'ils dirigent. Question : Les rémunérations allouées aux dirigeants non salariés qui participent personnellement aux travaux de recherche de l'entreprise qu'ils dirigent peuventelles être prises en compte dans l'assiette de calcul du crédit d'impôt pour dépenses de recherche (CIR) ? Réponse : En application du b du II de l'article 244 quater B du CGI, sont éligibles au CIR les dépenses de personnel afférentes aux chercheurs et techniciens de recherche directement et exclusivement affectés à ces opérations. A cet égard, l'article 49 septies I de l'annexe III au CGI précise que sont prises en compte au titre des dépenses de personnel, les rémunérations et leurs accessoires ainsi que les charges sociales, dans la mesure où celles-ci correspondent à des cotisations sociales obligatoires. Par ailleurs, en application du c du II de l'article 244 quater B du CGI, sont également éligibles, les « autres dépenses de fonctionnement » fixées forfaitairement à la somme de 75 % des dotations aux amortissements mentionnées au a du II de l'article 244 quater B du CGI et de 50 % des dépenses de personnel mentionnées à la première phrase du b et au b bis du II de l'article 244 quater B du CGI. En outre, il est précisé au II de l'article 244 quater B du CGI que, pour pouvoir être incluses dans la base de calcul du crédit d'impôt recherche, les dépenses doivent être retenues pour la détermination du résultat imposable à l'impôt sur le revenu ou à l'impôt sur les sociétés dans les conditions de droit commun. En d'autres termes, la charge correspondante doit être fiscalement déductible. Ainsi, comme cela a été indiqué par courrier de la ministre chargée de l'économie en réponse à un parlementaire le 9 octobre 2008, les rémunérations des dirigeants qui participent effectivement et personnellement aux projets de recherche éligibles au CIR peuvent être comprises dans la base de calcul de ce crédit d'impôt, à condition qu'elles constituent des charges déductibles du résultat imposable de l'entreprise. Il en résulte les modalités d'application suivantes : 1°) Cas des entreprises soumises à l'impôt sur les sociétés En application de ce principe, il est ainsi admis que les dépenses de personnel concernant des gérants majoritaires (rémunération relevant de l'article 62 du CGI) exposées par des sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés peuvent être incluses dans l'assiette du CIR. En effet, ni les textes applicables ni la doctrine ne réduisent aux seules dépenses de personnel salarié les dépenses de personnel éligibles. Bien entendu, pour être prises en compte dans l'assiette du crédit d'impôt recherche, les rémunérations des dirigeants doivent répondre aux mêmes conditions que celles posées pour être déductibles du résultat fiscal et seule la rémunération ayant trait à l'activité de recherche, à l'exclusion de celle qui se rapporte à l'exercice des fonctions de dirigeant, peut être retenue dans l'assiette du crédit d'impôt recherche. Exemple : Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 5/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Soit une SARL A soumise à l'IS ayant réalisé les dépenses de recherche suivantes au titre de l'exercice N : - Montant des dotations aux amortissements : 10 000 € - Montant des dépenses de personnel engagées (rémunérations et charges sociales) : • rémunération allouée au gérant majoritaire à concurrence des travaux de recherche auxquels il participe personnellement et charges sociales correspondantes : 60 000 € • salaires et charges sociales des autres chercheurs : 300 000 € • Total : 360 000 € - dépenses de fonctionnement : 10 000 x 75 % + 360 000 x 50 % = 187 500 € - Autres dépenses de recherche engagées : 470 000 € - Assiette du CIR : 10 000 + 360 000 + 187 500 + 470 000 = 1 027 500 € - Montant du CIR (taux applicable : 30 %) = 308 250 € 2°) Cas des entreprises dont les bénéfices sont imposés à l'impôt sur le revenu Les rémunérations des dirigeants d'entreprises individuelles ou des associés de sociétés soumises au régime fiscal des sociétés de personnes, à l'instar des SARL de famille ou des EURL qui n'ont pas opté pour l'impôt sur les sociétés, constituent une modalité particulière de répartition du résultat de l'entreprise et, à ce titre, ne sont pas des charges déductibles du résultat imposable. La rémunération allouée à ces dirigeants ou associés n'est donc pas prise en compte dans l'assiette du CIR au titre des dépenses de personnel (voir notamment en ce sens, l'arrêt du Conseil d'État n° 221133 du 28 mai 2001). Toutefois, pour ne pas pénaliser les petites entreprises dont le dirigeant participe lui-même aux projets de recherche, il est admis de retenir, pour le calcul de la part du forfait des frais de fonctionnement relative aux dépenses de personnel, un forfait représentatif de la participation personnelle des dirigeants d'entreprises individuelles et des associés de sociétés soumises au régime fiscal des sociétés de personnes aux opérations de recherche de l'entreprise, égal au salaire moyen d'un cadre tel qu'il est établi à partir des données statistiques de l'INSEE et du ministère chargé du travail, dans la limite de la rémunération qu'ils se sont effectivement attribuée. Le salaire moyen annuel à retenir correspond au dernier salaire net annuel moyen des cadres dans le privé et le semi-public, connu à la date de clôture de l'exercice. Cette donnée est disponible sur le site internet de l'INSEE en suivant les rubriques suivantes : - Thèmes ; - Revenus – Salaires ; - Salaires et revenus d'activité ; - Salaire net annuel moyen des cadres dans le privé et le semi-public ; - Chiffre indiqué au croisement de la ligne et de la colonne dénommées « Ensemble », soit 47 600 € dans le tableau établi à partir des chiffres de l'année 2008, quel que Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 6/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 soit le secteur d'activité, l'effectif de l'entreprise et la région. Ce montant doit être majoré d'un coefficient représentatif de charges sociales de 1,35. La part de résultat maximale qui doit être ajoutée aux autres dépenses de personnel de l'entreprise est donc, à titre d'exemple, pour un crédit d'impôt calculé au titre des dépenses exposées en 2010 (exercice clos le 31/12/2010), de 66 701 €. Détail du calcul : 47 600 x 1,35 x (103,8/100) = 66 701 ; en effet, en décembre 2010, l'indice de variation des salaires mensuels de base des cadres pour l'ensemble des secteurs non agricoles (indice base 100 en décembre 2008) est égal à 103,8 ; cf. site de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) du ministère chargé du travail. Cette donnée devra être actualisée au moyen de l'indice de variation des salaires mensuels de base des cadres figurant sur le site internet du ministère chargé du travail. Ce montant s'applique par dirigeant ou associé, quel que soit le nombre de projets auquel il participe. Exemple : Soit une EURL B n'ayant pas opté pour l'IS dont l'associé unique est une personne physique qui exerce les fonctions de gérant et participe personnellement aux travaux de recherche de la société. Celui-ci s'octroie une rémunération de 70 000 € (non déductible du résultat fiscal) au titre de ses fonctions de chercheur : - Montant des dépenses de personnel engagées et éligibles au CIR : (rémunérations et charges sociales allouées aux chercheurs salariés) : 150 000 € - Montant des dotations aux amortissements éligibles au CIR = 10 000 € - Dépenses de fonctionnement éligibles : 10 000 x 75 % + (150 000 + 66 701) x 50 % = 115 850 € Remarque : Rémunération retenue pour le gérant participant aux travaux de recherche : on retient la plus faible des deux sommes entre la rémunération réelle et le forfait de 66 701 €. - Autres dépenses de recherche engagées : 235 250 € - Assiette du CIR : 10 000 + 150 000 + 115 850 + 235 250 = 511 100 € - Montant du CIR (taux applicable : 30 %) : 511 100 € x 30 % = 153 330 € 40 RES n° 2012/37 (FE) du 10 juillet 2012 : Crédit d'impôt recherche - dépenses de personnel Question : Dans le cas d'une société ne disposant pas de personnel exclusivement affecté aux opérations de recherche, la rémunération de chaque salarié affecté pour partie à des opérations de production et pour partie à des opérations de recherche n'est prise en compte pour le bénéfice du crédit d'impôt recherche prévu à l'article 244 quater B du CGI qu'au prorata de l'affectation de son temps de travail aux opérations de recherche. Quelles sont les modalités de détermination de ce prorata d'affectation ? Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 7/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Réponse : Conformément aux dispositions de l'article 244 quater B du code général des impôts (CGI), sont prises en compte dans la base de calcul du crédit d'impôt recherche (CIR) les dépenses de personnel afférentes aux chercheurs et techniciens de recherche directement et exclusivement affectés aux opérations de recherche. L'article 49 septies I de l'annexe III au CGI prévoit que pour la détermination des dépenses de recherche visées au b du II de l'article 244 quater B du CGI, il y a lieu de retenir les rémunérations et leurs accessoires ainsi que les charges sociales, dans la mesure où celles-ci correspondent à des cotisations sociales obligatoires. Conformément au BOI-BIC-RICI-10-10-10-30 au IV § 70, dès lors que les chercheurs et techniciens de recherche sont directement et exclusivement affectés aux opérations de recherche au sein d'un département de recherche, leurs rémunérations sont prises en compte pour la totalité de leur montant dans la base de calcul du CIR. Selon les dispositions de l'article L. 242-1 du CSS, pour le calcul des cotisations des assurances sociales, des accidents du travail et des allocations familiales, sont considérées comme rémunérations toutes les sommes versées aux travailleurs en contrepartie ou à l'occasion du travail, notamment les salaires ou gains, les indemnités de congés payés, les montant des retenues pour cotisations ouvrières, les indemnités, primes, gratifications et tous les avantages en argent, les avantages en nature, ainsi que les sommes perçues directement par l'entremise d'un tiers à titre de pourboire. En conséquence, dès lors que le personnel de recherche est directement et exclusivement affecté aux opérations de recherche, les rémunérations afférentes à ce personnel sont intégralement prises en compte pour la détermination du CIR, y compris le montant total des indemnités de congés payés versé à ce personnel, sous réserve du respect des autres conditions d'éligibilité prévues à l'article 244 quater B précité. Lorsque le personnel de recherche est affecté à temps partiel aux opérations de recherche, les rémunérations y compris les indemnités de congés payés, versées à ce personnel sont prises en compte pour la détermination du CIR au prorata du temps effectivement consacré à ces opérations (temps réellement et exclusivement passé à la réalisation d'opérations de recherche), toute détermination forfaitaire étant exclue. Ce prorata d'affectation permettant de déterminer la part de rémunération des personnels non affectés exclusivement à des opérations de recherche prise en compte dans la base de calcul du CIR, est donc calculé en rapprochant le nombre d'heures (ou jours) consacrés à la recherche par rapport au total d'heures travaillées. Ce prorata est ensuite appliqué à la totalité du salaire des personnels concernés dès lors qu'il constitue la contrepartie des heures travaillées y compris des congés payés. Exemple : Soit une entreprise employant un salarié affecté pour 50 % de son temps de travail à des opérations de recherche et 50 % de son temps de travail à des opérations de production. Le salarié travaille 35 H par semaine pendant 47 semaines de travail et bénéficie de 5 semaines de congés payés. Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 8/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Sa rémunération brute annuelle est de 120 000 €. Le montant de la dépense de personnel à prendre en compte pour le calcul du CIR sera égal à 60 000 € dès lors que le temps de travail consacré aux opérations de recherche est de 50 % et qu'il convient d'appliquer ce pourcentage à la rémunération brute annuelle de 120 000 € comprenant les indemnités de congés payés. B. Application aux dépenses de conception de logiciels 50 Pour l'essentiel, les dépenses de conception de logiciels sont constituées de dépenses de personnel. Seules les quotes-parts de salaires correspondant à l'activité de conception de logiciels assimilables à des opérations de recherche et de développement (cf. BOI-BIC-RICI-10-10-10-20 au § 1) sont éligibles. Aux termes de l'article 244 quater B du CGI et de l'article 49 septies G de l'annexe III du CGI et de l'article 49 septies I de l'annexe III du CGI, seuls sont pris en compte les salaires, charges sociales incluses, des chercheurs et techniciens. Les salaires des personnels administratifs et de soutien sont donc exclus des bases de calcul du crédit d'impôt. C. Personnes titulaires d'un doctorat 60 Les dépenses de personnel qui se rapportent à des personnes titulaires d'un doctorat tel que défini à l'article L. 612-7 du code de l'éducation, ou d'un diplôme équivalent, sont prises en compte pour le double de leur montant pendant les vingt quatre premiers mois suivant leur premier recrutement à condition que le contrat de travail de ces personnes soit à durée indéterminée et que l'effectif salarié de l'entreprise ne soit pas inférieur à celui de l'année précédente (Il convient de comparer l'effectif moyen de l'année de l'embauche à l'effectif moyen de l'année précédente; l'effectif moyen de référence est l'effectif moyen global de l'entreprise et non celui directement et exclusivement affecté aux opérations de recherche). Pour les crédits d'impôt calculés au titre des dépenses exposées à compter du 1er janvier 2014, le bénéfice du régime précité est subordonné au maintien de l'effectif du personnel de recherche salarié de l'entreprise et non plus au maintien de l'effectif salarié global de l'entreprise: dorénavant, l'effectif moyen de référence est donc l'effectif directement et exclusivement affecté aux opérations de recherche (article 71 de la loi n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014). Le doctorat est un titre sanctionnant une expérience de recherche ainsi que la rédaction et la soutenance d'un mémoire ou d'une thèse. Ce diplôme national est l’unique diplôme de niveau Bac + 8, plus haut niveau du référentiel européen de Bologne (dit « 3-5-8 » ou « LMD » en France). Ne sont donc pris en compte que les titres et diplômes conférant le grade de docteur ou leur équivalent international (Ph.D…), excluant ainsi les diplômes d’Etat de docteur (médecine, pharmacie, vétérinaire, dentiste). En effet, l’obtention d’un doctorat d'exercice ou doctorat professionnel, n'est pas liée à un travail de recherche mais à l'aboutissement d'un cycle de formation à un métier (les titulaires de doctorats d'exercice souhaitant poursuivre leur carrière académique doivent préalablement effectuer une thèse de doctorat). Remarque : Par "diplôme équivalent", il y a lieu d'entendre un diplôme de même niveau que le doctorat obtenu dans un autre pays. La notion de " premier recrutement " s'apprécie non pas au niveau de l'entreprise mais au niveau du " jeune docteur ". Ainsi, par « premier recrutement », il convient d'entendre le premier contrat de travail à durée indéterminée (CDI) conclu postérieurement à son doctorat par un « jeune docteur » à condition que Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 9/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 ce dernier soit directement et exclusivement affecté à des opérations de recherche scientifique et technique (cf. I-C § 70). Remarque : Le premier contrat à durée indéterminée conclu postérieurement au doctorat n'est pas considéré comme un "premier emploi" ouvrant droit à une prise en compte des salaires et charges sociales pour le double de leur montant lorsque, entre l'obtention de son doctorat et la conclusion du CDI avec l'entreprise, le docteur a exercé une activité salariée au sein d'un organisme public sous un statut équivalent à un CDI (statut de fonctionnaire dans une université par exemple). 70 Les personnes concernées doivent être affectées exclusivement et directement à des opérations de recherche scientifique et technique. Lorsque les « jeunes docteurs » sont affectés à temps partiel ou en cours d'année à des opérations de recherche, les salaires pris en compte dans le calcul du crédit d'impôt recherche sont proratisés en fonction du temps effectivement consacré à ces opérations. Les entreprises doivent pouvoir établir, avec précision et rigueur, le temps réellement et exclusivement passé à la réalisation d'opérations de recherche, toute détermination forfaitaire étant exclue. 80 Il est précisé que les opérations de fusions, scissions, apports partiels d'actif ou opérations assimilées n'ont aucun effet sur le point de départ du délai de vingt-quatre mois. Ainsi, en cas de transfert de personnel comprenant de “jeunes docteurs” et consécutif à une opération de restructuration, le 1er recrutement est considéré comme ayant été effectué par la société scindée, absorbée ou apporteuse. 90 En outre, dans le cas où, avant l'obtention de son doctorat, le jeune docteur a déjà conclu à durée indéterminée (CDI) dans l'entreprise, le premier recrutement est réputé avoir lieu, en l'absence de conclusion d'un nouveau CDI : - à la date à laquelle a été signé un avenant au CDI initial reconnaissant la qualité de jeune docteur suite à l'obtention du doctorat, - ou à la date prévue dans une clause du CDI initial qui détermine la reconnaissance de la qualité de jeune docteur suite à l'obtention du doctorat, sans que cette date puisse être antérieure à l'obtention effective du doctorat. II. Autres dépenses de fonctionnement A. Dépenses engagées avant le 1er janvier 2011 100 Le montant des dépenses de fonctionnement éligibles au crédit d'impôt est fixé forfaitairement à 75 % du montant : - des dépenses de personnel afférentes aux chercheurs et techniciens de recherche affectés directement et exclusivement aux opérations de recherche (CGI, art. 244 quater B, II-b et c et CGI, annx III, art. 49 septies I, b; RES n° 2010/06 et n° 2010/59 au BOI-BIC-RICI-10-10-10-30, et I-A § 30); - et des rémunérations supplémentaires et justes prix mentionnés aux 1 et 2 de l’article L. 611-7 du code de la propriété intellectuelle, au profit des salariés auteurs d’une invention résultant d’opérations de recherche (CGI, art. 244 quater B, II-b bis et c). Ce montant est porté à 200 % des dépenses de personnel se rapportant aux jeunes docteurs pendant les 24 premiers mois suivant leur premier recrutement à la condition que le contrat de travail de ces personnes soit à durée indéterminée et que l’effectif salarié de l’entreprise ne soit pas inférieur à celui de l’année précédente (CGI, art. 244 quater B, II-b et c). 110 Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Page 10/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Cas particulier des entreprises dont les bénéfices sont imposés à l'impôt sur le revenu : prise en compte au titre des frais de fonctionnement d'une rémunération théorique du chef d'entreprise (cf. IA § 30). B. Dépenses engagées à compter du 1er janvier 2011 120 En application du c du II de l’article 244 quater B du CGI, le forfait de calcul des frais de fonctionnement relatif aux opérations de recherche est désormais évalué forfaitairement à la somme de : - 75 % des dotations aux amortissements des immobilisations affectées directement aux activités de recherche (CGI, art. 244 quater B, II-a) et ; - 50% des dépenses de personnel afférentes aux chercheurs et techniciens de recherche directement et exclusivement affectés aux opérations de recherche et des rémunérations supplémentaires et justes prix allouées aux salariés auteurs d’une invention résultant d’opérations de recherche. 130 Le montant des frais de fonctionnement égal à 200 % des dépenses de personnel relatives aux personnes titulaires d'un doctorat tel que défini à l'article L. 612-7 du code de l'éducation, ou d'un diplôme équivalent, au titre des 24 premiers mois suivant leur premier recrutement n’est pas modifié. En revanche, au delà de cette période, les dépenses de fonctionnement relatives aux dépenses de personnel des jeunes docteurs sont calculées au taux de 50 %. Le bénéfice du taux de 200 % est subordonné au maintien de l'effectif du personnel de recherche salarié de l'entreprise et non plus au maintien de l'effectif salarié de l'entreprise. Ces dispositions s'appliquent aux crédits d'impôt calculés au titre des dépenses exposées à compter du 1er janvier 2014 (cf. I-C § 60). 140 Pour les dépenses liées à l’élaboration de nouvelles collections exposées par les entreprises industrielles du secteur textile-habillement-cuir, le montant des autres dépenses de fonctionnement reste fixé à 75% des dépenses de personnel mentionnées au 1° du h du II de l'article 244 quater B du CGI. 150 Exemple : Une entreprise a exposé en N les dépenses de recherche suivantes relatives aux immobilisations et au personnel affectés aux opérations de recherche : Dépenses de recherche exposées Montant des dépenses éligibles au crédit d'impôt Frais de fonctionnement à prendre en compte dans l'assiette de calcul du crédit d'impôt Dotations aux amortissements des immobilisations affectées à la recherche 200 000 € 200 000 x 75 % = 150 000 € Dépenses de personnel afférentes aux chercheurs et techniciens de recherche 500 000 € 500 000 x 50% = 250 000 € Rémunérations et justes prix au profit des salariés inventeurs 30 000 € 30 000 x 50 % = 15 000 € Identifiant juridique : BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Date de publication : 01/04/2015 Date de fin de publication : 06/05/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 11/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/6498-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-RICI-10-10-20-20-20150401 Dépenses de personnel relatives à des jeunes docteurs (premiers recrutements en tant que jeunes docteurs en janvier N-1) 120 000 x 2 = 240 000 € 120 000 x 200 %(1) = 240 000 € TOTAL 970 000 € 655 000 € (1) : le taux forfaitaire de 200 % s'applique au montant des dépenses de personnel réellement engagées et non au double de leur montant. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-ANNX-000120-20130624 Page 1/2 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2105-PGP.html?identifiant=BOI-ANNX-000120-20130624 Date de publication : 24/06/2013 DGFIP autres annexes ANNEXE - BIC - IS - Impôts et taxes déductibles (liste non exhaustive) Remarque préalable : Il s'agit des contributions, cotisations, droits, prélèvements, redevances, taxes, versements à la charge de l'entreprise dont la déduction n'est pas expressément interdite par la loi. Ce sont notamment: - l'imposition forfaitaire annuelle (IFA) ; - les taxes foncières ainsi que les taxes annexes afférentes aux immeubles non bâtis et bâtis figurant à l'actif ; - la contribution économique territoriale, les taxes annexes et additionnelles (lorsque la contribution économique territoriale - y compris les taxes annexes ou additionnelles - a donné ou donne lieu à plafonnement, elle n'est déductible que dans la limite du montant plafonné. Il en est de même lorsque le redevable a réduit le solde de la cotisation foncière des entreprises du dégrèvement attendu au titre dudit plafonnement) ; - la taxe sur les salaires ; - la taxe d'apprentissage et la cotisation complémentaire à cette taxe ; - la cotisation représentative de la participation des employeurs au développement de la formation professionnelle continue (y compris la majoration de 50 % applicable lorsque le comité d'entreprise n'a pas été consulté ; - la cotisation de 2 % due par les employeurs qui n'ont pas réalisé l'investissement obligatoire dans la construction ; - le prélèvement relatif à la construction navale (CGI, art. 39, 1-4° bis) ; - les taxes sur le chiffre d'affaires et les taxes spéciales perçues comme les taxes sur le chiffre d'affaires ; - les droits de douane autres que ceux grevant les immobilisations ou dont il a déjà été tenu compte lors de la comptabilisation des achats ; - les contributions indirectes ; Identifiant juridique : BOI-ANNX-000120-20130624 Date de publication : 24/06/2013 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 2/2 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2105-PGP.html?identifiant=BOI-ANNX-000120-20130624 - les droits d'enregistrement et la taxe de publicité foncière ; - les droits de timbre ; - la taxe sur les véhicules de tourisme des sociétés (TVS) acquittée par les sociétés de personnes non passibles de l'impôt sur les sociétés ; - la contribution sociale de solidarité et la taxe d'aide au commerce et à l'artisanat (déductibles des résultats de l'exercice en cours au 1er janvier de l'année au titre de laquelle la contribution ou la taxe est effectivement due) [CGI, art. 39, 1-6°] ; - le versement destiné aux transports en commun institué dans certaines agglomérations ; - les redevances communale et départementale des mines ; - la taxe annuelle sur les locaux à usage de bureaux perçue dans la région Île-de-France ; - la taxe sur les excédents des provisions des entreprises d'assurance. Commentaire(s) renvoyant à ce document : BIC - Produits et stocks - Produits exceptionnels - Profits autres que les subventions et les indemnités Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 Page 1/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5511-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 Date de publication : 30/08/2013 DGFIP RSA - Champ d'application - Éléments du revenu imposable - Revenus accessoires - Autres prestations à caractère social Positionnement du document dans le plan : RSA - Revenus salariaux et assimiles Champ d'application des traitements, salaires et revenus assimilés Titre 2 : Éléments du revenu imposable Chapitre 3 : Revenus accessoires Section 3 : Autres prestations à caractère social Sommaire : I. Rémunération garantie allouée aux personnes handicapées et garantie de ressources en leur faveur II. Allocations versées volontairement par l'entreprise en fonction de la situation personnelle ou familiale du salarié A. Primes ou gratifications de mariage, de naissance et autres allocations de caractère social B. Allocations familiales payées par l'entreprise en sus des obligations légales C. Appointements et gratifications servis aux salariés en cas de mobilisation D. Aide financière versée aux salariés employant du personnel à leur domicile 1. Modalités d'application a. Bénéficiaires b. Services aidés c. Modalités de versement et montant de l'aide 2. Régime fiscal 3. Obligations déclaratives I. Rémunération garantie allouée aux personnes handicapées et garantie de ressources en leur faveur 1 L'article L. 243-4 du code de l'action sociale et des familles (CASF), dispose que tout travailleur handicapé accueilli dans un établissement ou service relevant du a du 5° du I de l'article L. 312-1 du Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 Date de publication : 30/08/2013 Page 2/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5511-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 CASF a droit à une rémunération garantie versée par l'établissement ou le service d'aide par le travail (ESAT) qui l'accueille et qui tient compte du caractère à temps plein ou à temps partiel de l'activité qu'il exerce. Cette rémunération garantie, composée d'une part financée par l'ESAT et d'une part financée par l'Etat ("aide au poste"), constitue un revenu imposable dans la catégorie des traitements et salaires. Lorsque les intéressés exercent leur activité dans un ESAT, il n'y a pas lieu d'imputer sur le montant global de la rémunération perçue la participation des intéressés aux frais d'hébergement, d'entretien et de nourriture. 5 La prime d'intéressement versée, le cas échéant, par l'ESAT en application des dispositions du dernier alinéa de l'article R. 243-6 du CASF constitue un complément de rémunération imposable dans la catégorie des traitements et salaires. Conformément aux dispositions de l'article R. 821-4 du code de la sécurité sociale, cette prime d'intéressement n'entre pas dans les ressources prises en compte pour l'attribution de l'allocation adulte handicapé. 10 Cette rémunération garantie ne doit pas être confondue avec la garantie de ressources en faveur des personnes handicapées prévue par l'article L. 821-1-1 du code de la sécurité sociale (CSS) qui regroupe l'allocation adulte handicapé (AAH) et le complément de ressources ou, selon le cas, la majoration pour la vie autonome (CSS, art. L. 821-1-2), lesquels sont exonérés d'impôt sur le revenu en vertu du 2° de l'article 81 du code général des impôts (CGI). De même, la prestation de compensation du handicap prévue par l'article L. 245-1 du CASF est exonérée d'impôt sur le revenu sur le fondement du 9° ter de l'article 81 du CGI. II. Allocations versées volontairement par l'entreprise en fonction de la situation personnelle ou familiale du salarié 15 Ces allocations entrent, d'une manière générale, dans le champ d'application de l'impôt. A. Primes ou gratifications de mariage, de naissance et autres allocations de caractère social 20 Dès lors qu'elles sont payées en contrepartie ou à l'occasion du travail, les allocations de naissance, de mariage, de vacances, de service national et d'études consenties à son personnel par une entreprise en vertu d'un usage constant sont passibles de l'impôt. Il en est de même si ces sommes sont versées par l'intermédiaire du comité d'entreprise (CE, arrêt du 10 juillet 1964, n° 60561). Les allocations de logement et de vacances, réparties en tenant compte de la hiérarchie, de l'assiduité, de l'ancienneté et de la situation de famille des employés sont également imposables (CE, arrêt du 14 juin 1965, n° 65212). En définitive, n'échappent à l'impôt que les allocations qui revêtent le caractère d'un secours, c'est-à- dire les allocations exceptionnelles, non renouvelables, d'un montant limité, attribuées à titre individuel compte tenu des résultats d'une enquête sociale (BOI-RSA-CHAMP-20-30-10-10 au I § 1 et suivants). Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 Date de publication : 30/08/2013 Page 3/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5511-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 B. Allocations familiales payées par l'entreprise en sus des obligations légales 30 Les allocations ou indemnités accordées par les entreprises à leur personnel en sus des allocations servies par les caisses d'allocations familiales et mentionnées au livre V du CSS sont imposables. Remarque : Pour le calcul des cotisations de Sécurité sociale, les indemnités complémentaires versées par les organismes d'assurance ou de prévoyance ne sont prises en compte, que dans la mesure où leur financement est assuré par l'employeur, la fraction de ces indemnités correspondant à la participation financière des salariés étant exclue. Cette décision concerne uniquement le régime social. Elle n'a pas d'incidence en matière fiscale. Les indemnités complémentaires, dont le versement trouve son origine dans le contrat de travail, présentent, en effet, pour les bénéficiaires, le caractère d'un revenu, quel que soit la personne ou l'organisme qui les verse et quel que soit leur mode de financement. Elles doivent donc être soumises pour leur totalité à l'impôt sur le revenu. C. Appointements et gratifications servis aux salariés en cas de mobilisation 40 Les sommes qu'un contribuable, durant sa mobilisation, a reçues périodiquement de son employeur, au même titre que d'autres employés se trouvant dans une situation analogue à la sienne, constituent pour l'intéressé un revenu passible de l'impôt et non une libéralité, eu égard à la périodicité des versements effectués à son profit en qualité d'employé (CE, arrêt du 16 décembre 1921, n° 70036 ; CE, arrêt du 2 juin 1947, n° 78753). D. Aide financière versée aux salariés employant du personnel à leur domicile 50 Le 37° de l'article 81 du CGI, exonère d'impôt sur le revenu l'aide financière pour le paiement des services d'aide à la personne, versée par l'entreprise ou le comité d'entreprise, et ce sous un plafond annuel fixé par décret à 1 830 €. En revanche, l'aide qui excède ce plafond est soumise à l'impôt sur le revenu. L'aide financière peut être versée directement aux salariés concernés ou sous la forme du chèque emploi-service universel (CESU). 60 En contrepartie de cette exonération, l'aide correspondante n'ouvre pas droit à la réduction d’impôt au tire des emploi à domicile prévue à l'article 199 sexdecies du CGI. 1. Modalités d'application a. Bénéficiaires 70 En vertu des articles L. 7233-4 du code du travail (C. trav.) et L. 7233-5 du C. trav., le bénéfice de l'aide financière concerne les salariés, le chef d'entreprise ou, si l'entreprise est une personne morale, à son président, à son directeur général, à son ou ses directeurs généraux délégués, à ses gérants ou aux membres de son directoire, dès lors que cette aide peut bénéficier également à l'ensemble des salariés de l'entreprise selon les mêmes règles d'attribution (BOI-BIC-CHG-40-50-10 au I-B-1-a § 20). Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 Date de publication : 30/08/2013 Page 4/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5511-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 80 Le dispositif d'exonération s'applique à l'aide financière consentie par les personnes morales de droit public à leurs agents, salariés et ayants droit au titre du financement des services à la personne (C. trav., art. R. 7233-12). b. Services aidés 90 L'aide financière est destinée soit à financer l'accès des bénéficiaires à des services aux personnes et aux familles développés au sein de l'entreprise, soit à financer, directement ou par l'intermédiaire d'une structure prestataire, des activités entrant dans le champ des services mentionnés à l'article L. 7231-1 du code du travail et définies à l'article D. 7231-1 du code du travail. Il s'agit notamment des services aux personnes à leur domicile relatif aux tâches ménagères et familiales, ainsi que l'activité de garde d'enfants à domicile. Sont également susceptibles de bénéficier d'une aide financière les activités de services assurés par les organismes ou personnes mentionnés aux deux premiers alinéas de l'article L. 2324-1 du code de la santé publique (garde d'enfant de moins de six ans hors du domicile familial) ou les organismes ou les personnes organisant l'accueil sans hébergement prévu au troisième alinéa du même article ou par des assistants maternels agréés en application de l'article L. 421-1 du CASF. c. Modalités de versement et montant de l'aide 100 L'article L. 7233-4 du code du travail permet au comité d'entreprise ou à l'entreprise de verser des aides financières, dans les conditions précitées, soit directement, soit au moyen du chèque emploiservice universel régi par les articles L. 1271-1 et suivants du code du travail. 110 Le montant maximum de l'aide financière prévue par l'article L. 7233-4 du code du travail, fixé par l'article D. 7233-8 du code du travail, s'élève à 1 830 € par année civile et par bénéficiaire ayant eu recours à un ou plusieurs services financés par cette aide. Ce montant est, en principe, révisé annuellement en fonction de l'évolution de l'indice des prix à la consommation des ménages. 120 En tout état de cause, le montant de l'aide financière ne peut excéder le coût des services supporté par le bénéficiaire. 2. Régime fiscal 130 En application du 37° de l'article 81 du CGI l'aide financière définie à l'article L. 7233-4 du code du travail. est exonérée d'impôt sur le revenu. Cette exonération est plafonnée au montant maximal de 1 830 € précité, par an et par bénéficiaire. Par suite, les aides financières versées au-delà de ce plafond par l'entreprise ou le comité d'entreprise sont à due concurrence imposables comme complément de salaire, dans les conditions de droit commun. 140 En outre, dès lors que l'aide financière du comité d'entreprise ou de l'entreprise accordée dans les conditions décrites ci-dessus ne constitue pas un supplément de rémunération imposable, les dépenses acquittées grâce à elle n'ouvrent pas droit à l'avantage fiscal prévu par l'article 199 sexdecies du CGI au titre des emplois à domicile, conformément au troisième alinéa du 2 de l'article 199 sexdecies du CGI. Le montant de cette aide doit donc être déduit de l'assiette à retenir pour le calcul de l'avantage précité. Il en est de même pour le crédit d'impôt prévu à l'article 200 quater B du CGI au titre des frais de garde de jeunes enfants à l'extérieur du domicile. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 Date de publication : 30/08/2013 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 5/5 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5511-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-30-30-20130830 150 L'aide financière, qui ne constitue pas une rémunération au sens de l'article L. 242-1 du CSS, n'est par suite notamment pas soumise, dans la même limite, à la CSG et à la CRDS ainsi qu'aux taxes et participations assises sur les salaires. 3. Obligations déclaratives 160 Conformément à l'article D. 7233-11 du code du travail, l'employeur doit mentionner sur la déclaration annuelle des données sociales (DADS), prévue par l'article 87 du CGI, pour chaque bénéficiaire, le montant de l'aide financière accordée par le comité d'entreprise ou l'entreprise en application de l'article L. 7233-4 du code du travail. Pour plus de précisons concernant la déclaration annuelle des données sociales, BOI-BIC-DECLA-30-70-10. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Page 1/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 DGFIP BIC - Intéressement et participation - Régimes facultatifs - Intéressement des salariés à l'entreprise Positionnement du document dans le plan : BIC - Bénéfices industriels et commerciaux Intéressement - participation Titre 2 : Régimes facultatifs Chapitre 1 : Intéressement des salariés à l'entreprise Sommaire : I. Économie générale des régimes d'intéressement des salariés A. Champ d'application 1. Les entreprises concernées 2. Les bénéficiaires B. Les contrats d'intéressement 1. Nécessité d'un contrat 2. Les différentes formules d'intéressement offertes aux contractants a. Principes fondamentaux à respecter b. Formule de calcul de l'intéressement 1° Intéressement aux résultats 2° Intéressement aux performances 3. Supplément d'intéressement 4. Intéressement de projet 5. Mise en œuvre des contrats d'intéressement a. Dépôt de l'accord b. Modalités de répartition des produits de l'intéressement entre les salariés c. Montant de l'intéressement 1° Plafonnement global 2° Plafonnement individuel d. L'intéressement ne peut se substituer au salaire II. Régime fiscal des diverses formules d'intéressement A. Situation fiscale de l'entreprise 1. Impôt sur les bénéfices Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 2/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 a. Dispositions communes aux entreprises soumises à l'impôt sur les sociétés et à l'impôt sur le revenu b. Dispositions propres aux entreprises non soumises à l'impôt sur les sociétés 2. Régime applicable au regard des taxes assises sur les salaires 3. Crédit d'impôt intéressement B. Situation fiscale des bénéficiaires III. Date d'effet des exonérations A. Délai de conclusion B. Délai de dépôt 1 L'intéressement institué par les articles L 3311-1 à L 3315-5 du code du travail et R 3311-1 à R 3314-4 du code du travail présente des caractéristiques qui permettent de le distinguer du régime de participation aux résultats de l'entreprise. Il s'agit, en premier lieu, d'un système facultatif d'intéressement alors que la participation aux résultats de l'entreprise s'applique obligatoirement à toute entreprise employant cinquante salariés ou plus. Il est rappelé toutefois, que les entreprises de moins de cinquante salariés ont la faculté de se placer volontairement dans le champ d'application du régime de participation. L'intéressement doit faire l'objet d'une convention conclue entre l'entreprise et les représentants des salariés. Ce caractère contractuel ne différencie guère l'intéressement de la participation. Toutefois, l'intéressement conserve un caractère spécifique affirmé par la diversité et la nature des conventions susceptibles d'être conclues. L'article L 3314-1 du code du travail ne prévoit, en effet, aucune formule de base et laisse aux contractants le soin de choisir le système d'intéressement qui leur paraît le mieux adapté à la structure particulière de chaque entreprise. Cela étant, l'article L 3314-2 du code du travail conforte la caractère aléatoire de l'intéressement en exigeant la mention expresse d'une formule de calcul. Cette formule est liée aux résultats ou aux performances de l'entreprise. 10 Au plan des avantages attachés aux diverses formules d'intéressement, il convient de préciser que les sommes versées, en application d'un contrat de cette nature, ne sont pas assimilées à une rémunération pour l'application de la législation sociale. Déductibles des bases retenues pour l'assiette de l'impôt sur les sociétés ou de l'impôt sur le revenu, les sommes versées aux salariés constituent un supplément de ressources imposable au nom des bénéficiaires, dans la catégorie des traitements et salaires. Toutefois, si l'intéressement est affecté par le salarié à la réalisation de plans d'épargne constitués conformément au titre III du livre III de la troisième partie du code du travail, la somme attribuée peut sous certaines conditions et dans certaines limites être exonérée d'impôt sur le revenu. Les sommes attribuées en application d'un contrat d'intéressement sont immédiatement disponibles et ne doivent être assorties d'aucune condition d'emploi. Le versement immédiat et intégral desdites sommes constitue même une condition indispensable à l'octroi des exonérations . 20 On examinera dans trois sections distinctes : - l'économie générale des régimes d'intéressement des bénéficiaires à l'entreprise ; - le régime fiscal des diverses formules d'intéressement tant au regard des employeurs que des bénéficiaires ; - la date d'effet des exonérations. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 3/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 I. Économie générale des régimes d'intéressement des salariés A. Champ d'application 1. Les entreprises concernées 30 Aux termes de l'article L 3312-2 du code du travail, toute entreprise qui satisfait aux obligations incombant à l'employeur en matière de représentation du personnel peut instituer, par voie d'accord, un intéressement collectif des salariés. 40 L'intéressement peut également être mis en œuvre au niveau d'un groupe d'entreprises, conformément aux dispositions de l'article L 3312-6 du code du travail. La notion de groupe est précisée dans le premier alinéa de l'article L 3344-1 du code du travail. Ainsi, des entreprises juridiquement indépendantes, mais ayant établi entre elles des liens financiers et économiques, peuvent conclure un accord applicable à l'ensemble de leurs salariés. Ces liens économiques et financiers doivent avoir une certaine importance et stabilité dans le temps. Ainsi, des coopérations régulières concernant une part importante de l'activité des entreprises pour fabriquer un produit, fournir un service ou un ensemble de services peuvent être considérées comme constituant des liens économiques et financiers. Le périmètre de l'accord de groupe peut également comprendre des entreprises établies dans plusieurs états membres de l'Union européenne (art. L 3315-4 du code du travail). Il appartient aux parties de déterminer le champ d'application de leur accord et le périmètre du groupe. Il convient toutefois de préciser qu'en matière d'intéressement, le choix d'un accord de groupe suppose, en règle générale, que le calcul d'au moins une partie de l'intéressement s'effectue au niveau du groupe, et implique que la répartition se fasse entre l'ensemble des salariés du groupe. 50 En ce qui concerne les entreprises à établissements multiples, l'intéressement peut être limité à certains établissements (art. L 3313-2 du code du travail). 60 Concernant les entreprises publiques, seules celles entrant dans le champ d'application défini à l'article L 3311-1 du code du travail peuvent mettre en place un système d'intéressement. Les articles R 3311-1 et R 3311-2 du code du travail fixent les conditions d'application des dispositions relatives à l'intéressement. Ils les rendent ainsi applicables, sous réserve de certains aménagements, aux entreprises publiques dont le personnel est soumis pour les conditions de travail à un statut législatif ou réglementaire. Dans ces entreprises, les accords ne peuvent entrer en application qu'après avoir été homologués par arrêté du ministre chargé de l'économie et du ministre de tutelle après avis de la commission interministérielle de coordination des salaires. 70 Conformément aux dispositions de l'article L 523-12 du code rural et de la pêche maritime les dispositions relatives à l'intéressement des salariés sont également applicables dans les coopératives agricoles et leurs unions. 80 Enfin, la SAPO (société anonyme à participation ouvrière) forme particulière de société anonyme, comprend, outre les actions de capital, des actions de travail, propriété exclusive et collective des salariés. Les dividendes des actions de travail bénéficient du régime fiscal et social de l'intéressement, dans la limite des plafonds prévus à l'article L 3314-8 du code du travail. Ces dividendes n'acquièrent Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 4/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 pas pour autant la nature juridique de l'intéressement. Une SAPO peut, par conséquent, mettre en place un accord d'intéressement distinct de l'actionnariat de travail. 2. Les bénéficiaires 90 L'intéressement a un caractère collectif. Aussi, aux termes de l'article L 3312-2 du code du travail, tous les salariés, au sens du droit du travail français, de l'entreprise ou lorsque l'accord ne vise que certains établissements tous les salariés des établissements entrant dans le champ d'application de l'accord doivent pouvoir bénéficier des produits de l'intéressement. Toutefois, une condition d'ancienneté dans l'entreprise peut être exigée. Elle ne peut excéder trois mois (art. L 3342-1 du code du travail). 100 Cette notion d'ancienneté correspond à la durée totale d'appartenance juridique à l'entreprise, sans que les périodes de suspension du contrat de travail, pour quelque motif que ce soit, puissent être déduites. En effet, l'article L 3314-5 du code de travail assimile à des périodes de présences d'une part les périodes de congé de maternité et d'autre part les périodes de suspension du contrat de travail consécutives à un accident du travail ou à une maladie professionnelle. Une telle règle exclut notamment la possibilité de subordonner le bénéfice de l'intéressement à une condition de présence effective ou continue du salarié ou de présence à une date déterminée comme par exemple le jour du versement de la prime. De même, la résiliation du contrat de travail, quelle qu'en soit la cause, ne peut entraîner la suppression des droits acquis par le salarié au titre de l'intéressement. Enfin, dès lors que l'ancienneté exigée par le contrat est atteinte, le salarié a vocation à bénéficier de l'intéressement sur la totalité de son appartenance juridique à l'entreprise au cours de l'exercice de référence, sans que puisse être déduite la période d'acquisition de l'ancienneté. Aussi, il y a lieu de considérer que la durée d'appartenance à l'entreprise doit être déterminée en tenant compte de la totalité de l'ancienneté acquise au cours de l'exercice sur lequel sont calculés les droits des salariés, que celle-ci soit acquise au titre d'un ou de plusieurs contrats de travail. À cet effet, les salariés conservent l'intégralité de l'ancienneté liée à tout contrat de travail se déroulant ou expirant pendant l'exercice de calcul. 110 De plus, dans les entreprises dont l'effectif habituel est compris entre un et deux cent cinquante salariés, peuvent bénéficier de l'intéressement les chefs de ces entreprises ou, s'il s'agit de personnes morales, leurs présidents, directeurs généraux, gérants ou membres du directoire, ainsi que le conjoint du chef d'entreprise s'il a le statut de conjoint collaborateur ou de conjoint associé. Dans ce cas, l'accord doit expressément mentionner que le chef d'entreprise et/ou les personnes visées ci-dessus bénéficient de l'intéressement : en l'absence d'une telle clause, seuls les salariés sont bénéficiaires. 120 Le champ des bénéficiaires de l'intéressement couvre également les salariés sous contrat à durée déterminée. Ainsi, conformément aux dispositions de l'article L 3342-1 du code du travail, le salarié lié par un contrat de travail temporaire est réputé compter trois mois d'ancienneté dans l'entreprise ou dans le groupe qui l'emploie s'il a été mis à la disposition d'entreprises utilisatrices pendant une durée totale d'au moins soixante jours au cours du dernier exercice. A cet égard, il convient de rappeler qu'est considérée comme salarié d'une entreprise toute personne ayant un contrat de travail avec cette entreprise. En conséquence le salarié lié par un contrat de travail temporaire a vocation à bénéficier de l'intéressement dans l'entreprise de travail temporaire qui l'a embauché, et non dans l'entreprise utilisatrice, à laquelle il n'est pas lié par un contrat de travail. 130 Enfin, en application des dispositions de l'article L 3312-2 du code du travail le salarié d'un groupement d'employeurs qui n'a pas mis en place un dispositif d'intéressement peut bénéficier de celui en vigueur Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 5/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 dans chacune des entreprises adhérentes du groupement auprès de laquelle il est mis à disposition. L'accord d'intéressement de cette entreprise doit prévoir cette possibilité (art. D 3311-4 du code du travail) B. Les contrats d'intéressement 1. Nécessité d'un contrat 140 L'adoption d'un régime d'intéressement doit nécessairement résulter d'une convention conclue, pour une durée de trois ans, entre l'entreprise et les représentants des salariés. Lorsque, pour des raisons particulières, un exercice a une durée inférieure ou supérieure à une année, il peut être admis que la période d'application de l'accord corresponde en fait à trois exercices. Un accord d'intéressement ne peut être renouvelé par tacite reconduction. Le renouvellement doit être négocié, conclu et déposé dans les mêmes conditions et délais qu'un premier accord. 150 À cet égard, l'article L 3312-5 du code du travail précise que l'accord d'intéressement doit être passé : - soit dans le cadre d'une convention ou d'un accord collectif de travail ; - soit entre l'employeur et les représentants d'organisations syndicales représentatives dans l'entreprise ; - soit au sein du comité d'entreprise ; - soit à la suite de la ratification à la majorité des deux tiers du personnel d'un projet d'accord proposé par l'employeur ; s'il existe dans l'entreprise une ou plusieurs organisations syndicales représentatives ou un comité d'entreprise, la ratification doit être demandée conjointement par l'employeur et une ou plusieurs de ces organisations ou ce comité. Les accords d'intéressement de groupe doivent être conclus au sein de chacune des sociétés parties à l'accord selon l'une des modalités ci-dessus. 160 Aux termes de l'article L 3313-2 du code du travail, tout accord doit préciser notamment : - la période pour laquelle il est conclu ; - les établissements concernés ; - les modalités d'intéressement retenues ; - les modalités de calcul de l'intéressement et les critères de répartition de ses produits dans le respect des conditions prévues aux articles L 3314-1 à L 3314-7 du code du travail ; - les dates de versement. L'article L 3314-9 du code du travail encadre le délai contractuel de versement en disposant que les sommes dues au titre de l'intéressement doivent être versées au plus tard le dernier jour du septième mois suivant la clôture de l'exercice. Il s'agit d'un délai maximum, assorti de pénalités, à savoir le paiement d'intérêts au taux légal fixé par arrêté du ministre de l'économie. Les intérêts éventuels bénéficient des mêmes exonérations que l'intéressement (art. L 3315-1 à L 3315-3 du code du travail). - les conditions dans lesquelles le comité d'entreprise ou une commission spécialisée créée par lui ou, à défaut, les délégués du personnel disposent des moyens d'information nécessaires sur les conditions d'application des clauses du contrat ; Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 6/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 - les procédures convenues pour régler les différends qui peuvent surgir dans l'application de l'accord ou lors de sa révision. Quand il existe un comité d'entreprise, le projet doit lui être soumis pour avis au moins quinze jours avant la signature (code du travail, art. R 3312-1). 2. Les différentes formules d'intéressement offertes aux contractants a. Principes fondamentaux à respecter 170 L'intéressement doit nécessairement résulter de l'application de la formule prévue au contrat à des éléments objectivement mesurables et, par suite, aisément vérifiables. De plus, il doit avoir une signification économique et refléter la contribution des salariés à l'expansion de l'entreprise. Enfin, il doit tenir compte des variations de l'activité de l'entreprise. Une formule qui aboutirait, en fait, à garantir aux salariés un montant minimum de prime ne saurait, à cet égard, constituer un système d'intéressement et ouvrir droit, en conséquence, au bénéfice des exonérations. b. Formule de calcul de l'intéressement 180 L'article L 3313-2 du code du travail exige la mention expresse d'une formule de calcul. Celle-ci doit être claire et faire appel à des éléments objectivement mesurables (résultats, ratios, ...) dont la définition figurera nécessairement dans l'accord. Les éléments pris en compte dans la formule doivent assurer la caractère variable et incertain de l'intéressement : le versement des primes d'intéressement ne peut être garanti et leur montant ne peut être déterminé a priori. À titre d'exemple, une formule de calcul fondée sur un pourcentage du chiffre d'affaires ne saurait être admise car garantissant de fait un versement des primes d'intéressement. Il en irait différemment si la formule de calcul reposait sur l'évolution du chiffre d'affaires mesurée en termes réels et ne résultant pas simplement de la hausse des prix. La période de calcul de l'intéressement est le plus souvent l'exercice. Cette notion d'exercice peut toutefois être différente de celle de l'exercice comptable, fiscal ou social. L'article L 3314-2 du code du travail prévoit que la formule de calcul est liée aux résultats ou aux performances de l'entreprise. 1° Intéressement aux résultats 190 Cette notion se réfère à des indicateurs financiers ou comptables mesurant la rentabilité économique ou financière de l'entreprise tels que, par exemple, le bénéfice fiscal, le bénéfice comptable ou le bénéfice d'exploitation. Les résultats constatés au cours de la période de référence (par exemple l'exercice) permettent ainsi de déterminer le montant de l'intéressement. Si les résultats sont insuffisants, l'intéressement est nul, mais en aucun cas il ne peut y avoir de calcul d'un intéressement négatif qui serait ensuite imputé sur l'intéressement calculé au titre des exercices ultérieurs. 2° Intéressement aux performances 200 Ce mode d'intéressement donne aux partenaires sociaux une grande latitude dans l'établissement de la formule de calcul. Il doit refléter le mieux possible la contribution des salariés aux performances de l'entreprise. Ces performances peuvent notamment se mesurer par l'atteinte d'objectifs ou par l'amélioration de la productivité, les paramètres choisis devant toujours être objectifs, quantifiables et vérifiables. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 7/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 3. Supplément d'intéressement 210 Conformément aux dispositions de l'article L 3314-10 du code du travail, le conseil d'administration ou le directoire peut décider de verser un supplément d'intéressement collectif au titre de l'exercice clos, dans le respect des plafonds mentionnés à l'article L 3314-8 du code du travail et selon les modalités de répartition prévues par l'accord d'intéressement ou, le cas échéant, par un accord spécifique conclu selon les modalités prévues à l'article L 3312-5 du code du travail. Ces sommes peuvent notamment être affectées à la réalisation d'un plan d'épargne d'entreprise, d'un plan d'épargne inter-entreprises ou d'un plan d'épargne pour la retraite collectif ; Dans une entreprise où il n'existe ni conseil d'administration, ni directoire, le chef d'entreprise peut décider le versement d'un supplément d'intéressement dans les conditions mentionnées ci-dessus. 4. Intéressement de projet 220 Dans les entreprises ou les groupes disposant d'un accord d'intéressement et concourant avec d'autres entreprises à une activité caractérisée et coordonnée, un accord peut être conclu pour prévoir que tout ou partie des salariés bénéficie d'un intéressement de projet (code du travail ; art. L 3312-6). Cet accord d'intéressement de projet est négocié dans les conditions prévues par les dispositions des articles L 3311-1 et suivants du code du travail s'il n'implique que tout ou partie des salariés d'une même entreprise ou d'un même groupe. Il est négocié selon des modalités identiques à celles prévues au premier alinéa de l'article L 3333-2 du code du travail s'il concerne tout ou partie des salariés d'entreprises qui ne constituent pas un groupe. Dans les deux cas, la majorité des deux tiers requise pour la ratification s'entend sur les personnels entrant dans le champ d'application du projet. L'accord définit un champ d'application et une période de calcul spécifiques, qui peuvent différer de ceux prévus à l'article L 3311-1 du code du travail et à l’article L 3312-5 du code du travail sans pouvoir excéder trois ans. L'application à l'intéressement de projet des dispositions du premier alinéa de l'article L 3312-4 du code du travail ne donne pas lieu à application de l'article L 131-7 du code de la sécurité sociale. 5. Mise en œuvre des contrats d'intéressement a. Dépôt de l'accord 230 L'intéressement est mis en œuvre dans l'entreprise par un accord. Conformément aux dispositions de l'article L 3314-4 du code du travail, pour ouvrir droit aux exonérations prévues aux articles L 3315-1 à L 3315-3 du code du travail l'accord doit avoir été conclu avant le premier jour de la deuxième moitié de la période de calcul suivant la date de sa prise d'effet. En outre, il doit être déposé à la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi dans un délai de quinze jours à compter de sa date de conclusion. b. Modalités de répartition des produits de l'intéressement entre les salariés 240 Les critères de répartition sont limitativement énumérés par l'article L 3314-5 du code du travail et peuvent prévoir : - soit une répartition uniforme ; Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 8/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 - soit une répartition proportionnelle calculée en fonction du salaire ou de la durée de présence. Sont assimilées à des périodes de présence les périodes visées à l'article L 1225-17 du code du travail, à l'article L 1225-37 du code du travail et à l'article L 1226-7 du code du travail (congé de maternité ou d'adoption, absences consécutives à un accident du travail ou à une maladie professionnelle) ; - soit une répartition utilisant conjointement ces critères. Remarque : L'article L 3314-7 du code du travail prévoit que les accords ayant fait l'objet d'une homologation (en application de l'ordonnance n°59-126 du 7 janvier 1959) pourront continuer à utiliser ces critères tels qu'ils ont été homologués dans ce cadre, à condition d'avoir été renouvelés sans discontinuité depuis leur dernière homologation. c. Montant de l'intéressement 1° Plafonnement global 250 L'article L 3314-8 du code du travail précise que le montant global des primes distribuées aux bénéficiaires ne doit pas dépasser annuellement 20 % du total des salaires bruts et le cas échéant, de la rémunération annuelle ou du revenu professionnel des bénéficiaires mentionnés à l'article L 3312-3 du code du travail imposé à l'impôt sur le revenu au titre de l'année précédente versées aux personnes concernées. Pour le calcul du plafond, il convient de prendre en considération le total des salaires bruts versés à l'ensemble des salariés de l'entreprise, de l'établissement ou des établissements entrant dans le champ d'application de l'accord. 2° Plafonnement individuel 260 Indépendamment du plafond global auquel est soumis l'intéressement, la prime d'intéressement versée à chaque salarié est plafonnée en application de l'article L 3314-8 du code du travail à la moitié du montant du plafond annuel moyen retenu pour le calcul des cotisations de sécurité sociale (plafond de la sécurité sociale). d. L'intéressement ne peut se substituer au salaire 270 Aux termes de l'article L 3312-4 du code du travail, les sommes attribuées aux salariés en application d'un accord d'intéressement n'ont pas le caractère de rémunération, au sens de l'article L 242-1 du code de la sécurité sociale, et de l'article L 741-10 du code rural et de la pêche maritime, ni de revenu professionnel au sens de l'article L 131-6 du code de la sécurité sociale et de l'article L 731-14 du code rural et de la pêche maritime pour l'application de la législation de la sécurité sociale. Ces sommes ne peuvent se substituer à aucun des éléments de rémunération, au sens des mêmes articles, en vigueur dans l'entreprise ou qui deviendraient obligatoires en vertu de règles légales ou contractuelles. Les éléments du salaire à prendre en compte pour apprécier la substitution sont la rémunération au sens de l'article L 242-1 du code de la sécurité sociale qui couvre toutes rémunérations versées à l'occasion ou en contrepartie du travail, qu'il s'agisse de primes régulières ou occasionnelles. Le délai pendant lequel une prime d'intéressement ne peut se substituer à un élément de rémunération est fixé à douze mois entre le dernier versement de l'élément de rémunération en tout ou partie supprimé et la date d'effet de l'accord (code du travail, art. L 3312-4). La date d'effet de l'accord est le début de l'exercice de référence du calcul de la prime. En dehors de l'application de cette règle de délai, le principe de non-substitution doit être strictement respecté au cours de l'application de l'accord : si la substitution d'un élément de rémunération préexistant est établie pendant la durée de l'accord, elle entraînera la réintégration des primes versées dans l'assiette des cotisations et, le cas échéant, de l'impôt sur le revenu en cas d'affectation de l'intéressement sur un plan d'épargne entreprise. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 9/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Pour plus de précisions concernant l'économie générale du régime de l'intéressement, il convient de se référer à la circulaire du 14 septembre 2005, dossier intéressement. II. Régime fiscal des diverses formules d'intéressement 280 Aux termes de l'article L 3312-4 du code du travail, les sommes attribuées aux bénéficiaires en application d'un accord d'intéressement n'ont pas le caractère d'éléments du salaire pour l'application de la législation du travail. Sur le plan fiscal, la situation de l'entreprise et la situation du salarié seront successivement examinées. A. Situation fiscale de l'entreprise 1. Impôt sur les bénéfices a. Dispositions communes aux entreprises soumises à l'impôt sur les sociétés et à l'impôt sur le revenu 290 Aux termes de l'article 237 ter A du code général des impôts (CGI), les entreprises où un accord d'intéressement est mis en œuvre dans les conditions prévues à l'article L 3315-1 du code du travail peuvent déduire des bases retenues pour l'assiette de l'impôt sur les sociétés ou de l'impôt sur le revenu le montant des participations versées aux salariés en application de cet accord. À la différence de la participation, l'intéressement ne s'analyse pas comme une affectation du résultat de l'entreprise. Les versements à ce titre peuvent donc intervenir dès l'exercice au titre duquel ils sont attribués. Mais ces sommes peuvent également être versées au cours de l'exercice qui suit celui de la réalisation des résultats ou des gains de productivité pris en compte pour déterminer le montant de l'intéressement. En pratique, l'article L 3314-9 du code du travail encadre le délai contractuel de versement en disposant que les sommes dues au titre de l'intéressement doivent être versées au plus tard le dernier jour du septième mois suivant la clôture de l'exercice. Au delà, ces sommes produisent des intérêts calculés au taux légal. Il est rappelé que le bénéfice imposable des entreprises est déterminé en tenant compte de l'ensemble des créances et des dettes qui sont devenues certaines dans leur principe et dans leur montant au cours d'un exercice considéré. Dès lors, si le versement des sommes dues au titre de l'intéressement n'est pas intervenu au cours de l'exercice au titre duquel elles sont attribuées, celles-ci sont néanmoins déductibles des résultats de cet exercice comme charges à payer. b. Dispositions propres aux entreprises non soumises à l'impôt sur les sociétés 300 Conformément au second alinéa de l’article L 3315-3 du code du travail, les sommes versées au titre de l’intéressement à un exploitant individuel, à un associé de société de personnes ou assimilée n'ayant pas opté pour son assujettissement à l'impôt sur les sociétés, à un conjoint collaborateur ou à un conjoint associé sont déductibles du bénéfice imposable de l’entreprise concerné dans la limite précisée ci-dessous, lorsque ces sommes sont affectées à un plan d’épargne entreprise visé à l'article L 3332-1 du code du travail, à un plan d’épargne inter entreprises visé à l'article L 3333-2 du code du travail ou à un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) visé à l’article L 3334-2 du code du Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Page 10/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 travail. Il en est de même du supplément d’intéressement visé au 1° de l'article L 3314-10 du code du travail ou de l’intéressement de projet visé à l'article L 3312-6 du code du travail. Il est rappelé à cet égard que les sommes attribuées au titre de ces différentes modalités d’intéressement (intéressement et supplément d’intéressement ou intéressement de projet) doivent être versées dans un plan d’épargne dans un délai maximum de quinze jours à compter de la date à laquelle elles ont été perçues (art. R 3332-12 du code du travail). Si ce délai est dépassé, l’entreprise ne peut bénéficier d’aucune déduction au titre des sommes attribuées aux personnes visées cidessus. Les sommes attribuées au titre de ces différentes modalités d’intéressement et affectées à un des plans d’épargne précités sont déductibles du bénéfice imposable dans la limite d’un plafond commun égal à la moitié du plafond annuel moyen retenu pour le calcul des cotisations de sécurité sociale (« plafond de la sécurité sociale »). Ces dispositions s’appliquent aux entreprises relevant des bénéfices industriels et commerciaux et des bénéfices non commerciaux en application du second alinéa de l'article L 3315-3 du code du travail. Cela étant, ces mêmes dispositions peuvent également être appliquées par les entreprises relevant du régime des bénéfices agricoles, dès lors que l’article 72 du CGI prévoit que le bénéfice réel de l’exploitation agricole est déterminé et imposé selon les principes généraux applicables aux entreprises industrielles et commerciales. (310) 2. Régime applicable au regard des taxes assises sur les salaires 320 Dans la mesure où sont admises en déduction du bénéfice imposable de l'entreprise versante en application de l'article 237 ter A du CGI, les participation en espèce aux travailleurs en application d'un accord d’intéressement sont exonérés de taxe sur les salaires et, par suite, des autres taxes assises sur les salaires (taxe d'apprentissage, participation des employeurs à la formation professionnelle continue, participation des employeurs à l'effort de construction). Les sommes versées au titre de l'intéressement ne sont donc pas comprises dans les bases de la taxe d'apprentissage, de la participation à la formation professionnelle continue, et de la participation construction. 3. Crédit d'impôt intéressement 330 Conformément aux dispositions de l'article 244 quater T du CGI, les entreprises de moins de cinquante salariés qui concluent un accord d'intéressement peuvent bénéficier d'un crédit d'impôt (BOI-BICRICI-10-90). B. Situation fiscale des bénéficiaires 340 Le régime fiscal de l'intéressement au regard des bénéficiaires est décrit au BOI-RSA-ES-10-10. III. Date d'effet des exonérations 350 L'ouverture du droit aux exonérations est subordonnée au dépôt de l'accord, mais la date d'effet des exonérations correspond à la date de mise en application du contrat. Identifiant juridique : BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Date de publication : 04/01/2013 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 11/11 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2369-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-PTP-20-10-20130104 Afin de garantir le caractère aléatoire de l'intéressement, l'article L 3314-4 du code du travail et l'article D 3313-1 du code du travail instituent un double délai de conclusion et de dépôt. A. Délai de conclusion 360 Pour ouvrir droit aux exonérations prévues aux articles L 3315-1 à L 3315-3 du code du travail, l'accord d'intéressement, qui retient une période de calcul annuelle, doit être conclu avant le premier jour de la deuxième moitié de la période de calcul suivant la date de sa prise d'effet. À titre d'exemple, les entreprises dont les exercices coïncident avec l'année civile et qui désirent mettre en place un régime d'intéressement prenant effet au 1er janvier de l'année N devront avoir conclu un accord en ce sens avant le 1er juillet de l'année N. B. Délai de dépôt 370 L'accord d'intéressement doit être déposé à la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi dans un délai de quinze jours à compter de la date limite de conclusion. Conformément aux dispositions de l'article L 3315-5 du code du travail, lorsqu'un accord a été conclu ou déposé hors délai, il produit ses effets entre les parties mais n'ouvre droit aux exonérations que pour les périodes de calcul ouvertes postérieurement au dépôt. Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Page 1/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 DGFIP RSA - Champ d'application - Éléments du revenu imposable - Revenus exonérés - Exonérations à caractère social Positionnement du document dans le plan : RSA - Revenus salariaux et assimiles Champ d'application des traitements, salaires et revenus assimilés Titre 2 : Éléments du revenu imposable Chapitre 5 : Revenus exonérés Section 3 : Exonérations de caractère social Sommaire : I. Prestations familiales légales et allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes (CGI, art. 81, 2° et 9° ter) A. Prestations et allocations familiales (CGI, art. 81, 2°) B. Allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes 1. Garantie de ressources pour les personnes handicapées et majoration pour la vie autonome (CGI, art. 81, 2°) 2. Prestation de compensation du handicap (CGI, art. 81, 9° ter) 3. Allocation personnalisée d'autonomie (CGI, art. 81, 2°) II. Aides au logement (CGI, art. 81, 2° bis) III. Allocations, indemnités et prestations servies, sous quelque forme que ce soit, par l'État, les collectivités et les établissements publics, en application des lois et décrets d'assistance et d'assurance (CGI, art. 81, 9°) A. Revenu de solidarité active (RSA) B. Bourses d'études C. Allocations servies aux infirmes sous condition de ressources D. Allocations servies au titre de l'aide sociale IV. Prime forfaitaire versée aux bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique (CGI, art. 81, 9° quater) V. Titres-restaurant (CGI, art. 81, 19°) A. Dispositions générales 1. Définition des titres-restaurant 2. Personnes habilitées à émettre des titres-restaurant 3. Conditions d'émission et de validité des titres B. Dispositions fiscales 1. Conditions à remplir pour bénéficier de l'exonération Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 2/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 a. Conditions de forme b. Conditions tenant au montant de la participation patronale c. Conditions d'utilisation 2. Portée de l'exonération C. Sanctions D. Dispositions diverses 1. Notification au directeur départemental des finances publiques de l'ouverture des comptes de titresrestaurant 2. Utilisation de sommes afférentes au remboursement de titres perdus ou périmés 3. Contrôle des émissions des titres VI. Chèques-vacances (CGI, art. 81, 19 bis) A. Dispositions générales 1. Personnes en mesure de bénéficier des chèques-vacances 2. Contribution de l'employeur B. Dispositions fiscales 1. Exonération a. Contributions exonérées b. Détermination de la limite d'exonération et arrondissements c. Salariés embauchés ou débauchés en cours d'année, salariés ayant plusieurs employeurs d. Montant de la contribution de l'employeur supérieur à la limite d'exonération e. Régime fiscal des versements des salariés 2. Sanctions fiscales 3. Régime des aides aux vacances versées sous forme de chèques-vacances 4. Déclaration des sommes versées par l'employeur pour l'acquisition des chèques-vacances 5. Incidence au regard de la taxe sur les salaires pour les entreprises de moins de cinquante salariés dépourvu de comité d'entreprise VII. Aide accordée dans le cadre du dispositif "EDEN" (CGI, art. 81, 35°) VIII. Revenu supplémentaire temporaire d'activité dans les DOM et certaines COM (CGI, art. 81, 38°) 1 Seront successivement examinés : - les prestations familiales légales et allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes (code général des impôts (CGI), art. 81, 2° et 9° ter) ; - les aides au logement (CGI, art. 81, 2° bis) ; - les allocations, indemnités et prestations servies, sous quelque forme que ce soit, par l'État, les collectivités et les établissements publics, en application des lois et décrets d'assistance et d'assurance (CGI, art. 81, 9°) ; - la prime forfaitaire versée aux bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique (CGI, art. 81, 9° quater) ; - l'aide à la réinsertion familiale et sociale des anciens migrants dans leur pays d'origine (CGI, art. 81, 9° septies) ; - les titres-restaurant (CGI, art. 81, 19°) ; - les chèques-vacances (CGI, art. 81, 19 bis) ; - l'aide accordée dans le cadre du dispositif « EDEN » (CGI, art. 81, 35°) ; - le revenu supplémentaire temporaire d'activité dans les DOM et les COM (CGI, art. 81, 38°). Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 3/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 I. Prestations familiales légales et allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes (CGI, art. 81, 2° et 9° ter) 10 Les 2° et 9° ter de l'article 81 du CGI exonèrent les prestations et allocations suivantes : A. Prestations et allocations familiales (CGI, art. 81, 2°) 20 Sont exonérées les prestations familiales énumérées par l'article L. 511-1 du code de la sécurité sociale (CSS) : - la prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE) ; - les allocations familiales ; - le complément familial ; - l'allocation de logement ; - l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé ; - l'allocation de soutien familial ; - l'allocation de rentrée scolaire ; - l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). 30 Ces allocations sont versées par les caisses d'allocations familiales ou par les entreprises autorisées à organiser elles-mêmes des régimes spéciaux d'allocations familiales pour leur personnel. L'exonération est applicable dans les deux cas ; elle est toutefois réservée aux prestations servies dans les conditions fixées par la loi qui figurent, pour la plupart, dans le livre V du CSS (CSS, art. L. 511-1 et suivants). 40 Cependant, compte tenu des garanties que présente leur mode d'attribution, l'exemption s'étend aux allocations familiales et aux allocations prénatales bénévoles versées en dépassement ou en sus des prestations légales par les caisses d'allocations familiales ou des caisses autorisées lorsqu'elles fonctionnent en conformité avec les dispositions légales qui les régissent. B. Allocations servies aux personnes handicapées ou dépendantes 1. Garantie de ressources pour les personnes handicapées et majoration pour la vie autonome (CGI, art. 81, 2°) 50 L'allocation aux adultes handicapés (AAH), ainsi que le complément de ressources versé dans le cadre de la garantie de ressources pour les personnes handicapées (GRPH) mentionné à l'article L. 821-1-1 du CSS sont exonérés. Ce complément de ressources est versé, sous certaines conditions, aux bénéficiaires de l’AAH au titre de l’article L. 821-1 du CSS, qui perçoivent l’AAH à taux plein ou en complément d’un avantage de vieillesse ou d’invalidité ou d’une rente d’accident du travail, et est destiné à compenser l’absence de revenus d’activité des personnes handicapées reconnues dans l’incapacité de travailler. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 4/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 60 Est également exonérée d'impôt sur le revenu, compte tenu de ses conditions d'attribution, la majoration pour la vie autonome (MVA) instituée par l'article L. 821-1-2 du CSS qui remplace le complément d'AAH, sous réserve de dispositions transitoires (loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, art. 95, IV) et permet aux personnes qui ont fait le choix de vivre dans un logement indépendant, de faire face aux charges supplémentaires que cela implique. 2. Prestation de compensation du handicap (CGI, art. 81, 9° ter) 70 Le I de l'article L. 245-1 du code de l'action sociale et des familles (CASF) institue une prestation de compensation en faveur de toute personne handicapée, sous certaines conditions mentionnées au chapitre 5 du titre IV du livre II de la partie réglementaire du CASF (CASF, art. R. 245-1 et suivants), destinée à prendre en charge les surcoûts liés au handicap dans la vie quotidienne. Elle sert à financer notamment des aides humaines, techniques ou encore l'aménagement du logement et peut être versée, selon le choix du bénéficiaire, en nature ou en espèces. En application du 9° ter de l'article 81 du CGI, la prestation de compensation du handicap (PCH) servie conformément à l'article L. 245-1 du CASF, qui remplace l'allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP) sous réserve de dispositions transitoires (loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, art. 95, IV), est expressément exonérée d'impôt sur le revenu, quelles que soient ses modalités de versement. Remarque : L'ACTP, compte tenu des conditions de ressources exigées, est exonérée d'impôt sur le revenu en application du 9° de l'article 81 du CGI. 3. Allocation personnalisée d'autonomie (CGI, art. 81, 2°) 80 L'allocation personnalisée d'autonomie (APA) est prévue par le chapitre II du titre III du livre II du CASF (CASF, art. L. 232-17 et suivants). Cette allocation est destinée aux personnes âgées dépendantes hébergées à domicile ou dans un établissement. L'APA est accordée aux personnes âgées de plus de soixante ans dont la situation rend nécessaire une aide pour l'accomplissement des actes essentiels de la vie ou dont l'état nécessite une surveillance régulière. Cette allocation, qui peut être accordée à une personne résidant à domicile ou hébergée dans un établissement social ou médico-social accueillant de façon permanente des personnes âgées, est obligatoirement affectée au financement des dépenses liées à la prise en charge de la perte d'autonomie du bénéficiaire. Le droit à l'APA n'est pas soumis à conditions de ressources. Toutefois, son montant est déterminé en fonction du niveau des ressources et du degré de perte d'autonomie du bénéficiaire. II. Aides au logement (CGI, art. 81, 2° bis) 90 Les articles L. 831-1 du CSS à L. 831-7 du CSS prévoient une allocation de logement en faveur des personnes âgées, des infirmes et handicapés et des jeunes salariés qui répondent à certaines conditions, notamment de ressources. Cette allocation est exonérée d'impôt sur le revenu en application des dispositions du 2° bis de l'article 81 du CGI. 100 Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 5/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Il en est de même, en vertu de ce même article, du montant de l'aide personnalisée au logement prévue de l'article L. 351-1 du code de la construction et de l'habitation (CCH) à l'article L. 351-14 du CCH. III. Allocations, indemnités et prestations servies, sous quelque forme que ce soit, par l'État, les collectivités et les établissements publics, en application des lois et décrets d'assistance et d'assurance (CGI, art. 81, 9°) A. Revenu de solidarité active (RSA) 110 Le revenu de solidarité active (RSA) institué par le décret 2009-404 du 15 avril 2009 est exonéré d'impôt sur le revenu en application du 9° de l'article 81 du CGI. Cette exonération porte sur ses deux composantes, c'est-à-dire : - le RSA "socle" qui correspond au montant forfaitaire versé aux personnes qui n'exercent pas d'activité professionnelle ; - le RSA "complément d'activité" qui correspond au revenu versé, sous certaines conditions tenant notamment aux ressources de leur foyer, aux personnes qui exercent une activité professionnelle. Par ailleurs, le RSA "complément d'activité" est déduit du montant de la prime pour l'emploi (PPE) calculée sur les revenus de l'année de perception du RSA (BOI-IR-RICI-310-20). B. Bourses d'études 120 L'exonération prévue au 9° de l'article 81 du CGI s'applique aussi aux bourses d'études accordées en fonction de critères sociaux par l'État, les collectivités et les établissements publics en vue de permettre aux bénéficiaires de poursuivre leurs études en suppléant à l'insuffisance de leurs ressources, telle que la bourse nationale de collège prévue de l'article L. 531-1 du code de l'éducation à l'article L. 531-5 du code de l'éducation. En ce qui concerne les bourses accordées en contrepartie d'une obligation d'accomplir des travaux de recherches, (BOI-RSA-CHAMP-20-10). C. Allocations servies aux infirmes sous condition de ressources 130 S'agissant des allocations servies aux infirmes civils sous conditions de ressources, à savoir : l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASA), l'allocation supplémentaire (ASI), la majoration spéciale pour l'aide d'une tierce personne, l'allocation de compensation, il convient de se reporter au BOI-RSA-CHAMP-20-30-20. D. Allocations servies au titre de l'aide sociale 135 En cas d'insuffisance des ressources de la famille, une allocation mensuelle peut être accordée afin d'assurer l'entretien, la garde et le placement de l'enfant jusqu'à la fin de l'obligation scolaire. Cette Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 6/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 allocation est versée en principe à la mère ou à défaut, au père, aux ascendants, à la personne ou à l'organisme qui a la charge de l'enfant (code de l'action sociale et des familles (CASF), art. L. 228-3). De même, lorsque leurs ressources sont insuffisantes, les familles dont les soutiens accomplissent le service national actif, qu'elles résident ou non en France, ont droit à des allocations dont le mode de calcul est fixé par décret en Conseil d'État (CASF, art. L. 212-1 et CASF, art. L. 212-2). Enfin, d'autres prestations ou allocations peuvent également être servies aux familles au titre de l'aide sociale (allocation de loyer, aide aux familles etc.). 137 Sur le plan fiscal, ces allocations ou prestations bénéficient de plein droit de l'exonération accordée par le 9° de l'article 81 du CGI aux allocations, indemnités et prestations servies sous quelque forme que ce soit par l'État, les collectivités et les établissements publics, en application des lois et décrets d'assistance et d'assurance. L'aide à l'enfance est cumulable avec les allocations familiales, qui sont elles-mêmes exonérées en vertu des dispositions du 2° de l'article 81 du CGI. En revanche, l'exonération des allocations aux familles de militaires appelés sous les drapeaux ne peut être étendue aux sommes versées par les entreprises aux membres de leur personnel accomplissant leur service national. Ces dernières sommes sont, en effet, soumises à l'impôt suivant les règles applicables aux salaires. IV. Prime forfaitaire versée aux bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique (CGI, art. 81, 9° quater) 140 L'article L. 5425-3 du code du travail prévoit que le bénéficiaire de l'allocation de solidarité spécifique qui reprend une activité professionnelle a droit à une prime forfaitaire. Cette prime forfaitaire est exonérée en application du 9° quater de l'article 81 du CGI. (150) V. Titres-restaurant (CGI, art. 81, 19°) 160 De nombreuses entreprises qui ne disposent pas de cantine offrent à leurs salariés un avantage analogue en prenant en charge sous forme de "titres-restaurant" tout ou partie du prix des repas consommés dans les restaurants par ces salariés. Le chapitre II du titre VI du livre II de la troisième partie du code du travail (C. trav. art. L. 3262-1 à C. trav. art. L. 3262-7) réglemente l'émission et l'utilisation des titres-restaurant. En outre, le complément de rémunération qui résulte de la contribution des employeurs à l’acquisition par les salariés de titres-restaurant émis conformément aux dispositions du code du travail précitées est, sous certaines conditions et dans une certaine limite, exonéré d’impôt sur le revenu en application du 19° de l’article 81 du CGI et de l’article L. 3262-6 du C. trav.. Remarque : Il est précisé que la valeur libératoire des « titres-repas » qui peuvent être délivrés en franchise d’impôt sur le revenu aux personnes effectuant un contrat de service civique (engagement ou volontariat de service civique) en France est elle-même égale à la limite d’exonération des titres-restaurant fixée en application du 19° de l’article 81 du CGI (code du service national (CSN), art. L. 120-22). De même, l'avantage résultant pour le bénévole du chèque-repas entièrement financé par l'association est exonéré d'impôt sur le revenu, sous certaines conditions (BOI-RSA-CHAMP-20-50-60). Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 7/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 A. Dispositions générales 1. Définition des titres-restaurant 170 Sous l'expression "titres-restaurant", le premier alinéa de l'article L. 3262-1 du C. trav. englobe tous les titres spéciaux de paiement remis par les employeurs aux salariés pour leur permettre d'acquitter en tout ou en partie le prix du repas consommé au restaurant ou acheté auprès d'une personne ou d'un organisme mentionné au deuxième alinéa de l'article L. 3262-3 du C. trav.. Ce repas peut être composé de fruits et légumes, qu'ils soient ou non directement consommables. Ces titres sont connus sous le nom de tickets-repas, tickets-restaurant, chèques-restaurant, chèquesdéjeuner. Aucun de ces titres n'est négociable. 2. Personnes habilitées à émettre des titres-restaurant 180 Le deuxième alinéa de l'article L. 3262-1 du code du travail dispose que ces titres sont émis : - par l'employeur lui-même au profit de son propre personnel, soit directement, soit par l'intermédiaire du comité d'entreprise ; - ou par des entreprises spécialisées qui les cèdent à des employeurs contre paiement de leur valeur libératoire et, le cas échéant, d'une commission. 3. Conditions d'émission et de validité des titres 190 Les conditions d'émission et de validité des titres sont fixées par l'article R. 3262-1-1 du code du travail, lorsqu'ils sont émis sous format papier, et par l'article R. 3262-1-2 du code du travail, lorsqu'ils sont émis sous forme dématérialisée (que le paiement s'appuie sur un support physique ou qu'il soit effectué à partir d'un équipement terminal). B. Dispositions fiscales 200 Le 19° de l'article 81 du CGI exonère en partie la contribution patronale à l'achat des titres-restaurant. Cette exonération est toutefois subordonnée à la condition que le salarié se conforme aux obligations qui sont mises à sa charge par le chapitre II du titre VI du livre II de la troisième partie du code du travail (C. trav., art. L. 3262-1 à C. trav., art. L. 3262-7). En outre, l'exonération est admise dans une certaine limite fixée par titre. Cette limite d’exonération d’impôt sur le revenu (et des taxes et participations assises sur les salaires, se reporter sur ce point au BOI-TPS) de la contribution patronale à l’achat par les salariés de titresrestaurant est indexée chaque année dans la même proportion que la limite supérieure de la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu de l’année précédant celle de l’acquisition des titresrestaurant et arrondie, s’il y a lieu, au centime d’euro le plus proche. Pour l'année 2015, la limite d'exonération est relevée de 0,5 % et s'établit à 5,36 €. 210 Précisions concernant les cantines d'entreprises : il est admis également que les subventions aux cantines d'entreprises n'ont pas à être prises en compte pour apprécier les rémunérations des salariés dès lors que le prix du repas demeure fixé dans des limites raisonnables. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 8/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 1. Conditions à remplir pour bénéficier de l'exonération 220 Ces conditions sont de trois ordres : - conditions de forme ; - conditions tenant au montant de la contribution patronale ; - conditions d'utilisation des titres. a. Conditions de forme 230 L'article 39 de l'annexe II au CGI dispose que pour bénéficier de l'exonération prévue au 19° de l'article 81 du CGI, le salarié doit inscrire son nom sur les titres-restaurant si cette mention n'a pas été apposée par l'employeur ou par le comité d'entreprise. Cette mention n'est pas exigée pour les titres-restaurants émis sous forme dématérialisée. Remarque : Lorsque l'employeur est lui-même émetteur, soit directement, soit par l'intermédiaire du comité d'entreprise (C. trav., art. L. 3262-1), il est également tenu de se conformer aux obligations qui incombent à l'émetteur. b. Conditions tenant au montant de la participation patronale 240 L'article 6 A de l'annexe IV au CGI prévoit que la contribution de l'employeur ne peut, pour chaque titre, excéder 60 % de sa valeur libératoire ni être inférieure à 50 % de cette valeur. Exemple : Pour un titre d'une valeur libératoire de 8 €, la contribution patronale doit être comprise entre 4 € et 4,80 €. c. Conditions d'utilisation 250 Les dispositions de l'article R. 3262-4 du C. trav. à l'article R. 3262-11 du C. trav. prévoient un certain nombre de règles destinées à prévenir les abus auxquels pourrait donner lieu la mise en œuvre du régime. Ces règles sont notamment les suivantes : - les titres émis ou acquis par un employeur ne peuvent être remis qu'à des salariés employés dans son entreprise, à raison d'un titre par repas compris dans l'horaire journalier de travail ; - chaque titre ne peut être utilisé que par le salarié auquel il a été remis. Si ce dernier vient à quitter l'entreprise, il doit remettre à l'employeur les titres non utilisés et, en contrepartie, il est aussitôt remboursé du montant de sa participation à l'achat du titre. Sauf mention contraire apposée par l'employeur sous sa responsabilité ou, pour les titres dématérialisés, dont il informe par tout moyen les salariés, les titres ne sont utilisables - durant leur période de validité - que pendant les jours ouvrables et dans le département du lieu de travail du bénéficiaire et dans les départements limitrophes. L'utilisation des titres-restaurant est limitée à un montant maximum de dix-neuf euros par jour. 2. Portée de l'exonération 260 Lorsque les titres sont émis et utilisés dans les conditions indiquées au V-B-1 § 220 et suivants, le complément de rémunération que constitue la contribution patronale à l'achat du titre par le salarié est exonéré de l'impôt sur le revenu dû par ce dernier. Le montant de cette exonération est limité à un seuil par titre effectivement et régulièrement utilisé par le salarié. Pour le surplus, la contribution patronale constitue un avantage en argent qui doit être ajouté Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 9/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 à la rémunération allouée au salarié et imposé à l'impôt sur le revenu dans les mêmes conditions que cette dernière. Exemple : Pour 2015, la limite d'exonération est de 5,36 € par titre. Ainsi, si la contribution de l'employeur à l'acquisition par le salarié de titres-restaurant s'élève à 6 €, l'exonération ne porte que sur 5,36 € par titre et le surplus constitue un avantage en argent imposable. D'autre part, lorsque la contribution patronale est supérieure à 60 % ou inférieure à 50 % de la valeur libératoire du titre, l'exonération ne s'applique pas. Cette contribution constitue alors pour sa totalité un avantage en argent imposable. Il en est également ainsi, a fortiori, quand l'employeur prend à sa charge la totalité de l'achat du titre. C. Sanctions 270 Sans préjudice de l'application des sanctions pénales édictées par l'article R. 3262-46 du C. trav., le 19° de l'article 81 du CGI dispose que l'exonération est subordonnée à la condition que le salarié se conforme aux obligations qui sont mises à sa charge par le chapitre II du titre VI du livre II de la troisième partie du code du travail (C. trav., art. L. 3262-1 à C. trav., art. L. 3262-7). Il en découle les conséquences suivantes : - à raison de la contribution patronale, le salarié est redevable de l'impôt sur le revenu s'il contrevient à ses obligations relatives à la mention à porter sur ces titres (cf. V-B-1-a § 230) ou à l'utilisation de ces derniers (cf. V-A-3 § 190) ; - lorsqu'elle est supérieure ou inférieure aux pourcentages prévus (cf. V-B-1-b § 240) ou lorsque le salarié reçoit plus d'un titre par repas compris dans l'horaire journalier de travail (cf. V-A-3 § 190), la contribution patronale est retenue dans les bases de l'impôt sur le revenu dû par le salarié. Les droits exigibles sont assortis, le cas échéant, des pénalités de droit commun. D. Dispositions diverses 1. Notification au directeur départemental des finances publiques de l'ouverture des comptes de titres-restaurant 280 Tout émetteur de titres-restaurant est tenu de se faire ouvrir, dans un établissement bancaire, un compte spécial auquel sont obligatoirement versés les fonds reçus en contrepartie de la cession des titres (C. trav., art. R. 3262-16 ). Une attestation d'ouverture de compte lui est délivrée en triple exemplaire dont l'un est remis au directeur départemental des finances publiques du lieu du siège de l'entreprise ; il est donné récépissé de cette remise. 2. Utilisation de sommes afférentes au remboursement de titres perdus ou périmés 290 La contre-valeur des titres perdus ou périmés est versée à l'émetteur par l'établissement bancaire qui tient le compte de titres-restaurant (C. trav., art. R. 3262-13). Après prélèvement par l'émetteur d'une somme destinée à le couvrir des frais supportés, le solde est soit : Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 10/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 - versé au comité d'entreprise ou affecté aux œuvres sociales de l'entreprise dans un délai de six mois, s'il s'agit de titres émis par l'employeur lui-même ; - s'il s'agit d'un émetteur spécialisé, réparti entre les divers comités d'entreprise qui ont acheté les titres ou entre les entreprises elles-mêmes au prorata de leurs achats. L'employeur est alors tenu d'affecter les sommes reçues aux œuvres sociales de son entreprise (C. trav., art. R. 3262-14). 3. Contrôle des émissions des titres 300 Tout émetteur de titres-restaurant est tenu de faire appel à un expert-comptable chargé de constater, au moins une fois l'an, les opérations accomplies. Le rapport rédigé par cet expert est tenu à la disposition de tout agent de contrôle (C. trav., art. R. 3262-33). Cet expert est également chargé de constater périodiquement -et au plus tard au cours du quatrième mois qui suit la période d'émission- la régularité de l'annulation des titres, après remboursement par l'établissement financier. Il consigne ses observations dans un rapport remis en triple exemplaire à l'émetteur, ce dernier étant tenu d'en transmettre un, sans délai, au directeur départemental des finances publiques du lieu de son principal établissement (arrêté du 22 décembre 1967 relatif à l'application du décret n° 67-1165 relatif aux titres-restaurant, art. 6). Remarque : Cette disposition n'est pas applicable lorsque l'émission des titres est assurée par l'employeur et qu'il existe un comité d'entreprise. Le contrôle de la gestion des fonds est, en effet, dans cette hypothèse, assuré par le comité (C. trav., art. R. 3262-34). VI. Chèques-vacances (CGI, art. 81, 19 bis) 310 Le dispositif des chèques-vacances, créé en vue d'aider les salariés à partir en vacances, est codifié de l'article L. 411-1 du code du tourisme à l'article L. 411-21 du code du tourisme. Il s'agit de titres nominatifs, émis par l'Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV), acquis par les salariés avec la contribution de leur employeur et permettant aux bénéficiaires d'acquitter tout ou partie de certaines dépenses de vacances. Le 19°bis de l'article 81 du CGI exonère, sous certaines conditions et certaines limites, l'avantage en nature correspondant à la contribution de l'employeur à l'acquisition des chèques-vacances. A. Dispositions générales 320 Les chèques-vacances ne revêtent pas un caractère obligatoire. En application de l'article L. 411-8 du code du tourisme, l'employeur, après consultation du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel ou de toute autre instance de concertation ayant compétence en matière d'œuvres sociales, définit, sous réserve des dispositions du 2° de l'article L. 411-10 du code du tourisme, les modalités de l'attribution éventuelle de chèques-vacances. L'acquisition de chèques-vacances implique un versement des salariés et une contribution de l'employeur. 1. Personnes en mesure de bénéficier des chèques-vacances 330 Outre les salariés, peuvent bénéficier des chèques-vacances les chefs d'entreprise de moins de cinquante salariés, leurs conjoints, leurs concubins ou leurs partenaires liés par un pacte civil de solidarité ainsi que les personnes à leur charge telles qu'elles sont définies par l'article 6 du CGI, l'article 196 du CGI et l'article 196 bis du CGI. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 11/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Par ailleurs, si plusieurs membres d'un même foyer fiscal ont la qualité de salarié, chacun d'eux peut acquérir personnellement des chèques-vacances. 2. Contribution de l'employeur 340 À chaque versement du salarié doit correspondre une contribution de l'employeur augmentée, le cas échéant, d'une contribution du comité d'entreprise. L'article D. 411-6-1 du code du tourisme prévoit que la contribution de l'employeur à l'acquisition de chèques-vacances ne peut dépasser un pourcentage de leur valeur libératoire. Cette contribution est au maximum de : - 80 % de la valeur libératoire des chèques-vacances si la rémunération moyenne des bénéficiaires au cours des trois derniers mois précédant l'attribution est inférieure au plafond de la sécurité sociale apprécié sur une base mensuelle ; - 50 % de la valeur libératoire des chèques-vacances si la rémunération moyenne des bénéficiaires au cours des trois derniers mois précédant l'attribution est supérieure au plafond de la sécurité sociale apprécié sur une base mensuelle. Ces pourcentages sont majorés de 5 % par enfant à charge et de 10 % par enfant handicapé, titulaire de la carte d'invalidité ou de la carte "priorité pour personne handicapée", dans la limite de 15 %. En outre, cette contribution annuelle globale ne peut être supérieure à la moitié du produit, évalué au 1er janvier de l'année en cours, du nombre total de ses salariés par le salaire minimum de croissance apprécié sur une base mensuelle, charges sociales comprises (code du tourisme, art. L. 411-11). B. Dispositions fiscales 1. Exonération 350 Les dispositions du 19° bis de l'article 81 du CGI renvoient notamment à l'article L. 411-5 du code du tourisme qui définit le régime fiscal applicable à l'avantage en nature correspondant à la contribution de l'employeur à l'acquisition de chèques-vacances par les salariés. Sous réserve du respect des conditions d'émission, d'acquisition, de financement et d'utilisation des chèques-vacances telles qu'elles sont définies par la section 1 du chapitre 1er du titre Ier du livre IV du code du tourisme (code du tourisme, art. L. 411-1 à art. L. 411-12), ce complément de rémunération est exonéré d'impôt sur le revenu dans la limite du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) apprécié sur une base mensuelle. Cette exonération appelle, quant à sa portée, les remarques suivantes. a. Contributions exonérées 360 L'exonération concerne non seulement la contribution proprement dite de l'employeur, mais également la participation financière du comité d'entreprise. b. Détermination de la limite d'exonération et arrondissements 370 Pour déterminer la limite d'exonération, il convient de retenir le taux horaire du SMIC au 1er décembre de l'année d'acquisition des chèques-vacances et de multiplier ce taux par l'horaire mensuel correspondant à la durée hebdomadaire de travail du salarié considéré, compte tenu, le cas échéant, des majorations pour heures supplémentaires. Le taux horaire du SMIC est révisé périodiquement sur le fondement de l'article L. 3231-12 du code du travail. Au 1er décembre 2014, le SMIC horaire Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 12/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 était de 9,53 € (décret n° 2013-1190 du 19 décembre 2013 portant relèvement du salaire minimum de croissance). Le montant ainsi obtenu est arrondi à l'euro supérieur. Exemple : Pour une durée du travail de 35 heures hebdomadaires et un taux horaire du SMIC à 9,53 € au 1er décembre 2014, la limite d'exonération s'établit pour l'imposition des revenus de l'année 2014 à 1 445,38 € [ (9,53 € x 35 x 52) /12 ], arrondis à 1 446 €. La limite d'exonération s'applique par personne susceptible d'acquérir des chèques-vacances (cf. VI-B-1-b § 380). 380 La circonstance que le conjoint (ainsi que le concubin ou le partenaire lié par un pacs) et les enfants d'un salarié puissent bénéficier, comme l'intéressé lui-même, des chèques-vacances qu'il acquiert avec la participation de son employeur n'est pas de nature à augmenter la limite d'exonération. Toutefois, plusieurs membres du foyer fiscal peuvent bénéficier de cette exonération lorsque, étant salariés, ils ont acquis personnellement et avec l'aide de leur propre employeur des chèquesvacances. c. Salariés embauchés ou débauchés en cours d'année, salariés ayant plusieurs employeurs 390 Le montant de l'exonération ne donne lieu à aucune réduction prorata temporis. En revanche, ce montant ne peut dépasser, pour une année donnée et pour un même salarié, la limite déterminée ainsi qu'il est précisé au VI-B-1-b § 370. d. Montant de la contribution de l'employeur supérieur à la limite d'exonération 400 Lorsque le total formé par la contribution de l'employeur et la participation financière du comité d'entreprise excède la limite d'exonération, le surplus doit être soumis à l'impôt sur le revenu, entre les mains du bénéficiaire, dans les conditions de droit commun. Exemple : Un employeur, au cours de l'année N, a contribué à l'achat par son salarié de chèquesvacances à raison de 50 % de leur valeur libératoire. Versement du salarié : 1 475 € Contribution de l'employeur : 1 475 € SMIC mensuel au 1er décembre N pour une durée de travail hebdomadaire de 35 heures : 1 400 €. La contribution de l'employeur est exonérée d'impôt sur le revenu à concurrence de 1 400 €. Le surplus, soit 1 475 - 1 400 € = 75 €, est imposable entre les mains du bénéficiaire, dans les mêmes conditions que la rémunération principale. e. Régime fiscal des versements des salariés 410 Les versements effectués par les salariés n'ouvrent droit à aucun avantage fiscal : les sommes correspondantes ne bénéficient donc d'aucune exonération d'impôt sur le revenu et ne peuvent venir en déduction du revenu imposable. 2. Sanctions fiscales 420 L'exonération est subordonnée au respect des conditions et obligations imposées aux employeurs et aux salariés par l'article L. 411-1 du code du tourisme à l'article L. 411-12 du code du tourisme. Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Page 13/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Sans préjudice des sanctions pénales édictées par l'article R. 411-7 du code du tourisme, le nonrespect de ces conditions et obligations a pour conséquence de rendre le salarié passible de l'impôt sur le revenu sur la partie de la contribution patronale initialement exonérée (cf. VI-B-1 § 350). Les sommes pour lesquelles les exonérations auront été reconnues injustifiées seront ajoutées aux revenus imposables de l'année au cours de laquelle a été effectuée l'acquisition des chèquesvacances. 3. Régime des aides aux vacances versées sous forme de chèquesvacances 430 Aux termes de l'article L. 411-18 du code du tourisme, les aides aux vacances attribuées par les organismes à caractère social, notamment les caisses d'allocations familiales, les caisses de mutualité sociale agricole, les centres communaux d'action sociale, les caisses de retraite, les comités d'entreprise, les mutuelles ou les services sociaux de l'État, des collectivités publiques ou de leurs établissements publics, peuvent être versées sous forme de chèques-vacances. Le fait que ces aides puissent prendre la forme de chèques-vacances ne suffit pas à les faire bénéficier des exonérations prévues par l'ordonnance dès lors que ces exonérations sont réservées aux chèques-vacances acquis avec une contribution de l'employeur. Il convient toutefois de remarquer : - que les comités d'entreprise peuvent contribuer à l'acquisition des chèques-vacances et qu'ainsi les sommes versées au titre d'aides aux vacances, sous forme de chèques-vacances, peuvent bénéficier de l'exonération prévue par les dispositions du 19° bis de l'article 81 du CGI si, par ailleurs, les conditions posées par ces dernières sont remplies ; - que les aides aux vacances peuvent être affranchies de l'impôt lorsqu'elles répondent aux conditions posées par le 9° de l'article 81 du CGI (cf. III § 110). 4. Déclaration des sommes versées par l'employeur pour l'acquisition des chèques-vacances 440 Ces sommes doivent être déclarées par l'employeur dans les conditions prévues par l'article 87 du CGI (BOI-BIC-DECLA-30-70-10 au II-C-6 § 310). 5. Incidence au regard de la taxe sur les salaires pour les entreprises de moins de cinquante salariés dépourvu de comité d'entreprise 450 Voir le BOI-TPS. VII. Aide accordée dans le cadre du dispositif "EDEN" (CGI, art. 81, 35°) 460 Le 35° de l'article 81 du CGI exonère l'aide financière de l’État accordée dans le cadre du dispositif de l’Encouragement au développement d’entreprises nouvelles ("EDEN") mentionnée à l'article L. 5141-2 du code du travail. Cette aide est versée à des personnes en difficulté d'accès à l'emploi, créant ou reprenant une entreprise : bénéficiaires de certains minima sociaux, salariés repreneurs de leur entreprise en Identifiant juridique : BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 Date de publication : 11/03/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 14/14 Exporté le : 12/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2441-PGP.html?identifiant=BOI-RSA-CHAMP-20-50-30-20150311 difficulté, demandeurs d'emploi de plus de 50 ans et personnes ayant créé ou repris une entreprise dans le cadre d'un contrat d'appui au projet d'entreprise. Elle est réalisée sous forme d'avance remboursable (loi n° 2003-721 du 1er août 2003 pour l'initiative économique, art. 37). En cas d'échec du projet d'entreprise, elle est exonérée d'impôt sur le revenu. Toutefois, cette exonération ne peut pas se cumuler avec la réduction d'impôt au titre des souscriptions au capital des PME. VIII. Revenu supplémentaire temporaire d'activité dans les DOM et certaines COM (CGI, art. 81, 38°) 470 Instauré afin de favoriser le pouvoir d'achat, le revenu supplémentaire temporaire d'activité (RSTA) est versé, en application du décret n° 2009-602 du 27 mai 2009 relatif au revenu supplémentaire temporaire d'activité, dans les départements de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique et de la Réunion, ainsi que dans les collectivités d'outre-mer (COM) de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon. Le RSTA a été remplacé par le RSA depuis le 1er janvier 2011. Toutefois, les bénéficiaires du RSTA peuvent continuer, sous conditions, à percevoir le RSTA en lieu et place du RSA. Le RSTA est exonéré d'impôt sur le revenu (CGI, art. 81, 38°). Contrairement au RSA, il n'est pas déduit du montant de la PPE calculée sur les revenus de l'année de sa perception (cf. III § 110). Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-CHAMP-30-20150325 Page 1/2 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1931-PGP.html?identifiant=BOI-IR-CHAMP-30-20150325 Date de publication : 25/03/2015 DGFIP IR - Champ d'application et territorialité - Personnes exonérées Positionnement du document dans le plan : IR - Impôt sur le revenu Champ d'application et territorialité Titre 3 : Personnes exonérées de l'impôt sur le revenu Sommaire : I. Les ambassadeurs et agents diplomatiques, les consuls et agents consulaires II. Personnel de la délégation en France du comité international de la Croix-Rouge (CICR) 1 L'article 5 du code général des impôts (CGI) exonère, sous réserve de réciprocité, les ambassadeurs, consuls et agents diplomatiques ou consulaires de nationalité étrangère. Par ailleurs, la loi n°2003-475 du 4 juin 2003 relative aux privilèges et immunités de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge en France prévoit que cette institution et son personnel « bénéficient en France de privilèges et immunités identiques à ceux accordés à l’Organisation des Nations-Unies et à son personnel par la convention sur les privilèges et immunités des Nations-Unies du 13 février 1946 ». Remarque : Les exonérations prévues aux 2° et 2° bis de l'article 5 du CGI en faveur des contribuables dont le revenu n'excédait pas le minimum garanti mentionné à l'article L. 3231-12 du code du travail ou un montant fixé par la loi, qui étaient devenues sans portée compte-tenu de la réforme du barème opérée par l'article 2 de la loi 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015, ont été abrogées par ce même article. Cette abrogation s'applique à compter de l'imposition des revenus de l'année 2014. I. Les ambassadeurs et agents diplomatiques, les consuls et agents consulaires 10 Selon la pratique internationale, les agents diplomatiques en poste en France ainsi que, dans le cas général, les membres de leur famille, sont réputés domiciliés dans le pays d'envoi (sauf exception : Identifiant juridique : BOI-IR-CHAMP-30-20150325 Date de publication : 25/03/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 2/2 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1931-PGP.html?identifiant=BOI-IR-CHAMP-30-20150325 ressortissants français, résidents permanents, exercice d'une activité lucrative). Les critères de l'article 4 B du CGI ne leur sont donc pas applicables (BOI-IR-CHAMP-10). 20 Le 3° de l'article 5 du CGI prévoit que les ambassadeurs et agents diplomatiques, les consuls et agents consulaires de nationalité étrangère, qui ne sont pas résidents permanents, sont exonérés d'impôt sur le revenu sous réserve de réciprocité. 30 La rémunération officielle des agents diplomatiques et consulaires en poste en France est exonérée d'impôt en France en application des stipulations des conventions de Vienne des 18 avril 1961 et 24 avril 1963. 40 Il résulte des règles exposées ci-dessus que ces agents diplomatiques et ces agents consulaires sont exonérés d'impôt sur le revenu pour leur rémunération officielle. En tant que non résidents, leurs revenus privés de source étrangère sont exonérés d'impôt sur le revenu en France mais ils demeurent soumis audit impôt à raison de leurs revenus privés de source française, sous réserve des conditions prévues par les conventions fiscales bilatérales. 50 Les membres des représentations d'États auprès d'organisations internationales intergouvernementales sont assimilés à des membres d'une mission diplomatique et jouissent, d'une manière générale, des exonérations fiscales accordées aux diplomates. II. Personnel de la délégation en France du comité international de la Croix-Rouge (CICR) 60 La loi n°2003-475 du 4 juin 2003 relative aux privilèges et immunités de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge en France prévoit que cette institution et son personnel « bénéficient en France de privilèges et immunités identiques à ceux accordés à l’Organisation des Nations-Unies et à son personnel par la convention sur les privilèges et immunités des Nations-Unies du 13 février 1946 ». Les membres de son personnel sont exonérés d’impôt sur le revenu pour les traitements qu’ils perçoivent en rémunération de leurs activités, à l’exclusion notamment des experts et des consultants extérieurs. 70 La loi dispose cependant que « les traitements et émoluments versés par la délégation française du CICR aux membres français de son personnel sont soumis à l’impôt sur le revenu dans les conditions de droit commun ». Ainsi qu’en attestent le titre de la loi et les débats parlementaires, le régime susmentionné ne concerne que la délégation en France du CICR située à Paris. Il ne bénéficie pas aux agents du CICR dont le siège est à Genève. 80 Pour le régime d'imposition applicable aux fonctionnaires des institutions spécialisées des Nations Unies, se reporter au BOI-IR-LIQ-20-30-30. Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-BASE-40-20150325 Page 1/6 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2036-PGP.html?identifiant=BOI-IR-BASE-40-20150325 Date de publication : 25/03/2015 DGFIP IR - Base d'imposition - Abattements spéciaux pour personnes âgées, invalides ou enfants à charge ayant fondé un foyer distinct Positionnement du document dans le plan : IR - Impôt sur le revenu Base d'imposition Titre 4 : Abattements spéciaux pour personnes âgées, invalides ou enfants à charge ayant fondé un foyer distinct Sommaire : I. Abattement spécial accordé aux personnes âgées et aux invalides A. Conditions d'application de l'abattement 1. Personnes concernées 2. Condition de revenu B. Montant de l'abattement C. Déduction de l'abattement II. Abattement accordé aux parents en cas de rattachement à leur foyer fiscal de leurs enfants mariés ou chargés de famille A. Enfants concernés B. Conditions de l'option 1. Enfant isolé chargé de famille 2. Enfant marié ou lié par un PACS a. Personnes susceptibles de demander le rattachement du jeune ménage b. Contribuable bénéficiaire du rattachement C. Conséquences de l'option D. Montant de l'abattement I. Abattement spécial accordé aux personnes âgées et aux invalides 1 Identifiant juridique : BOI-IR-BASE-40-20150325 Date de publication : 25/03/2015 Page 2/6 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2036-PGP.html?identifiant=BOI-IR-BASE-40-20150325 L'article 157 bis du code général des impôts (CGI) prévoit que les contribuables âgés de plus de 65 ans et les invalides de condition modeste peuvent bénéficier, pour le calcul de l'impôt, d'un abattement sur le revenu imposable. A. Conditions d'application de l'abattement 1. Personnes concernées 10 L’article 157 bis du CGI prévoit un abattement spécifique pour : - les personnes âgées de plus de 65 ans au 31 décembre de l'année d'imposition, qu'il s'agisse du contribuable ou, pour les personnes soumises à imposition commune, de l'un des membres du couple ; - les personnes invalides au sens des c, d et d bis du 1 de l’article 195 du CGI, que cette condition soit satisfaite par le contribuable lui-même ou pour les personnes soumises à imposition commune par chacun des membres du couple. Il s'agit des contribuables qui sont titulaires : - soit d'une pension militaire d'invalidité pour une invalidité d'au moins 40 % ; - soit d'une pension d'invalidité pour un accident du travail d'au moins 40 % ; - soit de la carte d'invalidité prévue à l'article L. 241-3 du code l'action sociale et des familles. Les invalides peuvent bénéficier de l'abattement pour l'imposition des revenus de l'année au cours de laquelle ils ont demandé la carte d'invalidité à la mairie de leur domicile. Si l'examen de la déclaration des revenus de l'année suivante fait apparaître que la demande de carte n'a pas été agréée, il y a lieu de régulariser l'imposition primitive. 20 Même lorsqu'une personne satisfait aux deux conditions prévues par l'article 157 bis du CGI, l'abattement s'applique une seule fois pour cette personne (RM Souquet, n ° 14897, JO déb. Sénat du 15 novembre 1974, p. 1774). 30 L'abattement prévu à l'article 157 bis du CGI en faveur des contribuables âgés ou invalides ne peut bénéficier qu'aux personnes dont l'ensemble des revenus est pris en compte pour le calcul du revenu imposable en France et non à celles qui, étant fiscalement domiciliées à l'étranger, ne sont imposables en France que sur leurs revenus de source française (CE, arrêt du 4 mai 1988, n° 84482). Toutefois, les "non-résidents Schumacker" au sens de la jurisprudence de la Cour de Justice de l'Union Européenne (affaire C-279/93) peuvent, toutes conditions étant par ailleurs remplies, bénéficier de l'abattement. Pour plus de précisions, se reporter au BOI-IR-DOMIC-40. 2. Condition de revenu 40 Le montant de l'abattement dépend de l'importance du revenu net global. Ce revenu net global est obtenu après déduction, s'il y a lieu, des déficits des années antérieures et des charges du revenu global. Il ne tient compte ni des plus-values taxées à l'impôt sur le revenu selon un taux proportionnel, ni des revenus soumis à un prélèvement libératoire. Identifiant juridique : BOI-IR-BASE-40-20150325 Date de publication : 25/03/2015 Page 3/6 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2036-PGP.html?identifiant=BOI-IR-BASE-40-20150325 Les revenus imposés selon le système du quotient (CGI, art. 163 bis C, II et CGI, art. 163-0 A) sont en revanche pris en compte pour leur montant total. 50 Par ailleurs, le revenu net global s'entend du revenu net global de l'ensemble du foyer fiscal et non pas seulement de l'un de ses membres (CE, arrêt du 13 mai 1991, n° 67393). B. Montant de l'abattement 60 Pour l’imposition des revenus de 2014, lorsque le revenu net global n'excède pas 14 710 €, le montant de l'abattement est de : - 2 344 €, si le contribuable ou un seul des membres du couple soumis à imposition commune est âgé de plus de 65 ans ou invalide ; - 4 688 € pour les foyers dans lesquels chacun des membres du couple soumis à imposition commune satisfait à ces mêmes conditions. Lorsque ce revenu net global est compris entre 14 710 € et 23 700 €, l'abattement s'élève à : - 1 172 €, si le contribuable ou un seul des membres du couple soumis à imposition commune est âgé de plus de 65 ans ou invalide ; - 2 344 €, si les deux membres du couple soumis à imposition commune remplissent les conditions d'âge ou d'invalidité. Au-delà de 23 700 € de revenu net global, aucun abattement n’est accordé. 70 Les abattements et plafonds de revenus prévus à l'article 157 bis du CGI sont relevés chaque année dans la même proportion que la limite supérieure de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu (CGI, art. 157 bis, dernier alinéa). Remarque : Le II de l'article 2 de la loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 prévoit que les seuils et limites qui, en application des dispositions en vigueur, sont relevés dans la même proportion que la limite supérieure de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu sont, par dérogation à ces dispositions, relevés de 0,5 %. Cette revalorisation s'applique pour l'imposition des revenus de l'année 2014. C. Déduction de l'abattement 80 L'abattement est directement déduit du revenu net global. 90 En cas de décès en cours d'année de l'un des conjoints soumis à imposition commune, le conjoint survivant peut, s'il remplit les conditions, bénéficier de l'abattement pour l'imposition établie à son nom, de la date du décès de son conjoint jusqu'au 31 décembre, même si cet avantage a déjà été appliqué pour l'imposition commune du ménage. 100 Enfin, l'abattement est remis en cause si le revenu net global du contribuable vient à dépasser les limites d'application, à la suite d'un rehaussement des bases d'imposition. Identifiant juridique : BOI-IR-BASE-40-20150325 Date de publication : 25/03/2015 Page 4/6 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2036-PGP.html?identifiant=BOI-IR-BASE-40-20150325 II. Abattement accordé aux parents en cas de rattachement à leur foyer fiscal de leurs enfants mariés ou chargés de famille 110 Les enfants mariés ou liés par un pacte civil de solidarité (PACS), quel que soit leur âge, sont considérés comme ayant fondé un foyer distinct. Ils sont donc, en principe, imposables sous leur propre responsabilité à raison des revenus qu'ils perçoivent. Toutefois, conformément aux dispositions du 2° du 3 de l'article 6 du CGI, ils peuvent demander leur rattachement au foyer fiscal des parents de l'un ou de l'autre. 120 Le deuxième alinéa de l'article 196 B du CGI prévoit que l'avantage accordé au contribuable qui accepte le rattachement d'enfants mariés ou chargés de famille est constitué par un abattement sur son revenu net global. Il est pratiqué autant d’abattement qu’il existe de personnes rattachées au foyer fiscal. Ainsi, dans le cas d’un enfant ayant lui-même un enfant à charge, le foyer de rattachement bénéficie de deux abattements. Lorsque l’enfant est marié, le foyer qu’il constitue avec son épouse et éventuellement ses propres enfants fait l’objet d’un rattachement global. 130 Si l’enfant majeur rattaché est divorcé ou séparé et que la charge de ses enfants est partagée avec son ex-conjoint en cas de résidence alternée, l’abattement auquel ouvre droit chacun des enfants concernés est divisé par deux. Exemple : Soit un enfant âgé de 20 ans rattaché au foyer de ses parents. Cet enfant est divorcé et a lui-même un enfant dont la charge est également partagée avec son ex conjoint. Le foyer de rattachement bénéficiera d’un abattement et demi (un abattement au titre de l’enfant majeur et un demi abattement au titre de l’enfant mineur). A. Enfants concernés 140 Les enfants concernés par cette mesure sont ceux qui, soit au 1er janvier, soit au 31 décembre, se trouvent dans l'une des situations de famille suivantes : - mariés ou partenaires liés par un PACS soumis à un régime d'imposition commune ayant ou non des enfants ; - célibataires, veufs, divorcés ou séparés lorsqu'ils sont chargés de famille. 150 Ils doivent en outre satisfaire à l'une des conditions suivantes : - être âgés de moins de 21 ans ; - être âgés de moins de 25 ans lorsqu'ils justifient de la poursuite de leurs études ; - effectuer leur service national quel que soit leur âge. 160 L'abattement s'applique même pour l'année au cours de laquelle l'enfant, ou son conjoint suivant le cas : - atteint l'âge de 21 ans, ou celui de 25 ans, s'il est étudiant ; Identifiant juridique : BOI-IR-BASE-40-20150325 Date de publication : 25/03/2015 Page 5/6 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2036-PGP.html?identifiant=BOI-IR-BASE-40-20150325 - commence et/ou finit son service national (RM Couanau n° 64763, JO déb. AN du 1er février 1993, p. 375) ; - achève ses études avant 25 ans. 170 La faculté pour l’enfant de se rattacher à l’un ou à l’autre de ses parents ne peut pas être exercée au titre de l’année où l’enfant atteint sa majorité. Dès lors, l’année de ses 18 ans, l’enfant ne peut demander son rattachement qu’au seul parent qui le compte à charge comme enfant mineur au 1er janvier de l’année d’imposition. L’année suivante, le choix est à nouveau offert, comme auparavant, à l’enfant majeur (CE, arrêt du 5 juin 2002, n° 224410). B. Conditions de l'option 1. Enfant isolé chargé de famille 180 Pour l'enfant célibataire, veuf, divorcé ou séparé, chargé de famille, le rattachement ne peut être demandé que s'il remplit, à titre personnel, les conditions pour pouvoir être compté à charge. Cet enfant peut demander le rattachement à ses propres parents ou à l'un d'eux s'ils sont eux-mêmes divorcés ou imposés séparément. 2. Enfant marié ou lié par un PACS a. Personnes susceptibles de demander le rattachement du jeune ménage 190 Le rattachement du jeune ménage peut être demandé par l'un ou l'autre des conjoints ou partenaires. 200 Par suite, la demande peut même être faite par celui des conjoints qui ne satisfait pas personnellement aux conditions requises pour le rattachement, dès lors que celles-ci sont remplies par son conjoint. Un jeune foyer dont l'un des conjoints est devenu orphelin de père et de mère après la date de sa majorité peut demander son rattachement au foyer fiscal qui recueille le jeune couple sous réserve que : - l'un des conjoints remplisse l'une des conditions mentionnées au II-A § 150. - les conditions liées à la notion d'enfant recueilli soient réunies pour l'ensemble du jeune foyer. Ceci implique que le contribuable qui recueille à son propre foyer le jeune couple assume de manière effective et exclusive la charge matérielle de celui-ci. En particulier, cette notion n'est pas remplie en cas de contribution à l'entretien du jeune couple des parents au foyer desquels celui-ci n'est pas rattaché. b. Contribuable bénéficiaire du rattachement 210 Le rattachement peut être demandé aux parents de l'un ou l'autre des jeunes époux ; lorsque les parents sont divorcés ou imposés distinctement, le rattachement peut s'effectuer au profit de l'un ou l'autre de ces parents. Le jeune ménage ne peut se rattacher qu'à un seul de ces contribuables. Identifiant juridique : BOI-IR-BASE-40-20150325 Date de publication : 25/03/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 6/6 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2036-PGP.html?identifiant=BOI-IR-BASE-40-20150325 L'accord pour le rattachement peut être donné, pour les personnes imposées conjointement, soit par le père, soit par la mère. Les parents qui ne sont pas bénéficiaires du rattachement ne peuvent compter à charge leur enfant. Ils ont cependant la possibilité de déduire une pension alimentaire dans la limite prévue par le deuxième alinéa du II de l'article 156 du CGI. C. Conséquences de l'option 220 L'option est opérée dans les mêmes conditions que pour les enfants majeurs célibataires. Le rattachement entraîne, pour le parent qui en est bénéficiaire, l'obligation d'inclure dans son revenu imposable, les revenus perçus pendant l'année entière par l'enfant, le jeune ménage ou chacun des deux partenaires du Pacs. Les enfants ainsi rattachés ont la qualité d'enfant à charge mais ils n'ouvrent pas droit à une majoration du quotient familial. En effet, l'avantage fiscal accordé au parent bénéficiaire du rattachement se traduit non par une majoration du quotient familial mais par un abattement sur le revenu imposable par personne ainsi prise à charge. Le foyer fiscal ne peut pas demander en même temps la déduction de la pension alimentaire éventuellement versée pour l'entretien des personnes rattachées. D. Montant de l'abattement 230 A compter de l'imposition des revenus de 2014, le montant de l’abattement est fixé à 5 726 €. Si l’enfant majeur rattaché est divorcé ou séparé et que la charge de ses enfants est partagée avec son ex-conjoint en cas de résidence alternée, l’abattement auquel ouvre droit chacun des enfants concernés est divisé par deux, soit 2 863 € à compter de l’imposition des revenus de 2014. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-LIQ-20-10-20150325 Page 1/2 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2491-PGP.html?identifiant=BOI-IR-LIQ-20-10-20150325 Date de publication : 25/03/2015 DGFIP IR - Liquidation - Détermination de l'impôt brut Positionnement du document dans le plan : IR - Impôt sur le revenu Liquidation Titre 2 : Calcul de l'impôt Chapitre 1 : Détermination de l'impôt brut Sommaire : I. Méthode de calcul de l'impôt brut II. Barème de l'impôt I. Méthode de calcul de l'impôt brut 1 Le calcul de l'impôt brut est effectué à partir du revenu net imposable, déterminé dans les conditions définies au BOI-IR-BASE-10-10 et arrondi selon les modalités définies au BOI-IR-LIQ-20-20-40 au IV § 50. Conformément aux dispositions de l'article 193 du code général des impôts (CGI), ce calcul se décompose en trois opérations : - le revenu net imposable est divisé par le nombre de parts correspondant au quotient familial dont bénéficie le contribuable, compte tenu de sa situation et de ses charges de famille (pour la détermination du quotient familial, se reporter au BOI-IR-LIQ-10) ; - le barème de l'impôt sur le revenu indiqué ci-dessous pour l'année considérée (cf. II § 40) s'applique au résultat ainsi obtenu, qui représente le montant du revenu imposable pour une part entière de quotient familial ; - le chiffre obtenu est ensuite multiplié par le nombre de parts de quotient familial, pour obtenir le montant total de l'impôt brut. 10 Identifiant juridique : BOI-IR-LIQ-20-10-20150325 Date de publication : 25/03/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 2/2 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2491-PGP.html?identifiant=BOI-IR-LIQ-20-10-20150325 C'est sur ce montant (arrondi selon les règles indiquées au BOI-IR-LIQ-20-20-40 au IV § 50 que sont ensuite opérées, le cas échéant, les diverses corrections (BOI-IR-LIQ-20-20). (20) 30 Le mode de calcul de l'impôt prévu par la loi permet au contribuable de bénéficier, sur chaque part de son revenu, des taux réduits applicables aux premières tranches du barème (cf. II § 40). La progressivité de l'impôt est d'autant plus atténuée que le revenu global a été divisé en un plus grand nombre de parts. II. Barème de l'impôt 40 Le barème de l'impôt sur le revenu est fixé par le 1 du I de l'article 197 du CGI. Il est constitué de cinq taux (0 %, 14 %, 30 %, 41% et 45 %). Remarque : L'article 2 de la loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 supprime, à compter de l'imposition des revenus de 2014, la tranche d'imposition au taux de 5,5 %, qui s'appliquait, pour l'imposition des revenus de 2013, à la fraction de revenus comprise entre 6 011 € et 11 991 € par part de quotient familial. Corrélativement, elle diminue de 11 991 € à 9 690 € le seuil d'entrée dans la tranche d'imposition à 14 % qui constitue désormais la première tranche d'imposition (hors tranche à 0%). A chaque taux est associée une tranche de revenus dont les limites peuvent être revalorisées d'une année sur l'autre (en général en fonction de l'évolution prévisionnelle de l'indice des prix à la consommation au cours de l'année d'imposition) si une disposition expresse de la loi de finances le prévoit. Remarque : L'article 2 de la loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 indexe les limites des tranches de revenus du barème de l'impôt sur le revenu comme l'évolution de l'indice des prix hors tabac de 2014 par rapport à 2013, soit 0,5%. Le barème pour l'imposition des revenus de l'année 2014 est le suivant : Fraction de revenu imposable par part Taux (en pourcentage) N'excédant pas 9 690 € 0 Supérieure à 9 690 € et inférieure ou égale à 26 764 € 14 Supérieure à 26 764 € et inférieure ou égale à 71 754 € 30 Supérieure à 71 754 € et inférieure ou égale à 151 956 € 41 Supérieure à 151 956 € 45 Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-280-20-20150422 Page 1/2 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9607-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-280-20-20150422 Date de publication : 22/04/2015 DGFIP IR - Crédit d'impôt pour la transition énergétique - Conditions d'application Positionnement du document dans le plan : IR - Impôt sur le revenu Réductions et crédits d'impôt Titre 28 : Crédit d'impôt pour la transition énergétique Chapitre 2 : Conditions d'application 1 Pour les dépenses payées depuis le 1er septembre 2014, le crédit d'impôt pour la transition énergétique, prévu à l'article 200 quater du code général des impôts (CGI), s'applique, toutes autres conditions étant par ailleurs remplies, à l'ensemble des dépenses éligibles et ce, dès la première dépense réalisée, la condition de réalisation d'un "bouquet de travaux" étant supprimée. Pour les dépenses payées du 1er janvier 2014 au 31 août 2014, le crédit d'impôt est réservé aux contribuables qui réalisent des dépenses dans le cadre d’un « bouquet de travaux », qui s’entend de la réalisation d’au moins deux actions de dépenses efficaces d’amélioration de la performance énergétique du logement parmi six catégories de dépenses limitativement énumérées. Toutefois, sous conditions de ressources, les contribuables peuvent bénéficier du crédit d'impôt, en l'absence de réalisation d'un bouquet de travaux, c'est-à-dire pour des dépenses réalisées en « action seule ». Des modalités d'application transitoires sont prévues afin de maintenir le bénéfice du crédit d'impôt dans ses conditions d'application antérieure à l'article 3 de la loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 pour les contribuables ayant réalisé des dépenses éligibles du 1er janvier au 31 août dans le cadre d'un "bouquet de travaux" non achevé au 31 août 2014. Ces dispositions sont examinées à la section 1 au BOI-IR-RICI-280-20-10. 10 En application du 7 du I de l’article 244 quater U du CGI, les dépenses de travaux financées par une avance remboursable au titre de l’éco-prêt à taux zéro peuvent ouvrir droit, sous conditions de Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-280-20-20150422 Date de publication : 22/04/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 2/2 Exporté le : 08/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9607-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-280-20-20150422 ressources, au crédit d’impôt sur le revenu pour la transition énergétique prévu à l’article 200 quater du CGI. Ces dispositions sont examinées à la section 2 au BOI-IR-RICI-280-20-20. 20 Pour les dépenses payées à compter du 1er janvier 2015 en France métropolitaine et du 1er octobre 2015 dans les départements d'outre-mer et sous réserve de dispositions transitoires, l'éligibilité au crédit d'impôt des dépenses relevant de certaines catégories de travaux est conditionnée à la réalisation de ces travaux par une entreprise titulaire d'un signe de qualité attestant du respect des critères de qualification requis. Ces dispositions sont examinées à la section 3 au BOI-IR-RICI-280-20-30. . DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Actualité Page 1/2 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9841-PGP.html?identifiant=ACTUDate de publication : 25/03/2015 IR - IF - Suppression de la tranche à 5,5 % et indexation du barème de l'impôt sur le revenu - Aménagement et renforcement de la décote et indexation de certains seuils et montants associés retenus pour les allègements de fiscalité directe locale (loi n ° 2014-1652 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015, art. 2) Séries / Divisions : IR - CHAMP, IR - BASE, IR - LIQ, BARÈME - IF Texte : L'article 2 de la loi n° 2014-1652 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 prévoit : - la suppression de la première tranche d'imposition du barème progressif de l'impôt sur le revenu, au taux de 5,5 %. Corrélativement, le seuil d'entrée dans la tranche d'imposition à 14 % est fixé à 9 690 € et les exonérations prévues en faveur des contribuables modestes dont le revenu n'excédait pas le minimum garanti mentionné à l'article L. 3231-12 du code du travail, devenues sans objet, sont supprimées ; - l'indexation, au taux de 0,5 %, du barème de l'impôt sur le revenu et des seuils et limites qui lui sont associés. Cette revalorisation concerne notamment le plafonnement de l'avantage maximal en impôt procuré par les demi-parts supplémentaires de quotient familial ; - l'aménagement et le renforcement de la décote dont le mode de calcul est modifié et le plafond est porté de 1 016 € à 1 135 € pour les contribuables célibataires, veufs et divorcés et à 1 870 € pour les couples soumis à imposition commune. L'ensemble de ces mesures s'appliquent à compter de l'impôt dû en 2015 sur le revenu de 2014. Corrélativement, l'article 2 de la loi de finances pour 2015 précité prévoit le relèvement de 0,5 % des montants des abattements prévus au I de l'article 1414 A du code général des impôts (CGI) et des revenus prévus aux I et II de l'article 1417 du CGI retenus pour les allègements de fiscalité directe locale des ménages. Ces mesures s'appliquent pour la taxe d'habitation et la taxe foncière sur les propriétés bâties dues au titre de 2015. Par ailleurs, des précisions sont apportées sur la domiciliation fiscale des agents diplomatiques étrangers en poste en France et sur la portée de l'exonération d'impôt sur le revenu prévue au 3° de l'article 5 du CGI dont ils bénéficient. Actualité liée : X Documents liés : BOI-IR-CHAMP-30 : IR - Champ d'application et territorialité - Personnes exonérées BOI-IR-BASE-40 : IR - Base d'imposition - Abattements spéciaux pour personnes âgées, invalides ou enfants à charge ayant fondé un foyer distinct Identifiant : Date de publication : 25/03/2015 Page 2/2 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9841-PGP.html?identifiant=ACTUBOI-IR-LIQ-10-20-20-20 : IR - Liquidation - Calcul de quotient familial - Majorations pour les personnes invalides et les anciens combattants BOI-IR-LIQ-20-10 : IR - Liquidation - Détermination de l'impôt brut BOI-IR-LIQ-20-20-20 : IR - Liquidation - Corrections affectant le montant de l'impôt brut - Plafonnement des effets du quotient familial BOI-IR-LIQ-20-20-30 : IR - Liquidation - Corrections affectant le montant de l'impôt brut - Décote BOI-BAREME-000006 : BARÈME - IF - Limites d'application des abattements, exonérations et dégrèvement de taxe foncière sur les propriétés bâties et de taxe d'habitation Signataire des document liés : Véronique Bied-Charreton, Directrice de la législation fiscale Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCA-RSD-20150204 Page 1/8 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2339-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-RSD-20150204 Date de publication : 04/02/2015 DGFIP TCA - Redevance sanitaire de découpage Positionnement du document dans le plan : TCA - Taxes spéciales sur le chiffre d'affaires Redevance sanitaire de découpage Sommaire : I. Champ d'application A. Opérations imposables 1. Définition de l'opération de découpage de viandes avec os donnant lieu au paiement de la redevance 2. Champ d'application de la redevance sanitaire de découpage B. Opérations non imposables 1. Saisies par les services sanitaires 2. Acquisition par des organismes d'intervention 3. Exportations, livraisons intracommunautaires et opérations assimilées portant sur les viandes non découpées C. Personnes imposables D. Personnes non imposables E. Territoire d'application II. Fait générateur et exigibilité III. Assiette de la redevance IV. Tarif A. Modalités de détermination du tarif B. Tarif applicable V. Obligations des redevables A. En régime intérieur B. À l'importation C. Acquisitions intracommunautaires VI. Recouvrement, contrôle et contentieux Identifiant juridique : BOI-TCA-RSD-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Page 2/8 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2339-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-RSD-20150204 La présente division a pour objet de commenter les règles prévues par l'article 302 bis S du code général des impôts (CGI) applicables à la redevance sanitaire de découpage, constatée et recouvrée comme en matière de taxe sur la valeur ajoutée. I. Champ d'application A. Opérations imposables 1. Définition de l'opération de découpage de viandes avec os donnant lieu au paiement de la redevance 1 Pour les viandes des espèces bovine, ovine, caprine, et des espèces chevaline, asine ou leur croisement ainsi que pour les gibiers ongulés d'élevage ou sauvages, la redevance n'est pas due, sous réserve des précisions concernant les importations et les acquisitions intracommunautaires, pour les viandes en carcasse, demi-carcasse ou demi-carcasse découpée en un maximum de trois morceaux de gros ou de quartiers. L'opération de découpage qui donne lieu au paiement de la redevance sanitaire est par conséquent la première opération de découpage permettant d'obtenir des unités de découpe à partir de la carcasse ou de la demi-carcasse, éventuellement déjà découpée en un maximum de trois morceaux de gros ou de quartiers. 10 Lorsque lesdites viandes font l'objet d'opérations de découpage successives par un même ou plusieurs opérateurs, la redevance sanitaire est due une seule fois sur la totalité du poids net de viande au titre de la première opération de découpage telle qu'elle est définie ci-dessus. 20 S'agissant des volailles, des lapins domestiques et des gibiers d'élevage ou sauvage autres qu'ongulés, la redevance sanitaire de découpage est perçue pour toutes les carcasses qu'elles soient destinées à être découpées ou non selon un tarif proportionnel au taux de découpage constaté sur l'ensemble du territoire. La redevance sanitaire de découpage n'est plus due sur les carcasses pour lesquelles l'abatteur, le tiers abatteur, la personne qui réalise des acquisitions intracommunautaires, l'importateur ou le déclarant en douane justifie d'une destination autre qu'un atelier de découpe agréé en application de l'article L. 233-2 du code rural et de la pêche maritime. En conséquence, les viandes de volailles, qui ne sont pas destinées à être découpées, ne sont plus soumises à la redevance sanitaire de découpage. Remarque : Compte tenu de la diversité des pratiques de découpe et afin d'éviter toutes difficultés d'interprétation sur les notions de morceaux de gros ou de quartiers, le service trouvera infra la liste, établie par les professionnels concernés, des pièces de gros et des quartiers à partir desquels sont obtenues des unités de découpe : Gros bovins - carcasse - 1/2 carcasse - collier - raquette - cuisse - quartier avant : - AV 5 (quartier avant 5 côtes) - AVT 5 (quartier avant 5 côtes avec caparaçon) - AV 10 (quartier avant à 10 côtes) - milieu de train de côtes - aloyau - bavettes - quartier arrière : - AR 8 (quartier arrière à 8 côtes) - ART 8 (quartier arrière traité à 8 côtes) - caparaçon Identifiant juridique : BOI-TCA-RSD-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Page 3/8 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2339-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-RSD-20150204 - AR 3 (quartier arrière à 3 côtes) - basses-côtes Veaux - carcasse - carré de côtes - 1/2 carcasse - épaule - quartier avant (basse) - poitrine - quartier arrière (pan) - collier - cuisseau Porcins - carcasse - poitrine - 1/2 carcasse - hachage - jambon - épaule - longe Ovins - carcasse - carré double - culotte - poitrine double - coffre - papillon - baron - rosbif court - casque 2. Champ d'application de la redevance sanitaire de découpage 30 La redevance sanitaire est due, quelle que soit la qualité du propriétaire des viandes à découper, au titre des opérations de découpage effectuées en France telles qu'elles sont définies ci-dessus pour les viandes de volailles, d'animaux de boucherie et de charcuterie destinées : - à la vente en France ; - à la consommation personnelle ou familiale du propriétaire. 40 La redevance sanitaire de découpage est également due à l'importation des viandes, préparées ou non, reprises au tableau figurant sous l'article 111 quater P de l'annexe III au CGI. Par ailleurs, la redevance est due sur les viandes avec os à découper qui font l'objet d'une acquisition intracommunautaire ou d'une opération assimilée à une acquisition intracommunautaire désignée au II de l'article 256 bis du CGI . B. Opérations non imposables 1. Saisies par les services sanitaires 50 La redevance sanitaire de découpage n'est pas due lorsque les viandes avec os à découper font l'objet de saisies totales ou partielles pratiquées dans les abattoirs par les services de l'inspection sanitaire (CGI, ann. III, art. 111 quater N). Identifiant juridique : BOI-TCA-RSD-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Page 4/8 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2339-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-RSD-20150204 60 En cas de saisie partielle, la redevance sanitaire n'est pas due sur le poids net de viande ayant effectivement fait l'objet d'une saisie tel qu'il ressort des certificats de saisie établis par les services de l'inspection sanitaire. 70 Le propriétaire des viandes avec os à découper doit informer le tiers abatteur des saisies totales ou partielles pratiquées sur les carcasses au moment de l'abattage et tenir à sa disposition une copie ou l'original du certificat de saisie établi par les services de l'inspection sanitaire. 2. Acquisition par des organismes d'intervention 80 La redevance n'est pas due lorsque les viandes sont acquises par des organismes d'intervention (CGI, art. 302 bis S, al. 3). En pratique, l'établissement national des produits de l'agriculture et de la mer (France AgriMer) est le seul organisme habilité à intervenir sur le marché des viandes. Dans ce cas, le fait que les viandes aient fait ou non l'objet d'une opération de découpage est sans incidence. 90 L'abatteur, qu'il procède ou non aux opérations de découpage des viandes, justifie le non-paiement de la redevance sanitaire en produisant la facture de vente qu'il adresse à l'organisme d'intervention (FranceAgriMer). 100 Le tiers abatteur qui ne connaît pas la destination des viandes provenant des animaux qu'il abat pour le compte du propriétaire est toujours redevable de la redevance sanitaire de découpage. 110 Le propriétaire des viandes à découper peut obtenir auprès du tiers abatteur, le remboursement de la redevance sanitaire en produisant la facture de vente qu'il adresse à l'organisme d'intervention (FranceAgriMer). Le tiers abatteur doit conserver une copie de cette facture pour justifier l'imputation de la redevance sanitaire de découpage remboursée. 3. Exportations, livraisons intracommunautaires et opérations assimilées portant sur les viandes non découpées 120 En vertu de l'article 302 bis S du CGI, la redevance sanitaire de découpage n'est pas due lorsque les viandes non découpées : - sont exportées ; - font l'objet d'une livraison exonérée en vertu du I de l'article 262 ter du CGI ou d'une livraison dans un lieu situé dans un autre État membre de l'Union européenne en application de l'article 258 A du CGI et qu'il est justifié de l'exportation, de l'expédition ou du transport. 130 L'abatteur qui procède directement à des exportations de viandes avec os à découper en l'état justifie le non-paiement de la redevance en produisant l'exemplaire n° 3 du document administratif unique (DAU) visé par le service des douanes. Ce formulaire est accessible sur le site www.douane.gouv.fr Dans le cas où l'abatteur procède directement à des livraisons intracommunautaires de viandes avec os à découper, l'existence du transport ou de l'expédition peut être justifiée par tous moyens. 140 Identifiant juridique : BOI-TCA-RSD-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Page 5/8 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2339-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-RSD-20150204 Lorsque l'abatteur livre les viandes avec os à découper à une personne qui effectue l'une des opérations visées au I-B-3 § 120, il justifie le non-paiement de la redevance en produisant l'attestation que l'exportateur doit délivrer à son fournisseur en application de l'article 275 du CGI. 150 Le tiers abatteur est toujours redevable de la redevance sanitaire de découpage. Toutefois, le propriétaire des viandes avec os à découper destinées à l'une des opérations visées ci-dessus peut obtenir auprès du tiers abatteur le remboursement de la redevance sanitaire en produisant : - l'exemplaire n° 3 du document administratif unique (DAU) visé par le service des douanes lorsqu'il est exportateur direct ; Remarque : En cas de livraisons intracommunautaires (CGI, art. 262 ter, I) le propriétaire des viandes avec os à découper devra fournir tous moyens de preuve permettant d'établir la réalité de l'expédition ou du transport des biens hors de France. - l'attestation délivrée par son client, en application de l'article 275 du CGI, lorsqu'il livre les viandes avec os à découper à une personne qui réalise l'une des opérations décrites au I-B-3 § 120. 160 Le tiers abatteur doit conserver une copie de ces documents pour justifier l'imputation de la redevance sanitaire de découpage remboursée. 170 Enfin, le registre auquel sont tenus, en application de l'article 111 quater G de l'annexe III au CGI, les abatteurs et les tiers abatteurs pour permettre la liquidation ou le contrôle des redevances sanitaires doit faire mention des éléments nécessaires à la justification du non-paiement ou du remboursement de la redevance sanitaire de découpage. C. Personnes imposables 180 La redevance sanitaire de découpage est due par les personnes qui procèdent à des opérations de découpage de viande avec os, mais elle est perçue auprès de l'abatteur ou du tiers abatteur qui l'acquitte pour le compte du propriétaire des viandes à découper. Afin de permettre la taxation du gibier sauvage qui, par définition, ne transite pas par les abattoirs, l'article 30 de la loi n° 98-1267 du 30 décembre 1998 de finances rectificative pour 1998 prévoit que cette redevance sera également perçue auprès de l'atelier de traitement du gibier sauvage ayant reçu l'agrément prévu à l'article L. 233-2 du code rural et de la pêche maritime. 190 L'abatteur est la personne propriétaire des animaux abattus, qu'il procède lui-même à l'abattage ou que cette opération soit réalisée pour son compte par un tiers ci-après désigné « le tiers abatteur ». L'abatteur est donc toujours le propriétaire des viandes à découper. En revanche le tiers abatteur n'est jamais le propriétaire de ces viandes 200 Il résulte de l'article 302 bis S du CGI, que c'est la personne qui procède à l'opération de découpage de la viande avec os qui doit supporter la charge effective de la redevance sanitaire. Mais, en indiquant que la redevance sanitaire de découpage est perçue auprès de l'abatteur ou du tiers abatteur, l'article 302 bis S du CGI précité désigne le redevable légal de la redevance à l'égard du Trésor. Il s'agit de tous les établissements qui procèdent à l'abattage des animaux et dans lesquels la redevance sanitaire d'abattage est perçue. 210 Identifiant juridique : BOI-TCA-RSD-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Page 6/8 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2339-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-RSD-20150204 L'abatteur, lorsqu'il ne procède pas aux opérations de découpage des viandes, est en droit d'exiger de son acheteur le remboursement de la redevance sanitaire acquittée pour son compte. Le tiers abatteur est, dans tous les cas, en droit d'exiger de l'abatteur, propriétaire des viandes à découper, le remboursement de la redevance sanitaire acquittée pour son compte (cf. en ce sens l'arrêt rendu par la Cour de cassation - Chambre commerciale - le 3 janvier 1989 en ce qui concerne la taxe de protection sanitaire et d'organisation des marchés de viandes). A cette fin, l'abatteur ou, selon le cas, le tiers abatteur mentionne la redevance sanitaire de découpage acquittée au Trésor sur les factures qu'il adresse à ses clients. 220 Les importateurs sont redevables de la redevance sanitaire de découpage sur les viandes taxables qu'ils importent dans le territoire d'application de la loi. La taxe est due par l'importateur ou par le déclarant en douane. L'importateur en supporte la charge effective. La redevance sanitaire de découpage est également due par les personnes qui réalisent des acquisitions intracommunautaires de viande avec os à découper. D. Personnes non imposables 230 Les bénéficiaires de la franchise en base de TVA (CGI, art. 293 B) sont dispensés du paiement de la redevance sanitaire de découpage. E. Territoire d'application 240 La redevance sanitaire de découpage est applicable sur l'ensemble du territoire de la France continentale et dans les départements de la Corse. La perception de la redevance sanitaire est suspendue dans les départements d'Outre-mer. II. Fait générateur et exigibilité 250 Aux termes du deuxième alinéa de l'article 302 bis S du CGI et de l'article 111 quater L de l'annexe III au CGI, la redevance sanitaire de découpage est due : - soit lors de l'opération de découpage chez l'abatteur ; - soit lors de l'enlèvement chez ce dernier ou chez le tiers abatteur des viandes à découper. La redevance est donc exigible préalablement à la sortie des viandes des établissements d'abattage, qu'ils soient agréés ou non, que les opérations de découpage aient été effectuées ou non. 260 S'agissant du gibier sauvage, le fait générateur de la redevance est constitué par l'opération de découpage dans l'atelier de traitement du gibier sauvage ou par l'enlèvement des pièces à découper chez ce dernier. 270 Pour les viandes importées taxables, le fait générateur est constitué par l'importation elle-même. Pour les acquisitions intracommunautaires, la redevance est exigible selon les mêmes règles qu'en matière de TVA. Remarque : Les abattoirs doivent, en application du 1° du I de l'article 267 du CGI , comprendre dans leur base d'imposition à la TVA le montant de la redevance sanitaire de découpage qu'ils acquittent pour le compte du propriétaire des viandes à découper, préalablement à la sortie des viandes des abattoirs. Identifiant juridique : BOI-TCA-RSD-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Page 7/8 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2339-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-RSD-20150204 III. Assiette de la redevance 280 Aux termes de l'article 111 quater L de l'annexe III au CGI, la redevance sanitaire de découpage est assise sur le poids de viande fraîche net, tel qu'il est défini à l'article 111 quater LA de l'annexe III au CGI, constaté lors de la pesée et atténué des abattements prévus au même article. 290 Pour les viandes importées et les acquisitions intracommunautaires taxables, conformément à l'article 111 quater R de l'annexe III au CGI, la redevance sanitaire est perçue sur le poids net de la viande déduction faite du poids des abats et arrondi au kilogramme le plus voisin. Il est éventuellement affecté d'un abattement de 5 % également arrondi, pour les volailles dont le foie et le gésier ont été détachés de la carcasse mais pesés et emballés avec celle-ci. IV. Tarif A. Modalités de détermination du tarif 300 L'article 302 bis T du CGI prévoit que le tarif de cette redevance est fixé par tonne de viande avec os à désosser, dans la limite d'un plafond de 150 % du niveau moyen forfaitaire défini en euros par décision du Conseil de l'Union européenne. Un arrêté conjoint du ministre chargé du budget et du ministre chargé de l'agriculture fixe les taux de la redevance. B. Tarif applicable 310 Le tarif est présenté à l'article 50 quaterdecies de l'annexe IV au CGI. 320 Le tarif de la redevance sanitaire de découpage à retenir pour les préparations et conserves de viandes de boucherie, de charcuterie, de volailles, de lapin domestique et de gibier d'élevage ou sauvage dans la composition desquelles entrent des viandes d'espèces animales différentes est égal à celui prévu pour la viande dont le tarif est le plus faible. V. Obligations des redevables A. En régime intérieur 330 La redevance sanitaire de découpage est constatée comme en matière de TVA avec les garanties et sanctions applicables à cette taxe. La redevance sanitaire de découpage est perçue selon les mêmes modalités que celles prévues pour la redevance sanitaire d'abattage. B. À l'importation 340 Identifiant juridique : BOI-TCA-RSD-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 8/8 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2339-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-RSD-20150204 À l'importation la redevance sanitaire de découpage est constatée et recouvrée par les services des douanes, selon les mêmes règles et sous les mêmes garanties, privilèges et sanctions qu'en matière de droit de douane (CGI, art. 302 bis V). C. Acquisitions intracommunautaires 350 La redevance due sur les acquisitions intracommunautaires de viandes avec os à découper est constatée, recouvrée et contrôlée par la Direction générale des finances publiques, comme en matière de TVA. La redevance est déclarée et liquidée pour les redevables de la taxe sur la valeur ajoutée : - relevant du régime réel normal de TVA, sur l'annexe n° 3310 A (Cerfa n° 10963) à la déclaration n° 3310-CA3 mentionnée au 1 de l'article 287 du CGI relative au mois ou au trimestre au cours duquel la redevance est due ; - relevant du régime simplifié d'imposition de TVA, sur la déclaration annuelle n° 3517-S (Cerfa n° 11417) mentionnée au 3 de l'article 287 du CGI relative à l'exercice au cours duquel la redevance est due. Les formulaires n° 3310 A (Cerfa n° 10963) et n° 3517-S (Cerfa n° 11417) sont disponibles en ligne sur le site www.impots.gouv.fr, à la rubrique "Recherche de formulaires". VI. Recouvrement, contrôle et contentieux 360 La redevance sanitaire de découpage est recouvrée comme en matière de TVA avec les sûretés, garanties, privilèges et sanctions applicables à cette taxe (BOI-TVA-PROCD). Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BAREME-000002-20150312 Page 1/2 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2468-PGP.html?identifiant=BOI-BAREME-000002-20150312 Date de publication : 12/03/2015 DGFIP barème BAREME - RSA - Barème d'évaluation forfaitaire de l'avantage en nature logement applicable Il s'établit comme suit pour l'imposition des revenus en 2014 et 2015. Montant mensuel de l'avantage logement (en €) Rémunération brute mensuelle en espèces (R) en fonction du montant mensuel du plafond de la Sécurité Sociale (P) et du nombre de pièces du logement En 2014 (rappel) En 2015 R < 0,5P - logement d'une pièce principale 66,70 67,30 - autres logements (par pièce principale) 35,60 35,90 0,5P < ou = < 0,6P - logement d'une pièce principale 77,90 78,60 - autres logements (par pièce principale) 50 50,50 0,6P < ou = R < 0,7P - logement d'une pièce principale 88,90 89,70 - autres logements (par pièce principale) 66,70 67,30 0,7P < ou = R < 0,9P - logement d'une pièce principale 99,90 100,80 - autres logements (par pièce principale) 83,30 84 0,9P < ou = R < 1,1P - logement d'une pièce principale 122,30 123,40 - autres logements (par pièce principale) 105,50 106,40 Identifiant juridique : BOI-BAREME-000002-20150312 Date de publication : 12/03/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 2/2 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2468-PGP.html?identifiant=BOI-BAREME-000002-20150312 1,1P < ou = R < 1,3P - logement d'une pièce principale 144,40 145,70 - autres logements (par pièce principale) 127,70 128,80 1,3P < ou = R < 1,5P - logement d'une pièce principale 166,60 168,10 - autres logements (par pièce principale) 155,40 156,80 R > ou = 1,5P - logement d'une pièce principale 188,90 190,60 - autres logements (par pièce principale) 177,80 179,40 Remarque 1 : Montant mensuel du plafond de la Sécurité Sociale : - en 2014 : P = 3 129 € (37 548 € par an) ; - en 2015 : P = 3 170 € (38 040 € par an). Exemple : Un logement de trois pièces fourni gratuitement par l'employeur à un salarié dont la rémunération brute en espèces s'élève à 3 500 € par mois (soit entre 1,1 et 1,3 fois le montant mensuel du plafond de la sécurité sociale) doit en 2014 être évalué à : 127,70 × 3 = 383,1 € par mois. Remarque 2 : Pour les salariés ne pouvant accomplir leur activité sans être logés dans les locaux où ils exercent leurs fonctions (fonctionnaires logés par nécessité absolue de service, personnel de sécurité et de gardiennage, etc.), la valeur forfaitaire de l’avantage de logement est réduite par application d’un abattement pour sujétions de 30 %, comme en cas de recours à la valeur locative cadastrale. Commentaire(s) renvoyant à ce document : RSA - Base d'imposition des traitements, salaires et revenus assimilés - Détermination du revenu brut - Évaluation des avantages en nature Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RPPM-PVBMI-60-20-20150320 Page 1/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/7586-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-PVBMI-60-20-20150320 Date de publication : 20/03/2015 DGFIP RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Régime applicable aux parts ou actions de « carried interest » créées ou émises jusqu'au 29 juin 2009 Positionnement du document dans le plan : RPPM - Revenus et profits du patrimoine mobilier Plus-values sur biens meubles incorporels Titre 6 : Régimes spécifiques d'imposition des sommes ou valeurs auxquelles donnent droit les parts ou actions de "carried interest" Chapitre 2 : Régime d'imposition des parts ou actions de "carried interest" créées ou émises jusqu'au 29 juin 2009 Sommaire : I. Champ d'application du dispositif A. Personnes concernées B. Conditions d'acquisition ou de souscription des parts ou actions de « carried interest » II. Régime fiscal des parts ou actions de « carried interest » acquises ou souscrites par les personnes physiques membres de l'équipe de gestion d'un FCPR ou d'un FPCI, d'un "FCPR contractuel" ou d'une SCR III. Application dans le temps du dispositif doctrinal I. Champ d'application du dispositif A. Personnes concernées 1 Il s'agit des membres de l'équipe de gestion : - du fonds commun de placement à risques (FCPR) ou du fonds professionnel de capital d'investissement (FPCI) régis par les dispositions prévues à l'article L. 214-28 du code monétaire et financier (CoMoFi), à l'article L. 214-30 du CoMoFi et à l'article L. 214-31 du CoMoFi, du fonds Identifiant juridique : BOI-RPPM-PVBMI-60-20-20150320 Date de publication : 20/03/2015 Page 2/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/7586-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-PVBMI-60-20-20150320 professionnel spécialisé relevant de l'article L. 214-37 du CoMoFi dans sa rédaction antérieure à l'ordonnance n° 2013-676 du 25 juillet 2013 (dénommés ci-après "FCPR contractuels") ou de la société de capital-risque (SCR) qui émet les parts ou les actions de « carried interest ». Les membres de l'équipe de gestion comprennent les personnes qui, au moment de la souscription ou de l'acquisition des parts de « carried interest » : - sont liées à la société de gestion ou la SCR par un contrat de travail directement dans la société de gestion ou la SCR ou dans une société liée à la société de gestion ou la SCR par un contrat de prestations de services ou de détachement pour la sous-traitance totale ou partielle de la gestion d'un des fonds précités ou de la SCR ; - ou exercent des fonctions de dirigeant dont la rémunération est imposable dans la catégorie des traitements et salaires, directement dans la société de gestion ou la SCR ou dans une société liée à la société de gestion ou la SCR par un contrat de prestations de services de sous-traitance totale ou partielle de la gestion d'un des fonds précités ou de la SCR. En revanche, les revenus des parts ou actions de « carried interest » attribués à d'autres personnes physiques (« sponsor », personnes « qualifiées », etc.) ne bénéficient pas du régime fiscal dérogatoire, mais sont imposables en tant que revenus dans les conditions de droit commun, dans la catégorie correspondante : salaires, bénéfices non commerciaux, revenus distribués, etc. B. Conditions d'acquisition ou de souscription des parts ou actions de « carried interest » 10 Les conditions suivantes doivent être simultanément remplies : - les parts ou actions de « carried interest » sont acquises ou souscrites par tout ou partie des membres de l'équipe de gestion en contrepartie d'un investissement en capital. Le niveau de l'investissement en capital, ainsi que les modalités de souscription et de libération des parts et actions de « carried interest », sont déterminés contractuellement lors de la création du fonds concerné et de l'émission de nouvelles actions de la SCR ; - au sein d'un même fonds ou d'une même SCR, les parts ou actions de « carried interest » sont représentées par une seule catégorie de titres. Chacune de ces parts et actions est souscrite à un prix unique de souscription et ouvre les mêmes droits dans les produits et les plus-values du fonds ou de la SCR. En revanche, le nombre de parts ou actions de « carried interest » souscrites ou acquises par les membres de l'équipe de gestion peut varier d'un membre à l'autre ; - les membres de l'équipe de gestion bénéficiaires de parts ou actions de « carried interest » ne détiennent pas d'autres parts du fonds ou d'actions de la SCR pour lesquelles ils bénéficient de l'exonération d'impôt sur le revenu au titre de l'article 163 quinquies B du code général des impôts (CGI) et de l'article 163 quinquies C du CGI et des dispositions du III de l'article 150-0 A du CGI. Les membres de l'équipe de gestion bénéficiaires de parts ou actions de « carried interest » peuvent détenir d'autres parts du fonds ou actions de la SCR sous réserve, que pour ces parts ou actions, ils ne prennent pas l'engagement de conservation de ces parts ou actions pendant une durée de cinq ans prévu à l'article 163 quinquies B du CGI et à l'article 163 quinquies C du CGI. Remarque : Corrélativement, les sommes ou valeurs auxquelles donnent droit les parts et les actions concernées, ainsi que les gains de cession de ces parts ou actions sont soumis à l'impôt sur le revenu selon les modalités applicables lorsque le titulaire des parts d'un fonds ou des actions d'une SCR ne prend pas cet engagement de conservation ; - les membres de l'équipe de gestion bénéficiaires de parts ou actions de « carried interest », reçoivent par ailleurs une rémunération normale (sur ce point, il convient de se reporter aux usages de la profession) au titre de leur contrat de travail, fonction de dirigeant ou contrat de prestations de services. II. Régime fiscal des parts ou actions de « carried interest » acquises ou souscrites par les personnes physiques membres Identifiant juridique : BOI-RPPM-PVBMI-60-20-20150320 Date de publication : 20/03/2015 Page 3/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/7586-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-PVBMI-60-20-20150320 de l'équipe de gestion d'un FCPR ou d'un FPCI, d'un "FCPR contractuel" ou d'une SCR 20 Lorsque l'ensemble des conditions, tenant tant aux personnes concernées qu'aux conditions d'acquisition ou de souscription des parts ou actions de « carried interest » est rempli, les sommes ou valeurs auxquelles ces titres ouvrent droit, ainsi que les plus-values réalisées lors de leur cession ou rachat, sont soumises à l'impôt sur le revenu suivant le régime des plus-values des personnes physiques prévu à l'article 150-0 A du CGI. Les sommes en cause sont également soumises aux prélèvements sociaux. Remarque : Les sommes considérées relevant du régime des plus-values mobilières des particuliers sont imposées au barème progressif de l'impôt sur le revenu. Il est admis que le montant retenu pour l'établissement de l'impôt sur le revenu est le montant après application de l'abattement pour durée de détention prévu au 1 ter de l’article 150-0 D du CGI. Pour le bénéfice de cette mesure de tolérance, les fonds ne sont pas tenus de respecter la condition d’investissement de ses actifs pour au moins 75 % en parts ou actions de sociétés prévue au 1 ter de l'article 150-0 D du CGI. Pour plus de détails sur les modalités d'application de cet abattement pour durée de détention, il convient de se reporter au BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20. 25 A défaut du respect des conditions prévues au I § 1 à 10, les produits des parts ou actions de « carried interest » sont imposables dans les conditions de droit commun de la catégorie de revenus dont elles relèvent (salaires, bénéfices non commerciaux, etc.). Remarque : Il est rappelé que, conformément aux dispositions du IV de l'article 78 de la loi n° 2001-1275 du 28 décembre 2001 de finances pour 2002, dans sa version en vigueur du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2010, les parts ou actions de « carried interest » ne sont pas éligibles au plan d'épargne en actions (PEA) prévu à l'article 163 quinquies D du CGI et, corrélativement, les produits et les plus-values attachés à ces parts ou actions ne peuvent pas bénéficier de l'exonération d'impôt sur le revenu inhérente au fonctionnement du PEA. Le même IV de l'article 78 de la loi n° 2001-1275 du 28 décembre 2001 de finances pour 2002 prévoit que les parts ou actions de « carried interest » ne peuvent pas bénéficier de l'exonération d'impôt sur le revenu résultant : - des dispositions du III de l'article 150-0 A du CGI : exonérations des gains de cession ou de rachat des parts de FCPR ou de FPCI régis par les dispositions prévues à l'article L. 214-28 du CoMoFi, à l'article L. 214-30 du CoMoFi et à l'article L. 214-31 du CoMoFi, de "FCPR contractuels" et des actions de SCR ; - de l'article 163 quinquies B du CGI et de l'article 163 quinquies C du CGI : exonération des sommes ou valeurs réparties ou distribuées par les FCPR, les "FCPR contractuels", les FPCI et les SCR. Ces dispositions s'appliquent dans les mêmes conditions que le bénéficiaire des parts ou actions de « carried interest » ait pris ou non l'engagement de conservation des parts ou actions et de réinvestissement prévu à l'article 163 quinquies B du CGI et à l'article 163 quinquies C du CGI. III. Application dans le temps du dispositif doctrinal 30 Les dispositions du présent chapitre s'appliquent aux sommes ou valeurs versées au titre des parts ou actions de « carried interest » souscrites ou acquises dans les conditions rappelées au I-B § 10 pour tous les FCPR ou de FPCI régis par les dispositions prévues à l'article L. 214-28 du CoMoFi, à l'article L. 214-30 du CoMoFi et à l'article L. 214-31 du CoMoFi, les "FCPR contractuels" créés et les actions de SCR émises à compter du 28 mars 2002, et jusqu'à l'entrée en vigueur des dispositions mises en place par le III de l'article 15 de la loi n° 2008-1425 du 27 décembre 2008 de finances pour 2009, soit le 30 juin 2009. Le même régime s'applique également aux sommes ou valeurs auxquelles les parts ou actions de « carried interest » ouvrent droit, versées à compter du 28 mars 2002 pour tous les fonds précités créés et les actions de SCR émises avant cette date. Identifiant juridique : BOI-RPPM-PVBMI-60-20-20150320 Date de publication : 20/03/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 4/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/7586-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-PVBMI-60-20-20150320 Page 1/1 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9922-PGP.html?identifiant=ACTUDate de publication : 12/03/2015 RSA - Actualisation des limites d'exonération d'impôt sur le revenu des cadeaux d'une valeur modique offerts par l'entreprise à ses salariés et des indemnités forfaitaires pour frais professionnels - Actualisation du montant des avantages en nature nourriture et logement Séries / Divisions : RSA - CHAMP, BAREME, ANNX Texte : Pour la détermination de l'assiette de l'impôt sur le revenu au titre des revenus de l'année 2015, les montants suivants sont mis à jour : - la limite d'exclusion de l'assiette de l'impôt sur le revenu des cadeaux d'une valeur modique offerts par l'entreprise à ses salariés est actualisée pour tenir compte de la revalorisation du plafond mensuel de la sécurité sociale en 2015. Elle est ainsi fixée à 159 euros pour l'année 2015 ; - les limites d'exonération des indemnités forfaitaires pour frais professionnels, ainsi que le montant des avantages en nourriture et logement, sont revalorisés de 0,9 % en 2015, conformément au taux prévisionnel d'inflation fixé en annexe du projet de loi de finances pour 2015. Actualité liée : X Documents liés : BOI-RSA-CHAMP-20-30-10-10 : RSA - Champ d'application - Éléments du revenu imposable - Revenus accessoires - Indemnités, primes, allocations, gratifications - Salariés du secteur privé BOI-RSA-CHAMP-20-50-10-20 : RSA - Champ d'application - Éléments du revenu imposable - Exonération des allocations pour frais d'emploi - Cas particulier des allocations forfaitaires BOI-BAREME-000002 : BAREME - RSA - Barème d'évaluation forfaitaire de l'avantage en nature logement applicable BOI-BAREME-000014 : BAREME - RSA - Évaluation forfaitaire de l'avantage en nature nourriture BOI-ANNX-000062 : ANNEXE - RSA - Indemnités de grand déplacement allouées aux salariés envoyés à l'étranger Signataire des documents liés : Véronique Bied-Charreton, directrice de la législation fiscale Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RFPI-20150210 Page 1/2 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/7382-PGP.html?identifiant=BOI-RFPI-20150210 Date de publication : 10/02/2015 DGFIP RFPI - Revenus fonciers et profits du patrimoine immobilier Positionnement du document dans le plan : RFPI - Revenus fonciers et profits du patrimoine immobilier 1 Les biens immeubles ou représentatifs de droits immobiliers appartenant au patrimoine des personnes physiques (sous réserve des dispositions relatives à la détermination des revenus et bénéfices professionnels) peuvent faire l'objet d'une imposition du simple fait de leur détention (BOI-PAT-ISF), du fait des revenus tirés de leur détention ou à l'occasion de leur cession. 10 D'une manière générale, sont compris pour l'établissement de l'impôt sur le revenu, dans la catégorie des revenus fonciers, en application de l'article 14 du code général des impôts (CGI) : - les revenus tirés de la location des propriétés bâties et des propriétés non bâties, lorsqu'ils ne sont pas inclus dans les bénéfices d'une entreprise industrielle, commerciale ou artisanale, d'une exploitation agricole ou d'une profession non commerciale ; - les revenus des propriétés dont le propriétaire ou un membre du foyer fiscal se réserve la disposition, sauf en cas d'exonération prévue par la loi ; - les revenus distribués par un fonds de placement immobilier (« OPCI-FPI ») mentionné à l'article 239 nonies du CGI, sur le fondement de l'article 14 A du CGI. 20 Une contribution annuelle sur les revenus locatifs (CRL) est assise sur les recettes brutes retirées de la location d'immeubles achevés depuis quinze ans au moins (CGI, art. 234 nonies). 30 Les plus-values réalisées par les particuliers à l'occasion de la cession à titre onéreux d'immeubles et de titres de sociétés à prépondérance immobilière sont soumises à l'impôt sur le revenu dans les conditions prévues de l'article 150 V du CGI à l'article 150 VH du CGI. 40 Identifiant juridique : BOI-RFPI-20150210 Date de publication : 10/02/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 2/2 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/7382-PGP.html?identifiant=BOI-RFPI-20150210 Certaines cessions font l'objet de taxes forfaitaires spécifiques instituées par les communes et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) et les autorités organisatrices de transports urbains. 50 Les cinq premières divisions sont consacrées à l'étude de la catégorie des revenus fonciers définie à l'article 14 du CGI : - le champ d'application (BOI-RFPI-CHAMP) ; - la base d'imposition ou détermination du résultat foncier (BOI-RFPI-BASE) ; - les régimes d'imposition et obligations déclaratives (BOI-RFPI-DECLA) ; - les régimes spéciaux (BOI-RFPI-SPEC) ; - le recouvrement, contrôle et contentieux (BOI-RFPI-PROCD). Les autres divisions traitent : - des contributions et taxes sur les revenus locatifs (BOI-RFPI-CTRL) - du prélèvement sur les plus-values immobilières des non-résidents (BOI-RFPI-PVINR) - des plus-values de cession d'immeubles ou de droits relatifs relatifs à un immeuble (BOI-RFPI-PVI) ; - des plus-values de cession de titres de sociétés à prépondérance immobilière (BOI-RFPI-SPI) ; - de la taxe forfaitaire sur les cessions de terrains nus devenus constructibles (BOI-RFPI-TDC) ; - de la taxe sur les plus-values immobilières élevées (BOI-RFPI-TPVIE) . N°14349*05 Formulaire obligatoire Article 46 C de l’annexe III au Code général des impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 2072-C-SD DÉCLARATION RELATIVE AUX REVENUS PERÇUS AU COURS DE L’ANNÉE DECLARATION DES SOCIETES IMMOBILIERES NON SOUMISES A L’IMPOT SUR LES SOCIETES 2014 Un exemplaire de cette déclaration est à adresser au plus tard le deuxième jour ouvré qui suit le 1er mai, soit le 5 mai 2015 au service des impôts des entreprises (SIE) du lieu du principal établissement de la société (c'est-à-dire le lieu de direction effective de la société) ou, le cas échéant à la Direction des grandes entreprises (DGE). CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS (CRL) DÉCOMPTE DE LA CRL À PAYER OU À RESTITUER Recettes nettes imposables à la CRL perçues au cours de l’année d’imposition : A Taux : B Contribution due au titre de l’année d’imposition (A x B = C) C Acompte versé au cours de l’année d’imposition : D Solde de contribution à payer (C – D = E) : si E est positif ou nul (si nul porter 0) : E Excédent de contribution constaté dont le remboursement est demandé (D – C = F) : (Joignez un relevé d’identité bancaire, postal ou de caisse d’épargne) F Nombre d’annexes : 2072-C-AN 1 : 2072-C-AN 2 : 2072-AN 3 : 2072-AN 4 : 2072-AN 5 : 2072-AN 6 : 2072-AN 7 : 2072-C-AN 8 : COORDONNÉES, DATE, SIGNATURE : RESERVE A L’ADMINISTRATION Date et signature : Somme :…………………….Date :…………………….. Date de réception :…………. N° PEC : ……………………………………… N° d’opération : …………………………………. Pénalités : Taux % :…………………………….. Taux % :…………………………….. Taux % :……………………………… Téléphone : Courrier électronique : MODE DE PAIEMENT :(mettre une croix dans la case utile) - si vous payez par chèque, utilisez un chèque barré, l’établir à l’ordre du TRESOR PUBLIC - si vous payez par virement, précisez-en le nombre SIE : RIB : REFERENCE :  en numéraire  par chèque bancaire Voir ci-contre  par virement Jours et heures de réception du service Adresse du service où il convient de renvoyer un exemplaire préidentifié de la présente déclaration horaires d'ouverture sur impots.gouv.fr, rubrique « Nous contacter » Identification du destinataire Rayer les indications ne correspondant plus à la situation exacte de la société (dénomination – activité – adresse – n° SIRET …) et signaler les changements intervenus ci-contre Si vous êtes dans l’un des cas cités au premier paragraphe du cadre « Déclaration à souscrire » de la notice, vous devez remplir une déclaration n°2072-S disponible sur le site www.impots.gouv.fr Vous devez impérativement remplir autant d’annexes 1 que d’immeubles, et autant d’annexes relatives aux associés (2 ou 8) que vous avez d’associés. VOUS POUVEZ TÉLÉ-DÉCLARER CE FORMULAIRE EN UTILISANT LA PROCÉDURE EDI-TDFC. POUR PLUS D’INFORMATION SUR LA TÉLÉDÉCLARATION, VOUS POUVEZ CONSULTER LE PORTAIL FISCAL WWW.IMPOTS.GOUV.FR, RUBRIQUE « PROFESSIONNELS ». SI VOUS AVEZ TÉLÉDÉCLARÉ L’ANNÉE PRÉCÉDENTE, VOUS N’AVEZ PAS À RENVOYER CETTE DÉCLARATION. Adresse du déclarant si elle est différente du destinataire FACILITEZ-VOUS L’IMPÔT ET FAITES VOS DÉMARCHES SUR INTERNET AVEC LE SITE www.impots.gouv.fr I – RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LA SOCIÉTÉ AYANT L’OBLIGATION DE SOUSCRIRE LA DÉCLARATION N°2072-C Résultat net à répartir entre les associés selon la règles des revenus fonciers Revenus bruts (total des lignes : 5+24-25+26 de l’ensemble des annexes 2072-C-AN1) Paiements sur travaux (total des lignes 9+10+11+12 de l’ensemble des annexes 2072-C-AN1) Frais et charges autres qu’intérêts d’emprunts (total des lignes 18 de l’ensemble des annexes 2072-CAN1) Intérêts d’emprunts (total des lignes 22 de l’ensemble des annexes 2072-CAN1) Revenu net(+) ou déficit net (-) (total des lignes 27 de l’ensemble des annexes 2072-C-AN1) Résultat net à répartir entre les associés relevant du régime des revenus professionnels BIC ou IS BA BIC ou IS BA Total des produits d’exploitation Résultat d’exploitation Résultat financier Résultat exceptionnel BIC ou IS BA Résultat fiscal RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS À LA SOCIÉTÉ IMMOBILIÈRE NON SOUMISE À L’IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS SOC1 Dénomination de la société SOC2 Adresse de la société SOC3 Adresse du siège social au 1er janvier 2014 SOC4 Adresse du siège social en cas de changement au cours de l’année 2014 SOC5 Date de clôture de l’exercice SOC6 Nom du gérant SOC7 Adresse du gérant SOC8 N° de téléphone du gérant SOC9 Nom du comptable SOC10 Adresse du comptable SOC11 N° de téléphone du comptable SOC12 Nom du conseil SOC13 Adresse du conseil SOC14 N° de téléphone du conseil SOC15 Nom de l’administrateur de biens SOC16 Adresse de l’administrateur de biens SOC17 N° de téléphone de l’administrateur de biens SOC18 Nombre d’associés SOC19 Nombre total de parts dans la société au 1er janvier 2014 SOC23 Montant nominal des parts au 1er janvier 2014 SOC20 Augmentation du nombre de parts au cours de l’année 2014 OUI :  NON :  Nombre de parts en plus : SOC21 Diminution du nombre de parts au cours de l’année 2014 OUI :  NON :  Nombre de parts en moins : SOC22 Nombre total de parts dans la société au 31 décembre 2014 SOC24 Montant nominal des parts au 31 décembre 2014 II - RENSEIGNEMENTS RELATIFS AUX PRODUITS PERÇUS PAR LA SOCIÉTÉ IMMOBILIÈRE AUTRE QUE LES REVENUS DES IMMEUBLES AR1 Montant global des produits financiers réalisés par la société immobilière en € AR2 Montant global des produits exceptionnels (plus-values de cession)(1) réalisés par la société immobilière en € 1) Les plus-values de cession sont les plus-values réalisées par la société immobilière lors de la vente de biens mobiliers ou immobiliers qu'elle détient. 2 FACILITEZ-VOUS L’IMPÔT ET FAITES VOS DÉMARCHES SUR INTERNET AVEC LE SITE www.impots.gouv.fr III – LISTE DES IMMEUBLES DÉTENUS PAR LA SOCIÉTÉ IMMOBILIÈRE Adresse des immeubles détenus au cours de l’année 2014 En cas d’acquisition de l’immeuble au cours de l’année 2014, cocher la case I-1  I-2  I-3  I-4  I-5  I-6   Si la société détient plus de 6 immeubles et/ou a acquis plus de 6 immeubles nouveaux, vous trouverez un état complémentaire dénommé « 2072-AN3-SD – Liste Immeubles » sur le site www.impots.gouv.fr, ou auprès de votre service des impôts des entreprises, ou de la Direction des Grandes Entreprises le cas échéant. IV - IDENTIFICATION DES TIERS AUTRES QUE DES ASSOCIÉS BÉNÉFICIANT GRATUITEMENT DE LA JOUISSANCE DE TOUT OU PARTIE D’UN IMMEUBLE DÉTENU PAR LA SOCIÉTÉ Identité du tiers bénéficiaire N° SIRET Adresse au 1er janvier 2014 Immeubles attribués en jouissance Immeuble n°… T1 I… T2 I… T3 I… T4 I… T5 I… T6 I…  Si plus de 6 tiers bénéficient gratuitement de la jouissance de tout ou partie d’un immeuble détenu par la société, vous trouverez un état complémentaire dénommé « 2072-AN4-SD – Tiers jouissance gratuite » sur le site www.impots.gouv.fr, ou auprès de votre service des impôts des entreprises, ou de la Direction des Grandes Entreprises le cas échéant. 3 FACILITEZ-VOUS L’IMPÔT ET FAITES VOS DÉMARCHES SUR INTERNET AVEC LE SITE www.impots.gouv.fr V - IDENTIFICATION DES NOUVEAUX ASSOCIÉS : CESSION DE PARTS DE LA SOCIÉTÉ IMMOBILIÈRE CESSION 1 C1 CESSION 2 C2 CESSION 3 C3 CESSION 4 C4 CESSION 5 C5 CESSION 6 C6 L1 Nom du cédant L2 Prénom du cédant L3 Date de naissance du cédant L4 Lieu de naissance du cédant L5 N° SIRET du cédant L6 Le cédant est une holding       L7 Adresse du cédant au 1 er janvier 2014 L15 Adresse du cédant au 31 décembre 2014 en cas de changement d’adresse au cours de l’année 2014 L8 Nom du cessionnaire L17 Prénom du cessionnaire L18 Date de naissance du cessionnaire L19 Lieu de naissance du cessionnaire L9 N° SIRET du cessionnaire L10 Le cessionnaire est une holding       L11 Adresse du cessionnaire au 1 er janvier 2014 L16 Adresse du cessionnaire au 31 décembre 2014 en cas de changement au cours de l’année L12 Dates des cessions de parts de la société immobilière L21 L22 L13 Nombre de parts cédées au cours de l’année 2014 L14 Cédant bénéficiant de la jouissance gratuite de tout ou partie d’un immeuble détenu par la société immobilière       L20 Cessionnaire bénéficiant de la jouissance gratuite de tout ou partie d’un immeuble détenu par la société immobilière        Si plus de 6 cessions différentes de parts intervenues en 2014, vous trouverez un état complémentaire dénommé « 2072-AN6-SD – Cession de parts de la société immobilière » sur le site www.impots.gouv.fr, ou auprès de votre service des impôts des entreprises, ou de la Direction des Grandes Entreprises le cas échéant. 4 FACILITEZ-VOUS L’IMPÔT ET FAITES VOS DÉMARCHES SUR INTERNET AVEC LE SITE www.impots.gouv.fr VI – IDENTIFICATION DES ASSOCIÉS ASSOCIÉS RELEVANT DU RÉGIME DES REVENUS FONCIERS Associé n°1 A1 Associé n°2 A2 Associé n°3 A3 Associé n°4 A4 Associé n°5 A5 Associé n°6 A6 D1 Nom D2 Nom marital D3 N° de SIRET D4 Prénom D5 Date de naissance D6 Lieu de naissance D7 Adresse au 1 er janvier 2014 D18 Adresse au 31 décembre 2014 en cas de changement au cours de l’année D8 Nombre de parts détenues dans la société immobilière au 31 décembre 2014 D9 Pourcentage de détention au 31 décembre 2014 D10 Montant nominal des parts détenues au 31 décembre 2014 D11 Acquisition(s) de parts au cours de l’année 2014       D16 Date(s) de la (ou des) acquisition(s) de parts au cours de l’année 2014 D24 D25 D19 Date d’entrée dans la société immobilière D12 Cession(s) de parts au cours de l’année 2014       D17 Date de la (ou des) cession(s) de parts au cours de l’année 2014 D22 D23 D20 Date de sortie de la société immobilière D13 Nombre de parts cédées au cours de l’année 2014 D14 Nombre de parts acquises au cours de l’année 2014 D15 Associé bénéficiant de la jouissance gratuite de tout ou partie d’un immeuble détenu par la société immobilière       D21 Immeuble(s) dont l’associé a la jouissance gratuite I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I… I…  Si plus de 6 associés relèvent du régime des revenus fonciers, vous trouverez un état complémentaire dénommé « 2072-AN5-SD – Liste des associés relevant du régime des revenus fonciers » sur le site www.impots.gouv.fr, ou auprès de votre service des impôts des entreprises, ou de la Direction des Grandes Entreprises le cas échéant. 5 FACILITEZ-VOUS L’IMPÔT ET FAITES VOS DÉMARCHES SUR INTERNET AVEC LE SITE www.impots.gouv.fr ASSOCIÉS RELEVANT DU RÉGIME DES REVENUS FONCIERS (SUITE) Associé n°1 A1 Associé n°2 A2 Associé n°3 A3 Associé n°4 A4 Associé n°5 A5 Associé n°6 A6 D26 Détention de titres en nue-propriété       D27 Nombre de titres détenus en nuepropriété D28 Nom du détenteur de l’usufruit D29 N° Siret du détenteur de l’usufruit D30 Prénom du détenteur de l’usufruit D31 Date de naissance du détenteur de l’usufruit D32 Lieu de naissance du détenteur de l’usufruit D33 Adresse au 1 er janvier 2014 du détenteur de l’usufruit D34 Adresse au 31 décembre 2014 du détenteur de l’usufruit en cas de changement d’adresse en cours d’année  Si plus de 6 associés relèvent du régime des revenus fonciers, vous trouverez un état complémentaire dénommé « 2072-AN5-SD – Liste des associés relevant du régime des revenus fonciers » sur le site www.impots.gouv.fr, ou auprès de votre service des impôts des entreprises, ou de la Direction des Grandes Entreprises le cas échéant ASSOCIÉS RELEVANT DU RÉGIME DES REVENUS PROFESSIONNELS Associé n°1 A1 Associé n°2 A2 Associé n°3 A3 Associé n°4 A4 Associé n°5 A5 Associé n°6 A6 DP1 Nom DP2 Holding       DP3 N° de SIRET DP4 Nom du comptable DP5 Adresse du comptable DP6 Nom du gérant DP7 Adresse du gérant DP8 Nom de l’administrateur DP9 Adresse de l’administrateur de bien DP10 Adresse du professionnel ou de la société au 1 er janvier 2014 DP11 Nombre de parts détenues dans la société immobilière au 31 décembre 2014 DP12 Pourcentage de détention au 31 décembre 2014 DP13 Montant nominal des parts détenues au 31 décembre 2014 DP14 Acquisition de parts au cours de l’année 2014       DP22 Date de la (ou des) acquisition(s) de parts de la société immobilière DP26 DP27 DP23 Date d’entrée dans la société immobilière DP15 Cession(s) de parts au cours de l’année 2014        Si plus de 6 associés relèvent du régime des revenus professionnels, vous trouverez un état complémentaire dénommé « 2072-C-AN7-SD – Liste des associés relevant du régime des revenus professionnels » sur le site www.impots.gouv.fr, ou auprès de votre service des impôts des entreprises, ou de la Direction des Grandes Entreprises le cas échéant 6 FACILITEZ-VOUS L’IMPÔT ET FAITES VOS DÉMARCHES SUR INTERNET AVEC LE SITE www.impots.gouv.fr ASSOCIÉS RELEVANT DU RÉGIME DES REVENUS PROFESSIONNELS (SUITE) Associé n°1 A1 Associé n°2 A2 Associé n°3 A3 Associé n°4 A4 Associé n°5 A5 Associé n°6 A6 DP24 Date de la (ou des) cession(s) de parts de la société immobilière DP28 DP29 DP25 Date de sortie de la société immobilière DP16 Nombre de parts cédées au cours de l’année 2014 DP17 Nombre de parts acquises au cours de l’année 2014 DP18 Associé bénéficiant de la jouissance gratuite de tout ou partie d’un immeuble détenu par la société immobilière       DP21 Immeuble(s) dont l’associé a la jouissance gratuite I…. I…. I…. I…. I…. I…. DP30 I…. I…. I…. I…. I…. I…. DP31 I…. I…. I…. I…. I…. I…. DP32 I…. I…. I…. I…. I…. I…. DP19 Catégorie de résultat IS  IS  IS  IS  IS  IS  DP33 BIC  BIC  BIC  BIC  BIC  BIC  DP34 BA  BA  BA  BA  BA  BA  DP20 Adresse du professionnel ou de la société au 31 décembre 2014 en cas de changement d’adresse au cours de l’année 2014 DP35 Détention de titres en nue-propriété       DP36 Nombre de titres détenus en nuepropriété DP37 Nom du détenteur de l’usufruit DP38 N° Siret du détenteur de l’usufruit DP39 Prénom du détenteur de l’usufruit DP40 Date de naissance du détenteur de l’usufruit DP41 Lieu de naissance du détenteur de l’usufruit DP42 Adresse au 1 er janvier 2014 du détenteur de l’usufruit DP43 Adresse au 31 décembre 2014 du détenteur de l’usufruit en cas de changement d’adresse en cours d’année  Si plus de 6 associés relèvent du régime des revenus professionnels, vous trouverez un état complémentaire dénommé « 2072-C-AN7-SD – Liste des associés relevant du régime des revenus professionnels » sur le site www.impots.gouv.fr, ou auprès de votre service des impôts des entreprises, ou de la Direction des Grandes Entreprises le cas échéant 7 FACILITEZ-VOUS L’IMPÔT ET FAITES VOS DÉMARCHES SUR INTERNET AVEC LE SITE www.impots.gouv.fr VII – DÉTERMINATION DES REVENUS DE LA SOCIÉTÉ IMMOBILIÈRE SELON LA RÈGLE DES REVENUS PROFESSIONNELS Résultat comptable de la société TOTAL BIC-IS TOTAL BA RESULTAT D’EXPLOITATION DE LA SOCIÉTÉ Produits RE01 Revenus des immeubles RE02 Autres produits de gestion courante RE03 Total des produits d’exploitation (lignes RE01+RE02) Charges RE04 Achat et autres charges externes RE05 Impôts, taxes et versements assimilés RE06 Charges de personnel RE07 Autres charges de gestion courante RE08 Dotations aux amortissements et aux provisions RE09 Total des charges d’exploitation (lignes RE04+RE05+RE06+RE07+RE08) RE10 Résultat d’exploitation (lignes RE03-RE09) RÉSULTAT FINANCIER DE LA SOCIÉTÉ Produits RE11 Produits des valeurs mobilières et participations RE12 Autres produits financiers RE13 Total des produits financiers (lignes RE11+ RE12) Charges RE14 Charges d’intérêts RE15 Autres charges financières RE16 Total des charges financières (lignes RE14+RE15) RE17 Résultat financier (lignes RE13 – RE16) RESULTAT EXCEPTIONNEL DE LA SOCIÉTÉ Produits RE18 Produits de cession d’éléments d’actifs RE19 Autres produits exceptionnels RE20 Total des produits exceptionnels (lignes RE18+RE19) Charges RE21 Valeurs comptables des éléments d’actifs cédés RE22 Autres charges exceptionnelles RE23 Total des charges exceptionnelles (lignes RE21+RE22) RE24 Résultat exceptionnel (lignes RE20-RE23) RE25 Résultat comptable (lignes RE10+RE17+RE24) RÉSULTAT FISCAL DE LA SOCIÉTÉ Réintégrations extra-comptables RE26 Moins-values nettes à long terme de l’exercice RE27 Plus-values nettes à court terme réalisées au cours des exercices antérieurs à rapporter aux résultats de l’exercice RE28 Divers ( à détailler) RE29 Total des réintégrations extra-comptables (lignes RE26+RE27+RE28) Déductions extra-comptables RE30 Produits financiers RE31 Plus-values à long terme de l’exercice RE32 Fraction des plus-values nettes à court terme dont l’imposition est différée RE33 Divers (à détailler) RE34 Total des déductions extra-comptables (lignes RE30+RE31+RE32+RE33) RE35 Résultat fiscal de la société (lignes RE25+RE29-RE34) 8 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150115 Page 1/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1415-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150115 Date de publication : 15/01/2015 Date de fin de publication : 10/02/2015 DGFIP RPPM - Revenus de capitaux mobiliers, gains et profits assimilés - Régimes particuliers - Plan d'épargne en actions (PEA) - Ouverture du PEA Positionnement du document dans le plan : RPPM - Revenus et profits du patrimoine mobilier Revenus de capitaux mobiliers, gains et profits assimilés Titre 4 : Régimes particuliers Chapitre 5 : Plan d'épargne en actions Section 1 : Ouverture du PEA Sommaire : I. Les personnes pouvant ouvrir un plan d'épargne en actions (PEA) A. La possibilité d'ouvrir un PEA est réservée aux personnes physiques dont le domicile fiscal est situé en France B. Chaque contribuable ou chacun des conjoints soumis à une imposition commune peut ouvrir un PEA II. Les organismes auprès desquels un PEA peut être ouvert III. Les modalités d'ouverture d'un PEA IV. La date d'ouverture du PEA I. Les personnes pouvant ouvrir un plan d'épargne en actions (PEA) A. La possibilité d'ouvrir un PEA est réservée aux personnes physiques dont le domicile fiscal est situé en France 1 Identifiant juridique : BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150115 Date de publication : 15/01/2015 Date de fin de publication : 10/02/2015 Page 2/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1415-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150115 Sous réserve de l'application des conventions internationales, sont considérées comme telles les personnes qui : - ont en France leur foyer ou le lieu de leur séjour principal ; - ou exercent en France une activité professionnelle, salariée ou non, à moins que cette activité n'y soit exercée à titre accessoire ; - ou ont en France le centre de leurs intérêts économiques ; - ou, étant agents de l'État, exercent leurs fonctions ou sont chargées de mission dans un pays étranger et ne sont pas soumises dans ce pays à un impôt personnel sur l'ensemble de leurs revenus. Pour plus de précisions sur ces différents critères, on se reportera au BOI-IR-CHAMP-10. Les personnes morales, quel que soit leur régime fiscal, ne sont pas autorisées à ouvrir un PEA. B. Chaque contribuable ou chacun des conjoints soumis à une imposition commune peut ouvrir un PEA 10 Ainsi, peuvent ouvrir un PEA : - les personnes célibataires, veuves ou divorcées ainsi que les personnes mariées qui font l'objet d'impositions distinctes ; - chacun des conjoints ou partenaires liés par un pacte civil de solidarité (Pacs) soumis à une imposition commune. Les personnes qui sont fiscalement à la charge d'un contribuable (enfants ou personnes titulaires de la carte d'invalidité vivant sous le toit du contribuable) ne peuvent donc pas être titulaires d'un PEA. 20 Il ne peut être ouvert qu'un PEA par personne. La méconnaissance de cette règle est sanctionnée par la clôture de tous les plans ouverts au nom de la personne considérée. En revanche, chaque contribuable ou chacun des époux ou des partenaires liés par un pacte civil de solidarité soumis à imposition commune peut être titulaire à la fois d'un PEA et d'un PEA-PME. La clôture ou la remise en cause de l'un de ces plans n'entraine pas celle de l'autre plan. Il est également possible d'être titulaire d'un PEA-PME sans l'être d'un PEA, et inversement. 30 Le PEA ne pouvant avoir qu'un titulaire, il ne peut donc pas prendre la forme d'un compte-joint. 40 RES N°2006/45 (FP) du 24 octobre 2006 : Conséquences fiscales du démembrement des titres figurant sur un plan d'épargne en actions (PEA). Question : Le plan d'épargne en actions (PEA) et/ou les titres y figurant peuvent-ils faire l'objet d'un démembrement par son titulaire ? Réponse : En application des dispositions de l'article L. 221-30 du code monétaire et financier (CoMoFi), le PEA ne peut avoir qu'un seul titulaire. Il en résulte que le plan ne peut faire en lui-même l'objet d'un démembrement. Identifiant juridique : BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150115 Date de publication : 15/01/2015 Date de fin de publication : 10/02/2015 Page 3/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1415-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150115 En outre, le démembrement des titres figurant sur le plan constitue un manquement à l'une des conditions de fonctionnement du PEA entraînant sa clôture à la date où le manquement a été commis (BOI-RPPM-RCM-40-50-50 au I § 10). II. Les organismes auprès desquels un PEA peut être ouvert 50 Aux termes de l'article L. 221-30 du CoMoFi, les organismes habilités à ouvrir des PEA sont les suivants : - les établissements de crédit ; - la Caisse des dépôts et consignations ; - la Banque de France ; - La Banque Postale ; - les entreprises d'investissements ; - les entreprises d'assurance relevant du code des assurances, agréées pour effectuer les opérations relevant de la branche d'activité 24 « Capitalisation » de l'article R. 321-1 du code des assurances. III. Les modalités d'ouverture d'un PEA 60 L'ouverture d'un PEA fait l'objet d'un contrat écrit conclu entre le souscripteur et l'organisme gestionnaire. Ce contrat informe le souscripteur qu'il ne peut être ouvert qu'un plan par contribuable ou par chacun des conjoints soumis à une imposition commune et que le montant des versements sur le plan est limité au plafond fixé par la loi. Il indique les conséquences du non-respect des conditions législatives et réglementaires applicables au PEA. Le contrat prévoit les conditions dans lesquelles le titulaire peut obtenir le transfert de son plan vers un autre organisme, notamment les frais encourus. L'article L. 221-30 du CoMoFi, l'article L. 221-31 du CoMoFi et l'article L. 221-32 du CoMoFi ainsi que l'article 150-0 A du code général des impôts (CGI), l'article 150-0 D du CGI, l'article 157 du CGI, l'article 200 A du CGI et l'article 1765 du CGI sont mentionnés dans le contrat. 70 Lorsque le plan est ouvert auprès d'une entreprise d'assurance, le plan est constitué par un contrat de capitalisation. Lorsque le plan est ouvert auprès d'un autre organisme habilité, il donne lieu à l'ouverture d'un compte de titres et d'un compte en espèces associés qui retracent l'ensemble des opérations. IV. La date d'ouverture du PEA 80 La date d'ouverture du plan est celle du premier versement (CoMoFi, art. R. 221-111, auquel renvoie l'article 91 quater E de l'annexe II au CGI). Elle n'est donc pas celle de la signature du contrat si celle-ci est différente. Identifiant juridique : BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150115 Date de publication : 15/01/2015 Date de fin de publication : 10/02/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 4/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1415-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150115 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES N° 2035-NOT-SD décembre 2014 IMPÔT SUR LE REVENU REVENUS NON COMMERCIAUX REGIME DE LA DECLARATION CONTROLEE Nouveautés : - Réductions et crédits d'impôts de l'exercice (Tableau n°2069-RCI-SD) Les entreprises qui ont des réductions et crédits d'impôts au titre de l'exercice doivent remplir le tableau n° 2069-RCI-SD. - crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (déclaration n°2079-CICE-SD); - crédit d'impôt pour la formation des dirigeants (déclaration n°2079-FCE-SD); - crédit d'impôt pour l'apprentissage (déclaration n°2079-A-SD); - crédit d'impôt pour le rachat d'une entreprises par ses salariés (déclaration n°2079-RS-SD); - crédit d'impôt pour le mécénat (déclaration n°2069-M-SD). Le non respect de cette obligation est sanctionné par l'application de la majoration prévue par l'article 1738 du code général des impôts. A PERSONNEL SALARIE (Page 2) Les personnes employées à temps partiel sont retenues à proportion de la durée d'emploi. B TABLEAU DES IMMOBILISATIONS ET DES AMORTISSEMENTS (Page 2) * * les éléments non affectés par nature à l'exercice de la profession, mais utilisés dans le cadre de la profession, peuvent faire l'objet d'une inscription; * les éléments non utilisés pour l'exercice de la profession, ne peuvent jamais faire partie du patrimoine professionnel. Ces indications concernent les personnes exerçant leur activité à titre individuel et les sociétés de personnes. @internet-DGFiP N° 50532#17 Les entreprises qui déclarent leurs réductions et crédits d'impôts suivants sur le tableau n° 2069-RCI-SD sont dispensées du dépôt des déclarations spécifiques : - Obligation de télédéclarer les déclarations de résultats A compter de l'échéance de mai 2015, toutes les entreprises soumises à un régime réel d'imposition en matière de résultats ont l'obligation de déposer leur déclaration de résultats et ses annexes par voie dématérialisée. Vous trouverez toutes les informations utiles sur le site www.impots.gouv.fr / rubrique professionnels. Dans le cadre de la loi n°51-711 du 7 juin 1951 sur l'obligation, la coordination et le secret en matière de statistiques, vous êtes informé de la transmission à l'INSEE des données comptables déclarées, à des fins d'exploitation statistiques. Nombre d'apprentis : ne tenir compte que des apprentis munis d'un contrat d'apprentissage répondant aux prescriptions du code du travail. Nombre de salariés handicapés : il s'agit des travailleurs reconnus handicapés par la commission départementale technique d'orientation et de reclassement professionnel instituée par l'article 14 de la loi n°75-534 du 30 juin 1975 ; Montant brut des salaires : il s'agit du montant brut des salaires relatif aux rémunérations versées en 2013, abstraction faite des sommes versées aux apprentis sous contrat et aux handicapés figurant sur la DADS ou le modèle 2460 T; indiquer le montant total des bases brutes fiscales inscrites dans la rubrique 18 A, qui doivent être majorées, le cas échéant, des indemnités exonérées de la taxe sur les salaires, telles notamment les sommes portées dans la rubrique 20 C au titre de la contribution de l'employeur à l'acquisition des chèques-vacances par les salariés. Quote-part des salaires d'une société civile de moyens : porter le total des quotes-parts des dépenses vous revenant mentionnées à la colonne 2 du tableau V de la déclaration n°2036 souscrite par la société civile de moyens. Les biens possédés par les personnes physiques, imposables dans la catégorie des revenus non commerciaux, peuvent faire l'objet d'une distinction selon qu'ils sont ou non affectés par nature à l'exercice de la profession : les éléments affectés par nature à l'exercice de la profession doivent obligatoirement être inscrits sur le registre des immobilisations et des amortissements; L'inscription d'un bien à l'actif professionnel emporte déduction des charges de la propriété correspondantes (amortissements, intérêts d'emprunts, etc.) et l'imposition corrélative des plus-values selon le régime des plus-values professionnelles. cerfa Porter en colonne 3 le montant de la TVA effectivement déduite * les personnes qui ne sont pas redevables de la TVA n'ont pas à servir cette colonne ; * les personnes redevables de cette taxe y portent la TVA déductible, à l'exclusion de la TVA portant sur des biens exclus du droit à déduction; * les personnes redevables partiels de la TVA y portent la TVA déductible affectée du prorata de déduction (cf. ci-après). C TABLEAU DE DETERMINATION DES PLUS-VALUES ET MOINS-VALUES (page 3) Si la cession porte sur un bien à usage mixte, seule la plus-value correspondant à l'usage professionnel de ce bien doit être prise en compte. Plus-values et moins-values à court terme (col. 5, à faire précéder du signe - ou à signaler entre crochets en cas de moins-values). * * * Plus-values et moins-values à long terme (col. 6, à faire précéder du signe - ou à signaler entre crochets en cas de moins-values). * * La moins-value nette à long terme ne peut être déduite que des plus-values nettes à long terme réalisées au cours des 10 années suivantes. Les titulaires de revenus non commerciaux dont le chiffre d'affaires n'est soumis qu'en partie à la TVA ne peuvent déduire, en règle générale, qu'une fraction de la taxe comprise dans le coût de revient de leurs immobilisations. La fraction déductible est égale au montant de la taxe figurant sur les factures multiplié par le rapport existant entre le montant annuel des recettes afférentes à des opérations ouvrant droit à déduction et le montant annuel des recettes afférentes à l'ensemble des opérations réalisées. Le pourcentage d'une année donnée est déterminée provisoirement en fonction des recettes réalisées l'année précédente ou des recettes prévisionnelles de l'année en cours. Le pourcentage définitif n'est connu que dans le courant du mois d'avril de l'année suivante. Lorsqu'il existe un écart entre le pourcentage provisoire et le pourcentage définitif, les intéressés sont conduits à pratiquer une déduction complémentaire ou à effectuer un reversement de taxe. Ces régularisations influent sur le résultat de l'année au cours de laquelle elles interviennent (voir renvois 17 et 21) et sur la base de calcul des amortissements, lorsque l'écart de variation entre les prorata provisoires et définitifs excède cinq points. En cas de réalisation d'opérations situées en dehors du champ d'application de la TVA, la déduction et, le cas échéant, les régularisations s'opèrent sur la base de la proportion d'utilisation des biens pour des opérations imposables. Quote-part des amortissements d'une société civile de moyens : porter les dépenses vous revenant mentionnées à la colonne 23 du tableau V de la déclaration n°2036 souscrite par la société civile de moyens. La ligne du tableau intitulée "Report du total de la dernière annexe" permet le report des éléments de l'état annexe qui est, le cas échéant, joint à la déclaration (lorsque le nombre de lignes du présent tableau est insuffisant pour mentionner l'intégralité des immobilisations, ou en cas d'inscription des immobilisations suivant les rubriques de la nomenclature comptable du 30 janvier 1978). Les contribuables qui ont inscrit leur véhicule au registre des immobilisations et des amortissements doivent comptabiliser l'amortissement correspondant. En cas d'option pour déterminer les frais d'utilisation des véhicules par application du barème forfaitaire de l'administration (cf. renvoi 12) - le barème couvrant déjà l'amortissement - les amortissements afférents à ces véhicules doivent être réintégrés au cadre B du tableau des "Immobilisations et des amortissements". Ce barème peut également être utilisé pour les véhicules pris en location ou en crédit-bail à condition que les loyers ne soient pas portés en charges. En cas de déduction des loyers, les frais de carburant peuvent être déterminés d'après le barème kilométrique publié chaque année par l'administration pour les titulaires de bénéfices industriels et commerciaux tenant une comptabilité super-simplifiée. Il est rappelé que les différents éléments constitutifs de composants doivent faire l'objet d'un plan d'amortissement distinct. Pour plus de précisions, il convient de se référer aux paragraphes 30 et suivants du Bulletin Officiel des Finances Publiques - Impôts (BOFiP-Impôts) BOI-BNC-BASE-50 dans sa version en vigueur au moment du fait générateur. La plus-value ou moins value est déterminée, à la date de sa réalisation, par la différence entre, d'une part, le prix de vente du bien (col. 4), ou sa valeur estimée (valeur vénale) en cas de donation ou de transfert dans le patrimoine privé et, d'autre part, la valeur nette comptable (col. 3) : c'est-à-dire le prix de revient (col. 1) diminué, le cas échéant, du montant des amortissements comptabilisé (col. 2). Plus-values à court terme : ce sont celles qui proviennent de la cession d'éléments - amortissables ou non - acquis depuis moins de deux ans ou de la cession d'éléments amortissables, détenus depuis plus de deux ans à hauteur des amortissements pratiqués. Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2012, relèvent également du court terme les plus-values réalisées à l'occasion de la cession de titres de sociétés implantées dans un Etat ou territoire non coopératif au sens de l'article 238-O A du CGI (P du I de l'article 22 de la loi n°2009-1674 du 30 décembre 2009 de finances rectificative pour 2009). Moins-values à court terme : une moins-value est réputée à court terme lorsqu'elle provient de la cession d'éléments non amortissables détenus depuis moins de deux ans, ou d'éléments amortissables quelle que soit leur durée de détention. Les plus-values et les moins-values à court terme réalisées au titre d'une année font l'objet d'une compensation afin de déterminer une plus-values nette à court terme ou une moins-value nette à court terme. La plus-value nette à court terme s'ajoute aux revenus professionnels (ligne 35 de l'annexe 2035 B); la moins-value nette à court terme vient en déduction des bénéfices de l'année de réalisation (ligne 42 de l'annexe 2035 B). Etalement des plus-values nettes à court terme : les professionnels peuvent, pour les plus-values à court terme réalisées en cours d'activité, bénéficier d'un étalement sur trois ans, ou d'un régime particulier d'étalement pour la partie à "court terme" des plus-values résultant de la perception d'indemnités d'assurances ou de l'expropriation d'un immeuble affecté à l'activité professionnelle. Le suivi des plus-values à court terme qui font l'objet d'un étalement peut être assuré sur le tableau "Aide au suivi et à l'affectation des plus et moins-values" figurant en page 8 de la notice. Le montant total de la plus-value nette à court terme est à porter à la ligne 35 de l'annexe 2035 B et les deux tiers de cette plus-value à court terme à la ligne 43 "divers à déduire" de l'annexe 2035 B. Au cours des deux exercices suivants, le tiers de la plus-value est réintégré à la ligne 36 "divers à déduire". Plus-values à long terme : elles résultent de la cession d'éléments non amortissables détenus depuis plus de deux ans ou d'éléments amortissables détenus depuis plus de deux ans pour la fraction excédant le montant des amortissements. Moins-values à long terme : elles proviennent de la cession d'éléments non amortissables détenus depuis plus de deux ans. Les plus-values et les moins-values à long terme font l'objet d'une compensation afin de déterminer une plus ou moins-value nette à long terme. La plus-value nette éventuelle en résultant (ou, le cas échéant, le solde de cette plus-value après compensation avec les moins-values à long terme subies au cours des 10 années précédentes ou avec le déficit de l'année) est taxable au taux de 16% quel que soit le caractère de l'activité. Si le bien cédé est un terrain à bâtir, le taux applicable est également fixé à 16%. * * * * * En cas de cession ou de cessation d'activité, les moins-values à long terme subies au cours de la réalisation de cet événement - ou des dix années antérieures - peuvent être déduites des bénéfices de l'année de la cession ou de la cessation pour une fraction de leur montant qui est fonction du rapport - 16/(331/3) - existant entre le taux d'imposition des plus-values à long terme et le taux normal de l'impôt sur les sociétés. En cas de cession-bail d'immeuble réalisée entre le 23 avril 2009 et le 31 décembre 2012, la plus-value étalée sur le fondement de l'article 39 novodecies du CGI doit faire l'objet d'un état de suivi fourni lors du dépôt de la déclaration de résultat de chacun des exercices clos pendant la durée de l'étalement. Cet état précise la durée de l'étalement retenue. Au titre de chaque exercice, la fraction de plus-value à court terme doit être réintégrée au résultat et la fraction de la plus-value à long terme est imposée d'après le taux applicable à ce type de plus-values. Cette dernière fraction est en outre mentionnée sur la déclaration de résultat de l'exercice et reportée sur la déclaration d'ensemble des revenus (imprimé n° 2042). Produits de la propriété industrielle : sont également taxables au taux de 16 %, selon le régime des plus-values à long terme : les produits de la cession de brevets, d'inventions brevetables ainsi que de perfectionnements apportés aux brevets et inventions brevetables, ou d'un procédé de fabrication industriel accessoire; le résultat net de la concession de licences d'exploitation de ces éléments dans les conditions définies par l'article 39 terdecies du code général des impôts ainsi que des opérations de "sous-concessions". Le régime des plus-values à long terme s'applique aux plus-values de cession à condition qu'il n'existe pas de liens de dépendance entre le cédant et le cessionnaire au sens du 12 de l'article 39 du code général des impôts. La taxation au taux réduit n'est toutefois pas applicable lorsque les éléments mentionnés ci-dessus ont été acquis à titre onéreux depuis moins de deux ans. Le régime des plus-values à long terme est également applicable aux produits de cession de droits portant sur des logiciels originaux par leur auteur personnes physique. Lorsqu'il existe des liens de dépendance entre le concédant et le concessionnaire, le montant des redevances est déductible chez le concessionnaire dans les conditions et limites fixées au 12 de l'article 39 du code général des impôts. Vous pouvez vous reportez à l'"Aide au suivi et à l'affectation des plus ou moins-values" - page 8 - en cas d'imputation sur la plus-value nette à long terme des moins-values à long terme, ou des déficits d'exploitation. Le montant de la plus-value nette à long terme figurant au tableau II - Détermination des plus-values ou moins-values" de la déclaration n°2035 est à reporter sur la page 1 de la même déclaration et sur la déclaration d'ensemble de revenus n°2042 C. Entreprises nouvelles (article 44 sexies et 44 quindecies du code général des impôts); jeunes entreprises innovantes (articles 44 sexies A et 44 sexies OA du code général des impôts); activités exercées en zone franche (articles 44 octies et 44 octies A du code général des impôts); activités exercées en zone de recherche et de développement "pôles de compétitivité" (article 44 undecies du code général des impôts); zones franches DOM (article 44 quaterdecies du Code général des impôts). La plus-value nette à long terme imposable et sa fraction exonérée - à détailler dans une note annexe - sont à ventiler à la rubrique "Récapitulation des éléments d'imposition" de la déclaration n°2035 (cf. Renvoi 21). La fraction exonérée est par ailleurs reportée sur la déclaration n°2042 C. Transfert dans le patrimoine privé : en cas de transfert dans le patrimoine privé de la partie de la résidence principale, affectée à l'exercice de la profession, le paiement de l'impôt sur la plus-value dégagée à cette occasion peut être fractionné sur une période de trois ans. La demande de fractionnement est jointe à la déclaration n°2035 souscrite au titre des revenus de l'année de réalisation du retrait d'actif. Elle doit préciser les différents éléments de calcul de la plus-value. L'option, ainsi exercée, revêt un caractère définitif. Etalement du paiement en cas de crédit-vendeur : en cas de cession assortie d'un crédit vendeur, de l'ensemble des éléments de l'actif immobilisé affectés à l'exercice d'une activité professionnelle ou de l'apport d'une branche complète d'activité, l'étalement du paiement de l'impôt sur le revenu afférent aux plus-values à long terme réalisées à cette occasion peut être accordé sur demande écrite du contribuable formulée lors du dépôt de la déclaration de revenus ou lors de la réception de l'avis de recouvrement (instruction n°03-056-A1 du 28 octobre 2003, publiée au BOCP). Exonération - article 151 septies du code général des impôts : les plus-values nettes déterminées après compensation avec les moins-values de même nature réalisées dans le cadre d'une activité libérale font l'objet, depuis le 1er janvier 2006 et au titre des exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2006, d'une exonération totale ou partielle selon que la moyenne des recettes, appréciées hors taxes, réalisées au cours des deux années civiles qui précèdent la date de clôture de l'exercice de réalisation des plus-values, n'excède pas 90 000 € pour les prestations de service (150 000 € pour les ventes) ou soit comprise entre ce montant et 126 000 € pour les prestations de service (250 000 € pour les ventes). Cette modalité d'appréciation des recettes est applicable tant aux plus-values réalisées en cours d'exploitation qu'à celles résultant de la cession ou de la cessation d'activité. L'activité doit être exercée depuis au moins cinq ans. Exonération - article 238 quindecies du code général des impôts : les plus-values réalisées à l'occasion de la transmission à titre gratuit ou à titre onéreux, soit d'une entreprise individuelle libérale, soit d'une branche complète d'activité, soit de l'intégralité des droits détenus par l'exploitant dans une société de personnes dans laquelle il exerce son activité libérale, font l'objet, sous certaines conditions, d'une exonération totale ou partielle. L'exonération varie selon que la valeur des éléments transmis servant d'assiette aux droits d'enregistrement n'excède pas 300 000 € ou est compris entre 300 000 € et 500 000 €. En outre, l'activité doit avoir été exercée pendant au moins cinq ans. Exonération - article 151 septies A du code général des impôts : les plus-values de cession d'entreprise à caractère libérale ou de cession de l'intégralité des parts d'un associé exerçant son activité libérale dans une société de personnes, réalisées à titre onéreux depuis le 1er janvier 2006 en raison du départ en retraite du cédant, sont exonérées sous certaines conditions. L'activité doit avoir été exercée depuis au moins cinq ans. Abattement sur les plus-values relatives à des immeubles (article 151 septies B du code général des impôts) : les plus-values à long terme réalisées à compter du 1er janvier 2006, dans le cadre d'une activité libérale, sont imposées après application d'un abattement de 10% pour chaque année de détention échue au titre de l'exercice de réalisation de la plus-value au-delà de la cinquième année, lorsque ces plus-values portent sur des biens immobiliers ou des droits ou parts de sociétés dont l'actif est principalement constitué de biens immobiliers. Les biens immobiliers, détenus directement ou indirectement, doivent être affectés par l'entreprise à sa propre exploitation. Exonération - article 238 octies A du code général des impôts : les plus-values réalisées au plus tard le 31 décembre 2014 lors de la cession à titre onéreux d'un droit de surélévation sont exonérées à condition que le cessionnaire s'engage à achever les locaux destinés à l'habitation dans un délai de 4 ans à compter de la date d'acquisition. DISPOSITIF PREVOYANT LE REPORT OU LE SURSIS D'IMPOSITION DE CERTAINES PLUS-VALUES Les contribuables peuvent bénéficier de ces mesures de report sous certaines conditions prévues par la loi : * * * * * * * * * * * * D REPARTITION DES RESULTATS ENTRE LES ASSOCIES TRANSMISSION EN COURS D'ANNEE DE PARTS DE SOCIETES DE PERSONNES report d'imposition de la plus-value constatée lors de la levée de l'option d'achat d'un immeuble acquis en crédit-bail et précédemment donné en sous-location (article 93 quater IV du Code général des impôts) ; report d'imposition de la plus-value constatée lors de la transmission à titre gratuit de l'entreprise ou des droits sociaux (articles 41 et 151 nonies II du Code général des impôts). Lorsque l'activité est poursuivie pendant au moins 5 ans, la plus-value en report est définitivement exonérée ; report d'imposition des plus-values constatées lors de l'assujettissement à l'impôt sur les sociétés d'une société relevant de l'impôt sur le revenu ou de sa transformation en société passible de l'impôt sur le sociétés (article 151 nonies III du Code général des impôts) ; report d'imposition des plus-values afférentes aux parts sociales conservées après la cessation de l'activité professionnelle (article 151 nonies IV du Code général des impôts) ; report d'imposition des plus-values constatées en cas d'apport en société, d'apport de certains titres, ou lors d'une fusion, ou d'une scission, de sociétés (articles : 151 octies,151 octies A, 151 octies B, 54 septies, 93 quater II du Code général des impôts, article 38 quindecies et 41-0 A bis de l'annexe III au Code général des impôts) ; sursis d'imposition des plus-values d'échange de parts sociales constatées lors de la fusion ou de la scission de certaines sociétés (articles : 38-7 bis et 93 quater V, 54 septies du Code général des impôts, 38 quindecies de l'annexe III au Code général des impôts) ; report d'imposition des plus-values d'apport de brevets (article 93 quater I ter du Code général des impôts), jusqu'à la cession, au rachat, à l'annulation ou à la transmission à titre gratuit des droits sociaux reçus en rémunération de l'apport ou, si elle intervient antérieurement, jusqu'à la cession par la société bénéficiaire de l'apport du brevet, de l'intervention brevetable ou du procédé de fabrication industriel. La plus-value en report d'imposition est réduite d'un abattement d'un tiers pour chaque année de détention échue des droits reçus en rémunération de l'apport au-delà de la cinquième ; imposition de la plus-value nette à long terme, réalisée à la suite de perception d'indemnités d'assurance ou de l'expropriation d'immeubles figurant à l'actif, différé de deux ans. Toutefois, en cas de cessation d'activité, l'imposition de la plus-value dont il s'agit est immédiatement établie (article 39 quindecies I-1 du Code général des impôts) ; report d'imposition de la plus-value constatée lors de la transformation d'une société ou organisme placé sous le régime des sociétés de personnes défini aux articles 8 à 8 ter, en association d'avocats telle que visée à l'article 238 bis LA du Code général des impôts (article 151 octies C du Code général des impôts) ; maintien des reports d'imposition prévus aux articles 151 octies à 151 nonies du code général des impôts en cas de réalisation d'une nouvelle opération ouvrant droit à un nouveau report ou sursis d'imposition de la plus-value constatée (article 151-0 octies du même code). report ou étalement - article 238 octies C du Code général des impôts : il est instauré un mécanisme de report ou d'étalement d'imposition des plusvalues réalisées par les entreprises à l'occasion d'opérations d'échange de biens immobiliers effectuées avec l'Etat, les collectivités territoriales et certains établissements publics ou associations en vue de la réalisation d'ouvrages d'intérêt collectif. Le bénéfice de ce régime est subordonné au respect de certaines conditions et notamment à l'absence de versement d'une soulte dépassant 10% de la valeur vénale des biens ou droits remis à l'échange, soit le montant de la plus-value réalisés lors de l'échange. report d'imposition prévue au I de l'article 35 de la loi n°2011-1978 du 28 décembre 2011 de finances rectificative pour 2011, applicable à la quotepart de l'indemnité imposable chez certains avoués associés de SCP au titre de la perte du droit de présentation (cf. BOI-BNC-BASE-30-30-20-60-X au n°100 à 200). Quote-part du résultat : le résultat social est réparti entre les associés au prorata des droits de chacun. Cette répartition résulte en principe des statuts, ou le cas échéant d'une convention conclue antérieurement à la clôture de l'exercice. La part de résultat de chaque associé doit être majorée des rémunérations allouées, ou de la prise en charge des frais personnels par la société. La société peut porter, dans la colonne "Charges professionnelles individuelles", le total des dépenses personnelles supportées par chaque associé, dès lors qu'elles n'ont pas déjà été prises en charge au niveau du résultat social ; il s'agit, notamment, des frais d'acquisition des parts sociales (droits d'enregistrement, frais d'actes, intérêts d'emprunt), de la contribution économique territoriale, des charges sociales personnelles, des frais de transport entre le domicile et le lieu de travail. L'associé peut ainsi reporter sa quote-part nette directement sur la déclaration n°2042-C-PRO. L'article 93 B du CGI prévoient qu'en cas de transmission ou de rachat des droits d'une personne physique associée d'une société de personnes qui exerce une activité professionnelle non commerciale soumise à la déclaration contrôlée, l'impôt sur le revenu peut être immédiatement établi au nom de cet associé pour sa quote-part dans les résultats de la société déterminée à la date de cet événement. L'option pour cette imposition immédiate doit être formulée conjointement, sur papier libre, par le cédant et le bénéficiaire de la transmission ou du rachat. Dans les 60 jours de la transmission ou du rachat des parts, la société doit adresser au service des impôts dont elle relève, en même temps que l'option conjointe, l'imprimé n°2035 faisant apparaître respectivement le résultat social depuis la dernière période d'imposition jusqu'à l'événement et la part revenant dans ce résultat à l'associé cédant ; ce dernier doit en outre déclarer, dans ce délai, cette part de bénéfice sur sa déclaration de revenus n°2042-C. L'associé bénéficiaire, présent dans la société au 31 décembre, doit par ailleurs donner le détail de la part du résultat de la société qui lui revient en fin d'année au moment du dépôt de sa déclaration de revenus. COMPTE DE RESULTAT FISCAL Cadre 1 Porter sur chacune des lignes les renseignements demandés. (1) nature de l'activité Pour les omnipraticiens et les spécialistes médicaux et chirurgicaux, indiquer, en outre, la situation au regard de la convention nationale : C 1 (conventionnés du secteur 1 sans droit à dépassement) 2 (conventionnés du secteur 1 avec droit de dépassement), 3 (conventionnés du secteur 2 avec honoraires libres), C 0 (omnipraticiens et les spécialistes médicaux et chirurgicaux non conventionnés). Cadre 2 recettes CAS PARTICULIER * * Annexe n°2035 A C C (2) cocher la case correspondant à votre situation La case AT est à cocher par les non assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée et les bénéficiaires de la franchise de la taxe sur la valeur ajoutée prévue à l'article 293 B du Code général des impôts. Pour la détermination du revenu professionnel, il est tenu compte, en principe, des recettes encaissées et des dépenses payées au cours de l'année. Toutefois, les contribuables sont légalement autorisés à déterminer le bénéfice imposable en tenant compte des créances acquises et des dépenses engagées au cours de l'année d'imposition. Pour bénéficier de ce dispositif, ils doivent en formuler l'option sur papier libre avant le 1er février de la première année au titre de laquelle le bénéfice est déterminé d'après les créances acquises et les dépenses engagées. Les contribuables qui débutent leur activité exercent cette option dans les délais prévus pour le dépôt de leur première déclaration de résultats. Les contribuables qui avaient exercé l'option avant 1996 sur le fondement de la tolérance administrative peuvent, sous réserve des décisions contraires ayant autorité de la chose jugée, continuer à déterminer leur résultat imposable à partir des créances acquises et des dépenses engagées. Il leur suffit de mentionner, comme les années précédentes, leur option à l'une des cases prévues à l'annexe 2035 A. L'option est renouvelée par tacite reconduction ; elle produit ses effets tant qu'elle n'a pas été expressément dénoncée. Les contribuables sont tenus de fournir chaque année, en annexe à la déclaration de leur bénéfice n°2035, un état actualisé au 31 décembre de l'année d'imposition, des créances et des dettes nées antérieurement à la première année couverte par l'option, et qui ne sont pas éteintes au 31 décembre de l'année d'imposition. Ce document est établi conformément à un modèle fixé par l'administration et prévu à l'article 41-0 bis B de l'annexe III au Code général des impôts. Il conserve son utilité jusqu'à extinction totale de ces créances et de ces dettes. Les contribuables qui entendent renoncer à ce dispositif doivent en faire la demande, sur papier libre, avant le 1er février de l'année au titre de laquelle l'impôt sur le bénéfice est déterminé en fonction des recettes encaissées et des dépenses payées. Cette demande est établie et adressée au service des impôts selon des modalités identiques à celles décrites pour l'option (article 41-0 bis de l'annexe III au Code général des impôts). Ils joignent à leur déclaration n°2035, jusqu'à extinction totale des créances et des dettes, l'état actualisé des créances et des dettes établi conformément au modèle fixé par l'administration et prévu à l'article 41-0 bis C de l'annexe III au Code général des impôts. Toutefois, à compter de l'imposition des revenus 2001, pour les contribuables qui ont choisi de déterminer le bénéfice de leur première année d'activité selon le régime des créances acquises et des dépenses engagées et qui souhaitent renoncer à l'application de ce régime pour l'imposition du bénéfice de leur seconde année d'activité, il est admis que le délai de dénonciation de leur option soit reporté jusqu'à la date de limite de dépôt de la déclaration du bénéfice de la première année d'activité. Il s'ensuit que, dans cette situation, l'option pour le régime des créances acquises et des dépenses engagées pour l'imposition du bénéfice de la première année d'activité et la renonciation à ce régime pour l'imposition du bénéfice de la deuxième année d'activité peuvent être exercées, en même temps, au plus tard lors du dépôt de la déclaration du bénéfice de la première année. En cas d'assujettissement à la taxe sur la valeur ajoutée, les recettes, les achats et les frais généraux doivent être retenus pour leur montant taxe comprise. Toutefois, les contribuables sont autorisés à enregistrer leurs opérations et à déclarer leurs résultats hors taxe à condition que la TVA apparaisse distinctement sur leurs documents comptables. TRANSFORMATION D'UNE EXPLOITATION NON COMMERCIALE EXERCEE A TITRE INDIVIDUEL EN SOCIETE CIVILE PROFESSIONNELLE EXERCANT UNE ACTIVITE LIBERALE OU EN SOCIETE D'EXERCICE LIBERAL. OPTION D'UNE SOCIETE CIVILE PROFESSIONNELLE OU D'UNE SOCIETE DE PERSONNES EXERCANT UNE ACTIVITE NON COMMERCIALE POUR SON ASSUJETISSEMENT A L'IMPÔT SUR LES SOCIETES. Dans ces deux situations, l'impôt est immédiatement établi à raison du bénéfice professionnel non encore taxé majoré des créances acquises et non encore recouvrées. Le paiement de l'impôt dû au titre des créances acquises peut être, sur option, fractionné par parts égales sur l'année de cessation et les deux, ou quatre années suivantes. L'option est irrévocable; elle est formulée, sur papier libre, au moment du dépôt de la déclaration de cessation. Elle doit comporter, lorsqu'il ya lieu, la désignation de la société d'exercice libéral dans laquelle le contribuable doit, les trois mois de la cessation, obligatoirement devenir associé. La demande de fractionnement donne lieu au paiement de l'intérêt légal (article 1663 bis du Code général des impôts). Par ailleurs, en cas d'option pour l'impôt sur les sociétés ou de transformation d'une société de personnes en société d'exercice libéral, les créances acquises et dépenses engagées au titre des trois mois qui précédent ces évènements peuvent, sur option, être prises en compte dans les résultats de la société qui les recouvre ou les acquitte, dès lors que les créances et les dettes sont inscrites à son bilan (article 202 quater du CGI). Cette option est exercée de manière conjointe par le contribuable et la société dans les conditions indiquées au III du BOFiP - Impôts BOI-BNC-CESS-20-20 dans sa version en vigueur au moment du fait générateur. 1 2 Les débours sont les sommes payées par un membre d'une profession libérale ou assimilée pour le compte de son client. 3 4 5 Les gains divers comprennent notamment (détails à préciser dans une note annexe) : * les indemnités perçues dans le cadre d'une assurance - perte d'exploitation ; * les remboursements de crédit de TVA encaissés au cours de l'année lorsque la comptabilité est tenue "TVA incluse" ; * * * * Cadre 3 Dépenses professionnelles 6 7 * en totalité en cas d'adhésion à une association agréée ; * 8 Porter ligne 12, le montant de la contribution économique et territoriale (CET). Porter en ligne 14, la part déductible de la contribution sociale généralisée (CSG). 9 Le contrat de collaboration et les contrats d'exercice en clinique s'analysent en une mise en location de matériel et de la clientèle: * * Les recettes s'entendent de l'ensemble des sommes reçues en contrepartie des services rendus au client, y compris les remboursements de frais et les débours. S'ajoutent à ces sommes, les honoraires rétrocédés par des confrères. Constituent des rétrocessions d'honoraires, les sommes reversées par un membre d'une profession libérale, de sa propre initiative et dans le cadre de la mission qui lui est confiée par son client, soit à un confrère, soit à une autre personne exerçant une profession libérale complémentaire de la sienne. Ces honoraires doivent être déclarés sur l'imprimé DADS ou DAS 2. Les suppléments de rétrocession d'honoraires versés aux personnes domiciliées en France qui exercent une activité libérale comme collaborateurs de professionnels libéraux au titre de leur séjour dans un autre Etat sont exonérés d'impôt sur le revenu en France dans la limite de 25% de la rétrocession et de 25 000 € (article 93-0 A du Code général des impôts). Les suppléments de rétrocession d'honoraires imposables sont à déclarer sur la déclaration n°2042-C. Il s'agit notamment des intérêts de créances, dépôts, cautionnements et comptes courants perçus dans l'exercice de la profession. Le prélèvement de 16% (majoré des prélèvement sociaux) n'a pas un caractère libératoire pour ces revenus. les recettes provenant d'opérations commerciales réalisées à titre accessoire lorsqu'elles sont directement liées à l'exercice de l'activité libérale et constituent strictement le prolongement de cette dernière ; les aides et subventions de toute nature : l'article 93-8 du Code général des impôts dispose toutefois que, sur demande expresse des contribuables, les subventions d'équipement versées par l'Etat, ou les collectivités publiques, ne sont pas comprises dans le résultat de l'exercice en cours à la date de leur versement mais sont rapportées aux résultats ultérieurs aux conditions décrites au 1 de l'article 42 septies du Code général des impôts ; autres revenus, dans la mesure où ils se rapportent aux éléments de l'actif professionnel [éléments affectés par nature à l'exercice de la profession ou utilisés dans le cadre de celle-ci et inscrits au registre des immobilisations (ex : droit d'affichage)]. N'ont pas à figurer sous cette rubrique les sommes provenant de la cession d'immobilisations ; les prestations en espèces versées dans le cadre du régime d'assurance maladie et maternité des travailleurs non salariés des professions non agricoles. Il s'agit des fournitures et produits revendus à la clientèle ou entrant dans la composition des prestations effectuées (médicaments, films, produits servant à la confection des prothèses, etc.) à l'exclusion de tout achat de matériel. Les sommes versées au personnel salarié à titre d'appointements, salaires ou indemnités, sont déductibles à condition qu'elles correspondant à un travail réel, qu'elles donnent lieu à un versement effectif et qu'elles ne soient pas exagérées. En revanche, la rémunération que s'alloue l'exploitant individuel n'est pas admise en déduction. Quant au salaire versé au conjoint de l'exploitant qui participe effectivement à l'exercice de la profession, il est déductible, s'il a donné lieu au paiement des cotisations sociales : dans la limite de 13 800 € en l'absence d'adhésion à une association agréée lorsque les époux sont mariés sous un régime de communauté ou de participation aux acquêts. Cette dernière limite doit être appréciée en fonction de la durée effective du travail du conjoint. Ainsi, lorsque le conjoint effectue un nombre d'heures de travail inférieur à la durée légale annuelle du travail (travail à temps partiel ou démarrage de l'activité salariée en cours d'année), la limite de déduction est obtenue en appliquant au montant forfaitaire de 13 800 €, la proportion entre le temps de travail effectif et la durée légale du travail. De même, en cas de création ou de cessation de l'activité en cours d'année, cette limite doit être ajustée au prorata de la durée d'exercice de l'activité pendant l'année considérée. Ces conditions de déduction s'appliquent pour la détermination des bénéfices des sociétés civiles professionnelles et des autres sociétés de personnes soumises à l'impôt sur le revenu. Mentionner, au regard de la ligne 11, la TVA, reversée au Trésor et la TVA, grevant les immobilisations ayant fait l'objet d'une imputation effective au cours de l'année d'imposition lorsque la comptabilité est tenue TVA incluse. Les autres impôts à mentionner ligne 13 comprennent, notamment : la taxe foncière sur les propriétés bâties (pour la partie des locaux inscrits à l'actif professionnel) : la taxe sur les salaires, (lorsqu'elle est due, la taxe sur les salaires doit être versée spontanément par l'employeur au Service des impôts des entreprises compétent, ou à la DGE le cas échéant ; les versements sont accompagnés d'un bordereau avis n°2501). N'indiquer, en aucun cas, les impôts à caractère personnel (impôt sur le revenu, taxe d'habitation...). En outre, les pénalités de recouvrement afférentes à des impôts déductibles ne sont pas admises en déduction. pour la détermination du bénéfice non commercial, les redevances versées par le collaborateur au titulaire constituent des loyers payés en contrepartie de la mise à disposition de ces biens et ont donc le caractère de charges déductibles ; pour la contribution économique territoriale, les redevances de collaboration - et elles seules - constituent des rétrocessions d'honoraires qui n'ont pas à être prises en compte dans la base imposable. En conséquence, individualiser à la ligne 16 dans le cadre BW prévu à cet effet le montant de ces redevances puis porter le total des locations de matériel et de mobilier, y compris ces redevances, en ligne BG. 10 11 12 Dans ce cas, les dépenses couvertes par le barème ne doivent pas être comptabilisées à un poste de charges. 13 14 15 Indiquer le détail des sommes portées à cette rubrique dans une note annexe. Cadre 4 Détermination du résultat fiscal 16 17 Cette rubrique comprend (détails à préciser dans une note annexe) : * * la réintégration de certains frais de véhicules par les contribuables qui n'ont pas choisi l'application du barème forfaitaire ; * * * * * * * Il s'agit des dépenses d'acquisition du petit matériel et outillage et des achats d'équipements de bureau d'une valeur unitaire hors taxe inférieure à 500 €. Inscrire sur cette ligne les sommes versées à des personnes non salariées dont les services ont été rémunérés dans le cadre de l'exercice de la profession. Pour être admises en déduction, ces sommes doivent être déclarées dans les mêmes conditions que les honoraires rétrocédés. Pour être déductibles, les dépenses nécessitées par l'exercice de la profession, doivent être justifiées. Toutefois, par souci de simplification, il est admis que les frais correspondant aux dépenses de véhicules de tourisme et des motos, vélomoteurs, scooters, soient déterminés par application du barème forfaitaire publié chaque année par l'Administration, pour les salariés. Cette forfaitisation doit être exercée au 1er janvier de l'année d'imposition (en début d'exercice) ; elle est concrétisée en cochant la case figurant en ligne 23. L'option pour le système forfaitaire porte obligatoirement sur l'année entière et concerne l'ensemble des véhicules utilisés à titre professionnel ; véhicules de tourisme, motos, vélomoteurs, scooters. Les contribuables qui utilisent par ailleurs des véhicules n'entrant pas dans ces catégories ne peuvent pas utiliser le barème forfaitaire, même pour les seuls véhicules de tourisme. L'option s'applique également aux sociétés de personnes titulaires de bénéfices non commerciaux. Dans ce cas, le mode de prise en compte des frais retenus - barème forfaitaire ou frais réels - doit être identique pour tous les véhicules de tourisme, motos, vélomoteurs, scooters, utilisés pour l'exercice de l'activité sociale, qu'ils appartiennent à la société ou aux associés. L'exercice de cette option ne dispense pas de l'obligation de justifier du kilométrage parcouru à titre professionnel ; les contribuables doivent donc servir le cadre 7 de l'annexe n°2035 B. Les frais de déplacement afférents aux quarante premiers kilomètres du trajet entre le domicile et le lieu de travail sont toujours admis en déduction même si aucune circonstance particulière ne justifie l'éloignement entre le domicile et le lieu de travail, sous réserve bien entendu de justifier de la réalité et du montant des frais correspondants. Au delà des quarante premiers kilomètres, les dépenses sont déductibles à la condition qu'elles soient justifiées et que des circonstances particulières justifient d'un tel éloignement. Sont déductibles pour leur montant réel et justifié les cotisations obligatoires d'allocations familiales, d'invalidité-décès, d'assurance maladie ou maternité, les cotisations volontaires ou obligatoires (à compter du 1er juillet 2007) à ces régimes du conjoint collaborateur non rémunéré qui n'exerce aucune activité professionnelle ou qui exerce cette activité au plus à mi-temps. Depuis le 1er juillet 2007, les conjoints collaborateurs sont en effet tous affiliés personnellement et à titre obligatoire à l'assurance vieillesse de leur époux ou de leur épouse. Sont déductibles, dans les limites prévues à l'article 154 bis du Code général des impôts, les cotisations versées par l'exploitant et son conjoint collaborateur au régime d'allocations vieillesse de base et complémentaire, les cotisations aux régimes facultatifs mis en place par les organismes de sécurité sociale ou aux contrats de groupe définis à l'article L 144-1 du Code des assurances. Il en est de même des cotisations ou primes versées au titre des contrats d'assurance de groupe pour le remboursement ou l'indemnisation de frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident , à la condition que les contrats concernés ne couvrent pas la participation forfaitaire d'un euro mise à la charge des assurés sociaux et qu'ils respectent les conditions de l'article L 871-1 du Code de la sécurité sociale. La part respective des cotisations obligatoires et facultatives déductible est à mentionner à la rubrique "Charges sociales personnelles" du compte de résultat fiscal n°2035 A, à l'exclusion de la part déductible de la CSG qui est à mentionner à la ligne 14 du compte de résultat fiscal n°2035 A. Les frais financiers comprennent notamment, les intérêts des prêts contractés pour la construction, la réparation, l'amélioration et l'acquisition des divers éléments d'exploitation (locaux, matériels, outillages …) lorsqu'ils sont inscrits à l'actif professionnel. Annexe n°2035 B Inscrire ici la fraction, ne bénéficiant pas de l'exonération prévue par les articles 151 septies, 151 septies A et 151 septies B du Code général des impôts ou de celle prévue par l'article 238 quindecies du même code, des plus-values et moins-values à court terme calculées sur la déclaration n°2035 (Cf. C de la page 3). la quote-part des dépenses personnelles incluses dans les dépenses dont la déduction est demandée (loyer, chauffage, eau, gaz, électricité, téléphone …) ; la fraction non déductible de l'annuité d'amortissement pour les véhicules dont le prix de revient , taxes comprises, excède 18 300 €, quelle que soit la date d'acquisition du véhicule pour les véhicules acquis jusqu'au 31 décembre 2005. Cette limite est ramenée à 9 900 € pour les véhicules acquis à compter du 1er janvier 2006 et dont la date de première mise en circulation est intervenue après le 1er juin 2004, lorsque ces véhicules ont un taux d'émission de dioxyde de carbone supérieur à 200 grammes par kilomètre ; l'avantage en nature représenté par la quote-part des dépenses de voitures, motos, vélomoteurs, scooters, correspondant à l'usage personnel du véhicule (amortissement, assurance, frais de réparation et d'entretien, consommation d'essence …) ; la fraction de la plus-value à court terme dont l'imposition a été antérieurement différé (voir C) ; les régularisations de TVA pour les assujettis partiels et les redevables partiels en cas de variation du prorata de déduction ou de la proportion d'utilisation initialement retenus ; la partie prise en charge par l'Etat, sous forme de réduction d'impôt et dans la limite de 915 € par an, des dépenses exposées pour la tenue de leur comptabilité et l'adhésion à une association agréée par les contribuables qui ont opté pour la déclaration contrôlée et dont les recettes sont inférieures aux limites du régime déclaratif spécial prévu à l'article 102 ter du Code général des impôts ; les plus-values imposables à la suite d'un échange de biens immobiliers en vue de la réalisation d'ouvrages d'intérêt collectif : plus-values affectées à des biens non amortissables et placées en report lors de l'échange, lorsque le report cesse et que ces plus-values deviennent imposables ; plusvalues affectées à des biens amortissables et dont l'imposition est échelonnée, pour le montant imposable au titre de l'exercice en vertu des dispositions de l'article 238 octies C du Code général des impôts ; lorsqu'il existe des liens de dépendance entre le concédant et le concessionnaire, le montant des redevances de concession de la propriété industrielle non déductible chez le concessionnaire dans les conditions et limites fixées au 12 de l'article 39 du Code général des impôts. 18 19 20 Reporter ici le total des amortissements de l'année (total de la colonne 7 du tableau amortissements) de la déclaration n°2035. 21 Cette ligne doit, notamment, être servie (détails à préciser le cas échéant, dans une note annexe) : * * * * par les contribuables qui bénéficient des dispositifs suivants : déductions de certaines dépenses des médecins conventionnés de secteur I, selon des modalités particulières, déduction de l'abondement pour l'épargne salariale (il s'agit des dépenses visées à l'article L3332-27 du Code du travail, * * * 23 CONTRIBUTION ECONOMIQUE TERRITORIALE 24 La ligne JU doit être reportée sur la déclaration n°1330-CVAE.   Les membres d'une société civile de moyens doivent indiquer sur la ligne 37 ou 44 la part de bénéfice ou de déficit correspondant à leurs droits dans la société. Ces chiffres sont identiques à ceux qui figurent sur la déclaration n°2036 souscrite par les sociétés civiles de moyens. Quant aux frais qui ont été remboursés à cette société, ils sont à ventiler selon leur nature entre les différentes rubriques de dépenses (lignes 8 à 32). En cas de demande expresse formulée l'année où elles sont payée, les dépenses ayant le caractère de frais d'établissements peuvent être, sur une période maximale de 5 ans et par parts égales, déduites des résultats de l'année de paiement et des années suivantes. par les contribuables qui ont demandé l'imposition différée d'une plus-value à court terme (Cf. C) ; par les titulaires de produits de la propriété industrielle (lorsque ces produits inclus dans le montant des recettes déclarées sont taxables selon le régime des plus-values à long terme) ; par les assujettis partiels et les redevables partiels à la TVA pour les régularisations de taxe en cas de variation du prorata de déduction ou de la proportion d'utilisation initialement retenus ; exonération total ou partielle de leur bénéfice, sous certaines conditions, pour les contribuables qui exercent leur activité dans une zone franche urbaine (articles 44 octies et 44 octies A du CGI), exonération totale ou partielle de leur bénéfice, sous certaines conditions, pour les contribuables dont l'activité peut être qualifiée d'entreprise nouvelle (article 44 sexies et 44 quindecies du CGI), exonération totale ou partielle de leur bénéfice, sous certaines conditions, pour les contribuables qui exercent leur activité en tant que jeunes entreprises innovantes (article 44 sexies-0 A et 44 sexies A du CGI), exonération totale ou partielle de leur bénéfice, sous certaines conditions, pour les contribuables qui exercent leur activité dans une zone de recherche et de développement "Pôle de compétitivité" (article 44 undecies du CGI), exonération d'impôt sur le revenu sur la rémunération perçue au titre de la permanence des soins, à hauteur de 60 jours de garde, pour les médecins installés dans une zone définie en application de l'article L 162-47 du Code de la sécurité sociale (article 151 ter du CGI),   à compter du 1er janvier 2006, abattement de 50% sur le bénéfice imposable à l'impôt sur le revenu institué pour les jeunes artistes de la création plastique, au titre de leurs cinq premières années d'activité, dans la limite de 50 000 € par an, à l'occasion de la vente ou de l'exploitation de leurs oeuvres d'art (article 93-9 du CGI). Le bénéfice imposable et sa fraction exonérée sont à ventiler à la rubrique « Récapitulation des éléments d'imposition » de la déclaration n°2035 cadre 3. Les montants sont à reporter sur la déclaration n°2042 C. par les contribuables ayant subi un sinistre survenu à la suite d'une catastrophe naturelle, ou d'un événement ayant des conséquences dommageables, pour les dons reçus à cette occasion ; la plus-value de cession d'un droit de surélévation exonérée en vertu des dispositions de l'article 238 octies A du Code général des impôts ; les plus-values placées en report d'imposition ou qui font l'objet d'une imposition échelonnée à la suite d'un échange de biens immobiliers en vue de la réalisation d'ouvrages d'intérêt collectif, pour l'exercice au cours duquel intervient l'échange conformément aux dispositions de l'article 238 octies C du Code général des impôts. Porter à cette rubrique le montant des recettes bénéficiant au titre de la contribution économique et territoriale des exonérations permanentes prévues à l'article 1460 2e à 7e du CGI (notamment, l'exonération des photographes auteurs, pour leur activité relative à la réalisation de prise de vues et à la cession de leurs oeuvres d'art au sens de l'article 278 septies du CGI ou de droits mentionnés au g de l'article 279 du CGI et portant sur leurs oeuvres photographiques). Annexe n°2035 E Les informations de l'annexe n°2035-E doivent être remplies lorsque le chiffre d'affaires réalisé par l'entreprise au cours de la période de référence visée par l'article 1586 quinquies du code général des impôts est supérieur à 152 500 € hors taxes. Le tableau permet de déterminer la valeur ajoutée telle que définie au I de l'article 1586 sexies du code général des impôts et produite au cours de la période de référence précédemment visée ; le résultat obtenu servira à la détermination de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) prévue par l'article 1586 ter du code général des impôts. Le montant de la valeur ajoutée à indiquer correspond à celui résultant du calcul effectué, au titre de la période de référence, sur les tableaux de la série E des imprimés des liasses ficales BIC, IS, BNC et RF). Pour les établissements financiers, les activités relevant de l'article 93 A du code général des impôts, ou pour les entreprises qui produisent de l'électricité, une définition particulière de la valeur ajoutée doit être retenue. Pour la détermination de la CVAE, on retient la valeur ajoutée et le chiffre d'affaires réalisé au cours de la période mentionnée à l'article 1586 quinquies du code général des impôts, à l'exception: d'une part, de la valeur ajoutée afférente aux activités exonérées de cotisation foncière des entreprises en application des articles 1449 à 1463 et 1464 K du code général des impôts, à l'exception du 3° de l'article 1459 du même code; d'autre part, de la valeur ajoutée afférente aux activités exonérées de CVAE en application des I à III de l'article 1586 nonies du code général des impôts. Cette valeur ajoutée fait, le cas échéant, l'objet de l'abattement prévu au IV de l'article 1586 nonies du code général des impôts.  achats;  variation de stock;  travaux, fournitures et services extérieurs;  loyers et charges locatives, location de matériel et de mobilier;  frais de transports et de déplacements;  frais de gestion. Mesure de simplification A compléter par les entreprises tenant leur comptabilité "TVA incluse".  Mesure de simplification * avoir dûment rempli le cadre "Valeur ajoutée" de la déclaration de résultats (tableaux 2059-E, 2033-E, 2035-E ou 2072-E); * ne disposer que d'un seul établissement au sens de la CFE; * ne pas employer des salariés exerçant leur activité plus de trois mois sur un lieu hors de l'entreprise; * ne pas exercer plusieurs activités nécessitant des déclarations de résultat de natures différentes; * ne pas être une société civile de moyens (SCM) * ne pas clôturer deux exercices au cours de l'exercice de référence CVAE; * ne pas être membre d'un groupe fiscal intégré ne bénéficiant pas des dispositions du b du I de l'article 219 du CGI; * ne pas avoir fusionné au cours de l'exercice de référence CVAE; * ADHERENTS DES ASSOCIATIONS AGREEES OU CLIENTS D'UN VISEUR CONVENTIONNE COMPTES BANCAIRES A L'ETRANGER : La valeur ajoutée des entreprises relevant du régime de droit commun (pour les autres régimes, consulter BOFiP-Impôts BOI CVAE-BASE-30 à CVAEBASE-60 dans leur version en vigueur au moment du fait générateur) est égale à la somme du chiffre d'affaires et de certains produits diminuée de certaines charges. Le montant de la valeur ajoutée obtenue peut, le cas échéant, être plafonné. Pour les titulaires de bénéfices non commerciaux (BNC), la valeur ajoutée se définit par la différence entre les recettes et les dépenses se rapportant aux charges de même nature que celles admises en déduction de la valeur ajoutée des titulaires de bénéfices industriels et commerciaux. Toutefois, pour les entreprises ayant opté pour une comptabilité d'engagement, la valeur ajoutée se définit selon les mêmes modalités que celles prévues pour les titulaires de bénéfices industriels et commerciaux. La valeur ajoutée des titulaires de BNC n'exerçant pas l'option lentionnée à l'article 93 A du CGI est égale à la différence entre le chiffre d'affaires et les dépenses de même nature que les charges engagées par la généralité des redevables lorsqu'elles sont admises en déduction pour ces derniers. Sont ainsi déductibles de la valeur ajoutée les dépenses suivantes, pour leur seul montant hors taxes, dès lors que les charges par nature correspondantes sont elles-mêmes déductibles de la valeur ajoutée des entreprises tenant une comptabilité d'engagement ou ayant exercé l'option pour les créances acquises et les dépenses engagées prévue à l'article 93 A du CGI : Est également déductible de la valeur ajoutée la fraction des dotations aux amortissements afférents à des immobilisations corporelles mises à la disposition d'une autre entreprise dans le cadre d'une convention de location-gérance ou de crédit-bail ou d'une convention de location de plus de six mois. La TVA payée par l'entreprise sur les dépenses engagées, c'est-à-dire la TVA déductible afférente aux dépenses précédemment mentionnées, ainsi que la TVA décaissée au titre de la réalisation de son obligation de paiement de la TVA (y compris en cas de rappel de TVA) par l'entreprise ne constituent pas des dépenses déductibles de la valeur ajoutée. Les entreprises dont le chiffre d'affaires est supérieur à 152 500 € (article 1586 ter du code général des impôts) sont assujetties à la CVAE et soumises à l'obligation de dépôt de la déclaration n° 1330-CVAE. Les déclarations de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises sont obligatoirement souscrites par voie électronique (IV de l'article 1649 quater B du CGI). Cette ligne concerne les titulaires de bénéfices non commerciaux qui détiennent des stocks dans le cadre d'une activité commerciale accessoire. L'augmentation du niveau des stocks constatée à l'issue de l'année vient en diminution des charges; a contrario, la diminution du niveau des stocks constatée à l'issue de l'année s'ajoute à ces charges. La quote-part des dépenses personnelles et les frais forfaitaires de déplacement extraits de la déclaration n°2035 doivent être déduits de ces montants. Les remboursements de frais effectués par les associés à la société civile de moyens dont ils sont membres doivent être exclusivement mentionnés ligne EL pour leur montant global. Les entreprises dont le chiffre d'affaires est supérieur à 152 500 € (article 1586 ter du code général des impôts) sont assujetties à la CVAE et soumises à l'obligation de dépôt de la déclaration n° 1330-CVAE. A compter des échéances attendues en mai 2014, toutes les entreprises redevables de la CVAE doivent télétransmettre leur déclaration n°1330-CVAE. Certaines entreprises sont dispensées du dépôt de la déclaration n° 1330-CVAE sous les conditions cumulatives suivantes: ne pas être une entreprise qui, n'employant aucun salarié en France et n'exploitant aucun établissement en France, y exerce cependant une activité de location d'immeubles ou de vente d'immeubles Le bénéfice de la non majoration de 1,25 des revenus est accordé aux titulaires de bénéfices non commerciaux adhérents à une association agréée (article 158-7 du Code général des impôts). A compter de l'imposition des revenus de l'année 2010, ce dispositif est également applicable aux contribuables qui font appel aux services d'un "viseur conventionné" c'est-à-dire à un expert-comptable, une société d'expertise comptable ou une association de gestion et de comptabilité, autorisés et conventionnés à cet effet par l'administration fiscale (article 1649 quater L et 1649 quater M du CGI). Le revenu brut est porté directement sur la déclaration complémentaire des revenus n°2042 C-PRO, rubrique 5 QC, 5 RC, 5 SC, 5 KU, 5 LU ou 5 MU. Le BOFIP - Impôts a rappelé aux paragraphes 240 et suivants du BOI-BNC-SECT-40 dans sa version en vigueur au moment du fait générateur le principe de non-cumul de l'absence de majoration de 25% des revenus en cas d'adhésion à une association agréée et des déductions forfaitaires propres aux médecins conventionnés. Tolérance : Les médecins conventionnés du secteur 1 peuvent cumulativement bénéficier, de la première année d'adhésion à une association agréée, à la fois de la déduction forfaitaire de 3% sur leurs recettes conventionnelles et de la non majoration de 1,25 de leurs revenus. PARTICULIERS : depuis le 1er janvier 1990, les particuliers doivent déclarer les comptes bancaires ouverts, utilisés ou clos à l'étranger retraçant des opérations à caractère privé ou professionnel. Cette déclaration, datée et signée, à établir sur une imprimé spécifique n°3916 disponible sur le site impots.gouv.fr ou sur papier libre reprenant les mentions figurant sur cet imprimé, doit être jointe à votre déclaration de revenus n°2042. AIDE AU SUIVI ET A L'AFFECTATION DES PLUS ET MOINS-VALUES I - Affectation des plus-values à court terme Montants différés (1) Imposition répartie sur 3 ans Totaux Montants restant à réintégrer 2013 2012 Totaux II - Suivi des moins-values à long terme Origine (A) - (B) (A) (B) 2013 2 - Plus-value à long terme taxable au taux de 16% 2012 2011 2010 2009 A imputer éventuellement sur : 2008 Déficit de l'année (B) 2007 2006 2005 2004 2003 2002 Divers (déficits antérieurs) (D) (1) Reste = A - (B + C + D) (2) (3) Il s'agit de la plus-value figurant au tableau de détermination des plus et moins-values de la déclaration n°2035. (4) la plus-value à long terme peut, le cas échéant, servir à absorber les déficits non encore imputés sur le revenu global. SOCIETES A FORME NON COMMERCIALE : depuis le 1er janvier 1990, les sociétés à forme non commerciale doivent déclarer les comptes bancaires ouverts, utilisés ou clos à l'étranger retraçant des opérations à caractère privé ou professionnel. Cette déclaration, datée et signée, à établir sur un imprimé spécifique n°3916 disponible sur le site impots.gouv.fr ou sur papier librereprenant les mentions figurant sur cet imprimé, doit être jointe à votre déclaration de résultats. Montants nets des plus-values réalisées Montants antérieurement réintégrés Montants compris dans le résultat de l'année Plus-values réalisées au cours de l'année Imposition répartie sur une durée différente (article 39 quaterdecies 1 ter du Code général des impôt) Montants nets des plus-values réalisées à l'origine Montants antérieurement réintégrés Montants réintégrés dans le résultat de l'année (2) Plus-values réalisées au cours des années antérieures Imposition répartie sur 3 ans au titre de: Imposition répartie sur une durée différente (article 39 quaterdecies 1 ter du CGI) III - Affectation des moins-values et plus-values à long terme taxables à 16% Moins-values à 16% Imputations sur les plus-values à long terme de l'année Soldes des moins-values à 16% à imputer 1 - Imputation des moins-values à long terme en cas de cession, cessation Moins-value à long terme à 16/ (331/3) Bénéfice de l'année de cession, cessation Moins-values nettes à long terme subies au cours des dix années antérieures restant à déduire Montant net de la plus-value à long terme de l'année (A) (3) Sur les moins-values à long terme (C) des années antérieures Fraction totale de la plus-value à court terme dont l'imposition est décalée (à reporter page 1 de la déclaration n°2035) Fraction totale des plus-values à court terme dont l'imposition a été antérieurement différée et réintégrée dans le résultat de l'année. Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20150320 Page 1/2 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9535-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20150320 Date de publication : 20/03/2015 DGFIP RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattement pour durée de détention de droit commun Positionnement du document dans le plan : RPPM - Revenus et profits du patrimoine mobilier Plus-values sur biens meubles incorporels Titre 2 : Base d'imposition Chapitre 2 : Abattement pour durée de détention de droit commun 1 En application du deuxième alinéa du 1 de l'article 150-0 D du code général des impôts (CGI), les gains nets (plus-values et moins-values) de cession à titre onéreux d'actions, de parts de sociétés, de droits portant sur ces actions ou parts ou de titres représentatifs de ces mêmes actions, parts ou droits, mentionnés au I de l'article 150-0 A du CGI, ainsi que les distributions mentionnées aux 7, 7 bis et aux deux derniers alinéas du 8 du II de l'article 150-0 A du CGI, à l'article 150-0 F du CGI et au 1 du II de l'article 163 quinquies C du CGI sont réduits, pour le calcul de l'impôt sur le revenu, d'un abattement déterminé dans les conditions prévues, selon le cas, au 1 ter de l'article 150-0 D du CGI ou au 1 quater de l'article 150-0 D du CGI. 10 Le présent chapitre est consacré à l'étude de l'abattement pour durée de détention de droit commun prévu au 1 ter de l'article 150-0 D du CGI. Ces dispositions s'appliquent aux gains réalisés et aux distributions perçues à compter du 1er janvier 2013. L'abattement pour durée de détention renforcé prévu au 1 quater de l'article 150-0 D du CGI est étudié au BOI-RPPM-PVBMI-20-30. 20 Le présent chapitre commente : - le champ d'application de l'abattement (section 1, BOI-RPPM-PVBMI-20-20-10) ; Identifiant juridique : BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20150320 Date de publication : 20/03/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 2/2 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9535-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20150320 - les modalités d'application de l'abattement (section 2, BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20). Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCA-TPA-20150204 Page 1/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/190-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-TPA-20150204 Date de publication : 04/02/2015 DGFIP TCA - Redevance sanitaire de transformation des produits de la pêche et de l'aquaculture Positionnement du document dans le plan : TCA - Taxes spéciales sur le chiffre d'affaires Redevance sanitaire de transformation de produits de la pêche ou de l'aquaculture Sommaire : I. Champ d'application A. Opérations imposables B. Opérations exonérées C. Personnes imposables D. Personnes non imposables 1. Personnes exonérées 2. Personnes relevant du régime de la franchise en base E. Territorialité II. Base d'imposition III. Fait générateur IV. Tarif V. Obligation des redevables A. Déclaration de la redevance B. Mesures particulières VI. Recouvrement, contrôle et contentieux La présente division décrit les règles applicables à la redevance sanitaire de transformation des produits de la pêche et de l'aquaculture codifiées à l'article 302 bis WB du code général des impôts (CGI) . Identifiant juridique : BOI-TCA-TPA-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Page 2/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/190-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-TPA-20150204 I. Champ d'application A. Opérations imposables 1 La redevance sanitaire de transformation des produits de la pêche et de l'aquaculture s'applique aux produits de la pêche et de l'aquaculture destinés à la consommation humaine. Les produits de la pêche s'entendent de tous les animaux ou parties d'animaux (y compris leurs œufs et laitances), marins ou d'eau douce (poissons, céphalopodes et crustacés), à l'exclusion des mammifères aquatiques, des grenouilles et des coquillages vivants. Les produits d'aquaculture s'entendent de ces mêmes produits : - dont la naissance et la croissance sont contrôlées par l'homme jusqu'à la mise sur le marché en tant que denrée alimentaire ; - capturés à l'état juvénile dans le milieu naturel et gardés en captivité jusqu'à atteindre la taille commerciale souhaitée pour la consommation humaine. 10 Sont concernées les opérations mentionnées au I de l'article 267 quater G de l'annexe II au CGI . Il s'agit des opérations de préparation consistant en la modification de l'intégrité anatomique, telle que l'éviscération, l'étêtage, le filetage, le hachage ou des opérations de transformation consistant en l'application d'un procédé physique ou chimique, tel que le chauffage, le salage, la dessiccation (déshydratation), le marinage. Lorsque de telles opérations sont successivement réalisées dans des entreprises juridiques distinctes, chacune d'entre elles est redevable de la redevance sanitaire de transformation. Ainsi, lorsque les produits débarqués d'un navire-usine sont envoyés dans un établissement de transformation juridiquement distinct, les deux établissements sont redevables de la redevance sanitaire de transformation. Par ailleurs, les opérations de préparation ou de transformation réalisées sur des produits de la pêche ou de l'aquaculture qui ont d'ores et déjà subi de telles opérations dans un autre État, membre ou non de l'Union européenne, sont soumises à la redevance. B. Opérations exonérées 20 En revanche, ne sont pas imposables : - les opérations de préparation ou de transformation réalisées à bord de navires de pêche autres que les navires-usines ; - les opérations de réfrigération, de congélation, d'emballage ou d'entreposage, non accompagnées d'opérations de préparation ou de transformation, réalisées dans un établissement terrestre ou à bord d'un navire (navire-congélateur). C. Personnes imposables 30 Cette redevance est due par toute personne qui procède à la préparation ou à la transformation de produits de la pêche ou de l'aquaculture, dans un établissement terrestre ou dans un navire-usine. Il peut s'agir, le cas échéant, de l'exploitation de production elle-même (pisciculture ou élevage de crustacés) ou d'un établissement de préparation ou de transformation qui a d'ores et déjà acquitté la redevance sanitaire de première mise sur le marché. Identifiant juridique : BOI-TCA-TPA-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Page 3/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/190-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-TPA-20150204 D. Personnes non imposables 1. Personnes exonérées 40 Ne sont pas imposables les établissements (exploitations de production aquacoles, magasins, restaurants, etc.) qui préparent ou transforment des produits de la pêche ou de l'aquaculture destinés à la vente directe au consommateur final (y compris la consommation sur place). 2. Personnes relevant du régime de la franchise en base 50 Les personnes bénéficiaires de la franchise en base de TVA, prévue par l'article 293 B du CGI, sont dispensées de la déclaration et du paiement de la redevance. E. Territorialité 60 La redevance sanitaire de transformation des produits de la pêche et de l'aquaculture est applicable sur l'ensemble du territoire de la France continentale et dans les départements de la Corse. La redevance est perçue y compris lorsque les produits imposables sont, en l'état ou après transformation, destinés à être exportés ou à faire l'objet d'une livraison intracommunautaire. II. Base d'imposition 70 La redevance sanitaire de transformation est assise sur le poids net exprimé en kilogrammes (CGI, ann. II, art. 267 quater G) des produits de la pêche ou de l'aquaculture : - introduits dans un établissement terrestre pour y subir des opérations de préparation ou de transformation ; - provenant d'un navire-usine. III. Fait générateur 80 Le fait générateur est constitué par l'introduction des produits de la pêche ou de l'aquaculture dans un établissement terrestre de préparation ou de transformation ou par leur débarquement du navireusine. IV. Tarif 90 Le taux de la redevance est fixé par tonne de produits de la pêche ou de l'aquaculture, dans la limite d'un plafond de 150 % des niveaux forfaitaires définis en euros par décision du Conseil de l'Union européenne (CGI, art. 302 bis WB ). Un arrêté conjoint du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, du ministre de l'agriculture et de la pêche et du secrétaire d'État au budget fixe le tarif de la redevance qui est codifié à l'article 50 quaterdecies-0 A bis de l'annexe IV au CGI. Identifiant juridique : BOI-TCA-TPA-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 4/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/190-PGP.html?identifiant=BOI-TCA-TPA-20150204 V. Obligation des redevables A. Déclaration de la redevance 100 La redevance est déclarée et liquidée pour les redevables de la taxe sur la valeur ajoutée : - relevant du régime réel normal de TVA, sur l'annexe n° 3310 A (Cerfa n° 10963) à la déclaration n° 3310 CA3 mentionnée au 1 de l'article 287 du CGI relative au mois ou au trimestre au cours duquel la redevance est due ; - relevant du régime simplifié d'imposition de TVA, sur la déclaration annuelle n° 3517-S (Cerfa n° 11417) mentionnée au 3 de l'article 287 du CGI relative à l'exercice au cours duquel la redevance est due. Les formulaires n° 3310 A (Cerfa n° 10963) et n° 3517-S (Cerfa n° 11417) sont disponibles en ligne sur le site www.impots.gouv.fr, à la rubrique "Recherche de formulaires". B. Mesures particulières 110 Les saisies pratiquées par les services d'inspection sanitaire ainsi que les exportations ou les expéditions vers les États membres de l'Union européenne ne donnent pas lieu au remboursement de la redevance (CGI, ann. II, art. 267 quater F et CGI, ann. II, art. 267 quater G) . VI. Recouvrement, contrôle et contentieux 120 La redevance est recouvrée et contrôlée selon les mêmes procédures et sous les mêmes sanctions, garanties, sûretés et privilèges que la taxe sur la valeur ajoutée. Les réclamations sont présentées, instruites et jugées selon les règles applicables à la taxe sur la valeur ajoutée (BOI-TVA-PROCD). Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150210 Page 1/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1415-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150210 Date de publication : 10/02/2015 DGFIP RPPM - Revenus de capitaux mobiliers, gains et profits assimilés - Régimes particuliers - Plan d'épargne en actions (PEA) - Ouverture du PEA Positionnement du document dans le plan : RPPM - Revenus et profits du patrimoine mobilier Revenus de capitaux mobiliers, gains et profits assimilés Titre 4 : Régimes particuliers Chapitre 5 : Plan d'épargne en actions Section 1 : Ouverture du PEA Sommaire : I. Les personnes pouvant ouvrir un plan d'épargne en actions (PEA) A. La possibilité d'ouvrir un PEA est réservée aux personnes physiques dont le domicile fiscal est situé en France B. Chaque contribuable ou chacun des conjoints soumis à une imposition commune peut ouvrir un PEA II. Les organismes auprès desquels un PEA peut être ouvert III. Les modalités d'ouverture d'un PEA IV. La date d'ouverture du PEA I. Les personnes pouvant ouvrir un plan d'épargne en actions (PEA) A. La possibilité d'ouvrir un PEA est réservée aux personnes physiques dont le domicile fiscal est situé en France 1 Sous réserve de l'application des conventions internationales, sont considérées comme telles les personnes qui : Identifiant juridique : BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150210 Date de publication : 10/02/2015 Page 2/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1415-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150210 - ont en France leur foyer ou le lieu de leur séjour principal ; - ou exercent en France une activité professionnelle, salariée ou non, à moins que cette activité n'y soit exercée à titre accessoire ; - ou ont en France le centre de leurs intérêts économiques ; - ou, étant agents de l'État, exercent leurs fonctions ou sont chargées de mission dans un pays étranger et ne sont pas soumises dans ce pays à un impôt personnel sur l'ensemble de leurs revenus. Pour plus de précisions sur ces différents critères, on se reportera au BOI-IR-CHAMP-10. Les personnes morales, quel que soit leur régime fiscal, ne sont pas autorisées à ouvrir un PEA. B. Chaque contribuable ou chacun des conjoints soumis à une imposition commune peut ouvrir un PEA 10 Ainsi, peuvent ouvrir un PEA : - les personnes célibataires, veuves ou divorcées ainsi que les personnes mariées qui font l'objet d'impositions distinctes ; - chacun des conjoints ou partenaires liés par un pacte civil de solidarité (Pacs) soumis à une imposition commune. Les personnes qui sont fiscalement à la charge d'un contribuable (enfants ou personnes titulaires de la carte d'invalidité vivant sous le toit du contribuable) ne peuvent donc pas être titulaires d'un PEA. 20 Il ne peut être ouvert qu'un PEA par personne. La méconnaissance de cette règle est sanctionnée par la clôture de tous les plans ouverts au nom de la personne considérée. En revanche, chaque contribuable ou chacun des époux ou des partenaires liés par un pacte civil de solidarité soumis à imposition commune peut être titulaire à la fois d'un PEA et d'un PEA-PME. La clôture ou la remise en cause de l'un de ces plans n'entraine pas celle de l'autre plan. Il est également possible d'être titulaire d'un PEA-PME sans l'être d'un PEA, et inversement. 30 Le PEA ne pouvant avoir qu'un titulaire, il ne peut donc pas prendre la forme d'un compte-joint. 40 RES N°2006/45 (FP) du 24 octobre 2006 : Conséquences fiscales du démembrement des titres figurant sur un plan d'épargne en actions (PEA). Question : Le plan d'épargne en actions (PEA) et/ou les titres y figurant peuvent-ils faire l'objet d'un démembrement par son titulaire ? Réponse : En application des dispositions de l'article L. 221-30 du code monétaire et financier (CoMoFi), le PEA ne peut avoir qu'un seul titulaire. Il en résulte que le plan ne peut faire en lui-même l'objet d'un démembrement. En outre, le démembrement des titres figurant sur le plan constitue un manquement à l'une des conditions de fonctionnement du PEA entraînant sa clôture à la date où le manquement a été commis (BOI-RPPM-RCM-40-50-50 au I § 10). Identifiant juridique : BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150210 Date de publication : 10/02/2015 Page 3/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1415-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150210 II. Les organismes auprès desquels un PEA peut être ouvert 50 Aux termes de l'article L. 221-30 du CoMoFi, les organismes habilités à ouvrir des PEA sont les suivants : - les établissements de crédit ; - la Caisse des dépôts et consignations ; - la Banque de France ; - La Banque Postale ; - les entreprises d'investissements ; - les entreprises d'assurance relevant du code des assurances, agréées pour effectuer les opérations relevant de la branche d'activité 24 « Capitalisation » de l'article R. 321-1 du code des assurances. 55 Par ailleurs, sous réserve de respecter l'ensemble des règles applicables, notamment les dispositions prévues aux articles L.532-16 et suivants du CoMoFi, les entreprises d'investissement établies dans un autre État membre de l'Union Européenne ou dans un autre État partie à l'accord sur l'Espace Économique Européen sont habilitées à gérer des PEA et des "PEA-PME" ouverts par des contribuables mentionnés au I § 1 et suivants. Remarque : La circonstance que ces plans soient détenus hors de France n'est pas de nature à écarter l'application des dispositions de droit interne français. Il en résulte notamment que le non respect des conditions de fonctionnement du PEA et du "PEA-PME" telles que prévues par les dispositions du CoMoFi entraîne la clôture du plan ou, à défaut, s'agissant de comptes tenus à l'étranger, la perte du régime fiscal du PEA et l'ensemble des conséquences fiscales d'une clôture. En outre, il est précisé que l'ensemble des obligations déclaratives auxquelles sont notamment soumis les organismes gestionnaires établis en France doivent être satisfaites. III. Les modalités d'ouverture d'un PEA 60 L'ouverture d'un PEA fait l'objet d'un contrat écrit conclu entre le souscripteur et l'organisme gestionnaire. Ce contrat informe le souscripteur qu'il ne peut être ouvert qu'un plan par contribuable ou par chacun des conjoints soumis à une imposition commune et que le montant des versements sur le plan est limité au plafond fixé par la loi. Il indique les conséquences du non-respect des conditions législatives et réglementaires applicables au PEA. Le contrat prévoit les conditions dans lesquelles le titulaire peut obtenir le transfert de son plan vers un autre organisme, notamment les frais encourus. L'article L. 221-30 du CoMoFi, l'article L. 221-31 du CoMoFi et l'article L. 221-32 du CoMoFi ainsi que l'article 150-0 A du code général des impôts (CGI), l'article 150-0 D du CGI, l'article 157 du CGI, l'article 200 A du CGI et l'article 1765 du CGI sont mentionnés dans le contrat. 70 Lorsque le plan est ouvert auprès d'une entreprise d'assurance, le plan est constitué par un contrat de capitalisation. Lorsque le plan est ouvert auprès d'un autre organisme habilité, il donne lieu à l'ouverture d'un compte de titres et d'un compte en espèces associés qui retracent l'ensemble des opérations. IV. La date d'ouverture du PEA 80 Identifiant juridique : BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150210 Date de publication : 10/02/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 4/4 Exporté le : 07/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1415-PGP.html?identifiant=BOI-RPPM-RCM-40-50-10-20150210 La date d'ouverture du plan est celle du premier versement (CoMoFi, art. R. 221-111, auquel renvoie l'article 91 quater E de l'annexe II au CGI). Elle n'est donc pas celle de la signature du contrat si celle-ci est différente. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Actualité Page 1/2 Exporté le : 06/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9784-PGP.html?identifiant=ACTUDate de publication : 30/12/2014 IF - Taxe annuelle sur les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux, les locaux de stockage et les surfaces de stationnement perçue en Ilede-France - Fixation des tarifs au titre de 2015 Série / Division : IF - AUT Texte : En application du e du 2 du VI de l'article 231 ter du code général des impôts (CGI), les tarifs de la taxe annuelle sur les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux, les locaux de stockage et les surfaces de stationnement perçue en Ile-de-France (TSB) sont actualisés, au 1er janvier de chaque année, en fonction du dernier indice du coût de la construction (ICC) publié par l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Au titre de 2015, les tarifs de la TSB sont fixés en tenant compte de l'évolution de l'ICC entre le deuxième trimestre 2013 et le troisième trimestre 2014, les derniers ICC publiés par l'INSEE respectivement au 1er janvier 2014 et au 1er janvier 2015 étant ceux relatifs à ces deux trimestres civils. Cette évolution est une diminution de 0,61 % (l'ICC du troisième trimestre 2014 est de 1627 tandis que celui du deuxième trimestre 2013 est de 1637). Les tarifs de la TSB au titre de 2015 sont donc en baisse de 0,61 % par rapport à ceux applicables au titre de 2014. Par ailleurs, conformément aux dispositions du cinquième alinéa du a du 1 du VI de l'article 231 ter du CGI, les communes éligibles à la fois, au titre de l'année précédant celle de l'imposition, à la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale (DSU-CS) et au bénéfice du fonds de solidarité des communes de la région d'Ile-de-France (FSRIF) sont, quelle que soit leur situation géographique, classées dans la troisième circonscription tarifaire de la TSB. La liste des communes éligibles à la fois, au titre de 2014, à la DSU-CS et au bénéfice du FSRIF, classées dans la troisième circonscription tarifaire pour le calcul de la TSB au titre de 2015, est présentée dans la nouvelle version du BOI-ANNX-000463. Actualité liée : X Documents liés : BOI-IF-AUT-50-20 : IF - AUT - Taxes et prélèvements additionnels aux impôts fonciers - Taxe annuelle sur les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux, les locaux de stockage et les surfaces de stationnement perçue en Ile-de-France - Établissement de la taxe BOI-ANNX-000463 : ANNEXE - IF - Liste des communes éligibles à la fois à la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale et au bénéfice du fonds de solidarité des communes de la région d'Ile-de-France Signataire des documents liés : Identifiant : Date de publication : 30/12/2014 Page 2/2 Exporté le : 06/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9784-PGP.html?identifiant=ACTUVéronique Bied-Charreton, Directrice de la législation fiscale DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Actualité Page 1/4 Exporté le : 06/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9956-PGP.html?identifiant=ACTUDate de publication : 20/03/2015 IR - RPPM - PAT - Régime d'imposition des gains nets de cession de titres réalisés par des particuliers - Mise à jour suite à consultation publique et suite à l'adoption de l'article 88 de la loi n° 2014-1655 du 29 décembre 2014 de finances rectificative pour 2014 (CGI, art. 150-0 D et CGI, art. 150-0 A) Séries / Divisions : IR - BASE, IR - DECLA, IR - DOMIC, RSA - GEO, RPPM - RCM, RPPM - PVBMI, BNC - SECT, IF - TH, PAT - ISF Texte : Le Bulletin officiel des finances publiques - Impôts a été mis à jour des dispositions de l'article 10 de la loi n° 2012-1509 du 29 décembre 2012 de finances pour 2013 et de l'article 17 de la loi n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014. AVERTISSEMENT La présente publication se substitue aux commentaires précédemment mis en consultation publique du 14 octobre 2014 au 14 novembre 2014. Elle intègre les précisions doctrinales apportées suite aux observations formulées dans le cadre de cette consultation. Ces précisions concernent notamment : - les conditions de justification de la durée de détention des titres cédés aux fins de bénéficier du dispositif d'abattement pour durée de détention ; - les modalités d’appréciation et de justification du respect du quota d’investissement auquel sont soumis certains organismes de placement collectif pour faire bénéficier à leurs porteurs de parts ou actionnaires personnes physiques de l'abattement pour durée de détention de droit commun ; - les conditions d’application du dispositif d'abattement renforcé pour durée de détention applicable aux gains de cession de titres d'une PME de moins de dix ans à la date de souscription des titres cédés ; - les conditions d'application des abattements fixe et proportionnel prévu à l'article 150-0 D ter du code général des impôts (CGI) pour les gains de cession de titres de PME réalisés par les dirigeants de société lors de leur départ à la retraite ; - les modalités de calcul de la durée de détention des titres pour le bénéfice des abattements pour durée de détention lors de la cession d’actions, droits ou titres reçus à l'occasion d'opérations ayant bénéficié d'un sursis d'imposition dans l'hypothèse où les actions, parts, droits ou titres remis à l'échange ont été souscrits à des dates différentes. En outre, ces commentaires intègrent les dispositions résultant de l’article 88 de la loi n° 2014-1655 du 29 décembre 2014 de finances rectificative pour 2014. Identifiant : Date de publication : 20/03/2015 Page 2/4 Exporté le : 06/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9956-PGP.html?identifiant=ACTUCet article : - aménage le champ de l'abattement pour durée de détention prévu au 1 de l'article 150-0 D du CGI pour les gains réalisés à compter du 1er janvier 2014 ; - prévoit la taxation des gains nets retirés par les particuliers lors du rachat de leurs parts ou actions par la société émettrice suivant le régime des gains de cession de valeurs mobilières et droits sociaux prévu à l'article 150-0 A et suivants du CGI. Cette disposition s'applique aux opérations de rachats réalisées à compter du 1er janvier 2015. Enfin, compte tenu du nouveau régime d'imposition des gains nets de cessions de valeurs mobilières et de droits sociaux applicable depuis le 1er janvier 2013, des précisions sont apportées pour l'application, en matière d'impôt de solidarité sur la fortune, des dispositions du 2 du II de l'article 885-0 V bis du CGI concernant le dispositif "ISF PME". Actualité liée : 14/10/2014 : IR - RPPM - Consultation publique - Réforme du régime d'imposition des gains nets de cession de titres réalisés par des particuliers - Imposition au barème progressif de l'impôt sur le revenu des gains nets de cession de titres et de certaines distributions perçues des OPCVM et de certains placements collectifs - Mise en place d'abattements pour durée de détention de droit commun et renforcés (Loi n° 2012-1509 du 29 décembre 2012 de finances pour 2013, art. 10 et Loi n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014, art.17) Documents liés : BOI-IR-BASE-20-20 : IR - Base d'imposition - Charges déductibles du revenu brut global - Déductibilité partielle de la contribution sociale généralisée (CSG) BOI-IR-DECLA-20-10-20 : IR - Établissement de l'impôt - Obligations déclaratives - Déclaration d'ensemble BOI-IR-DECLA-20-20 : IR - Établissement de l'impôt - Obligations déclaratives - Déclarations complémentaires à la déclaration d'ensemble BOI-IR-DOMIC-10-20-20-60 : IR - Situations particulières liées au domicile - Application du droit interne en l'absence de conventions fiscales internationales - Modalités d'imposition - Retenues et prélèvements applicables sur les revenus et profits du patrimoine mobilier BOI-RSA-GEO-40-10-30-30 : RSA - Exonération et régimes territoriaux - Salariés « impatriés » - Salariés dont la prise de fonctions en France est intervenue à compter du 1er janvier 2008 - Exonération de certaines plus-values de cession de valeurs mobilières et de droits sociaux BOI-RPPM-RCM-10-20-30 : RPPM - Revenus de capitaux mobiliers, gains et profits assimilés - Champ d'application - Revenus distribués et assimilés de source française - Revenus exceptionnels distribués en cours de société à la suite d'une modification du pacte social BOI-RPPM-RCM-10-20-30-20 : RPPM - Revenus de capitaux mobiliers, gains et profits assimilés - Champ d'application - Revenus distribués et assimilés de source française - Revenus exceptionnels distribués en cours de société à la suite d'une modification du pacte social - Rachat par une société de ses propres actions ou parts d'intérêts BOI-RPPM-PVBMI-10-10-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Opérations imposables - Cessions et opérations assimilées BOI-RPPM-PVBMI-10-10-30 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Opérations imposables - Distributions imposables dans la catégorie des plus-values mobilières BOI-RPPM-PVBMI-10-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Opérations exonérées BOI-RPPM-PVBMI-10-30-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Règles générales d'imposition des personnes BOI-RPPM-PVBMI-10-30-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Règles de territorialité Identifiant : Date de publication : 20/03/2015 Page 3/4 Exporté le : 06/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9956-PGP.html?identifiant=ACTUBOI-RPPM-PVBMI-20-10-10-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Prix de cession proprement dit BOI-RPPM-PVBMI-20-10-10-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Complément du prix de cession BOI-RPPM-PVBMI-20-10-20-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Prix d'acquisition à titre onéreux - Règles générales BOI-RPPM-PVBMI-20-10-40 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Calcul de la plus-value de cession - Prise en compte des moins-values BOI-RPPM-PVBMI-20-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattement pour durée de détention de droit commun BOI-RPPM-PVBMI-20-20-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattement pour durée de détention de droit commun - Champ d'application BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattement pour durée de détention de droit commun - Modalités d'application - Assiette et taux BOI-RPPM-PVBMI-20-20-20-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattement pour durée de détention de droit commun - Modalités d'application - Décompte de la durée de détention BOI-RPPM-PVBMI-20-30 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés BOI-RPPM-PVBMI-20-30-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Abattement pour durée de détention applicable aux gains de cession de titres d'une PME de moins de dix ans à la date de la souscription ou d'acquisition des titres BOI-RPPM-PVBMI-20-30-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Abattement pour durée de détention applicable aux gains de cession de titres à l'intérieur du groupe familial BOI-RPPM-PVBMI-20-30-30 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Abattements pour durée de détention applicables aux gains de cession de titres de PME réalisés par les dirigeants lors de leur départ à la retraite BOI-RPPM-PVBMI-20-30-30-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Abattements pour durée de détention applicables aux gains de cession de titres de PME réalisés par les dirigeants de sociétés lors de leur départ à la retraite - Champ d'application BOI-RPPM-PVBMI-20-30-30-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Abattements pour durée de détention applicables aux gains de cession de titres de PME réalisés par les dirigeants lors de leur départ à la retraite - Conditions tenant à la société dont les titres ou droits sont cédés BOI-RPPM-PVBMI-20-30-30-30 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Abattements pour durée de détention applicables aux gains de cession de titres de PME réalisés par les dirigeants lors de leur départ à la retraite - Conditions tenant aux titres ou droits cédés BOI-RPPM-PVBMI-20-30-30-40 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Abattements pour durée de détention applicables aux gains de cession de titres de PME réalisés par les dirigeants lors de leur départ à la retraite - Conditions tenant au cédant BOI-RPPM-PVBMI-20-30-40 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Dispositions communes Identifiant : Date de publication : 20/03/2015 Page 4/4 Exporté le : 06/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9956-PGP.html?identifiant=ACTUBOI-RPPM-PVBMI-20-30-40-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Dispositions communes - Gains et distributions exclus du champ d'application des abattements BOI-RPPM-PVBMI-20-30-40-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Dispositions communes - Condition tenant à la justification de la durée de détention BOI-RPPM-PVBMI-20-30-40-30 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Base d'imposition - Abattements pour durée de détention renforcés - Dispositions communes - Modalités de calcul des abattements BOI-RPPM-PVBMI-30-10-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Modalités d'imposition - Règles générales de détermination du fait générateur BOI-RPPM-PVBMI-30-10-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Modalités d'imposition - Fait générateur - Régime du sursis d'imposition BOI-RPPM-PVBMI-30-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Modalités d'imposition - Imposition au barème progressif de l'impôt sur le revenu ou à un taux forfaitaire BOI-RPPM-PVBMI-40-10-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Obligations déclaratives des contribuables - Règles générales BOI-RPPM-PVBMI-40-30-30-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Obligations déclaratives des intermédiaires financiers - Nature des opérations ou revenus à déclarer - Partie 2 BOI-RPPM-PVBMI-60-10 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Régimes d'imposition des parts ou actions de « carried interest » issus de l'article 15 de la loi n° 2008-1425 du 27 décembre 2008 de finances pour 2009 BOI-RPPM-PVBMI-60-20 : RPPM - Plus-values sur biens meubles incorporels - Régime applicable aux parts ou actions de « carried interest » créées ou émises jusqu'au 29 juin 2009 BOI-BNC-SECT-70-10-20-10 : BNC - Régimes sectoriels - Imposition des plus-values consécutives à une restructuration de sociétés civiles professionnelles (SCP) BOI-IF-TH-10-50-30-20 : IF - TH - Champ d'application - Exonérations et dégrèvements liés aux revenus - Conditions d'application relatives aux ressources BOI-PAT-ISF-30-10-40 : PAT - ISF - Assiette - Patrimoine à prendre en considération - Obligations des membres du foyer fiscal BOI-PAT-ISF-40-30-30-10 : PAT - ISF - Calcul de l'impôt - Modalités d'application de la réduction d'impôt au titre des souscriptions au capital des PME et titres participatifs de sociétés coopératives Signataire des documents liés : Véronique Bied-Charreton, Directrice de la législation fiscale. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Actualité Page 1/2 Exporté le : 06/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9918-PGP.html?identifiant=ACTUDate de publication : 01/04/2015 IS - TVA - IF - Indexation chaque année de la franchise aux impôts commerciaux sur la prévision de l'indice des prix à la consommation, hors tabac (loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015, art. 11 et 18) Séries / Divisions : IS - CHAMP, TVA - CHAMP, TVA - DECLA, IF - CFE Texte : L'article 11 de la loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 modifie le seuil de la franchise d'impôt sur les sociétés (IS) dont bénéficient les organismes sans but lucratif mentionnés au 1 bis de l'article 206 du code général des impôts (CGI) au titre de leurs recettes d'exploitation provenant de leurs activités lucratives accessoires. Ce dispositif est applicable en matière de contribution économique territoriale (CET). Pour ces mêmes organismes, l'article 18 de la loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 modifie le seuil de la franchise de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) fixé par le deuxième alinéa du b du 1° du 7 de l'article 261 du CGI. Le seuil de 60 000 € est désormais indexé, chaque année, sur la prévision de l'indice des prix à la consommation, hors tabac, retenue dans le projet de loi de finances de l'année. Ce seuil est porté à 60 540 € : - pour les exercices clos à compter du 31 décembre 2014 en matière d'IS ; - pour l'année 2015 en matière de CET ; - pour les recettes encaissées à compter du 1er janvier 2015 en matière de TVA. Cependant, le bénéfice de la franchise de TVA pour l'année 2015 sera acquis dès lors que le seuil de chiffre d'affaires réalisé en 2014 ne dépasse pas 60 540 €. Les conditions d'application de la franchise demeurent inchangées. Actualité liée : X Documents liés : BOI-IS-CHAMP-10-50-10-10 : IS - Champ d'application et territorialité - Collectivités imposables - Organismes privés autres que les sociétés - Présentation générale des conditions d'assujettissement BOI-IS-CHAMP-10-50-20-20 : IS - Champ d'application et territorialité - Organismes privés autres que les sociétés, réalisant des activités accessoires - Franchise BOI-IS-CHAMP-10-50-30-10 : IS - Champ d'application et territorialité - Collectivités imposables - Organismes privés autres que les sociétés - Application des critères de non-lucrativité à différents organismes privés - Organismes intervenant dans les domaines sportifs et culturels Identifiant : Date de publication : 01/04/2015 Page 2/2 Exporté le : 06/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9918-PGP.html?identifiant=ACTUBOI-IS-CHAMP-10-50-30-30 : IS - Champ d'application et territorialité - Collectivités imposables - Organismes privés autres que les sociétés - Application des critères de non-lucrativité à différents organismes privés - Organismes intervenant dans le domaine socio-éducatif BOI-IS-CHAMP-10-50-30-40 : IS - Champ d'application et territorialité - Collectivités imposables - Organismes privés autres que les sociétés - Application des critères de non-lucrativité à différents organismes privés - Associations particulières régies par la loi du 1er juillet 1901 BOI-IS-CHAMP-10-50-30-50 : IS - Champ d'application et territorialité - Collectivités imposables - Organismes privés autres que les sociétés - Application des critères de non-lucrativité à différents organismes privés - Congrégations religieuses, fonds de dotation, syndicats professionnels, organismes mutualistes et caisses de retraite BOI-IS-CHAMP-30-70 : IS - Champ d'application et territorialité - Exonérations - Organismes sans but lucratif et organisations syndicales BOI-IS-CHAMP-50-10 : IS - Champ d'application et territorialité - Régimes particuliers - Établissements et organismes de recherche et d'enseignement supérieur BOI-IS-DECLA-10-10-30 : IS - Obligations déclaratives des collectivités publiques ou privées soumises à une taxation à l'IS atténuée BOI-TVA-CHAMP-30-10-30-10 : TVA - Champ d'application et territorialité - Opérations exonérées en régime intérieur - Organismes d'utilité générale - Principes généraux applicables aux organismes sans but lucratif BOI-TVA-CHAMP-30-10-30-30 : TVA - Champ d'application et territorialité - Opérations exonérées en régime intérieur - Organismes d'utilité générale - Organismes philosophiques, religieux, politiques, patriotiques, civiques ou syndicaux BOI-TVA-DECLA-20-30-20-10 : TVA - Régimes d'imposition et obligations déclaratives et comptables - Obligations et formalités déclaratives - Obligations et formalités particulières - Mesures propres à certaines entreprises - Régime applicable aux organismes sans but lucratif BOI-IF-CFE-10-20-20-20 : IF - Cotisation foncière des entreprises - Caractère professionnel - Activités sans but lucratif Signataire des documents liés : Véronique Bied-Charreton, Directrice de la législation fiscale Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-BASE-20150421 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 1/1 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/7085-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-BASE-20150421 Date de publication : 21/04/2015 DGFIP BIC - Base d'imposition Positionnement du document dans le plan : BIC - Bénéfices industriels et commerciaux Base d'imposition 1 La base d'imposition des bénéfices industriels et commerciaux est définie par des dispositions générales complétées et précisées, pour un certain nombre d'opérations déterminées, par des règles spécifiques. Dans la présente division, seront donc examinés : - la définition du résultat imposable (titre 1, BOI-BIC-BASE-10) ; - les créances acquises et dettes certaines (titre 2, BOI-BIC-BASE-20) ; - les rectifications extra-comptables (titre 3, BOI-BIC-BASE-30) ; - les erreurs et décisions de gestion (titre 4, BOI-BIC-BASE-40) ; - les abandons de créances et subventions entre entreprises (titre 5, BOI-BIC-BASE-50) ; - les opérations de crédit-bail mobilier et immobilier (titre 6, BOI-BIC-BASE-60) ; - les opérations de crédit-bail sur fonds de commerce ou établissements artisanaux (titre 7, BOIBIC-BASE-70) ; - le transfert indirect de bénéfices entre entreprises dépendantes (titre 8, BOI-BIC-BASE-80) ; - l'exclusion du résultat net des produits et des charges sans lien avec l'activité professionnelle (abandon de la théorie du bilan) (titre 9, BOI-BIC-BASE-90) ; - la déduction exceptionnelle en faveur de l'investissement (titre 10, BOI-BIC-BASE-100). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Actualité Page 1/1 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/10101-PGP.html?identifiant=ACTUDate de publication : 04/05/2015 PAT - Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) - Date unique de dépôt des déclarations des non résidents Série / Division : PAT - ISF Texte : Les redevables domiciliés hors de France détenant un patrimoine dont la valeur nette taxable est supérieure ou égale à 2,57 M€ doivent désormais déposer leurs déclarations d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) n° 2725 (CERFA n° 11284) au plus tard le 15 juillet de l'année d'imposition, quel que soit leur pays de résidence. L'imprimé n° 2725 est accessible en ligne sur le site www.impots.gouv.fr, à la rubrique "Recherche de formulaires". Cette mesure est applicable à compter de l'ISF 2015. Actualité liée : X Document lié : BOI-PAT-ISF-50-10-20-20 : PAT - ISF - Obligations des redevables - Établissement d'une déclaration - Redevables dont la valeur nette taxable du patrimoine est supérieure ou égale à 2,57 M€ Signataire du document lié : Guillaume Talon, Sous-directeur de la gestion fiscale des particuliers Les téléprocédures Créer un espace professionnel simplifié et adhérer aux services (accessible avec une adresse électronique / un mot de passe) Dernière mise à jour : avril 2015 Sommaire 1. Présentation..............................................................................................................................................3 1.1.Objet de la fiche..................................................................................................................................3 1.2.A qui s'adresse cette procédure ?........................................................................................................3 1.3.Précision sur le champ de cette procédure.........................................................................................3 1.4.Étapes de la procédure........................................................................................................................3 1.5.Pré-requis............................................................................................................................................3 2. 1ère étape : Inscription sur http://www.impots.gouv.fr........................................................................4 3. 2ème étape : Activation de l'espace professionnel.................................................................................8 4. En cas de problème dans l'accomplissement de cette démarche.......................................................12 2 / 13 1. Présentation 1.1. Objet de la fiche Les usagers professionnels souhaitant utiliser les téléprocédures de l’administration fiscale peuvent, soit effectuer leurs démarches directement sur internet (mode de transmission EFI), soit par l'intermédiaire d'un partenaire qui transmet un fichier à l'administration fiscale (mode de transmission EDI). L'usager doit commencer par créer son espace professionnel. Deux modes de création sont proposés : - le mode simplifié quand l'usager intervient pour le compte de sa propre entreprise et qu'elle ne bénéficie encore d'aucun service de l'espace professionnel ; - le mode expert quand l'usager représente une ou plusieurs entreprises, ou que l'entreprise bénéficie déjà d'au moins un service de l'espace professionnel. L'usager doit ensuite adhérer aux services souhaités, ou obtenir une délégation d'accès auprès du titulaire du service. Cependant, le mode simplifié consistant en la création de l'espace professionnel et en l'adhésion à tous les services pour le compte de l'entreprise mentionnée, il n'y a pas lieu de souscrire une demande d'adhésion complémentaire. Cette fiche présente l’enchaînement des écrans pour la procédure en mode simplifié. 1.2. A qui s'adresse cette procédure ? Cette procédure s'adresse aux entreprises ne disposant d'aucun service en ligne et ne nécessitant pas de partage de gestion entre plusieurs usagers. Par exemple, les Collectivités Locales, qui par nature sont gérées par l'ordonnateur (pour les services de déclaration) et par le comptable (pour les services de paiement), doivent donc créer leur espace professionnel en mode expert (cf. fiches FOCUS Créer un espace professionnel expert et Demander une adhésion aux services en ligne (mode expert) ). 1.3. Précision sur le champ de cette procédure La création d'un espace professionnel en mode simplifié s'accompagne automatiquement d'une adhésion aux services en ligne pour le compte de l'entreprise mentionnée1 . Ces services sont accessibles par l'usager, sitôt son espace activé sous 30 jours à compter de la demande de création faite par l'usager à l'aide du code d'activation, envoyé par le Service des Impôts des Entreprises gestionnaire, au siège social de l'entreprise, par courrier postal. 1.4. Étapes de la procédure Cette procédure implique 2 étapes : ✗ Demande de création d'espace simplifié : précisez votre entreprise (SIREN) et choisissez vos identifiants (adresse électronique et mot de passe) ; vous serez informé qu'un courrier mentionnant un code d'activation vous parviendra par voie postale ; ✗ Activation de l'espace : activez votre espace à l'aide du code d’activation reçu et renseignez le compte bancaire de l'entreprise ; vos services sont immédiatement disponibles dans votre espace professionnel. 1.5. Pré-requis Vous devez être en possession d'une adresse électronique valide. Le choix de l'adresse électronique (et du mot de passe associé) est à votre libre convenance ; cependant, une adresse électronique ne peut être associée qu'à un seul espace professionnel. 1 Exception : le service « Démarche » nécessite une adhésion individualisée une fois l'activation de l'espace effectuée. 3 / 13 2. 1ère étape : Inscription sur http://www.impots.gouv.fr L'accès se fait depuis la page d'accueil du site www.impots.gouv.fr.  Cliquez sur le lien "Créer / Activer mon espace" 4 / 13 L'écran suivant vous est affiché :  Dans la rubrique "Vous souhaitez créer un espace pour votre propre entreprise : optez pour le mode simplifié", cliquez sur "1ère étape : Créez votre espace" 5 / 13 Indiquez le numéro SIREN de votre entreprise et validez pour afficher la raison sociale, puis remplissez les champs relatifs à l'adresse électronique/mot de passe et aux coordonnées. La validation définitive ne sera possible qu'après avoir pris connaissance et accepté les conditions générales d'utilisation du service. NB : Certaines informations vous sont demandées deux fois pour limiter les erreurs de saisie, car elles sont capitales pour l'accès à votre futur espace professionnel. L'adresse électronique doit être valide et ne pas dépasser 100 caractères. Le mot de passe doit être composé d’une série de chiffres et/ou de lettres, sans espace ni caractère accentué, et comporter 8 caractères au minimum et 20 caractères au maximum. Si vous tentez de créer un espace avec une adresse électronique déjà associée à un espace la création sera bloquée Dans ce cas, vous devez utiliser une autre adresse électronique ou vous connecter depuis l'espace déjà créé avec cette adresse électronique. 6 / 13 Une fois cet écran validé, un message vous informe que la demande est enregistrée mais que l'activation de l'espace nécessite la saisie d'un code. Pour des raisons de sécurité, ce code vous sera envoyé par voie postale à l'adresse du siège social et à l'attention du représentant légal. Vous disposerez d'un délai de 30 jours à compter de la création de l'espace pour activer ce dernier. 7 / 13 3. 2ème étape : Activation de l'espace professionnel L'accès se fait depuis la page d'accueil du site www. impots.gouv.fr.  Cliquez sur le lien "Créer / Activer mon espace" 8 / 13 L'écran suivant vous est affiché :  Dans la rubrique "Vous souhaitez créer un espace pour votre propre entreprise : optez pour le mode simplifié", cliquez sur "2ème étape : Activez votre espace" 9 / 13  Saisissez le SIREN de votre entreprise,  Saisissez l’adresse électronique que vous avez choisie pour identifiant de votre espace  Saisissez le code d’activation qui vous a été adressé par voie postale Il ne s'agit pas ici de votre mot de passe, mais du code reçu par courrier et émanant du service des impôts des entreprises.  Cliquez sur le bouton "Valider" 10 / 13 La page suivante implique de renseigner les données du compte bancaire de l'entreprise nécessaire au télépaiement des impôts. Vous aurez ultérieurement la possibilité de le modifier ou de le compléter par d'autres comptes bancaires.  Cliquez sur le bouton "Valider" 11 / 13 Une page confirmant la fin de la création de votre espace professionnel s’affiche : Vous prenez connaissance de votre numéro d'abonné.  FIN de la procédure : votre espace professionnel est désormais créé et vous avez accès à tous les services en ligne proposés par l'administration fiscale, à l'exception du service « Effectuer une démarche » qui est spécifique aux entreprises qui effectuent des demandes de remboursement de crédit de TVA dans les autres pays membres de l'Union Européenne. Pour ce service, une adhésion complémentaire en ligne sera nécessaire. Il est recommandé de sauvegarder les informations récapitulatives de votre espace en cliquant sur "Sauvegarder ou imprimer votre confirmation d'inscription" ; elles vous seront indispensables lors d'opérations particulières (oubli du mot de passe par exemple). 12 / 13 4. En cas de problème dans l'accomplissement de cette démarche Pour tout renseignement supplémentaire, l’ assistance aux usagers des téléprocédures est joignable de 8h00 à 19h30 du lundi au vendredi, selon deux canaux : ✔ le téléphone (prix d’un appel local) via le n° 0 810 006 882. ✔ le formulaire électronique disponible depuis le site http://www.impots.gouv.fr > Professionnels > je contacte mon assistance informatique (rubrique Téléprocédures). 13 / 13 Les téléprocédures Déclarer et payer l'impôt sur les sociétés Dernière mise à jour : avril 2015 Table des matières 1. Présentation..............................................................................................................................................3 1.1. Objet de la fiche............................................................................................................................3 1.2. A qui s'adresse cette procédure ?..................................................................................................3 1.3. Précision sur le champ de cette procédure...................................................................................3 1.4. Pré-requis......................................................................................................................................3 2. Accès au service "Déclarer l'impôt sur les sociétés".............................................................................4 3. Accès au service "Payer l'impôt sur les sociétés"................................................................................12 3.1 1er cas : vous payez aussitôt après avoir déclaré .......................................................................13 3.2 2ème cas : vous payez ultérieurement .........................................................................................14 3.3 Sélection de la facture .................................................................................................................17 3.4. Comptes bancaires .....................................................................................................................19 3.4.1 Vous avez déclaré un seul compte bancaire...................................................................................19 3.4.2 Vous avez déclaré plusieurs comptes bancaires............................................................................20 3.5 Récapitulatif du paiement............................................................................................................21 4. En cas de problème dans l'accomplissement de cette démarche.......................................................22 2 / 22 1. Présentation 1.1. Objet de la fiche Cette fiche1 présente l’enchaînement des opérations nécessaires pour accéder aux services de déclaration et de paiement en ligne de l'impôt sur les sociétés (IS) – acompte 2571 et solde 2572. 1.2. A qui s'adresse cette procédure ? Cette procédure s’adresse aux usagers souhaitant accéder aux services de déclaration et de paiement en ligne de l'impôt sur les sociétés. 1.3. Précision sur le champ de cette procédure Notez qu’un espace professionnel peut regrouper plusieurs habilitations à des services différents pour un nombre illimité d'entreprises : vous ne devez donc créer qu’un seul espace professionnel, même si vous gérez plusieurs entreprises. Précision concernant le télépaiement : les montants dus ne sont prélevés qu’à l’échéance auprès de votre banque. Exemple : un paiement enregistré le 5 décembre pour l’acompte du 15 décembre ne sera prélevé sur votre compte bancaire qu’à partir du 16 décembre. 1.4. Pré-requis Vous devez : 1. disposer d'un espace professionnel 2. disposer d'au moins un service en ligne Pour plus de renseignements sur la création d'un espace et l'adhésion aux services, vous pouvez consulter les fiches FOCUS Créer un espace professionnel simplifié et adhérer aux services, Créer un espace professionnel expert et Demander une adhésion aux services en ligne (mode expert). 3. accéder à votre espace professionnel via le site http://www.impots.gouv.fr (cf. ci-dessous). 1 L'ensemble des fiches FOCUS est disponible sur le site www.impots.gouv.fr > Mon espace – Accéder à mes services en ligne / Professionnel > rubrique Aide 3 / 22 2. Accès au service "Déclarer l'impôt sur les sociétés" A partir du lien "Professionnel", accédez à votre espace professionnel après vous être authentifié. Sélectionnez le service "Déclarer > Impôt sur les sociétés" Remarque : les usagers gérant plusieurs dossiers dans leur espace professionnel doivent ensuite sélectionner un dossier. Un écran vous proposant une ou plusieurs activités vous est affiché : Sélectionnez l'activité souhaitée puis cliquez sur le bouton "Déclarer" 4 / 22 Cas particulier des groupes IS ➢ Tête de groupe Après avoir cliqué sur le lien "Déclarer > Impôt sur les sociétés" situé sur l'écran d'accueil de l'espace professionnel, la page suivante est affichée : Sélectionnez l'activité souhaitée puis cliquez sur le bouton "Déclarer" correspondant 5 / 22 IS de la société en tant que tête de groupe IS de la société avant qu'elle devienne tête de groupe, ou après qu'elle a été tête de groupe ➢ Membre de groupe Après avoir cliqué sur le lien "Déclarer > Impôt sur les sociétés", un écran vous proposant une ou plusieurs activités vous est affiché : Sélectionnez l'activité souhaitée puis cliquez sur le bouton "Déclarer" 6 / 22 Après avoir cliqué sur le bouton "Déclarer", vous accédez à l'écran suivant : Sélectionnez la période de déclaration en cliquant, soit sur "Acompte" (formulaire 2571), soit, par exemple, sur "01/01/N au 31/12/N" (formulaire 2572). 7 / 22 Le formulaire (solde 2572 ou acompte 2571) s'affiche. NB : seules les zones non grisées doivent être renseignées : les parties grisées effectuent des calculs automatiques et ne sont pas accessibles). Complétez les champs saisissables puis cliquez sur le bouton "Valider" La copie d'écran du formulaire n°2571 est destinée uniquement à illustrer l'ergonomie de l'application. De ce fait, elle peut ne pas correspondre à la version actuellement utilisée par les entreprises. La téléprocédure à laquelle vous accéderez vous proposera automatiquement le formulaire à utiliser. 8 / 22 Un récapitulatif sera alors affiché. Vérifiez les montants indiqués. Si vous constatez une erreur, vous pouvez cliquer sur le bouton "Modifier" et retourner à l’écran précédent pour faire vos modifications. Sinon, cliquez sur le bouton “Valider”. La copie d'écran du formulaire n°2571 est destinée uniquement à illustrer l'ergonomie de l'application. De ce fait, elle peut ne pas correspondre à la version actuellement utilisée par les entreprises. La téléprocédure à laquelle vous accéderez vous proposera automatiquement le formulaire à utiliser. 9 / 22 Vous arrivez sur l’écran de signature électronique. Cliquez sur le bouton "Signer et envoyer" Un accusé de réception vous est délivré : 10 / 22 L’accusé de réception attestant du dépôt de votre document est opposable à l’administration fiscale. Il est conseillé de le sauvegarder ou d’en imprimer un exemplaire. L’accusé-réception est également consultable en utilisant le service “Consulter mon compte fiscal” à partir de l’espace professionnel. FIN d'étape : la déclaration de l'impôt sur les sociétés est terminée. Vous pouvez ensuite accéder au paiement, saisir une autre déclaration ou revenir à votre espace professionnel. 11 / 22 3. Accès au service "Payer l'impôt sur les sociétés" La déclaration et le paiement sont deux actes dissociés. Une fois votre déclaration signée et envoyée, vous pouvez procéder au règlement. - soit immédiatement après l’envoi de la déclaration : en cliquant sur "Payer" pour accéder directement au service Payer, - soit plus tard, dans le respect de la date limite de dépôt. Si vous quittez la déclaration, un message apparaît pour vous demander confirmation. Cliquez sur le bouton "OK" 12 / 22 3.1 1er cas : vous payez aussitôt après avoir déclaré Dans ce cas, sur le dernier écran de la déclaration : Cliquez sur le bouton "Payer" (l'un des deux boutons) 13 / 22 3.2 2ème cas : vous payez ultérieurement Dans ce cas, vous accédez au paiement de l'impôt sur les sociétés par le service “Payer > Impôt sur les sociétés” dans votre espace professionnel : Cliquez sur le lien "Payer > Impôt sur les sociétés" Remarque : les usagers gérant plusieurs dossiers dans leur espace professionnel doivent ensuite sélectionner un dossier. Un écran vous proposant une ou plusieurs activités vous est affiché : Sélectionnez l'activité souhaitée puis cliquez sur le bouton "Payer" 14 / 22 Cas particulier des groupes IS ➢ Tête de groupe Après avoir cliqué sur le lien "Payer > Impôt sur les sociétés" situé sur l'écran d'accueil de l'espace professionnel, la page suivante est affichée : Sélectionnez l'activité souhaitée puis cliquez sur le bouton "Payer" correspondant 15 / 22 IS de la société en tant que tête de groupe IS de la société avant qu'elle devienne tête de groupe, ou après qu'elle a été tête de groupe ➢ Membre de groupe Après avoir cliqué sur le lien "Payer > Impôt sur les sociétés", un écran vous proposant une ou plusieurs activités vous est affiché : Sélectionnez l'activité souhaitée puis cliquez sur le bouton "Payer" 16 / 22 3.3 Sélection de la facture Que l'accès se fasse directement après avoir déclaré (3.1) ou ultérieurement (3.2), l'écran affiche l'ensemble des déclarations (acompte et/ou solde) pouvant être télépayées : Dans le cas d'une facture d' acompte, l'"élément à payer" est une Déclaration 2571. Dans le cas d'une facture de solde, l'"élément à payer" est une Déclaration 2572. Les factures affichées peuvent être "initiales" ou "rectificatives". Sélectionnez la déclaration que vous souhaitez payer en cliquant sur l'échéance choisie, soit "Mois xxxx" d'une déclaration 2571 (pour un acompte), soit sur "Solde xxxx" d'une déclaration 2572. 17 / 22 L’écran suivant récapitule les caractéristiques de la déclaration : – Si la facture est une déclaration initiale : – Si la facture est une déclaration rectificative : Dans le cas où un paiement précédent a déjà été effectué, vous devez cliquer sur "Corriger le montant" et saisir le nouveau montant (égal au montant restant à payer présent sur cette page – la ou les sommes précédemment versée(s)). Cliquez sur le bouton "Confirmer" Vous pouvez choisir de payer la totalité de la somme affichée ou bien de ne payer qu’une partie de la somme due (bouton "Corriger le montant"). 18 / 22 3.4. Comptes bancaires Les comptes bancaires qui vous sont proposés sont ceux que vous avez au préalable déclaré lors de la procédure d'adhésion en ligne : Ces coordonnées bancaires ne peuvent pas être modifiées lors de la procédure de paiement en ligne. Veuillez vous rendre dans votre espace professionnel pour les modifier. La procédure est décrite dans la fiche FOCUS Gérer vos comptes bancaires. Après confirmation, vous accédez à l'écran correspondant à l'une des possibilités suivantes : • Cas n°1 : 3.4.1. Vous avez déclaré un seul compte bancaire • Cas n°2 : 3.4.2. Vous avez déclaré plusieurs comptes bancaires 3.4.1 Vous avez déclaré un seul compte bancaire Cliquez sur le bouton "Confirmer" 19 / 22 3.4.2 Vous avez déclaré plusieurs comptes bancaires Vous pouvez choisir de répartir le montant sur un ou plusieurs comptes bancaires. Après ventilation du montant à payer entre les différents comptes bancaires, cliquez sur le bouton "Confirmer" Une page récapitulative s'affiche : Vérifiez votre répartition et cliquez sur le bouton "Confirmer" 20 / 22 3.5 Récapitulatif du paiement Une fenêtre de demande de confirmation s'ouvre : Cliquez sur le bouton "OK" Après avoir confirmé votre paiement, le certificat de prise en compte de votre ordre de paiement est affiché. Nous vous conseillons d’imprimer et de conserver ce document qui vous sera demandé en cas de contestation Cliquez sur le bouton "Imprimer" FIN d'étape : le paiement de l'impôt sur les sociétés est terminé. 21 / 22 4. En cas de problème dans l'accomplissement de cette démarche Pour tout renseignement supplémentaire, l ’ assistance aux usagers des téléprocédures est joignable de 8h00 à 19h30 du lundi au vendredi, selon deux canaux : ✔ le téléphone (prix d’un appel local) via le n° 0 810 006 882. ✔ le formulaire électronique disponible depuis le site http://www.impots.gouv.fr > Professionnels > Téléprocédures / Je contacte mon assistance informatique > Je contacte mon assistance par courriel 22 / 22 N° 50874#14 2041 GS DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2014 PRIME POUR L’EMPLOI (BOI IR RICI 310 ) Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. Afin d’inciter au retour à l’emploi et au maintien de l’activité, il est institué un droit à récupération fiscale, dénommé prime pour l’emploi (PPE). Cette prime est destinée à compenser une partie des prélèvements sociaux et des charges fiscales pesant sur les revenus d’activité et à améliorer la rémunération que procure le travail. Elle est attribuée aux personnes ayant exercé en 2014 une activité professionnelle salariée ou non salariée et disposant de revenus modestes. SOMMAIRE CONDITIONS D’ÉLIGIBILITÉ À LA PRIME POUR L’EMPLOI .............................................................................3 DÉFINITION DES REVENUS D’ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE .......................................................................4 DÉFINITION DU NOMBRE D’HEURES RÉMUNÉRÉES ET DU NOMBRE DE JOURS TRAVAILLÉS ...................5 MODALITÉS DÉCLARATIVES SUR LA DÉCLARATION DES REVENUS ...........................................................6 MODALITÉS DE CALCUL DE LA PRIME POUR L’EMPLOI................................................................................7 CAS PARTICULIERS DES PROFESSIONS SPÉCIFIQUES .............................................................................16 MODALITÉS DE PAIEMENT DE LA PRIME POUR L’EMPLOI..........................................................................17 CONTENTIEUX EN MATIÈRE DE PRIME POUR L’EMPLOI ............................................................................17 " La Charte du contribuable : des relations entre le contribuable et l’administration fiscale basées sur les principes de simplicité, de respect et d’équité. " 1 2 RAPPELS Lorsque le montant de la prime de l'ensemble du foyer fiscal est inférieur à 30 €, celle-ci n’est pas attribuée. Les foyers fiscaux redevables de l’impôt de solidarité sur la fortune ne sont pas éligibles à la prime pour l’emploi. Mayotte Depuis l’imposition des revenus 2013, les contribuables fiscalement domiciliés dans le département de Mayotte au 31 décembre de l’année d’imposition peuvent bénéficier de la prime pour l’emploi. Les conditions de revenus à remplir pour bénéficier de la prime pour l’emploi sont identiques à celles des contribuables domiciliés en France métropolitaine. Toutefois, afin de tenir compte de la différence de la valeur du smic, le total de la prime accordée aux foyers mahorais doit être multiplié par un coefficient de : - 0,81 au titre de l’imposition des revenus 2014 ; - 0,88 au titre de l’imposition des revenus 2015 ; - 0,94 au titre de l’imposition des revenus 2016. Salaires exonérés de source étrangère (cas des frontaliers) Les salaires exonérés de source étrangère doivent être indiqués case 1AC (déclarant 1), 1BC (déclarant 2), 1CC (1ère personne à charge), 1DC (2ème personne à charge) (page 1 de la déclaration complémentaire 2042 c). Ces codes sont pris en compte pour le calcul de la PPE au même titre que les salaires de source française. Revenus salariaux exceptionnels Metro/DOM Les revenus salariaux exceptionnels en provenance des DOM taxés au quotient du quart (DAJ, DBJ, EAJ, EBJ) sont éligibles à la prime pour l’emploi. 3 CONDITIONS D’ÉLIGIBILITÉ À LA PRIME POUR L’EMPLOI Pour bénéficier de la prime à l’emploi, trois conditions doivent être réunies : L’un des membres du foyer fiscal au moins doit exercer une activité professionnelle. Cette activité peut être exercée à temps plein ou à temps partiel. Elle peut être salariée (secteur privé ou public) ou non salariée (Ex : artisans, commerçants, agriculteurs, professions libérales …) Remarque importante : les personnes pouvant bénéficier de la prime pour l’emploi doivent être fiscalement domiciliées en France. Les travailleurs frontaliers peuvent donc bénéficier de la prime. Le revenu fiscal de référence du foyer doit être inférieur à un certain seuil. Le montant du revenu fiscal de référence du foyer (article 1417 IV du CGI) ne doit pas excéder 16 251 € pour les personnes célibataires, veuves ou divorcées et 32 498 € pour les personnes soumises à une imposition commune. Ces deux limites sont majorées de 4 490 € pour chaque demi-part qui s’ajoute à une part (personne seule) ou à deux parts (personnes soumises à imposition commune). Le montant de cette majoration est divisé par deux si l’enfant est en résidence alternée. Exemples : 1 - Pour bénéficier de la prime pour l’emploi, un couple marié avec deux enfants doit avoir un revenu fiscal de référence inférieur ou égal à 41 478 € (soit = 32 498 + 4 490 + 4 490) ; 2 - Pour bénéficier de la prime pour l’emploi, un couple marié avec deux enfants, dont un en résidence alternée, doit avoir un revenu fiscal de référence inférieur ou égal à 39 233 (soit = 32 498 + 4 490 + 4 490/2) ; 3 - Pour bénéficier de la prime pour l’emploi, une personne célibataire ou divorcée qui élève seule son enfant (case T cochée) doit avoir un revenu fiscal de référence inférieur ou égal à 25 231 (soit : 16 251 + 4 490 + 4 490); 4 - Une personne veuve avec un enfant doit avoir un revenu fiscal de référence inférieure ou égal à 29 721 (soit : 16 251 + 4 490 + 4 490 + 4 490) Cas particuliers : en cas de décès en 2014, ou en cas de départ ou de retour de l’étranger, afin d’apprécier les limites exposées ci-dessus, il faut calculer pour chaque déclaration déposée, le revenu fiscal de référence en année pleine, grâce à un coefficient de conversion 1 : - Entre le 1er janvier 2014 et la date de décès ou de départ à l’étranger : le coefficient de conversion est égal à 360/nombre de jours entre le 01/01/2014 et la veille de la date de l’événement ; - Entre la date de décès ou de retour de l’étranger et le 31 décembre 2014 : le coefficient de conversion est égal à 360/nombre de jours entre la date de l’événement incluse et le 31/12/2014 ; - Entre deux dates d’événements : le coefficient de conversion est égal à 360/nombre de jours entre la date du premier événement et la veille de celle du second événement. Le montant des revenus d’activité de chaque personne susceptible de bénéficier dans le foyer fiscal de la prime pour l’emploi doit être d’au moins 3 743 €. et inférieur ou égal à :  17 451 € : – si la personne est célibataire, divorcée sans enfant ou avec des enfants qu’elle n’élève pas seule ; – si la personne est veuve avec ou sans enfant qu’elle élève seule ou non ; – si la personne est veuve avec une personne recueillie titulaire de la carte d’invalidité, qu’elle vive seule ou non ; – ou si elle est mariée ou pacsée, lorsque le couple est soumis à imposition commune et que chacun des deux conjoints occupe un emploi lui procurant au moins 3 743 € ; – ou si le bénéficiaire éventuel de la prime est une personne à charge du foyer exerçant une activité professionnelle.  26 572 € : – si la personne est mariée ou pacsée, lorsque le couple est soumis à imposition commune et que seul l’un des deux conjoints occupe un emploi lui procurant au moins 3 743 € ; – si la personne est célibataire, ou divorcée et élève seule un ou plusieurs enfants à charge (case T cochée) ; 1 par mesure de simplification : - le nombre de jours dans l’année est fixé à 360 (soit 30 jours par mois) ; - lorsque les dates de début et de fin de période sont identiques, il été décidé de considérer que le nombre de jour serait égal à 1. 4 Cas particuliers. En cas de travail à temps partiel ou de travail à temps plein sur une partie de l’année seulement, le revenu d’activité doit être recalculé en «équivalent temps plein» sur une année entière pour apprécier les limites «hautes» de 17 451 € et de 26 572 €. Cette conversion ne concerne pas la limite basse de 3 743 € qui est un minimum de revenu à percevoir pour ouvrir droit à la prime. Pour les salariés : il faut multiplier le revenu d’activité déclaré par le coefficient 1820/nombre d’heures rémunérées ; Pour les non salariés : il faut multiplier le revenu professionnel déclaré par le coefficient 360/nombre de jours travaillés. Exemples : 1 - un contribuable célibataire qui a travaillé à temps partiel 800 heures et qui a un salaire de 6 000 €, aura un revenu d’activité converti en temps plein de : 6 000 € x 1 820/800 = 13 650 € Comme 13 650 € est inférieur à 17 451 €, la condition relative aux revenus d’activité est remplie. 2 - un contribuable marié soumis à imposition commune (dont le conjoint n'exerce aucune activité) a travaillé 120 jours et a une base PPE (revenu agricole) égale à 9 000 €. Son revenu d’activité converti en temps plein est de : 9 000 € x 360/120 = 27 000 €. Comme 27 000 est supérieur à 26 572, la condition relative aux revenus d’activité n'est pas remplie. DÉFINITION DES REVENUS D’ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE Les revenus d’activité salariée : Les revenus d’activité salariée qui servent de base au calcul de la prime pour l’emploi (base PPE) correspondent : - aux sommes inscrites dans la rubrique «traitements et salaires» de la déclaration de revenus, lignes 1AJ à 1DJ. Ces revenus intègrent la partie imposable des indemnités maladie, maternité et accident du travail ainsi que les heures supplémentaires soumises à l’impôt sur le revenu ; - aux sommes portées sur la déclaration complémentaire n° 2042 C aux lignes 1TV à 1TX ou 1UV à 1UX en cas de perception de gains résultant de la levée d’options de souscription ou d’achat d’actions ; - aux revenus exonérés des agents d’assurance ayant opté pour le régime fiscal des salariés (lignes 1AQ et 1BQ de la déclaration complémentaire 2042C) ; - aux revenus exceptionnels ou différés imposables associés aux lignes 1AJ à 1DJ ainsi qu’aux revenus salariaux exceptionnels en provenance des DOM (taxés au quotient du quart) ; - aux montants relatifs aux gains de cession de titres lignes 3VJ et 3VK de la déclaration complémentaire 2042C ; - aux gains de levée d’option sur titres et gains d’acquisition d’actions gratuites attribuées à compter du 28/09/2012 déclarés aux lignes 1TT et 1UT ; - aux salaires exonérés de source étrangère déclarés aux lignes 1AC à 1DC de la déclaration complémentaire 2042C. Ces différentes catégories de revenus sont prises en compte automatiquement par le logiciel de calcul sans aucune démarche déclarative supplémentaire du contribuable. Précisions : – seuls les revenus déclarés sont utilisés pour le calcul de la PPE. C’est la raison pour laquelle, les revenus exonérés des assistantes maternelles ou des apprentis (qui n’ont pas à être déclarés sur la déclaration 2042) ne sont pas intégrés dans le calcul de la PPE ; – les revenus de remplacements (retraites, allocations de préretraite, allocations de chômage…) sont déclarés isolément sur la déclaration 2042 (lignes 1AP à 1DP) car ils n’ouvrent pas droit à la PPE. – les prestations sociales (allocations familiales, allocations logement …), les minima sociaux (RSA …), les revenus du patrimoine (revenus fonciers, revenus de capitaux mobiliers…) n’ouvrent pas droit à la PPE. – les personnes expatriées et fiscalement domiciliées en France dont les rémunérations ne sont pas imposables à l’étranger et qui sont exonérées d’impôt en France en vertu de l’article 81A du CGI ne bénéficient pas de la PPE au titre des sommes en cause. Celles-ci entrent en revanche dans le calcul du revenu fiscal de référence. 5 Les revenus d’activité non salariée : Les revenus d’activité non salariée qui servent de base au calcul de la prime pour l’emploi (base PPE) correspondent pour chaque membre du foyer fiscal au revenu issu de son activité BA, BIC ou BNC exercée à titre professionnel. La base PPE est donc égale au revenu net de frais professionnels (c’est-à-dire : APRÈS imputation des éventuels abattements forfaitaires de 34 %, 50 % ou de 71 % – en cas de régime micro ou déclaratif spécial – et des déficits de l’année pour le régime réel), majoré de 11,11 % (soit : multiplié par 1,1111). Cette majoration permet de neutraliser les frais professionnels. Précisions : – en cas de déficit de l’activité non salariée, celui-ci est minoré de 11,11 % (soit : multiplié par (1-0.1111)). – si l’activité est mixte (salariée et non salariée), le déficit ainsi minoré vient en déduction de l’activité salariée. Exemples : 1 – Un contribuable célibataire BIC au régime micro qui déclare 14 000 € au titre de ses activités de ventes de marchandises : Base PPE = [14 000 – (14 000 x 71 %)] x 1,1111 = 4 511 € 2 – Un contribuable a déclaré 16 000 € en salaire et un déficit BIC à hauteur de 7 000 € : Base PPE = 16 000 – [7 000 x (1-0,1111)] = 9 778 €. DÉFINITION DU NOMBRE D’HEURES RÉMUNÉRÉES ET DU NOMBRE DE JOURS TRAVAILLÉS Le nombre d’heures rémunérées (cas des salariés) : La détermination du nombre d’heures rémunérées n’est utile que dans le cas d’une activité salariée non exercée à plein temps (ex : temps partiel, début ou fin d’activité en cours d’année). Elle s’effectue conformément aux principes suivants : Cas général Le nombre d’heures rémunérées peut figurer sur deux documents à la disposition du salarié : – le bulletin de salaire mensuel : les heures rémunérées tiennent compte des congés payés. Si toutefois ce sont les heures travaillées qui figurent sur le bulletin de salaire, il faut réintégrer les congés payés. Si les heures correspondant aux congés payés ne sont pas détaillées sur le bulletin de salaire, il faut alors majorer de 10 % le nombre d’heures travaillées. – le contrat de travail : il faut prendre en compte les heures légales prévues au contrat de travail. Les heures supplémentaires ou complémentaires non récupérées, imposables ou exonérées d’impôt sur le revenu doivent également être prises en compte. Remarque importante : les périodes de maternité, de maladie ou d’arrêt suite à accident du travail sont prises en compte au même titre que les périodes travaillées. Cas particulier : si le salarié ne connaît que sa quotité de temps de travail (50 %, 80 % …) Le tableau de correspondance ci-après donne, pour chaque période travaillée, le nombre d’heures qui doit être retenu pour calculer le montant de sa prime. Tableau de correspondance des heures rémunérées QUOTITE DE TRAVAIL NOMBRE DE MOIS TRAVAILLES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 10 % 15 30 46 61 76 91 106 121 137 152 167 182 20 % 30 61 91 121 152 182 212 243 273 303 334 364 30 % 46 91 137 182 228 273 319 364 410 455 501 546 40 % 61 121 182 243 303 364 425 485 546 607 667 728 50 % 76 152 228 303 379 455 531 607 683 758 834 910 60 % 91 182 273 364 455 546 637 728 819 910 1001 1092 6 70 % 106 212 319 425 531 637 743 849 956 1062 1168 1274 80 % 121 243 364 485 607 728 849 971 1092 1213 1335 1456 90 % 137 273 410 546 683 819 956 1092 1229 1365 1502 1638 100 % 152 303 455 607 758 910 1062 1213 1365 1517 1668 1820 Exemple : Un salarié a travaillé à 30 % pendant 10 mois, son nombre d’heures rémunérées est de 455. À titre de règles pratiques : 1 – En cas de travail selon des quotités différentes pendant l’année, le salarié doit additionner le nombre d’heures correspondant à chaque période. Exemple : si le salarié a travaillé à 80 % pendant 5 mois et à 50 % pendant 7 mois, il devra additionner 607 et 531 pour calculer le nombre d’heures rémunérées (soit 1 138 heures). 2 – Il est possible de retenir un mois entier même si le salarié n’a travaillé qu’une partie de celui-ci. Exemple : si le salarié a travaillé à temps plein du 1er janvier au 15 septembre, son nombre d’heures rémunérées est de 1 365 heures (soit 9 mois à 100 %); 3 – Si la quotité de temps de travail a changé en cours de mois, il est possible de retenir la quotité la plus élevée pour tout le mois. Exemple : si sur le mois de mai, le salarié est passé d’un travail à 80 % à un travail à 50 %, il est possible de considérer qu’il a travaillé à 80 % sur l’ensemble du mois de mai. Son nombre d’heures rémunérées sera donc égal à 1 138 heures [soit 607 (5 mois à 80 %) + 531 (7 mois à 50 %)] Remarque : en ce qui concerne les professions spécifiques (VRP, assistantes maternelles… page 15). Le nombre de jours travaillés (cas des non salariés) : La détermination du nombre de jours travaillés n’est utile que dans le cas d’une activité non salariée exercée sur une partie de l’année seulement. Le nombre de jours travaillés correspond au nombre de jours pendant lesquels le non salarié a exercé son activité. C’est au contribuable de déterminer lui même ce nombre. La période de référence annuelle est fixée à 360 jours ce qui correspond à 30 jours par mois. Exemple : un commerçant qui a ouvert son commerce le 20 juin aura un nombre de jours travaillés égal à 190 jours (soit 10 jours en juin et 6 x 30 jours de juillet à décembre). MODALITÉS DÉCLARATIVES SUR LA DÉCLARATION DES REVENUS Si le bénéficiaire potentiel de la PPE exerce une activité salariée (rubrique 1 de la déclaration)  S’il exerce à temps plein sur toute l’année, le bénéficiaire potentiel doit simplement cocher l’une des cases suivantes : 1AX pour «vous», 1BX pour «conjoint» (ou partenaire), 1CX à 1DX pour «personne à charge» ; S’il exerce à temps partiel ou à temps plein sur une partie de l’année, le bénéficiaire potentiel doit simplement indiquer le nombre de ses heures rémunérées (y compris les heures supplémentaires ou complémentaires) dans la case qui le concerne : ligne 1AV pour «vous», 1BV pour «conjoint» (ou partenaire), 1CV et 1DV pour «personne à charge» (ou cases 1AG à 1DG de la déclaration complémentaire 2042C pour les salaires exonérés de source étrangère (cas des frontaliers)).  En cas de décès : – si l’activité a été exercée à temps plein sur la période déclarée, le bénéficiaire potentiel doit cocher les cases 1AX à 1DX sur chaque déclaration; – si l’activité a été exercée à temps partiel, il doit indiquer le nombre d’heures rémunérées correspondant à la période déclarée (cases 1AV à 1DV). Exemple : Couple dont chacun des membres exerce une activité salariée. Décès de monsieur le 1er juin 2014. Monsieur a travaillé à temps plein. Madame a travaillé 500 heures pour la période avant décès et 700 heures pour la période après décès. 1ère déclaration : M et Mme mariés cocher la case 1AX et indiquer 700 case 1BV 2ème déclaration : Mme. veuve indiquer 700 case 1AV 7 Si le bénéficiaire potentiel de la PPE exerce une activité non salariée (rubrique 5 de la déclaration)  S’il exerce à temps plein sur toute l’année, le bénéficiaire potentiel doit simplement cocher l’une des cases suivantes : 5NW pour «vous», 5OW pour «conjoint» (ou partenaire), 5PW pour «personne à charge» ;  S’il exerce à temps partiel ou à temps plein sur une partie de l’année, le bénéficiaire potentiel doit simplement indiquer le nombre de jours travaillés dans la case qui le concerne : 5NV pour «vous», 5OV pour «conjoint» (ou partenaire), 5PV pour «personne à charge».  En cas de décès – si l’activité a été exercée à temps plein, le bénéficiaire potentiel doit cocher les cases 5NW à 5PW sur chaque déclaration. – si l’activité a été exercée à temps partiel, il doit indiquer le nombre de jours travaillés correspondant à la période déclarée (cases 5NV à 5PV) Exemple : Couple dont chacun des membres exerce une activité non-salariée. Monsieur a travaillé à temps plein . Madame a travaillé 100 jours pour la période avant décès et 150 jours pour la période après décès. 1ère déclaration : M et Mme mariés, cocher la case 5NW et indiquer 100 case 5OV 2ème déclaration : Mme. Veuve, indiquer 150 case 5NV Si le bénéficiaire potentiel de la PPE exerce à la fois une activité salariée et une activité non salariée Si le bénéficiaire potentiel de la PPE exerce à la fois une activité salariée et une activité non salariée : il doit déclarer de manière dissociée le temps travaillé dans les rubriques correspondantes de la déclaration des revenus. Exemple : une personne qui perçoit un salaire pour un travail à temps plein et qui, comme commerçant perçoit un revenu (régime réel normal) pour 150 jours travaillés devra : N° 2042 : cocher la case 1AX ; N° 2042 C : indiquer 150 en ligne 5NV. IMPORTANT L’octroi de la PPE suppose que la durée d’activité des revenus salariés soit indiquée sur la déclaration. En l’absence de cette information, et même si les revenus permettent l’obtention de la PPE, aucune prime ne sera attribuée. MODALITÉS DE CALCUL DE LA PRIME POUR L’EMPLOI La prime accordée au foyer fiscal correspond au total des primes individuelles éventuellement majoré en fonction du nombre de personnes à la charge du foyer. Le tableau ci-dessous récapitule les formules de calcul de la prime pour l’emploi. Exemple : cas d’un agriculteur dont la femme est salariée, ayant deux enfants à charge : La prime de chacun d’entre eux va être calculée en fonction de leur revenu d’activité professionnelle respectif puis les deux primes individuelles ainsi que les majorations pour charges de famille seront cumulées. Formules de calcul de la prime pour l’emploi pour un temps plein Situation de famille BASE PPE Revenu d'activité salariée Revenu d’activité non salariée exercé à titre professionnel x 1,1111 Prime individuelle Majoration pour le foyer supérieur ou égal à 3 743 € et inférieur ou égal à 12 475 € R x 7,7 % - Célibataires, divorcés sans ou avec des enfants à charge qu'ils n'élèvent pas seuls - Veufs avec ou sans enfants à charge (qu’ils élèvent seuls ou non) - Veufs avec une personne recueillie titulaire de la carte d’invalidité (qu’ils vivent seuls ou non) - Mariés ou pacsés ayant chacun une activité - Personne à charge du foyer supérieur à 12 475 € et inférieur ou égal à 17 451 € (17 451 - R) x 19,3 % 36 € x nombre de personnes à charge(1) 8 supérieur ou égal à 3 743 € et inférieur ou égal à 12 475 € (R x 7,7 %) + 83 € supérieur à 12 475 € et inférieur ou égal à 17 451 € [(17 451 – R) x 19,3 %]+83 € supérieur à 17 451 € et inférieur ou égal à 24 950 € 83 € - Mariés ou pacsés et un seul des conjoints ou partenaires exerce une activité lui procurant au moins 3 743 € dans l’année supérieur à 24 950 € et inférieur ou égal à 26 572 € (26 572– R) x 5,1 % Majoration forfaitaire de 36 € quel que soit le nombre de personnes à charge(2) Supérieur ou égal à 3 743 € et inférieur ou égal à 12 475 € R x 7,7 % supérieur 12 475 € et inférieur ou égal à 17 451 € (17 451 – R) x 19,3 % - 72 € pour la 1ère personne à charge(3) - 36 € x nombre de personnes à charge à partir de la 2ème(3) - Célibataires, divorcés élevant seuls leurs enfants (case T cochée) supérieur à 17 451 € et inférieur ou égal à 26 572 € 0 - 72 € quel que soit nombre de personnes à charge(4) Cas particuliers des enfants en résidence alternée Les majorations accordées au titre de la PPE sont réduites de moitié lorsqu’il s’agit d’enfants en résidence alternée. (1) Si l’enfant est en résidence alternée, la majoration à laquelle il ouvre droit est limitée à 36 € divisés par deux (2) La majoration forfaitaire est limitée à 36 € divisés par deux quel que soit le nombre d’enfants dès lors que le foyer n’est composé que d’enfants en résidence alternée (3) La majoration de 72 € est divisée par deux et est appliquée à chacun des deux premiers enfants, puis majoration de 36 € divisés par deux par enfant en résidence alternée à compter du 3ème (si le foyer n’est constitué que d’enfants en résidence alternée). (4) La majoration forfaitaire est limitée à 36 € quel que soit le nombre d’enfants dès lors que le foyer n’est composé que d’enfants en résidence alternée Règles de calcul : pour déterminer la majoration de la PPE, il convient de prendre en compte les enfants à charge exclusive avant les enfants en résidence alternée. Pour déterminer le montant de la majoration pour charge de famille, il convient d’effectuer l’arrondi en fin de calcul et non à chaque étape. Exemple : Cas d’un célibataire, vivant seul, avec un salaire annuel de 11 000 € et ayant 4 enfants à charge dont 3 en résidence alternée. PPE = 11 000 X 7,7 % = 847 € majoration pour charge de famille = 72 + 36/2 +36/2 +36/2 = 126 € ; PPE totale 973 €. 9 LE BÉNÉFICIAIRE POTENTIEL TRAVAILLE À TEMPS PLEIN PÉRIODE ANNUELLE Il est salarié ou non salarié Il suffit d’appliquer directement à la base PPE les formules de calcul exposées dans le tableau page 7 afin de déterminer la prime individuelle. Exemple : Une personne célibataire sans enfant à charge et qui a une base PPE de 9 000 € (salaires + heures supplémentaires). Prime individuelle = 693 € soit : (9 000 x 7,7 %) Il exerce une activité mixte (salarié et non salarié) La prime peut être directement calculée grâce aux formules du tableau de la page 7. Le revenu à prendre en considération est égal à la somme des deux bases PPE (base salariée + base non salariée). Remarque : on considère qu’une personne exerçant une activité mixte travaille à plein temps dès lors qu’une de ses activité au moins (salariée ou non salariée) est exercée à temps plein (voir exemple ci-contre). Exemple : un agriculteur célibataire dont la base PPE est égale à 5 000 € au titre des salaires (pour 1200 heures) et à 7 600 € au titre des BA (sur toute l’année). Prime individuelle = 936 € soit : [ 17 451 – ( 5 000 + 7600) ] x 19,3 % PÉRIODE INFRA ANNUELLE (en cas de décès) Il est salarié ou non salarié La base PPE doit être convertie en équivalent temps plein grâce au coefficient suivant : 360/nombre de jours. On considère que chaque mois comprend 30 jours. Les formules de calcul du tableau de la page 7 sont ensuite appliquées à cette base PPE convertie en année pleine. La prime ainsi obtenue doit être divisée par le même coefficient de conversion (360 / nombre de jours travaillés) pour qu’elle corresponde au revenu effectivement perçu. Exemples : 1 – Personne veuve dont le mari est décédé le 17 juin 2014 et dont la base PPE à plein temps est égale à 3 800 € pour la période après décès (du 17/06/2014 au 31/12/2014). Base PPE pour une année pleine = 7 052 € soit : (3 800 x 360/194) Prime pour une année pleine = 543 € soit : (7 052 x 7,7 %) Prime individuelle (au titre de la période après décès) = 293 € soit : (543 x 194/360) Il exerce une activité mixte (salarié et non salarié) La somme des bases PPE (base salarié + base non salarié) doit être convertie en équivalent temps plein grâce au coefficient 360/nombre de jours. La prime ainsi obtenue grâce aux formules du tableau de la page 7, doit ensuite être divisée par le même coefficient de conversion (360 / nombre de jours travaillés) pour qu’elle corresponde au revenu effectivement perçu. Exemple : Couple marié dont l'épouse est décédée le 1er octobre 2014 (Base PPE de monsieur : salaires 2 300 € et BNC 7 000 € , madame n'a pas de revenu) . Base PPE pour une année pleine = 12 400 € soit : [(2 300 + 7 000) x 360/270 ] Prime pour une année pleine = 955 € soit : (12 400 x 7,7 %) Prime individuelle (au titre de la période avant décès) = 716 € soit : (955 x 270/360) (83 € pour majoration couple mono-actif) 10 LE BÉNÉFICIAIRE POTENTIEL TRAVAILLE À TEMPS PARTIEL PÉRIODE ANNUELLE Il est salarié ou non salarié  Il est nécessaire de convertir la base PPE en équivalent temps plein en la multipliant par un coefficient de conversion afin de déterminer la formule de calcul (voir tableau page 7) qui doit être utilisée. Ce coefficient de conversion diffère selon que le bénéficiaire potentiel est salarié ou non salarié : - Si le bénéficiaire est salarié, le coefficient correspond au quotient 1 820 heures/ nombre d’heures rémunérées ; - Si le bénéficiaire est non salarié, le coefficient correspond au quotient 360 jours/ nombre de jours travaillés La prime ainsi obtenue doit être divisée par le même coefficient de conversion (1 820/nombre d’heures rémunérées ou 360/nombre de jours travaillés) pour qu’elle corresponde au revenu effectivement perçu, puis majorée conformément aux règles exposées au point  ci-dessous.  Le montant de cette majoration est fonction du temps travaillé : elle est plus importante lorsque l’activité est exercée jusqu’à 50 % que lorsqu’elle est exercée audelà. Les modalités de calcul de la majoration sont fonction du résultat obtenu lors du calcul du coefficient de conversion (1820/nombre d’heures rémunérées ou 360/nombre de jours travaillés). Si le coefficient de conversion est égal ou supérieur à 2 (activité exercée jusqu’à 50 %) : le montant de la prime individuelle obtenue est majoré de 85 % ; Si le coefficient de conversion est compris entre 1 et 2 (activité exercée à plus de 50 %) : le montant de la prime individuelle obtenue est multiplié par 0,15 puis majoré de 85 % de la prime qui aurait été accordée à temps plein. Exemples : 1 – un salarié célibataire qui a travaillé 700 heures et qui a une base PPE de 5 000 €. Base PPE convertie en temps plein = 5 000 € x 1 820/700 = 13 000 € Prime individuelle pour une année pleine = (17 451 – 13 000) x 19,3 % = 859 € Prime individuelle ramenée à temps partiel = 859 x 700/1 820 = 330 € Comme le coefficient de conversion est supérieur à 2 (1 820/700 = 2,6), l’activité est exercée en deçà de 50 %, la prime individuelle va être majorée de 85 % . Prime individuelle finale = 611 € [330 + (330 x 85 %)] 2 - un travailleur indépendant célibataire qui a travaillé 190 jours et qui a une base PPE de 3 800 €. Base PPE convertie en temps plein = 3 800 x 360/190 = 7 200 € Prime individuelle pour une année pleine = 7200 x 7,7 % = 554 € Prime individuelle ramenée à temps partiel = 554 x 190/360 = 292 € Comme le coefficient de conversion est compris entre 1 et 2 (360/190 = 1,89) la prime individuelle va être multipliée par 0,15 puis majorée de 85 % de la prime qui aurait été accordée en année pleine. Prime individuelle finale = 515 € [(292 x 0,15) + (554 x 85 %)] 11 LE BÉNÉFICIAIRE POTENTIEL TRAVAILLE À TEMPS PARTIEL PÉRIODE ANNUELLE Il exerce une activité mixte (salarié et non salarié)  Si le bénéficiaire potentiel déclare travailler à temps partiel au titre de ses deux activités, il faut préalablement déterminer s’il s’agit d’une véritable activité à temps partiel grâce à la formule suivante : nombre d’heures rémunérées/1 820 + nombre de jours/360 Si le montant en résultant est supérieur ou égal à 1 : on considère qu’il s’agit d’un temps plein et on applique directement l’une des formules du tableau figurant page 7. Si le montant en résultant est inférieur à 1 : on considère qu’il s’agit d’un « vrai » temps partiel. Il est donc nécessaire de convertir la somme des deux bases PPE (base salarié + base non salarié) en équivalent temps plein par un coefficient de conversion avant de lui appliquer les formules du tableau de la page 7. Le coefficient de conversion est égal à : 1/[nombre d’heures/1 820 + nombre jours/360] Une fois la prime calculée en année pleine grâce au coefficient de conversion, il faut la « ramener » au temps effectivement consacré à l’activité en la divisant par ce même coefficient puis la majorer conformément aux règles exposées au point  cidessous.  Le montant de cette majoration est fonction du temps travaillé : elle est plus importante lorsque l’activité est exercée jusqu’à 50 % que lorsqu’elle est exercée audelà. Les modalités de calcul de la majoration sont fonction du résultat obtenu lorsque le coefficient de conversion 1/(nombre d’heures/1 820 + nombre jours/360) est calculé. Si le coefficient de conversion est égal ou supérieur à 2 (activité exercée à moins de 50 %) : le montant de la prime individuelle obtenue est majoré de 85 % ; Si le coefficient de conversion est compris entre 1 et 2 (activité exercée à plus de 50 %) : le montant de la prime individuelle obtenue est multiplié par 0,15 puis majoré de 85 % de la prime qui aurait été accordée à temps plein. Exemples : 1 - un agriculteur célibataire dont la base PPE est égale à 3 000 €au titre des salaires (pour 500 heures rémunérées) et à 7 600 € au titre des BA (pour 300 jours travaillés). Il ne s’agit pas d’un vrai temps partiel, car [500/1 820 + 300/360] = 1,1 et que 1,1 > 1 La prime à laquelle il aura droit est donc de 816 €, soit (3 000 + 7 600) x 7,7 % . 2 - un agriculteur célibataire dont la base PPE est égale à 3 000 € au titre des salaires (pour 500 heures rémunérées) et à 7 600 € au titre des BA (pour 250 jours travaillés). Il s’agit d’un vrai temps partiel, car [500/1 820 + 250/360] = 0,97 et que 0,97 < 1 Base PPE convertie en temps plein = (3 000 + 7600 ) x 1/(500/1 820 + 250/360) = 10 937 € Prime individuelle pour une année pleine = 842 € soit (10 937x 7,7 %) Prime individuelle ramenée à temps partiel = 816 €, c’est à dire 842 x (500/1 820 + 250/360). Comme le coefficient de conversion est compris entre 1 et 2 [1/(500/1 820 + 250/360) = 1,03] la prime individuelle va être multipliée par 0,15, puis majorée de 85 % de la prime qui aurait été accordée en année pleine. Prime individuelle finale = 838 € [ (816 x 0,15)+ (842 x 85 %) ] 12 LE BÉNÉFICIAIRE POTENTIEL TRAVAILLE À TEMPS PARTIEL PÉRIODE INFRA ANNUELLE (en cas de décès, de départ à l'étranger ou de retour en France en cours d'année) Il est salarié  Il faut convertir la base PPE en année pleine en la multipliant par le rapport 1820/nombre d’heures rémunérées avant de lui appliquer les formules du tableau de la page 7. La prime calculée en année pleine doit ensuite être divisée par le même coefficient de conversion (1 820/nombre d’heures rémunérées) afin qu’elle corresponde au revenu effectivement perçu puis être majorée conformément aux règles exposées au point  ci-dessous.  Le montant de cette majoration est fonction du temps travaillé : elle est plus importante lorsque l’activité est exercée jusqu’à 50 % que lorsqu’elle est exercée audelà. Pour savoir si l’activité est exercée à plus ou moins 50 %, il faut calculer le rapport entre le nombre d’heures déclarées comme temps d’activité et le même nombre correspondant à un temps plein sur la période infra annuelle. Pour une activité salariée, le temps plein correspond à 1 820/360 heures par jour. En période infra annuelle, il faut donc :  Première étape : calculer le nombre de jours écoulés multipliés par 1 820/360 afin d’obtenir le nombre d’heures correspondant à un temps plein sur la période infra (TPHinfra).  Seconde étape : calculer le coefficient infra permettant de déterminer la majoration à utiliser : ce coefficient correspond à : TPHinfra / nombre d’heures déclarées  Troisième étape : les modalités de calcul de la majoration sont fonction du résultat obtenu lorsque le coefficient infra est calculé. Si le coefficient infra est égal ou supérieur à 2 : le montant de la prime individuelle obtenue est majorée de 85 % ; Si le coefficient infra est compris entre 1 et 2 : le montant de la prime individuelle obtenue est multiplié par 0,15 puis majoré de 85 % de la prime qui aurait été accordée à temps plein. Exemples : 1 – Personne veuve dont le mari est décédé le 17/09/2014 et dont la base PPE est égale à 3800 € pour 500 heures rémunérées entre le 17 septembre 2014 et le 31 décembre 2014 Base PPE pour une année pleine = 3 800 x 1 820/500 = 13 832 € Prime individuelle pour une année pleine = 698 €, soit : (17 451 – 13 832) x 19,3 % Prime individuelle à temps partiel = 698 x 500/1 820 = 192 €. TPHinfra = 525,78 soit [(30 x 3 +14) x 1 820/360] Coefficient infra = 1,052 (526/500) Comme le coefficient de conversion est compris entre 1 et 2, l’activité est exercée à plus de 50 %. On majore donc cette prime individuelle de 0,15 et de 85 % de la prime qui aurait été accordée à temps plein. Prime individuelle finale = 622 €, soit [(192 x 0,15) + (698 x 85 %)] 2 – Couple marié dont l'époux est décédé le 21 janvier 2014 et dont la base PPE est égale à 3 800 € pour 800 heures rémunérées entre le 21 janvier 2014 et le 31 décembre 2014. Base PPE pour une année pleine = 3 800 x 1 820/800 = 8 645 € Prime individuelle pour une année pleine = 666 €, soit : (8 645 x 7,7 %) Prime individuelle à temps partiel = 666 x 800/1 820 = 293 €. TPHinfra = 1 718,89 soit [(11 x 30 +10) x 1 820/360] Coefficient infra = 2,15 (1 719/800) Comme le coefficient de conversion est supérieur à 2, l’activité est exercée à moins de 50 %. On majore donc cette prime individuelle de 85 % . Prime individuelle finale = 542 €, soit [(293 x 85 %) + 293] 13 LE BÉNÉFICIAIRE POTENTIEL TRAVAILLE À TEMPS PARTIEL PÉRIODE INFRA ANNUELLE (en cas de décès, de départ à l'étranger ou de retour en France en cours d'année) Il est non salarié  Il faut convertir la base PPE en année pleine en la multipliant par le rapport 360/nombre de jours avant de lui appliquer les formules du tableau de la page 7. La prime doit ensuite être divisée par le même coefficient de conversion (360/nombre de jours travaillés) afin qu’elle corresponde au revenu effectivement perçu puis être majorée conformément aux règles exposées au point  ci-après.  Le montant de cette majoration est fonction du temps travaillé : elle est plus importante lorsque l’activité est exercée jusqu’à 50 % que lorsqu’elle est exercée audelà. Pour savoir si l’activité est exercée à plus ou moins 50 %, il faut calculer le rapport entre le nombre de jours déclarés comme temps d’activité et le nombre de jours correspondant à un temps plein sur la période infra annuelle. Pour une activité non salariée, le temps plein correspond au nombre de jours de la période infra. En période infra annuelle, il faut donc :  Première étape : calculer le nombre de jours de la période infra (TPJinfra).  Seconde étape : calculer le coefficient infra permettant de déterminer la majoration à utiliser : ce coefficient correspond à : TPJinfra / nombre de jours déclarés  Troisième étape : les modalités de calcul de la majoration sont fonction du résultat obtenu lorsque le coefficient infra est calculé. Si le coefficient infra est égal ou supérieur à 2 : le montant de la prime individuelle obtenue est majorée de 85 % ; Si le coefficient infra est compris entre 1 et 2 : le montant de la prime individuelle obtenue est multiplié par 0,15 puis majoré de 85 % de la prime qui aurait été accordée à temps plein. Exemple : Un travailleur indépendant dont le conjoint est décédé le 26 août 2014 et dont la base PPE est égale à 3 800 € pour 99 jours entre le 26 août 2014 et le 31 décembre 2014. Base PPE pour une année pleine : 3 800 x 360/99 = 13 818 € Prime individuelle pour une année pleine = 701 € soit : [(17 451 – 13 818) x 19,3 %] Prime individuelle ramenée à temps partiel = 701 x 99/360 = 193 € TPJinfra = 125 Coefficient infra = 125/99 = 1,26 Comme le coefficient de conversion est compris entre 1 et 2, l’activité est exercée à plus de 50 %. On multiplie donc cette prime par 0,15 et on la majore de 85 % de la prime qui aurait été attribuée à temps plein. Prime individuelle finale = 625 € soit : [(193 x 0,15) + (701 x 85 %)] LE BÉNÉFICIAIRE POTENTIEL TRAVAILLE À TEMPS PARTIEL PÉRIODE INFRA ANNUELLE (en cas de décès, de départ à l'étranger ou de retour en France en cours d'année) Il exerce une activité mixte (salariée et non salariée) Avant de calculer le montant de la prime, il faut déterminer si le bénéficiaire potentiel est réellement à temps partiel ou non grâce à la formule suivante : nombre d’heures rémunérées/1 820 + nombre de jours/360 Si le montant en résultant est supérieur ou égal à 1 : on considère qu’il s’agit d’un temps plein et on applique le coefficient 360/nombre de jours. Si le montant en résultant est inférieur à 1 : on considère qu’il s’agit d’un vrai temps partiel. Il est donc nécessaire de convertir la somme des bases PPE (base salarié + base non salarié) en équivalent temps plein par le coefficient de conversion suivant : 1/(nombre d’heures/1 820 + nombre jours/360) Une fois la prime calculée en année pleine, il faut la « ramener » en temps partiel en la divisant par le même coefficient de conversion puis la majorer conformément aux règles exposées au point  Ci-après.  Le montant de cette majoration est fonction du temps travaillé : elle est plus importante lorsque l’activité est exercée au delà de 50 % que lorsqu’elle est exercée en deçà. Pour savoir si l’activité est exercée à plus ou moins 50 %, il faut déterminer le nombre d’heures global correspondant à un temps plein sur la période. La durée de l’activité non salariée déclarée en jours doit être transformée en heures puis ajoutée au nombre d’heures déclarées en activité salariée. En période infra annuelle, il faut donc :  Première étape : calculer le nombre de jours écoulé multiplié par 1 820/360 afin d’obtenir le nombre d’heures correspondant à un temps plein sur la période infra (TPHinfra).  Seconde étape : calculer le coefficient infra* permettant de déterminer la majoration à utiliser : ce coefficient correspond à : TPHinfra / [ nombre d’heures déclarées + (nombre de jours déclarés x 1820/360)]  Troisième étape : les modalités de calcul de la majoration sont fonction du résultat obtenu lorsque le coefficient infra est calculé. Si le coefficient de conversion est égal ou supérieur à 2 : le montant de la prime individuelle obtenue est majorée de 85 % ; Si le coefficient de conversion est compris entre 1 et 2 : le montant de la prime individuelle obtenue est multiplié par 0,15 puis majoré de 85 % de la prime qui aurait été accordée à temps plein. 1 - un agriculteur dont le conjoint est décédé le 29 mars 2014 et dont la base PPE pour la période après décès est égale à 5 200 € au titre des salaires (pour 1 500 heures rémunérées) et à 3 800 € au titre des BA (pour 75 jours travaillés): Il s’agit d’un temps plein, car [1 500/1 820 + 75/360] = 1,03 et que 1,03 > 1 Revenu d’activité pour une année pleine : (5 200 + 3 800) x 360/271 = 11 956 € Sa prime pour une année pleine serait égale à 921 € soit (11 956 x 7,7 %) La prime à laquelle il a droit au titre de la période avant mariage est de : 921 x 271/360 = 693 € 2 - un agriculteur dont le conjoint est décédé le 29 mars 2014 et dont la base PPE pour la période après décès est égale à 5 200 € au titre des salaires (pour 1 000 heures rémunérées) et à 3 800 € au titre des BA (pour 50 jours travaillés) : Il s’agit bien d’un temps partiel, car [1 000/1 820 + 50/360] = 0,688 et que 0 ,688 < 1 Base PPE pour une année pleine = (5 200 + 3 800) x 1/(1 000/1 820 + 50/360) = 13 075€ Prime pour une année pleine = 845 € soit (17 451 – 13 075) x 19,3 % Prime individuelle au titre de la période avant mariage = 845 x (1 000/1 820 + 50/360) = 582 €. TPHinfra = 1 370 soit [(9 x 30) + 1] x1 820/360 Coefficient infra = 1,094 soit 1 370/[1000 + (50 x 1 820/360)] Comme le coefficient infra est compris entre 1 et 2, l’activité est exercée à plus de 50 %. Le montant de prime doit être multiplié par 0,15 et majoré de 85 % de la prime qui aurait été accordée à temps plein. Prime individuelle finale = 806 € soit [ (582 x 0,15) + (845 x 85 %) ] * Si [ nombre d’heures déclarées + (nombre de jours déclarés x 1 820/360)] est supérieur ou égal à TPHinfra, cela signifie qu’il s’agit d’un temps plein et qu’aucune majoration de la prime pour temps partiel ne doit être calculée. 14 15 Modalités de calcul de la majoration pour charge de famille La majoration pour charge de famille est soit calculée en tenant compte des charges de famille, soit calculée de manière forfaitaire (voir tableau relatif aux formules de calcul – page 7 ). Exemples : 1 – Cas d’un couple marié ayant un enfant à charge qui n’a aucun revenu d’activité et dont seul un des conjoint exerce une activité lui procurant au moins 3 743 € dans l’année. Le conjoint qui travaille, à temps plein, a une base PPE égale à 17 500 €. La prime du foyer est égale à 119 € (83 € de prime + 36 € de majoration forfaitaire) 2 – Cas d’un couple marié ayant deux enfants à charge qui n’ont aucun revenu d’activité. Chacun des époux a une activité à temps plein lui procurant au moins 3 743 € dans l’année. L’un des conjoints a une base PPE égale à 4 600 € et l’autre à 13 000 €. Prime du 1er conjoint : 4 600 x 7,7 % = 354 € Prime du 2nd conjoint : [(17 451 - 13 000) x 19,3 %] = 859 € Majoration = 2 x 36 = 72 € Prime totale du foyer = 354 + 859 + 72 = 1 285 €. 3 – Cas d’une personne célibataire ou divorcée qui élève seule (case T cochée) ses trois enfants mineurs et dont : – la base PPE est égale à 20 000 € La prime du foyer est égale à 72 € (0 € de prime + 72 € de majoration forfaitaire). – la base PPE est égale à 13 000 € La prime du foyer est égale à 1 003 € (859 € de prime + 72 € + 36 € + 36 € de majoration). 4 – Cas d’un couple marié ayant 4 enfants (dont 3 en résidence alternée) qui n’ont aucun revenu d’activité et dont un seul des conjoints exerce une activité lui procurant au moins 3 743 € dans l’année. Le conjoint qui travaille a une base PPE égale à 10 000 €. La prime du foyer est égale à 943 € (770 + 83 = 853 € de prime + une majoration de 36 + (36/2) x 3 = 90 €) 5 – Cas d’une personne célibataire ou divorcée qui élève seule (case T cochée) ses 4 enfants mineurs (dont 3 en résidence alternée) et dont : – la base PPE est égale à 20 000 € La prime du foyer est égale à 72 € (0 € de prime + 72 € de majoration forfaitaire). – la base PPE est égale à 13 000 € La prime du foyer est égale à 985 € (859 € de prime + une majoration de 72 + (36/2)x3 = 126 €). Remarques importantes sur la majoration pour charge de famille: – les personnes à charge ouvrant droit à majoration de la prime pour l’emploi sont celles qui n’ont aucun revenu d’activité professionnelle ou des revenus d’activité inférieurs à 3 743 € ; – jusqu’à 17 451 € de revenus perçus par au moins un des conjoints, chaque personne à charge inactive donne droit à une majoration de 36 €. Montant minimum Lorsque le montant de la prime de l'ensemble du foyer fiscal est inférieur à 30 €, celle-ci n'est pas attribuée. Exemple : Une personne célibataire sans personne à charge travaillant à temps plein et dont la base PPE est égale à 17 400 € a en principe droit à une prime de 10 € soit [(17 451 – 17 400) x 19,3 %]. Cette prime inférieure à 30 € ne lui sera pas attribuée Pour les contribuables fiscalement domiciliés dans le département de Mayotte le seuil de 30 € est apprécié après application du coefficient de 0.81 (coefficient au titre des revenus 2014). 16 CAS PARTICULIERS DES PROFESSIONS SPÉCIFIQUES Définition du nombre d'heures rémunérées Certaines professions salariées ne sont pas, à titre exceptionnel, soumises à la législation relative à la durée du travail, alors que d’autres, bien qu’y étant soumises, ne sont pas en principe rémunérées en fonction du nombre d’heures travaillées mais à la tâche, ou selon d’autres modalités (ex : cachet). Les salariés concernés doivent donc déterminer sous leur responsabilité le nombre d’heures rémunérées. À titre de règle pratique, ils peuvent toutefois se reporter aux règles suivantes : 1- Salariés rémunérés à la tâche ou au cachet Sont principalement concernés : – les travailleurs à domicile (L. 7412-1 du code du travail) ; – les pigistes (L 7111-1 et suivants du code du travail) ; – les bûcherons ; – les emplois saisonniers à la tâche dans le domaine agricole (ramassage des fruits, taille des vignes notamment) ; – les artistes, auteurs, compositeurs (L 7121-1 et suivants du code du travail). Les salariés rémunérés à la tâche : Dès lors qu’aucune précision relative à la durée du travail n’est mentionnée sur le contrat de travail ou sur le bulletin de paie, le nombre d’heures rémunérées devant figurer sur la déclaration de revenus s’obtient en effectuant le rapport entre la rémunération perçue dans l’année et le montant moyen du SMIC horaire net applicable en 2014 majoré des congés payés (soit 8,48 € c’est-à-dire : 7,71 € majoré de 10 %). Exemple : Un saisonnier qui a travaillé pendant les vendanges et qui a perçu un salaire de 4 000 €, devra indiquer sur sa déclaration des revenus : 472 heures rémunérées (soit : 4 000/8,48) Les salariés rémunérés au cachet : Les intéressés doivent déclarer, sous leur propre responsabilité, le nombre d’heures pour lesquelles ils ont été rémunérés. S’ils ne peuvent pas parvenir à les reconstituer, la règle concernant les salariés rémunérés à la tâche peut leur être appliquée. 2- Salariés exclus du champ d’application de la durée légale du travail Ce sont : – les VRP (L 7313-1 et suivants du code du travail) ; – les cadres au forfait jour ; – les gardiens d’immeubles d’habitation (L 7211-1 et suivants du code du travail) ; – les employés de maison (L 7221-1 et suivants du code du travail) ; – les assistantes maternelles ( L 423-1 du code de l’action sociale et des familles). Pour les gardiens d’immeubles, les employés de maison et les assistantes maternelles : La même règle que celle appliquée aux salariés rémunérés à la tâche peut être utilisée : le nombre d’heures rémunérées devant figurer sur la déclaration de revenus s’obtient en effectuant le rapport entre la rémunération perçue dans l’année et le montant moyen du SMIC horaire net applicable en 2014 majoré des congés payés (soit 8,48 € c’est-à-dire : 7,71 € majoré de 10 %). Exemple : Une employée de maison qui a perçu 9 000 €, devra déclarer sur sa déclaration des revenus : 1 061 heures rémunérées (soit : 9 000/8,48). Pour les VRP : – Ils doivent indiquer sous leur propre responsabilité, lorsque le bulletin de salaire ou le contrat de travail ne le mentionne pas, le nombre d’heures rémunérées; – À défaut, ils peuvent calculer le nombre d’heures en suivant la règle définie ci-dessous pour les cadres au forfait. Pour les cadres au forfait : Pour déterminer le nombre d’heures rémunérées qu’ils doivent inscrire sur leur déclaration de revenus, les cadres au forfait doivent appliquer la formule suivante : (Nombre de jours travaillés/217) x 1 820. Exemple : un cadre au forfait qui a travaillé 167 jours, devra déclarer 1 401 heures rémunérées sur sa déclaration (soit :167/217 x 1 820). 17 MODALITÉS DE PAIEMENT DE LA PRIME POUR L’EMPLOI Le montant du RSA dit «RSA activité» est déduit du montant de la prime pour l’emploi. En pratique, le montant du RSA «complément d'activité» reçu par le foyer fiscal (cases 1BL, 1CB et 1DQ de la déclaration) est repris sur l’avis d’imposition dans la limite du montant de la prime pour l’emploi. Pour les contribuables fiscalement domiciliés dans le département de Mayotte, l’imputation du RSA activité est effectuée après application du coefficient de 0.81 (coefficient au titre des revenus 2014). Exemple : TOTAL DE LA PPE DU FOYER RSA ACTIVITÉ RSA REPRIS 500 400 400 500 600 500 0 500 Pas de reprise Pour les personnes imposables : – la prime pour l’emploi viendra automatiquement en déduction de l’impôt sur le revenu du foyer fiscal ; – si le montant de l’impôt sur le revenu du foyer est inférieur à celui de la prime, la différence sera restituée par chèque du trésor public ou par virement. Le versement est effectué lorsque la somme due est au moins égale à 8 €. Exemple : l’impôt sur le revenu du foyer s’élève à 150 €. La prime pour l’emploi dont bénéficie le foyer est égale à 200 €. L’impôt sur le revenu sera égal à zéro et une restitution de 50 € sera versée au foyer. Pour les personnes non imposables : L’intégralité de la prime sera versée par virement si le contribuable a joint un relevé d’identité bancaire (RIB) ou un relevé d’identité de caisse d’épargne (RICE) à ses nom et prénom. À défaut, la PPE sera payée par chèque. CONTENTIEUX EN MATIÈRE DE PRIME POUR L’EMPLOI Les réclamations contentieuses déposées par les contribuables et visant à obtenir la réparation d’erreurs commises dans la base ou le calcul de la prime pour l’emploi seront instruites selon les mêmes règles que celles relatives à l’impôt sur le revenu. Le délai de réclamation expire donc le 31 décembre de la seconde année suivant celle de la mise en recouvrement du rôle. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Actualité Page 1/2 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/10022-PGP.html?identifiant=ACTUDate de publication : 01/04/2015 TCA - Suppression de la taxe due sur la première vente de dispositifs médicaux et de diagnostic in vitro (loi n° 2014-1554 du 22 décembre 2014 de financement de la sécurité sociale pour 2015, art.15) Division / série : TCA - MEDIC Texte : Conformément à l'article 15 de la loi n°2014-1554 du 22 décembre 2014 de financement de la sécurité sociale pour 2015, la taxe prévue à l'article 1600-0 O du code général des impôts (CGI) est supprimée et remplacée par une contribution similaire prévue au nouvel article L. 245-5-5-1 du code de la sécurité sociale qui s'applique sur les ventes réalisées à compter du 1er janvier 2015. Dans ces conditions, la taxe prévue à l'article 1600-0 O du CGI reste due auprès de la Direction générale des finances publiques pour les ventes réalisées du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014. Les questions relatives à la nouvelle contribution qui s'appliquent à compter des ventes réalisées le 1er janvier 2015 relèvent de la compétence de l’URSSAF Ile-de-France pour les entreprises dont le siège social est situé dans la région Ile-de-France ou dans les départements d’outre-mer et de l’URSSAF du Rhône pour les entreprises dont le siège social est situé en France métropolitaine en dehors de la région Ile-de-France ou à l’étranger. Les intéressés peuvent utilement se reporter sur le site www.urssaf.fr/profil/employeurs/ entreprises_secteur_pharmaceutique. A titre indicatif, le calendrier des échéances prochaines de la taxe prévue au CGI d'une part, et de la contribution prévue au code de la sécurité sociale d'autre part, s'établit comme suit: Année Année au cours de laquelle les ventes sont réalisées Modalités de liquidation de la taxe Administration auprès de laquelle la taxe doit être liquidée 2015 Taxe due sur les ventes réalisées en 2014 Avril: Déclaration et liquidation de la taxe sur l'annexe à la déclaration de TVA du mois de mars Pas d'acompte à verser en juin 2015 DGFiP - Service des impôts des entreprises (SIE) 2016 Taxe due sur les ventes réalisées en 2015 Mars: Déclaration et liquidation totale de la taxe Juin: Versement de l'acompte provisionnel de la URSSAF Identifiant : Date de publication : 01/04/2015 Page 2/2 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/10022-PGP.html?identifiant=ACTUtaxe due sur les ventes réalisées en 2016 de 75% du montant de la taxe due au titre de l'année précédente 2017 Taxe due sur les ventes réalisées en 2016 Mars: Solde de la taxe due au titre des ventes réalisées au cours de l'année 2016 Juin: Versement de l'acompte provisionnel de la taxe due sur les ventes réalisées au cours de l'année 2017 URSSAF Actualité liée : X Documents liés : BOI-TCA-MEDIC : TCA - Taxes sur les premières ventes en France de médicaments et assimilés, produits cosmétiques et contrôle qualité des laboratoires de biologie médicale BOI-TCA-MEDIC-20 : TCA - Taxe sur la première vente de dispositifs médicaux et de diagnostic in vitro Signataire des documents liés : Véronique Bied-Charreton, Directrice de la législation fiscale Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Page 1/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 DGFIP TVA - Opérations concourant à la production ou à la livraison d'immeubles - Opérations immobilières réalisées dans le secteur du logement social - Opérations locatives sociales - Livraison à soi-même de travaux - Champ d'application et modalités d'imposition Positionnement du document dans le plan : TVA - Taxe sur la valeur ajoutée Opérations concourant à la production ou à la livraison d'immeubles Titre 2 : Opérations immobilières réalisées dans le secteur du logement social Chapitre 1 : Opérations locatives sociales Section 2 : Livraisons à soi-même de travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement et d'entretien Sous-section 1 : Champ d'application et modalités d'imposition Sommaire : I. Champ d'application de la livraison à soi-même A. Personnes concernées B. Immeubles concernés 1. Principes 2. Cas particuliers a. Travaux de réhabilitation ou d'entretien de garages b. Précisions concernant les logements-foyers C. Nature des travaux 1. Travaux de rénovation a. Travaux ayant pour objet la réalisation d'économies d'énergie et de fluides b. Travaux d'accessibilité et d'adaptation de l'immeuble et du logement aux personnes en situation de handicap ou aux personnes âgées c. Travaux de mise en conformité des locaux avec les normes minimales de confort et d'habitabilité d. Travaux de protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante ou au plomb e. Travaux de protection des locataires Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 2/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 2. Travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement et d'entretien a. Précisions sur les travaux d'entretien b. Travaux de démolition partielle D. Déroulement des opérations 1. Ouverture du chantier 2. Réalisation des travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation, d'aménagement ou d'entretien a. Réalisation des travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement b. Réalisation de travaux d'entretien II. Modalités de taxation de la livraison à soi-même A. Base d'imposition 1. Précisions concernant les travaux réalisés par les bailleurs sociaux a. Les rémunérations du personnel salarié b. Les prestations de maitrise d’œuvre ou d'études et les prestations de maintenance des équipements portant sur des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans 2. Travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement 3. Travaux d'entretien 4. Travaux de démolition partielle B. Taux applicable C. Fait générateur 1. Travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement 2. Travaux d'entretien D. Exigibilité E. Déclaration et paiement de la taxe 1. Déclaration et lieu d'imposition 2. Paiement de la taxe a. Principe b. Cas particulier : prorogation de délai du dépôt de la déclaration c. Prise en compte des nouveaux redevables F. Dispositions applicables dans les départements de la Corse et dans les départements d'outre-mer 1. Dispositions applicables dans les départements de la Corse 2. Dispositions applicables dans les départements d'outre-mer a. Travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement b. Travaux d'entretien 1 Aux termes du b du 1° du 3 du I de l'article 257 du code général des impôts (CGI), les travaux immobiliers visés au IV de l'article 278 sexies du CGI et à l'article 278 sexies A du CGI doivent être soumis à une livraison à soi-même (BOI-TVA-IMM-10-10-20 au I-B-3 § 230). Le IV de l'article 278 sexies du CGI prévoit l'application du taux réduit de 5,5% aux livraisons à soimême de travaux de rénovation dont l'objet est de concourir à la réalisation d'économies d'énergie et de fluides, à l'amélioration de l'accessibilité des personnes handicapées, à la mise aux normes des logements, à la protection des populations et des locataires contre certains risques, ainsi qu'aux livraisons à soi-même de travaux induits indissociablement liés à ces travaux. L'article 278 sexies A du CGI prévoit l'application du taux de 10% aux livraisons à soi-même de travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement et d'entretien, autres que l'entretien des espaces verts et les travaux de nettoyage, lorsqu'ils ne bénéficient pas du taux réduit de 5,5% en application du IV de l'article 278 sexies du CGI, L'ensemble des travaux doivent porter sur les locaux mentionnés aux 2 à 8 du I de l'article 278 sexies du CGI. 10 Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 3/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 S'agissant des logements locatifs sociaux, le bénéfice du taux réduit de 5,5% ou du taux de 10% sur la livraison à soi-même de ces travaux est subordonné au seul conventionnement APL de l'opération, indépendamment des modalités de son financement. Les travaux portant sur des logements sociaux bénéficient du taux réduit de la TVA de 5,5% prévu à l'article 278-0 bis A du CGI ou de 10% prévu à l'article 279-0 bis du CGI en facturation directe sous réserve du respect des conditions qui y sont mentionnées. Ainsi, pour ces travaux, le recours au dispositif de la livraison à soi-même prévue au IV de l'article 278 sexies du CGI et à l'article 278 sexies A du CGI n'est pas obligatoire. Lorsque les travaux ne peuvent bénéficier du taux réduit prévu de 5,5 % ou du taux de 10 % par ces deux dispositifs (CGI, art. 278-0 bis A et art. 279-0 bis), ils peuvent néanmoins en bénéficier si les conditions prévues par l'article 278 sexies du CGI ou par l'article 278 sexies A du CGI sont remplies. I. Champ d'application de la livraison à soi-même A. Personnes concernées 20 La qualité du bailleur n'est pas un critère déterminant : seules sont prises en compte les caractéristiques intrinsèques du logement conformément aux conditions posées par la réglementation applicable en matière de logement social. 30 Par suite, sous réserve de remplir les conditions posées par le IV de l'article 278 sexies du CGI ou par l'article 278 sexies A du CGI, les bailleurs éligibles au dispositif peuvent être : - des organismes d'habitation à loyer modéré visés à l'article L. 411-2 du code de la construction et de l'habitation (CCH) ; - des sociétés d'économie mixte ayant pour objet la construction de logements (SEM) ; - des collectivités publiques ; - des opérateurs privés (personnes physiques ou morales). B. Immeubles concernés 1. Principes 40 L'imposition de la livraison à soi-même des travaux, qui est prévue par le b du 1° du 3 du I de l'article 257 du CGI concerne les locaux visés aux 2 à 8 de l'article 278 sexies du CGI : - logements locatifs sociaux ou logements-foyers locatifs sociaux qui ont fait l'objet une convention conclue entre le représentant de l'État dans le département et le bailleur ouvrant droit à l'aide personnalisée au logement (APL) prévue aux 3° et 5° de l'article L. 351-2 du CCH ; - logements destinés à être occupés par des titulaires de contrats de location-accession conclus dans les conditions prévues par la loi n° 84-595 du 12 juillet 1984 définissant la location-accession à la propriété immobilière, qui font l'objet, dans des conditions fixées par décret (CCH, art. R. 331-76-5-1), d'une convention et d'une décision d'agrément prise par le représentant de l'État dans le département ; - logements appartenant aux structures d'hébergement temporaire ou d'urgence faisant l'objet d'une convention entre le propriétaire ou le gestionnaire des locaux et le représentant de l'État dans le département et destinées aux personnes visées au II de l'article L. 301-1 du CCH ; - logements sociaux à usage locatif appartenant à l'association mentionnée à l'article L. 313-34 du CCH lorsqu'elle a conclu avec l'État une convention en application du 4° de l'article L. 351-2 du CCH ; Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 4/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 - logements à usage locatif appartenant à l'association mentionnée à l'article L. 313-34 du CCH ou à des sociétés civiles immobilières dont cette association détient la majorité des parts, situés dans des quartiers faisant l'objet d'une convention prévue à l'article 10 de la loi n° 2003-710 du 1er août 2003 d'orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine et destinés à être occupés par des ménages dont le total des ressources n'excède pas le montant mentionné à l'article R. 391-8 du CCH ; - logements à usage locatif appartenant aux organismes réalisant les opérations prévues par une convention mentionnée à l'article 10 de la loi n° 2003-710 du 1er août 2003 d'orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine et situées sur des terrains octroyés au titre des contreparties mentionnées au onzième alinéa de l'article L. 313-3 du CCH et dont la réalisation était initialement prévue par l'association mentionnée à l'article L. 313-34 du CCH. Ces logements sont destinés à être occupés par des ménages dont le total des ressources n'excède pas le montant mentionné à l'article R. 391-8 du CCH ; - locaux appartenant aux établissements mentionnés aux 6° et 7° du I de l'article L. 312-1 du code de l'action sociale et des familles, agissant sans but lucratif et dont la gestion est désintéressée, de même pour la seule partie des locaux dédiée à l'hébergement s'agissant des établissements mentionnés au 2° du I du même article L.312-1 du code de l'action sociale et des familles, lorsqu'ils hébergent à titre permanent ou temporaire des personnes handicapées, ou des personnes âgées remplissant les critères d'éligibilité au prêt prévu à l'article R. 331-1 du CCH, et que ces locaux font l'objet d'une convention entre le propriétaire ou le gestionnaire des locaux et le représentant de l'État dans le département. 50 Outre les locaux affectés au logement proprement dit, entrent également dans le champ d'application de la mesure les locaux annexes tels que les parties communes, les loges de gardien ou de concierge, les locaux communs et les dépendances (garages...). 2. Cas particuliers a. Travaux de réhabilitation ou d'entretien de garages 60 Lorsqu'ils constituent des dépendances de logements locatifs sociaux, les garages entrent dans le champ d'application du 1° du 3 du I de l'article 257 du CGI. En conséquence, les travaux de réhabilitation ou d'entretien portant sur ces locaux entrent dans le champ d'application du taux réduit de TVA (RM Terrasse n° 22857, JO Débats AN du 12 avril 1999, p 2210), de 5,5% ou de 10% selon la nature des travaux concernés. b. Précisions concernant les logements-foyers 70 Les logements-foyers mentionnés au 5° de l'article L. 351-2 du CCH sont ceux qui ouvrent droit au bénéfice de l'aide personnalisée au logement (APL). L'aide personnalisée au logement est attribuée aux personnes qui résident dans des logements-foyers qui répondent aux conditions prévues à l'article R. 351-55 du CCH, à l' article R. 351-56 du CCH, et à l'article R. 351-57 du CCH. Il résulte donc de l'ensemble de ces dispositions que les logements-foyers concernés par la livraison à soi-même des travaux de réhabilitation ou d'entretien éligible au taux réduit ou au taux intermédiaire sont : - les logements-foyers qui hébergent à titre principal des personnes handicapées ou des personnes âgées ; Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 5/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 - les logements-foyers, dénommés résidences sociales, destinées aux familles éprouvant, au sens de l'article 1er de la loi n° 90-449 du 31 mai 1990 visant à la mise en œuvre du droit au logement, des difficultés particulières pour accéder à un logement décent et indépendant ; - les logements-foyers hébergeant à titre principal des jeunes travailleurs ou des travailleurs migrants et ayant fait l'objet d'une convention APL signée avant le 1er janvier 1995 ; - les logements-foyers assimilés qui sont mentionnés à l'article R. 351-56 du CCH et à l'article R. 351-57 du CCH. C. Nature des travaux 1. Travaux de rénovation 73 Le IV de l'article 278 sexies du CGI prévoit l'application du taux réduit de 5,5% de la TVA, dans le cadre de la livraison à soi-même, aux travaux de rénovation effectués dans les logements sociaux à usage locatif concourant directement à la réalisation d'économies d'énergie et de fluides, à l'amélioration de l'accessibilité des personnes handicapées et âgées, à la mise aux normes des logements, à la protection des populations et des locataires contre certains risques, ainsi qu'aux travaux induits indissociablement liés à ces travaux. Ce dispositif complète le dispositif général prévoyant l'application du taux réduit de la TVA de 5,5% aux travaux d'amélioration de la qualité énergétique portant sur l'ensemble des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans, prévu à l'article 278-0 bis A du CGI (BOI-TVA-LIQ-30-20-95). Sont ainsi soumis au taux réduit de 5,5% les travaux de rénovation suivants : - les travaux d'installation et de remplacement des équipements ou de leurs composants ; Remarque : On entend par travaux de remplacement de composant, les travaux induisant le remplacement de pièces essentielles au bon fonctionnement de l'équipement ainsi que les travaux de gros entretien liés à ces remplacements qui dépassent les simples travaux d'entretien courant. - la prestation de main d’œuvre concourant à la réalisation des travaux de rénovation ; - la fourniture d'équipement nécessaire à la rénovation ; - les prestations d'études préalables, de suivi ou d'expertise (notamment les diagnostics préalables aux travaux, les prestations de contrôle de la conformité des travaux, etc). Sont également soumis au taux réduit de 5,5% les travaux indissociablement liés aux travaux de rénovation réalisés, tels que : - les travaux de désinstallation ou de déconstruction des matériaux ou équipements devant être rénovés ; - la pose et la dépose de matériels permettant la réalisation des travaux principaux (pose d’échafaudage, d'équipement de sécurité...). - les travaux induits figurant aux § 50 à 90 du III du BOI-TVA-LIQ-30-20-95 liés aux travaux concourant à la réalisation d'économies d'énergie et de fluides. Ces travaux induits sont également soumis au taux réduit de 5,5% de la TVA dès lors qu'ils sont liés aux travaux concourant à l’amélioration de l'accessibilité des personnes handicapées et âgées, à la mise aux normes des logements et à la protection des populations et des locataires contre certains risques visés aux I-C-1-d et e § 77 et 78. Remarque 1 : Lorsque des travaux se rapportant à des travaux passibles de taux différents font l'objet d'une facturation globale et forfaitaire, il appartient au redevable de ventiler les recettes correspondant à chaque taux, de manière simple et économiquement réaliste, sous sa propre responsabilité et sous réserve du droit de contrôle de l'Administration, conformément aux dispositions de l'article 268 bis du CGI. Remarque 2 : Les travaux afférents aux parties communes d'un immeuble collectif contenant pour partie des logements sociaux, qui ne peuvent pas bénéficier directement du taux réduit en application de l'article 278-0 bis A du CGI, peuvent bien entendu faire l'objet d'une livraison à soi-même soumise au taux de 5,5% en application du IV de l'article 278 sexies du CGI, à hauteur de la quote-part de logements sociaux présents dans l'immeuble. Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 6/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 a. Travaux ayant pour objet la réalisation d'économies d'énergie et de fluides 74 Ces travaux concernent la pose et la fourniture portant sur l'installation ou le remplacement d'équipements à la condition qu'ils concourent directement à la réalisation d'économies d'énergie et de fluides : - Les éléments constitutifs de l'enveloppe du bâtiment : Sont visés les prestations de pose et de fourniture d'isolants thermiques portant sur les parois opaques, les parois vitrées et les systèmes de distribution, tels que les isolants muraux, de toitures, de planchers ou de plafonds, le renouvellement des fenêtres et portes d'entrée. - Les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire : Sont visés les prestations de pose et de fourniture de systèmes de production et de distribution de chauffage et d'eau chaude sanitaire liée ou non au chauffage, et de systèmes de régulation de chauffage. - Les systèmes de refroidissement dans les départements d'outre-mer : Sont visés les prestations de pose et de fourniture des systèmes de climatisation pour les logements sociaux situés dans les départements d'outre-mer. - Les équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable : Sont visés les prestations de pose et de fourniture d'équipements de production de chauffage, d'électricité ou d'eau chaude fonctionnant grâce à l'énergie solaire, hydraulique, éolienne, pompe à chaleur, biomasse. - Les systèmes de ventilation : Sont visés les prestations de pose et de fourniture des systèmes de ventilation mécanique ou naturelle hybride. - Les systèmes d'éclairage des locaux : Sont visés les prestations de pose et de fourniture des équipements relatifs au système d'éclairage, tels que les luminaires, avec un ballast électronique et les dispositifs automatiques d'extinction ou de variation de la puissance d'éclairage à détection de présence à horloge ou en fonction de l'éclairement naturel. - Les systèmes de répartition des frais d'eau ou de chauffage : Sont visés les prestations de pose et de fourniture portant sur les systèmes de répartition des frais d'eau ou de chauffage ainsi que les travaux portant sur les matériels de récupération et de communication des données (compteurs). b. Travaux d'accessibilité et d'adaptation de l'immeuble et du logement aux personnes en situation de handicap ou aux personnes âgées 75 Ces travaux concernent l'accessibilité aux personnes âgées ou handicapées des cheminements extérieurs et du stationnement, des entrées du bâtiment et des parties communes, ainsi que l'accessibilité et l'adaptation des logements aux personnes âgées ou handicapées. Sont visés notamment les travaux d'installation de rampes d'accès, de main courante, de création de places de stationnement adaptées, l'élargissement des portes et couloirs, l'installation, la rénovation ou le remplacement d’ascenseurs, etc. c. Travaux de mise en conformité des locaux avec les normes minimales de confort et d'habitabilité 76 Les travaux concernés sont destinés à rendre le logement conforme aux normes mentionnées à l'article 25 de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986 tendant à favoriser l'investissement locatif. Il s'agit des travaux d'aménagement, d'installation et de remplacement des équipements des logements ou de leurs composants, dès lors qu'ils ne relèvent pas de l'entretien courant, ayant pour effet des les mettre en conformité avec les conditions définies dans le décret n° 87-149 du 6 mars 1987 fixant les conditions minimales de confort et d'habitabilité auxquelles doivent répondre les locaux Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 7/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 mis en location (dimension et hauteur sous plafond minimale, d'au moins 2,20 mètres, création d'un coin cuisine, d'ouverture sur l'extérieur,...). d. Travaux de protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante ou au plomb 77 Les travaux concernés sont les suivants : - les travaux et interventions mentionnés au décret n° 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d'exposition à l'amiante, ainsi que les travaux liés à la lutte contre la présence d'amiante visés aux articles L. 1334-1 du code de la santé publique à L. 1334-8 du code de la santé publique ; - les travaux portant sur les installations privées de distribution visant à se conformer à la référence de qualité de l'eau portant sur le paramètre plomb fixée par arrêté du ministère en charge de la santé conformément à l'article R.1321-3 du code de la santé publique ; - les travaux nécessaires pour supprimer le risque d'exposition au plomb mis en évidence par la présence de revêtements dégradés contenant du plomb à des concentrations supérieures aux seuils définis par l'arrêté mentionné à l'article L.1334-2 du code de la santé publique. Ces travaux comprennent les travaux visant les sources de plomb elles-mêmes et ceux visant à assurer la pérennité de la protection. e. Travaux de protection des locataires 78 Sont visés les travaux de pose et de fourniture d'équipements destinés à améliorer la protection des locataires en matière : - de prévention et de lutte contre les incendies (travaux d'accessibilité des abords des bâtiments d'habitation aux services de secours, travaux sécurisant contre les risques d'incendies et de panique permettant l'évacuation rapide des occupants en sécurité, travaux permettant de limiter la propagation des incendies,...) ; - de sécurité des ascenseurs. Il s'agit des travaux portant sur : - le système de contrôle de l'arrêt et du maintien à niveau de la cabine pour assurer, à tous les niveaux desservis, un accès sans danger ; - le système de protection contre la vitesse excessive de la cabine, dans les ascenseurs électriques à adhérence ; - le système de téléalarme entre la cabine et un service d'intervention et un éclairage de secours en cabine ; - la résistance mécanique suffisante des portes palières lorsqu'elles comportent un vitrage ; - le système de prévention des risques de chute libre, de dérive et d'excès de vitesse de la cabine, dans les ascenseurs hydrauliques ; - la protection avec marquage ou signalisation éliminant le risque de contact direct des personnels d'intervention avec des composants ou conducteurs nus sous tension, dans les armoires de commande, les armoires électriques et les tableaux d'arrivée de courant ; - le dispositif de protection des personnels d'intervention contre le risque de happement par les organes mobiles de transmission, notamment les poulies, câbles ou courroies ; - l'éclairage fixe du local de machines ou de poulies assurant un éclairement suffisant des zones de travail et de circulation. - de sécurité des installations de gaz et d'électricité et de leurs composants (travaux de mise en sécurité de l'installation gaz, travaux destinés à supprimer ou réduire les risques de chocs électriques, d'échauffement des canalisations ou d'interrupteurs, d'électrocution dues aux différences de potentiel Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 8/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 dans les locaux contenant une baignoire ou une douche, de contacts directs avec les éléments sous tension, risques induits par les conducteurs non protégés mécaniquement) ; - de prévention des risques naturels, notamment les travaux destinés à couvrir les risques sismiques, d'inondation, d'incendie feux de forêt. En matière de risque d'inondation et d'incendie feux de forêt, sont concernés les interventions mentionnées dans les plans de prévention des risques prescrits ou approuvés établis par l'État selon les conditions définies à l'article L. 562-1 du code de l'environnement ; - de prévention des risques miniers et technologiques (interventions mentionnées dans les plans de prévention des risques prescrits ou approuvés, établis par l'État selon les conditions définies à l'article L.174-5 du code minier nouveau et aux articles L. 515-15 et suivants du code de l'environnement) ; - de dispositif de retenue des personnes (barre d'appui, garde-corps, rampe,...). 2. Travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement et d'entretien 80 L'article 279-0 bis du CGI prévoit l'application du taux de 10% aux travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement et d'entretien, autres que ceux visés à l'article 278-0 bis A du CGI, effectués dans les logements susvisés. Sont visés les travaux portant sur des logements sociaux à usage locatif achevés depuis plus de deux ans, ainsi que ceux portant sur leurs dépendances usuelles, et répondant aux autres conditions générales prévues par cet article (BOI-TVA-LIQ-30-20-90). Les travaux visés à l'article 279-0 bis du CGI constitue un dispositif général prévoyant l'application du taux réduit de la TVA de 10% aux travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement et d'entretien portant sur l'ensemble des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans. L'ensemble du dispositif est présenté aux BOI-TVA-LIQ-30-20-90 et suivants. Remarque : Les travaux afférents aux parties communes d'un immeuble collectif contenant pour partie des logements sociaux, qui ne peuvent pas bénéficier directement du taux réduit en application de l'article 279-0 bis du CGI, tel l'aménagement d'espaces verts dans les parties communes et qui sont répercutés au propriétaire d'un logement conventionné, peuvent bien entendu faire l'objet d'une livraison à soi-même soumise au taux de 10% de la taxe dans les conditions de droit commun, à hauteur de la quote-part des logements sociaux présents dans l'immeuble. 90 Sont soumis au taux de 10% de la TVA, dans le cadre de la livraison à soi-même, les travaux effectués dans des logements sociaux à usage locatif lorsqu'ils ne bénéficient pas du taux réduit de 5,5% en application du IV de l'article 278 sexies du CGI ou de l'article 278-0 bis A du CGI. Ainsi en est-il notamment : - des travaux portant sur des logements sociaux à usage locatif achevés depuis moins de deux ans ; - de la fourniture des gros équipements mentionnés à l'article 30-00 A de l'annexe IV au CGI ; - de l'aménagement des espaces verts ; - des travaux éligibles à la livraison à soi-même effectués par le propriétaire (travaux en régie) ; - des travaux de construction de logements sociaux à usage locatif éligibles au taux réduit par le mécanisme de la livraison à soi-même, sur le fondement du 3 du I de l'article 257 du CGI, lorsque les conditions prévues sont remplies (y compris pour leurs dépendances usuelles, même construites ultérieurement et quel que soit leur mode de financement). Remarque : La livraison à soi-même au taux réduit de 5,5% continue de s'appliquer aux travaux facturés à 7% en application des dispositions de l'article 279-0 bis du CGI dans sa version en vigueur au 31 décembre 2013 et aux travaux facturés à 10% en application du même article dans sa version en vigueur au 1er janvier 2014, sous réserve que ces travaux aient fait l'objet d'un devis daté accepté par les deux parties avant le 1er janvier 2012 et ayant donné lieu à un acompte encaissé avant cette date ou ayant fait l'objet d'une décision d'octroi de la subvention mentionné à l'article R. 323-1 du CCH ou d'une décision favorable prise dans les conditions prévues à l'article R. 331-3 du CCH et à l'article R. 331-6 du CCH avant cette même date. 100 Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 9/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Sont concernés les travaux d'amélioration, les travaux de transformation, les travaux d'aménagement, les travaux d'entretien et les travaux de démolition partielle. RES N°2005/50 (TCA) du 6 septembre 2005 : Travaux d'amélioration des logements sociaux - Co-traitance Question : Les livraisons de matériaux effectuées en qualité de co-traitant de marchés de travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement et d'entretien portant sur des logements sociaux à usage locatif achevés depuis plus de deux ans peuventelles bénéficier de l'application du taux réduit de la TVA ? Réponse : L'application directe du taux réduit, dans les conditions fixées à l'article 279-0 bis du CGI, bénéficie aux travaux effectués dans les logements sociaux à usage locatif achevés depuis plus de deux ans (BOI-TVA-LIQ-30-20-90). Les travaux ne relevant pas de l'article 279-0 bis du CGI, mais entrant dans le champ du b du 1° du 3 du I de l'article 257 du CGI demeurent éligibles au taux réduit par le biais du mécanisme de la LASM. Il en est ainsi, par exemple, des travaux portant sur les logements sociaux à usage locatif achevés depuis moins de deux ans. En application de l'article 279-0 bis du CGI, seules les matières premières et les fournitures livrées et facturées par l'entreprise prestataire dans le cadre de la prestation de travaux qu'elle réalise sont soumises directement au taux réduit. Les fournitures livrées directement au preneur des travaux dans le cadre d'un contrat de co-traitance sont donc en principe facturées au taux normal, à charge pour le bailleur social d'imposer une LASM au taux réduit. Cela étant, à titre de simplification, il est admis que les fournitures de matériaux qui sont nécessaires aux travaux portant sur des logements sociaux à usage locatif de plus de deux ans effectuées par une entreprise membre d'un groupement momentané d'entreprises dans le cadre d'un marché global (contrat de co-traitance, conjoint au solidaire) et qui pourraient faire l'objet d'une LASM soumise au taux réduit par le bailleur social en vertu des dispositions combinées du 1° du 3 du I de l'article 257 et du III de l'article 278 sexies du CGI bénéficient de l'application directe de ce taux. Remarque : Sous réserve d'en remplir les conditions, les travaux de la nature de ceux visés ci-dessus au I-C-2 § 80 à 100 réalisés par des bailleurs copropriétaires sont également éligibles au dispositif prévu au b du 1° du 3 du I de l'article 257 du CGI à raison de la quote-part mise à leur charge par le syndicat de copropriété. (110 à 190) a. Précisions sur les travaux d'entretien 200 Les travaux d'entretien s'entendent des travaux qui ont pour objet de maintenir un immeuble en bon état et d'en permettre un bon usage sans en modifier la consistance, l'agencement ou l'équipement initial. Remarque : Les contrats de maintenance (chauffage, ascenseurs,...) qui concernent des opérations d'entretien courant entrent dans le champ d'application de la livraison à soi-même. En revanche, les contrats qui consistent en la fourniture de biens tels que les combustibles sont exclus du bénéfice de la mesure. Par suite, en cas de contrat mixte, le prestataire devra, le cas échéant, préciser sur une facture distincte faisant référence au contrat le montant des travaux d'entretien réalisés que le bailleur doit soumettre à l'imposition à la LASM. b. Travaux de démolition partielle 210 Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 10/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Les travaux de démolition partielle d'immeubles qui consistent à alléger les structures existantes (remodelage, écrêtement, creusement de « trous » dans les étages...) peuvent être assimilés à des travaux d'amélioration, de transformation ou d'aménagement des logements locatifs sociaux, dès lors que leur réalisation permet de conserver des logements sociaux réhabilités dans les immeubles concernés. 220 Des travaux consistant à démolir des immeubles de logements sociaux afin, par exemple de les remplacer par des espaces verts, et en toute hypothèse, les démolitions totales d'immeubles non suivies de reconstruction sont exclus du bénéfice de l'imposition de la livraison à soi-même. RES N°2009/16 (FI) du 17 mars 2009 : TVA - Taux - Travaux de démolition partielle des immeubles à usage locatif social en vue de leur réhabilitation. Question : Quel est le taux de TVA applicable aux travaux de démolition partielle des immeubles à usage locatif social, réalisés dans le cadre d'une opération de renouvellement urbain, lorsque les immeubles détruits et construits sont situés sur des emprises foncières distinctes ? Réponse : En application du III de l'article 278 sexies du CGI, les travaux de démolition partielle des immeubles à usage locatif social en vue de leur réhabilitation entrent dans l'assiette de la livraison à soi-même (LASM) soumise au taux réduit de la TVA. Toutefois, demeurent exclus du bénéfice de l'imposition de la LASM, les travaux consistant à démolir des immeubles de logements sociaux afin, par exemple, de les remplacer par des espaces verts, et en toute hypothèse, les démolitions totales d'immeubles non suivies de reconstruction. Cela étant, eu égard aux objectifs poursuivis et aux circonstances particulières entourant les opérations de renouvellement urbain faisant l'objet d'une convention avec l'agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), il est admis que les travaux de démolition soient considérés, sous certaines conditions, comme inclus dans la base d'imposition de la LASM des logements locatifs sociaux créés au titre du projet et remplissant les conditions exposées au a du 1° du 3 du I de l'article 257 du CGI, quand bien même les immeubles détruits et construits seraient situés sur des emprises foncières distinctes. Tel est notamment le cas lorsque les travaux de démolition des logements concernés sont suivis d'une reconstruction pour partie sur le site de la démolition et pour partie sur une emprise foncière distincte de l'emprise foncière démolie ; ou lorsque les travaux de démolition des logements sont suivis de travaux de création d'espaces verts sur le site démoli et les logements sont reconstruits sur un autre site. Dans ces situations, le bénéfice du taux réduit sera conditionné, d'une part, au fait que les démolitions totales d'immeubles soient suivies d'une reconstruction en nombre sensiblement équivalent de logements locatifs sociaux, et d'autre part, à l'identité de maîtrise d'ouvrage de la démolition et de la reconstruction. D. Déroulement des opérations 1. Ouverture du chantier 230 L'imposition de la livraison à soi-même des logements sociaux locatifs au taux réduit de 5,5% ou au taux de 10% est subordonnée à certaines conditions. Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 11/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Ainsi, le bailleur doit remplir, dès le lancement des travaux, les conditions prévues par le IV de l'article 278 sexies du CGI et par l'article 278 sexies A du CGI, notamment pour être autorisé à déduire la TVA afférente aux dépenses nécessaires à la réalisation des travaux immobiliers. Tout d'abord, les logements pour lesquels les travaux sont engagés doivent être affectés à un usage locatif social par une convention conclue entre le préfet et le bailleur qui ouvre droit à l'aide personnalisée au logement prévue aux 3° et 5° de l'article L. 351-2 du CCH. Lorsque les logements locatifs sociaux sont issus de la transformation de locaux antérieurement affectés à un autre usage, l'affectation des locaux à l'usage de logement à caractère social doit être mentionnée dans la convention conclue entre le bailleur et le préfet dès lors que cette affectation réelle n'interviendra dans la pratique qu'après l'achèvement des travaux. 2. Réalisation des travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation, d'aménagement ou d'entretien a. Réalisation des travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement 240 La taxation de la livraison à soi-même ne modifie pas le régime fiscal applicable aux travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement. Par suite, les entreprises doivent toujours soumettre les travaux immobiliers, les prestations de services ou les livraisons de biens qui participent à l'opération de réhabilitation ou de transformation au taux de TVA applicable à l'opération. Il est donc inutile, à ce stade, de rechercher la destination de l'immeuble auquel les travaux se rapportent. b. Réalisation de travaux d'entretien 250 La taxation de la livraison à soi-même ne modifie pas le régime fiscal applicable aux travaux d'entretien. Par suite, les entreprises doivent toujours soumettre au taux de la TVA applicable les prestations de services ou les livraisons de biens qui concourent à l'entretien des immeubles locatifs sociaux. II. Modalités de taxation de la livraison à soi-même 260 L'imposition de la livraison à soi-même permet d'appliquer aux travaux de rénovation éligibles et à l'ensemble des travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement ou d'entretien, le taux réduit de 5,5% ou le taux de 10% lorsque l'immeuble répond aux critères du logement social. A. Base d'imposition 270 Conformément au 6 de l'article 266 du CGI, la taxe exigible sur les livraisons à soi-même s'applique au prix de revient total des travaux (BOI-TVA-IMM-10-20-10 au II-B § 360). 1. Précisions concernant les travaux réalisés par les bailleurs sociaux a. Les rémunérations du personnel salarié 272 Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 12/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 La base d'imposition à la TVA de la LASM des opérations de construction de logements locatifs sociaux inclut, lorsqu'elle est réalisée en régie, les seules rémunérations du personnel du bailleur affecté au suivi des opérations de construction au sein du secteur distinct constitué par l'immeuble dont la LASM est imposable (BOI-TVA-IMM-20-10-10-10). Toutefois, dès lors qu'au regard de la taxe sur les salaires, le personnel qui participe aux opérations de LASM n'est pas affecté de manière permanente et exclusive au secteur constitué par cette livraison, il est admis de ne pas comprendre dans la base d'imposition de la LASM le montant des rémunérations de ces personnels, qui est inclus dans l'assiette de la taxe sur les salaires. Dans les mêmes conditions, la rémunération du personnel salarié de l'organisme bailleur qui participe aux travaux d'amélioration, d'aménagement, de transformation et d'entretien de logements sociaux à usage locatif (travaux en régie) mentionnés au b du 1° du 3 du I de l'article 257 du CGI et qui est incluse dans l'assiette de la taxe sur les salaires ne sera pas comprise dans la base d'imposition de la LASM. b. Les prestations de maitrise d’œuvre ou d'études et les prestations de maintenance des équipements portant sur des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans 275 L'article 278-0 bis A du CGI soumet au taux réduit de 5,5% de la TVA les travaux d'amélioration de la qualité énergétique portant sur des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans, ainsi que sur les travaux induits qui leur sont indissociablement liés. L'article 279-0 bis du CGI soumet au taux de 10% de la TVA les travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement et d'entretien portant sur des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans sous réserve de l'application du taux réduit prévu par l'article 278-0 bis A du CGI. Les travaux relevant du IV de l'article 278 sexies du CGI ou de l'article 278 sexies A du CGI qui répondent respectivement aux conditions d'application de l'article 278-0 bis A du CGI ou de l'article 279-0 bis du CGI bénéficient de l'application directe du taux de 5,5% ou de 10% de la TVA. Sont ainsi directement soumis au taux réduit de la TVA applicable : - les travaux d'entretien, de réparation ou de mises aux normes d'une chaudière, individuelle ou collective, installée dans des locaux éligibles, y compris les pièces et fournitures nécessaires ; - les contrats de maintenance ou d'entretien. Toutefois, s'agissant des contrats portant sur des équipements non mentionnés à l'article 278-0 bis A du CGI, lorsque les contrats portant sur des installations de chauffage collectif ont une clause de "garantie totale" prévoyant le remplacement de tout élément assurant le chauffage, y compris la chaudière elle-même, 20% de la redevance est soumise au taux normal, car réputée correspondre au remplacement de la chaudière dont la fourniture est soumise au taux normal (CGI, art. 279-0 bis et CGI, ann IV, art. 30-00 A). Le bailleur peut toutefois constater une livraison à soi-même, au taux réduit de 5,5 % de la TVA, de cette quote-part de 20 %, selon les disposition du IV de l'article 278 sexies du CGI. Enfin, les prestations de maîtrise d'œuvre sont susceptibles de bénéficier de l'application directe du taux réduit de la TVA applicable à l'opération, dès lors qu'elles se rattachent à des travaux euxmêmes éligibles à ce taux. De même, lorsque les prestations d'études sont suivies de prestations de maîtrise d'œuvre réalisées par un même prestataire, l'ensemble des prestations est considéré, pour l'application du taux de la TVA, comme une opération unique susceptible de bénéficier du taux réduit de la taxe. Seules les prestations d'études considérées isolément doivent toujours être soumises au taux normal. Toutefois, dans les logements sociaux à usage locatif, ces dépenses pourront également faire l'objet d'une LASM dans les conditions habituelles et bénéficier ainsi du taux réduit de la TVA. Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 13/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 2. Travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement 280 Le prix de revient des travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement comprend : - les mémoires des divers entrepreneurs ayant exécuté les travaux concernés ; - les honoraires des architectes, géomètres, métreurs, etc. ; - le prix d'achat des biens ou des services utilisés pour la rénovation, l'amélioration, la transformation ou l'aménagement des logements ; - le coût de la main-d'œuvre utilisée pour réaliser les travaux lorsque les travaux sont effectués par le personnel salarié de l'organisme bailleur (travaux en régie) ; - le cas échéant, la retenue de garantie quand celle-ci est effectivement versée à l'entreprise qui est chargée des travaux. 290 Il est rappelé que l'exigibilité de la TVA due au titre de la retenue de garantie intervient selon les conditions de droit commun (CGI, art. 269, 2) soit normalement en cas de travaux immobiliers lors de l'encaissement effectif par l'entreprise de travaux de la somme représentant la retenue. Le montant de la taxe afférente à la retenue de garantie devenue exigible est déductible par le bailleur selon les conditions de droit commun (toutefois BOI-TVA-IMM-20-10-20-20 au I-B-4 § 100). Le prix de revient doit être déterminé hors taxe sur la valeur ajoutée. Remarque : Le prix d'achat ou de revient des logements réhabilités, notamment lorsque l'opération s'analyse comme une acquisition-amélioration au sens des 3° et 4° de l'article R. 331-1 du CCH n'est pas à retenir dans l'assiette de la livraison à soi-même. 3. Travaux d'entretien 300 Le prix de revient des travaux d'entretien comprend : - les factures des divers entrepreneurs ayant exécuté les travaux d'entretien ; - le prix d'achat des biens ou des services utilisés pour l'entretien des immeubles de logements ; - le coût de la main d'œuvre utilisée pour réaliser les travaux d'entretien lorsque ces derniers sont effectués par le personnel du bailleur. 4. Travaux de démolition partielle 310 Le prix de revient des travaux de démolition partielle comprend : - les factures des divers entrepreneurs ayant exécuté les travaux de démolition ; - le prix d'achat des biens ou des services utilisés pour les travaux de démolition ; - le coût de la main d'œuvre utilisée pour réaliser ces mêmes travaux lorsque ces derniers sont effectués par le personnel du bailleur. B. Taux applicable 320 Le IV de l'article 278 sexies du CGI soumet les livraisons à soi-même de certains travaux de rénovation portant sur des logements locatifs sociaux au taux réduit de la TVA. Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 14/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 L'article 278 sexies A du CGI soumet les livraisons à soi-même de travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement ou d'entretien portant sur des logements sociaux locatifs au taux de 10% lorsque ces travaux ne bénéficient pas du taux réduit en application du IV de l'article 278 sexies du CGI ou de l'article 278-0 bis A du CGI, ni du taux de 10% en application de l'article 279-0 bis du CGI. 330 L'application du taux réduit ou du taux de 10% de la TVA est subordonnée au respect de l'ensemble des conditions posées par l'article 278 sexies du CGI et par l'article 278 sexies A du CGI. Remarque : Le taux de TVA de 5,5% ou de 10% peut être appliqué uniquement au moment de la réalisation de la livraison à soi-même lorsque l'opérateur réalise des opérations taxables à des taux différents. Par exemple, lorsqu'un opérateur réalise des travaux dont certains sont éligibles au taux de TVA de 5,5% en application de l'article 278-0 bis A du CGI et des travaux taxables au taux normal en facturation directe mais éligibles au taux de TVA de 10% par l'intermédiaire de la livraison à soi-même prévue à l'article 278 sexies A du CGI, il pourra se faire délivrer une facture comprenant l'ensemble des travaux taxés au taux normal de la TVA et appliquer les taux réduits correspondant aux travaux éligibles lors de la réalisation de la livraison à soi-même (soit le taux de 5,5% en application des dispositions du IV de l'article 278 sexies du CGI, soit le taux de 10% en application des dispositions de l'article 278 sexies A du CGI). 340 Conformément au III de l'article 284 du CGI, les bailleurs, qui ont imposé la livraison à soi-même de logements sociaux au taux réduit de 5,5% ou au taux de 10%, sont tenus de verser le complément de TVA résultant de la différence entre le taux réduit de 5,5% ou de 10% de la TVA et le taux de 10% ou de 20% lorsque les conditions d'application de ce taux ne sont pas ou plus remplies dans les trois ans qui suivent le fait générateur de l'opération. C. Fait générateur 1. Travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement 350 Conformément aux dispositions du d du 1 de l'article 269 du CGI, le fait générateur de l'imposition est constitué par l'achèvement des travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement (BOI-TVA-IMM-10-20-20 au I-B-1-b § 90). Dans le cas de la réhabilitation d'un groupe d'immeubles, la livraison à soi-même doit être réalisée au fur et à mesure de l'achèvement des travaux portant sur chacun des immeubles. 2. Travaux d'entretien 360 Par dérogation aux dispositions du premier alinéa du d du 1 de l'article 269 du CGI, le fait générateur de la livraison à soi même des travaux d'entretien intervient le dernier jour du trimestre civil au cours duquel ces travaux ont été réalisés (CGI, art. 269, 1-d-al. 2). D. Exigibilité 370 En application du a du 2 de l'article 269 du CGI, la TVA devient exigible lors de la réalisation du fait générateur (BOI-TVA-IMM-10-20-20 au I-B-2 § 110). Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 15/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 E. Déclaration et paiement de la taxe 1. Déclaration et lieu d'imposition 380 Il convient de se référer aux commentaires figurant au BOI-TVA-IMM-10-20-30. 2. Paiement de la taxe a. Principe 390 Conformément à l'article 1692 du CGI, la taxe afférente aux livraisons à soi-même imposées en application du b du 1° du 3 du I de l'article 257 du CGI doit être acquittée lors du dépôt de la déclaration. b. Cas particulier : prorogation de délai du dépôt de la déclaration 400 Les redevables qui se trouveraient empêchés de réunir tous les éléments nécessaires à la détermination de la base d'imposition définitive peuvent adresser une demande de prorogation au directeur régional ou départemental des finances publiques du lieu d'imposition contenant : - l'indication de la date à laquelle les intéressés proposent de reporter le dépôt de leur déclaration de livraison à soi-même ; - des renseignements précis sur les causes qui rendent impossibles l'établissement de cette déclaration avant l'expiration du délai normal de deux ans. Exemple : Si le motif invoqué est le retard apporté par les fournisseurs ou entrepreneurs à produire leurs factures ou mémoires, l'identité de ces derniers doit être mentionnée ainsi que la nature, l'importance et la date des fournitures ou travaux non facturés. 410 Au cas où ces motifs invoqués seraient inexacts, le délai supplémentaire accordé, le cas échéant, se trouverait annulé de plein droit sans préjudice des pénalités encourues de ce fait. En tout état de cause, s'agissant d'une mesure de faveur dérogatoire, l'octroi d'une prolongation de délai peut être subordonnée : - soit à la présentation de garanties ; - soit au versement effectif d'une provision, déterminée d'après les éléments connus. Cette seconde solution implique le dépôt de déclarations n° 941 (CERFA n° 11 114) et n° 943 (CERFA n° 11 116) disponibles en ligne sur le site www.impots.gouv.fr à la rubrique "Recherche de formulaires" et annotées de la mention « provisoire ». 420 Les rectifications affectant tant la TVA déductible au titre des dépenses concourant à la livraison à soi-même, que la base d'imposition de cette opération et la TVA due à ce titre devraient être exceptionnelles. Cela étant, si de telles rectifications devaient être effectuées après le paiement de la TVA due au titre de la livraison à soi-même, les bailleurs devraient introduire auprès du service des impôts une réclamation dans les conditions prévues à l'article R*. 196-1 du Livre des procédures fiscales (LPF). c. Prise en compte des nouveaux redevables 430 Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Page 16/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Les bailleurs sociaux, qui ne sont pas déjà redevables de la TVA au titre d'activités imposables et qui procèdent à des travaux soumis à la livraison à soi-même, doivent se faire connaître des services compétents de la Direction générale des finances publiques afin, notamment, de pouvoir exercer le droit à déduction de la taxe qu'ils supportent au titre de ces travaux. F. Dispositions applicables dans les départements de la Corse et dans les départements d'outre-mer 1. Dispositions applicables dans les départements de la Corse 440 Le taux réduit de 5,5% ou le taux de 10% s'applique aux livraisons à soi-même imposables en application du b du 1° du 3 du I de l'article 257 du CGI de certains travaux de rénovation ou de travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement ou d'entretien qui se rapportent à des immeubles de logements locatifs sociaux situés dans les départements de Corse. 2. Dispositions applicables dans les départements d'outre-mer 450 Les dispositions figurant ci-après s'appliquent dans les départements de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion. a. Travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement 460 Les dispositions relatives aux prêts et aides pour la réhabilitation de logements sociaux mentionnées à l'article R. 331-1 du CCH ne sont pas applicables dans les départements d'outre-mer (CCH, art. R. 331-28 et R. 323-12). 470 Toutefois, ces départements bénéficient d'un dispositif d'aides spécifiques de l'État en faveur de la construction et de la réhabilitation du logement social équivalent aux dispositions applicables en métropole, prévus aux articles R. 372-1 et suivants du CCH. Les aides au logement locatif social sont servies sous la forme : - de prêts locatifs sociaux (prêts LLS et LLTS) consentis selon les modalités fixées aux articles R. 372-20 du CCH à R. 372-24 du CCH ; - d'une subvention visée aux articles R. 372-9 et suivants du CCH. 480 Dès lors, il est admis que la livraison à soi-même de travaux de rénovation, d'amélioration, de transformation ou d'aménagement de logements locatifs sociaux soit soumise à la TVA au taux réduit de l'article 296 du CGI lorsque les conditions suivantes sont réunies : - la rénovation, l'amélioration, la transformation ou l'aménagement sont financés avec l'aide effective de l'État (cf. II-F-2-a § 470) ; - l'opération porte sur des logements faisant l'objet d'une affectation effective à la location à caractère social conformément aux conditions d'octroi des aides de l'État. Il y a lieu de remettre en cause le bénéfice de l'application du taux réduit, conformément aux dispositions du II de l'article 284 du CGI lorsque le bailleur ne respecte pas son engagement d'affecter les logements à la location à caractère social, indépendamment des sanctions qui peuvent être appliquées par ailleurs par le ministre du logement. Identifiant juridique : BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 Date de publication : 15/07/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 17/17 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/2501-PGP.html?identifiant=BOI-TVA-IMM-20-10-20-10-20140715 490 En revanche, les aides à l'accession à la propriété (prêt à taux zéro), subventions accordées au titre des logements évolutifs sociaux (LES et LES autoconstruction), aides au promoteur, subventions pour l'acquisition-amélioration de logements très sociaux (AALTS), prêts conventionnés garantis par le FGAS, aides au logement intermédiaire (PLI-DOM) ou aides à l'amélioration de l'habitat des propriétaires occupants (AH) n'ouvrent pas droit à l'imposition de la livraison à soi-même au taux réduit. b. Travaux d'entretien 500 La livraison à soi-même de travaux d'entretien de logements locatifs sociaux est soumise à la TVA au taux réduit de l'article 296 du CGI lorsque les conditions suivantes sont remplies : - la construction, l'amélioration, la transformation ou l'aménagement des logements ont été financés avec l'aide effective de l'État (cf. II-F-2-a § 470) ; - les travaux d'entretien portent sur des immeubles de logements qui font l'objet d'une affectation effective à la location à caractère social conformément aux conditions d'octroi des aides de l'État. Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-ANNX-000208-20140919 Page 1/4 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1735-PGP.html?identifiant=BOI-ANNX-000208-20140919 Date de publication : 19/09/2014 DGFIP autres annexes ANNEXE -TVA - Taux applicables aux travaux extérieurs et assimilés (cours d’immeubles, terrasses, vérandas, espaces verts) Précision liminaire : dans tous les cas visés, le taux réduit n’est susceptible de s’appliquer que si les travaux sont liés à des locaux d’habitation achevés depuis plus de deux ans et pour autant que les autres conditions d’application du taux réduit sont réunies. Remarque : est considérée comme une terrasse l'ouvrage maçonné attenant à une habitation qui, en assurant la stabilisation du sol, permet l'utilisation de la surface maçonnée ainsi créée. Ne constitue pas une terrasse (le régime applicable est celui des espaces verts) : - une simple levée de terre formant plate-forme, même soutenue par de la maçonnerie ; - un espace arboré , même s’il est surélevé par rapport au reste du jardin ; - une zone non bâtie recouverte de matériaux qui peuvent être enlevés (pavés, dalles, cailloux, gravillons etc.). Equipements concernés Taux applicable Observations Balcons, loggias, terrasses, vérandas, cours d'immeubles et emplacements de parking non couverts : - réfection du revêtement, - pose d'un muret de protection, - travaux d'étanchéité ou d'isolation sur l'ossature ou l'enveloppe des vérandas (toit, parois verticales), - remplacement des fermetures existantes (vérandas), Taux réduit Les ouvrages concernés doivent être achevés depuis plus de deux ans. Les auvents, marquises en verre, plastique ou autres matériaux rigides, quelle que soit l'ouverture qu'ils sont destinés à abriter, sont soumis au taux réduit lorsqu'ils sont fixés au mur. Identifiant juridique : BOI-ANNX-000208-20140919 Date de publication : 19/09/2014 Page 2/4 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1735-PGP.html?identifiant=BOI-ANNX-000208-20140919 - pose d'auvents, marquises en verre, plastique ou autres matériaux rigides. - travaux d'installation d'une véranda. Taux réduit Le taux réduit s'applique si les travaux conduisent, d'une part, à une augmentation de la surface de plancher n'excédant pas 9 m2 et, d'autre part, à une augmentation de la surface de plancher de la construction inférieure ou égale à 10 % (BOI-TVA-LIQ-30-20-90-30 au II-B § 360 et au II-B § 380) Taux réduit Le taux réduit s'applique si les travaux conduisent à une augmentation de la surface de plancher de la construction inférieure ou égale à 10 % (BOITVA-LIQ-30-20-90-30 au II-B § 360 ) - fermeture d'un balcon ou d'une loggia. Taux normal Le taux normal s'applique si les travaux conduisent à une augmentation de la surface de plancher de la construction supérieure à 10 %. En application des précisions apportées au BOI-TVALIQ-30-20-90-30 au II-B § 390 les travaux éventuellement réalisés dans les volumes préexistants peuvent relever le cas échéant du taux réduit. - aménagement des combles sans surélévation, création de chienassis. Taux réduit Le taux réduit s'applique si les travaux conduisent à une augmentation de la surface de plancher de la construction inférieure ou égale à 10 % (BOITVA-LIQ-30-20-90-30 au II-B § 360). Il est précisé que les volumes isolés préexistants (cas par exemple des combles encombrés par des fermettes) sont réputés aménageables (BOITVA-LIQ-30-20-90-30 au II-B § 390). Voies d'accès principales à la maison d'habitation : - travaux afférents au tracé et à l'aménagement de ces voies, Taux réduit Les travaux d'abaissement d'une bordure de trottoir, effectués sur le domaine public, relèvent du taux réduit lorsqu'ils sont facturés au propriétaire de la maison. Identifiant juridique : BOI-ANNX-000208-20140919 Date de publication : 19/09/2014 Page 3/4 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1735-PGP.html?identifiant=BOI-ANNX-000208-20140919 - travaux de revêtement : enrobage, dallage et pavage de ces voies, - travaux d'abaissement d'une bordure de trottoir permettant d'emprunter la voie d'accès au garage d'une habitation, - travaux d'installation de bordures le long des voies d'accès, - travaux d'installation de caniveaux, - travaux d'éclairage de l'allée, - travaux de construction de marches lorsque l'allée est en pente. Travaux de clôture : - travaux d'édification de mur de clôture, - travaux de réparation de mur de clôture, - travaux de pose d'un portail. Taux réduit Les travaux portant sur le mur de clôture d'un terrain ou d'un jardin entourant une maison d'habitation sont éligibles au taux réduit quel que soit le type de clôture, à l'exception des haies vives. Ces travaux sont éligibles même si l'acquisition du terrain est intervenue il y a moins de deux ans, pour autant que la maison ait elle-même été édifiée depuis plus de deux ans. Travaux sur espaces verts : • travaux afférents aux constructions de jardin (serre, abri de jardin...) Taux normal Ces constructions ne peuvent pas être considérées comme des dépendances usuelles d'un logement. Est sans incidence à cet égard le fait que la construction de ces ouvrages soit, le cas échéant, soumise aux formalités de permis de construire. Les travaux d'aménagement en salon ou en véranda d'une serre attenante à une maison d'habitation relèvent cependant du taux réduit. - travaux d'installation et d'entretien d'équipements sportifs et de détente : • piscine, spa, • court de tennis, agrès, aire de jeux... Taux normal Ces travaux sont exclus du taux réduit qu'ils soient effectués à l'intérieur ou à l'extérieur d'une habitation. Les travaux de sécurisation des piscines privées, comme par exemple la pose et la fourniture de barrières autour de celles-ci, relèvent du taux normal de la TVA, dès lors que ces équipements Identifiant juridique : BOI-ANNX-000208-20140919 Date de publication : 19/09/2014 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 4/4 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/1735-PGP.html?identifiant=BOI-ANNX-000208-20140919 sont incorporés à des installations exclues du taux réduit. - travaux de pose d'éléments de décoration dans les espaces verts : • treillage, pergola, fontaine, bassin... • jardinières, croisillons en plastique ou en bois posés sur les murs extérieurs de logements... • travaux d'éclairage des masses végétales. Taux normal Ces travaux sont soumis au taux normal même si les éléments de décoration sont maçonnés. Commentaire(s) renvoyant à ce document : TVA - Taux réduits - Travaux (autres que de construction ou de reconstruction) portant sur des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans - Opérations concernées TVA – Liquidation - Taux réduits - Travaux (autres que de construction ou de reconstruction) portant sur des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans - Opérations particulières TVA - Prestations de services imposables au taux réduit - Travaux (autres que de construction ou de reconstruction) portant sur des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans - Modalités d'application TVA - Opérations concourant à la production ou à la livraison d'immeubles - Règles générales applicables aux opérations immobilières - Champ d'application - Livraisons d'immeubles réalisées par un assujetti agissant en tant que tel - Livraisons d'immeubles imposables de plein droit Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Page 1/8 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5868-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 DGFIP IR - Réductions d'impôt accordées au titre des dons faits par les particuliers - Dépenses ouvrant droit à réduction d'impôt Positionnement du document dans le plan : IR - Impôt sur le revenu Réductions et crédits d'impôt Titre 25 : Dons faits par les particuliers Chapitre 2 : Dépenses ouvrant droit à réduction d'impôt Sommaire : I. Versements de sommes d'argent II. Dons en nature III. Versements de cotisations A. Principes B. Notion de contrepartie C. Contreparties institutionnelles ou symboliques D. Contreparties prenant la forme d’un bien ou d’une prestation de services E. Solutions 1. Associations d'anciens élèves des grandes écoles 2. Associations familiales créées pour venir en aide à l'enseignement libre IV. Abandon de revenus ou de produits A. Nature des revenus ou produits visés B. Imposition des revenus abandonnés C. Conditions d'éligibilité à la réduction d'impôt accordée au titre des dons V. Prise en compte des frais engagés par les bénévoles A. Les frais doivent être engagés 1. dans le cadre d'une activité bénévole 2. en vue strictement de l'objet social d'une œuvre ou d'un organisme d'intérêt général 3. en l'absence de toute contrepartie pour le bénévole B. Les frais doivent être dûment justifiés C. Le contribuable doit renoncer expressément au remboursement des frais engagés dans le cadre de son activité bénévole Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 2/8 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5868-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-250-20-20120912 1 Les versements doivent être effectués à une œuvre ou un organisme et peuvent revêtir la forme de dons, en espèces ou en nature, mais également de cotisations. Par ailleurs, il n'est pas indispensable que les fonds soient remis directement à l'œuvre ou à l'organisme bénéficiaire. Ils peuvent être versés à un organisme collecteur, par exemple à un journal ayant lancé une souscription en faveur d'une œuvre répondant à la définition légale. Ouvrent également droit, sous certaines conditions, les abandons de revenus ou de produits, ainsi que les frais qu'engagent les bénévoles dans l'exercice de leur activité associative en renonçant à leur remboursement. I. Versements de sommes d'argent 10 Les versements à prendre en compte pour le calcul de la réduction d'impôt sur le revenu s'entendent des sommes d'argent versées par le donateur, notamment en numéraire. 20 Lorsque le paiement intervient par chèque, la date à retenir est celle de remise du chèque lorsque celle-ci est effectuée directement au donataire même s'il ne le porte pas immédiatement au crédit de son compte bancaire (CE, arrêt du 25 novembre 1968 n° 71227, RJCD, p. 351 et arrêts du 3 avril 1981, n° 18320 et 18321), ou la date de réception de la lettre si le chèque est adressé par courrier (CE, arrêt du 21 juillet 1972, n° 78895). 30 Lorsque le paiement intervient par virement, prélèvement, ou carte bancaire, la date à retenir est celle de l'inscription de la somme au crédit du compte du donataire. II. Dons en nature 40 Ouvrent également droit à la réduction d'impôt les dons en nature. Il s'agit par exemple de la remise d'œuvre d'art ou de tout autre objet de collection présentant un intérêt artistique ou historique. Dans ce cas, la valeur du don est déterminée lors de sa remise au donataire qui doit vérifier si l'évaluation du donateur correspond à la valeur réelle de l'objet en cause. 50 Constitue un don en nature la remise d'une œuvre d'art dès lors qu'il y a un transfert de propriété du donateur ou donataire. III. Versements de cotisations A. Principes 60 Le règlement de cotisations donne aux membres d’une association un certain nombre de droits qui sont précisés dans ses statuts. Elle donne fréquemment lieu, en outre, à diverses contreparties symboliques ou matérielles. De même, et de plus en plus fréquemment, les donateurs d’une association ou d’une fondation se voient remercier de leur geste par différents témoignages de gratitude. Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 3/8 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5868-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Or, que le versement soit qualifié de don ou de cotisation, le bénéfice de la réduction d’impôt n’est accordé qu’à la condition que ce versement procède d’une intention libérale, c’est-à-dire qu’il soit consenti à titre gratuit, sans contrepartie directe ou indirecte au profit de la personne qui l’effectue. B. Notion de contrepartie 70 L’existence d’une telle contrepartie s’apprécie en fonction de la nature des avantages éventuellement accordés à l’adhérent ou au donateur. Doivent être distingués les avantages au contenu purement institutionnel ou symbolique, d’une part, et les contreparties tangibles, sous forme de remise de biens ou de prestations de services, d’autre part. C. Contreparties institutionnelles ou symboliques 80 Ces avantages correspondent tout d’abord à des prérogatives attachées à la qualité proprement dite de membre de l’association (droit de vote à ses assemblées générales, éligibilité à son conseil d’administration...). Mais il peut s’agir également d’avantages qui trouvent leur source dans la volonté de distinguer un membre ou un donateur particulier de l’association en lui conférant un titre honorifique (membre bienfaiteur par exemple) ou en lui rendant symboliquement hommage pour son dévouement à l'œuvre. Il est admis qu’aucun de ces avantages ne constitue une contrepartie réelle au versement. La simple attribution de tels avantages ne saurait par conséquent priver les adhérents ni les donateurs du bénéfice de la réduction d’impôt à raison de leurs versements. D. Contreparties prenant la forme d’un bien ou d’une prestation de services 90 Sans qu’il soit possible de fournir une énumération exhaustive des contreparties de cette nature, sont notamment visés : la remise de divers objets matériels, l’octroi d’avantages financiers ou commerciaux, le service d’une revue, la mise à disposition d’équipements ou installations de manière exclusive ou préférentielle, l’accès privilégié à des conseils, fichiers ou informations de toute nature... Dès lors que les adhérents ou donateurs bénéficient d’une telle contrepartie, les versements qu’ils effectuent sont en principe exclus du champ d’application de la réduction d’impôt. Par dérogation à ce principe, il est toutefois admis que la remise de menus biens tels qu’insignes, timbres décoratifs, étiquettes personnalisées, affiches, épinglettes, cartes de vœux, etc. ne remette pas en cause l'éligibilité des versements au bénéfice de l’avantage fiscal lorsque les biens remis par l’organisme à chaque adhérent ou donateur au cours d’une même année civile ont une valeur totale faible (au maximum de l’ordre de 65 euros), et qui présente une disproportion marquée avec le montant de la cotisation ou du don versé. Une telle disproportion sera caractérisée par l’existence d’un rapport de 1 à 4 entre la valeur du bien et le montant du don ou de la cotisation. Le montant de 65 euros est fixé dans les mêmes proportions que le montant fixé en matière de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) prévu par les articles 23 N et 28-00 A de l'annexe IV au code général des impôts (CGI). Ainsi, pour une cotisation ou un don de 65 euros, la remise d’un bien dont la valeur (la valeur du bien s’apprécie par référence à son prix de revient toutes taxes comprises pour l’organisme) n’excède pas 16 euros n'est pas de nature à remettre en cause l'éligibilité du versement au bénéfice de l’avantage fiscal. En revanche, pour une cotisation ou un don de 300 euros, la valeur des biens remis ne doit pas excéder un montant d’environ 65 euros. Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 4/8 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5868-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Ce montant fait l'objet d'une réévaluation dans les mêmes conditions que celles applicables en matière de TVA. 100 De même, l’envoi de publications, bulletins d’information ou documents divers ne doit pas être assimilé à une contrepartie de nature à priver les adhérents ou donateurs du bénéfice de la réduction d’impôt lorsque l’édition et la diffusion de ces publications ne constituent pas pour l’organisme une activité lucrative, au sens donné à cette expression par le BOI-IS-CHAMP-50-50. Il en sera ainsi indépendamment de la situation de la publication de l’organisme au regard du régime spécifique de la presse en matière de taxe sur la valeur ajoutée). Enfin, l’accès à des prestations de services ne sera pas considéré comme une contrepartie susceptible de faire obstacle à l’octroi de l’avantage fiscal dès lors que ce service est offert, en droit comme en fait, à l’ensemble du public susceptible d’en bénéficier, sans considération de la qualité de cotisant ou de donateur du demandeur. E. Solutions 1. Associations d'anciens élèves des grandes écoles 110 Les associations d’élèves ou d’anciens élèves font fréquemment bénéficier leurs membres de services ou d’avantages comme par exemple l’édition d’annuaires et de revues, la mise à disposition de laboratoires de langue ou d’un service de placement des élèves ou encore l’organisation à prix préférentiels de voyages,spectacles ou loisirs, qui constituent des contreparties ne permettant pas de considérer comme désintéressés les versements réalisés en leur faveur. Les cotisations versées par leurs membres ne doivent donc pas être considérées comme des versements ouvrant droit au bénéfice des dispositions de l'article 200 du code général des impôts. 2. Associations familiales créées pour venir en aide à l'enseignement libre 120 La réduction peut être admise pour des sommes versées aux associations familiales créées pour venir en aide à l'enseignement libre ; en revanche, les frais de scolarité payés par les parents des élèves n'ouvrent pas droit à la réduction d'impôt. IV. Abandon de revenus ou de produits A. Nature des revenus ou produits visés 130 Il s'agit de tous les revenus ou produits auxquels les contribuables décident de renoncer au profit d'organismes d'intérêt général présentant un des caractères mentionnés à l'article 200 du code général des impôts (CGI). Ces sommes peuvent correspondre notamment à la non perception de loyers (prêts de locaux à titre gratuit), à l'abandon de droits d'auteur ou de produits de placements solidaires ou caritatifs (OPCVM ou produits d'épargne bancaire comprenant principalement les fonds de partage caritatifs ayant fait l'objet d'un agrément par l'Autorité des marchés financiers). Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 5/8 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5868-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-250-20-20120912 B. Imposition des revenus abandonnés 140 Quel que soit sa nature, l'abandon d'un revenu ou d'un produit à un tiers suppose, par construction, que le donateur en ait eu la disposition préalable. Lorsque ces revenus ou produits sont imposables à l'impôt sur le revenu, ils y sont assujettis dans les conditions de droit commun. Ainsi, les produits attachés aux parts ou actions d'OPCVM ou aux comptes d'épargne caritatifs sont soumis à l'impôt au nom du titulaire de ces actions, parts ou comptes selon les règles de droit commun applicables aux revenus qu'ils procurent (intérêts, dividendes, plus-values...), y compris pour la partie abandonnée à un tiers. Dans tous les cas, les produits abandonnés, au même titre que ceux mis en paiement, doivent faire l'objet d'une déclaration de la part de l'établissement gestionnaire du compte, conformément aux dispositions de l'article 242 ter du code général des impôts. Exemple : un artiste fiscalement domicilié en France qui dispose d'une œuvre et la remet à la Société des artistes français tout en en restant propriétaire, à charge pour celle-ci de la vendre et d'en reverser le prix de vente à un organisme de spectacles vivants éligible au dispositif du mécénat, consent un versement sous la forme d'un abandon de revenus. L'artiste pourra donc bénéficier, à hauteur de ses revenus abandonnés, de la réduction d'impôt de 66 %, dans la limite d'un plafond égal à 20 % de son revenu imposable, en application de l'article 200 du CGI. 150 Il est précisé que, lorsqu'elle donne lieu à un contrat de location, la mise à disposition à titre gratuit d'un local, qu'il soit ou non à usage d'habitation, au profit d'un tiers s'analyse comme l'abandon d'un revenu équivalent au loyer que le propriétaire renonce à percevoir. Ainsi, lorsque cet abandon de revenu est consenti au profit d'un organisme d'intérêt général, il a le caractère d'un don en nature ouvrant droit à l'avantage fiscal. Le loyer que le propriétaire renonce à percevoir demeure en tout état de cause soumis à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des revenus fonciers. Lorsque le propriétaire met gratuitement un logement à la disposition d'un tiers sans y être tenu par un contrat de location, le propriétaire est alors considéré comme se réservant la jouissance de ce logement et est donc non imposé (cf. BOI-RFPI-CHAMP-20-20 -1-C-I). Dans cette situation, la mise à disposition gratuite ne présente pas le caractère d'un don en nature ouvrant droit à l'avantage fiscal. C. Conditions d'éligibilité à la réduction d'impôt accordée au titre des dons 160 Les revenus ou produits concernés (produits d'OPCVM ou de comptes d'épargne, loyers non perçus...) doivent être abandonnés au profit : - d'œuvres ou d'organismes d'intérêt général présentant un des caractères énoncés au b du 1 de l'article 200 du code général des impôts ; - de fondations ou associations reconnues d'utilité publique répondant aux mêmes conditions ; - d'établissements d'enseignement supérieur ou d'enseignement artistique, publics ou privés, à but non lucratif ; - d'organismes agréés par le ministre chargé du budget et ayant pour objet exclusif de participer, par le versement d'aides financières, à la création d'entreprises ; - d'associations cultuelles et de bienfaisance, ainsi que des établissements publics des cultes reconnus d'Alsace-Moselle ; Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 6/8 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5868-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-250-20-20120912 - d'une association de financement électorale ou d'un mandataire financier visé à l'article L 52-4 du code électoral. L'abandon de produits ou revenus au profit de l'un de ces organismes ouvre droit à une réduction d'impôt égale à 66 % de son montant retenu dans la limite de 20 % du revenu imposable. Pour l'appréciation de ce plafond, il convient de tenir compte de l'ensemble des versements effectués par le contribuable (dons et abandons de produits ou revenus). Le taux de la réduction d'impôt est porté à 75 %, dans la limite d'un plafond de versement fixé chaque année, lorsque l'œuvre ou l'organisme a pour objet de venir en aide aux personnes en difficulté. V. Prise en compte des frais engagés par les bénévoles 170 Les bénévoles peuvent, sous certaines conditions, bénéficier de la réduction d'impôt afférente aux dons, pour les frais qu'ils engagent personnellement dans le cadre de leur activité associative. Les frais supportés par les bénévoles dans le cadre de leur activité lorsqu'elle est effectuée strictement pour la réalisation de l'objet social de l'organisme, peuvent soit être remboursés par celui-ci, soit bénéficier de la réduction d'impôt relative aux dons à condition que le bénévole justifie de la nature et du montant des frais ainsi supportés et renonce expressément à leur remboursement. L'organisme est alors tenu de conserver dans sa comptabilité les justifications de frais et la déclaration de renonciation au remboursement de ses frais par le bénévole. Lorsque le bénévole renonce à percevoir le remboursement des frais qu'il a engagés au titre de son activité dans l'association et qu'il effectue d'autres versements ouvrant droit à l'avantage fiscal (dons ou abandons de revenus), il est fait masse de l'ensemble de ces sommes pour l'appréciation du plafond de versements (cf. BOI-IR-RICI-250-30). A. Les frais doivent être engagés 1. dans le cadre d'une activité bénévole 180 Le bénévolat se caractérise par la participation à l'animation et au fonctionnement de l'association sans contrepartie ni aucune rémunération sous quelque forme que ce soit, en espèces ou en nature hormis, éventuellement, le remboursement, pour leur montant réel et justifié, des dépenses engagées par les bénévoles dans le cadre de leur activité associative. Les frais engagés par les bénévoles au titre d'une activité effectuée au profit des organismes de spectacles vivants ou cinématographiques ou d'organisation d'expositions d'art contemporain entrent dans les conditions d'application. 2. en vue strictement de l'objet social d'une œuvre ou d'un organisme d'intérêt général 190 Seuls les frais engagés pour participer à des activités entrant strictement dans le cadre de l'objet de l'association sont susceptibles d'ouvrir droit à l'avantage fiscal. Les frais doivent être engagés par des personnes exerçant une activité bénévole, telle que définie ci-dessus, au profit : - d'œuvres ou d'organismes d'intérêt général présentant un des caractères énoncés au b du 1 de l'article 200 du code général des impôts ; - de fondations ou associations reconnues d'utilité publique répondant aux mêmes conditions ; Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Page 7/8 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5868-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-250-20-20120912 - d'établissements d'enseignement supérieur ou d'enseignement artistique, publics ou privés, à but non lucratif ; - d'organismes agréés par le ministre chargé du budget et ayant pour objet exclusif de participer, par le versement d'aides financières, à la création d'entreprises ; - d'associations cultuelles et de bienfaisance, ainsi que des établissements publics des cultes reconnus d'Alsace-Moselle. 3. en l'absence de toute contrepartie pour le bénévole 200 Le bénévole ne doit retirer de son activité aucune contrepartie telle que cette notion a été définie (cf. n° 70 à 90). B. Les frais doivent être dûment justifiés 210 Pour ouvrir droit à la réduction d'impôt, les frais doivent correspondre à des dépenses réellement engagées dans le cadre d'une activité exercée en vue strictement de la réalisation de l'objet social de l'organisme et être dûment justifiées (billets de train, factures correspondant à l'achat de biens ou au paiement de prestation de services acquitté par le bénévole pour le compte de l'association, détail du nombre de kilomètres parcourus avec son véhicule personnel pour exercer son activité de bénévole, notes d'essence,...). Chaque pièce justificative doit mentionner précisément l'objet de la dépense ou du déplacement. 220 A titre de règle pratique, Il est admis que les frais de véhicule automobile, vélomoteur, scooter ou moto, dont le contribuable est propriétaire, soient évalués forfaitairement en fonction d’un barème kilométrique spécifique aux bénévoles des associations, sous réserve de la justification de la réalité, du nombre et de l’importance des déplacements réalisés pour les besoins de l’association. Le barème comporte deux tarifs : l’un applicable aux véhicules automobiles et l’autre aux vélomoteurs, scooters et motos, dont les montants sont revalorisés tous les ans dans la même proportion que l’évolution de l’indice des prix hors tabacs. Barème kilométrique applicable aux véhicules automobiles et autres dont les montants sont revalorisés annuellement dans la même proportion que l’évolution de l’indice des prix hors tabacs. Type de véhicule Montant (en euros) autorisé par kilomètre En 2009 En 2010 En 2011 - véhicules automobiles 0,299 0,304 0,304 - vélomoteurs, scooters, motos 0,116 0,118 0,118 230 Ce barème s'applique indépendamment de la puissance fiscale du véhicule automobile ou de la cylindrée des vélomoteurs, scooters ou motos, du type de carburant utilisé et du kilométrage parcouru à raison de l'activité bénévole. Il est rappelé que ces dispositions ne constituent qu'une mesure pratique dont peuvent user les personnes qui ne sont pas en mesure de justifier du montant effectif des dépenses afférentes à l'utilisation de leur véhicule dans l'exercice de leur activité bénévole et qu'elle ne les dispense en aucun cas d'apporter la preuve auprès de l'association de la réalité et du nombre de kilomètres parcourus à cette occasion. Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-20-20120912 Date de publication : 12/09/2012 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Bézard, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 8/8 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5868-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-250-20-20120912 C. Le contribuable doit renoncer expressément au remboursement des frais engagés dans le cadre de son activité bénévole 240 L'abandon du remboursement des frais engagés doit donner lieu à une déclaration expresse de la part du bénévole. Cette renonciation peut prendre la forme d'une mention explicite rédigée par le bénévole sur la note de frais telle que : « Je soussigné (nom et prénom de l'intéressé) certifie renoncer au remboursement des frais ci-dessus et les laisser à l'association en tant que don ». L'organisme doit conserver à l'appui de ses comptes la déclaration d'abandon ainsi que les pièces justificatives correspondant aux frais engagés par le bénévole. Formulaire obligatoire (article 40 A de l’annexe III au Code général des impôts) (1) Lorsque le nombre d’associés excède le nombre de lignes de l’imprimé, utiliser un ou plusieurs tableaux supplémentaires. Dans ce cas, il convient de numéroter chaque tableau en haut et à gauche de la case prévue à cet effet et de porter le nombre total de tableaux souscrits en bas à droite de cette même case. (2) Indiquer : M pour Monsieur, Mme pour Madame ou Mle pour Mademoiselle. N° 2035 - F – IMPRIMERIE NATIONALE – 2015 01 53534 ND – Février 2015 – 145 777 EXEMPLAIRE DESTINÉ À L’ADMINISTRATION N° 11701 Q 15 Si ce formulaire est déposé sans informations, cocher la case néant ci-contre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N° 2035-F 2015 (1) COMPOSITION DU CAPITAL SOCIAL (liste des personnes ou groupements de personnes de droit ou de fait détenant directement au moins 10 % du capital de la société) N° DE DÉPÔT EXERCICE CLOS LE N° SIRET DÉNOMINATION DE L’ENTREPRISE ADRESSE (voie) CODE POSTAL VILLE NOMBRE TOTAL D’ASSOCIÉS OU ACTIONNAIRES PERSONNES MORALES DE L’ENTREPRISE NOMBRE TOTAL DE PARTS OU D‘ACTIONS CORRESPONDANTES NOMBRE TOTAL D’ASSOCIÉS OU ACTIONNAIRES PERSONNES PHYSIQUES DE L’ENTREPRISE NOMBRE TOTAL DE PARTS OU D‘ACTIONS CORRESPONDANTES I. CAPITAL DÉTENU PAR LES PERSONNES MORALES : Forme juridique Dénomination N° SIREN (si société établie en France) % de détention Nb de parts ou actions Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Forme juridique Dénomination N° SIREN (si société établie en France) % de détention Nb de parts ou actions Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Forme juridique Dénomination N° SIREN (si société établie en France) % de détention Nb de parts ou actions Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Forme juridique Dénomination N° SIREN (si société établie en France) % de détention Nb de parts ou actions Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays II. CAPITAL DÉTENU PAR LES PERSONNES PHYSIQUES : Titre (2) Nom patronymique Prénom(s) Nom marital % de détention Nb de parts ou actions Naissance : Date N° Département Commune Pays Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Titre (2) Nom patronymique Prénom(s) Nom marital % de détention Nb de parts ou actions Naissance : Date N° Département Commune Pays Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Titre (2) Nom patronymique Prénom(s) Nom marital % de détention Nb de parts ou actions Naissance : Date N° Département Commune Pays Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays 145777_BAT_2035-F_220x305 23/12/2014 13:46 Page1 COMPOSITION DU CAPITAL SOCIAL (liste des personnes ou groupements de personnes de droit ou de fait détenant directement au moins 10 % du capital de la société) N° DE DÉPÔT EXERCICE CLOS LE N° SIRET DÉNOMINATION DE L’ENTREPRISE ADRESSE (voie) CODE POSTAL VILLE Formulaire obligatoire (article 40 A de l’annexe III au Code général des impôts) (1) Lorsque le nombre d’associés excède le nombre de lignes de l’imprimé, utiliser un ou plusieurs tableaux supplémentaires. Dans ce cas, il convient de numéroter chaque tableau en haut et à gauche de la case prévue à cet effet et de porter le nombre total de tableaux souscrits en bas à droite de cette même case. (2) Indiquer : M pour Monsieur, Mme pour Madame ou Mle pour Mademoiselle. N° 2035 - F – IMPRIMERIE NATIONALE – 2015 01 53534 ND – Février 2015 – 145 777 EXEMPLAIRE À CONSERVER PAR LE DÉCLARANT N° 11701 Q 15 Si ce formulaire est déposé sans informations, cocher la case néant ci-contre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N° 2035-F 2015 (1) NOMBRE TOTAL D’ASSOCIÉS OU ACTIONNAIRES PERSONNES MORALES DE L’ENTREPRISE NOMBRE TOTAL DE PARTS OU D‘ACTIONS CORRESPONDANTES NOMBRE TOTAL D’ASSOCIÉS OU ACTIONNAIRES PERSONNES PHYSIQUES DE L’ENTREPRISE NOMBRE TOTAL DE PARTS OU D‘ACTIONS CORRESPONDANTES I. CAPITAL DÉTENU PAR LES PERSONNES MORALES : Forme juridique Dénomination N° SIREN (si société établie en France) % de détention Nb de parts ou actions Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Forme juridique Dénomination N° SIREN (si société établie en France) % de détention Nb de parts ou actions Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Forme juridique Dénomination N° SIREN (si société établie en France) % de détention Nb de parts ou actions Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Forme juridique Dénomination N° SIREN (si société établie en France) % de détention Nb de parts ou actions Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays II. CAPITAL DÉTENU PAR LES PERSONNES PHYSIQUES : Titre (2) Nom patronymique Prénom(s) Nom marital % de détention Nb de parts ou actions Naissance : Date N° Département Commune Pays Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Titre (2) Nom patronymique Prénom(s) Nom marital % de détention Nb de parts ou actions Naissance : Date N° Département Commune Pays Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays Titre (2) Nom patronymique Prénom(s) Nom marital % de détention Nb de parts ou actions Naissance : Date N° Département Commune Pays Adresse : N° Voie Code postal Commune Pays 145777_BAT_2035-F_220x305 23/12/2014 13:46 Page2 Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 Page 1/5 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/3311-PGP.html?identifiant=BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 Date de publication : 19/03/2015 DGFIP ENR - Mutations de propriété à titre onéreux d'immeubles - Mutations autres que les échanges - Régime de droit commun Positionnement du document dans le plan : ENR - Enregistrement Mutations de propriété à titre onéreux d'immeubles Titre 1 : Mutations autres que les échanges Chapitre 2 : Régime de droit commun Sommaire : I. Impositions exigibles A. Droits perçus au profit des départements 1. Tarif de droit commun 2. Mode de fixation des taux B. Taxe additionnelle perçue au profit des communes 1. Principe 2. Exceptions C. Frais d'assiette et de recouvrement perçus au profit de l'État II. Incidence de la situation géographique des biens A. Immeubles situés dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle B. Immeubles situés dans les départements d'outre-mer C. Immeubles situés à l'étranger 1 Les mutations de propriété à titre onéreux d'immeubles ou de droits immobiliers (usufruit, nuepropriété, servitudes foncières, emphytéose, etc.) sont soumises à des droits d'enregistrement ou à une taxe de publicité foncière recouvrés pour le compte du département de la situation de l'immeuble auquel s'ajoute des impositions additionnelles. Identifiant juridique : BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 Date de publication : 19/03/2015 Page 2/5 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/3311-PGP.html?identifiant=BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 I. Impositions exigibles A. Droits perçus au profit des départements 10 Que les mutations soient soumises ou non à la TVA, les actes constatant des mutations d'immeubles à titre onéreux donnent lieu en principe à la formalité fusionnée de l'enregistrement et de la publicité foncière dans le mois de leur date conformément à l'article 647 du code général des impôts (CGI) ou, pour les actes ne contenant pas de dispositions soumises à publicité foncière, à la formalité de l'enregistrement dans un délai d'un mois à compter de leur date conformément à l'article 635 du CGI. 20 En application de l'article 683 du CGI, et sous réserve de divers régimes d'exonération, les actes soumis à cette formalité unique sont soumis à une taxe de publicité foncière ou à un droit d'enregistrement perçu au profit du département. Remarque : Pour les actes mixtes, c'est-à-dire pour les actes qui comportent à la fois des dispositions soumises à la publicité foncière et d'autres qui ne le sont pas, la formalité unique est applicable. 30 Dans les cas où ils sont exclus de la formalité unique (décisions judiciaires, actes pour lesquels il est impossible de procéder à la formalité unique), ces actes donnent lieu distinctement à la formalité de l'enregistrement et éventuellement à celle de la publicité foncière. Conformément aux dispositions de l'article 681 du CGI, le droit de mutation est exigible lors de la formalité de l'enregistrement, au taux prévu pour la taxe de publicité foncière applicable aux actes de même nature faisant l'objet de la formalité unique. Mais aucune taxe n'est réclamée au moment de la publication au fichier immobilier (CGI, art. 665). 40 Lorsque, contrairement aux dispositions de l'article 4 du décret n° 55-22 du 4 janvier 1955 portant réforme de la publicité foncière, qui prévoient que tout acte soumis à publicité foncière doit être dressé en la forme authentique, un acte constatant une mutation à titre onéreux d'immeubles a été établi sous seing privé, la formalité unique n'est pas susceptible d'être accomplie, ni la taxe de publicité foncière perçue. Il est fait, en outre, défense aux comptables de la Direction générale des finances publiques (DGFiP) d'enregistrer un tel acte (CGI, art. 660). Les droits d'enregistrement au taux prévu en matière de taxe de publicité foncière n'en demeurent pas moins exigibles sur l'acte dont la validité entre les parties reste entière. 50 Lorsque, exceptionnellement, elles ne sont pas constatées par un acte, les mutations à titre onéreux d'immeubles ou de droits immobiliers, qui ne sont pas susceptibles en pareille hypothèse d'être publiées, n'en doivent pas moins être déclarées au service des impôts et soumises aux droits d'enregistrement (CGI, art. 638 et CGI, art. 662). Ces droits sont perçus selon le tarif prévu en ce qui concerne les opérations de même nature donnant lieu au paiement de la taxe de publicité foncière (CGI, art. 682). 1. Tarif de droit commun 60 Les tarifs des droits d’enregistrement ou de la taxe de publicité foncière exigibles sur les mutations à titre onéreux d’immeubles ont été profondément modifiés par l’article 39 de la loi n° 98-1266 du 30 décembre 1998 de finances pour 1999. Identifiant juridique : BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 Date de publication : 19/03/2015 Page 3/5 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/3311-PGP.html?identifiant=BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 70 L'article 1594 D du CGI fixe le taux de droit commun de la taxe de publicité foncière ou du droit d'enregistrement applicable aux mutations à titre onéreux d'immeubles. 80 Il convient d'ajouter à ce taux la taxe additionnelle perçue au profit des communes (CGI, art. 1584) ou du fonds de péréquation départemental (CGI, art. 1595 bis, cf. également I-B-1 et 2 § 110 et § 120) ainsi que le prélèvement pour frais d'assiette, de recouvrement, de dégrèvements et de nonvaleurs égal à un pourcentage de la taxe de publicité foncière ou du droit d'enregistrement perçu au profit du département (cf. I-C § 130). 2. Mode de fixation des taux 90 Conformément au deuxième alinéa de l'article 1594 D du CGI, le taux de droit commun de la taxe de publicité foncière ou du droit d'enregistrement applicable aux mutations à titre onéreux d'immeubles peut être modifié dans une certaine mesure par les conseils départementaux. Remarque : Ces conseils étaient dénommés conseils généraux, antérieurement au renouvellement général des conseils généraux intervenu à l'issue des élections départementales de mars 2015. La faculté de modulation n'est pas applicable au droit réduit prévu à l'article 1594 F quinquies du CGI. 100 Le premier alinéa de l'article 1594 E du CGI prévoit que les délibérations relatives aux taux des droits de mutation à titre onéreux d'immeubles ainsi que celles afférentes à l'adoption de certains régimes spéciaux ou exonérations sont notifiées aux services de la DGFiP dans les conditions prévues à l'article 1639 A du CGI, c'est à dire, en principe, avant le 15 avril de chaque année. Les délibérations des conseils départementaux relatives aux droits de mutation à titre onéreux d'immeubles doivent donc être notifiées aux directions départementales des finances publiques concernées, dans les mêmes délais qu'en matière d'impôts locaux, c'est à dire, en principe, avant le 15 avril de chaque année, pour pouvoir prendre effet au 1er juin suivant. Cela étant, les délibérations peuvent, comme en matière d'impôts locaux, être notifiées aux services de la DGFiP : - jusqu'au 30 avril, l'année où intervient le renouvellement des conseils municipaux, départementaux ou régionaux ; - jusqu'à l'expiration d'un délai de quinze jours à compter de la communication aux conseils départementaux des informations indispensables à l'établissement de leur budget, lorsque cette communication n'est pas encore intervenue au 31 mars (CGI, art. 1639 A, al. 2). Remarque : La liste des informations indispensables à l'établissement des budgets des collectivités territoriales qui doivent être communiquées avant le 31 mars par les services fiscaux, en application de l'article L. 1612-2 du code général des collectivités territoriales (CGCT) et de l'article L. 1612-3 du CGCT, est fixée par le décret n° 82-1131 du 29 décembre 1982. Au nombre de ces informations figurent le montant prévisionnel des bases nettes des quatre impôts directs locaux, les taux nets d'imposition adoptés l'année précédente, le montant des allocations compensatrices et celui de la dotation globale de fonctionnement et de diverses autres dotations du ressort des préfectures. Les décisions prennent effet le 1er juin suivant. Les taux applicables dans chaque département sont consultables sur le site www.impots.gouv.fr à la rubrique "Professionnels", puis "Accès spécialisés" et enfin "Notaires et géomètres experts". A défaut de vote ou en cas de non-respect des règles de fixation des taux énoncées ci-avant, les taux en vigueur sont reconduits (CGI, art. 1594 E). 105 L'article 77 de la loi n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014 prévoit que les conseils départementaux peuvent relever le taux de la taxe de Identifiant juridique : BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 Date de publication : 19/03/2015 Page 4/5 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/3311-PGP.html?identifiant=BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 publicité foncière ou du droit d'enregistrement prévu à l'article 1594 D du CGI audelà de 3,80 % et dans la limite de 4,50 % pour les actes passés et les conventions conclues entre le 1er mars 2014 et le 29 février 2016. L'article 116 de la loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 aménage ce dispositif et pérennise la faculté pour les conseils départementaux d'appliquer un taux supérieur à 3,80 % sans excéder 4,50 % pour les actes passés et les mutations conclues à compter du 1er mars 2016. Les délibérations des conseils départementaux prises en application de l'article 77 de la loi n° 2013-1278 précitée s'appliquent dans les conditions suivantes : - les délibérations notifiées au plus tard le 15 avril 2014 s'appliquent aux actes passés et conventions conclues à compter du premier jour du deuxième mois suivant la notification ; - les délibérations notifiées entre le 16 avril 2014 et le 30 novembre 2014 s'appliquent aux actes passés et conventions conclues à compter du 1er janvier 2015 ; - les délibérations notifiées entre le 1er décembre 2014 et le 15 avril 2015 s'appliquent aux actes passés et conventions conclues à compter du premier jour du deuxième mois suivant la notification. - les délibérations notifiées entre le 16 avril 2015 et le 30 novembre 2015 s'appliquent aux actes passés et conventions conclues à compter du 1er janvier 2016. Les délibérations prises dans ce cadre par les conseils départementaux sont notifiées selon les dispositions prévues au III de l'article 1639 A du CGI, c'est-à-dire par l'intermédiaire des services préfectoraux. La date de notification à prendre en compte correspond à la date de la transmission de la délibération au représentant de l'État dans le département. Remarque : En présence d’un avant-contrat (ou "promesse de vente") signé avant la date d'entrée en vigueur de la délibération, il convient de retenir la date de signature de l'acte authentique et non celle de l'avant-contrat pour appliquer le taux des droits de mutation à titre onéreux. Sauf à ce qu'un terme anticipé ait été expressément prévu, l'ensemble des délibérations porte effet jusqu'au 29 février 2016. Pour les actes passés et conventions conclues à compter du 1er mars 2016, le taux de la taxe de publicité foncière ou du droit d'enregistrement applicable par les conseils départementaux ayant pris des délibérations en application du I de l'article 77 de la loi n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014, tel que modifié par l'article 116 de la loi n°2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015, est celui en vigueur le 31 janvier 2016.. Toutefois, par une délibération expresse contraire notifiée aux services fiscaux selon les modalités prévues au III de l'article 1639 A du CGI au plus tard le 31 janvier 2016, ces conseils départementaux ont la faculté de prévoir qu' un taux de la taxe de publicité foncière ou du droit d'enregistrement compris entre 1,20 % et 3,80 % s'appliquera à compter du 1er mars 2016. Remarque : Ces dispositions, applicables aux départements, sont également applicables à la métropole de Lyon. B. Taxe additionnelle perçue au profit des communes 1. Principe 110 Au droit d'enregistrement ou à la taxe de publicité foncière perçus au profit du département, vient s’ajouter la taxe additionnelle perçue au profit de la commune (CGI, art. 1584) ou du fonds de péréquation (CGI, art. 1595 bis, 1°) sauf lorsque la mutation est soumise au droit proportionnel réduit (BOI-ENR-DG-60-10-10). Identifiant juridique : BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 Date de publication : 19/03/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 5/5 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/3311-PGP.html?identifiant=BOI-ENR-DMTOI-10-20-20150319 2. Exceptions 120 Sur ce point, il convient de se reporter au BOI-ENR-DG-60-10-20. C. Frais d'assiette et de recouvrement perçus au profit de l'État 130 Conformément aux dispositions du V de l'article 1647 du CGI, l'État perçoit un prélèvement au titre de frais d'assiette, de recouvrement, de dégrèvements et de non-valeurs. II. Incidence de la situation géographique des biens A. Immeubles situés dans les départements du Bas-Rhin, du HautRhin et de la Moselle 140 La formalité fusionnée de l'enregistrement et de la publicité foncière n'est pas susceptible de s'appliquer aux conventions concernant des immeubles situés dans les trois départements du BasRhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, où il n'existe pas de service de publicité foncière et où les actes sont publiés au livre foncier, service dépendant du ministère de la Justice. Il s'ensuit que dans ces trois départements le régime applicable est le suivant : - enregistrement des actes au service des impôts et exigibilité du droit d'enregistrement aux taux et selon les modalités prévues pour la taxe de publicité foncière, applicables dans les autres départements français ; - publication des actes au livre foncier. Remarque : Pour les actes passés et les conventions conclues portant sur des immeubles situés dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle et donnant lieu au paiement de la TVA, le droit d'enregistrement est perçu. Ce droit est majoré du prélèvement dû au titre des frais d'assiette, de recouvrement, de dégrèvement et de non-valeurs (CGI, art. 1647, V-b) . (150) B. Immeubles situés dans les départements d'outre-mer 160 Sur ce point, il convient de se reporter au BOI-ENR-DMTOI-10-10-10. C. Immeubles situés à l'étranger 170 Sur ce point, il convient de se reporter aux III-B-3 et 4 § 340 et 350 du BOI-ENR-DMTOI-10-10-10. Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-CF-PGR-10-20150204 Page 1/2 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/937-PGP.html?identifiant=BOI-CF-PGR-10-20150204 Date de publication : 04/02/2015 DGFIP CF - Prescription du droit de reprise de l'administration Positionnement du document dans le plan : CF - Contrôle fiscal Prescription du droit de reprise de l'administration et garanties du contribuable Titre 1 : Prescription du droit de reprise de l'administration 1 La prescription en matière fiscale est régie par de nombreuses dispositions spéciales, de sorte que les règles de la prescription du droit civil ne trouvent qu'exceptionnellement à s'appliquer. 10 Au regard de l'action fiscale, la prescription extinctive, que l'article 2219 du code civil définit comme « un mode d'extinction d'un droit résultant de l'inaction de son titulaire pendant un certain laps de temps », est la seule qui puisse jouer au profit des contribuables. 20 II convient d'établir en matière fiscale une distinction entre l'action en reprise qui se rattache à l'assiette et au contrôle de l'impôt et l'action en recouvrement de l'administration. La prescription examinée dans le présent titre concerne le droit de reprise de l'administration. La prescription de l'action en recouvrement est traitée dans le BOI-REC-EVTS-30 à laquelle il convient de se reporter. 30 Aux termes de l'article L.186 du LPF, lorsqu'il n'est pas expressément prévu de délai de prescription plus court ou plus long, le droit de reprise de l'administration s'exerce jusqu'à l'expiration de la sixième année suivant celle du fait générateur de l'impôt. Cette prescription sexennale, bien qu'elle constitue en matière fiscale la prescription de droit commun, ne s'applique, en réalité, qu'en matière d'impôt de solidarité sur la fortune, de droits d'enregistrement, de taxe de publicité foncière, de droits de timbre, ainsi que de taxes, redevances et impositions assimilées ou recouvrées suivant les mêmes modalités, lorsque les conditions requises pour l'intervention de la prescription abrégée de trois ans prévue par l'article L.180 du LPF ne sont pas remplies. Identifiant juridique : BOI-CF-PGR-10-20150204 Date de publication : 04/02/2015 Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts Directeur de publication : Bruno Parent, directeur général des finances publiques N° ISSN : 2262-1954 Page 2/2 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/937-PGP.html?identifiant=BOI-CF-PGR-10-20150204 40 En revanche, la prescription triennale prévue au 1er alinéa des articles L.169 du LPF et L.176 du LPF et à l'article L.180 du LPF a une portée plus générale. Elle peut, toutefois, être portée à dix ans lorsque les conditions posées aux 3ème et 6ème alinéa de l'article L.169 du LPF, au 3ème alinéa de l'article L.176 du LPF et au 2ème alinéa de l'article L.174 du LPF (procès-verbal de flagrance et activités occultes) sont remplies (BOI-CF-PGR-10-70). 50 Enfin, le délai de reprise peut être prorogé en cas : - d'agissements frauduleux (LPF, art. L.187 ; BOI-CF-PGR-10-50) ; - de recours à l'assistance administrative internationale (LPF, art. L. 188 A ; BOI-CF-PGR-10-60). - de lutte contre la fraude fiscale via les paradis fiscaux (LPF, art. L.169, 5° alinéa ; BOI-CFPGR-10-50) ; - de dépôt de plainte pour fraude fiscale (LPF, art. L. 188 B ; BOI-CF-PGR-10-50) ; - d'omission ou insuffisance d'imposition révélée par une instance devant les tribunaux ou par une réclamation contentieuse (LPF, art. L. 188 C ; BOI-CF-PGR-10-75). 60 Le présent titre est consacré : - aux effets, à l'interruption et à la suspension de la prescription et aux exceptions aux règles générales (Chapitre 1, BOI-CF-PGR-10-10) ; - aux délais de reprise en matière d'impôt sur le revenu, d'impôts sur les sociétés et de taxes assimilées (Chapitre 2, BOI-CF-PGR-10-20) ; - aux délais de reprise en matière de taxe sur le chiffre d'affaires et taxes assimilées et d'impôts directs locaux (Chapitre 3, BOI-CF-PGR-10-30) ; - aux délais de reprise en matière d'enregistrement, de publicité foncière, d'impôt de solidarité sur la fortune, de timbre et de taxes assimilées (Chapitre 4, BOI-CF-PGR-10-40) ; - à la prorogation du délai de reprise en cas d'agissements frauduleux, en matière de lutte contre la fraude fiscale via les paradis fiscaux et en cas de dépôt de plainte pour fraude fiscale (Chapitre 5, BOI-CF-PGR-10-50 ) ; - à la prorogation du délai de reprise en cas de mise en œuvre de l'assistance administrative (Chapitre 6, BOI-CF-PGR-10-60) ; - à la prorogation du délai de reprise en cas d'activités occultes et en cas de flagrance fiscale (Chapitre 7, BOI-CF-PGR-10-70) ; - à la prorogation du délai de reprise en cas d'omission ou insuffisance d'imposition révélée par une instance devant les tribunaux ou par une réclamation contentieuse (Chapitre 7.5, BOI-CFPGR-10-75) ; - aux prescriptions des pénalités fiscales (Chapitre 8, BOI-CF-PGR-10-80). cerfa N° 12359*12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2014 N° 2048-IMM-SD (10-2014) @internet-DGFiP Formulaire à utiliser pour les cessions d’immeubles ou de droits immobiliers autres que des terrains á bâtir intervenues à compter du 1 er septembre 201 4 DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS D’IMMEUBLES OU DE DROITS IMMOBILIERS AUTRES QUE DES TERRAINS Á BÂTIR (DÉFINIS AU 1° DU 2 DU I DE L’ARTICLE 257 DU CGI) Impôt sur le revenu afférent à la plus-value immobilière (CGI, art. 150 U, 150 UC-I et 150 UD) Prélèvement dû par les non-résidents assujettis ou non à l’impôt sur le revenu (CGI, art. 244 bis A) Taxe sur les plus-values immobilières élevées (CGI, art. 1609 nonies G) NOM : ADRESSE : NUMÉRO CRPCEN : NOM ET PRÉNOMS OU FORME ET DENOMINATION : ADRESSE DU DOMICILE OU SIEGE SOCIAL : PAYS : NUMÉRO SIREN ET CODE ACTIVITÉ : NOM ET PRÉNOMS OU DÉNOMINATION SOCIALE : ADRESSE OU SIÈGE SOCIAL EN FRANCE : Engagement du représentant : Je soussigné .............…………………………....………………………………............................ , agissant en qualité de(1) .............................…………………................, accepte de représenter le vendeur non-résident désigné ci-dessus ou les associés ou porteurs de parts non-résidents de la société cédante ou du fonds de placement immobilier (FPI) désigné ci-dessus, dans les conditions prévues à l’article 244 bis A du code général des impôts (CGI). Je m’engage, en conséquence, à acquitter en ses (leurs) lieu(x) et place(s), le prélèvement exigible au titre de la cession décrite ci-dessous, tant en vertu de la présente déclaration que d’un éventuel contrôle ultérieur, ainsi que l’amende qui pourrait être appliquée. Je m’engage, en outre, conformément à l’article 990 F du CGI, si ce même vendeur est une entité juridique passible de la taxe annuelle de 3% prévue à l’article 990 D du code précité qui n’est pas établie dans l’Union européenne, à acquitter cette taxe en ses lieu et place. Cet engagement vaut tant pour le principal du droit exigible au titre de l’année de la cession que pour les pénalités qui pourraient être appliquées. Fait à …………………………..……….., le ……………………….. Signature (précédée de la mention “lu et approuvé”). (1)Si le représentant est une personne morale, indiquer la qualité du signataire (gérant, président-directeur général…). NATURE (construction, terre agricole…) : SUPERFICIE : …..……………. DESIGNATION CADASTRALE : ……………..……………. SI PEUPLEMENT FORESTIER, PRÉCISER LE NOMBRE D’HECTARES CÉDÉS : ………………………… ADRESSE DE L’IMMEUBLE : NATURE ET DATE DU TRANSFERT DE PROPRIETE : NOM OU DÉNOMINATION DE L’ACQUEREUR : ADRESSE OU SIÈGE SOCIAL DE L’ACQUEREUR : NUMÉRO SIREN ET CODE ACTIVITÉ : DATE D’ACQUISITION DU BIEN CEDE ___ / ___ / _______ DATE DE DÉBUT DES TRAVAUX (pour une construction) ___ / ___ / _______ DATE D’ACQUISITION DU TERRAIN (pour une construction) ___ / ___ / _______ MODE D’ACQUISITION DU BIEN CEDE :  à titre onéreux  par succession  par donation LE BIEN CEDE EST-IL DETENU EN INDIVISION ?  NON  OUI POURCENTAGE DETENU EN INDIVISION : ……………..% (2) Lorsqu’une cession porte sur un bien acquis par fractions successives à des dates différentes, avec une origine de propriété différente, il convient de compléter le cadre réservé à l’origine de propriété pour chacune de ces fractions (utiliser plusieurs 2048-IMM-SD page 1). RÉDACTEUR DE L’ACTE DÉSIGNATION DU CÉDANT (SI L’IMMEUBLE EST DÉTENU PAR UNE SOCIÉTÉ OU PAR UN FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER, REMPLIR PAGE 4) DÉSIGNATION DU REPRÉSENTANT ACCRÉDITÉ POUR LES NON-RÉSIDENTS OU LES ASSOCIÉS OU PORTEURS DE PARTS NON-RÉSIDENTS DÉSIGNATION DU BIEN CÉDÉ RENSEIGNEMENTS RELATIFS ALA CESSION ORIGINE DE PROPRIÉTÉ (2) N° 2048-IMM-SD (10-2014) 10. PRIX DE CESSION OU INDEMNITÉ D’EXPROPRIATION € 11. CHARGES ET INDEMNITÉS SUPPORTÉES PAR L’ACQUÉREUR € 12. FRAIS ET TAXES SUPPORTÉS PAR LE VENDEUR (NOTAMMENT FRAIS DE REPRÉSENTATION FISCALE) € 13. PRIX DE CESSION CORRIGÉ (LIGNE 10 + LIGNE 11 – LIGNE 12) € 20. PRIX D’ACQUISITION OU VALEUR VÉNALE € 21. CHARGES ET INDEMNITÉS (MONTANT RÉEL) € 22. FRAIS D’ACQUISITION : * À TITRE GRATUIT (MONTANT RÉEL) € * À TITRE ONÉREUX (MONTANT RÉEL OU FIXÉ À 7,5% DU PRIX D’ACQUISITION) € 23. DÉPENSES DE CONSTRUCTION, RECONSTRUCTION, AGRANDISSEMENT OU AMÉLIORATION € (MONTANT RÉEL OU FIXÉ À 15% DU PRIX D’ACQUISITION SI IMMEUBLE BÂTI DÉTENU DEPUIS PLUS DE 5 ANS) 24. FRAIS DE VOIRIE, RÉSEAUX ET DISTRIBUTION € 25. PRIX D’ACQUISITION OU VALEUR VÉNALE CORRIGÉ (LIGNE 20 + LIGNE 21 + LIGNE 22 + LIGNE 23 + LIGNE 24) € 30. PLUS-VALUE BRUTE (LIGNE 13 – LIGNE 25) = € 40. ABATTEMENT POUR DURÉE DE DÉTENTION 41. NOMBRE D’ANNÉES DE DÉTENTION AU-DELÀ DE LA 5 ÈME ANNÉE 42. TAUX DE LA RÉDUCTION (VOIR TABLEAU EN PAGE 7) % 43. MONTANT DE LA RÉDUCTION (LIGNE 30 X LIGNE 42) € 44. PLUS-VALUE IMPOSABLE [(LIGNE 30 – LIGNE 43) OU TOTAL DES LIGNES 44 SI PLUSIEURS 2048-IMM-SD PAGE 2] € Lorsqu’une même cession porte sur des biens pour lesquels sont prévues des règles différentes (acquisitions successives de fractions divises ou indivises notamment), il convient de remplir les lignes 10 à 44 pour chacune des fractions (utiliser plusieurs 2048-IMM-SD page 2). 45. MONTANT DE LA PLUS-VALUE BENEFICIANT, SOUS CONDITIONS, DE L’EXONÉRATION AU TITRE DE LA PREMIÈRE CESSION D’UN LOGEMENT EN VUE DE L’ACQUISITION DE LA RÉSIDENCE PRINCIPALE (CGI, 1° BIS DU II DE L’ARTICLE 150 U) € 46. PLUS-VALUE IMPOSABLE AVANT ABATTEMENT EXCEPTIONNEL [LIGNE 44 OU (LIGNE 44 – LIGNE 45)] € 47. ABATTEMENT EXCEPTIONNEL DE 25% (1) (LIGNE 46 X 25%) € 48. PLUS-VALUE IMPOSABLE APRÈS ABATTEMENT EXCEPTIONNEL (LIGNE 46 – LIGNE 47) € 49. MONTANT DE LA PLUS-VALUE BENEFICIANT, SOUS CONDITIONS, DE L’EXONÉRATION AU PROFIT DES PERSONNES PHYSIQUES NON RÉSIDENTES, DANS LA LIMITE DE 150 000 € (CGI, 2° DU II DE L’ARTICLE 150 U) € 49 bis. PLUS-VALUE NETTE IMPOSABLE [LIGNE 48 OU (LIGNE 48 – LIGNE 49)] € 50. PLUS-VALUE NETTE IMPOSABLE GLOBALE [LIGNE 49 bis] = € 51. POURCENTAGE DÉGAGÉ CASE A (PAGE 4) X LIGNE 50 € 52. POURCENTAGE DÉGAGÉ CASE B (PAGE 4) X LIGNE 50 € 53. POURCENTAGE DÉGAGÉ CASE C (PAGE 4) X LIGNE 50 € 54. POURCENTAGE DÉGAGÉ CASE CA (PAGE 4) X LIGNE 50 € 55. TOTAL DES LIGNES 51, 52, 53 ET 54 € 60. MONTANT DE L’IMPÔT 61. MONTANT DÛ PAR LES PERSONNES RÉSIDENTES DE FRANCE OU D’UN AUTRE ETAT MEMBRE DE L’EEE(2) (voir tableau page 6 et remplir page 4 si nécessaire). IMPOSITION À 19% POUR LES PERSONNES PHYSIQUES [LIGNE 50 OU (LIGNE 51 + LIGNE 52) X 19%] € IMPOSITION À 15% OU 19% OU 33,1/3% POUR LES PERSONNES MORALES NON ASSUJETTIES À L’IR (LIGNE 400 X 15% OU 19% OU 33,1/3%) € 62. MONTANT DÛ PAR LES AUTRES PERSONNES (voir tableau page 6 et remplir page 4 si nécessaire) IMPOSITION À 33,1/3% [LIGNE 50 OU (LIGNE 53 + LIGNE 400) X 33,1/3%] € IMPOSITION À 75% POUR LES PERSONNES RESIDENTES D’UN ETNC(3) : [LIGNE 50 OU (LIGNE 54 + LIGNE 400) X 75%] € 63. ABATTEMENT REPRÉSENTATIF DU FORFAIT FORESTIER (SI LE CÉDANT EST UNE PERSONNE PHYSIQUE RÉSIDENTE) € 64. MONTANT DE L’IMPÔT DÛ APRÈS ABATTEMENT FORESTIER [(LIGNE 61 + LIGNE 62) – LIGNE 63] = € 70. TAXE PRÉVUE À L’ARTICLE 1609 NONIES G DU CGI [(LIGNE 50 OU 55) x TAUX] (pour le calcul, cf. tableau page 8) = € (1) Applicable aux plus-values réalisées au titre des cessions portant sur des biens immobiliers bâtis situés dans une zone d’urbanisation continue de plus de 50 000 habitants telle que définie à l’article 232 du code général des impôts intervenues entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2014. Cet abattement s'applique également aux cessions intervenues entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2016, à la condition qu'elles soient précédées d'une promesse de vente ayant acquis date certaine au plus tard le 31 décembre 2014. L'application de l'abattement exceptionnel de 25 % est conditionnée, dans tous les cas, à un engagement de l'acquéreur de démolir les constructions existantes en vue de réaliser des logements dans un délai de quatre ans à compter de l'acquisition. (2) Espace économique européen. (3) Cf. liste des Etats et territoires non coopératifs (ETNC) fixée par l’arrêté du 12 février 2010 « pris en application du deuxième alinéa du 1 de l'article 238-0 A du code général des impôts », modifié en dernier lieu par un arrêté du 17 janvier 2014 publié au Journal officiel du 19 janvier 2014. Page 2 DÉTERMINATION DE LA PLUS-VALUE NETTE IMPOSABLE A L’IMPOT SUR LE REVENU CESSION PAR UNE SOCIÉTÉ OU UN FPI. DÉTERMINATION DE LA QUOTE-PART DE PLUS-VALUE IMPOSABLE (REMPLIR LA PAGE 4) CALCUL DES DROITS DUS AU TITRE DE L’IMPÔT SUR LE REVENU DÉTERMINATION DE LA PLUS-VALUE BRUTE I – LIQUIDATION DE L'IMPÔT SUR LE REVENU AFFÉRENT Á LA PLUS-VALUE N° 2048-IMM-SD (10-2014) 30. PLUS-VALUE BRUTE (VOIR PAGE 2) = € 90. ABATTEMENT POUR DURÉE DE DÉTENTION 91. NOMBRE D’ANNÉES DE DÉTENTION AU-DELÀ DE LA 5 ÈME ANNÉE 92. TAUX DE LA RÉDUCTION (VOIR TABLEAU EN PAGE 7) % 93. MONTANT DE LA RÉDUCTION (LIGNE 30 X LIGNE 92) € 94. PLUS-VALUE IMPOSABLE [(LIGNE 30 – LIGNE 93) OU TOTAL DES LIGNES 94 SI PLUSIEURS 2048-IMM-SD PAGE 3] € Lorsqu’une même cession porte sur des biens pour lesquels sont prévues des règles différentes (acquisitions successives de fractions divises ou indivises notamment), il convient de remplir les lignes 30 et 90 à 94 pour chacune des fractions (utiliser plusieurs 2048-IMM-SD page 3). 95. MONTANT DE LA PLUS-VALUE BENEFICIANT, SOUS CONDITIONS, DE L’EXONÉRATION AU TITRE DE LA PREMIÈRE CESSION D’UN LOGEMENT EN VUE DE L’ACQUISITION DE LA RÉSIDENCE PRINCIPALE (CGI, 1° BIS DU II DE L’ARTICLE 150 U) € 96. PLUS-VALUE IMPOSABLE AVANT ABATTEMENT EXCEPTIONNEL [LIGNE 94 OU (LIGNE 94 – LIGNE 95)] € 97. ABATTEMENT EXCEPTIONNEL DE 25% (1) (LIGNE 96 X 25%) € 98. PLUS-VALUE IMPOSABLE APRÈS ABATTEMENT EXCEPTIONNEL (LIGNE 96 – LIGNE 97) € 99. MONTANT DE LA PLUS-VALUE BENEFICIANT, SOUS CONDITIONS, DE L’EXONÉRATION AU PROFIT DES PERSONNES PHYSIQUES NON RÉSIDENTES, DANS LA LIMITE DE 150 000 € (CGI, 2° DU II DE L’ARTICLE 150 U) € 99 bis. PLUS-VALUE NETTE IMPOSABLE [LIGNE 98 OU (LIGNE 98 – LIGNE 99)] € 100. PLUS-VALUE NETTE IMPOSABLE GLOBALE [LIGNE 99 bis] = € 101. POURCENTAGE DÉGAGÉ CASE A (PAGE 4) X LIGNE 100 € 102. POURCENTAGE DÉGAGÉ CASE B (PAGE 4) X LIGNE 100 € 103. POURCENTAGE DÉGAGÉ CASE C (PAGE 4) X LIGNE 100 € 104. POURCENTAGE DÉGAGÉ CASE CA (PAGE 4) X LIGNE 100 € 105. TOTAL DES LIGNES 101, 102, 103 ET 104 € (POUR L’APPLICATION DES PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX CI-DESSOUS, CF. TABLEAU « RAPPEL DES TAUX D’IMPOSITION » PAGE 6) : 110. MONTANT DE LA CSG [(LIGNE 100 OU 105) X 8,2%] € 111. MONTANT DE LA CRDS [(LIGNE 100 OU 105) X 0,5%] € 112. MONTANT DU PRÉLÈVEMENT SOCIAL [(LIGNE 100 OU 105) X 4,5%] € 113. MONTANT DE LA CONTRIBUTION ADDITIONNELLE « SOLIDARITÉ AUTONOMIE » AU PRÉLÈVEMENT SOCIAL [(LIGNE 100 OU 105) X 0,3%] € 114. MONTANT DU PRÉLÈVEMENT DE SOLIDARITÉ [(LIGNE 100 OU 105) X 2%] € SOMME DES LIGNES 64, 70, 110, 111, 112, 113 ET 114 (EN CAS DE PAIEMENT PAR CHÈQUE, L’ÉTABLIR À L’ORDRE DU TRÉSOR PUBLIC). = € A …………………………………………., le ___ / ___ / _______ Signature du cédant : PRISE EN RECETTE PRISE EN CHARGE N° …………………………… DATE ___ / ___ / _______ N° …………………………… DATE ___ / ___ / _______ DROITS DROITS PÉNALITÉS PÉNALITÉS (1) Applicable aux plus-values réalisées au titre des cessions portant sur des biens immobiliers bâtis situés dans une zone d’urbanisation continue de plus de 50 000 habitants telle que définie à l’article 232 du code général des impôts intervenues entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2014. Cet abattement s'applique également aux cessions intervenues entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2016, à la condition qu'elles soient précédées d'une promesse de vente ayant acquis date certaine au plus tard le 31 décembre 2014. L'application de l'abattement exceptionnel de 25 % est conditionnée, dans tous les cas, à un engagement de l'acquéreur de démolir les constructions existantes en vue de réaliser des logements dans un délai de quatre ans à compter de l'acquisition. Page 3 DÉTERMINATION DE LA PLUS-VALUE NETTE IMPOSABLE AUX PRÉLEVEMENTS SOCIAUX CADRE RÉSERVÉ À L’ADMINISTRATION DÉTERMINATION DE LA PLUS-VALUE BRUTE II – LIQUIDATION DES PRÉLEVEMENTS SOCIAUX AFFÉRENTS Á LA PLUS-VALUE III – TOTAL Á PAYER CESSION PAR UNE SOCIÉTÉ OU UN FPI. DÉTERMINATION DE LA QUOTE-PART DE PLUS-VALUE IMPOSABLE (REMPLIR LA PAGE 4) CALCUL DES DROITS DUS AU TITRE DES PRÉLEVEMENTS SOCIAUX N° 2048-IMM-SD (10-2014) LORSQUE L’IMMEUBLE EST DETENU PAR UN FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER OU UNE SOCIETE OU UN GROUPEMENT DONT LES BENEFICES SONT IMPOSES AU NOM DES ASSOCIES, REMPLIR LE CADRE CI-DESSOUS. IDENTIFICATION DES ASSOCIES OU PORTEURS DE PARTS (si le nombre d’associés est supérieur à 6, utiliser plusieurs « page 4 ») PARTS DES DROITS SOCIAUX SOUMIS AU REGIME PV DES PARTICULIERS PV DES SOCIETES ETRANGERES PV PROFESSIONNELLES BIC, BNC, BA, IS RÉSIDENTS DE FRANCE NON-RÉSIDENTS DE FRANCE RÉSIDENTS D’UN ETAT MEMBRE DE L’EEE(1) RÉSIDENTS D’UN AUTRE ETAT RÉSIDENTS D’UN ETAT MEMBRE DE L’EEE(1) (2) RÉSIDENTS D’UN AUTRE ETAT 19% 19% 33,1/3 % 75% (3) 15 OU 19 OU 33,1/3% 33,1/3 % 75% (3) 1 NOM OU DÉSIGNATION : ………………………………………………. % % % % % % PERSONNE  PHYSIQUE  MORALE ADRESSE OU SIÈGE :………………………………………………….. ………………………………………………………………………….. NUMÉRO SIREN : 2 NOM OU DÉSIGNATION : ………………………………………………. % % % % % % PERSONNE  PHYSIQUE  MORALE ADRESSE OU SIÈGE :………………………………………………….. ………………………………………………………………………….. NUMÉRO SIREN : 3 NOM OU DÉSIGNATION : ………………………………………………. % % % % % % PERSONNE  PHYSIQUE  MORALE ADRESSE OU SIÈGE :………………………………………………….. ………………………………………………………………………….. NUMÉRO SIREN : 4 NOM OU DÉSIGNATION : ………………………………………………. % % % % % % PERSONNE  PHYSIQUE  MORALE ADRESSE OU SIÈGE :………………………………………………….. ………………………………………………………………………….. NUMÉRO SIREN : 5 NOM OU DÉSIGNATION : ………………………………………………. % % % % % % PERSONNE  PHYSIQUE  MORALE ADRESSE OU SIÈGE :………………………………………………….. ………………………………………………………………………….. NUMÉRO SIREN : 6 NOM OU DÉSIGNATION : ………………………………………………. % % % % % % PERSONNE  PHYSIQUE  MORALE ADRESSE OU SIÈGE :………………………………………………….. ………………………………………………………………………….. NUMÉRO SIREN : % DES CASES A, B, C , ET CA À UTILISER POUR DETERMINER LA QUOTE-PART DE PLUSVALUE IMPOSABLE (LIGNES 51, 52, 53 ET 54, PAGE 2 ET LIGNES 101, 102, 103 ET 104 PAGE 3). % DES CASES D, DA ET E À UTILISER POUR DETERMINER LA QUOTE-PART DE PLUS-VALUE IMPOSABLE (LIGNE 400, PAGE 5). A B C CA D DA E % % % % % % % MONTANT DU PRIX DE CESSION CORRESPONDANT AUX DROITS SOCIAUX DES NONRESIDENTS (TOTAL DES POURCENTAGES DEGAGES AUX CASES B, C, CA, D, DA ET E MULTIPLIE PAR LA LIGNE 10 OU LA LIGNE 200) (4) . ……………………………€ (1) Espace économique européen. (2) Taux de 15% pour certaines PME, de 19% pour certaines opérations de cession ou de 33,1/3% dans les conditions de droit commun. (3) Taux de 75% applicable aux personnes ou organismes domiciliés, établis ou constitués dans un Etat ou territoire non coopératif (ETNC) au sens de l’article 238-0 A du CGI (cf. liste des ETNC fixée par l’arrêté du 12 février 2010 « pris en application du deuxième alinéa du 1 de l'article 238-0 A du code général des impôts », modifié en dernier lieu par un arrêté du 17 janvier 2014 publié au Journal officiel du 19 janvier 2014). (4) Obligation de désigner un représentant fiscal accrédité dans les conditions et suivant les modalités prévues au § 80 du BOI-RFPI-PVINR-30-20-2012-09-12, publié au Bulletin officiel des finances publiques-Impôts (Bofip-Impôts). Page 4 DÉSIGNATION DES ASSOCIÉS OU PORTEURS DE PARTS PRÉSENTS À LA DATE DE CESSION DE L’IMMEUBLE N° 2048-IMM-SD (10-2014) LORSQUE LE PRELEVEMENT EST DU PAR DES SOCIETES NON RESIDENTES NON ASSUJETTIES À L’IMPÔT SUR LE REVENU (ANCIEN IMPRIMÉ N° 2090 BIS), REMPLIR LE CADRE CI-DESSOUS. 200. PRIX DE CESSION OU INDEMNITÉ D’EXPROPRIATION € 210. FRAIS ET INDEMNITÉS SUPPORTÉS PAR L’ACQUÉREUR € 220. FRAIS ET TAXES SUPPORTÉS PAR LE VENDEUR € 230. PRIX DE CESSION CORRIGÉ (LIGNE 200 + LIGNE 210 – LIGNE 220) € 300. PRIX D’ACQUISITION OU VALEUR VÉNALE € 310. FRAIS D’ACQUISITION € 320. DÉPENSES DE CONSTRUCTION, RECONSTRUCTION, AGRANDISSEMENT OU AMELIORATION(2) € 330. CORRECTION APPLICABLE AUX IMMEUBLES BATIS € (REPORT DU TOTAL DE LA COLONNE “E“ ET/OU “F“ DU TABLEAU CI-DESSOUS) 340. PRIX D’ACQUISITION OU VALEUR VÉNALE CORRIGÉ (LIGNE 300 + LIGNE 310 + LIGNE 320 + OU - LIGNE 330) € 400. PLUS-VALUE IMPOSABLE (À PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DE LA LIGNE 61 OU 62 PAGE 2) (LIGNE 230 – LIGNE 340) OU [(LIGNE 230 – LIGNE 340) X POURCENTAGE DÉGAGÉ CASE “D”, “DA” OU “E” DE LA PAGE 4] SI LA SOCIETE ÉTRANGERE EST ASSOCIEE D’UNE SOCIETE QUI RELEVE DES ARTICLES 8 À 8TER DU CGI ET DONT LE SIEGE EST EN FRANCE. = € NATURE IMMEUBLE : BATI « I » OU DEPENSE « D » (3) PRIX OU VALEUR NET(TE). MONTANT DES DÉPENSES(4) NOMBRE D’ANNEES ENTIERES DE DETENTION(5) TAUX PAR ANNEE DE DETENTION TAUX GLOBAL (COL. B x COL. C) MONTANT DE LA CORRECTION (COL. A x COL. D) RÉINTÉGRATION DES AMORTISSEMENTS AFFERENTS AUX BIENS CEDES(6) COLONNE A COLONNE B COLONNE C COLONNE D COLONNE E COLONNE F € 2% € € € 2% € € € 2% € € € 2% € € € 2% € € € 2% € € TOTAL DE LA COLONNE “E“ ET/OU “F“ (A REPORTER LIGNE 330 CI-DESSUS) € € (1) Le prélèvement prévu à l’article 244 bis A du CGI n’est pas applicable aux cessions d’immeubles réalisées par des personnes morales ou organismes dont le siège social est situé hors de France et qui exploitent en France une entreprise industrielle, commerciale ou agricole ou y exercent une profession non commerciale à laquelle ces immeubles sont affectés, étant observé que la location nue d’un immeuble bâti n’est pas, en principe, constitutive d’une activité commerciale. Pour ne pas être soumis au prélèvement, l’immeuble doit être affecté à cette exploitation en France et être inscrit, à la date de la cession, selon le cas, soit au bilan fiscal, soit au tableau des immobilisations établi pour la détermination du résultat imposable du cédant. En pratique, les contribuables concernés indiqueront sur la présente déclaration, à la place du décompte de la plus-value ci-dessus, la mention « Néant - plusvalue professionnelle » et devront justifier, à l’appui de cette déclaration, du respect des conditions prévues pour l’application de cette disposition. Lorsque les contribuables concernés sont associés de société dont le siège est situé en France, ils sont tenus d’indiquer, sur le tableau de la page 4, leur part de droits sociaux dans la colonne « Plus-values professionnelles ». Les personnes morales résidentes d’un Etat de l’Espace économique européen (EEE) ont la possibilité, le cas échéant, de faire application de certains régimes permettant de ne pas imposer immédiatement la plus-value à l’IS (en particulier le régime fiscal des fusions et apports prévu aux articles 210 A et 210 B du CGI). En pratique, les contribuables concernés indiqueront sur la présente déclaration, à la place du décompte de la plus-value ci-dessus, la mention « Néant – régime spécial ». (2) Pour les personnes morales résidentes d’un Etat de l’EEE, les dépenses s’entendent non seulement des dépenses de construction, reconstruction, agrandissement ou amélioration mais, plus généralement, de toutes les dépenses ayant pour contrepartie un accroissement de la valeur de l’actif selon les règles comptables et fiscales françaises. (3) Si la correction est afférente à un immeuble bâti, indiquer « I » ; si elle concerne une dépense, indiquer « D ». (4) En regard de la lettre « I », indiquer le prix ou la valeur net(te) correspondant à l’immeuble bâti. En regard de la lettre « D », indiquer le montant des dépenses afférentes au seul immeuble bâti. (5) Ce calcul est effectué dès la première année à partir de la date d’entrée du bien dans le patrimoine du cédant, de quantième à quantième et non par année civile. (6) Pour les cessions réalisées par les personnes morales résidentes d’un Etat de l’EEE, la correction de 2% par année entière de détention ne s’applique pas. Il convient donc de réintégrer les amortissements afférents aux biens cédés, déterminés selon les règles applicables aux entreprises résidentes. Page 5 DÉTERMINATION DE LA PLUS-VALUE BRUTE(1) DÉTERMINATION DE LA PLUS-VALUE IMPOSABLE CORRECTION APPLICABLE AU PRIX D’ACQUISITION OU A LA VALEUR VÉNALE DES IMMEUBLES BATIS N° 2048-IMM-SD (10-2014) CÉDANT : PERSONNE PHYSIQUE RÉSIDENT DE FRANCE 19% + PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX (1) OU IMPÔT SUR LE REVENU (2) RÉSIDENT HORS DE FRANCE RÉSIDENT D’UN ETAT MEMBRE DE L’ESPACE ECONOMIQUE EUROPEEN (EEE) 19% + PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX RÉSIDENT D’UN AUTRE ETAT 33,1/3% (1) RÉSIDENT D’UN ETAT OU TERRITOIRE NON COOPÉRATIF (ETNC) (3) 75% CÉDANT : FPI, SOCIETE OU GROUPEMENT DONT LES BENEFICES SONT IMPOSES AU NOM DES ASSOCIES FPI, SOCIÉTÉ OU GROUPEMENT DONT LE SIEGE EST EN FRANCE ASSOCIÉ OU PORTEUR DE PARTS, PERSONNE PHYSIQUE (5) : APPLICATION AUX ASSOCIES DES RÈGLES APPLICABLES AUX CÉDANTS PERSONNES PHYSIQUES ASSOCIÉ OU PORTEUR DE PARTS, PERSONNE MORALE SOUMISE À L’IS (5) : APPLICATION AUX ASSOCIÉS DES RÈGLES APPLICABLES AUX CÉDANTS PERSONNES MORALES SOUMISES À L’IS ASSOCIÉ OU PORTEUR DE PARTS, PERSONNE MORALE NON SOUMISE À L’IS ET DONT LE SIÈGE EST HORS DE FRANCE : RÉSIDENT D’UN ETAT OU TERRITOIRE NON COOPÉRATIF (ETNC) (3) 75% + PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX (1) RÉSIDENT D’UN AUTRE ETAT 33,1/3% FPI, SOCIÉTÉ OU GROUPEMENT DONT LE SIEGE EST HORS DE FRANCE ASSOCIÉ OU PORTEUR DE PARTS, PERSONNE PHYSIQUE DANS L’EEE 19% + PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX (1) ASSOCIÉ SDP DANS L’EEE 33,1/3% ASSOCIE (PEU IMPORTE SA QUALITE) : HORS DE L’EEE 33,1/3% + PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX SI L’ASSOCIÉ EST UNE PERSONNE PHYSIQUE DANS UN ETNC (1) (3) 75% ASSOCIE PERSONNE MORALE SOUMISE À L’IS DANS L’EEE Taux IS (4) CÉDANT : PERSONNE MORALE SOUMISE À L’IS SIEGE EN FRANCE (6) TAUX IS SIÈGE HORS DE FRANCE CEDANT DANS L’EEE CEDANT HORS DE L’EEE CEDANT RÉSIDENT D’UN ETNC (3) TAUX IS (4) 33,1/3% 75% (1) Les prélèvements sociaux sont dus au taux global de 15,5%. Les plus-values immobilières imposées au prélèvement mentionné à l’article 244 bis A du CGI réalisées depuis le 17 août 2012, directement ou indirectement, par des personnes physiques domiciliées hors de France au sens de l’article 4 B du même code, sont soumises aux prélévements sociaux. (2) Dans le cas où l’immeuble est affecté à l’exercice d’une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole, l’impôt sur la plus-value n’est pas dû lors de la présentation à la formalité de l’acte de cession. (3) Taux applicable lorsque le cédant est domicilié dans un Etat ou territoire non coopératif (ETNC) au sens de l’article 238-0 A du code général des impôts (cf. liste des ETNC fixée par l’arrêté du 12 février 2010 « pris en application du deuxième alinéa du 1 de l'article 238-0 A du code général des impôts », modifié en dernier lieu par un arrêté du 17 janvier 2014 publié au Journal officiel du 19 janvier 2014). (4) Taux de 15% pour certaines PME, de 19% pour certaines opérations de cession ou de 33,1/3% dans les conditions de droit commun. (5) Directement ou par l’intermédiaire d’une personne morale ayant son siège en France et dont les bénéfices sont imposés au nom des associés. (6) Dans ce cas, l’impôt n’est pas dû lors de la présentation à la formalité de l’acte de cession. Page 6 RAPPEL DES TAUX D’IMPOSITION N° 2048-IMM-SD (10-2014) NOMBRE D’ANNÉES PLEINES DE DÉTENTION DE L’IMMEUBLE CÉDÉ TAUX DE L’ABATTEMENT APPLICABLE POUR L’IMPOSITION A L’IMPÔT SUR LE REVENU (1) TAUX DE L’ABATTEMENT APPLICABLE POUR L’IMPOSITION AUX PRÉLEVEMENTS SOCIAUX (2) DE 0 À 5 0 % 0 % 6 6 % 1,65 % 7 12 % 3,30 % 8 18 % 4,95 % 9 24 % 6,60 % 10 30 % 8,25 % 11 36 % 9,90 % 12 42 % 11,55 % 13 48 % 13,20 % 14 54 % 14,85 % 15 60 % 16,50 % 16 66 % 18,15 % 17 72 % 19,80 % 18 78 % 21,45 % 19 84 % 23,10 % 20 90 % 24,75 % 21 96 % 26,40 % 22 100 % 28,00 % 23 37,00 % 24 46,00 % 25 55,00 % 26 64,00 % 27 73,00 % 28 82,00 % 29 91,00 % 30 100,00 % (1) Le taux par année de détention est fixé à 6 % au-delà de la 5ème et jusqu’à la 21ème et à 4 % au titre de la 22ème année de détention révolue. (2) Le taux par année de détention est fixé à 1,65 % au-delà de la 5ème année et jusqu’à la 21ème, 1,60 % au titre de la 22ème année et 9 % au-delà de la 22ème année. Page 7 TAUX DE LA RÉDUCTION POUR DURÉE DE DÉTENTION POUR LA DÉTERMINATION DE LA PLUS-VALUE IMPOSABLE N° 2048-IMM-SD (10-2014) LORSQUE LA PLUS-VALUE IMPOSABLE EST SUPÉRIEURE À 50 000 €, LA TAXE SUR LES PLUS-VALUES IMMOBILIÈRES ÉLEVÉES EST DUE (1) , UTILISER LE TABLEAU CI-DESSOUS POUR CALCULER SON MONTANT (CGI, ART. 1609 NONIES G). Montant total de la plus-value imposable (2) Montant de la taxe (3) De 50 001 € à 60 000 € 2 % PV – (60 000 – PV) x 1/20 De 60 001 € à 100 000 € 2 % PV De 100 001 € à 110 000 € 3 % PV – (110 000 – PV) x 1/10 De 110 001 € à 150 000 € 3 % PV De 150 001 € à 160 000 € 4 % PV – (160 000 – PV) x 15/100 De 160 001 € à 200 000 € 4 % PV De 200 001 € à 210 000 € 5 % PV – (210 000 – PV) x 20/100 De 210 001 € à 250 000 € 5 % PV De 250 001 € à 260 000 € 6 % PV – (260 000 – PV) x 25/100 Supérieur à 260 000 € 6 % PV (PV = montant total de la plus-value imposable) (1) La taxe s’applique aux plus-values réalisées au titre des cessions à titre onéreux : - relevant du régime d’imposition des plus-values des particuliers prévu aux articles 150 U et 150 UB à UD du CGI (biens ou droits immobiliers, parts de sociétés ou groupements à prépondérance immobilière qui relèvent des articles 8 à 8 ter du CGI, parts de fonds de placement immobilier mentionnés à l’article 239 nonies du CGI, tout ou partie des droits représentatifs de biens ou droits immobiliers du patrimoine fiduciaire) ; - soumises au prélèvement en application du 3 du I de l’article 244 bis A du CGI (biens ou droits immobiliers situés en France, parts de FPI, de SIIC, de SPPICAV dont l’actif est principalement constitué directement ou indirectement de biens ou droits immobiliers situés en France, titres de sociétés ou organismes cotés ou non cotés sur un marché français ou étranger à prépondérance immobilière française). Elle est due par : - les personnes physiques ou les sociétés ou groupements qui relèvent des articles 8 à 8 ter du CGI, c’est-à-dire des sociétés non soumises à l’impôt sur les sociétés ; - les contribuables assujettis à l’impôt sur le revenu qui ne sont pas fiscalement domiciliés en France soumis au prélèvement prévu à l’article 244 bis A du CGI. La taxe ne s’applique pas aux plus-values réalisées lors de la cession à titre onéreux de terrains à bâtir ou de droits s’y rapportant. Il s’agit des terrains à bâtir au sens de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les opérations immobilières, définis au 1° du 2 du I de l’article 257 du CGI. La taxe s’applique aux plus-values réalisées au titre des cessions intervenues à compter du 1er janvier 2013, à l’exception de celles pour lesquelles une promesse de vente a acquis date certaine avant le 7 décembre 2012. (2) La taxe s’applique aux plus-values nettes imposables d’un montant supérieur à 50 000 €. Elle est assise sur les plus-values immobilières imposables à l'impôt sur le revenu ou soumises au prélèvement prévu à l’article 244 bis A du CGI, après prise en compte de l’abattement pour durée de détention prévu à l’article 150 VC du CGI calculé pour la détermination de l’impôt sur le revenu. En outre, pour les cessions portant sur des biens immobiliers bâtis situés dans des zones d'urbanisation continue de plus de 50 000 habitants, telles que définies à l'article 232 du CGI et sous condition d'un engagement de l'acquéreur de démolir les constructions existantes en vue de réaliser des logements dans un délai de quatre ans à compter de l'acquisition, l’assiette de la taxe ainsi déterminée est réduite de l'abattement exceptionnel de 25 % mentionné en ligne 47 et en ligne 97 quand elle est acquittée au titre d'une cession : - intervenant du 1er septembre 2013 au 31 août 2014 ; - intervenant du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2016, à condition qu'elle soit précédée d'une promesse de vente ayant acquis date certaine au plus tard le 31 décembre 2014. Le seuil de 50 000 € est donc apprécié après prise en compte de cet abattement. (3) La taxe est calculée dès le premier euro, sur le montant total de la plus-value imposable. La charte du contribuable : des relations entre l’administration fiscale et le contribuable basées sur les principes de simplicité, de respect et d’équité. Disponible sur www.impots.gouv.fr et auprès de votre centre des finances publiques. Page 8 MODALITÉS DE CALCUL DE LA TAXE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Actualité Page 1/2 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9916-PGP.html?identifiant=ACTUDate de publication : 26/02/2015 IF - Recentrage de la majoration de la valeur locative cadastrale des terrains constructibles (loi n° 2014-1655 du 29 décembre 2014 de finances rectificative pour 2014, art. 31) Série / Division : IF - TFNB Texte : L'article 31 de la loi n° 2014-1655 du 29 décembre 2014 de finances rectificative pour 2014 a recentré la majoration de plein droit de la valeur locative des terrains constructibles sur les zones marquées par un déséquilibre particulièrement important entre l'offre et de la demande de logement. Cette majoration de plein droit prévue au A du II de l'article 1396 du code général des impôts (CGI), qui incite à libérer l'offre de foncier constructible, s'applique à compter de la taxe foncière sur les propriétés non bâties due au titre de 2015 dans les communes situées, cumulativement, dans le périmètre d'application de la taxe annuelle sur les logements vacants prévu au I de l'article 232 du CGI et dans celui de la taxe annuelle sur les loyers élevés des logements de petite surface défini au premier alinéa du I de l'article 234 du CGI. Les autres communes peuvent instituer la majoration sur délibération prévue au B du II de l'article 1396 du CGI. Corrélativement, par dérogation à l'article 1639 A bis du CGI, les communes exclues du périmètre de la majoration de plein droit peuvent délibérer jusqu'au 28 février 2015 afin d'instituer la majoration sur délibération au titre des impositions dues à compter de 2015. Par ailleurs, par dérogation au C du II de l'article 1396 du CGI, la date limite de communication à l'administration de la liste des terrains constructibles dont la valeur locative est majorée à compter des impositions dues au titre de 2015 est reportée au 28 février 2015. Enfin, des précisions doctrinales sont apportées pour tenir compte de la consultation du public sur les commentaires de la majoration de la valeur des terrains constructibles publiés le 27 juin 2014. Actualité liée : 27/06/2014 : IF - Consultation publique - Majoration de la valeur locative des terrains constructibles Documents liés : BOI-IF-TFNB-20-10-40 : IF - Taxe foncière sur les propriétés non bâties - Base d'imposition - Détermination de la valeur locative cadastrale - Cas des terrains constructibles BOI-IF-TFNB-20-10-40-10 : IF - Taxe foncière sur les propriétés non bâties - Base d'imposition - Détermination de la valeur locative cadastrale - Cas des terrains constructibles - Majoration de plein droit BOI-IF-TFNB-20-10-40-20 : IF - Taxe foncière sur les propriétés non bâties - Base d'imposition - Détermination de la valeur locative cadastrale - Cas des terrains constructibles - Majoration sur délibération Signataire des documents liés : Identifiant : Date de publication : 26/02/2015 Page 2/2 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9916-PGP.html?identifiant=ACTUVéronique Bied-Charreton, Directrice de la législation fiscale Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Page 1/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 DGFIP BIC - Champ d'application et territorialité - Exonérations – Entreprises ou activités implantées dans les zones franches urbaines (ZFU) de première et deuxième générations - Conditions liées à l'implantation de l'activité Positionnement du document dans le plan : BIC - Bénéfices industriels et commerciaux Champ d'application et territorialité Titre 8 : Exonérations Chapitre 1 : Entreprises ou activités implantées dans certaines zones du territoire Section 2 : Entreprises implantées dans les zones franches urbaines de 1ère et 2nde génération (ZFU) Sous-section 2 : Conditions liées à l'implantation de l'activité Sommaire : I. Concentrations, restructurations, reprises ou transfert d'activités dans les ZFU A. Transferts d'activités 1. Transfert d'activités non précédemment exercées en ZFU a. Principe b. Exceptions : transferts faisant obstacle au bénéfice du régime 2. Transfert d'activité d'une ZFU à une autre ZFU B. Concentration ou restructuration d'activités préexistantes C. Reprise d'activités préexistantes II. Localisation d’une activité en ZFU A. Disposer en ZFU d'une implantation matérielle et de moyens d'exploitation B. Exercer une activité effective en ZFU III. Critères d'implantation en zone d'une activité non sédentaire A. Critères légaux 1. Notion d’activité non sédentaire 2. Premier critère : emploi d’un salarié sédentaire en zone 3. Second critère : réalisation d’au moins 25 % du chiffre d’affaires en zone 4. Non-respect des critères a. Principe Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 2/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 b. Précision 5. Situation des médecins membres de sociétés civiles de moyens (SCM) "SOS Médecins" B. Tolérance applicable pour les entreprises implantées en ZFU avant le 6 octobre 2004 1. « Principe » 2. « Situation des personnes exerçant à titre indépendant » 3. « Modalités d’application » 4. « Cas d’application » IV. Cas des professionnels en contrat de collaboration ou de remplacement V. Combinaison avec le régime des entreprises nouvelles I. Concentrations, restructurations, reprises ou transfert d'activités dans les ZFU 1 L’article 26 de la loi n° 2003-710 du 1er août 2003 d'orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine prévoit que l’exonération ne s’applique que pour sa durée restant à courir en cas de reprise, de transfert, de concentration ou de restructuration d’activités ayant déjà bénéficié du régime d’exonération des ZFU. A. Transferts d'activités 1. Transfert d'activités non précédemment exercées en ZFU a. Principe 10 La création d’une activité dans la ZFU provenant du transfert d’une activité précédemment exercée en dehors de cette zone est admise au bénéfice du régime d’exonération, sous réserve des exceptions mentionnées au I-A-1-b § 30. 20 Le transfert d’activité s’entend d’une cessation totale ou partielle, temporaire ou définitive d’une activité en dehors des ZFU suivie de la création en ZFU d’une activité similaire. L’utilisation de matériels ou de moyens d’exploitation différents est sans incidence pour apprécier la réalité du transfert d’activité. b. Exceptions : transferts faisant obstacle au bénéfice du régime 30 L’activité transférée ne peut bénéficier du régime d’exonération : - lorsque l’activité créée provient du transfert d’une entreprise implantée en ZRU telle que définie au A du 3 de l'article 42 de la loi n° 95-115 du 4 février 1995 ou en zone de revitalisation rurale (ZRR) telle que définie à l’article 1465 A du code général des impôts (CGI) et a bénéficié au titre d’une ou plusieurs des cinq années précédant celle du transfert du régime d’exonération prévu à l’article 44 sexies du CGI ou à l'article 44 quindecies du CGI. Il en est ainsi même dans la situation où l’entreprise s’est placée sous le régime d’exonération de l’article 44 sexies du CGI avant le classement de ces zones en ZRU ou en ZRR ; - ou si l’activité transférée a bénéficié au titre de cette même période de la prime d’aménagement du territoire (PAT). 40 Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 3/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Ainsi, l’exclusion s’applique uniquement si la société a bénéficié au titre d'une ou plusieurs des cinq années précédant celle du transfert d’activité d’au moins un des avantages suivants : - la PAT ; - l’exonération d’impôt sur les bénéfices prévu à l’article 44 sexies du CGI ou à l'article 44 quindecies du CGI, dans les ZRR définies à l'article 1465 A du CGI ; - l’exonération d’impôt sur les bénéfices en faveur des entreprises nouvelles, prévu à l’article 44 sexies du CGI, dans les ZRU. Cette disposition s’applique même si l’avantage a été perçu au titre d’une autre activité que celle transférée. 50 Cette restriction s’applique aux entreprises qui bénéficiaient du régime des entreprises nouvelles, prévu à l’article 44 sexies du CGI, avant leur transfert dans une ZFU, dans une zone qui a bénéficié par la suite de la PAT ou qui a été requalifiée par la suite de ZRR ou de ZRU. Ainsi, cette clause n’a pas pour effet de priver du dispositif des ZFU les entreprises, ayant bénéficié du régime des entreprises nouvelles et implantées dans des zones qui ne sont pas devenues ZRU ou ZRR, ou qui n’ont pas bénéficié de la PAT (même si elles étaient implantées dans une zone éligible à cette prime). 60 Exemple 1 : Une entreprise nouvelle, remplissant par ailleurs toutes les conditions posées par l’article 44 sexies du CGI, se crée en 1994 dans une zone du territoire qui devient par la suite éligible à la PAT. Pour autant, cette entreprise n’a jamais bénéficié de la prime. L’entreprise transfère son activité en 1997 dans une ZFU. Elle peut alors bénéficier de l’exonération prévue à l’article 44 octies du CGI. Exemple 2 : Une entreprise nouvelle, remplissant par ailleurs toutes les conditions posées par l’article 44 sexies du CGI se créé en 1994 dans une zone du territoire qui est classée en ZRR en 1996. L’entreprise transfère son activité en 1997 dans une ZFU. Elle ne peut pas bénéficier de l’exonération prévue à l’article 44 octies du CGI. Exemple 3 : Une entreprise nouvelle, remplissant toutes les conditions posées par l’article 44 sexies du CGI, se crée en 2000 dans une zone située dans les territoires ruraux de développement prioritaire, mais hors ZRR. Elle transfère son activité en 2004 dans une ZFU. Elle peut bénéficier du régime d’allégement d’impôt sur les bénéfices prévu par l’article 44 octies du CGI dès son début d’activité dans la ZFU, si elle remplit par ailleurs toutes les autres conditions posées par l’article 44 octies du CGI. 70 En cas de transfert de son activité en ZFU, le contribuable indiquera en annexe à sa déclaration de résultat le lieu précédent d’exercice de l’activité et le service des impôts auprès duquel étaient souscrites les déclarations de résultat (CGI, ann. III, art. 49 O). 80 En outre, le contribuable ayant procédé à un transfert d’activité est tenu de préciser la nature et le montant des aides publiques qu’il a perçues au titre des cinq années précédant celle du transfert. Dans le cadre du contrôle sur pièces des dossiers, le service pourra se rapprocher des préfectures Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 4/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 ou, le cas échéant, de la délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (DATAR) afin de vérifier l’exactitude des renseignements fournis par l’entreprise concernant l’absence d’octroi de la PAT. 2. Transfert d'activité d'une ZFU à une autre ZFU 90 L’entreprise qui transfère son activité d’une ZFU à une autre ZFU continue à bénéficier du régime de faveur pour la durée d’application du dispositif restant à courir. B. Concentration ou restructuration d'activités préexistantes 100 Les activités créées dans une ZFU dans le cadre d’une concentration ou d’une restructuration d’activité déjà exercée dans une ZFU sont admises au bénéfice du régime d’exonération pour la durée d’application du dispositif restant à courir. Les opérations de concentration ou de restructuration permettent d’exercer des activités préexistantes dans le cadre de structures juridiques nouvelles. Tel est le cas des sociétés constituées notamment à l’occasion d’opérations de fusion, de scission, d’apport partiel d’actif, de filialisation ou d’externalisation. À cet égard il convient de se reporter aux commentaires de ces notions figurant au BOI-BIC-CHAMP-80-10-10-20 au I-A § 10 à 60 relatifs à l’application du régime des entreprises nouvelles, qui sont transposables dans le cadre du régime des ZFU. C. Reprise d'activités préexistantes 110 Les contribuables qui, après la date d’ouverture des zones, reprennent une activité en ZFU peuvent bénéficier de l’exonération lorsque l’activité reprise a été placée sous le régime de l’article 44 octies du CGI, quelle que soit la forme de la reprise (transformation, apport en société, fusion, apport partiel d’actif). Le repreneur est alors exonéré pour la durée d’application du dispositif restant à courir (BOIBIC-CHAMP-80-10-20-10 au III-A § 350). Ainsi, lorsqu’une ou plusieurs entreprises individuelles remplissant les conditions pour bénéficier de l’exonération sont apportées à une société, celle-ci est admise à bénéficier des allégements prévus à l’article 44 octies du CGI. Dans cette situation, les conditions d’application du régime de faveur doivent continuer à être respectées par la société issue de l’opération. Dans cette hypothèse, la durée d’application du régime de faveur est décomptée de la date de création de l’entreprise la plus ancienne qui a participé à l’opération en cause. 120 Pour l’examen de l’éligibilité au régime des ZFU, la mise en location d’un fonds de commerce ou d’une clientèle libérale s’analyse pour le bailleur comme la poursuite de son activité sous une autre forme. Pour le preneur, il s’agit de la reprise d’une activité. En conséquence, dans l’hypothèse où l’activité précédemment exercée par le bailleur et celle exercée par le preneur répondent à toutes les autres conditions pour bénéficier du régime, le bailleur continue à bénéficier des allégements et le preneur est éligible au régime dans le cadre de la reprise d’une activité en ZFU. Le régime s’applique pour la durée du dispositif restant à courir pour les deux parties et chacun pour ce qui le concerne, le plafond d’exonération s’appliquant distinctement pour chaque contribuable. 130 Exemple : Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 5/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Un contribuable cède le 31 décembre 2004 une activité implantée dans l’une des 44 zones créées en 1996 au titre de laquelle il a bénéficié des allégements d’impôt sur les bénéfices, en vertu de l’article 44 octies du CGI, du 1er janvier 1997 au 31 décembre 2004. L’entreprise employait moins de cinq salariés au cours de la période d’imposition du 1er janvier 2001 au 31 décembre 2001. Ce contribuable débute le 1er janvier 2005 à la suite de la création d’un autre commerce, une activité dans l’une des nouvelles ZFU. Il emploie quatre salariés au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2009. Solution : L’acquéreur de l’activité implantée dans l’une des 44 zones créées en 1996 peut, s’il remplit par ailleurs toutes les autres conditions posées par l’article 44 octies du CGI, bénéficier de l’exonération pour sa durée restant à courir, c’est-à-dire jusqu’au 31 décembre 2010. Le contribuable qui a créé un fonds de commerce dans l’une des nouvelles ZFU peut, s’il remplit par ailleurs toutes les autres conditions posées par l’article 44 octies du CGI, bénéficier du dispositif d’allégement d’impôt sur les bénéfices du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2018. II. Localisation d’une activité en ZFU 140 L’article 44 octies du CGI prévoit l’exonération des seuls bénéfices provenant de l’activité implantée en ZFU. Une entreprise est implantée en ZFU si elle remplit cumulativement les conditions suivantes : A. Disposer en ZFU d'une implantation matérielle et de moyens d'exploitation 150 Le contribuable doit disposer en zone d’une implantation matérielle (commerce, cabinet, atelier) et de moyens d’exploitation lui permettant d’exercer une activité économique et de réaliser des recettes professionnelles quels que soient les relations ou liens de dépendance de cette unité économique avec un centre de décision extérieur à la ZFU. À cet égard, l’existence d’un bureau dans la zone ou le rattachement à une entreprise de domiciliation qui y est également située alors que la quasi-totalité de l’activité est exercée en dehors de la zone ne permettent pas de considérer que l’entreprise est éligible au régime de l’article 44 octies du CGI. Néanmoins, des dispositions particulières s'appliquent aux contribuables exerçant une activité non sédentaire (cf. III §190). En outre, les installations telles que hangars de stockage, aires de stationnement ne peuvent être regardées comme des implantations susceptibles de produire des bénéfices, sauf dans le cas où il s’agit de l’activité principale du contribuable. 160 À cet égard, la condition d’implantation matérielle peut notamment être satisfaite lorsque le contribuable est autorisé à domicilier son activité à son domicile privé conformément à l'article L. 123-10 du code du commerce, à l'article L. 123-11 du code de commerce et à l'article L. 123-11-1 du code de commerce. En revanche, une simple adresse auprès d’une entreprise de domiciliation située en zone n’est pas suffisante pour caractériser une implantation matérielle. B. Exercer une activité effective en ZFU 170 L’implantation de moyens d’exploitation en ZFU est une condition nécessaire mais non suffisante pour se prévaloir du régime prévu à l’article 44 octies du CGI. Le contribuable doit y exercer une Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 6/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 activité effective concrétisée par une présence significative sur les lieux et par la réalisation d’actes en rapport avec cette activité : réception de clientèle, réalisation de prestations, réception et expédition de marchandises, négoce... La preuve doit en être apportée par le contribuable qui souhaite bénéficier de l'exonération. 180 Par ailleurs, la loi n’exige pas une implantation exclusive de l’activité, des moyens d’exploitation et du siège social en ZFU. Le contribuable qui implante une partie de son activité en ZFU peut ainsi bénéficier de droits à exonération qui seront déterminés forfaitairement au prorata du montant hors taxes du chiffre d'affaires ou des recettes réalisé en zone. Pour la notion de chiffre d'affaires, il convient de se reporter au II-A-2 § 200 du BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-40. Ces modalités de prise en compte du bénéfice exonéré, issues de l'article 29 de la loi n° 2013-1279 du 29 décembre 2013 de finances rectificative pour 2013, s'appliquent aux exercices clos à compter du 31 décembre 2013. III. Critères d'implantation en zone d'une activité non sédentaire 190 La loi définit deux critères, codifiés au dernier alinéa du I de l’article 44 octies du CGI, permettant de caractériser l’exercice d’une activité effective en zone lorsque l’activité est non sédentaire. Les entreprises implantées en ZFU avant le 3 octobre 2004 peuvent toutefois se prévaloir de la doctrine antérieure. A. Critères légaux 200 Pour satisfaire la condition d’implantation en ZFU, un professionnel non sédentaire doit disposer d’une implantation matérielle et de moyens d’exploitation et vérifier au moins un des deux critères légaux permettant de remplir la condition d’exercice d’une activité effective. Les deux critères sont l’emploi d’un salarié sédentaire et la réalisation d’au moins 25 % du chiffre d’affaires en ZFU. 210 Dans le cas où un professionnel exerce deux activités distinctes dont l’une seulement est non sédentaire, les conditions d’implantation des activités s’examinent indépendamment pour l’une et l’autre des activités. Ainsi, la mise en œuvre des nouveaux critères ne doit s’effectuer qu’à partir des données relatives à l’activité non sédentaire. Le chiffre d’affaires à prendre en compte est donc uniquement celui afférent à l’activité non sédentaire et le salarié exerçant dans les locaux en zone doit essentiellement travailler à l’activité non sédentaire. En revanche, il n’y a pas lieu d’opérer de distinction en présence d’opérations qui constituent l’extension d’une activité au sens de l’article 155 du CGI ou le prolongement d’une activité non commerciale (BOI-BIC-CHAMP-50). 1. Notion d’activité non sédentaire 220 Les critères définis par la loi sont uniquement applicables dans le cas de l’exercice d’une activité non sédentaire. 230 Une activité non sédentaire se caractérise par son exercice en grande partie à l’extérieur des locaux professionnels. Il s'agit donc en pratique des entreprises dont l’activité s’exerce principalement voire exclusivement chez leurs clients ou patients ou dans des espaces publics, le bureau implanté en zone pouvant n’avoir qu’une fonction administrative le plus souvent très accessoire compte tenu de la taille des entreprises en cause. Sont notamment concernés : Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 7/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 - les praticiens médicaux ou paramédicaux exerçant à titre individuel et disposant en zone d’un cabinet au sein duquel ils n’exercent pas à titre principal leur activité ou qui exercent à titre individuel dans le cadre de structures d’intervention médicale ou paramédicale à domicile ; - les entrepreneurs du bâtiment ; - les activités de services aux entreprises et aux particuliers (activité de gardiennage par exemple) ; - les activités immobilières (agent immobilier, marchand de biens) lorsque les conditions d’exploitation rendent l’activité non sédentaire ; - les activités de commerce non sédentaire (agent commercial, commerçants ambulants et exploitants d’activités foraines) ; - les exploitants de taxi (cf. III-A-3 § 270). 240 Pour ces activités, la localisation en zone est avérée lorsque les professionnels y ont installé leur cabinet, leur bureau d’étude ou de conseil, le local où est réalisé la partie administrative de l’activité et lorsqu’un des deux critères légaux est rempli (emploi d’un salarié en zone ou réalisation d’au moins 25 % du chiffre d’affaires en zone). 250 En particulier, le critère de la réalisation d’au moins 25 % du chiffre d’affaires en zone est applicable aux commerçants ambulants et exploitants d'activités foraines. Ainsi, ces derniers ne peuvent bénéficier du régime d'exonération que s’ils disposent d’un emplacement fixe et si le seuil de 25 % du chiffre d’affaires est atteint. Si ces deux conditions sont remplies, le calcul des allégements porte alors sur la totalité du bénéfice réalisé sans application d'un prorata. Pour les commerçants ambulants et exploitants d'activités foraines implantés en ZFU avant le 6 octobre 2004, il convient de se reporter au III-B-4 § 390. 2. Premier critère : emploi d’un salarié sédentaire en zone 260 Le premier critère est l’emploi d’au moins un salarié sédentaire en zone exerçant ses fonctions dans les locaux affectés à l’activité. Le salarié doit effectuer la totalité de son temps de travail dans les locaux situés en zone et être employé à temps plein ou équivalent. Pour satisfaire à cette dernière condition, le contribuable doit justifier d’un nombre cumulé de semaines de présence d’un ou plusieurs salariés au moins égal au nombre de semaines comprises dans l’exercice au titre duquel l’exonération doit s’appliquer. Les modalités de décompte du nombre de semaines sont celles indiquées au I-B-2-b-3° § 280 du BOI-BICCHAMP-80-10-20-30. Peuvent être pris en compte tous types de salariés y compris ceux bénéficiaires de contrats aidés par l’État ainsi que les apprentis. En revanche, les travailleurs temporaires et les stagiaires sont écartés du décompte. Les critères mentionnés au I-B-2-b-1° § 240 du BOI-BICCHAMP-80-10-20-30 sur les types de contrat de travail à retenir sont applicables. 3. Second critère : réalisation d’au moins 25 % du chiffre d’affaires en zone 270 Le second critère est la réalisation par le contribuable d’au moins 25 % de son chiffre d’affaires ou de ses recettes auprès de clients situés en zone. Il s’agit du chiffre d’affaires ou des recettes réalisés par le contribuable pour l’ensemble de ses activités et appréciés hors taxes et exercice par exercice ou période d’imposition par période d’imposition au titre duquel l’exonération doit s’appliquer. Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 8/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Le chiffre d’affaires s’entend du montant hors taxes des recettes réalisées par le redevable dans l’accomplissement de son activité professionnelle normale et courante. Il n’est pas tenu compte des produits financiers sauf dans les cas où la réglementation particulière propre à certains secteurs d’activité le prévoit, ni des recettes revêtant un caractère exceptionnel, telles que les produits provenant de la cession d’éléments de l’actif immobilisé. Les refacturations de frais effectuées entre sociétés ne sont pas prises en compte pour l’appréciation du chiffre d’affaires lorsqu’elles présentent le caractère de débours au sens du 2° du II de l'article 267 du CGI. Le chiffre d’affaires est pris en compte pour le calcul du seuil de 25 % si le lieu de réalisation de l’acte, de la prestation ou de la vente est situé dans une ZFU quelle que soit la date de création de la zone. En pratique, il s’agit : - pour les professions médicales ou paramédicales, du lieu de réalisation de l’acte (domicile du patient) ; - pour les entreprises du bâtiment, de la localisation du chantier ; - pour les prestataires de services, du lieu de réalisation de la prestation ; - pour les commerçants, du lieu de réalisation de la vente ; - pour les activités immobilières, du lieu de situation du bien objet de la transaction. Pour un exploitant de taxi, le critère de réalisation d’au moins 25 % du chiffre d’affaires en zone est réputé satisfait lorsque l’emplacement de stationnement qu’il est autorisé à exploiter par arrêté municipal se situe dans une ZFU. 4. Non-respect des critères a. Principe 280 Si aucun des critères précédents ne peut être invoqué par le professionnel non sédentaire, alors celuici ne peut se prévaloir du régime d’allégement d’impôt sur les bénéfices. 290 Si l’exercice effectif d’une activité en zone ne peut être établi au cours d’un exercice, le contribuable ne peut bénéficier du régime au titre dudit exercice. Toutefois, dans ce cas, il n’est pas fait application des dispositions de déchéance du régime exposées au IV § 360 et 370 du BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-40. Ainsi, si le contribuable peut justifier d’une activité effective en zone au cours d’un exercice ultérieur, il pourra prétendre au bénéfice du régime au titre de cet exercice. Il est précisé que le point de départ de la période d’application des allégements demeure fixé, selon les cas, à la date de délimitation de la zone ou au début d’activité dans la zone. b. Précision 300 Pour les exercices clos à compter du 31 décembre 2013, les entreprises non sédentaires, n'exerçant pas l'ensemble de leur activité en ZFU et disposant de locaux à la fois en et hors zone, sont exonérées d'impôt sur les bénéfices au prorata du montant hors taxes du chiffre d'affaires ou des recettes réalisé en zone (cf. III-A-3 § 270 s'agissant de la notion de chiffre d'affaires), si elles remplissent l'un des deux critères légaux mentionnés au III-A-2 et 3 § 260 et 270. Toutefois, si cette solution s'avère plus favorable, les entreprises implantées en ZFU avant le 31 décembre 2013, peuvent continuer à bénéficier de l'exonération d'impôt sur les bénéfices au prorata des éléments d'imposition à la cotisation foncière des entreprises (CFE) afférents à l'activité implantée en ZFU. Pour déterminer ce prorata des éléments Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 9/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 d'imposition à la CFE, il convient de se reporter au BOI-BIC-CHAMP-80-10-50 au II-C-1 § 440. Ces nouvelles modalités de prise en compte du bénéfice exonéré n'ont pas vocation à s'appliquer aux entreprises non sédentaires réalisant en grande partie des activités hors zone et disposant uniquement de locaux en zone pour lesquelles les dispositions spécifiques existantes ne sont pas modifiées et continuent donc à s'appliquer. Pour ces entreprises non sédentaires, le régime d'exonération d'impôt sur les bénéfices n'est pas remis en cause : la totalité du bénéfice est exonérée dès lors qu'elles emploient un salarié sédentaire dans leur local situé en ZFU ou réalisent au moins 25 % de leur chiffre d'affaires en zone ( cf. III-A-2 et 3 § 260 et 270). 310 Exemple : Une entreprise du secteur du bâtiment débute son activité le 1er janvier 2004 et clôture son exercice comptable le 31 décembre de chaque année. Son activité est non sédentaire. Elle loue un local professionnel en ZFU, dans lequel elle entrepose le matériel nécessaire à son activité et où est réalisée la partie administrative de celle-ci. Elle ne dispose pas de locaux hors ZFU. Elle emploie tout au long de la période moins de cinq salariés. Un salarié sédentaire à temps plein est employé, du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2015, dans le local situé en ZFU. Son bénéfice annuel est égal à 50 000 €. Solution : Détermination du bénéfice exonéré (1) Critère du % de chiffre d'affaires (CA) Exercice Taux de l'allègement sur les bénéfices applicable en ZFU Critère de l'emploi d'un salarié sédentaire en zone % du CA réalisé en ZFU % du CA réalisé hors ZFU Bénéfice exonéré (€) Bénéfice taxable (€) 2004 100 non 20 80 0 (2) 50 000 2005 100 non 25 75 50 000(3) 0 2006 100 non 15 85 0 50 000 2007 100 non 20 80 0 50 000 2008 100 non 30 70 50 000 0 2009 60 non 25 75 30 000(4) 20 000 2010 60 oui 20 80 30 000(5) 20 000 2011 60 oui 30 70 30 000 20 000 2012 60 oui 15 85 30 000 20 000 2013 60 oui 25 75 30 000 20 000 2014 40 oui 10 90 20 000(6) 30 000 2015 40 oui 30 70 20 000 30 000 2016 20 non 40 60 10 000 (7) 40 000 2017 20 non 20 80 0 (8) 50 000 Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 10/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 (1) La période d'application du dispositif débute le 1er janvier 2004. L'entreprise employant moins de cinq salariés, la période d'application du régime expire le 31 décembre 2017 (BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-30). (2) L'entreprise ne remplissant aucun des deux critères légaux mentionnés au III-A-2 et 3 § 260 et 270 pour les redevables non sédentaires, elle ne peut prétendre au régime. (3) L'entreprise, remplissant l'un des deux critères légaux susvisés (réalisation d'au moins 25 % de son chiffre d'affaires en zone), peut prétendre au régime. La totalité de son bénéfice est exonéré. (4) Le montant du bénéfice exonéré est égal à : 50 000 € x 60 % = 30 000 €. (5) L'entreprise, remplissant l'un des deux critères légaux susvisés sur la période 2010-2015 (emploi d'un salarié sédentaire à temps plein en zone), peut prétendre au régime. Le montant du bénéfice exonéré est égal à : 50 000 € x 60 % = 30 000 €. (6) L'entreprise, remplissant l'un des deux critères légaux susvisés (emploi d'un salarié sédentaire à temps plein en zone), peut prétendre au régime. Le montant du bénéfice exonéré est égal à : 50 000 € x 40 % = 20 000 €. (7) L'entreprise, remplissant l'un des deux critères légaux susvisés (réalisation d'au moins 25 % de son chiffre d'affaires en zone), peut prétendre au régime. Le montant du bénéfice exonéré est égal à : 50 000 € x 20 % = 10 000 €. (8) L'entreprise ne remplissant aucun des deux critères légaux susvisés ne peut prétendre au régime. 5. Situation des médecins membres de sociétés civiles de moyens (SCM) "SOS Médecins" 320 Conformément à la réponse ministérielle Ciotti (RM Ciotti, n° 36068, JO AN, 16 mars 2010, p. 3006), même si les médecins membres des SCM « SOS Médecins » doivent être considérés comme ne disposant pas d'une implantation professionnelle propre en ZFU, l'exonération d'impôt sur les bénéfices peut leur être accordée lorsque les quatre conditions suivantes sont simultanément satisfaites : - la SCM dont est membre le médecin considéré dispose de locaux implantés dans une ZFU ; - cette SCM exerce l'intégralité de la partie administrative de l'activité de cabinet au moyen d'au moins un agent salarié sédentaire exerçant une activité à plein temps et à titre exclusif dans les locaux situés dans cette zone ; - le médecin considéré exerce une part significative et régulière de son activité en ZFU (en pratique, cette condition est réputée satisfaite lorsque les recettes relatives à cette activité exercée en ZFU représentent au moins 25 % de ses recettes totales) ; - son adresse professionnelle figurant sur ses feuilles de soins correspond à l'adresse du cabinet situé dans les locaux de la SCM dont il est membre. Lorsque ces critères sont simultanément réunis, le médecin concerné peut bénéficier de l'allégement d'impôt sur les bénéfices. En ce qui concerne les médecins qui rempliraient ces conditions à l'exception de celle relative au pourcentage de leur activité exercée en ZFU, le bénéfice imposable pourra être limité en proportion des recettes réalisées en dehors des ZFU, sous Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 11/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 réserve de justifier, à la demande des services de l'administration fiscale, de la ventilation des recettes dans et en dehors des ZFU. B. Tolérance applicable pour les entreprises implantées en ZFU avant le 6 octobre 2004 330 Antérieurement au 6 octobre 2004, la doctrine administrative avait encadré les conditions d'application de l'article 44 octies du CGI pour les entreprises exerçant leur activité de manière non sédentaire. Cette doctrine administrative est, dans certains cas, plus favorable que l'application des critères légaux indiqués au III-A-2 et 3 § 260 et 270. Les entreprises implantées en ZFU avant le 6 octobre 2004 peuvent, dans une telle hypothèse, invoquer cette doctrine antérieure. Cette disposition est valable pour la période complète d'application du régime. La doctrine antérieure était exprimée ainsi : 1. « Principe » 340 « L’implantation en zone franche urbaine dans le cas des prestataires de services peut présenter des difficultés, notamment lorsque l’exercice d’une activité effective est difficilement vérifiable, ou encore lorsque le prestataire réalise en pratique l’essentiel de son activité en dehors des zones franches urbaines ». « Ces contribuables peuvent bénéficier du régime de faveur s’ils établissent qu’ils réalisent, dans leurs bureaux ou locaux situés dans la zone, l’intégralité de la partie administrative de leur activité, au moyen d’un ou plusieurs agents salariés sédentaires ». « Par conséquent, le simple fait pour une entreprise de confier des tâches administratives à des sous-traitants ou à des salariés travaillant à domicile, même implantés en zone, ne lui permet pas de bénéficier du régime de faveur ». « L’exercice d’une activité administrative en zone franche urbaine par des salariés sédentaires de l’entreprise constitue une présomption de l’implantation d’une activité dans la zone, qui permet de bénéficier du régime quand bien même le contribuable ou certains de ses salariés seraient amenés, par la nature de l’activité, à intervenir auprès de clients situés en dehors de cette zone ». « Dans cette situation, le contribuable est réputé exercer l’ensemble de son activité en zone franche urbaine et n’a pas à pratiquer la répartition de son bénéfice au prorata [du montant hors taxes du chiffre d'affaires ou des recettes réalisé en zone ou des éléments d'imposition à la CFE afférents à l'activité exercée en zone], sauf, bien entendu, s’il dispose d’une autre implantation à l’extérieur de la zone, la réalisation des prestations pour la clientèle hors de la zone n’entraînant pas a priori l’application du prorata prévu au II de l’article 44 octies du CGI ». 2. « Situation des personnes exerçant à titre indépendant » 350 « L’exercice d’une activité administrative par le biais de salariés sédentaires constitue une présomption permettant de prouver la réalité de l’implantation en zone franche urbaine. Cette présomption n’interdit pas à des contribuables, et notamment ceux exerçant à titre indépendant, de démontrer par tous moyens que leur activité est effectivement implantée en zone franche urbaine. À cet égard, l’utilisation d’une ligne téléphonique, la présence de tout le matériel de bureau et d’informatique ou des stocks de fournitures dans les bureaux implantés sur la zone, ou encore le stationnement habituel sur la zone du ou des véhicules affectés à l’exercice de la profession constituent des éléments pris en compte pour apprécier si l’entreprise peut bénéficier du régime de faveur. La présence physique, pour des motifs professionnels, de l’exploitant dans la zone avec une fréquence et une durée importantes doit pouvoir être établie ». Identifiant juridique : BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 Date de publication : 25/06/2014 Page 12/14 Exporté le : 05/05/2015 http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/9604-PGP.html?identifiant=BOI-BIC-CHAMP-80-10-20-20-20140625 360 « De la même façon, l’artisan qui exerce l’essentiel de ses prestations en dehors de la zone doit effectuer, au local dont il dispose dans la zone, les actes de son activité professionnelle autres que ceux effectués au domicile des clients ou que l’accomplissement direct des prestations qui leur sont rendues : réception du courrier professionnel, réception d’appels téléphoniques de clients, facturation, réception et stockage des marchandises et fournitures nécessaires à son activité. Le stationnement habituel sur la zone du ou des véhicules affectés à l’exercice de la profession constitue également un indice permettant d’apprécier la réalité de son implantation dans la zone. La présence physique de l’artisan pour des motifs professionnels doit pouvoir être établie dans les mêmes conditions ». 3. « Modalités d’application » 370 « Les agents salariés sédentaires s’entendent des salariés titulaires d’un contrat de travail sans distinction de la nature de leur contrat, ni de sa durée s’il s’agit d’un contrat à durée déterminée. Seuls sont écartés les travailleurs temporaires et ceux des stagiaires qui n’ont pas la qualité de salariés de l’entreprise utilisatrice. De même, il n’est pas tenu compte des apprentis. ». « Un salarié sédentaire s’entend d’un salarié qui effectue la totalité de son temps de travail dans les locaux implantés en zone franche urbaine. ». « Le contribuable doit employer dans la zone au moins l’équivalent d’un salarié à temps plein. Les salariés à temps partiel sont ainsi pris en compte au prorata de la durée du temps de travail prévue à leur contrat. ». 4. « Cas d’application » 380 « Les critères mentionnés au III-B-1 à 3 § 340 à 370 sont notamment applicables aux entreprises du bâtiment qui exercent leur activité sur des chantiers situés pour la plupart en dehors des zones franches. Ces entreprises sont ainsi éligibles au régime de l’article 44 octies du CGI dès lors qu’elles disposent d’une implantation significative sur la zone franche urbaine ». « Ainsi, par exemple, une entreprise qui dispose dans la zone de son siège social et qui réalise la quasi-totalité des opérations économiques entrant dans son objet en dehors de la zone peut prétendre au régime d’exonération si elle réalise directement dans la zone toute la partie administrative de son activité, à l’aide de deux agents salariés sédentaires employés à mi-temps ». « À l’opposé, la réalisation d’un chantier de construction ou d’aménagement de bâtiments dans une zone franche urbaine même s’il nécessite des travaux, importants, continus et de longue durée, ne constitue pas une implantation susceptible de bénéficier de l’exonération prévue à l’article 44 octies du CGI ». 390 « En revanche, pour d’autres prestataires, les conditions d’application du dispositif, mentionnées au III-B-1 à 3 § 340 à 370 ne sont, en principe, pas remplies. » « Il en est ainsi notamment : - des commerçants ambulants et exploitants d’activités foraines qui pourront toutefois être considérés comme exerçant une activi